Sahih Mouslim – 39 – Livre du Salut

D’après ‘Aicha (qu’Allah l’agrée) : Un groupe de juifs a demandé la permission d’entrer auprès du Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) et ils ont dit : As Sam ‘Alaikoum (1).
‘Aicha (qu’Allah l’agrée) a dit : Que le Sam et la malédiction soient plutôt sur vous.
Alors le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit : « Ô ‘Aicha ! Certes Allah aime la douceur dans toute chose ».
Elle a dit : N’as-tu pas entendu ce qu’ils ont dit ?
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit : « Et moi j’ai dit : Wa ‘Alaikoum (2) ».
(Rapporté par Mouslim dans son Sahih n°2165a)

(1) -As Sam ‘Alaikoum- signifie -Que la mort soit sur vous-.
Ils ont volontairement utilisé ce terme qui ressemble à la formule de salutation légiférée (As Salam ‘Alaikoum) comme une invocation contre le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui).

(2) C’est à dire que lorsqu’ils ont dit cela au Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui), il leur a répondu -Wa ‘Alaikoum- ce qui signifie -Et sur vous-.

عن عائشة رضي الله عنها قالت : استأذن رهطٌ من اليهودِ على رسولِ اللهِ صلَّى اللهُ عليهِ وسلَّمَ فقالوا : السامُ عليكم
فقالت عائشةُ رضي الله عنها : بل عليكم السامُ واللعنةُ
فقال رسولُ اللهِ صلَّى اللهُ عليهِ وسلَّمَ : يا عائشةُ ! إنَّ اللهَ يحبُّ الرفقَ في الأمرِ كلِّه
قالت : ألم تسمع ما قالوا ؟
قال رسولُ اللهِ صلَّى اللهُ عليهِ وسلَّمَ : قد قلتُ : وعليكم
(رواه مسلم في صحيحه رقم ٢١٦٥)
.
D’après Sayar Al Chami : Je marchais avec Thabit Al Bounani lorsqu’il est passé vers des enfants et il leur a passé le salam.
Alors il m’a rapporté qu’il avait marché avec Anas Ibn Malik (qu’Allah l’agrée) et lorsqu’il est passé vers des enfants il leur a passé le salam.
Et Anas Ibn Malik (qu’Allah l’agrée) a mentionné qu’il avait marché avec le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) et lorsqu’il est passé vers des enfants il leur a passé le salam.
(Rapporté par Mouslim dans son Sahih n°2168)
عن سيار الشامي : كنتُ أمشي مع ثابتٍ البنانيِّ . فمرَّ بصبيانٍ فسلَّم عليهم
وحدَّثَ ثابتٌ ؛ أنَّهُ كان يمشي مع أنسٍ . فمرَّ بصبيانٍ فسلَّم عليهم
وحدَّثَ أنسٌ ؛ أنَّهُ كان يمشي مع رسولِ اللهِ صلَّى اللهُ عليهِ وسلَّمَ فمرَّ بصبيانٍ فسلَّم عليهم
(رواه مسلم في صحيحه رقم ٢١٦٨)
.
D’après Abdallah Ibn Omar (qu’Allah les agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: Qu’un homme ne fasse pas lever un homme de l’endroit où il était assis puis il s’y assoit. (*)
(Rapporté par Mouslim dans son Sahih n°2177a)

Rapporté également par Boukhari dans son Sahih n°911

(*) Mouslim a classé ce Hadith dans le Chapitre « L’interdiction de faire se lever un homme d’une place (de la Mosquée) qu’il atteint en premier »

عن عبد الله بن عمر رضي الله عنهما عَنِ النَّبِيِّ صلى الله عليه وسلم قَالَ ‏ لاَ يُقِيمَنَّ أَحَدُكُمُ الرَّجُلَ مِنْ مَجْلِسِهِ ثُمَّ يَجْلِسُ فِيهِ ‏.‏
(رواه مسلم في صحيحه رقم ٢١٧٧)
.
D’après Abdallah Ibn Abbas (qu’Allah les agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Le ayn (le mauvais oeil) est vérité et si une chose devait précéder le destin alors le ayn l’aurait précédé et si l’on vous demande de vous laver alors lavez vous ».
(Rapporté par Mouslim dans son Sahih n°2188)
عن عبدالله بن عباس رضي الله عنهما قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : العين حق و لو كان شيء سابق القدر سبقته العين و إذا استغسلتم فاغسلوا
(رواه مسلم في صحيحه رقم ٢١٨٨)
.
D’après ‘Aicha (qu’Allah l’agrée) : Le Prophète (ﷺ) utilisait les paroles suivantes comme exorcisme : « Fais partir le mal ô Seigneur des hommes ! La guérison est dans Ta main, il n’y a que Toi qui peut l’enlever (1) ».(2)
(Rapporté par Mouslim dans son Sahih n°2191)

(1) En phonétique : Adh Hib Al Bas Rabba Nas Biyadika Chifa La Kachifa Lahou Illa Ant

En arabe :

أَذْهِبِ البَاسَ رَبَّ النَاسِ بِيَدِكَ الشِفَاءُ لاَ كَاشِفَ لَهُ إِلاَّ أَنْتَ

(2) Parmi les invocations à prononcer lors de la rouqia (exorcisme)

عن عائشة رضي الله عنها أنَّ رسولَ اللهِ صلَّى اللهُ عليهِ وسلَّمَ كان يَرقي بهذهِ الرُّقيةِ : أذهِبِ الباسَ ربَّ الناسِ بيدك الشفاءُ لا كاشفَ لهُ إلا أنتَ
(رواه مسلم في صحيحه رقم ٢١٩١)
.
D’après ‘Uthman ibn Abi l ‘Ass رضي الله عنه qui est venu trouver le Prophète صلى الله عليه و سلم et lui dit : « Ô messager d’Allah, le diable s’interpose entre moi, ma prière et ma récitation et il m’en déconcentre ».
Le Messager d’Allah صلى الله عليه dit alors : « Celui ci est un diable que l’on appelle khanzab, lorsque tu ressens sa présence cherche refuge auprès d’Allah contre lui et crachottes 3 fois sur ta gauche. ».
Il dit : « C’est ce que je fis et Allah l’éloigna de moi.»
(Rapporté par Mouslim dans son Sahih n°2203)

عن عثمان بن أبي العاص، أتى النبي صلى الله عليه وسلم فقال يا رسول الله إن الشيطان قد حال بيني وبين صلاتي وقراءتي يلبسها على ‏.‏ فقال رسول الله صلى الله عليه وسلم ‏ « ‏ ذاك شيطان يقال له خنزب فإذا أحسسته فتعوذ بالله منه واتفل على يسارك ثلاثا ‏ »‏ ‏.‏ قال ففعلت ذلك فأذهبه الله عني ‏.‏
(رواه مسلم في صحيحه رقم ۲۲۰۳)

.

.
D’après ‘Aicha (qu’Allah l’agrée) : J’ai dit : Ô Messager d’Allah ! Certes les devins nous disaient des choses et on voyait ensuite que ces choses étaient véridiques.
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit : « Cette parole de vérité, le djinn l’a dérobé (1) puis l’a déposée dans son oreille et alors il y rajoute cent mensonges (2) ».
(Rapporté par Mouslim dans son Sahih n°2228)

(1) C’est à dire que le djinn l’a volé aux anges.
(Minnatoul Moun’im Charh Sahih Mouslim 3 p 473)

(2) C’est à dire que le djinn qui a dérobé cette parole de vérité en écoutant ce que disent les anges puis il la dépose dans l’oreille du devin et le devin ajoute cent mensonges à cette parole.

Voir le hadith Rapporté par Mouslim dans son Sahih n°2229

عن عائشة رضي الله عنها قالت : قلت : يا رسولَ اللهِ ! إنَّ الكُهَّانَ كانوا يُحدِّثوننا بالشيءِ فنجدُه حقًّا
قال النّبي صلّى الله عليه و سلّم : تلك الكلمةُ الحقُّ يخطَفُها الجنيُّ فيقذفُها في أُذُنِ وليِّه ويزيد فيها مائةَ كذبةٍ
(رواه مسلم في صحيحه رقم ۲۲۲۸)
.
D’après ‘Abdallah Ibn ‘Abbas (qu’Allah les agrée lui et son père) : Un ansari (1) parmi les compagnons du Prophète (qu’Allah l’agrée) m’a informé qu’une nuit ils étaient assis avec le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) lorsqu’une étoile filante a été envoyée.
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit : « Que disiez vous dans la Jahiliya (2) lorsqu’une étoile filante comme celle-ci était envoyée ? ».
Ils ont dit : Allah et son Messager sont plus savant. Nous disions que durant cette nuit un homme important est né et un homme important est mort.
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit : « Certes les étoiles filantes ne sont pas envoyées pour la mort de quelqu’un ni pour sa naissance mais il s’agit plutôt de notre Seigneur, lorsqu’il décrète une chose les anges qui portent le trône font le tesbih (3) puis les gens des cieux (4) qui sont en dessous d’eux font le tesbih jusqu’à ce que le tesbih arrive aux gens du ciel de l’ici-bas.
Puis ceux qui sont en dessous des anges qui portent le trône leur disent : Qu’a dit votre Seigneur ?
Alors ils les informent de ce qu’Il a dit.
Ensuite les gens des cieux se posent la question les uns les autres jusqu’à ce que l’information arrive au ciel de l’ici-bas et alors les djinns prêtent l’oreille et la dérobent.
Puis les djinns déposent brièvement l’information auprès de leurs biens-aimés (5).
Ainsi ce qu’ils disent comme vérité est certes vrai mais ils y insèrent et rajoutent à ce qui leur a été transmis ».
(Rapporté par Mouslim dans son Sahih n°2229)

(1) C’est à dire que c’était un compagnon originaire de Médine (qu’Allah l’agrée).
(2) La Jahiliya est le donnée à la période qui a précédé l’Islam durant laquelle l’ignorance était très répandue.
(3) C’est à dire qu’ils disent -Sobhanalah-.
(4) C’est à dire les anges.
(5) C’est à dire les devins, les voyants…

عن عبدالله بن عباس رضي الله عنهما قال : أخبرني رجلٌ من أصحابِ النبيِّ رضي الله عنه من الأنصارِ أنّهم بينما هم جلوسٌ ليلةً مع رسولِ اللهِ صلَّى اللهُ عليه وسلَّمَ رُمِيَ بنجمٍ
فقال لهم رسولُ اللهِ صلَّى اللهُ عليه وسلَّمَ : ماذا كنتُم تقولون في الجاهليةِ إذا رُمِيَ بمثلِ هذا ؟
قالوا : اللهُ ورسولُه أعلمُ كنّا نقول : وُلِدَ الليلةَ رجلٌ عظيمٌ ومات رجلٌ عظيمٌ
فقال رسولُ اللهِ صلَّى اللهُ عليه وسلَّمَ : فإنّها لا يُرمَى بها لموتِ أحدٍ ولا لحياتِه ولكنَّ ربَّنا إذا قضى أمرًا سبَّح حمَلَةُ العرشِ ثمّ سبَّح أهلُ السماءِ الذين يلونهم حتّى يبلغَ التَّسبيحُ أهلَ هذه السماءِ الدّنيا ثمّ قال الذين يلون حملةَ العرشِ لحملةِ العرشِ : ماذا قال ربُّكم ؟
فيخبِرونهم ماذا قال فيستخبر بعضُ أهلِ السماواتِ بعضًا حتّى يبلغ الخبرُ هذه السّماءَ الدُّنيا فتخطَّفَ الجنُّ السمعَ فيقذفون إلى أوليائِهم ويرمون به
فما جاءوا به على وجهِه فهو حقٌّ ولكنّهم يقرِفون فيه ويزيدون
(رواه مسلم في صحيحه رقم ٢٢٢٩
.
D’après Safiyya l’une des épouses du Prophète (ﷺ) selon laquelle le Messager d’Allah (ﷺ) a dit:
« Quiconque se rend auprès d’un devin et l’interroge sur quoi que ce soit, ses prières ne seront pas exaucées pendant 40 nuits ».
(Rapporté par Mouslim dans son Sahih n°2230)

، عَنْ صَفِيَّةَ، عَنْ بَعْضِ، أَزْوَاجِ النَّبِيِّ صلى الله عليه وسلم عَنِ النَّبِيِّ صلى الله عليه وسلم قَالَ ‏ « ‏ مَنْ أَتَى عَرَّافًا فَسَأَلَهُ عَنْ شَىْءٍ لَمْ تُقْبَلْ لَهُ صَلاَةٌ أَرْبَعِينَ لَيْلَةً ‏ »‏ ‏.‏
(رواه مسلم في صحيحه رقم ۲۲۳۰)

.

.
D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée), le Prophète (ﷺ) a dit: « Une fourmi a piqué un prophète parmi les prophètes (que la prière d’Allah et Son salut soient sur eux) qui a donc ordonné de brûler la fourmilière.
Allah lui a alors révélé : Est-ce à cause du fait qu’une fourmi t’ai piqué que tu va faire périr une communauté parmi les communautés qui font le tesbih (*) ? ».
(Rapporté par Mouslim dans son Sahih n°2241)

(*) Le tesbih est le fait de dire -Sobhanallah-.

عن أبي هريرة رضي الله عنه قال النّبي صلّى الله عليه و سلّم : أنَّ نملةً قرصتْ نبيًّا من الأنبياءِ فأمر بقريةِ النّملِ فأُحرِقت
فأوحى اللهُ إليه : أفي أنْ قرصَتْك نملةٌ أهلكت أُمَّةً من الأممِ تُسبِّحُ ؟
(رواه مسلم في صحيحه رقم ٢٢٤١)
.