Sahih Al Boukhari – 66 – Livre des Mérites du Coran

D’après ‘Abdallah Ibn Mass’oud رضي الله عنه , le Prophète (ﷺ) a dit : « Celui qui meurt en invoquant un égal à Allah entrera Enfer » Et quand à moi j’ajoute: « Celui qui meurt en n’invoquant pas un égal à Allah, entrera au Paradis. »
(Rapporté Par Al Boukhari dans son Sahih n°4497)

عَعن عبدالله بن مسعود، قَالَ قَالَ النَّبِيُّ صلى الله عليه وسلم كَلِمَةً وَقُلْتُ أُخْرَى قَالَ النَّبِيُّ صلى الله عليه وسلم ‏ « ‏ مَنْ مَاتَ وَهْوَ يَدْعُو مِنْ دُونِ اللَّهِ نِدًّا دَخَلَ النَّارَ ‏ »‏‏.‏ وَقُلْتُ أَنَا مَنْ مَاتَ وَهْوَ لاَ يَدْعُو لِلَّهِ نِدًّا دَخَلَ الْجَنَّةَ‏.‏
(رواه البخاري في صحيحه رقم ۴۴۹۷)
.
D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée), le Prophète (ﷺ) a dit:
« Chaque prophète a reçu des signes (miracles) grâce auxquels des gens ont cru en lui. Moi, j’ai reçu la révélation divine, qu’Allah m’a inspirée. J’espère donc être le prophète qui aura le plus de fidèles au Jour de la Résurrection. ».
(Rapporté par Boukhari dans son Sahih n°4981)

عَنْ أَبِي هُرَيْرَةَ، قَالَ قَالَ النَّبِيُّ صلى الله عليه وسلم ‏ « ‏ مَا مِنَ الأَنْبِيَاءِ نَبِيٌّ إِلاَّ أُعْطِيَ مَا مِثْلُهُ آمَنَ عَلَيْهِ الْبَشَرُ، وَإِنَّمَا كَانَ الَّذِي أُوتِيتُ وَحْيًا أَوْحَاهُ اللَّهُ إِلَىَّ فَأَرْجُو أَنْ أَكُونَ أَكْثَرَهُمْ تَابِعًا يَوْمَ الْقِيَامَةِ ‏ »‏‏.‏
(رواه البخاري في صحيحه رقم ۴۹۸۱)
.
Anas ibn Malik: (Le Calife) `Uthman a ordonné Zaid bin Thabit, Sa`īd ibn Al-As,` Abdullah ibn Az-Zubair et `Abdur- Rahman bin Al-Harith ibn Hisham de transcrire les exemplaires du Coran sous la forme d’un livre (Mushafs) et leur dit: « Dans le cas où vous êtes en désaccord avec Zaid ibn Thabit (Al-Ansari) au sujet [d’un mot] arabe, écrivez le suivant le dialecte des Quraish, car le Coran a été révélé dans le dialecte Quraishyte . ». Et c’est ce qu’ils firent.
(Rapporté Par Al Boukhari dans son Sahih n°4984)
أَنَسُ بْنُ مَالِكٍ ،قَالَ فَأَمَرَ عُثْمَانُ زَيْدَ بْنَ ثَابِتٍ وَسَعِيدَ بْنَ الْعَاصِ وَعَبْدَ اللَّهِ بْنَ الزُّبَيْرِ وَعَبْدَ الرَّحْمَنِ بْنَ الْحَارِثِ بْنِ هِشَامٍ أَنْ يَنْسَخُوهَا، فِي الْمَصَاحِفِ وَقَالَ لَهُمْ إِذَا اخْتَلَفْتُمْ أَنْتُمْ وَزَيْدُ بْنُ ثَابِتٍ فِي عَرَبِيَّةٍ مِنْ عَرَبِيَّةِ الْقُرْآنِ فَاكْتُبُوهَا بِلِسَانِ قُرَيْشٍ، فَإِنَّ الْقُرْآنَ أُنْزِلَ بِلِسَانِهِمْ فَفَعَلُوا‏.‏
(رواه البخاري في صحيحه رقم ۴۹۸۴)
.
D’après Abou Mas’oud (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soit sur lui) a dit « Celui qui récite les deux versets de la fin de la sourate Baqara (1) dans une nuit (2), ces deux versets lui suffisent (3) ».
(Rapporté par Boukhari dans son Sahih n°5009)

(1) Il s’agit des versets 285 et 286 de la sourate Al Baqara n°2.

(2) La nuit débute au coucher du soleil est se termine au lever de l’aube.

(3) L’imam Ibn Qayim Al Djawziya (mort en 751 du calendrier hégirien) a dit: « L’avis juste est que le sens de cela est que ces deux versets suffisent comme protection pour la personne contre tout mal qui pourrait la toucher ».
(Al Wabil As Sayyib p 156)

عن أبي مسعود رضي الله عنه قال رسول الله صلّى الله عليه و سلّم : من قرأ بالآيتين من آخر سورة البقرة في ليلةٍ كفتاه
(رواه البخاري في صحيحه رقم ٥٠٠٩)
.
D’après Abou Said Al Khoudri (qu’Allah l’agrée), un homme récitait la sourate Kahf (n°18) alors qu’il y avait à côté de lui un cheval attaché par deux cordes. Un nuage l’a couvert et se rapprochait peu à peu tandis que le cheval commença à vouloir fuir. Au matin il s’est rendu vers le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) et lui a mentionné cela. Alors il a dit: « Ceci était la quiétude qui descend avec le Coran ».
(Rapporté par Boukhari dans son Sahih n°5011)

Rapporté également par Mouslim dans son Sahih n°795

عن البراء بن عازب رضي الله عنه كان رجل يقرأ سورة الكهف وإلى جانبه حصان مربوط بشطنين فتغشته سحابة ، فجعلت تدنو وتدنو وجعل فرسه ينفر . فلما أصبح أتى النبي صلى الله عليه وسلم فذكر ذلك له فقال : تلك السكينة تنزلت بالقرآن
(رواه البخاري في صحيحه رقم ٥٠١١)
.
D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée), le Prophète (ﷺ) a dit: « Il n’y a de jalousie (*) que dans deux choses: un homme a qui Allah a enseigné le Coran qu’il récite nuit et jour. Alors un de ses voisins l’entend et dit: Malheur à moi, si seulement il m’avait été donné ce qui a été donné à untel j’aurais alors oeuvré comme il oeuvre.
Et un homme a qui Allah a donné de l’argent qu’il dépense abondamment dans la vérité alors un autre homme dit: Malheur à moi, si seulement il m’avait été donné ce qui a été donné à untel j’aurais alors oeuvré comme il oeuvre ».
(Rapporté par Boukhari dans son Sahih n°5026)

(*) Le sens est que la personne aimerait elle aussi avoir les bienfaits cités et pas que ces bienfaits soient enlevés à ceux qui en bénéficient.

عن أبي هريرة رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : لاَ حَسَدَ إِلاَّ فِي اثْنَتَيْنِ رَجُلٌ عَلَّمَهُ اللَّهُ الْقُرْآنَ فَهُوَ يَتْلُوهُ آنَاءَ اللَّيْلِ وَآنَاءَ النَّهَارِ فَسَمِعَهُ جَارٌ لَهُ فَقَالَ لَيْتَنِي أُوتِيتُ مِثْلَ مَا أُوتِيَ فُلاَنٌ فَعَمِلْتُ مِثْلَ مَا يَعْمَلُ، وَرَجُلٌ آتَاهُ اللَّهُ مَالاً فَهْوَ يُهْلِكُهُ فِي الْحَقِّ فَقَالَ رَجُلٌ لَيْتَنِي أُوتِيتُ مِثْلَ مَا أُوتِيَ فُلاَنٌ فَعَمِلْتُ مِثْلَ مَا يَعْمَلُ
(رواه البخاري في صحيحه رقم ٥٠٢٦)
.
D’après Othman ibn Affan (qu’Allah l’agrée), le Prophète (ﷺ) a dit: « Le meilleur d’entre-vous est celui qui apprend le coran et l’enseigne ».
(Rapporté par Boukhari dans son Sahih n°5027)

(1) Sa’d Ibn ‘Oubeida et Abou ‘Abder Rahman As Soulami sont deux des hommes de la chaîne de transmission de ce hadith.

Sa’d a rapporté ce hadith de Abou ‘Abder Rahman, qui l’a rapporté de ‘Othman Ibn ‘Affan, qui l’a rapporté du Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui).

(2) Il a donc enseigné le Coran pendant au moins 72 ans.
(Fath Al Bari 9/76)

(3) C’est à dire à la place de celui qui enseignait le Coran.

عن عثمان بن عفان رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : «‏ خَيْرُكُمْ مَنْ تَعَلَّمَ الْقُرْآنَ وَعَلَّمَهُ »‏‏.‏ قَالَ وَأَقْرَأَ أَبُو عَبْدِ الرَّحْمَنِ فِي إِمْرَةِ عُثْمَانَ حَتَّى كَانَ الْحَجَّاجُ، قَالَ وَذَاكَ الَّذِي أَقْعَدَنِي مَقْعَدِي هَذَا‏.‏
(رواه البخاري في صحيحه رقم ٥٠٢٧)
.
D’après Abou Moussa Al Ach’ari (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit « Révisez le Coran car je jure par celui qui détient mon âme dans sa main il part certes plus vite que le chameau qui s’échappe de son enclos ».
(Rapporté par Boukhari dans son Sahih n°5033)

Rapporté également par Mouslim dans son Sahih n°791

عن أبي موسى الأشعري رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : تعاهدوا القرآن ، فوالذي نفسي بيده لهو أشد تفصيا من الإبل من عقلها
(رواه البخاري في صحيحه رقم ٥٠٣٣)
.
D’après ‘Abdallah Ibn Mas’oud (qu’Allah l’agrée) : Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) m’a dit: « Récite moi le Coran ! ».
J’ai dit : Je vais te le réciter alors que c’est sur toi qu’il a été descendu ?
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit : « Certes j’aime l’entendre d’un autre que moi (*) ».
(Rapporté par Boukhari dans son Sahih n°5049)

(*) L’imam Nawawi (mort en 676 du calendrier hégirien) a dit : « Ce hadith montre le caractère recommandé d’écouter le Coran ».
(Charh Sahih Mouslim)

L’imam Ibn Batal (mort en 449 du calendrier hégirien) a dit : « En effet il est plus facile à celui qui écoute le Coran de le méditer et de le comprendre car le lecteur est occupé par la lecture et l’application des règles de la récitation ».
(Fath Al Bari 9/94)

Le mérite d’écouter le Coran

Le Cheikh ‘Abdel ‘Aziz Ibn Baz a dit : « Celui qui écoute le Coran avec sincérité et en recherchant par cela ce qu’il y a auprès d’Allah comme récompense est l’associé du lecteur, il obtient une immense récompense, il obtient la même récompense que le lecteur ou même plus grande en fonction de sa sincérité et de sa véracité ».
(Fatawa Nour ‘Ala Darb vol 26 p 355)

Le Cheikh Mouhammad Ibn Saleh Al ‘Otheimine a dit : « Il n’y a aucun doute sur le fait que celui qui écoute le Coran obtient une récompense et qu’il est l’associé du lecteur dans sa récompense ».
(Fatawa Nour ‘Ala Darb n°208)

عن عبدالله بن مسعود رضي الله عنه قال لي النبي صلى الله عليه و سلم : اقرأ علي القرآن
قلت : آقرأ عليك وعليك أنزل ؟
قال النبي صلى الله عليه و سلم : إني أحب أن أسمعه من غيري
(رواه البخاري في صحيحه رقم ٥٠٤٩)
.
D’après Abdallah Ibn ‘Amr (qu’Allah les agrée), mon père m’a marié avec une femme de bonne famille et il la visitait et l’interrogeait sur son époux. Elle disait: Quel homme bon si ce n’est qu’il ne m’a pas touché depuis que je suis avec lui.

Lorsque cela a duré, mon père a mentionné cela au Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) qui a dit: « Apportes le moi ». Alors je suis allé voir le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) qui m’a dit:
« Comment jeûnes-tu? »
J’ai dit: Chaque jour
Il m’a dit: « En combien de temps termines-tu le Coran? »
J’ai dit: Chaque nuit
Alors le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « Jeûnes trois jours chaque mois et lis le Coran une fois par mois »
J’ai dit: Je peux faire plus que cela
Le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « Jeûnes trois jours dans la semaine »
J’ai dit: Je peux faire plus que cela
Le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « Romps le jeûne deux jours et jeûnes un jour »
J’ai dit: Je peux faire plus que cela
Le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « Jeûnes le meilleur des jeûnes, le jeûne de Daoud, tu jeûnes un jour et tu romps un jour et lis le Coran une fois tous les sept jours ».
(Rapporté par Boukhari dans son Sahih n°5052)

عن عبدالله بن عمرو رضي الله عنهما قال : أنكحني أبي امرأة ذات حسب فكان يتعاهد كنته فيسألها عن بعلها فتقول : نعم الرجل من رجل لم يطأ لنا فراشا ولم يفتش لنا كنفا مذ أتيناه . فلما طال ذلك عليه ذكر للنبي صلى الله عليه وسلم ، فقال : القني به . فلقيته بعد
فقال : كيف تصوم ؟
قلت : كل يوم
قال : وكيف تختم ؟
قلت : كل ليلة
قال : صم في كل شهر ثلاثة واقرأ القرآن في كل شهر
قلت : أطيق أكثر من ذلك
قال : صم ثلاثة أيام في الجمعة
قلت : أطيق أكثر من ذلك
قال : أفطر يومين وصم يوما
قلت : أطيق أكثرمن ذلك
قال : صم أفضل الصوم صوم داود صيام يوم وإفطار يوم واقرأ في كل سبع ليال مرة
(رواه البخاري في صحيحه رقم ٥٠٥٢)
.