۞ Sahih Mouslim – 55 – Livre de l’ascétisme et indigent ۞

D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « La vie d’ici-bas est la prison du croyant et le paradis du mécréant ».
(Rapporté par Mouslim dans son Sahih n°2956)
عن أبي هريرة رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : الدنيا سجن المؤمن وجنة الكافر
(رواه مسلم في صحيحه رقم ٢٩٥٦)
.
D’après ‘Abdallah Ibn Chikhir (qu’Allah l’agrée) : Je suis allé voir le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) qui récitait -La course aux richesses vous préoccupe- (*).
Il a dit: « Le fils de Adam dit : Mon argent ! Mon argent ! Mais qu’as tu de ton argent ô fils de Adam ?
Tu n’as que ce que tu as mangé et qui a ensuite péri, que ce tu as porté comme habit qui s’est ensuite usé ou ce que tu as donné en aumône que tu as fait perdurer ».
(Rapporté par Mouslim dans son Sahih n°2958)

(*) Il s’agit de la sourate At Takathour n°102.

عن عبدالله بن الشخير رضي الله عنه قال : أتيت النبي صلى الله عليه وسلم وهو يقرأ ‏{‏ أَلْهَاكُمُ التَّكَاثُرُ‏ }‏ قال :‏ يقول ابن آدم مالي مالي – قال – وهل لك يا ابن آدم من مالك إلا ما أكلت فأفنيت أو لبست فأبليت أو تصدقت فأمضيت
(رواه مسلم في صحيحه رقم ٢٩٥٨)
.
D’après Anas Ibn Malik (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit:
« Il y a trois choses qui suivent le mort, deux reviennent et une seule reste: sa famille, son argent et ses actes le suivent et sa famille et son argent reviennent tandis que ses actes restent ».
(Rapporté par Mouslim dans son Sahih n°2960)

Rapporté également par Boukhari dans son Sahih n°6514

عن أنس بن مالك رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه وسلم : يتبع الميت ثلاثة فيرجع اثنان ويبقى معه واحد : يتبعه أهله وماله وعمله فيرجع أهله وماله ويبقى عمله
(رواه مسلم في صحيحه رقم ٢٩٦٠)
.
  • D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit:
    « Regardez ceux qui sont au dessous de vous et ne regardez pas ceux qui sont au dessus de vous ceci afin que vous ne minimisiez pas les bienfaits d’Allah sur vous ».
    (Rapporté par Mouslim dans son Sahih n°2963)

    L’imam Nawawi (mort en 676) a dit: « Ibn Jarir et d’autres ont dit que ce hadith rassemble de nombreux bénéfices. En effet lorsque la personne regarde celui qui a plus que lui dans les choses de l’ici-bas alors son -nafs- demande à avoir la même chose et minimise ce qu’il y a auprès de lui comme bienfaits d’Allah et ainsi il s’efforce d’avoir plus afin d’être comme l’autre ou de s’en approcher ».

    عن أبي هريرة رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه وسلم: انظروا إلى من أسفل منكم ولا تنظروا إلى من هو فوقكم فهو أجدر أن لا تزدروا نعمة الله عليكم
    (رواه مسلم في صحيحه رقم ٢٩٦٣)
    .
  • D’après Anas ibn Malik, nous étions en compagnie du Messager d’Allah (ﷺ) quand il se mit à rire, et dit:

    « Savez-vous ce qui me fait rire? »
    Allah et Son Messager sont les plus savants, nous répondîme.

    . Il reprit: « La discussion qui aura lieu entre le
    Seigneur et son serviteur. » (le jour du jugement).
    Celui-ci dira: « Seigneur, ne m ’as-tu pas protégé contre l’injustice? »

    Oui, dira Allah.

    « Je ne permets à aucun, à moins qu’il ne
    soit de moi-même, de témoigner contre moi. »

    Allah répliquera: « Il suffit aujourd’hui toi-même pour témoigner contre toi-même, et les anges nobles
    et scribes»

    Alors on mettra un sceau sur sa bouche et dira à ses membres:

    « Parlez ».

    Ces membres parleront, puis on ôtera le sceau, il leur dira alors:

    « Malheur à vous! c’est vous que je défendais »
    (Rapporté par Mouslim dans son Sahih n°2969)

    C’est l’explication du verset suivant:

    Allah a dit dans la sourate Yasin n°36 verset 65 (traduction rapprochée et approximative du sens du verset) : « Ce jour-là, Nous scellerons leurs bouches, leurs mains Nous parleront et leurs pieds témoigneront de ce qu’ils avaient accompli ».


    قال الله تعالى : الْيَوْمَ نَخْتِمُ عَلَى أَفْوَاهِهِمْ وَتُكَلِّمُنَا أَيْدِيهِمْ وَتَشْهَدُ أَرْجُلُهُمْ بِمَا كَانُوا يَكْسِبُونَ
    (سورة يس ٦٥)
    عَنْ أَنَسِ بْنِ مَالِكٍ، قَالَ كُنَّا عِنْدَ رَسُولِ اللَّهِ صلى الله عليه وسلم فَضَحِكَ فَقَالَ ‏ »‏ هَلْ تَدْرُونَ مِمَّ أَضْحَكُ ‏ »‏ ‏.‏ قَالَ قُلْنَا اللَّهُ وَرَسُولُهُ أَعْلَمُ ‏.‏ قَالَ ‏ »‏ مِنْ مُخَاطَبَةِ الْعَبْدِ رَبَّهُ يَقُولُ يَا رَبِّ أَلَمْ تُجِرْنِي مِنَ الظُّلْمِ قَالَ يَقُولُ بَلَى ‏.‏ قَالَ فَيَقُولُ فَإِنِّي لاَ أُجِيزُ عَلَى نَفْسِي إِلاَّ شَاهِدًا مِنِّي قَالَ فَيَقُولُ كَفَى بِنَفْسِكَ الْيَوْمَ عَلَيْكَ شَهِيدًا وَبِالْكِرَامِ الْكَاتِبِينَ شُهُودًا – قَالَ – فَيُخْتَمُ عَلَى فِيهِ فَيُقَالُ لأَرْكَانِهِ انْطِقِي ‏.‏ قَالَ فَتَنْطِقُ بِأَعْمَالِهِ – قَالَ – ثُمَّ يُخَلَّى بَيْنَهُ وَبَيْنَ الْكَلاَمِ – قَالَ – فَيَقُولُ بُعْدًا لَكُنَّ وَسُحْقًا ‏.‏ فَعَنْكُنَّ كُنْتُ أُنَاضِلُ ‏ »‏ ‏.‏
    (رواه مسلم في صحيحه رقم ۲۹۶۹)

    .

    .
    Selon Abou Sa’id Al Khoudri (رضي الله عمه), le Messager d’Allah (ﷺ) a dit : « Quand l’un de vous bâille, qu’il place sa main devant sa bouche sinon le Diable y entre ».
    (Rapporté par Mouslim dans son Sahih n°2995)
    ، عن بو سعيد الخدري، قَالَ قَالَ رَسُولُ اللَّهِ صلى الله عليه وسلم ‏ « إذا تثاوب أحدكم فليمسك بيده على فيه فإن الشيطان يدخل » ‏.‏
    (رواه مسلم في صحيحه رقم ۲۹۹۵)

    .

    .
    D’après ‘Aicha -qu’Allâh l’agrée- a dit : « Le Messager d’Allâh  (ﷺ) a dit:
    « Les Anges ont été créés de lumière, les jinns ont été créés d’un feu sans fumée, et Âdam fut créé par ce qui vous a été dit (Dans le Coran c’est a dire l’argile). ».
    (Rapporté Par Mouslim dans son Sahih n°2996)

    Étymologie et définition du mot Ange

    L’Imâm Muhammad Ibn Jarîr At Tabarî -qu’Allâh lui fasse Miséricorde- a dit : « Ce mot « malâ’ika » ( الملائكة) est le pluriel du mot « malak » ( ملاك), ou plus exactement c’est le pluriel du mot « mal°ak », bien que ce dernier soit plus rarement employé et que l’habitude fut prise de prononcer ce mot sans le hamza […]. « Mal’ak » a pour origine le verbe « la’aka » qui signifie « envoyer un message » (malâ’aka). Les Anges ont alors été appelés « makâ’ika » parce qu’ils sont les messagers entre Allâh et Ses Prophètes. »
    [Source : Al Jâmi‘u l-Bayân Fî Tafsîr-i l-Qur’ân.]

    عَنْ عَائِشَةَ، قَالَتْ قَالَ رَسُولُ اللَّهِ صلى الله عليه وسلم ‏ « ‏ خُلِقَتِ الْمَلاَئِكَةُ مِنْ نُورٍ وَخُلِقَ الْجَانُّ مِنْ مَارِجٍ مِنْ نَارٍ وَخُلِقَ آدَمُ مِمَّا وُصِفَ لَكُمْ ‏ »‏ ‏.‏
    (رواه مسلم في صحيحه رقم ۲۹۹۶)
    .
    D’après Souhayb ar-Roumi (qu’Allah soit satisfait de lui), le Prophète (ﷺ) a dit : « Que le sort du croyant est étonnant ! En effet, son sort n’est que du bien – situation dont ne jouit que le croyant – ; s’il remercie Allah pour un bien qu’il acquiert, il en est récompensé, et s’il endure un malheur qui le frappe, il en est encore récompensé : tout jugement divin qui concerne le musulman lui fait du bien »
    (Rapporté par Mouslim dans son Sahih n°2999)

    عَنْ صُهَيْبٍ، قَالَ قَالَ رَسُولُ اللَّهِ صلى الله عليه وسلم ‏ « ‏ عَجَبًا لأَمْرِ الْمُؤْمِنِ إِنَّ أَمْرَهُ كُلَّهُ خَيْرٌ وَلَيْسَ ذَاكَ لأَحَدٍ إِلاَّ لِلْمُؤْمِنِ إِنْ أَصَابَتْهُ سَرَّاءُ شَكَرَ فَكَانَ خَيْرًا لَهُ وَإِنْ أَصَابَتْهُ ضَرَّاءُ صَبَرَ فَكَانَ خَيْرًا لَهُ ‏ »
    (رواه مسلم في صحيحه رقم ۲۹۹۹)

    .

    .
    D’après ‘Abdallah Ibn ‘Omar (qu’Allah les agrée lui et son père), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « J’ai vu en rêve que j’utilisais un siwak (1) et deux hommes m’ont attrapé.
    L’un d’eux était plus âgé que l’autre. J’ai alors passé le siwak au plus jeune mais on m’a dit : -Au plus âgé-.
    Alors je l’ai passé au plus âgé (2) ».
    (Rapporté par Mouslim dans son Sahih n°3003)

    (1) Il s’agit d’un morceau de bois avec lequel on se nettoie les dents et la bouche.

    (2) Ce hadith montre qu’il convient de respecter les gens âgés et de les faire passer avant les autres.

    عن عبدالله بن عمر رضي الله عنهما قال النّبي صلّى الله عليه و سلّم : أراني في المنام أتسوك بسواك فجذبني رجلان أحدهما أكبر من الآخر فناولت السواك الأصغر منهما فقيل لي كبر ‏.‏ فدفعته إلى الأكبر
    (رواه مسلم في صحيحه رقم ٣٠٠٣)
    .
    D’après ‘Oubada Ibn Al Walid : Je suis sorti avec mon père pour rechercher la science vers ce quartier des ansars (1) avant qu’ils ne meurent.
    La première personne que nous avons rencontré était Abou Al Yasar (qu’Allah l’agrée), le compagnon du Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui). Il avait avec lui un de ses enfants et un tas de papier.
    Mon père lui a dit : Ô mon oncle ! Je vois sur ton visage des signes d’énervement.
    Il a dit : Oui. Untel le fils d’untel me devait de l’argent. Je suis donc allé vers sa famille, je leur ai passé le salam et j’ai dit : Est-ce qu’il est là ?
    Ils ont dit : Non.
    Un de ses enfants à l’âge de l’adolescence est sorti vers moi et je lui ai dit : Où est ton père ?
    Il a dit : Il a entendu ta voix et est alors rentré dans la couche à ma mère.
    J’ai dit : Viens ici, je sais certes où tu es !
    Il est sorti et j’ai dit : Qu’est-ce qui t’a poussé à te cacher de moi ?
    Il a dit : Par Allah ! Je vais te parler sans te mentir. Par Allah ! J’ai eu peur de te parler et de te mentir, de te promettre et de ne pas tenir ma promesse alors que tu es un compagnon du Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) et, par Allah, je n’ai pas les moyens de rembourser.
    J’ai dit : Tu jures par Allah ?
    Il a dit : Je jure par Allah.
    J’ai dit : Tu jures par Allah ?
    Il a dit : Je jure par Allah.
    J’ai dit : Tu jures par Allah ?
    Il a dit : Je jure par Allah.
    ‘Oubada Ibn Al Walid a dit : Abou Al Yasar a alors apporté sa feuille (2), il l’a effacé avec sa main et a dit : Si tu trouves de quoi rembourser alors paye moi sinon je te pardonne.
    Il a dit : Mes yeux ont vu ; et il a mis les doigts sur ses yeux ; mes oreilles ont entendu, mon coeur a retenu ; et il a fait signe vers son coeur ; que le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit : « Celui qui accorde un délai à une personne dans la gêne ou lui efface sa dette, Allah le couvre dans Son ombre ».
    (Rapporté par Mouslim dans son Sahih n°3006)

    (1) C’est à dire les compagnons du Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) originaires de Médine.

    (2) C’est à dire la feuille sur laquelle la dette était notée.

    عن عبادة بن الوليد قال : خرجت أنا وأبي نطلب العلم في هذا الحي من الأنصار قبل أن يهلكوا . فكان أول من لقينا أبا اليسر صاحب رسول الله صلى الله عليه وسلم ومعه غلام له معه ضمامة من صحف
    فقال له أبي : يا عم ! إني أرى في وجهك سفعة من غضب
    قال : أجل . كان لي على فلان بن فلان مال فأتيت أهله فسلمت فقلت : ثم هو ؟
    قالوا : لا .
    فخرج علي ابن له جفر فقلت له : أين أبوك ؟
    قال : سمع صوتك فدخل أريكة أمي
    فقلت : اخرج إلي فقد علمت أين أنت
    فخرج فقلت : ما حملك على أن اختبأت مني ؟
    قال : أنا والله ! أحدثك ثم لا أكذبك . خشيت والله أن أحدثك فأكذبك وأن أعدك فأخلفك وكنت صاحب رسول الله صلى الله عليه وسلم وكنت والله معسرا
    قلت : آلله !
    قال : الله !
    قلت : آلله !
    قال : الله .
    قلت : آلله !
    قال : الله .
    فأتى بصحيفته فمحاها بيده فقال : إن وجدت قضاء فاقضني وإلا أنت في حل . فأشهد بصر عيني هاتين ووضع إصبعيه على عينيه وسمع أذني هاتين ووعاه قلبي هذا وأشار إلى مناط قلبه رسول الله صلى الله عليه وسلم وهو يقول : من أنظر معسرا أو وضع عنه أظله الله في ظله 
    (رواه مسلم في صحيحه رقم ٣٠٠٦)
    .