Sahih Al Boukhari – 87 – Livre du prix du sang

D’après ‘Abdallah Ibn ‘Abbas (qu’Allah les agrée lui et son père), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Les gens les plus détestés par Allah sont trois:
– un moulhid dans le Haram (1)
– celui qui veut pratiquer dans l’Islam une habitude de la période ante-islamique
– une personne qui demande le sang d’une autre personne sans droit (2).
(Rapporté par Boukhari dans son Sahih n°6882)

(1) Le moulhid est la personne qui fait du ilhad (voir définition ci-dessous). Le Haram désigne la zone autour de la mosquée de La Mecque.

Allah a dit dans la sourate Al Hajj n°22 verset 25, concernant le Haram de La Mecque : « Et celui qui veut y commettre du ilhad (*) et de l’injustice nous lui ferons goûter un châtiment douloureux ».

(*) Le ilhad signifie ici l’ensemble des désobéissances.
(Voir Majmou Al Fatawa de cheikh Abdel Aziz Ibn Baz vol 3 p 391)
قال الله تعالى عن الحرم المكي : وَمَن يُرِدْ فِيهِ بِإِلْحَادٍ بِظُلْمٍ نُذِقْهُ مِنْ عَذَابٍ أَلِيمٍ
(سورة الحج ٢٥)

(2) C’est à dire qu’il demande que cette personne soit exécutée dans le cadre d’une peine prescrite comme si elle avait commis un meurtre par exemple alors qu’en réalité elle n’a rien fait.

عن عبدالله بن عباس رضي الله عنهما قال النبي صلى الله عليه و سلم : أبغضُ الناسِ إلى اللهِ ثلاثةٌ : ملحدٌ في الحرمِ ومبتغٍ في الإسلامِ سُنَّةَ الجاهليةِ ومُطَّلِبُ دمِ امرئٍ بغيرِ حقٍّ ليُهريقَ دَمَه
(رواه البخاري في صحيحه رقم ٦٨٨٢)
.
D’après ‘Abdullah ibn Amr, Le Prophète (ﷺ) a dit, « Celui qui tue un mu’âhid [= un non musulman résident de l’Etat musulman, ou un résident d’un Etat non musulman étant en paix avec les musulmans], il ne sentira même pas le parfum du paradis, et pourtant peut être sentie à une distance de quarante années (de voyage). »
(Rapporté Par Al Boukhari dans son Sahih n°6914)
عَنْ عَبْدِ اللَّهِ بْنِ عَمْرٍو، عَنِ النَّبِيِّ صلى الله عليه وسلم قَالَ ‏ « ‏ مَنْ قَتَلَ نَفْسًا مُعَاهَدًا لَمْ يَرَحْ رَائِحَةَ الْجَنَّةِ، وَإِنَّ رِيحَهَا يُوجَدُ مِنْ مَسِيرَةِ أَرْبَعِينَ عَامًا ‏ »‏‏.
(رواه البخاري في صحيحه رقم ۶۹۱۴)
.