۞ Dhilal Al Janna Fi Takhrij Sounna ۞


D’après Abou Barza Al Aslami (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Certes parmi ce que je crains pour vous après moi (1): vos ventres (2), vos sexes (3) et les passions qui égarent (4) ».
(Rapporté par Ibn Abi ‘Asim dans Kitab As Sounna n°14 et authentifié par Cheikh Albani dans Dhilal Al Janna Fi Takhrij As Sounna n°14, Hadith Sahîh)

(1) C’est à dire après sa mort.

(2) Ceci peut être expliqué de deux manières :
– par le fait de se nourrir de choses interdites ou achetées avec de l’argent interdit
– par le fait d’exagérer dans les quantités de nourritures que l’on mange car ceci va nuire à la santé de la personne, va diminuer sa motivation dans les bonnes actions et peut-être même l’empêcher physiquement de pouvoir les pratiquer

(3) C’est à dire de faire avec son sexe des choses interdites : la fornication, l’homosexualité, la masturbation…

Ces explications sont tirées d’un cours de Cheikh Mohamed Ibn Abdel Wahab Al Wasabi sur ce hadith.

(4) C’est à dire le fait de suivre ses passions au lieu de suivre le Coran et la Sounna.

Allah a dit dans la sourate Al Qasas n°28 verset 50 (traduction rapprochée et approximative du sens du verset) en s’adressant à son Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) : -Mais s’ils ne te répondent pas (*), sache alors que c’est seulement leurs passions qu’ils suivent. Et qui est plus égaré que celui qui suit sa passion sans une guidée d’Allah ?-.

(*) C’est à dire que dans ce que tu leur a dis et qu’ils ne suivent pas la vérité.
(Tefsir Ibn Kathir)

قال الله تعالى : فإن لم يستجيبوا لك فاعلم أنما يتبعون أهواءهم ومن أضل ممن اتبع هواه بغير هدى من الله
(سورة القصص ٥٠)
عن أبي برزة الأسلمي رضي الله عنه قال النبي صلى الله عليه و سلم : إنَّ مِمَّا أخشى عليكُم بعدي بطونَكُم وفُروجَكُم ومضلَّاتِ الأَهْواءِ
(رواه ابن أبي عاصم في كتاب السنة رقم ١٤ و صححه الشيخ الألباني في ظلال الجنة في تخريج كتاب السنة)

حكم : إسناده صحيح

.

D’après Al ‘Irbad Ibn Sariya (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Je vous ai certes laissé sur une voie qui est claire, sa nuit est comme son jour. Ne s’écarte de cette voie que celui qui est en perdition ».
(Rapporté par Ibn Abi Asim dans Kitab Sounna n°48 et authentifié par Cheikh Albani dans Dhilal Al Janna Fi Takhrij As Sounna, Hadith Sahîh)
عن العرباض بن سارية رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه وسلم : لقد تركتكم على مثل البيضاء ليلها كنهارها لا يزيغ عنها إلا هالك
(رواه ابن أبي عاصم في كتاب السنة رقم ٤٨ و صححه الشيخ الألباني في ظلال الجنة في تخريج كتاب السنة)

حكم : صحيح

.

D’après Jabir Ibn AbidilLah, Omar Ibn El-Khettâb qui était venu au Prophète صلّى الله عليه وآله وسلّم en ayant un livre qu’il trouva chez certaines gens du Livre; ce qui avait mis le Prophète صلّى الله عليه وآله وسلّم en colère et avait dit : « Ô Ibn El-Khettâb ! Est-ce que vous vous en doutez ? Je jure par Celui qui détient mon âme dans Sa Main que je vous ai ramené le message pur et clair. Ne demandez rien (en matière de religion) aux gens du Livre de crainte qu’ils vous informent d’une vérité que vous nierez ou qu’ils vous informent d’une chose fausse que vous croirez. Je jure par Celui qui détient mon âme dans Sa Main, si Moïse عليه السّلام était vivant, il n’aurait eu qu’à me suivre»
(Rapporté par Ahmed (hadith 15546), par Ed-Dârimi (1/115) et authentifié par Cheikh Albani dans Dhilal Al Janna Fi Takhrij As Sounna n°50 Vol 1 p 27, Hadith Hasan)

(*) Rapporté par Ahmed (hadith 15546), par Ed-Dârimi (1/115), par l’intermédiaire de Djâbir رضي الله عنه. Ce hadith est jugé Hassane (bon) par El-Albâni dans « Dhilâl El-Djanna » (1/27). El-Albâni a dit : « Les hommes de la chaîne de narration de ce hadith sont tous dignes de confiance sauf Moudjâlid Ibn Sa`îd qui est jugé faible. Néanmoins, le hadith est jugé Hassane (bon), et a d’autres chaînes de transmission que j’ai signalées dans « El-Michkât » (hadith 177) comme j’ai rapporté quelques-unes d’elles dans « El-Irwâ’ » (hadith 1589) ».

عَنْ جَابِرِ بْنِ عبد الله أن عمرَ بنَ الخطابِ أتَى النبيَّ صلَّى اللهُ عليه وسلَّم بكتابٍ أصابه من بعضِ أهلِ الكتابِ فقرأه على النبيِّ صلَّى اللهُ عليه وسلَّم فغضب وقال أمُتهوِّكون فيها يا ابنَ الخطابِ؟ والذي نفسِي بيدِه لقد جئتكم بها بيضاءَ نقيةً لا تسألوهم عن شيءٍ فيُخبِروكم بحقٍّ فتكذبوا به أو بباطلٍ فتصدقوا به والذي نفسِي بيدِه لو أن موسَى كان فيكم حيًّا ما وسعه إلا أن تبِعَني
(رواه أحمد   و صححه الشيخ الألباني في ظلال الجنة في تخريج كتاب رقم ۵۰)

حكم : حسن

.

D’après ‘Abdallah Ibn ‘Abbas (qu’Allah les agrée lui et son père), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Prenez garde à l’exagération dans la religion (*) car certes ce qui a perdu ceux qui sont venus avant vous est l’exagération dans la religion ».
(Rapporté par Ibn Maja dans ses Sounan et authentifié par Cheikh Albani dans Dhilal Al Janna Fi Takhrij As Sounna n°98, Hadith Sahîh)

(*) L’exagération dans la religion signifie le fait de faire des rajouts à ce qui a été permis par la législation islamique que ce soit au niveau de la croyance, des adorations ou du comportement.
(Charh Fath Al Majid de cheikh Saleh Al Cheikh vol 2 p 105

Cheikh Al Islam Ibn Taymiya (mort en 728 du calendrier hégirien) a dit après avoir authentifié le hadith ci-dessus : « Ceci est général pour tous les types d’exagération, que ce soit au niveau des croyances ou des actes ».
(Iqtida Siratal Moustaqim p 293)

عن عبدالله بن عباس رضي الله عنهما قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : إياكم و الغلو في الدين فإنما هلك من كان قبلكم بالغلو في الدين
(رواه ابن ماجه في سننه رقم ٣٠٢٩ و صححه الشيخ الألباني في ظلال الجنة في تخريج كتاب رقم ۹۸)

حكم : صحيح

.

D’après ‘Abû Hurayra (qu’Allah soit satisfait de lui), le prophète (paix et bénédictions d’Allah sur lui) a dit : « Celui qui appelle a une guidance aura la même récompense que celui qui la suit, cela ne diminuera en rien de leurs récompenses, et celui qui appelle à un égarement aura le même péché que celui qui le suit, cela ne diminuera en rien de leurs péchés ». »
(Rapporté par Ibn Maja dans ses Sounan n°171 et authentifié par Cheikh Albani dans Dhilal Al Janna Fi Takhrij As Sounna n°113, Hadith Sahîh)
عَنْ أَبِي هُرَيْرَةَ، قَالَ قَالَ رَسُولُ اللَّهِ صلى الله عليه وسلم : مَن دعا إلى هُدًى كان له من الأجرِ مِثْلُ أَجْرِ مَنِ اتَّبَعَهُ لم يَنْتَقِصْ من أجورِهم شيئًا ومَن دعا إلى ضلالةٍ كان عليه من الإثمِ مِثْلُ آثامِ مَنِ اتَّبَعَهُ لا يَنْقُصُ من آثامِهِم شيئًا
(رواه ابن ماجه في سننه رقم ۱۷۱ و صححه الشيخ الألباني في ظلال الجنة في تخريج كتاب رقم ۱۱۳)

حكم : صحيح

.

D’après Abou Toufayl, ‘Abdallah Ibn Mas’oud (qu’Allah l’agrée) a dit : « La personne heureuse est celle qui est exhortée par ce qui est arrivé à autre qu’elle (*) ».
(Rapporté par Ibn Abi ‘Asim dans Kitab As Sounna n°177 et authentifié par Cheikh Albani dans Dhilal Al Janna Fi Takhrij As Sounna p 78, Hadith Isnadhou Jayyid)

(*) C’est à dire que la personne heureuse est celle qui sait analyser les erreurs faites par les autres et les mauvaises conséquences qu’ont eu ces erreurs et cela la pousse à ne pas commettre les mêmes erreurs.

عن أبي الطفيل قال عبدالله بن مسعود رضي الله عنه : السعيد من وعظ بغيره 
(رواه ابن أبي عاصم في كتاب السنة رقم ١٧٧ و صححه الشيخ الألباني في ظلال الجنة في تخريج كتاب السنة ص ٧٨)

حكم : إسناده جيد

.

D’après Mou’adh Ibn Jabal (qu’Allah l’agrée) : Lorsque le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) m’a envoyé au Yémen, il est sorti avec moi pour me conseiller puis il s’est tourné vers Médine et a dit: « Certes ceux-ci parmi les gens de ma famille voient qu’ils sont les gens les plus en droit de moi mais les choses ne sont pas comme cela.
Certes mes proches parmi vous sont ceux qui ont la taqwa (*) qui qu’ils soient et où qu’ils soient ».
(Rapporté par Ibn Abi ‘Asim dans Kitab Sounna n°212 et authentifié par Cheikh Albani dans Dhilal Al Janna Fi Takhrij Al Sounna, Hadith Isnad Sahih)

(**) La taqwa signifie le fait que la personne mette une protection entre elle et le châtiment d’Allah en pratiquant ce qu’Il a ordonné et en s’écartant de ce qu’Il a interdit.

عن معاذ بن جبل رضي الله عنه أنَّ رسولَ اللَّهِ لمَّا بعثَهُ إلى اليمنِ خرجَ معهُ يوصيهِ ثمَّ التفتَ رسولُ اللَّهِ إلى المدينةِ فقالَ : إنَّ أهلَ بيتي هؤلاءِ يرَونَ أنَّهم أولَى بي وليسَ كذلِكَ إنَّ أوليائي منكمُ المتَّقونَ ، مَن كانوا وحَيثُ كانوا
(رواه ابن أبي عاصم في كتاب السنة رقم ٢١٢ و صححه الشيخ الألباني في ظلال الجنة في تخريج السنة)

حكم : إسناده صحيح رجاله كلهم ثقات

.

D’après ‘Abdallah Ibn ‘Abbas (qu’Allah les agrée lui et son père), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Sache que le secours vient avec la patience ».
(Rapporté par Ibn Abi ‘Asim dans Kitab Sounna n°316 et authentifié par Cheikh Albani dans Dhilal Al Janna Fi Takhrij Sounna)
عن عبدالله بن عباس رضي الله عنهما قال النّبي صلّى الله عليه و سلّم : اعلم أنّ النّصر مع الصّبر
(رواه بن أبي عاصم في كتاب السنة رقم ٣١٦ و صححه الشيخ الألباني في ظلال الجنة في تخريج السنة)
.

D’après Amir Ibn Said, Abou Bakr Al Siddiq (qu’Allah l’agrée) a dit concernant le verset – Pour ceux qui ont agis en bienfaisance il y a la belle récompense et un rajout- [Sourate Younous n°10 verset 26] : « Il s’agit du regard vers le visage d’Allah ».
(Rapporté par Ibn Abi Asim dans son ouvrage Al Sounna n°473 et authentifié par Cheikh Albani dans Dhilal Al Janna Fi Takhrij As Sounna n°473, Hadith Sahîh Mawqouf)
عن عامر بن سعد عن أبي بكر الصديق رضي الله عنه في قوله تعالى : ‘ للذين أحسنوا الحسنى و زيادة ‘ قال : النظر إلى وجه الله تعالى
(رواه ابن أبي عاصم في كتاب السنة رقم ٤٧٣ و صححه الشيخ الألباني في ظلال الجنة في تخريج السنة)

حكم : صحيح موقوف

.

D’après Anas Ibn Malik (qu’Allah l’agrée) : Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a envoyé un homme parmi ses compagnons au dirigeant des associateurs afin de l’appeler vers Allah.
L’associateur a dit : Ce Seigneur vers lequel tu m’appelles est-il en or, en argent ou en fer ?
L’envoyé du Prophète a, dans son for intérieur, jugé cette parole comme étant très grave.
Il est donc retourné vers le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) et l’a informé mais il lui a dit : « Retourne vers lui ».
Il est donc retourné vers l’associateur qui a dit la même chose et Allah lui a alors envoyé un éclair venant du ciel qui l’a foudroyé.
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit à son envoyé : « Certes Allah a fait périr ton compagnon après que tu l’aies quitté ».
Alors Allah a envoyé ce verset au Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) : -Et Il lance les foudres par lesquelles Il atteint qui Il veut-. (*)
(Rapporté par Ibn Abi ‘Asim dans Kitab As Sounna et authentifié par Cheikh Albani dans Dhilal Al Janna Fi Takhrij As Sounna n°692, Hadith Isnad Sahih)

(*) Il s’agit du verset 13 de la sourate Ar Ra’d n°13.

عن أنس بن مالك رضي الله عنه قال : أرسلَ رسولُ اللَّهِ صلّى الله عليه و سلّم رجلًا مِن أصحابِهِ إلى رأسِ المشرِكينَ يَدعوهُ إلى اللَّهِ فقالَ المشرِكُ : هذا الَّذي تَدعوني إليهِ من ذَهَبٍ أو فضَّةٍ أو نُحاسٍ
فتعاظمَ مقالتُهُ في صدرِ رَسولِ رسولِ اللَّهِ فرجعَ إلى رسولِ اللَّهِ صلّى الله عليه و سلّم فأخبرَهُ فقالَ : ارجِع إليهِ
فرجعَ إليهِ بمثلِ ذلِكَ وأرسلَ اللَّهُ علَيهِ صاعقةً منَ السَّماءِ فأَهْلَكَتهُ
فقالَ لهُ النَّبيُّ إنَّ اللَّهَ قد أَهْلَكَ صاحبَكَ بعدَكَ
ونزلَت علَى رسولِ اللَّهِ صلّى الله عليه و سلّم : وَيُرْسِلُ الصَّوَاعِقَ فَيُصِيبُ بِهَا مَنْ يَشَاءُ
(رواه ابن أبي عاصم في كتاب السنة رقم ٦٩٢ و صححه الشيخ الألباني في ظلال الجنة في تخريج كتاب السنة)

حكم : إسناده صحيح

.

D’après Anas Ibn Malik (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Je ne vais cesser d’intercéder auprès de mon Seigneur (*) et Il va me faire intercéder. Puis je vais intercéder et Il va me faire intercéder jusqu’à ce que je dise: Ô Seigneur! Fais moi intercéder pour ceux qui disent: -La Ilaha Illa Allah-.
Allah va dire: Ceci n’appartient ni à toi ni à personne ô Muhammad ! Ceci est à Moi ! Par Ma puissance, par Ma majesté et par Ma miséricorde Je ne vais laisser dans le feu aucune personne qui dit: -La Ilaha Illa Allah- ».
(Rapporté par Ibn Abi Asim dans Kitab Sounna n°828 et authentifié par Cheikh Albani dans Dhilal Al Janna Fi Takhrij Sounna, Hadith Sahîh)

(*) C’est à dire le jour du jugement.

L’imam ‘Abder Rahman Ibn Hassan Al Cheikh (mort en 1285) a dit : « Celui qui atteste de -La Ilaha Illa Allah- est celui qui prononce cette parole en connaissant son sens et en agissant par ce qu’elle induit que ce soit dans son for intérieur comme dans ses actes extérieurs.
Ainsi il faut forcément pour les deux attestations de foi la science, la certitude et agir par ce qu’elles induisent comme Allah a dit:
-Sache qu’il n’y a pas d’autre divinité qui mérite d’être adorée par justice si ce n’est Allah- [Sourate Muhammad n°47 verset 19]
et Il a dit également: -Sauf ceux qui attestent de la vérité alors qu’ils savent- [Sourate Zoukhrouf n°43 verset 86].
Par contre le fait de prononcer cette parole sans comprendre son sens, sans en avoir la certitude et sans mettre en pratique ce qu’elle induit comme désaveu de l’association, comme sincérité dans les paroles et les actes (la parole du coeur et de la langue et les actes du coeur et des membres) alors ceci ne profite en rien par consensus ».
(Fath Al Majid p 44)

عن أنس بن مالك رضي الله عنه قال رسول الله صلّى الله عليه و سلّم : ما زلت أشفع إلى ربي ويشفعني وأشفع و يشفعني حتى أقول : أي رب ! شفعني فيمن قال : لا إله إلا الله
فيقول : هذه ليست لك يا محمد و لا لأحد ! هذه لي وعزتي وجلالي ورحمتي لا أدع في النار أحدًا يقول : لا إله إلا الله
(رواه ابن أبي عاصم في كتاب السنة رقم ٨٢٨ و صححه الشيخ لألباني في ظلال الجنة في تخريج السنة)

حكم : صحيح

.

D’après Qays Ibn Wahb, Anas Ibn Malik (qu’Allah l’agrée) a dit: Nos anciens parmi les compagnons du Prophète (qu’Allah les agrée) nous ont interdit les choses suivantes: « N’insultez pas vos gouverneurs, ne les trompez pas, ne les détestez pas, craignez Allah et patientez car certes la fin est proche ».
(Rapporté par Ibn Abi ‘Asim dans Kitab Sounna n°1015 et authentifié par Cheikh Albani dans Dhilal Al Janna Fi Takhrij Al Sounna n°1015, Hadith Jayid (1))

(1) Hadith Jayid ça veut dire dans le language propre à la science du hadith que la chaîne de transmetteur est bonne

Rapporté dans le même sujet:

D’après Abou Tamima, ‘Amr Al Bakali (qu’Allah l’agrée) a dit: « Si vous êtes gouvernés par des gouverneurs qui vous ordonnent la prière et la zakat alors la prière derrière eux est permise et il vous est interdit de les insulter ».
(Rapporté par Abou Nouaym dans Ma’rifatou Al Sahaba n°5093 et authentifié par l’imam Ibn Hajar dans Al Isaba Fi Tamyiz Al Sahaba vol 7 p 488)

عن قيس ابن وهب قال أنس بن مالك رضي الله عنه : نهانا كُبَراؤُنا مِنْ أصحابِ رسولِ اللهِ قال : لا تَسُبُّوا أُمَراءَكم ولا تَغُشُّوهم ولا تَبْغَضوهم واتقوا اللهَ واصبِروا فإنَّ الأمرَ قريبٌ
(رواه ابن أبي عاصم في كتاب السنة رقم ١٠١٥ و صححه الشيخ الألباني في ظلال الجنة في تخريج السنة)

حكم : جيد

عن أبي تميمة قال عمرو البكالي رضي الله عنه : إذا كانت عليكم أمراء يأمرونكم بالصلاة و الزكاة حلت لكم الصلاة خلفهم و حرم عليكم سبهم
(رواه أبو نعيم في معرفة الصحابة رقم ٥٠٩٣ و صححه الإمام بن حجر في الإصابة في تمييز الصحابة ج ٧ ص ٤٨٨)

.

D’après Abou Moussa (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Celui qui n’associe rien à Allah après avoir eu la foi, accomplit la prière prescrite, s’acquitte de la zakat obligatoire, jeûne le ramadan, écoute et obéit (*) et meurt sur cela le paradis lui est obligatoire ».
(Rapporté par Ibn Abi Asim dans Kitab Sounna n°1047 et authentifié par Cheikh Albani dans Dhilal Al Janna Fi Takhrij Sounna, Hadith Sahîh)

(*) C’est à dire au gouverneur musulman dans ce qui n’est pas désobéissance à Allah.

عن أبي موسى رضي الله عنه قال قال رسول الله صلى الله عليه وسلم : من لم يشرك بالله شيئا بعد أن آمن و أقام الصلاة المكتوبة و أدى الزكاة المفروضة و صام رمضان و سمع و أطاع فمات على ذلك وجبت له الجنة
(رواه ابن أبي عاصم في كتاب السنة رقم ١٠٤٧ و صححه الشيخ لألباني في ظلال الجنة في تخريج السنة)

حكم : صحيح

.

D’après ‘Abdallah Ibn ‘Omar (qu’Allah les agrée lui et son père), j’ai dit au Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui): Ô Messager d’Allah! Conseille moi!
Il a dit: « Adore Allah et ne lui associe rien, accomplis la prière, acquitte toi de la zakat, jeûne le ramadan, fais le hajj et la ‘omra, écoute et obéis (1) et tu as l’apparent et prend garde à ce qui est caché (2).
(Rapporté par Ibn Abi ‘Asim dans Kitab Sounna n°1070 et authentifié par Cheikh Albani dans Dhilal Al Janna Fi Takhrij Sounna n°1070, Hadith Jayyid)

(1) C’est à dire au gouverneur musulman dans tout ce qui n’est pas une désobéissance à Allah.

(2) L’imam Tahawi (mort en 321 du calendrier hégirien) a expliqué dans Charh Moushkil Al Athar (vol 7 p 83) que le sens de cela est que l’on doit se contenter vis-à-vis des autres de ce qui est apparent et ne pas chercher à découvrir ce qu’ils pourraient peut-être cacher.

عن عبدالله بن عمر رضي الله عنهما قال : يا رسول الله ! أوصني
قال : اعبد الله و لا تشرك به شيئا وأقم الصلاة وآت الزكاة وصم رمضان وحج البيت واعتمر واسمع وأطع و عليك بالعلانية وإياك والسر
(رواه ابن أبي عاصم في كتاب السنّة رقم ١٠٧٠ و صححه الشيخ الألباني في ظلال الجنة في تخريج السنة)

حكم : جيد

.

D’après Abou Dhar (qu’Allah l’agrée), je suis parti chercher le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) dans certaines palmeraies de Médine et je l’ai trouvé assis et je lui ai passé le salam. Il avait des petites pierres posées devant lui alors il les a prises dans sa main et elles se sont mises à faire du tesbih (*) dans sa main puis il les a posées par terre et elle se sont tus.
Ensuite il les a prises et les a posées dans la main de Abou Bakr (qu’Allah l’agrée) et elles ont fait du tesbih dans la main d’Abou Bakr (qu’Allah l’agrée).
Puis il les a reprises et les a posées par terre et elles se sont tus.
Puis il les a prises et les a posées dans la main de ‘Omar (qu’Allah l’agrée) et elles ont fait du tesbih dans la main de ‘Omar (qu’Allah l’agrée).
Puis il les a reprises et les a posées par terre et elles se sont tus.
Puis il les a prises et les a posées dans la main de ‘Othman (qu’Allah l’agrée) et elles ont fait du tesbih dans la main de ‘Othman (qu’Allah l’agrée).
Puis il les a reprises et les a posées par terre et elles se sont tus.
(Rapporté par Ibn Abi ‘Asim dans Kitab Sounna n°1146 et authentifié par Cheikh Albani dans Dhilal Al Janna Fi Takhrij Sounna n°1146, Hadith Sahîh)

(*) C’est à dire le fait de dire Sobhanallah.

عن أبي ذر رضي الله عنه قال: إني انطلقت التمس رسول الله في بعض حوائط المدينة فإذا رسول الله قاعد فأقبلت إليه و سلمت عليه و حصيات موضوعة بين يديه فأخذهن في يده فسبحن في يده ثم فوضعهن في الأرض فسكتن ثم أخذهن فوضعهن في يد أبي بكر فسبحن في يده ثم أخذهن فوضعهن في الأرض فخرسن ثم أخذهن فوضعهن في يد عمر فسبحن في يده ثم أخذهن فوضعهن في الأرض فخرسن ثم أخذهن فوضعهن في يد عثمان فسبحن ثم أخذهن فوضعهن في الأرض فخرسن
(رواه ابن أبي عاصم في كتاب السنة رقم ١١٤٦ و صححه الشيخ لألباني في ظلال الجنة في تخريج السنة)

حكم : صحيح

.