Jami’ at-Tirmidhi – 45 – Livre des Mérites du Coran

D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) est sortit vers Oubay Ibn Ka’b (qu’Allah l’agrée) qui était en train de prier et lui a dit: « Ô Oubay ! ».
Oubay (qu’Allah l’agrée) ne lui a pas répondu et a allégé sa prière puis il est allé vers le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) et lui a dit: Salam ‘Alayka ô Messager d’Allah.
Le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « ‘Alayka Salam, ô Oubay ! Qu’est ce qui t’a empêché de me répondre lorsque je t’ai appelé ? ».
Oubay (qu’Allah l’agrée) a dit: Ô Messager d’Allah ! j’étais certes en train de prier.
Le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « N’as-tu pas trouvé dans ce qu’Allah m’a révélé -Répondez à Allah et son Messager lorsqu’ils vous appellent vers ce qui vous donne vie- ? (1) ».
Oubay (qu’Allah l’agrée) a dit: Certes et je ne recommencerai pas si Allah le veut.
Le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: Aimerais-tu que je t’apprenne une sourate dont il n’a pas fait descendre l’équivalent que ce soit dans la thora, dans l’injil dans le zabour ou dans le fourqan (3) ».
Oubay (qu’Allah l’agrée) a dit: Certes ô Messager d’Allah !
Le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « Que récites-tu dans ta prière ? ».
Oubay (qu’Allah l’agrée) a récité Oum Al Quran (2) alors le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « Je jure par Celui qui détient mon âme dans Sa main, Allah n’a rien révélé qui lui soit égal dans la thora, dans l’injil, dans le zabour et dans le fourqan (3), elle est certes les septs répétés et le Coran grandiose qu’il m’a été donné ».
(Rapporté par Tirmidhi dans ses Sounan n°2875 qui l’a authentifié et il a également été authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Tirmidhi, Hadith Sahîh)

(1) Sourate Al Anfal n°8 verset 24.
(2) C’est à dire qu’il a récité la sourate Al Fatiha n°1.
(3) La thora est le livre qu’Allah a révélé à Moussa.
L’injil est le livre qu’Allah a révélé à Issa Ibn Maryam.
Le zabour est le livre qu’Allah a révélé à Daoud.
Le fourqan est un nom du Coran.

(*) Ce Hadith est une explication du verset de sourate Al Hijr n°15 verset 87

Allah a dit dans la sourate Al Hijr n°15 verset 87: « Nous t’avons certes donné les septs répétés et le Coran grandiose ».

قال الله تعالى : ولقد آتيناك سبعا من المثاني والقرآن العظيم
(سورة الحجر ٨٧)

عن أبي هريرة رضي الله عنه أن رسول الله صلى الله عليه وسلم خرج على أبي بن كعب رضي الله عنه فقال: يا أبي ! وهو يصلي . فالتفت أبي رضي الله عنه فلم يجبه وصلى أبي رضي الله عنه فخفف ثم انصرف إلى رسول الله صلى الله عليه وسلم فقال : السلام عليك يا رسول الله
فقال رسول الله صلى الله عليه وسلم : وعليك السلام ما منعك يا أبي أن تجيبني إذ دعوتك ؟
فقال : يا رسول الله ! إني كنت في الصلاة .
قال رسول الله صلى الله عليه وسلم : فلم تجد فيما أوحى الله إلي أن استجيبوا لله وللرسول إذا دعاكم لما يحييكم
قال : بلى ولا أعود إن شاء الله .
قال رسول الله صلى الله عليه وسلم : أتحب أن أعلمك سورة لم ينزل في التوراة ولا في الإنجيل ولا في الزبور ولا في الفرقان مثلها ؟
قال: نعم يا رسول الله !
قال رسول الله صلى الله عليه وسلم : كيف تقرأ في الصلاة ؟ فقرأ أم القرآن
قال رسول الله صلى الله عليه وسلم : والذي نفسي بيده ما أنزل الله في التوراة ولا في الإنجيل ولا في الزبور ولا في الفرقان مثلها وإنها سبع من المثاني والقرآن العظيم الذي أعطيته
(رواه الترمذي في سننه رقم ٢٨٧٥ و صححه و صححه أيضاً الشيخ الألباني في صحيح الترمذي)

حكم : صحيح

.
D’après An Nou’man Ibn Bachir (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit : « Certes Allah a écrit un livre deux milles ans avant de créer les cieux et la terre.
Il en a descendu deux versets par lesquels il a clôturé la sourate Al Baqara (1).
S’ils sont lus dans une maison durant trois nuits (2) alors Chaytan ne s’approche pas de cette maison ».
(Rapporté par Tirmidhi dans ses Sounan n°2882 qui l’a authentifié et il a également été authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Tirmidhi)

(1) Il s’agit de la sourate n°2

(2) C’est à dire qu’ils sont récités dans chacune des trois nuits.
(Touhfatoul Ahwadhi Charh Sounan Tirmidhi)

عن النعمان بن بشير رضي الله عنه قال رسول الله صلّى الله عليه وسلّم : إن الله كتب كتابًا قبل أن يخلق السموات والأرض بألفي عام أنزل منه آيتين ختم بهما سورة البقرة لا يقرآن في دار ثلاث ليال فيقربها شيطان
(رواه الترمذي في سننه رقم ٢٨٨٢ و حسنه و صححه الشيخ الألباني في صحيح الترمذي)

حكم : صحيح

.
D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Certes une sourate de trente versets a intercédé pour une personne (1) jusqu’à ce qu’il lui soit pardonné, c’est la sourate -Béni soit celui dans la Main de qui est la royauté- (2) ».
(Rapporté par Tirmidhi qui l’a authentifié et il a également été authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Tirmidhi n°2891, Hadith Hasan)

(1) C’est à dire une personne qui lisait cette sourate avec assiduité.
(Fayd Al Qadir, hadith n°2279)

(2) Il s’agit de la sourate Al Moulk n°67.

عن أبي هريرة رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : إن سورة من القرآن ثلاثون آية شفعت لرجل حتى غفر له وهي سورة تبارك الذي بيده الملك
(رواه الترمذي في سننه و حسنه و حسنه أيضاً الشيخ الألباني في صحيح الترمذي رقم ٢٨٩١)

حكم :  حسن

.
D’après Ibn Mass’oud (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « Celui qui lit une lettre du livre d’Allah a pour cela une bonne action et la bonne action compte 10 fois. Je ne dis pas que Alif Lam Mim est une lettre mais Alif est une lettre, Lam est une lettre et Mim est une lettre ».
(Rapporté par Tirmidhi dans ses Sounan n°2910 qui l’a authentifié et il a également été authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Tirmidhi Hadith Sahîh)
عن بن مسعود رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : من قرأ حرفا من كتاب الله فله به حسنة والحسنة بعشر أمثالها لا أقول : آلم حرف ، ولكن ألف حرف و لام حرف وميم حرف
(رواه الترمذي في سننه رقم ٢٩١٠ و صححه و صححه أيضاً الشيخ الألباني في صحيح الترمذي)

حكم :صحيح

.
D’après ‘Abdallah Ibn ‘Amr (qu’Allah les agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit : « Il sera dit au lecteur du Coran (*): Récite et monte et psalmodie comme tu le faisais dans la vie d’ici-bas car certes ta demeure sera au dernier verset que tu réciteras ».
(Rapporté par Tirmidhi dans ses Sounan n°2914 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Tirmidhi, Hadith Hasan Sahih)

(*) C’est à dire dans le paradis.

عن عبدالله بن عمرو رضي الله عنهما قال رسول الله صلى الله عليه وسلم : يقالُ لصاحِبِ القرآنِ : اقرأ، وارتَقِ، ورتِّل كَما كُنتَ ترتِّلُ في الدُّنيا، فإنَّ منزلتَكَ عندَ آخرِ آيةٍ تقرأُ بِها
(رواه أبو الترمذي في سننه رقم ۲۹۱۴ و صححه الشيخ الألباني في صحيح الترمذي)

حكم : حسن صحيح

.
D’après ‘Imran Ibn Husayn (qu’Allah les agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit « Celui qui lit le Coran, qu’il demande à Allah par celui-ci (*) car viendront des gens qui liront le Coran et demanderont au gens par celui-ci ».
(Rapporté par Tirmidhi dans ses Sounan n°2917 et authentifié par cheikh Albani dans Sahîh Tirmidhi, Hadith Hasan)

(*) L’imam ‘Abder Raouf Al Mounawi a dit dans Fayd Al Qadir (hadith n°8956) que le sens de cela est: « qu’il invoque après avoir terminé le Coran par les invocations qui sont rapportées ou bien à chaque fois qu’il lit un verset sur la miséricorde il demande à Allah sa miséricorde, à chaque fois qu’il lit un verset sur le châtiment il demande protection contre le châtiment et ainsi de suite ».

Pour appuyer le premier sens qui a été mentionné par l’imam Mounawi il est bon de citer le récit suivant:

D’après Thabit Al Bounani, lorsque Anas Ibn Malik (qu’Allah l’agrée) terminait le Coran il rassemblait ses enfants et les gens de sa maison et il invoquait pour eux.
(Rapporté par Said Ibn Mansour dans ses Sounan n°27 et authentifié par l’imam Ibn Hajar dans Nataij Al Afkar vol 3 p 173, par l’imam Nawawi dans Al Adhkar p 88 et par Cheikh Albani dans Lafdatoul Kabad p 7)

عن عمران بن حصين رضي الله عنهما قال رسول الله صلى الله عليه وسلم : من قرأ القرآن فليسأل الله به فإنه سيجيء أقوام يقرؤون القرآن يسألون به الناس
(رواه الترمذي في سننه رقم ٢٩١٧ و حسنه و حسنه أيضاً الشيخ الألباني في صحيح الترمذي)

حكم : حسن


عن ثابت البناني قال : كان أنس بن مالك رضي الله عنه إذا ختم القرآن جمع ولده و أهل بيته و دعا لهم
(رواه سعيد ابن منصور في سننه رقم ٢٧ و صححه الحافظ ابن حجر نتائج الأفكار ج ٣ ص ١٧٣ و الإمام النووي في كتاب الأذكار ص ٨٨ و الشيخ الألباني في لفدة الكبد ص ٧)

.
D’après ‘Oqba Ibn ‘Amir (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit : « Celui qui lit le Coran à voix haute est comme celui qui a fait une aumône apparente et celui qui lit le Coran à voix basse est comme celui qui a fait une aumône cachée (*) ».
(Rapporté par Tirmidhi dans ses Sounan n°2919 qui l’a authentifié et il a également été authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Tirmidhi, Hadith Sahîh)

(*) L’imam Tirmidhi (mort en 279) a dit : Le sens de ce hadith est que celui qui lit le Coran à voix basse est mieux que celui qui le lit à voix haute car les savants disent que l’aumône cachée est meilleure que l’aumône apparente car ainsi la personne est à l’abri de l’ostentation et de l’auto-satisfaction.

Par contre il faut souligner que parfois l’aumône apparente peut être meilleure que l’aumône cachée si elle présente un intérêt ou un avantage comme le fait que les gens prennent exemple sur celui qui fait l’aumône.
Ainsi de la même manière dans certaines situations la récitation du Coran à voix haute (tant qu’elle ne gêne personne) peut-être meilleure que la récitation à voix basse s’il y a quelqu’un qui écoute et profite de cette récitation.
(Voir Touhfatoul Ahwadhi Charh Sounan Tirmidhi et Charh Sounan Abi Daoud de cheikh Al Abad cours n°162)

عن عقبة بن عامر رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : الجاهر بالقرآن كالجاهر بالصدقة والمسر بالقرآن كالمسر بالصدقة
(رواه الترمذي في سننه رقم ٢٩١٩ و حسنه و صححه الشيخ الألباني في صحيح الترمذي)

حكم : صحيح

.
D’après Aicha (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) ne dormait pas avant d’avoir lu – Bani Israil – (1) et – Zoumar – (2).
(Rapporté par Tirmidhi dans ses Sounan n°2920 qui l’a authentifié et il a également été authentifié par cheikh Albani dans Sahîh Tirmidhi, Hadith Sahîh)

(1) Il s’agit de la sourate Al Isra n°17.
(2) Il s’agit de la sourate Zoumar n°39.

عن عائشة رضي الله عنها قالت : كان النبي صلى الله عليه وسلم لا ينام على فراشه حتى يقرأ بني إسرائيل ، والزمر
(رواه الترمذي في سننه رقم ٢٩٢٠ و حسنه و صححه الشيخ الألباني في صحيح الترمذي)

حكم : صحيح

.