۞ Al Ta’liqat Al Hissan ‘Ala Sahih Ibn Hibban ۞

Correction de Cheikh Al Albani de Sahih ibn Hibban


D’après ‘Abdallah Ibn Mas’oud (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Qu’Allah fasse miséricorde à la personne qui entend de moi un hadith et le transmet comme il l’a entendu car il est possible que celui à qui cette parole est transmise la comprenne mieux que celui qui l’a entendu ».
(Rapporté par Ibn Hibban dans son Sahih n°68 et authentifié par Cheikh Albani dans Al Ta’liqat Al Hissan ‘Ala Sahih Ibn Hibban vol 1 p 193 Hadith n°68, Hadith Sahih)
عن عبدالله بن مسعود رضي الله عنه قال النّبي صلّى الله عليه و سلّم : رحِم اللهُ مَن سمِع منِّي حديثًا فبلَّغه كما سمِعه فرُبَّ مبلَّغٍ أوعى له مِن سامعٍ
(رواه ابن حبان في صحيحه رقم ٦٨ و صححه الشيخ الألباني في التعليقات الحسان على صحيح ابن حبان ج ١ ص ١٩٤ رقم ٦٨)

حكم : صحيح

.

D’après Houdheyfa Ibn Al Yaman (qu’Allah l’agrée) : J’ai dit : Ô Messager d’Allah ! Est-ce qu’après ce bien dans lequel nous sommes il y aura un mal dont nous devons nous protéger ?
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit : « Ô Houdheyfa ! Je te recommande le Livre d’Allah. Tu dois l’apprendre et suivre ce qui s’y trouve. Ceci est bon pour toi ». (*)
(Rapporté par Ibn Hibban dans son Sahih n°117 et authentifié par Cheikh Albani dans Al Ta’liqat Al Hissan ‘Ala Sahih Ibn Hibban vol 1 p 220, Hadith Sahih)

(*) L’imam Ibn Hibban (mort en 354 du calendrier hégirien) a classé ce hadith dans son Sahih dans le chapitre intitulé : -La mention du fait qu’il est obligatoire à la personne, en période de trouble particulièrement, d’apprendre le Livre d’Allah et de suivre ce qui s’y trouve-.

عن حذيفة بن اليمان رضي الله عنه قال : قُلْتُ : يا رسولَ اللهِ ! هل بعدَ هذا الخيرِ الَّذي نحنُ فيه مِن شرٍّ نحذَرُه ؟
قال النّبي صلّى الله عليه و سلّم : يا حذيفةُ ! عليك بكتابِ اللهِ فتعلَّمْه واتَّبِعْ ما فيه خيرًا لك 
(رواه ابن حبان في صحيحه رقم ١١٧ و صححه الشيخ الألباني في التعليقات الحسان على صحيح ابن حبان رقم ١١٧)

حكم : صحيح

.

D’après Zayd Ibn Arqam (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit : « J’ai certes laissé parmi vous le Livre d’Allah qui est le câble d’Allah. Celui qui le suit est sur la bonne voie tandis que celui qui le délaisse est dans l’égarement ».
(Rapporté par Ibn Hibban dans son Sahih n°123 et authentifié par Cheikh Albani dans Al Ta’liqat Al Hissan ‘Ala Sahih Ibn Hibban vol 1 p 224 Hadith°123, Hadith Sahih)
عن زيد بن أرقم رضي الله عنه قال النّبي صلّى الله عليه و سلّم : إنِّي تاركٌ فيكم كتابَ اللهِ هو حبلُ اللهِ مَن اتَّبَعه كان على الهُدى ومَن ترَكه كان على الضَّلالةِ
(رواه ابن حبان في صحيحه رقم ١٢٣ و صححه الشيخ الألباني في التعليقات الحسان على صحيح ابن حبان رقم ۱۲۳ )

حكم : صحيح

.

D’après ‘Abdallah Ibn ‘Amr (qu’Allah les agrée lui et son père) : J’ai dit : Ô Messager d’Allah ! Quel chose va faire qu’Allah ne va pas être en colère contre moi ?
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Ne t’énerve pas (*) ».
(Rapporté par Ibn Hibban dans son Sahih n°296 et authentifié par Cheikh Albani dans Al Ta’liqat Al Hissan ‘Ala Sahih Ibn Hibban vol 1 p 343 Hadith n°296, Hadith Hasan)

(*) C’est à dire que le fait que la personne fasse des efforts sur soi et ne s’énerve pas est une chose qu’Allah aime et ainsi Il ne se met pas en colère contre la personne qui fait cela.

عن عبدالله بن عمرو رضي الله عنهما قال : قُلْتُ : يا رسولَ اللهِ ! ما يمنَعُني مِن غضَبِ اللهِ ؟
قال النّبي صلّى الله عليه و سلّم : لا تغضَبْ
(رواه ابن حبان في صحيحه رقم ٢٩٦ و حسنه الشيخ الألباني في التعليقات الحسان على صحيح ابن حبان ج ١ ص ٣٤٣)

حكم : حسن

.

D’après ‘Abou Dhar (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: a dit en parlant des Prophètes: « Parmi eux, il y en a quatre qui sont arabes : Hoûd, Sâlih, Chou’ayb, et ton Prophète, Ô Abou Dhar ».».
(Rapporté par Ibn Hibban dans son Sahih n°361 et affaibli par Cheikh Albani dans la correction de Sahîh ibn Hibbân, Dai’fa Djiddan)

* Hadith rapporté partiellement.

_______________________________________________
Ce hadith est très faible. Ibrahim ibn Hisham al-Ghassani qui figure dans sa chaîne de transmission a été qualifié de «abandonné» par adh-Dhahabi. Pire, Abou Hatim l’a qualifié de menteur. Ce qui a amené Ibn al-Djawzi à juger le hadith apocryphe.

Ibn Kathir (Puisse Allah lui accorder Sa miséricorde) dit: «Ce hadith a été rapporté dans son intégralité par Abou Hatim ibn Hibban al-Bousti dans son livre intitulé al-anwaa’ wat taqaasiim. Il l’a jugé authentique. Quant à Aboul Faradj, Ibn al-Djawzi, il a cité le hadith dans son livre al-mawdhouat et accusé Ibrahim ibn Hisham de l’avoir fabriqué. Nul doute que bon nombre des imams vérificateurs de hadith ont mis en cause le précité Ibrahim à cause de sa transmission de ce hadith. Tafsir Ibn Kathir (2/470).

Chouayb al-Arnaout dit : sa chaîne de transmission est très faible. Puis il cite les propos des ulémas sur Ibrahim ibn Hisham. Tahqiiq Sahih Ibn Hibban (2/79).

عن أبي ذر رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : أوأربعةٌ من العَربِ ؛ هودٌ ، وصالِحٌ ، وشُعَيبٌ ، ونبيُّكَ يا أبا ذَرٍّ
(رواه بن حبان في صحيحه رقم ۰۳۶۱ و صححه الشيخ الألباني في التعليقات الحسان على صحيح ابن حبان رقم ٧٠٦٤)

حكم : ضعيف جدا

.

D’après ‘Aicha (qu’Allah l’agrée) : Un homme est allé voir le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) afin de se plaindre de son père qui a une dette envers lui.
Alors le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit : « Toi et ton argent appartenez à ton père (*) ».
(Rapporté par Ibn Hibban dans son Sahih n°410 et authentifié par Cheikh Albani dans Al Ta’liqat Al Hissan ‘Ala Sahih Ibn Hibban vol 1 p 421 Hadith n°411, Hadith Sahih li Ghayrihi)

(*) L’imam Ibn Hibban (mort en 353 du calendrier hégirien) a dit : « Le sens de ce hadith est que le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a interdit à cet homme de se comporter avec son père comme on le fait avec des étrangers.
Il lui a ordonné le bon comportement et la douceur envers son père à la fois dans la parole et les actes jusqu’à ce que son argent lui soit rendu.
Par contre le sens du hadith n’est pas que le père possède l’argent de son enfant de son vivant sans qu’il ne soit d’accord pour lui donner ».
(Sahih Ibn Hibban vol 2 p 142)

عن عائشة رضي الله عنها أنَّ رجلًا أتى رسولَ اللهِ صلَّى اللهُ عليه وسلَّم يخاصِمُ أباه في دَينٍ عليه فقال نبيُّ اللهِ صلَّى اللهُ عليه وسلَّم : أنتَ ومالُكَ لأبيكَ
(رواه ابن حبان في صحيحه رقم ٤١٠ و صححه الشيخ الألباني في التعليقات الحسان على صحيح ابن حبان رقم ۴۱۱)

حكم : صحيح لغيره

.

D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Un homme parmi ceux qui sont venus avant vous a été jugé et on ne lui a pas trouvé d’acte de bien si ce n’est qu’il avait retiré une branche avec des épines qui était sur le chemin et qui gênait les gens.
Alors il lui a été pardonné ».
(Rapporté par Ibn Hibban dans son Sahih n°538 et authentifié par Cheikh Albani dans Al Ta’liqat Al Hissan ‘Ala Sahih Ibn Hibban vol 2 p 34 Hadith n°539, Hadith Sahih)
عن أبي هريرة رضي الله عنه قال النّبي صلّى الله عليه و سلّم : حُوسِبَ رجُلٌ ممَّن كان قبْلَكم فلم يوجَدْ له مِن الخيرِ إلَّا غُصْنُ شوكٍ كان على الطَّريقِ كان يؤذي النَّاسَ فعزَله فغُفِر له
(رواه ابن حبان في صحيحه رقم ٥٣٨ و صححه الشيخ الألباني في التعليقات الحسان على صحيح ابن حبان ج ٢ ص ٣٤ رقم ۵۳۹)

حكم : صحيح

.

D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Il a été pardonné à un homme ses péchés précédents et ses péchés futurs car il avait pris une branche avec des épines qui était sur le chemin des gens (*) ».
(Rapporté par Ibn Hibban dans son Sahih n°539 et authentifié par Cheikh Albani dans Al Ta’liqat Al Hissan ‘Ala Sahih Ibn Hibban vol 2 p 35 Hadith n°540, Hadith Hasan Al Isnad)

(*) C’est à dire qu’il avait retiré du chemin cette chose qui gênait les gens qui empruntaient ce chemin.

عن أبي هريرة رضي الله عنه قال النّبي صلّى الله عليه و سلّم : غُفِر لرجل أخذ غصن شوك من طريق الناس ذنبه ما تقدّم من ذنبه و ما تأخّر
(رواه ابن حبان في صحيحه رقم ٥٣٩ و حسنه الشيخ الألباني في التعليقات الحسان على صحيح ابن حبان ج ٢ ص ٣٥ رقم ۵۴۰)

حكم : حسن الإسناد

.

D’après An Nu’man Ibn Bachir (qu’Allah les agrée lui et son père), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Je vous mets en garde contre le feu ! Je vous mets en garde contre le feu ! Je vous mets en garde contre le feu ! ».
Il a dit cela au point où si il était à ma place-ci les gens du marché l’auraient entendu et au point où la tunique qui était sur ses épaules est tombée sur ses pieds (*).
(Rapporté par Ibn Hibban dans son Sahih n°644 et authentifié par Cheikh Albani dans Al Ta’liqat Al Hissan ‘Ala Sahih Ibn Hibban vol 2 p 97 Hadith n°643, Hadith Sahih)

(*) C’est à dire que lorsque le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a mis les gens en garde contre le feu il l’a fait en levant la voix et avec entrain.

عن النعمان بن بشير رضي الله عنه قال النّبي صلّى الله عليه و سلّم : أُنذِرُكم النَّارَ أُنذِرُكم النَّارَ أُنذِرُكم النَّارَ حتَّى لو كان في مقامي هذا سمِعه أهلُ السُّوقِ حتَّى وقَعَتْ خميصةٌ كانت على عاتقِه على رِجْلَيْهِ
(رواه ابن حبان في صحيحه رقم ٦٤٤ و حسنه الشيخ الألباني في التعليقات الحسان على صحيح ابن حبان ج ٢ ص ۹۷ رقم ۶۴۳)

حكم : صحيح

.

D’après Abou Dhar (qu’Allah l’agrée) : Alors que j’étais assis dans la mosquée avec le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui), il m’a dit: « Regarde la personne dans la mosquée qui, selon toi, a le plus de valeur ».
J’ai regardé et j’ai vu un homme qui portait une toge qui parlait à des gens et j’ai dit : C’est lui.
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Regarde la personne dans la mosquée qui, selon toi, a le moins de valeur ».
J’ai regardé et j’ai vu un petit homme pauvre avec un vieil habit et j’ai dit : C’est lui.
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Celui-là (1) est meilleur auprès d’Allah le jour de la résurrection que la Terre entière remplie de personne comme celui-ci (2) ».
(Rapporté par Ibn Hibban dans son Sahih n°681 et authentifié par Cheikh Albani dans Al Ta’liqat Al Hissan ‘Ala Sahih Ibn Hibban vol 2 p 123 Hadith n°680, Hadith Sahih)

(1) C’est à dire le second.

(2) C’est à dire le premier.

عن أبي ذر رضي الله عنه قال : بينما أنا مع رسول الله صلى الله عليه وسلم في المسجد إذ قال : انظر أرفع رجل في المسجد في عينيك
فنظرت فإذا رجل في حلة جالس يحدث قوما فقلت : هذا
قال رسول الله صلى الله عليه وسلم : انظر أوضع رجل في المسجد في عينيك
فنظرت فإذا رويجل مسكين في ثوب له خلق قلت : هذا
قال رسول الله صلى الله عليه وسلم : هذا خير عند الله يوم القيامة من قرار الأرض مثل هذا
(رواه ابن حبان في صحيحه رقم ٦٨١ و صححه الشيخ الألباني في التعليقات الحسان على صحيح ابن حبان ج ٢ ص ١٢٣)

حكم : صحيح

.

D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit : « Lorsque l’un de vous voit quelqu’un qui a été favorisé par rapport à lui au niveau de la création (1) ou au niveau de la subsistance (2) alors qu’il regarde vers quelqu’un qui est au dessous de lui et par rapport à qui il a été favorisé (3) ».
(Rapporté par Ibn Hibban dans son Sahih n°711 et authentifié par Cheikh Albani dans Al Ta’liqat Al Hissan ‘Ala Sahih Ibn Hibban vol 2 p 139, Hadith Sahih)

(1) C’est à dire au niveau de l’apparence physique.

(2) C’est à dire au niveau de l’argent, des enfants…

(3) Dans un autre hadith avec des termes proches, il est précisé que la sagesse derrière cela est que la personne ne méprise pas les bienfaits qu’Allah lui a accordé.

عن أبي هريرة رضي الله عنه قال النّبي صلّى الله عليه و سلّم : إذا رأى أحَدُكم مَن فُضِّل عليه في الخَلْقِ أو الرِّزْقِ فلْينظُرْ إلى مَن هو أسفَلَ منه ممَّن فُضِّل هو عليه
(رواه ابن حبان في صحيحه رقم ٧١١ و صححه الشيخ الألباني في التعليقات الحسان على صحيح ابن حبان ج ٢ ص ١٣٩ رقم ۷۱۰)

حكم : صحيح

.

D’après ‘Aicha (qu’Allah l’agrée) : Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) avait auprès de lui sept ou neuf dinars ce qui l’a beaucoup préoccupé.
Il a dit : « Ô ‘Aicha ! Qu’est devenu cet or ? ».
J’ai dit : Il est auprès de moi.
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit : « Donne-le en aumône ».
J’ai été occupée et je ne l’ai pas donné en aumône.
Puis le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit : « Ô ‘Aicha ! Qu’est devenu cet or ? ».
J’ai dit : Il est auprès de moi.
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit : « Apporte-le moi ».
Alors je l’ai apporté.
Il l’a mis dans sa main puis a dit : « Qu’arriverait-il à Muhammad s’il rencontrait Allah alors qu’il avait ceci auprès de lui ? Qu’arriverait-il à Muhammad s’il rencontrait Allah alors qu’il avait ceci auprès de lui ? ». (*)
(Rapporté par Ibn Hibban dans son Sahih n°711 et authentifié par Cheikh Albani dans Al Ta’liqat Al Hissan ‘Ala Sahih Ibn Hibban vol 2 p 139 Hadith n°713, Hadith Sahih)

(*) Et dans une autre version de ce hadith, le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a de nouveau ordonné à ‘Aicha (qu’Allah l’agrée) de donner cet or en aumône.
(Voir la Sisila Sahiha, hadith n°2653)

عن عائشة رضي الله عنها قالت : اشتَدَّ وجَعُ رسولِ اللهِ صلَّى اللهُ عليه وسلَّم وعندَه سبعةُ دنانيرَ أو تِسعةٌ فقال : يا عائشةُ ! ما فعَلَتْ تلكَ الذَّهبُ ؟
فقُلْتُ : هي عندي
قال رسولِ اللهِ صلَّى اللهُ عليه وسلَّم : تصدَّقي بها
فشُغِلْتُ به
ثمَّ قال رسولِ اللهِ صلَّى اللهُ عليه وسلَّم : يا عائشةُ ما فعَلَتْ تلكَ الذَّهبُ ؟
فقُلْتُ : هي عندي
فقال رسولِ اللهِ صلَّى اللهُ عليه وسلَّم : ائتِني بها
فجِئْتُ بها فوضَعها في كفِّه ثمَّ قال : ما ظنُّ مُحمَّدٍ أنْ لو لقِي اللهَ وهذه عندَه ؟ ما ظنُّ مُحمَّدٍ أنْ لو لقِي اللهَ وهذه عندَه ؟
( رواه ابن حبان في صحيحه رقم ٧١٥ و صححه الشيخ الألباني في التعليقات الحسان على صحيح ابن حبان ج ٢ ص ١٤٠ رقم ۷۱۳)

حكم : صحيح

.

D’après Anas Ibn Malik (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit : « J’ai été étonné de la situation du croyant. Allah ne lui décrète pas une chose sans que ce ne soit un bien pour lui ». (*)
(Rapporté par Ibn Hibban dans son Sahih n°728 et authentifié par Cheikh Albani dans Al Ta’liqat Al Hissan ‘Ala Sahih Ibn Hibban vol 2 p 149 Hadith n°726, Hadith Sahih)

(*) Dans d’autres hadiths proches de celui-là, il est précisé que le sens voulu est que lorsqu’Allah décrète un bien au croyant il remercie et cela est un bien pour lui et lorsqu’Allah lui décrète un mal il patiente et cela est un bien pour lui.

عن أنس بن مالك رضي الله عنه قال النّبي صلّى الله عليه و سلّم : عجِبْتُ لِلمُؤمِنِ لا يقضي اللهُ له شيئًا إلَّا كان خيرًا له
(رواه ابن حبان في صحيحه رقم ٧٢٨ و صححه الشيخ الألباني في التعليقات الحسان على صحيح ابن حبان ج ٢ ص ١٤٩ رقم ٧٢٨)

حكم : صحيح

.

D’après Abou Ayoub Al Ansari (qu’Allah l’agrée), lors de la nuit de l’ascension le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) passa près de Ibrahim « Al-Khalil » du Tout Miséricordieux (« Al-Khalil » signifie « l’ami rapproché » (d’Allah)).
Ibrahim (Paix sur lui) a dit à (l’Ange) Jibril (Paix sur lui): Qui est avec toi, Ô Jibril?
Jibril (Paix sur lui) a dit C’est Mohammed (صَلَّى اللَّهُ عَلَيْهِ وَسَلَّمَ)
Ibrahim (Paix sur lui) lui a dit: « Ô Muhammad! Ordonne à ta communauté de multiplier les plantations du paradis car certes sa terre est pure et sa surface est étendue ».
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: Quelles sont les plantations du paradis ? Il a répondu: « Il n’y a de force et de puissance que par Allah (*) ».
(Rapporté par Ibn Hibban dans son Sahih n°821 et authentifié par Cheikh Albani dans Al Ta’liqat Al Hissan ‘Ala Sahih Ibn Hibban n°818, Hadith Hasan)

(*) Il n’y a de force et de puissance que par Allah:
En phonétique: La Hawla wa la Qouwata Illa Billah
En arabe: لاَ حَولَ وَلاَ قُوَّةَ إِلاَّ بِاللهِ

عن أبي أيوب الأنصاري رضي الله عنه إن رسول الله صلى الله عليه وسلم ليلة أُسري بِهِ مَرَّ عَلَى إِبْرَاهِيمَ خَلِيلِ الرَّحْمَنِ فَقَالَ إِبْرَاهِيمُ لِجِبْرِيلَ: مَنْ مَعَكَ يَا جِبْرِيلُ؟ قَالَ جِبْرِيلُ: هَذَا مُحَمَّدٌ صَلَّى اللَّهُ عَلَيْهِ وَسَلَّمَ فَقَالَ إِبْرَاهِيمُ: يَا مُحَمَّدُ مُرْ أُمَّتَكَ أَنْ يُكْثِرُوا غِرَاسَ الْجَنَّةِ فَإِنَّ [ص: 206] تُرْبَتَهَا طَيِّبَةٌ وَأَرْضُهَا وَاسِعَةٌ فَقَالَ رَسُولُ اللَّهِ صَلَّى اللَّهُ عَلَيْهِ وَسَلَّمَ لِإِبْرَاهِيمَ:
(وَمَا غِرَاسُ الْجَنَّةِ)؟
قَالَ: لا حول ولا قوة إلا بالله
(رواه ابن حبان في صحيحه رقم ٨٢١ و صححه الشيخ الألباني في التعليقات الحسان على صحيح ابن حبان رقم ٨١٨)

حكم : إسناده حسن

.

D’après ‘Abdallah Ibn Mas’oud (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Certes les gens les plus en droit de moi le jour du jugement (*) sont ceux qui prient le plus sur moi ».
(Rapporté par Ibn Hibban dans son Sahih n°911 et authentifié par Cheikh Albani dans Al Ta’liqat Al Hissan n°908, Hasan li Ghayrihi)

(*) C’est à dire ceux qui seront le plus proche du Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) et les plus en droit de son intercession.
(Touhfatoul Ahwadhi, hadith n°484)

عن عبدالله بن مسعود رضي الله عنه قال النّبي صلّي الله عليه و سلّم : إنَّ أَوْلَى النَّاسِ بِي يَوْمَ الْقِيَامَةِ أَكْثَرُهُم عَلَيَّ صَلاةً
(رواه بن حبان في صحيحه رقم ٩١١ و حسنه الشيخ الألباني في التعليقات الحسان رقم ٩٠٨)

حكم : حسن لغيره

.

D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée) : On a mentionné la nuit du destin auprès du Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) qui a dit: « Combien de jours sont déjà passés dans le mois ? ».
Nous avons dit : Vingt deux jours sont déjà passés et il en reste huit.
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit : « Non. Vingt deux jours sont déjà passés et il en reste huit, le mois est de vingt neuf jours. Ainsi cherchez la cette nuit-là (*) ».
(Rapporté par Ibn Hibban dans son Sahih n°2548 et authentifié par Cheikh Albani dans Al Ta’liqat Al Hissan ‘Ala Sahih Ibn Hibban n°2539, Hadith Sahîh)

(*) La nuit qui suit le vingt deuxième jour est la vingt troisième nuit.

عن أبي هريرة رضي الله عنه قال : ذكَرْنا ليلةَ القدرِ عندَ رسولِ اللهِ صلَّى اللهُ عليه وسلَّم فقال : كم مضى مِن الشَّهرِ ؟
فقُلْنا : مضى اثنانِ وعشرونَ يومًا وبقي ثمانٍ
فقال رسولِ اللهِ صلَّى اللهُ عليه وسلَّم : لا بل مضى اثنانِ وعشرونَ يومًا وبقي سَبْعٌ الشَّهرُ تسعٌ وعشرونَ يومًا فالتمِسوها اللَّيلةَ
(رواه ابن حبان في صحيحه رقم ٢٥٤٨ و صححه الشيخ الألباني في التعليقات الحسان على صحيح ابن حبان رقم ٢٥٣٩)

حكم : صحيحه

.

D’après ‘Amr Ibn Moura al Jouhani (qu’Allah l’agrée), un homme est venu vers le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) et a dit: Ô Messager d’Allah ! Vois-tu si j’atteste de -La Ilaha Illa Allah- et que tu es le Messager d’Allah, que je prie les cinq prières, que je donne la zakat, que je jeûne le ramadan et prie ses nuits, de qui est-ce que je fais partie ?
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Des véridiques et des martyrs ».
(Rapporté par Ibn Hibban dans son Sahih n°3438 et authentifié par cheikh Albani dans Al Ta’liqat Al Hissan Ala Sahih Ibn Hibban n°3429, Hadith Sahih)
عن عمرو بن مرة الجهني رضي الله عنه قال جَاءَ رَجُلٌ إِلَى النَّبِيِّ صَلَّى اللَّهُ عَلَيْهِ وَسَلَّمَ فقال: يارسول اللَّهِ أَرَأَيْتَ إِنْ شَهِدْتُ أَنْ لَا إِلَهَ إِلَّا اللَّهُ وَأَنَّكَ رَسُولُ اللَّهِ وَصَلَّيْتُ الصَّلَوَاتِ الْخَمْسَ وَأَدَّيْتُ الزَّكَاةَ وَصُمْتُ رَمَضَانَ وَقُمْتُهُ فَمِمَّنْ أنا؟ قال:
(من الصديقين والشهداء)
(رواه ابن حبان في صحيحه رقم ٣٤٣٨ و صححه الشيخ الألباني في التعليقات الحسان على صحيح ابن حبان رقم ٣٤٢٩)

حكم : صحيح

.

D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée) : Un homme a questionné le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) en disant : Ô Messager d’Allah ! Certes je jeûnais et j’ai mangé et j’ai bu par oubli.
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « C’est Allah qui t’a nourri et t’a abreuvé. Termine ton jeûne ».
(Rapporté par Ibn Hibban dans son Sahih n°3522 et authentifié par Cheikh Albani dans Al Ta’liqat Al Hissan ‘Ala Sahih Ibn Hibban n°3513, Hadith Sahîh)

عن أبي هريرة رضي الله عنه : أنّ رجلا سأل رسول الله صلّى الله عليه و سلّم فقال : يا رسول الله ! إنّي كنت صائمًا فأكلت و شربت ناسياً
فقال رسول الله صلّى الله عليه و سلّم : أطعمك الله و سقاك أتِمَّ صومَك
(رواه ابن حبان في صحيحه رقم ٣٥٢٢ و صححه الشيخ الألباني في التعليقات الحسان على صحيح ابن حبان رقم ٣٥١٣)

حكم : إسناده صحيح

.

D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Certes une femme ne jeûne pas un jour en dehors du mois de Ramadan alors que son mari est présent sans avoir son autorisation ».
(Rapporté par Ibn Hibban dans son Sahih n°3573 et authentifié par Cheikh Albani dans Al Ta’liqat Al Hissan ‘Ala Sahih Ibn Hibban n°3565, Hadith Hasan Sahih)
عن أبي هريرة رضي الله عنه قال النبي صلّى الله عليه و سلّم : لا تصومَنَّ امرأةٌ يومًا سوى شهرِ رمضانَ وزوجُها شاهدٌ إلَّا بإذنِه
(رواه ابن حبان في صحيحه رقم ٣٥٧٣ و صححه الشيخ الألباني في التعليقات الحسان على صحيح ابن حبان رقم ٣٥٦٥)

حكم : حسن صحيح

.

D’après Simak Ibn Harb : Je suis rentré auprès de ‘Ikrima le jour à propos duquel on doute s’il fait partie de Ramadan alors qu’il mangeait.
Il a dit : Approche toi et mange !
J’ai dit : Je jeûne.
Il a dit : Je jure par Allah que tu vas t’approcher.
Puis il m’a rapporté que ‘Abdallah Ibn ‘Abbas (qu’Allah les agrée lui et son père) lui a rapporté que le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit : « N’avancez pas Ramadan. Jeûnez à sa vision (1) et rompez à sa vision (2).
Et si des nuages ou de la poussière vous empêchent de voir alors complétez le nombre jusqu’à trente (3) ».
(Rapporté par Ibn Hibban dans son Sahih n°3590 et authentifié par Cheikh Albani dans Al Ta’liqat Al Hissan ‘Ala Sahih Ibn Hibban n°3582, Hadith Sahîh)

(1) C’est à dire à la vision du croissant de lune de Ramadan
(2) C’est à dire à la vision du croissant de lune de Chawwal
(3) C’est à dire que si vous ne pouvez pas voir le croissant de lune de Ramadan alors complétez le mois de Cha’ban à trente jours.
Et si vous ne pouvez pas voir le croissant de lune de Chawwal alors complétez le mois de Ramadan à 30 jours.

عن سماك بن حرب قال : دخَلْتُ على عكرمةَ في اليومِ الَّذي يُشَكُّ فيه مِن رمضانَ وهو يأكُلُ فقال : ادنُ فكُلْ
قُلْت : إنِّي صائمٌ
فقال : واللهِ لتدنوَنَّ
فحدِّثْني قال : حدَّثني عبدالله بن عبَّاسٍ رضي الله عنهما أنَّ رسولَ اللهِ صلَّى اللهُ عليه وسلَّم قال : لا تستقبِلوا الشَّهرَ استقبالًا صوموا لرؤيتِه وأفطِروا لرؤيتِه فإنْ حال بينَكم وبينَه غَبرةُ سَحابٍ أو قَترةٌ فأكمِلوا العِدَّةَ ثلاثينَ
(رواه بن حبان في صحيحه رقم ٣٥٩٠ و صححه الشيخ الألباني في التعليقات الحسان على صحيح ابن حبان رقم ٣٥٨٢)

حكم : صحيح

.

D’après Fatima Bint Qays (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Recevez la bonne nouvelle ô les musulmans ! Le Dajjal (*) n’y entrera pas » -c’est à dire dans la ville de Médine-.
(Rapporté par Ibn Hibban dans son Sahih n°3730 et authentifié par Cheikh Albani dans Al Ta’liqat Al Hissan ‘Ala Sahih Ibn Hibban n°3722, Hadith Sahih)

(*) Le Dajjal est un imposteur qui va apparaître à la fin des temps et qui va égarer beaucoup de gens.
Il va mentir aux gens et prétendre être un prophète puis va prétendre qu’il est le Seigneur.
Il y a de nombreux ahadiths authentiques le concernant.

عن فاطمة بنت قيس رضي الله عنها قال النّبي صلّى الله عليه و سلّم : (أَبْشِرُوا مَعْشَرَ المسلمين لا يدخلها الدجال) – يعني المدينة
(رواه ابن حبان في صحيحه رقم ٣٧٣٠ و صححه الشيخ الألباني في التعليقات الحسان على صحيح ابن حبان رقم ٣٧٢٢)

حكم : صحيح

.

D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit : « Celui qui dit lorsqu’il va dans son lit: -Il n’y a pas de divinité méritant d’être adorée si ce n’est Allah seul sans associé, à Lui la royauté et la louange et Il est puissant sur toute chose. Il n’y a de force et de puissance que par Allah, gloire à Allah, louange à Allah et il n’y a pas de divinité méritant d’être adorée si ce n’est Allah et Allah est le plus grand- ses péchés seront pardonnés même s’ils sont nombreux comme l’écume de la mer ».
(Rapporté par Ibn Hibban dans son Sahih n°5528 et authentifié par Cheikh Albani dans Al Ta’liqat Al Hissan ‘Ala Sahih Ibn Hibban n°5503, Hadith Sahîh)

En phonétique: La Ilaha Illa Allah Wahdahou La charika Lah Lahoul Moulk Wa Lahoul Hamd Wa Houwa Ala Kouli Chay In Qadir Wa La Hawla Wa La Qouwata Illa Billah Sobhanalah Wal Hamdoulilah Wa La Ilaha Illa Allah Wallahou Akbar

En arabe:

لاَ إِلَهَ إِلاَّ الله وَحْدَهُ لاَ شَرِيكَ لَه لَهُ المُلْكُ وَلهُ الحَمْدُ وَهُوَ عَلَى كُلِّ شَيءٍ قَدِير لاَ حَولَ وَلاَ قُوَّةَ إِلاَّ بِاللهِ سُبْحَانَ الله وَ الحَمْدُ لله وَ لاَ إِلَهَ إِلاَّ الله واللهُ أَكْبَر
عن أبي هريرة رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : من قال حين يأوي إلى فراشه : لا إله إلا الله وحده لا شريك له له الملك وله الحمد وهو على كل شيء قدير لاحول ولا قوة إلا بالله سبحان الله وبحمده والحمد لله ولا إله إلا الله والله أكبر غفرت له ذنوبه ولو كانت مثل زبد البحر
(رواه بن حبان في صحيحه رقم ٥٥٢٨ و صححه الشيخ الألباني في التعليقات الحسان على صحيح ابن حبان رقم ٥٥٠٣)

حكم : صحيح

.

D’après ‘Otba Ibn Abi Hakim : J’ai questionné Souleyman Ibn Moussa à propos d’un homme qui regarde le sexe de son épouse (1).
Il m’a dit : J’ai questionné ‘Ata sur ceci et ‘Ata m’a dit qu’il avait questionné ‘Aicha (qu’Allah l’agrée) sur cela et elle a dit : Nous faisions le ghousl (2), moi et mon bien-aimé (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) (3), dans un seul récipient dans lequel nos mains se croisaient.
(Rapporté par Ibn Hibban dans son Sahih n°5577 et authentifié par Cheikh Albani dans Al Ta’liqat Al Hissan ‘Ala Sahih Ibn Hibban n°5550, Hadith Hasan)

(1) C’est à dire est-ce qu’il a le droit de faire cela ou pas.
(2) C’est à dire le lavage rituel suite à un rapport sexuel.
(3) C’est à dire le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui).

عن عتبة ابن أبي حكيم أنَّه سأَل سُليمانَ بنَ موسى عن الرَّجُلِ ينظُرُ إلى فَرْجِ امرأتِه فقال : سأَلْتُ عنها عطاءً فقال : سأَلْتُ عنها عائشةَ فقالت : كُنْتُ أغتسِلُ أنا وحِبِّي صلَّى اللهُ عليه وسلَّم مِن الإناءِ الواحدِ تختلِفُ فيه أكُفُّنا
(رواه ابن حبان في صحيحه رقم ٥٥٧٧ و حسنه الشيخ الألباني في التعليقات الحسان على صحيح ابن حبان رقم ٥٥٥٠)

حكم : حسن

.

D’après ‘Abdallah Ibn Mas’oud (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Même s’il ne restait qu’une seule nuit de la vie d’ici-bas, un homme de ma famille prendrait certes la gouvernance, son nom est identique au mien ».
(Rapporté par Ibn Hibban et authentifié par Cheikh Albani dans Al Ta’liqat Al Hissan ‘Ala Sahih Ibn Hibban n°5923, Hadith Hasan Sahîh)
عن عبدالله بن مسعود رضي الله عنه قال رسولُ اللهِ صلَّى اللهُ عليهِ وسلَّمَ : لو لمْ يَبْقَ من الدنيا إلا ليلةٌ ؛ لَمَلَكَ رجلٌ من أهلِ بَيْتي ، يُواطِئُ اسمُه اسمي
(رواه ابن حبان و صححه في التعليقات الحسان على صحيح ابن حبان رقم ٥٩٢٣)

حكم : حسن صحيح

.

D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « On va prêter serment d’allégeance à un homme entre le coin et le maqam (1) et personne ne va porter atteinte au caractère sacré de cette maison sauf ses gens (2) et lorsqu’ils lui auront porté atteinte alors n’interroge pas concernant la perdition des arabes. Puis vont apparaître les abyssins qui vont la détruire et elle ne sera plus jamais habitée et c’est eux qui vont sortir son trésor ».
(Rapporté par Ibn Hibban et authentifié par Cheikh Albani dans sa correction de Sahih Ibn Hibban n°6788, Hadith Sahîh)

(1) Le coin signifie -le coin yéménite- qui est l’un des coins de la Ka’ba et le maqam est le -maqam Ibrahim- qui est situé tout proche de la Ka’ba.
Ce qui se situe entre le coin et le maqam est la pierre noire.

(2) C’est à dire que ce sont les gens du Haram, les habitants de La Mecque qui vont lui porter atteinte.

L’imam Ibn Hibban (mort en 354) a rapporté ce hadith dans son Sahih sous le chapitre: « Mention de l’endroit où l’on va prêter serment d’allégeance au Mahdi ».

L’imam Ibn Kathir (mort en 774) a dit: « Le Mahdi promis viendra à la fin des temps. Il va sortir du côté de l’est et les gens vont lui prêter serment d’allégeance auprès de la maison sacrée (la ka’ba) comme cela est mentionné dans le hadith ».
(Al Bidaya Wa Nihaya vol 19 p 62)

عن أبي هريرة رضي الله عنه قال النبي صلى الله عليه و سلم : يبايع لرجل ما بين الركن و المقام ، و لن يستحل البيت إلا أهله ، فإذا استحلوه ، فلا يسأل عن هلكة العرب ، ثم تأتي الحبشة فيخربونه خرابا لا يعمر بعده أبدا و هم الذين يستخرجون كنزه
(رواه ابن حبان و صححه في التعليقات الحسان على صحيح ابن حبان رقم ٦٧٨٨)

حكم : إسناده صحيح

.

D’après Anas Ibn Malik (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « L’heure n’aura pas lieu sur une personne disant: – La Ilaha Illa Allah – » (*).
(Rapporté par Ibn Hibban dans son Sahih n°6848 et authentifié par Cheikh Albani dans Al Ta’liqat Al Hissan Ala Sahih ibn Hibban n°6809, Hadith Sahih)

(*) C’est à dire que les âmes de tous les croyants auront été prises par l’envoi d’un vent venant du Cham et au moment de l’Heure il ne restera sur la terre que les plus mauvais des gens.
Ceci est explicité dans le hadith rapporté par Mouslim dans son Sahih n°2940

عن أنس بن مالك رضي الله عنه قال النبي صلى الله عليه و سلم : لا تقومُ السَّاعةُ على أحدٍ يقولُ لا إلهَ إلَّا اللَّهُ 
(رواه ابن حبان في صحيحه رقم ٦٨٤٨ و صححه الشيخ الألباني في التعليقات الحسان على صحيح ابن حبان رقم ٦٨٠٩)

حكم : صحيح

.

D’après Houdheyfa Ibn Al Yaman (qu’Allah l’agrée) : Ma mère m’a dit : Depuis combien de temps est-ce que tu n’as pas vu le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) ?
J’ai dit : Je ne l’ai pas vu depuis tant de temps ou tant de temps (1).
Alors elle m’a fait des reproches et j’ai dit : Je vais certes aller voir le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) et je vais prier avec lui et ainsi il demandera le pardon pour moi et pour toi.
Je suis donc parti et j’ai prié le maghreb avec lui.
Alors il a prié entre les deux (2) puis il est parti et je l’ai suivi et il m’a dit : « Qui est-ce ? ».
J’ai dit : Houdheyfa Ibn Al Yaman.
Il m’a dit : « Qu’est-ce qui t’amène ? ».
Je l’ai alors informé de ce que ma mère m’a dit et alors il a dit : « Qu’Allah te pardonne ainsi qu’à ta mère ».
(Rapporté par Ibn Hibban dans son Sahih n°7126 et authentifié par Cheikh Albani dans Al Ta’liqat Al Hissan ‘Ala Sahih Ibn Hibban n°7082, Hadith Sahih)

(1) C’est à dire qu’il a cité depuis combien de temps environ il n’avait pas vu le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui).

(2) C’est à dire qu’il a prié la prière surérogatoire -ratiba- après la prière obligatoire du maghreb.

عن حذيفة بن اليمان رضي الله عنه قال : قالتْ لي أُمِّي : متى عهدُكَ برسولِ اللهِ صلَّى اللهُ عليه وسلَّم ؟
فقُلْتُ : ما لي به عهدٌ مُذْ كذا أو كذا
فنالت منِّي فقُلْتُ : فإنِّي آتي رسولَ اللهِ صلَّى اللهُ عليه وسلَّم فأُصلِّي معه ويستغفِرُ لي ولكِ
فأتَيْتُه فصلَّيْتُ معه المغرِبَ فصلَّى ما بَيْنَهما ثمَّ مضى وتبِعْتُه فقال لي : مَن هذا ؟
فقُلْتُ : حُذَيفةُ بنُ اليَمانِ
فقال رسول اللهِ صلَّى اللهُ عليه وسلَّم : ما جاء بكَ ؟
فأخبَرْتُه بما قالتْ لي أُمِّي فقال صلَّى اللهُ عليه وسلَّم : غفَر اللهُ لكَ ولِأُمِّكَ
(رواه ابن حبان في صحيحه رقم ٧١٢٦ و صححه الشيخ الألباني في التعليقات الحسان على صحيح ابن حبان رقم ٧٠٨٢)

حكم : صحيح

.

D’après Ibn Abi Moulayka, ‘Abdallah Ibn ‘Abbas (qu’Allah les agrée lui et son père) a dit à ‘Aicha (qu’Allah l’agrée) : « Allah a révélé et fait descendre ton innocence d’en haut des sept cieux et il n’y a pas une mosquée dans laquelle on invoque Allah sans que ton histoire n’y soit récitée nuit et jour (*) ».
(Rapporté par Ibn Hibban dans son Sahih n°7108 et authentifié par Cheikh Albani dans Al Ta’liqat Al Hissan ‘Ala Sahih Ibn Hibban n°7064, Hadith Sahîh)

(*) C’est une allusion à l’affaire de la calomnie durant laquelle ‘Aicha (qu’Allah l’agrée) a été injustement accusée d’avoir commis l’adultère et pour laquelle Allah a révélé des versets de la sourate Nour (n°24) l’innocentant.

عن بن أبي مليكة أن عبدالله بن عباس رضي الله عنهما قال لعائشة رضي الله عنها : أنزل الله براءتك من فوق سبع سَمَاوَاتٍ فَلَيْسَ مَسْجِدٌ يُذْكَرُ فِيهِ اللَّهُ إِلا وَشَأْنُكِ يُتْلَى فِيهِ آنَاءَ اللَّيْلِ وَأَطْرَافَ النَّهَارِ
(رواه بن حبان في صحيحه رقم ٧١٠٨ و صححه الشيخ الألباني في التعليقات الحسان على صحيح ابن حبان رقم ٧٠٦٤)

حكم : صحيح

.

D’après Al Harith Ibn Ziyad (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Celui qui aime les ansars (*), Allah va l’aimer le jour où il le rencontrera. Celui qui déteste les ansars, Allah va le détester le jour où il le rencontrera ».
(Rapporté par Ibn Hibban dans son Sahih n°7273 et authentifié par Cheikh Albani dans Al Ta’liqat Al Hissan ‘Ala Sahih Ibn Hibban n°7229, Hadith Hasan Sahih)

(*) Les ansars sont les compagnons du Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) originaires de Médine.

عن الحارث بن زياد رضي الله عنه قال النبي صلى الله عليه و سلم : من أحب الأنصار أحبه الله يوم يلقاه ومن أبغض الأنصار أبغضه الله يوم يلقاه 
(رواه ابن حبان في صحيحه رقم ٧٢٧٣ و صححه الشيخ الألباني في التعليقات الحسان على صحيح ابن حبان رقم ٧٢٢٩)

حكم : حسن صحيح

.