Abou Dharr[51 / 281 Hadiths ]


D’après Abou Dhar (qu’Allah l’agrée), j’ai dit au Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) : Ô Messager d’Allah les gens qui possèdent des biens et des richesses sont partis avec les récompenses, ils disent ce que nous disons tandis qu’ils dépensent et que nous ne dépensons pas. Alors le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) m’a dit: « Ne vais-je pas vous informer d’une chose par laquelle, si vous la faites, vous rattraperez ceux qui vous ont précédés et vous dépasserez ceux qui viendront après vous ? Vous faites après chaque prière le tehmid d’Allah, son tesbih et son tekbir 33 fois, 33 fois et 34 fois ».
(Rapporté par Ibn Maja dans ses Sounan n°927 et authentifié par cheikh Albani dans Sahih Ibn Maja, Hadith Hasan Sahih)

Le tesbih est le fait de dire Sobhanallah
Le tehmid est le fait de dire Al Hamdoulilah
Le tekbir est le fait de dire Allahou Akbar

عن أبي ذر رضي الله عنه قال : قلت للنبي صلى الله عليه وسلم : يا رسولَ اللَّهِ ذَهَبَ أَهْلُ الأموالِ والدُّثورِ بالأجرِ ، يقولونَ كما نَقولُ ، ويُنفقونَ ولا نُنفقُ ، قالَ لي ألا أخبرُكُم بأمرٍ إذا فعلتُموهُ أدرَكْتُمْ مَن قبلَكُم ، وفتُّم مَن بعدَكُم ، تحمَدونَ اللَّهَ في دُبُرِ كلِّ صلاةٍ ، وتسبِّحونَ وتُكَبِّرونَ ثلاثًا وثلاثينَ ، وثلاثًا وثلاثينَ ، وأربعًا وثلاثين قالَ سفيانُ : لا أدري أيَّتُهُنَّ أربعٌ
(رواه ابن ماجه في سننه رقم ٩٢٧ و صححه الشيخ الألباني في صحيح ابن ماجه)

حكم : حسن صحيح

.

D’après ‘Omar ibn El Khattab: « J’ai entendu l’Envoyé d’Allah (ﷺ) dire

Ibn ‘Abbàs (رضي الله عنهما) rapporte: « Abrahàm vint avec son épouse (Agar), la mère d’Ismà’il, et avec son fils Ismà’il qu’elle nourrissait de son sein. Il les installa près de la Ka’ba, au pied d’un grand arbre au-dessus de Zam-Zam, à la partie plus élevée de la mosquée. Il n’y avait alors personne à la Mecque, comme il n’y avait pas d’eau. Il la déposa donc là et laissa près d’elle un sac de dattes et une outre pleine d’eau.

Puis il reprit le chemin du retour. La mère d’Ismà’il le suivit et lui dit: « Ô Abrahàm! Où vas-tu ainsi en nous laissant dans cette vallée où il n’y a pas âme qui vive ni rien d’autre? » Elle le lui répéta plusieurs fois sans qu’il ne se tournât vers elle.
Elle lui dit finalement: «Est-ce Allah qui t’ordonne d’agir ainsi?»
Il dit: «Oui».
Elle dit: «Dans ce cas Allah ne nous abandonnera pas à nous-mêmes» et elle retourna à sa place.

Abrahàm se mit donc en marche. Une fois arrivé au sentier de montagne dit « Al Hajùn » d’où on ne pouvait pas le voir, il tourna son visage vers la Ka’ba et adressa à Allah cette prière en levant les mains au ciel:

« Ô notre Seigneur, j’ai établi une partie de ma descendance dans une vallée sans agriculture, près de Ta Maison sacrée [la Kaaba], – ô notre Seigneur – afin qu’ils accomplissent la Salat. Fais donc que se penchent vers eux les coeurs d’une partie des gens. Et nourris-les de fruits. Peut-être seront-ils reconnaissants ? »
[Sourate 14 : abraham, Verset 37]

رَّبَّنَا إِنِّي أَسْكَنتُ مِن ذُرِّيَّتِي بِوَادٍ غَيْرِ ذِي زَرْعٍ عِندَ بَيْتِكَ الْمُحَرَّمِ رَبَّنَا لِيُقِيمُواْ الصَّلاَةَ فَاجْعَلْ أَفْئِدَةً مِّنَ النَّاسِ تَهْوِي إِلَيْهِمْ وَارْزُقْهُم مِّنَ الثَّمَرَاتِ لَعَلَّهُمْ يَشْكُرُونَ

La mère d’Ismà’il se mit à allaiter son fils et à boire de cette eau jusqu’à ce que l’outre se vidât et que son petit eût soif. Elle le regardait tandis qu’il se tordait de douleur (ou s’agitait de douleur). Elle s’éloigna pour ne pas le voir dans cet état et elle trouva alors As-Saffa, le plus proche monticule de cette terre. Elle monta à son sommet et se mit à scruter la vallée dans l’espoir de voir quelqu’un mais ne vit personne. Elle descendit le monticule. Lorsqu’elle arriva à la vallée, elle releva un peu de sa tunique et marcha en s’empressant comme celui qui ployé sous une lourde charge. Une fois arrivée à l’autre bord de la vallée, elle trouva le monticule « Al Marwa » au sommet duquel elle monta. Elle scruta l’horizon dans l’espoir de voir quelqu’un, mais ne vit personne. Elle fit sept fois de suite le même trajet. (Ibn ‘Abbàs (رضي الله عنهما) rapporte que le Prophète (ﷺ) a dit: « C’est pourquoi les pèlerins font sept fois de suite le parcours entre ces deux monticules ». Une fois parvenue au sommet d’Al Marwa, elle entendit une voix. Elle se dit à elle même: « Tais-toi ». Elle dressa à nouveau l’oreille et entendit encore la même voix. Elle dit vers l’endroit d’où venait ce bruit: « Maintenant que tu t’es fait entendre, aurais-tu de quoi nous secourir? » C’est alors qu’elle vit l’Ange à l’endroit actuel du puits zam-zam. Il se mit à fouiller la terre avec son talon (ou avec son aile) jusqu’à ce que l’eau apparût. Agar se mit à élever un bassin autour de l’eau en faisant ainsi avec sa main. Puis elle remplit son outre et l’eau jaillissait en bouillonnant au fur et à mesure qu’elle en prenait.

(Ibn ‘Abbàs (رضي الله عنهما) a dit: «Le Prophète (ﷺ) a dit: «Qu’Allah fasse miséricorde à la mère d’Ismà’il! Si elle n’en avait pas pris de l’eau avec ses mains, Zam-Zam serait maintenant une source coulant à la surface de la terre»). Il dit: « Elle but et allaita son petit. L’Ange lui dit: « Ne craignez pas d’être abandonnés à vous-mêmes. Il y a à cet endroit une Maison que restaurera cet enfant avec son père. Allah n’abandonne jamais les Siens ». Il y avait là effectivement les restes d’un temple (maison) s’élevant sur le sol comme une colline. Les torrents descendaient vers lui mais passaient à sa droite et à sa gauche. Pendant qu’elle vivait ainsi, voilà que passa un groupe de la tribu Jourhoum (ou les membres d’une famille de la tribu Jourhoum) venant d’une route de montagne. Ils descendirent à l’endroit le plus bas de la Mecque. Ils virent alors un oiseau volant autour d’un point. Ils dirent: « Cet oiseau ne tourne ainsi qu’autour d’un point d’eau. Or nous ne nous souvenons pas que dans cette vallée il y a une eau quelconque ». Ils envoyèrent un coureur ou deux s’enquérir de la chose. Les voilà devant l’eau. Ils retournèrent aux leurs et les en informèrent tandis que la mère d’Ismâ’il se tenait près de l’eau. Ils lui dirent: « Nous autorises-tu à nous installer près de toi? » Elle dit: « Oui, mais vous n’avez aucun droit à l’eau ». Ils dirent: « C’est d’accord ».

Selon Ibn ‘Abbâs (رضي الله عنهما), le Prophète (ﷺ) a dit: « Cela se passa au moment où la mère d’Ismà’il avait besoin de compagnie pour l’aider à supporter sa solitude ». Ils campèrent donc et envoyèrent à leur tribu qui vint se joindre à eux.
Ainsi il y eut en cet endroit plusieurs familles. L’enfant devint jeune homme et apprit d’eux à parler l’arabe. Quand il grandit, ils remarquèrent sa noblesse et il leur plut. Une fois pubère, ils le marièrent à l’une de leurs filles. Entre-temps mourut la mère d’Ismâ’il. Abrahàm arriva après le mariage d’Ismâ’il pour prendre des nouvelles de ceux qu’il avait laissés. Il ne trouva pas Ismà’il et interrogea sur lui sa femme qui lui dit: « II est parti à la chasse ». Il l’interrogea sur leur vie et sur leurs affaires. Elle dit: « Nous sommes malheureux et vivons dans la plus grande gêne », ainsi elle ne cessa pas de se plaindre à lui. Il lui dit: «Quand ton mari rentrera, donne-lui la salutation et dis-lui de changer le seuil de sa porte ». Quand Ismà’il retourna, on dirait qu’il avait senti quelque chose. Il dit: « Avez-vous reçu de la visite? » Elle dit: « Oui, il est venu un vieillard ayant tel et tel aspect. Il nous a interrogés sur toi et je l’ai informé. Puis il m’a interrogée sur notre vie. Je lui ai dit que nous vivions dans une gêne pénible ». Il lui dit: « Est-ce qu’il t’a laissé pour moi un message? » Elle dit: « Oui, il m’a demandé de te donner la salutation et de te dire de changer le seuil de ta porte ». Il lui dit: « Ce vieillard est mon père et il m’ordonne de te quitter. Rejoins donc ta famille».
Ainsi il la répudia et épousa dans la tribu une autre femme. Abrahàm s’absenta la durée que Allah avait voulue puis revint vers eux. Il ne trouva pas Ismà’il. Il entra chez sa femme pour l’interroger sur lui. Elle lui dit: « II est parti à la chasse ». Il lui dit: « Comment allez-vous? » et il l’interrogea sur leur vie et sur leurs affaires. Elle lui dit: «Nous allons très bien et nous vivons à l’aise », elle remercia en même temps Allah. Il lui dit: « Que mangez-vous? » Elle dit: « La viande ». Il dit: « Que buvez-vous? » Elle dit: « L’eau ». Il dit: « Seigneur Allah! Bénis-leur la viande et l’eau ». Le Prophète (ﷺ) a dit: « Ils n’avaient pas alors de céréales et s’ils en avaient eu il les leur aurait bénies ». Il dit: « Tout autre que les habitants de la Mecque ne peut vivre uniquement de l’eau et de la viande sans devenir malade ».

Dans une autre version: « Abrahàm vint et demanda: « Où est Ismà’il? » Sa femme lui dit: « II est allé à la chasse. Ne veux-tu pas descendre chez nous et accepter notre hospitalité ?» Il dit: « Que mangez-vous et que buvez-vous? » Elle dit: « Nous mangeons de la viande et nous buvons de l’eau ». Il dit: « Seigneur Allah! Bénis-leur leur manger et leur boire ». (Le narrateur ajoute: « Abou Al Qasim a dit: «Telle est la bénédiction apportée par cette invocation d’Abrahâm ».) « Abrahâm lui dit: « Quand ton mari sera de retour, donne-lui le bonjour et dis-lui de consolider le seuil de sa porte». Quand rentra Ismà’il il dit: « Est-ce que quelqu’un est venu à vous? » Elle dit: « Oui, il nous est venu un vieillard de belle apparence », (et elle se mit à dire du bien de lui). Il m’a interrogée sur toi et je l’ai informé. Il m’a demandé comment était notre vie. Je lui ai dit que nous allions bien».
Ismà’il lui dit: « T’a-il chargée de me dire quelque chose? »
Elle dit: « Oui, il te donne le bonjour et t’ordonne de consolider le seuil de ta porte ».
Il lui dit: « C’était mon père et c’est toi le seuil. Il m’ordonne ainsi de te garder ».
Puis Abrahàm s’absenta la durée que Allah avait voulue. Il revint ensuite alors qu’Ismâ’il se taillait une flèche à l’ombre d’un grand arbre voisin de ZamZam. Quand il vit son père, il se leva vers lui et ils firent ce que fait le père avec son fils et le fils avec son père (ils se sont longuement embrassés).
Abrahàm dit: « Ô Ismà’il! Allah m’a ordonné de faire quelque chose ».
Isma’il lui dit: « Fais ce que ton Seigneur t’a ordonné ».
Il dit: « Est-ce que tu m’y aiderais? »
Il dit: « Je t’y aiderai ».
Il dit: « Allah m’a ordonné de construire une maison (temple) là-bas et il désigna une colline proéminente.
Il redressa alors les colonnes de la maison (qui était enterrée sous la colline).
Ismâ’il lui apportait les pierres et Abrahàm construisait. Quand la construction atteignit une certaine hauteur, il lui donna cette pierre (la pierre noire sacrée) qu’il plaça dans le mur et il continua à bâtir au-dessus d’elle, tandis que Ismà’il lui apportait les pierres. Ils disaient ensemble: « Allah! agrée notre œuvre. Tu es L’Audient et l’Omniscient par excellence ».

Dans une autre version: « Abrahàm sortit avec Ismà’il et la mère d’Ismâ’il. Ils avaient avec eux une outre pleine d’eau. La mère d’Ismà’il buvait de l’eau de l’outre et son lait coulait ainsi pour son enfant. Une fois arrivés à la Mecque, il la déposa sous un grand arbre, puis Abrahàm retourna aux siens. La mère d’Ismà’il le suivit. Arrivés à un rocher, elle l’appela de derrière lui: « Ô Abrahàm! A qui nous laisses-tu?».
Il dit: « A Allah ».
Elle dit: « J’accepte Allah ».
Puis elle retourna à sa place et se mit à boire de l’outre tandis que son lait coulait pour son enfant. Quand l’eau s’épuisa, elle dit: « Si j’allais voir là-bas, peut-être y trouverai-je quelqu’un ».
Le narrateur dit: « Elle alla grimper sur le monticule « As-Saffa », regarda tout autour et ne vit personne. Une fois redescendue à la vallée, elle pressa le pas et alla grimper sur le monticule « Al Marwa ». Elle fit plusieurs fois le même parcours. Puis elle dit: « Si j’allais voir ce qu’est devenu l’enfant?» Elle partit donc et regarda l’enfant qui avait déjà le hoquet de la mort. Elle ne put tenir en place et dit: « Si j’allais voir de nouveau s’il n’y a pas quelqu’un? » Elle alla grimper sur As-Saffa. Elle regarda de tous les côtés et ne vit personne. Elle termina ainsi sept va-et-vient entre les deux monticules. Puis elle dit: « Si j’allais voir ce qu’est devenu l’enfant? » A ce moment elle entendit une voix. Elle dit: « Viens à notre secours si tu as avec toi quelque bien » et voilà que c’était Gabriel . Il donna quelques coups de son talon sur le sol et tout à coup l’eau jaillit, au grand étonnement de la mère d’Ismà’il. Elle se mit à ramasser l’eau pleines mains…». Puis il cita le reste du Hadiths. (Rapporté par Al Boukhâri)
(Ryad As Salihine Hadith n°1868)

وعن بن عباس رضي الله عنهما قال‏:‏ جاء إبراهيم صلى الله عليه وسلم بأم إسماعيل وبابنها إسماعيل وهي ترضعه حتى وضعها عند البيت عند دوحة فوق زمزم في أعلى المسجد وليس بمكة يومئذ أحد وليس بها ماء، فوضعهما هناك، ووضع عندهما جراباً فيه تمر، وسقاء فيه ماء، ثم قفى إبراهيم منطلقاً، فتبعته أم إسماعيل فقالت‏:‏ يا إبراهيم أين تذهب وتتركنا بهذا الوادي الذي ليس فيه أنيس ولا شيء‏؟‏ فقالت له ذلك مراراً، وجعل لا يلتفت إليها، قالت له‏:‏ آلله أمرك بهذا‏؟‏ قال‏:‏ نعم ، قالت‏:‏ إذا لا يضيعنا، ثم رجعت، فانطلق إبراهيم صلى الله عليه وسلم ، حتى إذا كان عند الثنية حيث يرونه استقبل بوجهه البيت ، ثم دعا بهؤلاء الدعوات ، فرفع يديه فقال‏:‏ ‏{‏ربنا إني أسكنت من ذريتي بواد غير ذي زرع‏}‏ حتى بلغ ‏{‏يشكرون‏}‏ وجعلت أم إسماعيل ترضع إسماعيل، وتشرب من ذلك الماء، حتى إذا نفد ما في السقاء عطشت، وعطش ابنها، وجعلت تنظر إليه يتلوى -أوقال‏:‏ يتلبط- فانطلقت كراهية أن تنظر إليه ، فوجدت الصفا أقرب جبل في الأرض يليها، فقامت عليه، ثم استقبلت الوادي تنظر هل ترى أحداً‏؟‏ فلم تر أحداً، فهبطت من الصفا حتى إذا بلغت الوادي، رفعت طرف درعها، ثم سعت سعي الإنسان المجهود حتى جاوزت الوادي، ثم أتت المروة، فقامت عليها، فنظرت هل ترى أحداً‏؟‏ فلم تر أحداً، ففعلت ذلك سبع مرات، قال ابن عباس رضي الله عنهما‏:‏ قال النبي صلى الله عليه وسلم ‏ »‏فذلك سعي الناس بينها‏ »‏ فلما أشرفت على المروة سمعت صوتاً، فقالت‏:‏ صه-تريد نفسها- ثم تسمّعت ، فسمعت أيضاً فقالت‏:‏ قد أسمعت إن كان عندك غواث فأغث، فإذا هى بالملك عند موضع زمزم، فبحث بعقبه -أو قال بجناحه- حتى ظهر الماء، فجعلت تحوضه وتقول بيدها هكذا، وجعلت تغرف الماء في سقائها وهو يفور بعدما تغرف، وفي رواية ‏:‏ بقدر ما تغرف، قال ابن عباس رضي الله عنهما ‏:‏ قال النبي صلى الله عليه وسلم ‏:‏ ‏ »‏رحم الله أم إسماعيل لو تركت زمزم -أو قال‏:‏ لو لم تغرف من الماء، لكان زمزم عينا معينا” قال‏:‏ فشربت ، وأرضعت ولدها، فقال لها الملك‏:‏ لا تخافوا الضيعة فإن ههنا بيتا لله يبنيه هذا الغلام وأبوه، وإن الله لا يضيع أهله، وكان البيت مرتفعاً من الأرض كالرابية تأتيه السيول، فتأخذ عن يمينه وعن شماله، فكانت كذلك حتى مرت بهم رفقة من جرهم، أو أهل بيت من جرهم مقبلين من طريق كداء، فنزلوا في أسفل مكة، فرأوا طائراً عائفاً فقالوا‏:‏ إن هذا الطائر ليدور على ماء لعهدنا بهذا الوادي وما فيه ماء، فأرسلوا جرياً أو جريين، فإذا هم بالماء، فرجعوا، فأخبروهم، فأقبلوا وأم إسماعيل عند الماء، فقالوا‏:‏ أتأذنين لنا أن ننزل عندك‏؟‏ قالت‏:‏ نعم، ولكن لا حق لكم في الماء، قالوا‏:‏ نعم، قال ابن عباس‏:‏ قال النبي صلى الله عليه وسلم ‏:‏ ‏ »‏فألفى ذلك أم إسماعيل، وهي تحب الأنس، فنزلوا، فأرسلوا إلى أهليهم فنزلوا معهم، حتى إذا كانوا بها أهل أبيات، وشب الغلام وتعلم العربيه منهم وأنفسهم وأعجبهم حين شب ، فلما أدرك، زوجوه امرأة منهم، وماتت أم إسماعيل، فجاء إبراهيم بعد ما تزوج إسماعيل يطالع تركته فلم يجد إسماعيل، فسأل امرأته عنه فقالت‏:‏ خرج يبتغي لنا- وفي رواية‏:‏ يصيد لنا – ثم سألها عن عيشهم وهيئتهم فقالت‏:‏ نحن بشر ، نحن في ضيق وشدة، وشكت إليه ، قال‏:‏ فإذا جاء زوجك، أقرئي عليه السلام وقولي‏:‏ غير عتبة بابك، قال‏:‏ ذاك أبي وقد أمرني أن أفارقك، الحقي بأهلك‏.‏ فطلقها ، وتزوج منهم أخرى، فلبث عنهم إبراهيم ما شاء الله ثم أتاهم بعد، فلم يجده ، فدخل على امرأته، فسأله عنه، قالت‏:‏ خرج يبتغي لنا، قال‏:‏ كيف أنتم‏؟‏ وسألها عن عيشهم وهيئتهم، فقالت‏:‏ نحن بخير وسعة وأثنت على الله تعالى، فقال‏:‏ ما طعامكم‏؟‏ قالت‏:‏ اللحم قال‏:‏ فما شرابكم‏؟‏ قالت الماء‏.‏ قال‏:‏ اللهم بارك لهم في اللحم والماء، قال النبي صلى الله عليه وسلم ‏:‏ ‏ »‏ولم يكن لهم يؤمئذ حب ولو كان لهم دعا لهم فيه” قال‏:‏ فهما لا يخلو عليهما أحد بغير مكة إلا لم يوافقاه‏.‏ وفي رواية فجاء فقال‏:‏ أين إسماعيل‏؟‏ فقالت امرأته‏:‏ ذهب يصيد، فقالت امرأته‏:‏ ألا تنزل، فتطعم وتشرب‏؟‏ قال‏:‏ وما طعامكم وما شرابكم‏؟‏ قالت‏:‏ طعامنا اللحم، وشرابنا الماء، قال‏:‏ اللهم بارك لهم في طعامهم وشرابهم- قال، فقال أبوالقاسم صلى الله عليه وسلم ‏:‏ “بركة دعوة إبراهيم صلى الله عليه وسلم ‏ »‏ قال‏:‏ فإذا جاء زوجك ، فاقرئي عليه السلام ومريه يثبت عتبة بابه، فلما جاء إسماعيل، قال‏:‏ هل أتاكم من أحد‏؟‏ قالت‏:‏ نعم، أتانا شيخ حسن الهيئة، وأثنت عليه فسألني عنك، فأخبرته ،فسألني كيف عيشنا، فأخبرته، أنّا بخير، قال‏:‏ فأوصاك بشيء‏؟‏ قالت‏:‏ نعم، يقرأ عليك السلام، ويأمرك أن تثبت عبتة بابك، قال‏:‏ ذاك أبي وأنت العتبة أمرني أن أمسكك، ثم لبث عنهم ما شاء الله، ثم جاء بعد ذلك وإسماعيل يبري نبلاً له تحت دوحة قريباً من زمزم، فلما رآه، قام إليه ، فصنع كما يصنع الوالد بالولد، والولد بالوالد قال يا إسماعيل إن الله أمرني بأمر ، قال‏:‏ فاصنع ما أراك ربك‏؟‏ قال‏:‏ وتعينني، قال‏:‏ وأعينك، قال‏:‏ فإن الله أمرني أن أبني بيتا ههنا، وأشار إلى أكمة مرتفعة على ما حولها، فعند ذلك رفع القواعد من البيت، فجعل إسماعيل يأتي بالحجارة وإبراهيم يبني حتى إذا ارتفع البناء، جاء بهذا الحجر فوضعه له فقام عليه، وهو يبني وإسماعيل يناوله الحجارة وهما يقولان ‏:‏ ربنا تقبل منا إنك أنت السميع العليم‏.‏ وفي رواية‏:‏ إن إبراهيم خرج بإسماعيل وأم إسماعيل، معهم شنة فيها ماء، فجعلت أم إسماعيل تشرب من الشنة، فيدر لبنها على صبيها حتى قدم مكة، فوضعها تحت دوحة، ثم رجع إبراهيم إلى أهله، فاتبعته أم إسماعيل حتى لما بلغوا كداء، نادته من ورائه‏:‏ يا إبراهيم إلى من تتركنا‏؟‏ قال‏:‏ إلى الله ، قالت‏:‏ رضيت بالله، فرجعت، وجعلت تشرب من الشنة، ويدر لبنها على صبيها حتى لما فني الماء قالت‏:‏ لو ذهبت ، فنظرت لعلي أحس أحداً، قال‏:‏ فذهبت فصعدت الصفا، فنظرت ونظرت هل تحس أحداً، فلما بلغت الوادي، سمعت، وأتت المروة، وفعلت ذلك أشواطا، ثم قالت‏:‏ لو ذهبت فنظرت ما فعل الصبي، فذهبت ونظرت، فإذا هو على حاله كأنه ينشغ للموت، فلم تقرها نفسها ، فقالت‏:‏ لو ذهبت ، فنظرت لعلي أحس أحداً، فذهبت فصعدت الصفا، فنظرت ونظرت، فلم تحس أحداً حتى أتمت سبعاً، ثم قالت‏:‏ لو ذهبت ، فنظرت ما فعل، فإذا هي بصوت فقال‏:‏ أغث إن كان عندك خير، فإذا جبريل صلى الله عليه وسلم فقال بعقبه هكذا، وغمز بعقبه على الأرض فانبثق الماء فدهشت أم إسماعيل، فجعلت تحفن، وذكر الحديث بطوله‏.‏ ‏(‏‏(‏رواه البخاري‏)‏‏)‏ بهذه الروايات كلها‏.‏
(رياض الصالحين رقم ۱۸۶۸)
.

D’après Abou Dhar (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) m’a dit : « Regarde ! Certes tu n’es pas meilleur que le rouge ou que le noir sauf si tu l’as dépassé dans la taqwa (*) ».
(Rapporté par Ahmed et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Targhib n°2962, Hadith Hasan li GHayrihi)

(*) C’est à dire que la couleur de peau et les origines de la personne n’influencent en rien son rang auprès d’Allah.

La taqwa d’Allah est un terme qui signifie que la personne va mettre entre elle et le châtiment d’Allah une protection en pratiquant ce qu’Allah a ordonné et en délaissant ce qu’Il a interdit.

عن أبي ذر رضي الله عنه أن النبي صلى الله عليه وسلم قال له : انظر ! فإنك لست بخير من أحمر ولا أسود إلا أن تفضله بتقوى
(رواه أحمد و حسنه الشيخ الألباني في صحيح الترغيب و الترهيب رقم ٢٩٦٢)

حكم : حسن لغيره

.

D’après Abou Dhar Al Ghifari (qu’Allah l’agrée) : Mon Bien-Aimé (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) (1) m’a conseillé d’écouter et d’obéir même à un esclave abyssin avec les membres coupés (2).
(Rapporté par Mouslim dans son Sahih n°1837)

(1) Il s’agit évidemment du Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui).

(2) C’est à dire d’écouter et d’obéir au gouverneur musulman dans ce qui n’est pas une désobéissance à Allah et ceci même s’il n’est pas issu des plus hautes catégories sociales et ne rassemble pas en lui les conditions pour être un dirigeant.

عن أبي ذر الغفاري رضي الله عنه قال : إنَّ خليلي أوصاني أن أسمعَ وأطيعَ وإن كان عبدًا حبَشيًّا مُجدَّعَ الأطرافِ
(رواه مسلم في صحيحه رقم ١٨٣٧)
.

D’après Abou Dhar (qu’Allah l’agrée), mon ami privilégié (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) (1) m’a ordonné sept choses:
– d’aimer les pauvres et de me rapprocher d’eux
– de regarder celui qui est en dessous de moi et de ne pas regarder celui qui est au dessus de moi (2)
– d’entretenir les liens de parentés même si eux me tournent le dos
– de ne rien demander à personne
– de dire la vérité même si c’est difficile
– de ne pas craindre pour Allah les reproches de ceux qui font des reproches
– de répéter beaucoup -Il n’y a de force et de puissance que par Allah- car ces paroles viennent d’un trésor sous le trône (3) ».
(Rapporté par Ahmed et authentifié par Cheikh Albani dans Silsila Sahiha n°2166, Hadith Isnad Sahih Rijalouhou Koullouhoum Thiqat)

(1) Il s’agit du Messager d’Allah (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui).

(2) Ceci concerne les choses de la vie d’ici bas par contre en ce qui concerne les choses de la religion la personne doit toujours regarder et prendre exemple sur ceux qui sont meilleurs qu’elle.

(3) En Phonétique: -La Hawla Wa La Qouwata Illa Billah-
En Arabe:

لاَ حَولَ وَلاَ قُوَّةَ إِلاَّ بِاللهِ

Cheikh Abder Razaq Al Abad a dit dans son livre Al Hawqala p 48: « Certaines personnes se trompent dans l’utilisation de cette parole, ils l’utilisent comme une parole de regret et ne comprenne pas d’elle le sens de la demande de secours. Cheikh Al Islam Ibn Taymiya a dit: Ceci car cette parole est une parole de demande de secours et pas une parole de regret. Beaucoup de gens la prononce lors des malheurs comme un regret et ils la disent par plainte et pas par patience ».

عن أبي ذر رضي الله عنه قال : أمرني خليلي صلى الله عليه وسلم بسبع : أمرني بحب المساكين و الدنو منهم و أمرني أن أنظر إلى من هو دوني و لا أنظر إلى من هو فوقي و أمرني أن أصل الرحم و إن أدبرت و أمرني أن لا أسأل أحدا شيئا و أمرني أن أقول بالحق و إن كان مرا و أمرني أن لا أخاف في الله لومة لائم و أمرني أن أكثر من قول : لا حول و لا قوة إلا بالله ، فإنهن من كنز تحت العرش
(رواه أحمد و صححه الشيخ الألباني في السلسلة الصحيحة رقم ٢١٦٦)

حكم : إسناد صحيح، رجاله كلهم ثقات

.

D’après Abou Dhar Al Ghifari (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Lorsque l’un d’entre vous aime son compagnon, qu’il se rende chez lui et qu’il l’informe qu’il l’aime pour Allah ».
(Rapporté par Ibn Al Moubarak et authentifié par Cheikh Albani dans la Silsila Sahiha n°418, Hadith Isnad Hasan)
عن أبي ذر الغفاري رضي الله عنه قال النّبي صلّى الله عليه و سلّم : إذا أحبَّ أحدُكم صاحبَه فلْيأتِه في منزلِه فلْيُخبرْه أنه يُحبُّه للهِ عزَّ وجلَّ
(رواه ابن المبارك و صححه الشيخ الألباني في السلسلة الصحيحة رقم ۴۱۸)

حكم : إسناده حسن أو أعلى

.

D’après Abou Dhar (qu’Allah l’agrée), j’ai dit: Ô Messager d’Allah ! Un homme aime des gens mais ne peut oeuvrer comme ils oeuvrent ?
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Tu es ô Abou Dhar avec ceux que tu aimes ».
Abou Dhar a dit: Certes j’aime Allah et son Messager.
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Tu es certes avec ceux que tu aimes ».
Ensuite Abou Dhar répéta cela et le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) répéta aussi sa réponse ».
(Rapporté par Abou Daoud et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Targhib n°3035, Hadith Sahih)
عن أبي ذر رضي الله عنه أنه قال يا رسول الله الرجل يحب القوم ولا يستطيع أن يعمل بعملهم ؟
قال رسول الله صلى الله عليه وسلم : أنتَ يا أبا ذرٍّ مع من أحببتَ . قال : فإنِّي أُحِبُّ اللهَ ورسولَهُ . قال : فإنَّك معَ مَن أحببتَ . قال : فأعادَها أبو ذرٍّ ، فأعادَها رسولُ اللهِ صلى الله عليه وسلم
(رواه أبو داود و صححه الشيخ الألباني في صحيح الترغيب و الترهيب رقم ٣٠٣٥)

حكم : صحيح

.

D’après Abou Dhar Al Ghifari (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Pratique la taqwa d’Allah (*) où que tu sois, fais suivre le péché par une bonne action car elle va l’effacer et comporte toi avec les gens avec un bon comportement ».
(Rapporté par Tirmidhi dans ses Sounan n°1987 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Tirmidhi, Hadith Hasan)

(*) La taqwa signifie le fait que la personne mette entre elle et le châtiment d’Allah une protection en pratiquant ce qu’Allah a ordonné et en s’écartant de ce qu’il a interdit.

عن أبي ذر الغفاري رضي الله عنه قال النبي صلى الله عليه و سلم : اتَّقِ اللَّهِ حيثُ ما كنتَ ، وأتبعِ السَّيِّئةَ الحسنةَ تمحُها ، وخالقِ النَّاسَ بخلقٍ حسنٍ
(رواه الترمذي في سننه رقم ١٩٨٧ و حسنه الشيخ الألباني في صحيح الترمذي)

حكم : حسن

.

D’après Abou Dhar (qu’Allah l’agrée) : J’ai dit: Ô Messager d’Allah ! Conseille moi !
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Si tu fais une mauvaise action alors fais la suivre par une bonne action qui l’effacera ».
J’ai dit: Ô Messager d’Allah! Est ce que -La Ilaha Illa Allah- (*) fait partie des bonnes actions.
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Elle est la meilleure des bonnes actions ».
(Rapporté par Ahmed et authentifié par cheikh Albani dans la Silsila Sahiha n°1373, Hadith Sahih Bi Majmou’ Tariq)

(*) C’est à dire le fait de dire -La Ilaha Illa Allah-.

Remarque : Je précise que la parole -La Ilaha Illa Allah- a des conditions pour que celui qui la prononce profite de ses bienfaits.

D’après Sa’id Ibn Ramana : On a dit à Wahb Ibn Mounabih (mort en 110 du calendrier hégirien): Est-ce que -La Ilaha Illa Allah- n’est pas la clé du paradis ?
Il a dit: Certes si, mais il n’y a aucune clé qui n’a pas de dents. Celui qui se rend à la porte avec une clé qui a les dents la porte s’ouvre pour lui mais celui qui se rend à la porte sans avoir de dents sur sa clé la porte ne s’ouvre pas pour lui.
(Rapporté par Abou Nouaym dans Hiliatoul Awliya vol 4 p 66 et authentifié par l’imam Ibn Hajar dans Al Matalib Al ‘Aliya n°2893 vol 12 p 334)

عن سعيد بن رمانة قال : قيل لوهب بن منبه : أليس مفتاح الجنة لا إله إلا الله ؟
قال : بلى ولكن ليس من مفتاح إلا وله أسنان فمن أتى الباب بأسنانه فُتِح له ومن لم يأت الباب بأسنانه لم يُفْتَح له
(رواه أبو نعيم في حلية الأولياء ج ٤ ص ٦٦ و حسنه الإمام ابن حجر في المطالب العالية رقم ٢٨٩٣ ج ١٢ ص ٣٣٤)


Cheikh Saleh Al Fawzan a dit:
« Le sens de la parole de Wahb Ibn Mounabih est que si tu viens avec -La Ilaha Illa Allah- en connaissant son sens et en oeuvrant par ce qu’elle signifie alors le paradis sera ouvert pour toi.
Par contre si tu viens avec les mots seulement, sans comprendre le sens et sans avoir oeuvré alors la parole -La Ilaha Illa Allah- ne te profitera pas et le paradis ne sera pas ouvert pour toi ».
(Cours Fiqh Al Waqi’ Wa Tajdid Al Khitab Dini à 1h11)

عن أبي ذر رضي الله عنه قال : قلت : يا رسول الله ! أوصني !
قال النّبي صلّى الله عليه و سلّم : إذا عملتَ سيئةً فأتبعْها حسنةًُ تمحُها
قلت : يا رسول الله ! أمن الحسنات لا إله إلا الله ؟
قال النّبي صلّى الله عليه و سلّم : هي أفضل الحسنات
(رواه أحمد و صححه الشيخ الألباني في السلسلة الصحيحة رقم ١٣٧٣)

حكم : صحيح بمجموع طرقه

.

D’après Abou Dhar (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Vous êtes certes aujourd’hui dans une époque où les savants sont nombreux et les sermonneurs (*) sont peu nombreux, celui qui délaisse le dixième de ce qu’il connait sera certes tombé dans la perdition.
Et viendra ensuite une époque dans laquelle les sermonneurs seront nombreux et les savants seront peu nombreux, celui qui s’accrochera au dixième de ce qu’il connait sera certes sauvé ».
(Rapporté par Al Harawi et authentifié par Cheikh Albani dans la Silsila Sahiha n°2510, Hadith Sahîh)

(*) Le sens voulu ici est que ce sont des gens qui appellent à l’Islam sans avoir les connaissances nécessaires pour cela.
(Voir Charh Sahih Al Adab Al Moufrad, hadith n°605)

عن أبي ذر رضي الله عنه قال النّبي صلّى الله عليه و سلّم : إِنَّكُمُ اليومَ في زَمانٍ كَثِيرٍ عُلَماؤُهُ ، قَلِيلٍ خُطَباؤُهُ ، مَنْ تركَ عُشرَ ما يعرفُ فقد هُوَى ، و يأتي من بعدَ زمانٍ كَثِيرٌ خُطَباؤُهُ ، قَلِيلٌ عُلَماؤُهُ ، مَنِ استمسكَ بعُشرِ ما يعرفُ فقد نجَا
(رواه الهروي و صححه الشيخ الألباني في السلسلة الصحيحة رقم ٢٥١٠)

حكم : إسناده صحيح رجاله ثقات

.

D’après ‘Abdallah Ibn ‘Omar (qu’Allah les agrée lui et son père), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Lorsqu’il arrive à l’un d’entre vous une affaire qu’il craint de perdre alors qu’il prie cette prière » c’est à dire le fait de regrouper deux prières (1).
(Rapporté par Nasai dans ses Sounan n°588 et authentifié par Cheikh Albani dans la Silsila Sahiha n°1370, Hadith Hasan)

(1) Lorsque quelque chose empêche le musulman de prier la prière obligatoire dans son temps, il lui est permis, de manière occasionelle, de regrouper les prières.
C’est à dire qu’il peut regrouper le dohr et le asr dans le temps d’une de ces deux prières, de même qu’il peut regrouper le maghreb et le ‘icha dans le temps d’une de ces deux prières.
Par contre la prière du sobh ne peut pas être regroupée avec une autre prière et doit être priée dans son temps.

L’imam Nawawi (mort en 676 du calendrier hégirien) a dit : « Un groupe parmi les imams a été d’avis qu’il est permis de regrouper les prières en résidence (*) en cas de besoin pour la personne qui ne prend pas cela comme une habitude ».
(Charh Sahih Mouslim, hadith n°705)

(*) C’est à dire que la personne n’est pas en voyage.

Muhammad Ibn Sirin (mort en 110 du calendrier hégirien) a dit : « Il n’y a pas de mal à regrouper entre deux prières en cas de besoin tant que la personne ne prend pas cela comme habitude ».
(Fath Al Bari de l’imam Ibn Rajab vol 4 p 271)

Remarque : Par contre il faut souligner le fait que sans excuse il n’est pas permis de regrouper les prières.

D’après Abou Qatada Al ‘Adwa, ‘Omar Ibn Al Khattab (qu’Allah l’agrée) a dit : « Fait partie des grands péchés le fait de regrouper entre les deux prières, c’est à dire sans excuse, le fait de fuir lors de la bataille et le fait de pratiquer la mutilation des cadavres ».
(Rapporté par Ibn Abi Hatim et authentifié par l’imam Ibn Kathir, voir Omdatou Tefsir vol 1 p 492)

عن عبدالله بن عمر رضي الله عنهما قال رسول الله صلّى الله عليه و سلم : إذا حضر أحدكُم الأمرُ يَخْشَى فوتهُ فليصلّ هذهِ الصلاةَ يعني الجمعُ بين الصلاتينِ
(رواه النسائي في سننه رقم ٥٨٨ و حسنه الشيخ الألباني في السلسلة الصحيحة رقم ١٣٧٠)

حكم : حسن

عن أبي قتادة العدوى قال عمر بن الخطاب رضي الله عنه : من الكَبائرِ جَمعٌ بين الصَّلاتيْنِ يَعني بغيرِ عُذرٍ والفِرارُ من الزَّحفِ والنُّهْبَةُ
(رواه ابن أبي حاتم و صححه الإمام ابن كثير كما في عمدة التفسير ج ١ ص ٤٩٢)
.

D’après Abou Dhar (qu’Allah les agrée) : Un jour je suis sorti auprès du Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) qui a dit: « Ne vais-je pas vous informer du plus avare des gens? ».
Ils ont dit: Certes ô Messager d’Allah !
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) dit: « Celui auprès de qui je suis mentionné et ne prie pas sur moi, celui là est le plus avare des gens ».
(Rapporté par Ibn Abi Asim et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Targhib n°1684, Hadith Sahîh li Ghayrihi)
عن أبي ذر رضي الله عنه قال : خرجت ذات يوم فأتيت رسول الله صلّى الله عليه وسلّم قال : ألا أخبركم بأبخل الناس ؟
قالوا : بلى يا رسولَ اللهِ !
قال رسول الله صلّى الله عليه وسلّم : من ذُكِرتُ عندَه فلم يُصلِّ عليَّ فذلك أبخلُ الناسِ
(رواه ابن أبي عاصم و صححه الشيخ الألباني في صحيح الترغيب و الترهيب رقم ١٦٨٤)

حكم : لغيره

.

D’après Fatima Bint Al Moundhir : « Nous couvrions nos visages alors que nous étions en ihram et nous étions avec Asma Bint Abi Bakr (qu’Allah les agrée elle et son père) ».
(Rapporté par l’imam Malik dans son Mouwata n°787 et authentifié par Cheikh Albani dans Irwa Al Ghalil n°1023, 4/212, Hadith Sahîh)

L’imam Al Qadi ‘Iyad (mort en 544 du calendrier hégirien) a dit : « Les savants ont dit qu’il n’est pas obligatoire à la femme de cacher son visage sur son chemin mais cela est une sounna qui lui est recommandée ».
(Voir Al Rad Al Moufhim p 120)

L’imam Ibn Hajar (mort en 852 du calendrier hégirien) a dit : « L’habitude des femmes, que ce soit à l’époque ou plus récemment, a toujours été de cacher leurs visages devant les hommes étrangers ».
(Fath Al Bari 9/324)

عن فاطمة بنت المنذر قالت : كنّا نُخَمِّر وجوهنا ونحن محرمات و نحن مع أسماء بتن أبي بكر الصديق رضي الله عنهما
(رواه الإمام مالك في الموطأ رقم ٧٨٧ و صححه الشيخ الألباني في إرواء الغليل رقم ١٠٢٣)

حكم : صحيح

.

D’après Abou Dhar (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit : « Les sept cieux comparés au koursi (*) ne sont que comme un anneau de fer jeté dans un désert et la grandeur du trône par rapport au koursi est comme celle de ce désert par rapport à cet anneau de fer ».
(Rapporté par Abou Nouaym et authentifié par Cheikh Albani dans Silsila Sahiha n°109, Hadith Sahîh)

Dans le hadith suivant le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) nous a montré l’immensité de deux créatures d’Allah qui sont le koursi et le trône.
Ainsi ce texte nous montre la grandeur d’Allah car comme les musulmans le répètent chaque jour dans leurs prières et leurs rappels: Allahou Akbar / الله أكبر / Allah est le plus grand.

(*) Allah a mentionné son koursi dans le Coran [Sourate Baqara n°2 verset 255] en disant: « Son koursi englobe les cieux et la terre ».

قال الله تعالى : وسع كرسيه السموات والأرض
(سورة البقرة ٢٥٥)
عن أبي ذر رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : ما السموات السبع في الكرسي إلا كحلقة ملقاة بأرض فلاة و فضل العرش على الكرسي كفضل تلك الفلاة على تلك الحلقة
(رواه أبو نعيم و صححه الشيخ الألباني في السلسلة الصحيحة رقم ١٠٩)

حكم : صحيح [لطرقه]

.

Jaber Ibn ‘Abdullah Al Ansari a dit : « Nous étions avec le Prophète (ﷺ) dans une expédition lorsqu’il dit « Il y a certainement à Médine des hommes qui, dans toute marche que vous faites et dans toute la vallée que vous traversez, sont avec vous : ce sont ceux qui y ont été retenus par la maladie »
[Mouslim]
Dans une autre version : « Ils partagent avec vous le salaire de vos œuvres (Mouslim et Boukhâri à partir de Anas qui a dit : « Nous étions avec le Prophète (ﷺ) , de retour de l’expédition de Tabouk, quand il dit « Des gens derrière nous à Médine, il n’est pas un sentier de montagne ou de vallée qu’on parcourt sans qu’ils n’y soient avec nous. »
(Ryad As Salihine Hadith n°4)

وعن أبي عبد الله جابر بن عبد الله الأنصارى رضي الله عنهما قال‏:‏ كنا مع النبي صلى الله عليه وسلم في غزاةٍ فقال‏:‏ ‏ »‏إن بالمدينة لرجالاً ماسرتم مسيراً، ولا قطعتم وادياً إلا كانوا معكم حبسهم المرض‏ »‏ وفى رواية‏:‏ ‏ »‏إلا شاركوكم في الأجر‏ »‏ ‏(‏‏(‏رواه مسلم‏)‏‏)‏‏.‏
‏(‏‏(‏ورواه البخاري‏)‏‏)‏ عن أنس رضي الله عنه قال‏:‏ رجعنا من غزوة تبوك مع النبي صلى الله عليه وسلم فقال‏:‏ ‏ »‏ إن أقواماً خلفنا بالمدينة ما سلكنا شعباً ولا وادياً إلا وهم معنا، حبسهم العذر‏ »‏‏.‏
(رياض الصالحين رقم ۴)
.

D’après Abou Dhar (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Certes le ayn s’accroche à un homme avec la permission d’Allah jusqu’à ce qu’il monte sur une haute montagne puis il en tombe ».
(Rapporté par Ahmed et authentifié par Cheikh Albani dans Silsila Sahiha n°889)
عن أبي ذر رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : إن العين لتولع الرجل بإذن الله حتى يصعد حالقا ، ثم يتردى منه
(رواه أحمد و حسنه الشيخ الألباني في السلسلة الصحيحة رقم ٨٨٩)

حكم : قوي بالطرق

.

D’après Abou Dhar (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Celui qui jeûne trois jours de chaque mois aura certes complété le jeûne du mois ».
(Rapporté par Nasai dans ses Sounan n°2409 et affaiblit par Cheikh Albani dans Da’if Nasai, Hadith Da’if)

Mais ce Hadith a été authentifié comme Hadith Sahih li Ghayrihi par Cheikh Albani dans Sahih Targhib n°1035

عن أبي ذر رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه وسلم : من صام ثلاثة أيام من كل شهر فقد تم صوم الشهر
(رواه النسائي رقم ۲۴۰۹ و الشيخ الألباني في ضعيف النسائي رقم ۲۴۰۹)

حكم : إسناده ضعيف

.

D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit:
« Celui qui vomi non volontairement alors qu’il jeûne n’a pas a rattraper mais celui qui se fait vomir volontairement qu’il rattrape ».
(Rapporté par Tirmidhi dans ses Sounan n°720 et authentifié par cheikh Albani dans Sahîh Tirmidhi, Hadith Sahîh)
عن أبي هريرة رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : من ذرعه القيء فليس عليه قضاء ومن استقاء عمدا فليقض
(رواه الترمذي في سننه رقم ٧٢٠ و صححه الشيخ الألباني في صحيح الترمذي)

حكم : صحيح

.

D’après Abou Al Mountafiq (qu’Allah l’agrée), je suis allé à La Mecque et j’ai demandé après le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui). Ils m’ont dit: Il est à ‘Arafat.
Je suis donc allé le trouver et j’ai voulu m’approcher de lui mais ils me l’ont interdit.
Alors le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: Laissez le.
Je me suis alors approché de lui au point où les têtes de nos montures se sont croisées.
Je lui ai dit: Ô Messager d’Allah ! Informe moi de ce qui va m’éloigner du châtiment d’Allah et qui va me faire rentrer dans le paradis ?
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) m’a dit: « Tu adores Allah et tu ne lui associes rien, tu accomplis la prière obligatoire, tu t’acquittes de l’aumône obligatoire, tu jeûnes le Ramadan, tu fais le hajj et la ‘omra et regarde ce que tu aimes que les gens fassent avec toi et tu le fais pour eux et ce que tu détestes que les gens te fassent tu ne leur fais pas ».
(Rapporté par Al Dawlabi et authentifié par cheikh Albani dans Silsila Sahiha n°3508)
عن أبي المنتفق رضي الله عنه قال : أتيت مكة فسألت عن رسول الله صلى الله عليه وسلم فقالوا : هو بعرفة
فأتيته فذهبت أدنو منه فمنعوني فقال : اتركوه
فدنوت منه حتى إذا اختلفت عنق راحلته وعنق راحلتي فقلت : يا رسول الله ! نبئني بما يباعدني من عذاب الله ويدخلني الجنة
قال رسول الله صلى الله عليه وسلم : تعبد الله ولا تشرك به شيئا وتقيم الصلاة المكتوبة وتؤدي الزكاة المفروضة وتصوم رمضان وتحج وتعتمر وانظر ما تحب من الناس أن يأتوه إليك فافعله بهم وما كرهت أن يأتوه إليك فذرهم منه
(رواه الدولابي و صححه الشيخ الألباني في السلسلة الصحيحة رقم ٣٥٠٨)

حكم : إسناده رجاله ثقات غير الزميل فهو مجهول وأما قوله عن رجل [أي في سنده ]

.

D’après Abou Dhar (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) m’a appelé et m’a dit: « Veux-tu me prêter serment d’allégence et tu auras le paradis ? ».
J’ai dit: Oui. Alors j’ai tendu ma main et le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit en mettant comme condition: « Tu me prêtes serment de ne rien demander à personne ».
J’ai dit: Oui.
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) ajouta: « Même ton fouet si tu le fais tomber jusqu’à ce que tu descendes et que tu le ramasses (*) ».
(Rapporté par Ahmed et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Targhib n°810, Hadith Sahîh)

(*) C’est à dire que si tu es sur ta monture et que tu fais tomber ton fouet tu descends de ta monture pour le ramasser et tu ne demandes pas à quelqu’un qui est au sol de te le passer.

Ce hadith nous montre le grand mérite de ne rien demander aux gens.

عن أبي ذر رضي الله عنه قال : دعاني رسول الله صلى الله عليه وسلم فقال : هل لك إلى البيعة ولك الجنة ؟
قلت : نعم . وبسطت يدي فقال رسول الله صلى الله عليه وسلم وهو يشترط علي : أن لا تسأل الناس شيئا
قلت : نعم .
قال رسول الله صلى الله عليه وسلم : ولا سوطك إن سقط منك حتى تنزل فتأخذه
(رواه أحمد و صححه الشيخ الألباني في صحيح الترغيب و الترهيب رقم ٨١٠)

حكم : إسناده صحيح

.

D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Les gens du paradis sont imberbes, beaux, blancs, les cheveux longs et les yeux enduits de kohl. Ils ont 33 ans et sont à l’image de Adam, ils font 60 coudées ».
(Rapporté par Ahmed et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Targhib n°3700, Hadith Hasan li Ghayrihi)
عن أبي هريرة رضي الله عنه قال النبي صلى الله عليه وسلم : يدخل أهل الجنة الجنة جردا مردا بيضا جعادا مكحلين أبناء ثلاث وثلاثين وهم على خلق آدم ستون ذراعا
(رواه أحمد و حسنه الشيخ الألباني في صحيح الترغيب و الترهيب رقم ٣٧٠٠)

حكم : حسن لغيره

.

D’après Abou Dhar (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Je connais certes le dernier des gens de l’enfer qui en sortira et le dernier des gens du paradis qui y rentrera.
C’est un homme qui sera amené le jour du jugement et il sera dit: Présentez lui ses petits péchés et élevez lui ses grands péchés.
Alors il lui sera dit: Tu as fait tel jour, telle et telle chose, tu as fait tel jour telle et telle chose.
Il dira: Oui.
Il ne pourra rien réfuter car il craindra que ses grands péchés ne lui soient présentés.
Il lui sera dit: Tu as à la place de chaque péché une bonne action.
Il va alors dire : Ô Seigneur ! J’ai fait des péchés que je ne vois pas ici ».
Abou Dhar (qu’Allah l’agrée) a dit : J’ai certes vu le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) rire au point de laisser apparaître ses molaires.
(Rapporté par Mouslim dans son Sahih n°190)
عن أبي ذر رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه وسلم : إني لأعرف آخر أهل النار خروجا من النار وآخر أهل الجنة دخولا للجنة : رجل يؤتى به يوم القيامة فيقال : اعرضوا عليه صغار ذنوبه وارفعوا عنه كبارها
فيقال له : عملت يوم كذا وكذا كذا وكذا وعملت يوم كذا وكذا كذا وكذا
فيقول : نعم . لا يستطيع أن ينكر وهو مشفق من كبار ذنوبه أن تعرض عليه
فيقال له : فإن لك مكان كل سيئة حسنة
فيقول : يا رب ! عملت أشياء لا أراها ههنا
قال أبو ذر رضي الله عنه : فلقد رأيتُ رسولَ اللهِ صلَّى اللهُ عليهِ وسلَّم ضحِك حتى بَدَتْ نواجذُه
(رواه مسلم في صحيحه رقم ١٩٠)
.

D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Certes le croyant dans sa tombe est dans un jardin verdoyant, sa tombe lui est élargie de soixante-dix coudées et elle est illuminée comme la lune durant une nuit où elle est pleine.
Savez-vous pourquoi est descendu ce verset: -Il aura certes une existence de gêne et nous le ressusciterons le jour du jugement aveugle- ? (1); Savez-vous ce qu’est l’existence de gêne ? ».
Ils ont dit: Allah et son messager sont plus savants.
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « C’est le châtiment du mécréant dans sa tombe.
Je jure par Celui qui détient mon âme dans Sa main ! Il sera certes attaqué par quatre-vingt dix neuf -tanin-.
Savez-vous ce qu’est un tanin ? Il s’agit de soixante-dix serpents, chaque serpent a sept têtes qui le mordent (2) et déchirent sa peau jusqu’au jour de la résurrection ».
(Rapporté par Abou Ya’la et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Targhib n°3552, Hadith Hasan)

(1) Il s’agit du verset 124 de la sourate Taha n°20.

(2) Le mot arabe qui a été utilisé dans le hadith sous-entend que le serpent transmet son poison avec sa morsure.

عن أبي هريرة رضي الله عنه قال النبي صلى الله عليه وسلم : إن المؤمن في قبره لفي روضة خضراء فيرحب له قبره سبعون ذراعا وينور له كالقمر ليلة البدر . أتدرون فيما أنزلت هذه الآية فإن له معيشة ضنكا ونحشره يوم القيامة أعمى ؟ أتدرون ما المعيشة الضنك ؟
قالوا : الله ورسوله أعلم
قال النبي صلى الله عليه وسلم : عذاب الكافر في قبره والذي نفسي بيده إنه يسلط عليه تسعة وتسعون تنينا أتدرون ما التنين سبعون حية لكل حية سبع رؤوس يلسعونه ويخدشونه إلى يوم القيامة
(رواه أبو يعلى و حسنه الشيخ الألباني في صحيح الترغيب و الترهيب رقم ٣٥٥٢)

حكم : حسن

.

D’après Abou Al Mountafiq (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Adore Allah et ne Lui donne aucun associé, accomplis la prière obligatoire, donne la zakat obligatoire, fais le hajj et la ‘omra, jeûne le ramadan, regarde comment tu aimes que les gens se comportent avec toi et fais le pour eux, et ce que tu déteste qu’ils te fassent ne leur fais pas ».
(Rapporté par Tabarani et authentifié par cheikh Albani dans Sahih Al Jami n°1039, Hadith Sahîh)
عن أبي المنتفق رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : اعبد الله لا تشرك به شيئًا وأقم الصلاة المكتوبة و أد الزكاة المفروضة وحج واعتمر وصم رمضان وانظر ما تحب للناس أن يأتوه إليك فافعله بهم وما تكره أن يأتوه إليك فذرهم منه
(رواه الطبراني و صححه الشيخ الألباني في صحيح الجامع رقم ١٠٣٩)

حكم : صحيح

.

D’après Abou Dhar (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Celui qui jeûne trois jours de chaque mois aura certes complété le jeûne du mois ».
(Rapporté par Nasai et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Targhib n°1035, Hadith Sahih li Ghayrihi)
عن أبي ذر رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه وسلم : من صام ثلاثة أيام من كل شهر فقد تم صوم الشهر
(رواه النسائي و صححه الشيخ الألباني في صحيح الترغيب و الترهيب رقم ١٠٣٥)

حكم : صحيح لغيره

.

D’après Abou Dhar (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Celui qui jeûne chaque mois trois jours alors ceci est le jeûne continu et Allah a envoyé pour confirmer cela dans son livre: – Celui qui vient avec une bonne action aura dix fois son équivalent – [Sourate Al An’am n°6 verset 160], un jour équivaut à dix jours ».
(Rapporté par Tirmidhi dans ses Sounan n°762 qui l’a authentifié et il a également été authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Tirmidhi, Hadith Sahîh)
عن أبي ذر رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه وسلم : من صام من كل شهر ثلاثة أيام فذلك صيام الدهر فأنزل الله تصديق ذلك في كتابه : ‘ من جاء بالحسنة فله عشر أمثالها ‘ اليوم بعشرة أيام
(رواه الترمذي في سننه رقم ٧٦٢ و صححه و صححه أيضاً الشيخ الألباني في تحقيق سنن الترمذي)

حكم : صحيح

.

Selon lui aussi (Abou Hurayra), le Messager d’Allah (ﷺ) a dit; «Le premier groupe d’hommes qui entreront au Paradis auront la splendeur de la pleine lune. Ceux qui, les suivront auront l’éclat de la plus brillante étoile du firmament. Ils n’ont ni urine, ni défécation, ni salive, ni morve. Leurs peignes seront d’or. Leur sueur aura l’odeur du musc. Leur encens sera le costus (riche racine d’Arabie et de l’Inde qui dégage en brûlant un parfum suave et très apprécié en Orient). Leurs épouses seront les Houris aux beaux yeux. Ils auront tous l’aspect d’un même homme, à l’image de leur père Adam: il s’élance dans le ciel avec une stature de soixante coudées».
(UNANIMEMENT RECONNU AUTHENTIQUE)

Dans une autre version d’Al Boukhâri et Mouslim: « Leur vaisselle y sera d’or, leur sueur de musc. Chacun d’eux aura deux épouses tellement belles qu’on voit la mœlle des os de leurs jambes de derrière la chair. Nul désaccord entre eux et nulle haine. Leurs cœurs seront comme celui d’un seul homme. Ils ne font que répéter « SoubhanalLah » (gloire et pureté à Allah) au début du jour et à sa fin ».
(Ryad As Salihine Hadith n°1882, Rapporté par Mouslim)

وعنه قال‏:‏ قال رسول الله صلى الله عليه وسلم ‏ « ‏أول زمرة يدخلون الجنة على صورة القمر ليلة البدر، ثم الذين يلونهم على أشد كوكب دري في السماء إضاءة، لا يبولون ولا يتغوطون، ولا يتفلون، ولا يتمخطون، أمشاطهم الذهب، وريحهم المسك، ومجامرهم الألوة -عود الطيب- أزواجهم الحورالعين، على خلق رجل واحد، على صورة أبيهم آدم ستون ذراعاً في السماء‏ »‏ ‏(‏‏(‏متفق عليه‏)‏‏)‏‏.‏
وفي رواية للبخاري ومسلم‏:‏ آنيتهم فيها الذهب، ورشحهم المسك، ولكل واحد منهم زوجتان يرى مخ ساقهما من وراء اللحم من الحسن، لا اختلاف بينهم ، ولا تباغض‏:‏ قلوبهم قلب رجل واحد، يسبحون الله بكرة وعشياً‏.
(رياض الصالحين رقم ۱۸۸۲)
.

D’après Abou Dhar (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Alors que j’étais à La Mecque, le plafond de ma maison a été fendu.
Jibril est alors descendu et a fendu ma poitrine puis il l’a lavé avec de l’eau de zamzam.
Il est ensuite venu avec un récipient en or rempli de sagesse et de foi, il l’a vidé dans ma poitrine.
Après cela il a pris ma main et m’a fait monter vers le ciel de la vie d’ici-bas…
(Rapporté par Boukhari dans son Sahih n°349)

(*) Hadith partiellement rapporté

عن أبي ذر رضي الله عنه أنَّ رسولَ اللهِ صلَّى اللهُ عليه وسلَّم قال : فُرِجَ عن سقفِ بيتي وأنا بمكةَ فنزَل جِبريلُ ففرَج صدري ثم غسَله بماءِ زَمزَمَ ثم جاء بطَستٍ من ذهَبٍ ممتَلِئٍ حكمةً وإيمانًا فأفرَغه في صدري
ثم أخَذ بيدي فعرَج بي إلى السماءِ الدنيا
(رواه البخاري في صحيحه رقم ٣٤٩)
.

D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Les gens vont suer le jour de la résurrection au point où leur sueur va couler sur la terre d’une distance de 70 coudées et elle va les submerger au point où elle va atteindre leurs oreilles ».
(Rapporté par Boukhari dans son Sahih n°6532)
عن أبي هريرة رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : يعرق الناس يوم القيامة حتى يذهب عرقهم في الأرض سبعين ذراعًا ويلجمهم حتى يبلغ آذانهم
(رواه البخاري في صحيحه رقم ٦٥٣٢)
.

D’après Abou Dhar (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Ceux de ma communauté qui m’aiment le plus sont des gens qui vont venir après moi, l’un d’eux aurait aimé donner sa famille et son argent pour me voir ».
(Rapporté par Ahmed et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Al Jami n°1003, Hadith Sahîh)
عن أبي ذر رضي الله عنه قال النبي صلى الله عليه و سلم : أشد أمتي لي حبًا قوم يكونون بعدي يود أحدهم أنه أعطى أهله و ماله و أنه رآني
(رواه أحمد و صححه الشيخ الألباني في صحيح الجامع رقم ١٠٠٣)

حكم : صحيح

.

D’après Abou Dhar Al Ghifari (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Il n’y a pas un homme qui accuse un autre homme de perversité (*) ou de mécréance sans que cette accusation ne revienne sur lui si son compagnon n’est pas comme il a dit ».
(Rapporté par Boukhari dans son Sahih n°6045)

(*) Le sens de la perversité ici est la désobéissance à Allah.

عن أبي ذر الغفاري رضي الله عنه قال النبي صلى الله عليه و سلم : لا يرمي رجلٌ رجُلًا بالفسوقِ ولا يرميهِ بالكفرِ إلَّا ارتدَّت عليهِ إن لَم يَكن صاحبُه كذلِك
(رواه البخاري في صحيحه رقم ٦٠٤٥)
.

D’après ‘Abou Dhar (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: a dit en parlant des Prophètes: « Parmi eux, il y en a quatre qui sont arabes : Hoûd, Sâlih, Chou’ayb, et ton Prophète, Ô Abou Dhar ».».
(Rapporté par Ibn Hibban dans son Sahih n°361 et affaibli par Cheikh Albani dans la correction de Sahîh ibn Hibbân, Dai’fa Djiddan)

* Hadith rapporté partiellement.

_______________________________________________
Ce hadith est très faible. Ibrahim ibn Hisham al-Ghassani qui figure dans sa chaîne de transmission a été qualifié de «abandonné» par adh-Dhahabi. Pire, Abou Hatim l’a qualifié de menteur. Ce qui a amené Ibn al-Djawzi à juger le hadith apocryphe.

Ibn Kathir (Puisse Allah lui accorder Sa miséricorde) dit: «Ce hadith a été rapporté dans son intégralité par Abou Hatim ibn Hibban al-Bousti dans son livre intitulé al-anwaa’ wat taqaasiim. Il l’a jugé authentique. Quant à Aboul Faradj, Ibn al-Djawzi, il a cité le hadith dans son livre al-mawdhouat et accusé Ibrahim ibn Hisham de l’avoir fabriqué. Nul doute que bon nombre des imams vérificateurs de hadith ont mis en cause le précité Ibrahim à cause de sa transmission de ce hadith. Tafsir Ibn Kathir (2/470).

Chouayb al-Arnaout dit : sa chaîne de transmission est très faible. Puis il cite les propos des ulémas sur Ibrahim ibn Hisham. Tahqiiq Sahih Ibn Hibban (2/79).

عن أبي ذر رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : أوأربعةٌ من العَربِ ؛ هودٌ ، وصالِحٌ ، وشُعَيبٌ ، ونبيُّكَ يا أبا ذَرٍّ
(رواه بن حبان في صحيحه رقم ۰۳۶۱ و صححه الشيخ الألباني في التعليقات الحسان على صحيح ابن حبان رقم ٧٠٦٤)

حكم : ضعيف جدا

.

Abou Hourayra rapporte : « Nous étions invités à un repas en compagnie du Prophète (ﷺ). On avait apporté de la viande à l’Envoyé de d’Allah. Il prit l’épaule, qui était son morceau préféré, en mangea une bouchée et dit : « Je serai le seigneur des hommes le jour du Jugement. Et savez-vous pourquoi ? Tous les hommes, les premiers comme les derniers, seront réunis à un même endroit, de sorte que celui qui voudra les observer pourra tous les voir et celui qui les appellera pourra se faire entendre d’eux tous. Le Soleil s’approchera d’eux, et ils seront dans une angoisse et un trouble insupportables. Ils diront alors : « Ne voyez-vous pas dans quelle situation nous sommes ? Voyez-vous quelqu’un qui pourrait intercéder pour nous auprès du Seigneur ? » Certains diront alors : « Votre père Adam ! » Ils iront trouver Adam et lui diront : « Adam, tu es le père du genre humain ; Allah t’a crée de Sa Main, Il a insufflé en lui Son Esprit ; Il a ordonné aux anges de se prosterner devant toi et ils l’ont fait. Et Il t’a fait demeurer au Paradis. Intercède donc pour nous auprès du Seigneur! Ne vois-tu pas dans quel état nous sommes ? » Mais Adam répondra : « Aujourd’hui, le Seigneur éprouve une colère qu’Il n’a jamais connue auparavant et qu’Il ne connaîtra jamais plus à l’avenir. Il m’avait autrefois défendu de toucher à l’arbre et je Lui ai désobéi. J’ai assez à faire avec moi-même ! J’ai assez à faire avec moi-même ! J’ai assez à faire avec moi-même ! Adressez-vous à un autre que moi ! Allez trouver Noé ! » Ils iront trouver Noé et lui diront : « Noé, tu es le premier des envoyés de d’Allah vers les hommes ; Allah t’a qualifié de serviteur reconnaissant. Ne vois-tu pas dans quel état nous sommes ? Intercède en notre faveur auprès du Seigneur! » Noé répondra : « Le Seigneur, aujourd’hui, éprouve une colère qu’il n’a jamais connue auparavant et qu’Il ne connaîtra jamais plus à l’avenir. Je L’avais invoqué contre mon peuple. J’ai assez à faire avec moi-même ! J’ai assez à faire avec moi-même ! J’ai assez à faire avec moi-même ! Adressez-vous à un autre que moi ! Allez trouver Abraham ! » Ils iront trouver Abraham et lui diront : « Abraham, tu es prophète d’Allah et Son ami parmi les hommes. Intercède en notre faveur auprès du Seigneur ! Ne vois-tu pas dans quel état nous sommes ? » Mais il répondra : « Aujourd’hui, le Seigneur éprouve une colère qu’Il n’a jamais ressentie auparavant et qu’Il ne ressentira jamais plus à l’avenir. Et moi, j’ai menti par trois fois. J’ai assez à faire avec moi-même [trois fois] ! Adressez-vous à un autre que moi ! Allez trouver Moïse! » Ils iront trouver Moïse et lui diront : « Moïse, tu es un envoyé d’Allah, Allah t’a favorisé en te faisant transmettre aux hommes Ses commandements et Ses paroles. Intercède en notre faveur auprès du Seigneur ! Ne vois-tu pas dans quel état nous sommes ? » Mais il répondra : « Aujourd’hui, le Seigneur éprouve une colère qu’Il n’a jamais connue auparavant et qu’Il ne connaîtra jamais plus à l’avenir. J’ai tué un homme sans en avoir reçu l’ordre. J’ai assez à faire avec moi-même [trois fois] ! Adressez-vous à un autre que moi ! Allez trouver Jésus ! » Ils iront trouver Jésus et lui diront : « Jésus, tu es l’envoyé d’Allah et Son Verbe qu’Il a déposé en Marie. Tu es l’esprit de d’Allah, et tu parlais aux hommes dès le berceau. Intercède en notre faveur auprès du Seigneur! Ne vois-tu pas dans quel état nous sommes ? » Mais il répondra : « Le Seigneur est aujourd’hui dans une colère qu’Il n’a jamais connue auparavant et qu’Il ne connaîtra plus jamais à l’avenir. » Il n’évoquera pas de faute commise et ajoutera : « J’ai assez à faire avec moi-même [trois fois] ! Adressez-vous à un autre que moi ! Allez trouver Mouhammad ! » Et ils iront trouver Mouhammad. [Boukhari et Mouslim]

On trouve dans une autre version : « Ils iront trouver Mouhammad et lui diront : « Mouhammad, tu es l’Envoyé d’Allah et le sceau des prophètes. Allah t’a pardonné tes fautes passées et à venir. Intercède en notre faveur auprès du Seigneur ! Ne vois-tu pas dans quel état nous sommes ? » Alors, j’irai me placer sous le Trône de d’Allah et tomberai à genoux devant le Seigneur. Allah m’inspirera des formules d’adoration et de glorification qu’Il n’aura inspirées à personne avant moi. Ensuite, j’entendrai dire : « Ô Mouhammad, relève la tête! Demande et tu obtiendras ! Intercède et tu seras exaucé ! » Alors je relèverai la tête et dirai : « Ma communauté, Ô Seigneur! Ma communauté, Ô Seigneur! Ma communauté, Ô Seigneur ! » On me répondra : « Mouhammad ! Fais entrer ceux de ta communauté qui n’ont pas de comptes à rendre par la porte de droite, une des portes du Paradis ; ils seront aussi les associés de ceux qui seront passes par les autres portes. » Puis le Prophète ajouta : « Je jure par Celui qui tient mon âme dans Sa Main, la distance qui sépare les deux vantaux des portes du Paradis est égale à celle qui sépare La Mecque de Hajar (Bahrein), ou celle qui sépare La Mecque de Busra. (Syrie) »
[Bukhari et Muslim]
(Ryad As Salihine Hadith n°1867, Rapporté par Al Boukhari et Mouslim).

وعن أبي هريرة رضي الله عنه قال‏:‏ كنا مع رسول الله صلى الله عليه وسلم في دعوة، فرفع إليه الذراع، وكانت تعجبه، فنهس منها نهسة وقال‏:‏ أنا سيد الناس يوم القيامة، هل تدرون مم ذاك‏؟‏ يجمع الله الأولين والآخرين في صعيد واحد، فيبصرهم الناظر، ويسمعهم الداعي، وتدنوا منهم الشمس، فيبلغ الناس من الغم والكرب ما لا يطيقون ولا يحتملون ، فيقول الناس‏:‏ ألا ترون إلى ما أنتم فيه إلى ما بلغكم، ألا تنظرون من يشفع لكم إلى ربكم‏؟‏ فيقول بعض الناس لبعض‏:‏ أبوكم آدم، ويأتونه فيقولون‏:‏ يا آدم أنت أبو البشر، خلقك الله بيده، ونفخ فيك من روحه، وأمر الملائكة، فسجدوا لك وأسكنك الجنة، ألا تشفع لنا إلى ربك‏؟‏ ألا ترى ما نحن فيه، وما بلغنا‏؟‏ فقال‏:‏ إن ربي غضب غضباً لم يغضب قبله مثله، ولا يغضب بعده مثله، وإنه نهاني عن الشجرة، فعصيت، نفسي نفسي نفسي، اذهبوا إلى غيري، إذهبوا إلى نوح، فيأتون نوحا فيقولون‏:‏ يا نوح ، أنت أول الرسل إلى أهل الأرض، وقد سماك الله عبداً شكوراً، ألا ترى ما نحن فيه، ألا ترى ما بلغنا ألا تشفع لنا إلى ربك‏؟‏ فيقول‏:‏ إن ربي غضب اليوم غضباً لم يغضب قبله مثله، ولن يغضب بعده مثله، وإنه قد كانت لي دعوة دعوت بها على قومي، نفسي نفسي نفسي، اذهبوا إلى غيري، اذهبوا إلى إبراهيم فيأتون إبراهيم فيقولون‏:‏ يا إبراهيم أنت نبي الله وخليله من أهل الأرض اشفع لنا إلى ربك، ألا ترى ما نحن فيه‏؟‏ فيقول لهم‏:‏ إن ربي غضب اليوم غضباً لم يغضب قبله مثله، ولن يغضب بعده مثله، وإني كنت كذبت ثلاث كذبات، نفسي نفسي نفسي، اذهبوا إلى غيري، اذهبوا إلى موسى، فيأتون موسى، فيقولون‏:‏ يا موسى أنت رسول الله فضلك الله برسالاته وبكلامه على الناس، اشفع لنا إلى ربك ألا ترى ما نحن فيه‏؟‏ فيقول‏:‏ إن ربي قد غضب اليوم غضباً لم يغضب قبله مثله، ولن يغضب بعده مثله، وإني قد قتلت نفساً لم أومر بقتلها، نفسي نفسي نفسي، اذهبوا إلى غيري، اذهبوا إلى عيسى، فيأتون عيسى، فيقولون‏:‏ يا عيسى أنت رسول الله وكلمته ألقاها إلى مريم وروح منه ، وكلمت الناس في المهد ‎، اشفع لنا إلى ربك، ألا ترى ما نحن فيه‏؟‏ فيقول عيسى‏:‏ إن ربي غضب اليوم غضباً لم يغضب قبله مثله، ولن يغضب بعده مثله ولم يذكر ذنباً، نفسي نفسي نفسي، اذهبوا إلى غيري، اذهبوا إلى محمد صلى الله عليه وسلم ‏ »‏‏.‏ وفي رواية‏:‏ ‏ »‏فيأتوني فيقولون‏:‏ يا محمد أنت رسول الله وخاتم الأنبياء، وقد غفر لك ما تقدم من ذنبك وما تأخر، اشفع لنا إلى ربك، ألا ترى ما نحن فيه‏؟‏ فأنطلق، فأتي تحت العرش، فأقع ساجداً لربي، ثم يفتح الله علي من محامده، وحسن الثناء عليه شيئاً لم يفتح على أحد قبلي ثم يقال‏:‏ يا محمد ارفع رأسك، سل تعطه، واشفع تشفع، فأرفع رأسي، فأقول أمتي يارب، أمتي يا رب، فيقال‏:‏ يا محمد أدخل من أمتك من لا حساب عليهم من الباب الأيمن من أبواب الجنة وهم شركاء الناس فيما سوى ذلك من الأبواب‏ »‏ ثم قال‏:‏‏ »‏ والذي نفسي بيده إن ما بين المصراعين من مصاريع الجنة كما بين مكة وهجر، أو كما بين مكة وبصرى‏ »‏ ‏(‏‏(‏متفق عليه‏)‏‏)‏‏.‏
(رياض الصالحين رقم ۱۸۶۷)
.

D’après Abou Oumama Al Bahili (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Alors que je dormais deux hommes sont venus à moi et m’ont pris par l’épaule pour m’emmener vers une montagne escarpée et m’ont dit: Monte !
J’ai dit: Je ne peux pas y arriver.
Ils ont dit: Nous allons te la rendre facile.
Alors je suis monté et arrivé au milieu de la montagne j’ai entendu de forts cris. J’ai demandé: Qu’est ce que ces cris ? Ils me répondirent: Ce sont les cris des gens de l’enfer.
Puis nous avons continué jusqu’à arriver vers des gens pendus par les chevilles avec leurs bouches tranchées et ensanglantées. J’ai dit: Qui sont-ils ? Ils me répondirent: Ce sont les gens qui rompaient leurs jeûnes avant son terme.
Puis nous avons continué vers des gens très gros, nauséabonds et très laids. J’ai dit: Qui sont ils ? Ils me répondirent: Ce sont des mécréants morts.
Puis nous avons continué vers des gens qui sentaient encore plus mauvais comme si leur odeur était celle des toilettes. J’ai dit: Qui sont-ils ? Ils me répondirent: Ce sont ceux qui commettent la fornication.
Puis nous avons continué vers des femmes qui avaient les seins mordus par des serpents. J’ai dit: Qui sont-elles ? Ils me répondirent: Ce sont celles qui privent leurs enfants de leur lait (*).
Puis nous avons continué vers des enfants qui jouaient entre deux fleuves. J’ai dit: Qui sont-ils ? Ils me répondirent: Ce sont les enfants des croyants.
Puis nous sommes montés et nous avons vu trois personnes qui buvaient du vin. J’ai dit: Qui sont-ils ? Ils me répondirent: C’est Ja’far, Zayd et Ibn Rawaha.
Puis nous nous sommes élevés une nouvelle fois et nous avons vus trois hommes. J’ai dit: Qui sont-ils ? Ils me répondirent: C’est Ibrahim, Moussa et ‘Issa qui t’attendent ».
(Rapporté par Ibn Khouzeyma dans son Sahih n°1986 et authentifié par cheikh Albani dans la Silsila Sahiha n°3951)

(*) C’est à dire qu’elles refusent d’allaiter leurs enfants.

Cheikh Albani a dit : « Ceci est le châtiment de celui qui jeûne puis rompt volontairement le jeûne avant le moment de la rupture du jeûne. Alors comment sera la situation de celui qui ne jeûne pas du tout ?! ».
(Silsila Sahiha vol 7, 2ème partie à la page 319)

عن أبي أمامة الباهلي رضي الله عنه قال سمعت رسول الله صلى الله عليه وسلم يقول : بينا أنا نائم أتاني رجلان فأخذا بضبعي فأتيا بي جبلا وعرا فقالا : اصعد . فقلت : إني لا أطيقه . فقالا : إنا سنسهله لك .
فصعدت حتى إذا كنت في سواء الجبل فإذا أنا بأصوات شديدة فقلت : ما هذه الأصوات ؟ قالوا : هذا عواء أهل النار
ثم انطلق بي فإذا أنا بقوم معلقين بعراقيبهم مشققة أشداقهم تسيل أشداقهم دما . قلت : من هؤلاء ؟ قيل : هؤلاء الذين يفطرون قبل تحلة صومهم
ثم انطلق بي فإذا أنا بقوم أشد شيء انتفاخا وأنتنه ريحا وأسوأه منظرا . فقلت : من هؤلاء ؟ قال : هؤلاء قتلى الكفار
ثم انطلق بي فإذا أنا بقوم أشد شيء انتفاخا وأنتنه ريحا كأن ريحهم المراحيض . قلت : من هؤلاء ؟ قال : هؤلاء الزانون
ثم انطلق بي فإذا أنا بنساء تنهش ثديهن الحيات . قلت : ما بال هؤلاء ؟ قيل : هؤلاء يمنعن أولادهن ألبانهن
ثم انطلق بي فإذا بغلمان يلعبون بين نهرين . قلت : من هؤلاء ؟ قال : هؤلاء ذراري المؤمنين
ثم شرف بي شرفا فإذا أنا بثلاثة يشربون من خمر لهم . قلت : من هؤلاء ؟ قال : هؤلاء جعفر وزيد وابن رواحة
ثم شرف بي شرفا آخر فإذا أنا بنفر ثلاثة . قلت : من هؤلاء قال هذا إبراهيم وموسى وعيسى وهم ينتظرونك
(رواه ابن خزيمة في صحيحه رقم ١٩٨٦ و صححه الشيخ الألباني في السلسلة الصحيحة رقم ٣٩٥١)
.

D’après Abou Dhar (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: «Ô Abou Dhar Si tu jeûnes 3 jours dans le mois, alors jeûne le 13e, le 14e et le 15e ».
(Rapporté par Tirmidhi dans ses Sounan n°761 qui l’a authentifié et il a également été authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Tirmidhi, Hadith Hasan Sahîh)
عن أبي ذر رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : يا أبا ذر إذا صمت من الشهر ثلاثة أيام ، فصم ثلاث عشر ، وأربع عشر ، وخمس عشر
(رواه الترمذي في سننه رقم ٧٦١ و حسنه و صححه الشيخ الألباني في صحيح الترمذي)

حكم : حسن صحيح

.

Le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui):
Celui qui se vante d’appartenir à une lignée particulière à la manière de la Jahiliyya dites lui de mordre la chose de son père (*) Dite le sans euphémisme!.
(Rapporté par Boukhari dans Adab Moufrad n°963 et authentifié par Cheikh Albani dans la Silsila Sahiha n°69, Hadith Sahîh)

(*) Son sexe

D’après ‘Utayy ibn Damura sa’dî (Qu’Allah l’agrée), que Oubayy ibn ka’b a entendu un homme se vanter d’appartenir à une lignée particulière, il lui dit : mord donc la chose de ton père, en utilisant un mot cru. «Ô abou moundhir ! tu n’était pas vulgaire auparavant ! », il dit : « j’ai entendu le messager d’Allah sallallahou ‘alayhi wa sallam dire :… ».

(*) Le prophète sallallahou ‘alayhi wa sallam a utilisé le mot chose pour désigner le sexe, mais il demande de ne pas utilisé ce mot (trop poli), mais d’utiliser plutôt le mot vulgaire. C’est pour cela qu’il dit « Dite le sans euphémisme! ».

من تعزى بعزى الجاهلية، فأعضوه بهن أبيه ولا تكنوا
(رواه  الإمام البخاري في الأدب المفرد و صححه الشيخ الألباني في السلسلة الصحيحة رقم ٢٦٩)

 عن عتي بن ضمرة السعدي عن أبي بن كعب أنه سمع رجلا يقول:
يال فلان! فقال له: اعضض بهن أبيك، ولم يكن، فقال له: يا أبا المنذر ما
كنت فحاشا، فقال: إني سمعت رسول الله صلى الله عليه وسلم يقول: فذكره.

حكم : صحيح

.

D’après Abou Dhar (qu’Allah l’agrée), on a apporté un lapin au Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui).
L’homme qui a apporté le lapin a dit: Certes je l’ai vu avoir ses menstrues.
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) n’a pas mangé et a dit: « Mangez ».
L’homme a dit: Je jeûne.
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) lui a dit: « Quel est ton jeûne? ».
L’homme a dit: Trois jours chaque mois.
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Où en es-tu par rapport à la blanche clarté, le 13, le 14 et le 15?! ».
(Rapporté par Nasai dans ses Sounan n°4311 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Nasai, Hadith Hasan)
عن أبي ذر رضي الله عنه : أتي رسول الله صلى الله عليه وسلم بأرنب فقال الرجل الذي جاء بها : إني رأيتها تدمى !
فكان النبي صلى الله عليه وسلم لم يأكل ثم إنه قال : كلوا
فقال رجل : إني صائم
قال النبي صلى الله عليه وسلم : وما صومك ؟
قال : من كل شهر ثلاثة أيام
قال النبي صلى الله عليه وسلم : فأين أنت عن البيض الغر ثلاث عشرة وأربع عشرة وخمس عشرة ؟

(رواه النسائي في سننه رقم ٤٣١١ و حسنه الشيخ الألباني في صحيح النسائي)

حكم : حسن

.

D’après Abou Dharr (Qu’Allah l’agrée) a dit: J’ai dis: Ô Messager d’Allah (ﷺ): Quel Prophète fut le premier? Il a dit: «Adam». J’ai dis: Ô Messager d’Allah, Adam fut-il un Prophète ? – Oui, un prophète, auquel Allah a parlé;
Je l’ai dit: Ô Messager d’Allah, Combien il y a eu de Messager? Il a dit: trois cent quinze.
Dans une autre narration de Abû Umâma, Abou Dharr a dit: J’ai dis: Ô Messager d’Allah quel a été le nombre total de prophètes (« Nabî »)? – Il y en a eu cent vingt quatre-mille, trois cent quinze parmi eux ont été messagers (« Rassul »)…
(Rapporté par Ahmed et authentifié par Cheikh Albani dans Al Mishkat n°5737 Vol 3 p 1599, Hadith Sahîh)
وعن أبي ذر قال: قلت: يا رسول الله أي الأنبياء كان أول؟ قال: «آدم» . قلت: يا رسول الله ونبي كان؟ قال: «نعم نبي مكلم» . قلت: يا رسول الله كم المرسلون؟ قال: «ثلاثمائة وبضع عشر جما غفيرا»
وفي رواية عن أبي أمامة قال أبو ذر: قلت يا رسول الله كم وفاء عدة الأنبياء؟ قال: «مائة ألف وأربعة وعشرون ألفا الرسل من ذلك ثلاثمائة وخمسة عشر جما غفيرا»
(رواه أحمد و صححه الشيخ الألباني في تخريج مشكاة المصابيح رقم ۵۷۳۷)

حكم : صحيح

.

D’après Abou Dhar (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) est sorti en hiver alors que les feuilles tombaient.
Il a pris la branche d’un arbre et a fait tomber ses feuilles puis a dit: « Ô Abou Dhar! ».
J’ai dit: J’arrive ô Messager d’Allah.
Il a dit: « Certes lorsque le serviteur musulman prie une prière par laquelle il recherche le visage d’Allah, ses péchés tombent comme tombent les feuilles de cet arbre ».
(Rapporté par Ahmed et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Targhib n°384, Hadith Hasan li Ghayrihi)

Ce hadith nous montre le grand mérite de la prière mais ce mérite, comme l’a montré le Messager d’Allah (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui), est conditionné au fait que la personne prie cette prière avec sincérité, en recherchant par celle-ci le visage d’Allah.

عن أبي ذر رضي الله عنه أن النبي صلى الله عليه وسلم خرج في الشتاء والورق يتهافت . فأخذ بغصن من شجرة فجعل ذلك الورق يتهافت فقال : يا أبا ذر !
قلت : لبيك يا رسول الله
قال النبي صلى الله عليه وسلم : إن العبد المسلم ليصلي الصلاة يريد بها وجه الله فتهافت عنه ذنوبه كما تهافت هذا الورق عن هذه الشجرة
(رواه أحمد و حسنه الشيخ الألباني في صحيح الترغيب و الترهيب رقم ٣٨٤)

حكم : حسن لغيره

.

D’après Abou Dhar (qu’Allah l’agrée), je suis parti chercher le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) dans certaines palmeraies de Médine et je l’ai trouvé assis et je lui ai passé le salam. Il avait des petites pierres posées devant lui alors il les a prises dans sa main et elles se sont mises à faire du tesbih (*) dans sa main puis il les a posées par terre et elle se sont tus.
Ensuite il les a prises et les a posées dans la main de Abou Bakr (qu’Allah l’agrée) et elles ont fait du tesbih dans la main d’Abou Bakr (qu’Allah l’agrée).
Puis il les a reprises et les a posées par terre et elles se sont tus.
Puis il les a prises et les a posées dans la main de ‘Omar (qu’Allah l’agrée) et elles ont fait du tesbih dans la main de ‘Omar (qu’Allah l’agrée).
Puis il les a reprises et les a posées par terre et elles se sont tus.
Puis il les a prises et les a posées dans la main de ‘Othman (qu’Allah l’agrée) et elles ont fait du tesbih dans la main de ‘Othman (qu’Allah l’agrée).
Puis il les a reprises et les a posées par terre et elles se sont tus.
(Rapporté par Ibn Abi ‘Asim dans Kitab Sounna n°1146 et authentifié par Cheikh Albani dans Dhilal Al Janna Fi Takhrij Sounna n°1146, Hadith Sahîh)

(*) C’est à dire le fait de dire Sobhanallah.

عن أبي ذر رضي الله عنه قال: إني انطلقت التمس رسول الله في بعض حوائط المدينة فإذا رسول الله قاعد فأقبلت إليه و سلمت عليه و حصيات موضوعة بين يديه فأخذهن في يده فسبحن في يده ثم فوضعهن في الأرض فسكتن ثم أخذهن فوضعهن في يد أبي بكر فسبحن في يده ثم أخذهن فوضعهن في الأرض فخرسن ثم أخذهن فوضعهن في يد عمر فسبحن في يده ثم أخذهن فوضعهن في الأرض فخرسن ثم أخذهن فوضعهن في يد عثمان فسبحن ثم أخذهن فوضعهن في الأرض فخرسن
(رواه ابن أبي عاصم في كتاب السنة رقم ١١٤٦ و صححه الشيخ لألباني في ظلال الجنة في تخريج السنة)

حكم : صحيح

.

D’après Abou Dhar (qu’Allah l’agrée) : J’ai dit : Ô Messager d’Allah ! Conseille moi.
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) m’a dit: « Je te conseille la taqwa d’Allah (*) car il s’agit certes de la beauté de toute ton affaire ».
J’ai dit: Ô Messager d’Allah ! Rajoute moi.
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Je te conseille la lecture du Coran et le dhikr d’Allah car c’est ton rappel dans les cieux et c’est une lumière pour toi sur la terre ».
J’ai dit: Ô Messager d’Allah ! Rajoute moi.
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Prend garde à trop rire car certes cela tue le coeur et fait partir la lumière du visage ».
J’ai dit: Ô Messager d’Allah ! Rajoute moi.
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Dis la vérité même si elle est amère ».
J’ai dit: Ô Messager d’Allah ! Rajoute moi.
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « N’ai pas peur pour Allah des critiques des critiqueurs ».
(Rapporté par Al Hakim et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Targhib n°2868, Hadith Sahîh li Ghayrihi)

(*) La taqwa d’Allah est un terme qui signifie que la personne va mettre entre elle et le châtiment d’Allah une protection en pratiquant ce qu’Allah a ordonné et en délaissant ce qu’il a interdit.

عن أبي ذر رضي الله عنه قال : قلت : يا رسول الله ! أوصني
قال رسول الله صلى الله عليه وسلم : أوصيك بتقوى الله فإنها زين لأمرك كله
قلت : يا رسول الله ! زدني
قال رسول الله صلى الله عليه وسلم : عليك بتلاوة القرآن وذكر الله فإنه ذكر لك في السماء ونور لك في الأرض
قلت : يا رسول الله ! زدني
قال رسول الله صلى الله عليه وسلم : وإياك وكثرة الضحك فإنه يميت القلب ويذهب بنور الوجه
قلت : يا رسول الله ! زدني
قال رسول الله صلى الله عليه وسلم : قل الحق وإن كان مرًا
قلت : يا رسول الله ! زدني
قال رسول الله صلى الله عليه وسلم : لا تخف في الله لومة لائم
(رواه الحاكم و صححه الشيخ الألباني في صحيح الترغيب و الترهيب رقم ٢٨٦٨)

حكم : صحيح لغيره

.

D’après Abou Dhar (qu’Allah l’agrée), Quand le muezzin du Prophète (ﷺ) eut fait le premier appel à la prière de zhuhr (de midi), le Prophète lui dit: « Attends la fraîcheur, attends la fraîcheur (avant de faire le second appel à la prière)! -ou selon une variante-« Attends, attends! ». Puis il ajouta: « La chaleur ardente est une émanation de la Géhenne. Aussi quand la chaleur est-elle excessive, attendez la fraîcheur pour faire la prière ».. Abou Dharr dit: (Nous avons attendu) jusqu’au moment où l’ombre s’est déplacée vers les collines.».
(Rapporté Mouslim dans son Sahih n°616)

Rapporté par Boukhari dans son Sahih n°3258

(*) Il est préférable de retarder la prière du dohr du début de son temps lorsqu’il fait très chaud et d’attendre qu’il fasse plus frais

عن أبي ذر رضي الله عنه قال : قَالَ أَذَّنَ مُؤَذِّنُ رَسُولِ اللَّهِ صلى الله عليه وسلم بِالظُّهْرِ فَقَالَ النَّبِيُّ صلى الله عليه وسلم ‏ »‏ أَبْرِدْ أَبْرِدْ ‏ »‏ ‏.‏ أَوْ قَالَ ‏ »‏ انْتَظِرِ انْتَظِرْ ‏ »‏ ‏.‏ وَقَالَ ‏ »‏ إِنَّ شِدَّةَ الْحَرِّ مِنْ فَيْحِ جَهَنَّمَ فَإِذَا اشْتَدَّ الْحَرُّ فَأَبْرِدُوا عَنِ الصَّلاَةِ ‏ »‏ ‏.‏ قَالَ أَبُو ذَرٍّ حَتَّى رَأَيْنَا فَىْءَ التُّلُولِ ‏.‏

(رواه مسلم في صحيحه رقم ٦١٦)
.

D’après Abou Dhar (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) était en voyage lorsqu’il a dit: « Refroidis » puis il a redit: « Refroidis » jusqu’au moment où l’ombre s’est déplacée vers les collines puis il a dit: « Refroidissez pour la prière car certes la forte chaleur est une émanation de l’enfer ».
(Rapporté par Boukhari dans son Sahih n°3258)

Rapporté également par Mouslim dans son Sahih n°616

(*) Il est préférable de retarder la prière du dohr du début de son temps lorsqu’il fait très chaud et d’attendre qu’il fasse plus frais

عن أبي ذر رضي الله عنه قال : كان النبي صلى الله عليه وسلم في سفر فقال : أبرد . ثم قال : أبرد . حتى فاء الفيء ، ثم قال : أبردوا بالصلاة فإن شدة الحر من فيح جهنم
(رواه البخاري في صحيحه رقم ٣٢٥٨)
.

D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « Lorsque le mort est enterré, deux anges noirs avec les yeux bleus viennent à lui. L’un d’eux est appelé Al Mounkar et l’autre Al Nakir. Ils disent: Que disais-tu sur cet homme ?
Alors il dit ce qu’il disait auparavant: C’est le serviteur d’Allah et son messager. J’atteste qu’il n’y a pas d’autre divinité qui mérite d’être adorée si ce n’est Allah et que Muhammad est son serviteur et son messager.
Les deux anges disent: Certes nous savions que tu allais dire cela.
Puis sa tombe va lui être élargie de 70 coudées sur 70 et elle lui sera éclairée.
Alors il lui est dit: Dors.
Il dit: Je retourne vers ma famille pour les informer ?
Les anges disent: Dors comme la personne qui vient de se marier et qui n’est réveillée que par la personne de sa famille qu’il aime le plus. Ceci jusqu’à ce qu’Allah le ressuscite de ce sommeil.
S’il s’agit d’un hypocrite il dit: J’ai entendu les gens dire quelque chose et j’ai dit comme eux, je ne sais pas.
Les anges disent: Certes nous savions que tu allais dire cela.
Puis il est dit à la terre: Serre toi sur lui. Alors elle se serre sur lui jusqu’à ce que ses côtes se croisent entre elles. Ensuite il ne cesse d’être châtié dedans jusqu’à ce qu’Allah le ressuscite de ce sommeil ».
(Rapporté par Tirmidhi dans ses Sounan n°1071 qui l’a authentifié et il a été authentifié également par Cheikh Albani dans Sahîh Tirmidhi, Hadith Hasan)
عن أبي هريرة رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : إذا قبر الميت أتاه ملكان أسودان أزرقان . يقال لأحدهما : المنكر والآخر النكير . فيقولان : ما كنت تقول في هذا الرجل ؟
فيقول ما كان يقول : هو عبد الله ورسوله . أشهد أن لا إله إلا الله وأن محمدا عبده ورسوله .
فيقولان : قد كنا نعلم أنك تقول هذا . ثم يفسح له في قبره سبعون ذراعا في سبعين ثم ينور له فيه . ثم يقال له : نم .
فيقول : أرجع إلى أهلي فأخبرهم ؟
فيقولان : نم كنومة العروس الذي لا يوقظه إلا أحب أهله إليه حتى يبعثه الله من مضجعه ذلك .
وإن كان منافقا قال : سمعت الناس يقولون فقلت مثله ، لا أدري .
فيقولان : قد كنا نعلم أنك تقول ذلك .
فيقال للأرض : التئمي عليه . فتلتئم عليه فتختلف أضلاعه فلا يزال فيها معذبا حتى يبعثه الله من مضجعه ذلك
(رواه الترمذي في سننه رقم ١٠٧١ و حسنه و حسنه أيضاً الشيخ الألباني في صحيح الترمذي)

حكم : حسن

.

D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « Les enfants morts des musulmans sont dans le paradis, c’est Ibrahim qui s’occupe d’eux ».
(Rapporté par Ahmed et authentifié par Cheikh Albani dans Silsila Sahiha n°603, Hadith Hasan)
عن أبي هريرة رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : ذراري المسلمين في الجنة تكفلهم إبراهيم
(رواه أحمد و صححه الشيخ الألباني في السلسلة الصحيحة رقم ٦٠٣)

حكم : حسن

.

D’après ‘Amr Ibn Chou’ayb, d’après son père, d’après son grand père (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Les orgueilleux (*) seront rassemblés le jour de la résurrection comme des atomes sous formes humaines. L’humiliation va leur venir de chaque endroit. Ils seront emmenés vers une prison dans le feu que l’on appelle -Boulas- et seront submergés par le feu ardent. Ils seront abreuvés de ce qui coule des gens de l’enfer: la boue de Khabal ».
(Rapporté par Tirmidhi dans ses Sounan n°2492 qui l’a authentifié et il a également été authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Tirmidhi, Hadith Hasan)

(*) Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a expliqué que l’orgueil est de mépriser les gens et de refuser la vérité.

عن عمرو بن شعيب عن أبيه عن جده رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : يحشر المتكبرون يوم القيامة أمثال الذر في صور الرجال يغشاهم الذل من كل مكان يساقون إلى سجن في جهنم يقال له بولس تعلوهم نار الأنيار يسقون من عصارة أهل النار طينة الخبال
(رواه الترمذي في سننه رقم ٢٤٩٢ و صححه و حسنه الشيخ الألباني في صحيح الترمذي)

حكم : حسن

.

D’après Joubeyr Ibn Noufeyr, Abou Dhar (qu’Allah l’agrée) a dit: Nous avons jeûné avec le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) et il n’a pas prié pour nous jusqu’à ce qu’il reste 7 nuits du mois. Alors il a prié pour nous jusqu’à ce qu’un tiers de la nuit soit passé.
Puis il n’a pas prié pour nous alors qu’il restait 6 nuits du mois.
Puis alors qu’il restait 5 nuits du mois il a prié pour nous jusqu’à ce que le milieu de la nuit soit passé.
Nous lui avons alors dit: Ô Messager d’Allah! Si tu nous faisais une prière surérogatoire pour le reste de cette-nuit ci ?
Le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « Certes celui qui prie avec l’imam jusqu’à ce qu’il termine, il lui est écrit la nuit de prière complète ».
Puis il n’a pas prié pour nous jusqu’à ce qu’il reste 3 nuits du mois alors il a prié pour nous et a appelé sa famille et ses épouses. Alors il a prié pour nous jusqu’à ce que nous avons craint le falah. J’ai dit: qu’est-ce que le falah ? Il répondit: Le sahour.
(Rapporté par Tirmidhi dans ses Sounan n°806 qui l’a authentifié et il a également été authentifié par cheikh Albani dans Sahîh Tirmidhi, Hadith Sahîh)
عن جبير بن نفير عن أبي ذر قال صمنا مع رسول الله صلى الله عليه وسلم فلم يصل بنا حتى بقي سبع من الشهر فقام بنا حتى ذهب ثلث الليل ثم لم يقم بنا في السادسة وقام بنا في الخامسة حتى ذهب شطر الليل فقلنا له يا رسول الله لو نفلتنا بقية ليلتنا هذه فقال إنه من قام مع الإمام حتى ينصرف كتب له قيام ليلة ثم لم يصل بنا حتى بقي ثلاث من الشهر وصلى بنا في الثالثة ودعا أهله ونساءه فقام بنا حتى تخوفنا الفلاح قلت له وما الفلاح قال السحور
(رواه الترمذي في سننه رقم ٨٠٦ و صححه و صححه أيضاً الشيخ الألباني في صحيح الترمذي)

حكم : صحيح

.

D’après Abou Dhar (qu’Allah l’agrée), j’ai dit: Ô Messager d’Allah ! Un homme aime des gens mais ne peut oeuvrer comme ils oeuvrent ?
Le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « Tu es ô Abou Dhar avec ceux que tu aimes ».
Abou Dhar a dit: Certes j’aime Allah et son Messager.
Le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « Tu es certes avec ceux que tu aimes ».
Ensuite Abou Dhar répéta cela et le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) répéta aussi sa réponse ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses sounans n°5126 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Sahîh)
عن أبي ذر رضي الله عنه أنه قال يا رسولَ اللهِ ! الرجلُ يحبُّ القومَ ولا يستطيعُ أن يعملَ كعملِهم ؟ قال: أنت يا أبا ذَرٍّ مع من أحببتَ. قال: فإني أُحبُّ اللهَ ورسولَه، قال: فإنك مع من أحببتَ. قال: فأعادَها أبو ذَرٍّ، فأعادَها رسولُ اللهِ صلى الله عليه وسلم.
(رواه أبو داود رقم ۵۱۲۶ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après Abou Toufayl, Abou Dhar (qu’Allah l’agrée) a dit: Le Prophète (ﷺ) nous a laissé et il n’y avait pas un oiseau qui bougeait ses ailes dans les airs sans qu’il nous ai mentionné une science sur cela et le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Il ne reste rien qui rapproche du paradis et éloigne de l’enfer sans que je ne vous l’ai certes montré ».
(Rapporté par Tabarani et authentifié par Cheikh Albani dans Silsila Sahiha n°1803, Hadith Hasan)
عن أبي الطفيل عن أبي ذر قال : تركنا رسول الله صلى الله عليه وسلم و ما طائر يقلب جناحيه في الهواء إلا و هو يذكرنا منه علما ، قال : فقال صلى الله عليه وسلم : ما بقي شيء يقرب من الجنة و يباعد من النار إلا و قد بين لكم
(رواه الطبراني و صححه الشيخ الألباني في السلسلة الصحيحة رقم ١٨٠٣)

حكم : حسن

.

D’après Abou Dhar (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « Chacun d’entre vous doit donner une aumône pour chacune de ses articulations, chaque tesbih est une aumône, chaque tehmid est une aumône, chaque tehlil est une aumône, chaque tekbir est une aumône (*), ordonner le bien est une aumône, interdire le mal est une aumône et il suffit pour tout cela 2 unités de prière qui sont accomplies au moment du doha (*) ».
(Rapporté par Mouslim dans son Sahih n°720)

(*) Le Tesbih est le fait de dire Sobhannallah / سبحان الله
le Tehmid est le fait de dire El Hamdoulilah / الحمد لله
Le Tekbir est le fait de dire Allahou Akbar / الله أكبر
Le Tehlil est le fait de dire La Ilaha Illa Allah / لا إله إلا الله

(*) C’est à dire dans la matinée, du moment où le soleil s’est levé jusqu’au zénith .

عن أبي ذر رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : يصبح على كل سلامي من أحدكم صدقة فكل تسبيحة صدقة وكل تحميدة صدقة وكل تهليلة صدقة وكل تكبيرة صدقة وأمر بالمعروف صدقة ونهي عن المنكر صدقة ويجزئ من ذلك ركعتان يركعهما من الضحى
(رواه مسلم في صحيحه رقم ٧٢٠
.

D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « Celui qui aimerait voir la modestie de Issa, qu’il regarde Abou Dhar ».
(Rapporté par Abou Ya’la et authentifié par cheikh Albani dans Sahih Al Jami n°6292, Hadith Sahîh)
عن أبي هريرة رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : من سره أن ينظر إلى تواضع عيسى فلينظر إلى أبي ذر
(رواه أحمد و صححه الشيخ الألباني في صحيح الجامع رقم ٦٢٩٢)

حكم : صحيح

.