Sahih Mouslim – 12 – Livre de l’aumône légale

D’après Abdallah Ibn Omar (qu’Allah les agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a imposé l’aumône de la rupture du jeûne un sa’ de dattes, ou un sa’ d’orge pour le serviteur et l’homme libre, pour les hommes et les femmes, pour les vieux et les jeunes parmi les musulmans.
(Rapporté par Mouslim dans son Sahih n°984b)

(*) Rapporté également par Boukhari dans son Sahih n°1503

Remarque:

L’ensemble des ahadith du Messager d’Allah (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) et des textes de ses compagnons (qu’Allah les agrée) sur ce sujet mentionnent uniquement le fait de sortir la zakat al fitr en nourriture.

Malgré cela les savants ont divergé sur le fait qu’il soit permis ou pas de sortir la zakat al fitr autrement qu’en nourriture. La majorité des savants sont d’avis que cette zakat n’est valable qu’en nourriture uniquement tandis que l’imam Abou Hanifa et certains de ses élèves ont été d’avis qu’il est permis de la sortir en argent.

Il faut tout de même noter que certains des grands savants de l’école de Abou Hanifa ont dit que le mieux est de la sortir en nourriture afin de sortir de la divergence.

L’imam Nawawi (mort en 676) a dit dans Charh Sahih Mouslim vol 7 p 60: « La majorité des savants de la jurisprudence n’ont pas permis de sortir de l’argent et Abou Hanifa l’a permis ».

Et il dit également : « Dans ce hadith (*) le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a mentionné plusieurs denrées dont les prix sont différents et il a ordonné pour chacune des denrées de donner un sa’. Ainsi cela montre que ce qui est pris en compte est le sa’ et qu’on ne regarde pas le prix ».

(*) C’est à dire le hadith de ‘Abdallah Ibn ‘Omar qui est mentionné ci-dessus.

L’imam Al Mawsouli Al Hanafi (mort en 683) a dit dans Al Ikhtiyar Li Ta’lil Al Moukhtar vol 1 p 389 après avoir mentionné que pour lui il est permis de donner la zakat al fitr en argent: « Le plus prudent est de donner du blé afin de sortir de la divergence ».

عن عبد الله ابن عمر رضي الله عنهما قال : فرض رسول الله صلى الله عليه وسلم زكاة الفطر صاعا من تمر أو صاعا من شعير عَلَى كُلِّ
(رواه مسلم في صحيحه رقم ٩٨٤)
.
D’après Abou Said Al Khoudri (qu’Allah l’agrée): « Nous sortions l’aumône de rupture du jeûne un sa’ de nourriture, ou un sa’ d’orge ou un sa’ de dattes ou un sa’ de fromage ou un sa’ de raisin sec ».
(Rapporté par Mouslim dans son Sahih n°985)

Rapporté également par Boukhari dans son Sahih n°1506

عن أبي سعيد الخدري رضي الله عنه قال : كنا نخرج زكاة الفطر صاعا من طعام أو صاعا من شعير أو صاعا من تمر أو صاعا من أقط أو صاعا من زبيب
(رواه مسلم في صحيحه رقم ٩٨٥)
.
D’après ‘Abdallah Ibn ‘Omar (qu’Allah les agrée lui et son père) : « Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a ordonné que la zakat al fitr soit donnée avant la sortie des gens pour la prière (*) ».
(Rapporté par Mouslim dans son Sahih n°986a)

(*) C’est à dire entre la prière du sobh et la prière du ‘id.
(Fath Al Bari 3/375)

عن عبدالله بن عمر رضي الله عنهما أن رسول الله صلى الله عليه وسلم أمر بزكاة الفطر أن تؤدى قبل خروج الناس إلى الصلاة
(رواه مسلم في صحيحه رقم ٩٨٦)
.
D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui nous a informé: « Allah Exalté soit il a dit: -Ô Fils d’Adam dépense et Je dépenserai pour toi-.
La main d’Allah est pleine, aucune dépense ne réduit ce qui s’y trouve. Il dépense le jour et la nuit.».
(Rapporté par Mouslim dans son Sahih n°993a)

Rapporté également par Boukhari dans son Sahih n°4684

عن أبي هريرة رضي الله عنه، يَبْلُغُ بِهِ النَّبِيَّ صلى الله عليه وسلم قَالَ ‏ »‏ قَالَ اللَّهُ تَبَارَكَ وَتَعَالَى يَا ابْنَ آدَمَ أَنْفِقْ أُنْفِقْ عَلَيْكَ ‏ »‏ ‏.‏ وَقَالَ ‏ »‏ يَمِينُ اللَّهِ مَلأَى – وَقَالَ ابْنُ نُمَيْرٍ مَلآنُ – سَحَّاءُ لاَ يَغِيضُهَا شَىْءٌ اللَّيْلَ وَالنَّهَارَ ‏ »‏.‏
(رواه مسلم في صحيحه رقم ٩٩٣)
.
D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Un dinar que tu as dépensé dans le sentier d’Allah, un dinar que tu as dépensé pour libérer un esclave, un dinar que tu as donné en aumône à un pauvre et un dinar que tu as dépensé pour ta famille. Celui de ces dinars qui a la plus grande récompense est certes celui que tu as dépensé pour ta famille ».
(Rapporté par Mouslim dans son Sahih n°995)
عن أبي هريرة رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : دينار أنفقته في سبيل الله ودينار أنفقته في رقبة ودينار تصدقت به على مسكين ودينار أنفقته على أهلك أعظمها أجرا للذي أنفقته على أهلك
(رواه مسلم في صحيحه رقم ٩٩٥)
.
D’après Aicha (qu’Allah l’agrée), un homme s’est rendu au Prophète (ﷺ) et a dit: Ô Messager d’Allah, Certes ma mère est morte brusquement et je pense que si elle avait parlé elle aurait fait l’aumône. A t-elle une récompense si je fais l’aumône pour elle? Il a répondu: « Oui ».
(Rapporté par Mouslim dans son Sahih n°1004

Rapporté également par Boukhari dans son Sahih n°1388

عن عائشة رضي الله عنها أَنَّ رَجُلاً، أَتَى النَّبِيَّ صلى الله عليه وسلم فَقَالَ يَا رَسُولَ اللَّهِ إِنَّ أُمِّيَ افْتُلِتَتْ نَفْسَهَا وَلَمْ تُوصِ وَأَظُنُّهَا لَوْ تَكَلَّمَتْ تَصَدَّقَتْ أَفَلَهَا أَجْرٌ إِنْ تَصَدَّقْتُ عَنْهَا قَالَ ‏ « ‏ نَعَمْ ‏ »‏.
(رواه مسلم في صحيحه رقم ١٠٠٤)
.
D’après Sa’id ibn Abou Burda (qu’Allah l’agrée) D’après son père, d’après son grand père, le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « Chaque musulman doit faire l’aumône »
Ils ont dit: Que dites-tu de celui qui ne trouve pas ?
Le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « Il travaille de ses mains ainsi celui-ci lui profitera et il pourra faire l’aumône ».
Ils ont dit: Que dites-tu de celui qui ne trouve pas ?
Le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « Tu aides celui qui a besoin et demande de l’aide ».
Ils ont dit: Que dites-tu de celui qui ne trouve pas ?
Le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « Alors il agit dans le bien et s’abstient du mal, ceci sera pour lui une aumône ».
(Rapporté par Mouslim dans son Sahih n°1008)

Rapporté par Boukhari dans son Sahih n°1445

عَنْ سَعِيدِ بْنِ أَبِي، بُرْدَةَ عَنْ أَبِيهِ، عَنْ جَدِّهِ، عَنِ النَّبِيِّ صلى الله عليه وسلم قَالَ ‏ »‏ عَلَى كُلِّ مُسْلِمٍ صَدَقَةٌ ‏ »‏ ‏.‏ قِيلَ أَرَأَيْتَ إِنْ لَمْ يَجِدْ قَالَ ‏ »‏ يَعْتَمِلُ بِيَدَيْهِ فَيَنْفَعُ نَفْسَهُ وَيَتَصَدَّقُ ‏ »‏ ‏.‏ قَالَ قِيلَ أَرَأَيْتَ إِنْ لَمْ يَسْتَطِعْ قَالَ ‏ »‏ يُعِينُ ذَا الْحَاجَةِ الْمَلْهُوفَ ‏ »‏ ‏.‏ قَالَ قِيلَ لَهُ أَرَأَيْتَ إِنْ لَمْ يَسْتَطِعْ قَالَ ‏ »‏ يَأْمُرُ بِالْمَعْرُوفِ أَوِ الْخَيْرِ ‏ »‏ ‏.‏ قَالَ أَرَأَيْتَ إِنْ لَمْ يَفْعَلْ قَالَ ‏ »‏ يُمْسِكُ عَنِ الشَّرِّ فَإِنَّهَا صَدَقَةٌ
(رواه مسلم في صحيحه رقم ١٠٠٨)
.
D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Il y a une aumône qui est obligatoire pour chaque articulation des gens chaque jour que le soleil se lève.
Le fait de réconcilier deux personnes est une aumône, le fait que tu aides un homme à monter sur sa monture ou en lui passant une chose lui appartenant alors qu’il est dessus est une aumône, la bonne parole est une aumône, tous les pas que tu fais vers la mosquée sont une aumône (*) et le fait que tu retires un objet gênant du chemin est une aumône ».
(Rapporté par Mouslim dans son Sahih n°1009)

(*) Tous les pas que tu fais vers la mosquée sont une aumône, voir Hadith suivant:

D’après Thabit Al Bounani : Je me suis rendu à la prière en marchant avec Anas Ibn Malik (qu’Allah l’agrée) alors que l’iqama avait été faite et il faisait des petits pas.
Il m’a dit : Sais-tu pourquoi je fais cela ?
J’ai dit : Non.
Il a dit : C’est comme cela que Zayd Ibn Thabit (qu’Allah l’agrée) a fait avec moi afin que nous fassions davantage de pas.
(Rapporté par Ibn ‘Adi et authentifié par Cheikh Albani dans la Silsila Daifa vol 14 p 723)

عن ثابت البناني قال : مشيتُ مع أنس بن مالك رضي الله عنه إلى الصلاة وقد أُقِيمَت الصلاة وكان يقرب بين الخُطا
فقال لي : أتدري لِمَ أفعل هذا ؟
فقلتُ : ولِمَ تفعله ؟
قال : كذا فعل بي زيد بن ثابت رضي الله عنه ليكون أكثر لخطونا
(رواه بن عدي و صححه الشيخ الألباني في السلسلة الضعيفة ج ١٤ ص ٧٢٣)

عن أبي هريرة رضي الله عنه قال النّبيّ صلّى الله عليه و سلّم : كلُّ سُلامى مِن النَّاسِ عليهِ صدقةٌ كلَّ يومٍ تطلعُ فيهِ الشَّمسُ . تعدِلُ بين الاثنينِ صَدقةٌ وتُعينُ الرَّجلَ في دابَّتِه فتحمِلُه علَيها أو تَرفعُ لهُ علَيها مَتاعُه صدقةٌ والكلِمةُ الطَّيِّبةُ صَدقةٌ وكلُّ خُطوةٍ تَمشيها إلى الصَّلاةِ صدقةٌ وتُميطُ الأذى عَن الطَّريقِ صدقةٌ 
(رواه مسلم في صحيحه رقم ١٠٠٩)
.
D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « Il n’y a pas un jour où les adorateurs se réveillent le matin sans que deux anges descendent. L’un d’eux dit: Ô Allah donne une compensation à celui qui dépense, et l’autre dit: Ô Allah donne ruine à celui qui ne dépense pas ».
(Rapporté par Mouslim dans son Sahih dans son Sahih n°1010)

Rapporté également par Boukhari dans son Sahih n°1442

Certains savants ont dit en se basant sur ce hadith qu’il est méritoire de faire chaque jour une aumône, même minime, afin de profiter de l’invocation de l’ange en notre faveur.

عن أبي هريرة رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : ما من يوم يصبح العباد فيه ، إلا ملكان ينزلان ، فيقول أحدهما : اللهم أعط منفقا خلفًا ، ويقول الآخر : اللهم أعط ممسكا تلفًا
(رواه مسلم في صحيحه رقم ١٠١٠)
.
D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « Personne ne fait une aumône de l’équivalent d’une datte provenant d’un salaire bon sans qu’Allah la reçoit avec sa main droite (*) puis il la fructifie pour celui qui l’a fait comme l’un d’entre vous élève son poulain jusqu’à ce qu’elle soit comme une montagne ou même plus que cela ».
(Rapporté par Mouslim dans son Sahih n°1014)

Rapporté par Boukhari dans son Sahih n°1410

(*) Les gens de la Sounna affirment ainsi que les deux mains sont parmi les attributs d’Allah comme cela est mentionné dans le Coran et dans les ahadiths authentiques du Messager d’Allah.
(Voir par exemple la sourate Sad n°38 verset 75, la sourate Maida n°5 verset 64, le hadith n°6614 de Sahih Al Boukhari et le hadith n°2652 de Sahih Mouslim).

Par contre il faut savoir que ce sont deux mains qui conviennent à la grandeur et à la majesté d’Allah et ne ressemblent en rien à celles d’une créature quelle qu’elle soit car Allah a dit dans le Coran : « Il n’y a rien qui lui ressemble et c’est lui l’Audient, le Clairvoyant ».
(Sourate Choura n°42 verset 11)

عن أبي هريرة رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه وسلم : لاَ يَتَصَدَّقُ أَحَدٌ بِتَمْرَةٍ مِنْ كَسْبٍ طَيِّبٍ إِلاَّ أَخَذَهَا اللَّهُ بِيَمِينِهِ فَيُرَبِّيهَا كَمَا يُرَبِّي أَحَدُكُمْ فَلُوَّهُ أَوْ قَلُوصَهُ حَتَّى تَكُونَ مِثْلَ الْجَبَلِ أَوْ أَعْظَمَ ‏‏
(رواه مسلم في صحيحه رقم ١٠١٤)
.
D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Qui d’entre vous jeûne aujourd’hui ? ».
Abou Bakr (qu’Allah l’agrée) a dit: Moi.
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) dit ensuite: « Qui d’entre vous a suivi un convoi funéraire aujourd’hui ? ».
Abou Bakr (qu’Allah l’agrée) a dit: Moi.
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) dit ensuite: « Qui d’entre vous a nourri un pauvre aujourd’hui ? ».
Abou Bakr (qu’Allah l’agrée) a dit: Moi.
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) dit ensuite: « Lequel d’entre vous a rendu visite à un malade aujourd’hui ? ».
Abou Bakr (qu’Allah l’agrée) a dit: Moi.
Alors le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Ces choses ne se rassemblent pas chez une personne sans qu’elle n’entre dans le paradis ».
(Rapporté par Mouslim dans son Sahih n°1028)
عن أبي هريرة رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : من أصبح منكم اليوم صائما ؟
قال أبو بكر رضي الله عنه : أنا
قال : فمن تبع منكم اليوم جنازة ؟
قال أبو بكر رضي الله عنه : أنا
قال : فمن أطعم منكم اليوم مسكينا ؟
قال أبو بكر رضي الله عنه : أنا
قال : فمن عاد منكم اليوم مريضا ؟
قال أبو بكر رضي الله عنه : أنا
فقال رسول الله صلى الله عليه وسلم : ما اجتمعن في امرئ ، إلا دخل الجنة
(رواه مسلم في صحيحه رقم ١٠٢٨)
.
D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit « Ô vous les femmes musulmanes! Qu’aucune d’entre vous ne méprise le bon comportement avec sa voisine, ne serait-ce qu’en lui donnant un pied de mouton ».
(Rapporté par Mouslim dans son Sahih n°1030)

Rapporté également par Boukhari dans son Sahih n°6017

عن أبي هريرة رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : يا نساء المسلمات ! لا تحقرن جارة لجارتها ولو فرسن شاة
(رواه مسلم في صحيحه رقم ١٠٣٠)
.
D’après ‘Abdallah Ibn ‘Omar (qu’Allah les agrée lui et son père), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit alors qu’il était sur le minbar entrain de mentionner l’aumône, le fait de s’abstenir de mendier ainsi que la mendicité: « La main qui est au dessus est meilleure que la main qui est au dessous. La main qui est au dessus est celle qui dépense et la main qui est au dessous est celle qui mendie ».
(Rapporté par Mouslim dans son Sahih n°1033)

Rapporté également par Al Boukhari dans son Sahih n°1429

عن عبدالله بن عمر رضي الله عنهما أن رسول الله صلى الله عليه وسلم قال وهو على المنبر وذكر الصدقة والتعفف والمسألة : اليد العليا خير من اليد السفلى فاليد العليا هي المنفقة والسفلى هي السائلة
(رواه مسلم في صحيحه رقم ١٠٣٣)
.
D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit : « Le pauvre (1) n’est pas la personne qu’une datte ou deux et une bouchée ou deux font repartir.
Certes le pauvre est celui qui s’efforce de ne pas mendier, lisez si vous voulez : -Ils n’importunent personne en mendiant- (2) ».
(Rapporté par Mouslim dans son Sahih n°1039)

(1) C’est à dire le vrai pauvre qui est le plus en droit qu’on lui donne l’aumône
(Charh Sahih Mouslim de l’imam Nawawi)

(2) Il s’agit du verset 273 de la sourate Al Baqara n°2.

عن أبي هريرة رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه وسلم : ليس المسكين بالذي ترده التمرة والتمرتان ولا اللقمة واللقمتان إنما المسكين المتعفف اقرؤا إن شئتم : ‏{‏ لاَ يَسْأَلُونَ النَّاسَ إِلْحَافًا‏}
(رواه مسلم في صحيحه رقم ١٠٣٩)
.
D’après Awf Ibn Malik Al Achja’i (qu’Allah l’agrée), nous étions un groupe de 7, 8 ou 9 auprès du Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) lorsqu’il nous a dit: « N’allez vous pas prêter serment d’allégeance au Messager d’Allah ? ». Alors que nous avions prêté serment d’allégeance peu de temps avant.
Alors nous avons dit: Certes nous t’avons prêté serment d’allégeance ô Messager d’Allah!
Puis il a dit: « N’allez vous pas prêter serment d’allégeance au Messager d’Allah ? ».
Alors nous avons dit: Certes nous t’avons prêté serment d’allégeance ô Messager d’Allah!
Puis il a dit: « N’allez vous pas prêter serment d’allégeance au Messager d’Allah ? ».
Nous avons alors tendu nos mains et avons dit: Nous t’avons prêté serment d’allégeance ô Messager d’Allah, sur quoi devons nous te prêter serment d’allégeance ?
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « D’adorer Allah et de ne pas Lui associer quoi que ce soit, les cinq prières, que vous obéissiez (1) et que vous ne demandiez rien aux gens ».
J’ai certes vu certains de ceux qui étaient présent faire tomber leurs cravaches et ils ne demandaient à personne de la lui donner (2).
(Rapporté par Mouslim dans son Sahih n°1043)

(1) C’est à dire au gouverneur musulman.

(2) C’est à dire qu’il étaient sur leurs montures et faisaient tomber leurs cravaches, alors ils préféraient descendre de la monture et la ramasser eux-même malgré la difficulté plutôt que de demander à quelqu’un de la leur donner, ceci car ils ont prêté serment d’allégeance au Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) de ne rien demander au gens.

عن عوف بن مالك الأشجعي رضي الله عنه : كنا عند رسول الله صلى الله عليه وسلم سبعة أو ثمانية أو تسعة فقال رسول الله صلى الله عليه وسلم : ألا تبايعون رسول الله ؟ وكنا حديث عهد ببيعة
فقلنا : قد بايعناك يا رسول الله !
ثم قال : ألا تبايعون رسول الله ؟ فقلنا : قد بايعناك يا رسول الله !
ثم قال : ألا تبايعون رسول الله صلى الله عليه وسلم ؟
فبسطنا أيدينا وقلنا : قد بايعناك يا رسول الله ! فعلام نبايعك ؟
قال : على أن تعبدوا الله ولا تشركوا به شيئًا والصلوات الخمس وتطيعوا ولا تسألوا الناس شيئًا
قال عوف رضي الله عنه : فلقد رأيت بعض أولئك النفر يسقط سوط أحدهم فما يسأل أحدًا يناوله إياه
(رواه مسلم في صحيحه رقم ١٠٤٣)
.
D’après Abou Sa’îd Al-Khoudri (qu’Allah l’agrée), ‘Ali (qu’Allah l’agrée), étant au Yémen, envoya de l’or brut à l’Envoyé d’Allah (paix et bénédiction d’Allah sur lui) qui le partagea entre quatre hommes : Al-‘Aqra’ Ibn Hâbis Al-Hanzalî, ‘Uyayna Ibn Badr Al-Fazârî, ‘Alqama Ibn ‘Ulâtha Al-‘Amirî. Puis, il en donna à l’un des Banû Kilâb, à Zayd Al-Khayr AtTâ’î et à l’un des Banû Nabhân.

Les Qoraychites en furent très irrités et lui dirent : « Comment donnes-tu aux chefs de Nedjd et tu nous prives? ».

Le Prophète (paix et bénédiction d’Allah sur lui) répliqua : « Je ne fais cela que dans le but de gagner leurs coeurs à l’Islam ». Alors un homme ayant la barbe touffue, les pommettes saillantes, les yeux creux, le front accusé et la tête rasée, vint lui dire : « Ô Muhammad! Crains Allah! ».

L’Envoyé d’Allah (paix et bénédiction d’Allah sur lui) lui répondit : « Qui donc obéirait à Allah si moi je Lui désobéissais? Allah m’a confié tous les gens de la terre, et vous n’avez pas confiance en moi? ».

Quand l’homme s’en alla, l’un des fidèles (on raconte qu’il s’agit de Khâlid Ibn Al-Walîd) demanda l’autorisation de le tuer.

L’Envoyé d’Allah (paix et bénédiction d’Allah sur lui) dit : « De la descendance de cet homme, naîtront des gens qui réciteront le Coran sans qu’il ne dépasse leur gosier, qui tueront les musulmans, qui laisseront en vie les idolâtres et qui abandonneront précipitamment l’Islam comme une flèche qui perce un gibier et sort de l’autre côté. Si je vis encore à cette époque, je les mettrai à mort comme les ‘Ad.
(Rapporté par Mouslim dans son Sahih n°1064)

Rapporté également par Boukhari dans son Sahih n°4351

عَنْ أَبِي سَعِيدٍ الْخُدْرِيِّ، قَالَ بَعَثَ عَلِيٌّ – رضى الله عنه – وَهُوَ بِالْيَمَنِ بِذَهَبَةٍ فِي تُرْبَتِهَا إِلَى رَسُولِ اللَّهِ صلى الله عليه وسلم فَقَسَمَهَا رَسُولُ اللَّهِ صلى الله عليه وسلم بَيْنَ أَرْبَعَةِ نَفَرٍ الأَقْرَعُ بْنُ حَابِسٍ الْحَنْظَلِيُّ وَعُيَيْنَةُ بْنُ بَدْرٍ الْفَزَارِيُّ وَعَلْقَمَةُ بْنُ عُلاَثَةَ الْعَامِرِيُّ ثُمَّ أَحَدُ بَنِي كِلاَبٍ وَزَيْدُ الْخَيْرِ الطَّائِيُّ ثُمَّ أَحَدُ بَنِي نَبْهَانَ – قَالَ – فَغَضِبَتْ قُرَيْشٌ فَقَالُوا أَتُعْطِي صَنَادِيدَ نَجْدٍ وَتَدَعُنَا فَقَالَ رَسُولُ اللَّهِ صلى الله عليه وسلم ‏ »‏ إِنِّي إِنَّمَا فَعَلْتُ ذَلِكَ لأَتَأَلَّفَهُمْ ‏ »‏ فَجَاءَ رَجُلٌ كَثُّ اللِّحْيَةِ مُشْرِفُ الْوَجْنَتَيْنِ غَائِرُ الْعَيْنَيْنِ نَاتِئُ الْجَبِينِ مَحْلُوقُ الرَّأْسِ فَقَالَ اتَّقِ اللَّهَ يَا مُحَمَّدُ ‏.‏ – قَالَ – فَقَالَ رَسُولُ اللَّهِ صلى الله عليه وسلم ‏ »‏ فَمَنْ يُطِعِ اللَّهَ إِنْ عَصَيْتُهُ أَيَأْمَنُنِي عَلَى أَهْلِ الأَرْضِ وَلاَ تَأْمَنُونِي ‏ »‏ قَالَ ثُمَّ أَدْبَرَ الرَّجُلُ فَاسْتَأْذَنَ رَجُلٌ مِنَ الْقَوْمِ فِي قَتْلِهِ – يُرَوْنَ أَنَّهُ خَالِدُ بْنُ الْوَلِيدِ – فَقَالَ رَسُولُ اللَّهِ صلى الله عليه وسلم ‏ »‏ إِنَّ مِنْ ضِئْضِئِ هَذَا قَوْمًا يَقْرَءُونَ الْقُرْآنَ لاَ يُجَاوِزُ حَنَاجِرَهُمْ يَقْتُلُونَ أَهْلَ الإِسْلاَمِ وَيَدَعُونَ أَهْلَ الأَوْثَانِ يَمْرُقُونَ مِنَ الإِسْلاَمِ كَمَا يَمْرُقُ السَّهْمُ مِنَ الرَّمِيَّةِ لَئِنْ أَدْرَكْتُهُمْ لأَقْتُلَنَّهُمْ قَتْلَ عَادٍ ‏ »‏
(رواه مسلم في صحيحه رقم ١٠٦٤)
.