۞ Sahih Al Boukhari – 92 – Livre des Tentations (Fitna) ۞

D’après ‘Abdallah Ibn Mas’oud (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Vous allez certes voir après moi du favoritisme (1) et des choses que vous allez réprouver (2) ».
Ils ont dit: Que nous ordonnes-tu ô Messager d’Allah ?
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Vous leur donnez leur droit (3) et vous demandez votre droit à Allah ».(4)
(Rapporté par Boukhari dans son Sahih n°7052)

A. Le fait de se rebeller contre les gouverneurs est une chose interdite par l’Islam

(1) C’est à dire que les dirigeants vont garder pour eux l’argent alors que le peuple a un droit sur cet argent.

(2) C’est à dire des actes de désobéissance à Allah.

(3) C’est à dire le fait de leur obéir, de ne pas se rebeller contre eux.

B. Les manifestations pour se plaindre des gouverneurs sont interdites et sont une forme moderne de rébellion contre les gouverneurs

Cheikh ‘Abdel ‘Aziz Ibn Baz a dit : « Les marches et les manifestations ne sont pas des bonnes choses. Elles ne font pas partie des habitudes du Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) et de ceux qui l’ont suivi dans le bien ».
(Al Mouthaharat Fi Mizan Ach Chari’a Al Islamiya p 163)

Cheikh Albani a dit : « Les manifestations font partie des habitudes et des méthodes des mécréants ».
(Silsila Daifa vol 14 p 74)

Cheikh ‘Otheimine a dit : « Les manifestations sont une chose nouvelle qui n’était pas connue à l’époque du Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui), ni à celle des califes bien-guidés ni à celle des compagnons du Prophète (qu’Allah les agrée tous).
De plus, il se trouve dans cela comme désordre et comme émeute ce qui fait que ces manifestations sont interdites ».
(Houkm Al Mouthaharat Fil Islam p 179)

Cheikh ‘Abdel Mouhsin Al ‘Abad a dit : « Il n’y a aucun doute sur le fait que les manifestations et les marches font partie de la rébellion contre le gouverneur ».
(Al Mouthaharat Fi Mizan Ach Chari’a Al Islamiya p 195)

C. L’Histoire montre que fait de se rebeller contre le gouverneur n’apporte pas de bien et ne fait qu’aggraver le mal

L’imam Abou Hanifa (mort en 150 du calendrier hégirien) a dit à propos de ceux qui se révoltent contre les dirigeants : « Ils font plus de mal qu’ils ne font de bien ».
(Al Fiqh Al Akbar Bi Riwayati Abi Mouti’ p 57)

L’imam Ibn ‘Abdel Bar Al Maliki (mort en 463 du calendrier hégirien) a dit : « Le fait de patienter dans l’obéissance de dirigeants injustes est meilleur que de leur disputer le pouvoir et de se rebeller contre eux car cela entraîne un changement de la sécurité vers l’insécurité, ceci entraîne le fait que le sang coule, les représailles et le désordre sur la Terre.
Et ceci est plus grave que le fait de patienter à l’injustice du gouverneur… ».
(Al Tamhid vol 23 p 279)

Cheikh Al Islam Ibn Taymiya (mort en 728 du calendrier hégirien) a dit : « Il est possible qu’on ne trouve pas un seul groupe qui se soit rebellé contre leur gouverneur sans que cela n’ai entraîné comme désordre ce qui est plus grand que le désordre qui a été enlevé ».
(Manhaj As Sounna Nabawiya vol 3 p 391)

L’imam Ibn Qayim al Djawziya (mort en 751 du calendrier hégirien) a dit : « Le fait de réprouver le mal des dirigeants et des gouverneurs en se rebellant contre eux est la source de tout le mal et de toutes les épreuves jusqu’à la fin des temps (…).
Celui qui médite sur ce qui a touché l’Islam comme grandes épreuves et petites épreuves se rendra compte qu’elles ont découlé du fait de ne pas avoir respecté cette base et d’avoir voulu lever l’injustice du dirigeant et ceci a entraîné ce qui est plus grave que l’injustice du dirigeant ».
(I’lam Al Mouwaqi’in ‘An Rabil ‘Alamin vol 4 p 338)

(Voir Charh Sahih Mouslim de l’imam Nawawi)

عن عبدالله بن مسعود رضي الله عنه قال النّبي صلّى الله عليه و سلّم : إنكم سترون بعدي أثرة وأمورا تنكرونها
قالوا : فما تأمرنا يا رسول الله ؟
قال النبي صلى الله عليه و سلم : أدوا إليهم حقهم وسلوا الله حقكم
(رواه البخاري في صحيحه رقم ٧٠٥٢)
.
D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Qu’aucun d’entre vous ne pointe une arme sur son frère car il ne sait pas si Chaytan va la faire tomber de sa main et ainsi il va tomber dans un trou de feu (*) ».
(Rapporté par Boukhari dans son Sahih n°7072)

Rapporté également par Mouslim dans son Sahih n°2617

(*) C’est à dire qu’il aurait alors commis le péché du meurtre qui va le conduire au feu.
(Minnatoul Moun’im Fi Charh Sahih Mouslim)

عن أبي هريرة رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه وسلم : لا يُشيرُ أحدُكم على أخيهِ بالسلاحِ ، فإنَّهُ لا يدري ، لعلَّ الشيطانَ ينزغُ في يدِه ، فيقعُ في حفرةٍ من النارِ
(رواه البخاري في صحيحه رقم ٧٠٧٢)
.
D’après Houdheyfa Ibn Al Yaman qu’il a dit: « Les gens interrogeaient le Prophète (ﷺ) sur le bien mais moi je l’interrogeait sur le mal de peur qu’il ne me rattrape ».
Je lui dis une fois: « Ô Messager d’Allah (ﷺ)! nous vivions dans un état d’ignorance et de mal, et Allah nous a apporté ce bien, y aura-t-il après ce bien, du mal? »
« Oui, répondit le Prophète (ﷺ) ».
« Y aura-t il après du bien après ce mal? ».
« Oui, mais et il y aura [une certaine] impureté (دَخَنٌ) [du coeur].(1) ».
« Et quel est [le signe] de cette impureté? ».
« Des gens qui guideront loin de ma guidance, [mais] de leurs agissements tu approuveras et tu désapprouveras ».
« Y aura-t-il après ce bien un nouveau mal? ».
« Oui, il y aura des gens qui appelleront aux portes du Feu, ils y jetteront tous ceux qui répondront à leur appel. ».
« Ô Messager d’Allah (ﷺ)! décris-les-nous! ».
« Ce sont des gens qui ont la même apparence que nous et qui parlent notre langue ».
« Que me recommandés-tu si je vis jusqu’à ce temps? ».
« Tu dois être avec la Communauté des Musulmans et avec leur l’imâm ».
« Et s’ils n’auront plus d’Imâm? ».
« Dans ce cas éloigne-toi de tous les groupes, même s’il faudrait que tu t’accroches avec les dents à la racine d’un arbre, et ce jusqu’à ce que la mort te trouve ainsi.»
(Rapporté par Boukhari dans son Sahih n°7084)

(1) Voir Hadith n°3606 où nous avons traduit « dakhan » (دَخَنٌ) par « haine ». « Impureté »

قال حذيفة بن اليمان رضي الله عنه : كَانَ النَّاسُ يَسْأَلُونَ رَسُولَ اللَّهِ صلى الله عليه وسلم عَنِ الْخَيْرِ، وَكُنْتُ أَسْأَلُهُ عَنِ الشَّرِّ، مَخَافَةَ أَنْ يُدْرِكَنِي فَقُلْتُ يَا رَسُولَ اللَّهِ إِنَّا كُنَّا فِي جَاهِلِيَّةٍ وَشَرٍّ فَجَاءَنَا اللَّهُ بِهَذَا الْخَيْرِ، فَهَلْ بَعْدَ هَذَا الْخَيْرِ مِنْ شَرٍّ قَالَ ‏ »‏ نَعَمْ ‏ »‏‏.‏ قُلْتُ وَهَلْ بَعْدَ ذَلِكَ الشَّرِّ مِنْ خَيْرٍ قَالَ ‏ »‏ نَعَمْ، وَفِيهِ دَخَنٌ ‏ »‏‏.‏ قُلْتُ وَمَا دَخَنُهُ قَالَ ‏ »‏ قَوْمٌ يَهْدُونَ بِغَيْرِ هَدْىٍ، تَعْرِفُ مِنْهُمْ وَتُنْكِرُ ‏ »‏‏.‏ قُلْتُ فَهَلْ بَعْدَ ذَلِكَ الْخَيْرِ مِنْ شَرٍّ قَالَ ‏ »‏ نَعَمْ، دُعَاةٌ عَلَى أَبْوَابِ جَهَنَّمَ، مَنْ أَجَابَهُمْ إِلَيْهَا قَذَفُوهُ فِيهَا ‏ »‏‏.‏ قُلْتُ يَا رَسُولَ اللَّهِ صِفْهُمْ لَنَا‏.‏ قَالَ ‏ »‏ هُمْ مِنْ جِلْدَتِنَا، وَيَتَكَلَّمُونَ بِأَلْسِنَتِنَا ‏ »‏‏.‏ قُلْتُ فَمَا تَأْمُرُنِي إِنْ أَدْرَكَنِي ذَلِكَ قَالَ ‏ »‏ تَلْزَمُ جَمَاعَةَ الْمُسْلِمِينَ وَإِمَامَهُمْ ‏ »‏‏.‏ قُلْتُ فَإِنْ لَمْ يَكُنْ لَهُمْ جَمَاعَةٌ وَلاَ إِمَامٌ قَالَ «‏ فَاعْتَزِلْ تِلْكَ الْفِرَقَ كُلَّهَا، وَلَوْ أَنْ تَعَضَّ بِأَصْلِ شَجَرَةٍ، حَتَّى يُدْرِكَكَ الْمَوْتُ، وَأَنْتَ عَلَى ذَلِكَ »‏‏.‏
(رواه البخاري في صحيحه رقم ٧٠٨٤)
.
D’après Ibn ‘Umar, Le Prophète (ﷺ) a dit (a propos de Ad-Dajjal) : « il est borgne de l’œil droit qui ressemble à un raisin flottant »
(Rapporté Par Al Boukhari dans son Sahih n°7123)
عَنِ ابْنِ عُمَرَ، أُرَاهُ عَنِ النَّبِيِّ صلى الله عليه وسلم قَالَ ‏ « ‏ أَعْوَرُ عَيْنِ الْيُمْنَى، كَأَنَّهَا عِنَبَةٌ طَافِيَةٌ ‏ »‏‏.‏
(رواه البخاري في صحيحه رقم ۷۱۲۳)
.