Sahih Al Boukhari – 96 – Livre de s’accrocher au Coran et la Sunnah

D’après Abou Moussa Al Ach’ari (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Certes mon exemple et celui de ce avec quoi Allah m’a envoyé est comme celui d’un homme qui est allé vers son peuple et lui a dit : -Ô le peuple ! J’ai certes vu l’armée (1) de mes propres yeux et je suis certes un avertisseur véridique d’un danger imminent. Fuyez !-
Une partie de son peuple lui a obéit et a fui et une autre partie d’entre eux l’a démenti et est resté à sa place jusqu’au matin et alors l’armée l’a attaqué et les a fait périr.
Ceci est l’exemple de celui qui m’a obéit et a suivi ce avec quoi je suis venu (C’est à dire le Qur’an et la Sounnah), et l’exemple de celui qui m’a désobéit et a démenti la vérité avec laquelle je suis venu (2) ».
(Rapporté par Boukhari dans son Sahih n°6482)

(1) C’est à dire une armée prête à attaquer ce peuple.

(2) C’est à dire que celui qui obéit au Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) sera sauvé du châtiment d’Allah et fera partie des gens rapprochés d’Allah tandis que celui qui le dément sera du nombre de ceux qui sont en perdition.
(Charh Sahih Al Boukhari de Cheikh Rajihi vol 11 p 443)

عن أبي موسى الأشعري رضي الله عنه قال النّبي صلّى الله عليه و سلّم : إنَّ مثَلي ومثلُ ما بعثَني اللهُ به كمثَلِ رجلٍ أتَى قومَهُ فقال : يا قَوْم ! إنِّي رأيتُ الجيشَ بعينيَّ وإنِّي أنا النَّذيرُ العُريانُ فالنَّجاءَ
فأطاعَهُ طائفةٌ من قومِهِ فأدْلَجوا وكذَّبتْ طائفةٌ منهم فأصبَحوا مكانَهم فصبَّحَهم الجيشُ فأهلكَهُم
فذلك مثلُ من أطاعَني واتَّبعَ ما جئتُ به ومثلُ من عصاني وكذَّب ما جئتُ به من الحقِّ
(رواه البخاري في صحيحه رقم ٦٤٨٢ و مسلم في صحيحه رقم ٢٢٨٣)
.
D’après ‘Abdallah Ibn Mas’oud (qu’Allah l’agrée), le Prophète (ﷺ) a dit: « Aucune âme n’est tuée injustement sans que le premier fils de Adam n’est une part dans cela car c’est le premier à avoir instauré le meurtre (*)
(il se peut Sufyân ait rapporté ceci: – (l’effusion du) sang, parce que c’est lui qui a institué l’homicide – ».
(Rapporté par Boukhari dans son Sahih n°7321)

(*) C’est une allusion à ce qui s’est passé entre les deux fils de Adam comme Allah l’a cité dans la sourate Al Maida n°5 du verset 27 à 29.
(Sens rapproché du verset)

Et raconte-leur en toute vérité l’histoire des deux fils d’Adam. Les deux offrirent des sacrifices; celui de l’un fut accepté et celui de l’autre ne le fut pas. Celui-ci dit : «Je te tuerai sûrement». « Allah n’accepte, dit l’autre, que de la part des pieux».
Si tu étends vers moi ta main pour me tuer, moi, je n’étendrai pas vers toi ma main pour te tuer : car je crains Allah, le Seigneur de l’Univers.
Je veux que tu partes avec le péché de m’avoir tué et avec ton propre péché : alors tu seras du nombre des gens du Feu. Telle est la récompense des injustes.
[Sourate 5 : la table servie, Verset 27-29]

وَاتْلُ عَلَيْهِمْ نَبَأَ ابْنَيْ آدَمَ بِالْحَقِّ إِذْ قَرَّبَا قُرْبَاناً فَتُقُبِّلَ مِن أَحَدِهِمَا وَلَمْ يُتَقَبَّلْ مِنَ الآخَرِ قَالَ لَأَقْتُلَنَّكَ قَالَ إِنَّمَا يَتَقَبَّلُ اللّهُ مِنَ الْمُتَّقِينَ ¤
لَئِن بَسَطتَ إِلَيَّ يَدَكَ لِتَقْتُلَنِي مَا أَنَاْ بِبَاسِطٍ يَدِيَ إِلَيْكَ لَأَقْتُلَكَ إِنِّي أَخَافُ اللّهَ رَبَّ الْعَالَمِينَ ¤
إِنِّي أُرِيدُ أَن تَبُوءَ بِإِثْمِي وَإِثْمِكَ فَتَكُونَ مِنْ أَصْحَابِ النَّارِ وَذَلِكَ جَزَاء الظَّالِمِينَ

De plus nous pouvons tirer de ce hadith, comme cela est mentionné explicitement dans d’autres textes, que celui qui instaure une mauvaise chose aura sur lui le péché de tout ceux qui l’ont suivis dans ce mal.

عن عبدالله بن مسعود رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : ليس من نفسٍ تُقتلُ ظلمًا ، إلا كان على ابنِ آدمَ الأولُ كِفلٌ منها – وربما قال سفيانُ : من دَمِها – لأنَّهُ أولُ من سنَّ القتلَ أولًا
(رواه البخاري في صحيحه رقم ٧٣٢١)
.