۞ Sahih Mouslim – 33 – Livre du Commandement ۞

D’après Ma’qal Ibn Yasar (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Il n’y a aucun dirigeant qui prend les commandes des affaires des musulmans puis ne fait pas d’efforts pour eux (*) et ne les conseille pas sans qu’il ne rentre pas dans le paradis avec eux ».
(Rapporté par Mouslim dans son Sahih n°1830)

(*) On le retrouve aussi sous le Numéro 142 dans le Sahih Mouslim

(*) C’est à dire qu’il ne fait pas d’efforts pour être juste avec eux et pour rechercher le bien.
(Minnatoul Moun’im Charh Sahih Mouslim vol 3 p 248)

عن معقل بن يسار رضي الله عنه قال النّبي صلّى الله عليه و سلّم : ما مِن أميرٍ يلي أمرَ المسلمينَ ثمَّ لا يجْهدُ لَهم وينصحُ إلَّا لم يدخل معَهمُ الجنَّةَ 
(رواه مسلم في صحيحه رقم ١٨٣٠)
.
D’après Abou Dhar Al Ghifari (qu’Allah l’agrée) : Mon Bien-Aimé (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) (1) m’a conseillé d’écouter et d’obéir même à un esclave abyssin avec les membres coupés (2).
(Rapporté par Mouslim dans son Sahih n°1837)

(1) Il s’agit évidemment du Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui).

(2) C’est à dire d’écouter et d’obéir au gouverneur musulman dans ce qui n’est pas une désobéissance à Allah et ceci même s’il n’est pas issu des plus hautes catégories sociales et ne rassemble pas en lui les conditions pour être un dirigeant.

عن أبي ذر الغفاري رضي الله عنه قال : إنَّ خليلي أوصاني أن أسمعَ وأطيعَ وإن كان عبدًا حبَشيًّا مُجدَّعَ الأطرافِ
(رواه مسلم في صحيحه رقم ١٨٣٧)
.
D’après Oubada Ibn Samit (qu’Allah l’agrée): Nous avons prêté serment d’allégeance au Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) concernant l’écoute et l’obéissance dans la facilité et dans la difficulté, dans ce qui nous plaît et ce qui nous déplait et de ne pas disputer le pouvoir à ses détenteurs sauf si vous voyez une mécréance claire à propos de laquelle vous disposez d’une preuve venant d’Allah, et sur le fait de dire la vérité où que nous soyons sans avoir peur des reproches de celui qui fait des reproches.
(Rapporté par Mouslim dans son Sahih n°1840)
عن عبادة بن الصامت رضي الله عنه قال بايعْنا رسولَ اللهِ صلَّى اللهُ عليه وسلَّمَ على السمعِ والطاعةِ . في العُسرِ واليُسرِ . والمَنشطِ والمَكرهِ . وعلى أَثَرةٍ علينا . وعلى أن لا ننازعَ الأمرَ أهلَه . وعلى أن نقولَ بالحقِّ أينما كنّا . لا نخافُ في اللهِ لومةَ لائمٍ .
(رواه مسلم في صحيحه رقم ١٨٤٠)
.
D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « Les fils d’Israël étaient gouvernés par des prophètes, chaque fois qu’un prophète mourrait un autre lui succédait mais il n’y a pas de prophète après moi, il y aura des califes et ils seront nombreux ».
(Rapporté par Mouslim dans son Sahih n°1842)

Rapporté également par Boukhari dans son Sahih n°3455

عن أبي هريرة رضي الله عنه قال النبي صلى الله عليه و سلم : كانت بنو إسرائيل تسوسهم الأنبياء كلما هلك نبي خلفه نبي وإنه لا نبي بعدي وسيكون خلفاء فيكثرون
(رواه مسلم في صحيحه رقم ١٨٤٢)
.
D’après Wail Al Hadrami, Salama Ibn Yazid Al Jou’fi (qu’Allah l’agrée) a interrogé le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui): Ô Messager d’Allah! Vois-tu si nous sommes dirigés par des dirigeants qui nous demandent leurs droits mais nous privent de nos droits, que nous ordonnes-tu de faire ?
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) s’est écarté de lui mais il lui a reposé la question. Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) s’est encore écarté et au bout de la deuxième ou troisième fois Al Ach’ath Ibn Qays l’a tiré.
Alors le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Écoutez et obéissez car il y a contre eux ce qu’ils ont fait et il y a contre vous ce que vous faites ».
(Rapporté par Mouslim dans son Sahih n°1846)

ANNOTATION

Les textes de l’Islam montrent que les dirigeants qu’Allah place à la tête d’un peuple sont à l’image de ce peuple et des actes des gens qui composent ce peuple.
(Voir le point n°1 ci-dessous)

Ainsi si un peuple n’est pas satisfait de ses dirigeants, il faut qu’il change sa propre situation en se repentant des péchés commis et en cessant de commettre des actes de désobéissance.
(Voir le point n°2 ci-dessous)

Par contre, le fait de se rebeller contre le gouverneur que ce soit sous la forme de manifestations ou en prenant les armes contre lui n’est pas une méthode qui permet d’arranger les choses.

En effet, en plus du fait que ceci soit contraire aux préceptes de l’Islam, l’Histoire montre que ceci entraîne une détérioration de la situation.
(Voir le point n°3 dans le sujet de demain)

1. Les dirigeants sont à l’image du peuple

Allah a dit dans la sourate Al An’am n°6 verset 129 (traduction rapprochée du sens du verset) : « Ainsi nous plaçons certains injustes à la tête d’autres injustes à cause de ce qu’ils ont commis ».


قال الله تعالى : وَكَذَلِكَ نُوَلِّي بَعْضَ الظَّالِمِينَ بَعْضًا بِمَا كَانُواْ يَكْسِبُونَ 
(سورة الأنعام ١٢٩)

D’après Mansour Ibn Abi Al Aswad : J’ai questionné Al A’mach (1) à propos de la parole d’Allah : -Ainsi nous plaçons certains injustes à la tête d’autres injustes-. Que les as-tu entendu dire sur cela ? (2)
Il a dit : « Je les ai entendu dire que le sens est que si l’état des gens se détériore alors les plus mauvais d’entre-eux seront placés à leur tête ».
(Rapporté par Abou Cheikh comme ceci est mentionné dans Al Dour Al Manthour Fi At Tefsir Bil Ma’thour de l’imam Souyouti vol 6 p 203)

(1) Al A’mach est le surnom de Souleyman Ibn Mihran. Il est mort en 147 du calendrier hégirien.

(2) C’est à dire : Qu’as-tu entendu dire les compagnons du Prophète à propos de l’explication de ce verset ?


عن منصور بن أبي الأسود قال : سألت الأعمش عن قول الله : وكذلك نولّي بعض الظالمين بعضًا ما سمعتهم يقولون فيه ؟
قال : سمعتهم يقولون : إذا فسد النّاس أُمِّر عليهم شرارهم 
(رواه أبو الشيخ كما في الدر المنثور في التفسير بالمأثور للإمام السيوطي ج ٦ ص ٢٠٣)

Al Hassan Al Basri (mort en 110 du calendrier hégirien) a entendu un homme invoquer contre Al Hajjaj (*) alors il lui a dit : « Ne fais pas cela ! C’est certes vous qui l’avez mis là.
Nous craignons certes que si Al Hajjaj perd le pouvoir ou s’il meurt, ce seront alors des singes et des porcs qui seront vos dirigeants.
Il a certes été rapporté que vos actes sont vos dirigeants et le dirigeant est à l’image du peuple ».
(Rapporté par Tabarani comme ceci est mentionné dans Al Maqasid Al Hasana de l’imam Sakhawi n°835 p 326)

(*) Il s’agit de Al Hajjaj Ibn Yousouf Al Thaqafi qui était un dirigeant mauvais et tyrannique.
(Voir sa biographie dans Siyar A’lam An Noubala de l’imam Dhahabi vol 4 p 343)


عن الحسن البصري أنّه سمع رجلاً يدعو على الحجاج فقال له : لا تفعل إنّكم من أنفسكم أتيتم إنا نخاف إن عزل الحجاج أو مات أن يستولي عليكم القردة والخنازير فقد روي أن أعمالكم عمالكم وكما تكونون يولى عليكم 
(رواه الطبراني كما في المقاصد الحسنة للإمام السخاوي رقم ٨٣٥ ص ٣٢٦)

D’après Muhammed Ibn Sirin, Abou Al Jald Al Asadi (mort en 70 du calendrier hégirien) a dit : « Des rois (*) sont envoyés aux gens à cause de leurs péchés ».
(Rapporté par Ibn ‘Asakir dans Tarikh Dimachq vol 39 p 477)

(*) C’est à dire des dirigeants injustes.


عن محمد بن سيرين قال أبو الجلد الأسدي : يُبعث على الناس ملوك بذنوبهم 
(رواه ابن عساكر في تايخ دمشق ج ٣٩ ص ٤٧٧)

L’imam ‘Ali Al Qari Al Hanafi (mort en 1014 du calendrier hégirien) a dit : « Si les gens sont pieux alors Allah va mettre à leur tête des dirigeants pieux parmi eux.
Par contre si les gens sont mauvais, Allah va mettre à leur tête des gens mauvais parmi eux et comme ceci a été rapporté : -le dirigeant est à l’image du peuple- ».
(Charh Mishkat Al Masabih vol 11 p 131)

2. Si le peuple n’est pas satisfait de ses dirigeants, c’est à lui de se réformer et de changer sa propre situation

Allah a dit dans la sourate Ar Ra’d n°13 verset 11 (traduction rapprochée du sens du verset) : « Certes Allah ne modifie pas l’état d’un peuple tant que les individus qui le composent ne changent pas d’eux-mêmes ce qu’il y a en eux ».


قال الله تعالى : إِنَّ اللَّهَ لاَ يُغَيِّرُ مَا بِقَوْمٍ حَتَّى يُغَيِّرُواْ مَا بِأَنفُسِهِمْ 
(سورة الرعد ١١)

D’après Malik Ibn Dinar, Al Hassan Al Basri (mort en 110 du calendrier hégirien) a dit : « Certes Al Hajjaj (1) est une punition d’Allah. N’accueillez pas la punition d’Allah avec l’épée (2) mais plutôt avec le repentir, la supplication et la soumission.
Repentez-vous et vous serez débarrassé de lui ».
(Rapporté par Ibn Abi Dounia dans Kitab Al ‘Ouqoubat n°52 avec une chaîne de transmission authentique)

(1) Il s’agit de Al Hajjaj Ibn Yousouf Al Thaqafi qui était un dirigeant mauvais et tyrannique.
(Voir sa biographie dans Siyar A’lam An Noubala de l’imam Dhahabi vol 4 p 343)

(2) C’est à dire en vous révoltant.


عن مالك بن دينار قال الحسن البصري : إنّ الحجاج عقوبة من الله فلا تستقبلوا عقوبة الله بالسيف ولكن استقبلوها بتوبة وتضرع واستكانة وتوبوا تكفوه 
(رواه ابن أبي الدنيا في كتاب العقوبات رقم ٥٢ و سنده صحيح)

L’imam Ibn Qayim al Djawziya (mort en 751 du calendrier hégirien) a dit : « Et médite la sagesse d’Allah dans le fait qu’Il ai fait que les dirigeants et les gouverneurs des gens soient du même type que leurs oeuvres.
C’est comme si leurs oeuvres étaient apparues sous la forme de leurs dirigeants.
Ainsi, si les gens sont droits, leurs dirigeants seront droits.
Si les gens sont justes, leurs dirigeants seront justes avec eux.
Mais s’ils sont injustes, leurs dirigeants seront injustes… ».
(Miftah Dar As Sa’ada vol 2 p 177/178)

عن وائل الحضرمي ، سأل سلمة بن يزيد الجعفي رسول الله صلى الله عليه و سلم فقال : يا نبي الله أرأيت إن قامت علينا أمراء يسألوننا حقهم و يمنعونا حقنا فما تأمرنا ؟ قال : فأعرض عنه ثم سأله فأعرض عنه ثم سأله في الثانية أو في الثالثة فجذبه الأشعث بن قيس فقال النبي صلى الله عليه و سلم : اسمعوا و أطيعوا فإنما عليه ما حمل و عليكم ما حملتم
(رواه مسلم في صحيحه رقم ١٨٤٦)
.
D’après ‘Abdallah Ibn ‘Abbas (qu’Allah les agrée lui et son père), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Celui qui voit chez son dirigeant une chose qu’il déteste, qu’il patiente car certes celui qui s’écarte du groupe d’un empan puis meurt alors cette mort est une mort de la période pré-islamique ».
(Rapporté par Mouslim dans son Sahih n°1849a)
عن عبدالله بن عباس رضي الله عنهما قال النّبي صلّى الله عليه و سلّم : من رأى من أميرِهِ شيئًا يكرههُ فليصْبِر فإنّه من فارَقَ الجماعةَ شبرًا فمات فميتَةٌ جاهليةٌ
(رواه مسلم في صحيحه رقم ١٨٤٩)
.
D’après Awf Ibn Malik (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Les meilleurs de vos gouverneurs sont ceux que vous aimez (1) et qui vous aiment (2), ceux pour qui vous invoquez et qui invoquent pour vous.
Et les plus mauvais de vos gouverneurs sont ceux que vous détestez (3) et qui vous détestent (4), ceux que vous maudissez et qui vous maudissent ».
Nous avons dit: Ô Messager d’Allah! Ne devons nous pas les combattre par l’épée ?
Le prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) répondit: « Non! Tant qu’ils accomplissent la prière. Et si vous voyez chez votre dirigeant quelque chose que vous détestez alors détestez son acte et n’enlevez pas une seule main de l’obéissance ».
(Rapporté par Mouslim dans son Sahih n°1855)

(1) C’est à dire: pour leur justice et leurs bons conseils.

(2) C’est à dire: car vous les écoutez, leur obéissez et les aidez dans les actes de piété et de bien.

(3) C’est à dire: à cause de leur perversité, de leur injustice, de leur dureté, de leur trahison envers vous, du fait qu’ils mangent les biens sans aucun droit et vous font tomber dans la difficulté.

(4) C’est à dire: car vous n’êtes pas d’accord avec eux dans leur injustice et leur perversité.

Ces commentaires sont tirés de l’ouvrage Minnatoul Mou’im Fi Charh Sahih mouslim du Cheikh Safiyou Rahman Al Moubarakafouri vol 3 p 264/265.

عن عوف بن مالك رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : خِيارُ أئِمَّتِكمُ الَّذِين تُحِبُّونَهم ويُحِبُّونَكم. ويُصلُّونَ عليكم وتُصلُّونَ عليهم. وشِرارُ أئِمَّتِكم الَّذين تُبْغِضُونَهم ويُبْغِضُونَكم وتَلْعَنُونَهم ويَلْعَنُونكم. قِيلَ: يا رسولَ اللهِ ! أفلا نُنَابِذُهم بالسَّيْفِ ؟ فقال: لا. ما أقاموا فِيكمُ الصَّلاةَ. وإذا رأيتُم مِن وُلاتِكم شيئًا تَكْرَهُونَه ، فاكْرَهوا عمَلَه ، ولا تنْزِعوا يدًا مِن طاعَةٍ
(رواه مسلم في صحيحه رقم ١٨٥٥)
.
D’après Ibn ‘Omar qui a dit:
Je me suis présenté auprès du Messager d’Allah (ﷺ) pour combattre lors de la bataille de Uhud alors que j avais 14 ans.
Le Messager d’Allah (ﷺ) ne m’a pas autorisé (à combattre).
Et le jour de la bataille de Khandaq (la bataille de la tranchée), je me suis présenté au Prophète (ﷺ) pour combattre alors que j avais 15 ans et il m’autorisa à combattre.
Nâfi (Un des narrateurs) a dit : «Je suis parti voir ‘Omar ibnu ‘Abdel ‘Aziz qui était à l’époque calife des musulmans et je lui ai cité le hadith de ibnu ‘Omar.»
‘Omar ibnu ‘Abdel ‘Aziz lui répondit : «c’est la limite entre le petit et le grand»
Il (‘Omar ibnu ‘Abdel ‘aziz) écrivit aux militaires qui étaient sous son commandement et leur ordonna de faire combattre ceux qui ont 15 ans et ordonna de laisser ceux qui ont moins de 15 ans.
(Rapporté par Mouslim dans son Sahih n° 1868a)

Ce Hadith a été transmise par une autre chaîne de narration:

«J’avais quatorze ans et il pensait me trop jeune (pour comprendre ). »
(Rapporté par Mouslim dans son Sahih n° 1868b)

عَنِ ابْنِ عُمَرَ، قَالَ عَرَضَنِي رَسُولُ اللَّهِ صلى الله عليه وسلم يَوْمَ أُحُدٍ فِي الْقِتَالِ وَأَنَا ابْنُ أَرْبَعَ عَشْرَةَ سَنَةً فَلَمْ يُجِزْنِي وَعَرَضَنِي يَوْمَ الْخَنْدَقِ وَأَنَا ابْنُ خَمْسَ عَشْرَةَ سَنَةً فَأَجَازَنِي ‏.‏ قَالَ نَافِعٌ فَقَدِمْتُ عَلَى عُمَرَ بْنِ عَبْدِ الْعَزِيزِ وَهُوَ يَوْمَئِذٍ خَلِيفَةٌ فَحَدَّثْتُهُ هَذَا الْحَدِيثَ فَقَالَ إِنَّ هَذَا لَحَدٌّ بَيْنَ الصَّغِيرِ وَالْكَبِيرِ ‏.‏ فَكَتَبَ إِلَى عُمَّالِهِ أَنْ يَفْرِضُوا لِمَنْ كَانَ ابْنَ خَمْسَ عَشْرَةَ سَنَةً وَمَنْ كَانَ دُونَ ذَلِكَ فَاجْعَلُوهُ فِي الْعِيَالِ ‏
‏ وفي روايةٍ : وأنا ابنُ أربعَ عشرةَ سنةً فاستصغَرني
(رواه مسلم في صحيحه رقم ۱۸۶۸)
.
D’après Abou Mas’oud (qu’Allah l’agrée) : Un homme est venu auprès du Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit : Je n’ai plus de monture. Donne moi une monture.
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit : « Je n’en ai pas ».
Un autre homme a dit : Ô Messager d’Allah ! Je vais lui montrer une personne qui le fera monter avec elle.
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit : « Celui qui montre un bien a la même récompense que celui qui l’a fait ».
(Rapporté par Mouslim dans son Sahih n°1893)
عن أبي مسعود رضي الله عنه قال : جَاءَ رَجُلٌ إِلَى النَّبِيِّ صلى الله عليه وسلم فَقَالَ إِنِّي أُبْدِعَ بِي فَاحْمِلْنِي فَقَالَ ‏«‏ مَا عِنْدِي ‏»‏ ‏.‏ فَقَالَ رَجُلٌ يَا رَسُولَ اللَّهِ أَنَا أَدُلُّهُ عَلَى مَنْ يَحْمِلُهُ فَقَالَ رَسُولُ اللَّهِ صلى الله عليه وسلم ‏«‏ مَنْ دَلَّ عَلَى خَيْرٍ فَلَهُ مِثْلُ أَجْرِ فَاعِلِهِ ‏»‏ ‏.‏
(رواه مسلم في صحيحه رقم ١٨٩٣)
.
D’après Anas Ibn Malik (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit le jour de Badr (1): « Levez vous vers un paradis dont la largeur est celle des cieux et de la terre ».
‘Oumayr Ibn Al Houmam Al Ansari (qu’Allah l’agrée) a dit: Ô Messager d’Allah ! Un paradis dont la largeur est celle des cieux et de la terre ?
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Oui ».
‘Oumayr (qu’Allah l’agrée) a alors dit: Bakh Bakh ! (2)
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) lui a dit: « Qu’est ce qui te pousses à dire Bakh Bakh ? ».
Il a répondu: Non par Allah ô Messager d’Allah ! Si ce n’est l’espérance d’être parmi ses habitants !
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Tu es certes parmi ses habitants ».
Alors il a sorti des dattes de son carquois qu’il a commencé à manger puis il a dit: Si je vis jusqu’à avoir mangé mes dattes, ce serait certes une vie très longue.
Alors il a jeté ce qu’il avait comme dattes puis il a combattu jusqu’à ce qu’il soit tué.
(Rapporté par Mouslim dans son Sahih n°1901)

(1) Badr est la célèbre bataille qui eu lieu entre les musulmans et les qouraych durant la deuxième année après l’émigration du Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) à Médine.

(2) C’est une parole que disent les arabes en situation d’étonnement comme on dit en français : ô ô.

عن أنس بن مالك رضي الله عنه قال النبي صلى الله عليه و سلم يوم بدر: قوموا إلى جنة عرضها السماوات والأرض !
قال عمير بن الحمام الأنصاري رضي الله عنه : يا رسول الله ! جنة عرضها السماوات والأرض ؟
قال النبي صلى الله عليه و سلم : نعم .
قال عمير رضي الله عنه : بخ بخ .
فقال النبي صلى الله عليه وسلم : ما يحملك على قولك بخ بخ ؟
قال : لا . والله ! يا رسول الله ! إلى رجاءة أن أكون من أهلها .
فقال النبي صلى الله عليه وسلم : فإنك من أهلها .
فأخرج تمرات من قرنه فجعل يأكل منهن ثم قال : لئن أنا حييت حتى آكل تمراتي هذه إنها لحياة طويلة
فرمى بما كان معه من التمر ثم قاتل حتى قتل
(رواه مسلم في صحيحه رقم ١٩٠١)
.
D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée), le Prophète (ﷺ) a dit: « Le premier homme à rendre des comptes le Jour de la Résurrection est un homme tombé en martyr. On l’emmènera et Allah lui fera voir les faveurs qu’Il lui a accordées et cet homme les reconnaîtra. Le Tout-Puissant dira : Comment en as-tu usé ? L’homme dira : J’ai combattu pour Toi jusqu’à ce que je soit tué en martyr. Allah lui dira : Tu mens. Tu n’as combattu que pour qu’on dise à ton sujet : « Il est courageux » et c’est ce qu’on a dit. Alors, il sera ordonné aux anges de le faire traîner par le visage jusqu’à ce qu’il soit jeté en Enfer. Un autre sera un homme qui a étudié la science religieuse puis l’a enseignée et qui récitait le Coran. On l’emmènera et Allah lui fera voir les faveurs qu’Il lui a accordées et cet homme les reconnaîtra. Le Tout-Puissant dira : Comment en as-tu usé ? Il dira : J’ai étudié la science religieuse, je l’ai enseignée et j’ai récité le Coran pour Toi. Allah lui dira : Tu mens. Tu n’as étudié que pour qu’il soit dit à ton sujet : « il est savant » et tu n’as récité le Coran que pour qu’on dise à ton sujet : « C’est un récitateur » et c’est ce qu’on a dit. Alors, il sera ordonné aux anges de le faire traîner par le visage jusqu’à ce qu’il soit jeté en Enfer. Un autre sera un homme que Allah a enrichi et à qui Il a donné toutes sortes de biens. On l’emmènera et Allah lui fera voir les faveurs qu’Il lui a accordées et cet homme les reconnaîtra. Le Tout-Puissant dira : Comment en as-tu usé ? Il dira : Je n’ai laissé aucune voie dans laquelle Tu aimes qu’on dépense son argent sans en avoir dépenser pour te plaire. Allah lui dira : Tu mens. Tu n’as agis de la sorte que pour qu’il soit dit à ton sujet : « Il est généreux », et c’est ce qu’on a dit. Alors, il sera ordonné aux anges de le faire traîner par le visage jusqu’à ce qu’il soit jeté en Enfer.».
(Rapporté par Mouslim dans son Sahih n°1905)
حَدَّثَنَا يَحْيَى بْنُ حَبِيبٍ الْحَارِثِيُّ، حَدَّثَنَا خَالِدُ بْنُ الْحَارِثِ، حَدَّثَنَا ابْنُ جُرَيْجٍ، حَدَّثَنِي يُونُسُ بْنُ يُوسُفَ، عَنْ سُلَيْمَانَ بْنِ يَسَارٍ، قَالَ تَفَرَّقَ النَّاسُ عَنْ أَبِي هُرَيْرَةَ، فَقَالَ لَهُ نَاتِلُ أَهْلِ الشَّامِ أَيُّهَا الشَّيْخُ حَدِّثْنَا حَدِيثًا سَمِعْتَهُ مِنْ رَسُولِ اللَّهِ صلى الله عليه وسلم قَالَ نَعَمْ سَمِعْتُ رَسُولَ اللَّهِ صلى الله عليه وسلم يَقُولُ ‏ « ‏ إِنَّ أَوَّلَ النَّاسِ يُقْضَى يَوْمَ الْقِيَامَةِ عَلَيْهِ رَجُلٌ اسْتُشْهِدَ فَأُتِيَ بِهِ فَعَرَّفَهُ نِعَمَهُ فَعَرَفَهَا قَالَ فَمَا عَمِلْتَ فِيهَا قَالَ قَاتَلْتُ فِيكَ حَتَّى اسْتُشْهِدْتُ ‏.‏ قَالَ كَذَبْتَ وَلَكِنَّكَ قَاتَلْتَ لأَنْ يُقَالَ جَرِيءٌ ‏.‏ فَقَدْ قِيلَ ‏.‏ ثُمَّ أُمِرَ بِهِ فَسُحِبَ عَلَى وَجْهِهِ حَتَّى أُلْقِيَ فِي النَّارِ وَرَجُلٌ تَعَلَّمَ الْعِلْمَ وَعَلَّمَهُ وَقَرَأَ الْقُرْآنَ فَأُتِيَ بِهِ فَعَرَّفَهُ نِعَمَهُ فَعَرَفَهَا قَالَ فَمَا عَمِلْتَ فِيهَا قَالَ تَعَلَّمْتُ الْعِلْمَ وَعَلَّمْتُهُ وَقَرَأْتُ فِيكَ الْقُرْآنَ ‏.‏ قَالَ كَذَبْتَ وَلَكِنَّكَ تَعَلَّمْتَ الْعِلْمَ لِيُقَالَ عَالِمٌ ‏.‏ وَقَرَأْتَ الْقُرْآنَ لِيُقَالَ هُوَ قَارِئٌ ‏.‏ فَقَدْ قِيلَ ثُمَّ أُمِرَ بِهِ فَسُحِبَ عَلَى وَجْهِهِ حَتَّى أُلْقِيَ فِي النَّارِ ‏.‏ وَرَجُلٌ وَسَّعَ اللَّهُ عَلَيْهِ وَأَعْطَاهُ مِنْ أَصْنَافِ الْمَالِ كُلِّهِ فَأُتِيَ بِهِ فَعَرَّفَهُ نِعَمَهُ فَعَرَفَهَا قَالَ فَمَا عَمِلْتَ فِيهَا قَالَ مَا تَرَكْتُ مِنْ سَبِيلٍ تُحِبُّ أَنْ يُنْفَقَ فِيهَا إِلاَّ أَنْفَقْتُ فِيهَا لَكَ قَالَ كَذَبْتَ وَلَكِنَّكَ فَعَلْتَ لِيُقَالَ هُوَ جَوَادٌ ‏.‏ فَقَدْ قِيلَ ثُمَّ أُمِرَ بِهِ فَسُحِبَ عَلَى وَجْهِهِ ثُمَّ أُلْقِيَ فِي النَّارِ ‏ »‏
( رواه  مسلم في صحيحه رقم ۱۹۰۵ )
.
D’après Salman (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Monter la garde un jour et une nuit est meilleur que jeûner un mois et prier ses nuits et celui qui meurt en montant la garde les oeuvres qu’il faisait continuent à lui parvenir, sa subsistance lui parvient et il est préservé de l’épreuve de la tombe ».
(Rapporté par Mouslim dans son Sahih n°1913)
عن سلمان رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه وسلم : رِبَاطُ يَوْمٍ وَلَيْلَةٍ خَيْرٌ مِنْ صِيَامِ شَهْرٍ وَقِيَامِهِ وَإِنْ مَاتَ جَرَى عَلَيْهِ عَمَلُهُ الَّذِي كَانَ يَعْمَلُهُ وَأُجْرِيَ عَلَيْهِ رِزْقُهُ وَأَمِنَ الْفَتَّانَ
(رواه مسلم في صحيحه رقم ١٩١٣)
.
D’après Abou Houreira, Le Messager d’Allah ﷺ a dit: « Un homme passa devant la branche d’un arbre qui barrait la route aux passants. Il se dit : « Par Allah, je vais enlever cette branche pour qu’elle ne nuise plus aux Musulmans ». Il fut introduit pour cela au Paradis ».
(Rapporté par Mouslim dans son Sahih n°1914)
عَنْ أَبِي هُرَيْرَةَ، قَالَ قَالَ رَسُولُ اللَّهِ صلى الله عليه وسلم ‏ « مَرَّ رَجُلٌ بِغُصْنِ شَجَرَةٍ عَلَى ظَهْرِ طَرِيقٍ فَقَالَ وَاللَّهِ لأُنَحِّيَنَّ هَذَا عَنِ الْمُسْلِمِينَ لاَ يُؤْذِيهِمْ ‏.‏ فَأُدْخِلَ الْجَنَّةَ ‏»‏ ‏.‏
(رواه مسلم في صحيحه رقم ۱۹۱۴)

.
D’après Jabir Ibn ‘Abdillah (qu’Allah les agrée lui et son père), le Prophète (ﷺ) a dit: « Lorsque l’un de vous revient (de voyage) de nuit, qu’il ne se rende pas vers sa famille de nuit afin que la femme dont le mari était absent puisse enlever ses poils et que celle qui est décoiffée puisse se coiffer ».
(Rapporté par Mouslim dans son Sahih n°715x)

Ce hadith montre qu’un homme qui était en voyage ne doit pas rentrer chez lui tant que son épouse n’a pas été prévenue.
Ceci afin de lui laisser le temps de s’embellir car la femme dont le mari était absent a parfois tendance à délaisser ce genre de choses.
(Voir Minatoul Moun’im Charh Sahih Mouslim vol 3 p 300)

عن جابر بن عبدالله رضي الله عنهما قال النبي صلى الله عليه و سلم : إِذَا قَدِمَ أَحَدُكُمْ لَيْلاً فَلاَ يَأْتِيَنَّ أَهْلَهُ طُرُوقًا حَتَّى تَسْتَحِدَّ الْمُغِيبَةُ وَتَمْتَشِطَ الشَّعِثَةُ
(رواه مسلم في صحيحه رقم ٧١٥ و اللفظ لمسلم)
.