Sunan Abou Daoud – 12 – Livre du Mariage (Kitab Al-Nikah)

D’après Ibn ‘Abbâs (رضي الله عنه) rapporte qu’un homme vint trouver le Prophète (ﷺ) et lui dit : « Ma femme ne repousse la main de personne (c’est à dire la main balladeuse d’un homme).
il (ﷺ) dit – Répudie-la.
Je crains de continuer à avoir du désir pour elle.
– Alors, jouis d’elle ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°2049 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Sahîh)

(*) Et dans une autre version de An-Nasâ’î le rapporte également d’Ibn 3Abbâs (رضي الله عنه) sous la formulation : « Répudie-la. – Je ne peux me passer d’elle. – Alors garde-la ». [Rapporté par An-Nasâ’î n°3229, Authentifié par Cheikh Al-Albânî]

CE HADITH CONCERNE LE COMPORTEMENT FACE À L’ÉPOUSE QUI MANQUE DE PUDEUR,

ENSEIGNEMENTS DU HADITH :

1- La parole de cet homme : « Ma femme ne repousse la main de personne » signifie que son épouse n’est pas de celles qui fuient et s’éloignent des hommes étrangers, et cela ne signifie pas qu’elle tombe dans la turpitude.

2- Un homme se plaignit auprès du Prophète (ﷺ) du fait que son épouse était d’un comportement ouvert et qu’elle ne fuyait pas les hommes étrangers et n’était pas gênée devant eux, sans tout de même tomber dans la turpitude, et le Prophète (ﷺ) lui commanda de la répudier, en conformité avec la sagesse prophétique : « Laisse ce qui te plonge dans le doute pour ce qui ne t’y plonge pas(1) ».

3- Cet homme aimait son épouse et en était satisfait, et il craignit de s’attacher à elle et ne pas supporter d’en être séparé, donc le Prophète (ﷺ) lui a ordonné de la garder.

4- L’obligation pour la femme est de se préserver, de se protéger, de s’éloigner des hommes étrangers, de ne pas se mêler à eux, et de ne pas se montrer trop extravertie avec eux. Allah (سُبْحَانَهُ وَ تَعَالَى) dit : {Ne soyez donc pas complaisantes dans votre langage, afin que celui qui porte une maladie dans le cœur ne vous convoite pas(2) ».

5- L’obligation pour l’homme est de préserver les femmes de sa famille, qu’il s’agisse de son épouse, sa fille, sa sœur ou d’une proche, et de les éloigner des hommes et des situations douteuses.

6- Il n’est pas permis de vivre avec une femme facile d’accès et qui se montre, se mêle aux hommes, se fait aimer d’eux, désire s’asseoir et parler avec eux ; mais il doit la conseiller et l’exhorter, et si elle ne se reforme pas, il est meilleur qu’il s’en sépare.

7- S’il est établi qu’elle est tombé dans la turpitude, ou qu’elle fait preuve de manquements dans l’accomplissement des obligations religieuses comme les cinq prières et le jeûne de Ramadan, il lui est obligatoire de s’en séparer, et il ne lui est pas permis de la garder.

Source: [Boulough Al-Maram d’Al-Hafidh Ibn Hajar Al-عasqalânî avec les commentaire de cheikh عAbd Allah Al-Bassam agrémenté d’enseignement tirés des commentaires de cheikh Al-عUthaymin, Al-Fawzân, Ar-Râjihî. Authentification des hadiths et commentaire tirés des ouvrages de cheikh Al-Albani. Page 564-565 volume 2 (Éditions Tawbah)]

(1) At-Tirmidhî n°2518.

(2) Sourate Al-A7zâb, V. 32.

عنِ ابنِ عبَّاسٍ قالَ : جاءَ رجلٌ إلى النَّبيِّ صلَّى اللَّهُ علَيهِ وسلَّمَ فقالَ : إنَّ امرَأتي لَا تَمنعُ يدَ لامِسٍ قالَ : غرِّبْها قالَ : أخافُ أن تتبعَها نَفسي قالَ : فاستَمتِعْ بِها
(رواه أبو داود في سننه رقم ٣٢٢١ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.
D’après Ma’qal Ibn Yasar (qu’Allah l’agrée), « Un homme est venu voir le Prophète -ﷺ- et lui a dit : « J’ai trouvé une femme qui a la renommée et l’honneur mais elle n’enfante pas, puis-je l’épouser ? Il le lui interdit.
Puis l’homme lui rapporta une deuxième fois et il le lui interdit, puis une troisième fois, il le lui interdit. Puis il lui dit : « Mariez vous avec la femme affectueuse et féconde car je souhaiterai être fier de votre grand nombre devant les autres prophètes. » ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°2050 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Abi Daoud, Hadith Hasan Sahîh)
عَنْ مَعْقِلِ بْنِ يَسَارٍ، قَالَ جَاءَ رَجُلٌ إِلَى النَّبِيِّ صلى الله عليه وسلم فَقَالَ إِنِّي أَصَبْتُ امْرَأَةً ذَاتَ حَسَبٍ وَجَمَالٍ وَإِنَّهَا لاَ تَلِدُ أَفَأَتَزَوَّجُهَا قَالَ ‏«‏ لاَ ‏»‏ ‏.‏ ثُمَّ أَتَاهُ الثَّانِيَةَ فَنَهَاهُ ثُمَّ أَتَاهُ الثَّالِثَةَ فَقَالَ ‏«‏ تَزَوَّجُوا الْوَدُودَ الْوَلُودَ فَإِنِّي مُكَاثِرٌ بِكُمُ الأُمَمَ »‏ ‏.
(رواه أبو داود في سننه رقم ٢٠٥٠ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود )

حكم :حسن صحيح

.
D’après Abdullah ibn Amr ibn al-‘As, Amr ibn Chou‘aib rapporte d’après son père que son grand père a dit:
« Un homme du nom Marthad ibn Abi Marthad al-Ghanawi était chargé de porter les prisonniers (de guerre) de La mecque (à Médine)
A La Mecque, il y avait une prostituée appelée Inaq qui avait des relations illites avec lui.».
(Marthad dit:) je me suis rendu au Prophète (ﷺ) en lui disant:
« Ô Messager d’Allah (ﷺ)! Permets-moi de me marier avec Inaq »
(Le narrateur a dit:) Il a gardé le silence sans me répondre et ce verset fut révélé.« Le fornicateur n’épousera qu’une fornicatrice ou une associatrice ».
[Sourate 24 : la lumière, Verset 3]

{‏ وَالزَّانِيَةُ لاَ يَنْكِحُهَا إِلاَّ زَانٍ أَوْ مُشْرِكٌ ‏}‏

Il ﷺ m’a appelé et m’a récité ceci (verset) et m’a dit: « Ne l’épouse pas.»
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°2051 et authentifié par Cheikh Al Albani dans son Sahih Abi Daoud, Hadith Hasan Sahih)

═ Annotation ‎════════

Allah (Exalté soit-il) a dit dans le Sens rapproché du verset

« Le fornicateur n’épousera qu’une fornicatrice ou une associatrice. Et la fornicatrice ne sera épousée que par un fornicateur ou un associateur; et cela a été interdit aux croyants ».
[Sourate 24 : la lumière, Verset 3]

Dans Le commentaire (tafsîr) du Coran d’Ibn Kathîr {تفسير ابن كثير} au sujet de ce verset :

Ce verset signifie qu’un débauché n’ait des rapports charnels illicites qu’avec une débauchée ou une polythéiste qui consent à avoir de tels rapports et qui ne trouve aucun empêchement par manque de foi. Ibn Abbas l’a commente et dit: « Ce n’est pas un mariage legal mais un commerce charnel qui ne le pratique qu’un débauché un idolâtre ».

« Cela est interdit aux croyants » de commettre un tel pêché grave ou de donner en mariage des femmes chastes et pieuses àdes hommes pervers ou de prendre comme compagne une débauchée si on est croyant. Même certains ulémas sont alles plus loin en interdisant catégoriquement aux croyants de se marier d’avec des prostituées, comme Qatada et Mouqatel Ben Hayyan. Ce verset est pareil aux dires d’Allah: « Assurez-vous qu’elles soient vertueuses, qu’elles ne soient pas livrées à la débauche et qu’elles n’aient pas eu de liaisons clandestines » [Sourate 4 : les Femmes, Verset 25]

Ahmed a precisé: « L’acte du mariage conclu entre un homme vertueux et une prostituée n’est plus valable tant que celle-ci ne se repentisse, et dans ce cas le contrat devient valide, sinon on doit rejeter un tel acte». Ainsi il ne faut pas donner en mariage une femme chaste a un debauchétant qu’il ne se repente pas sincèrement.»

عَنْ عُبَيْدِ اللَّهِ بْنِ الأَخْنَسِ، عَنْ عَمْرِو بْنِ شُعَيْبٍ، عَنْ أَبِيهِ، عَنْ جَدِّهِ، أَنَّ مَرْثَدَ بْنَ أَبِي مَرْثَدٍ الْغَنَوِيَّ، كَانَ يَحْمِلُ الأُسَارَى بِمَكَّةَ وَكَانَ بِمَكَّةَ بَغِيٌّ يُقَالُ لَهَا عَنَاقُ وَكَانَتْ صَدِيقَتَهُ قَالَ جِئْتُ إِلَى النَّبِيِّ صلى الله عليه وسلم فَقُلْتُ يَا رَسُولَ اللَّهِ أَنْكِحُ عَنَاقَ قَالَ فَسَكَتَ عَنِّي فَنَزَلَتْ ‏{‏ وَالزَّانِيَةُ لاَ يَنْكِحُهَا إِلاَّ زَانٍ أَوْ مُشْرِكٌ ‏}‏ فَدَعَانِي فَقَرَأَهَا عَلَىَّ وَقَالَ ‏ »‏ لاَ تَنْكِحْهَا ‏ »‏ ‏.‏
(رواه أبو داود في سننه رقم ۲۰۵۱ و حسنه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : حسن صحيح

.
D’après ‘Ali Ibn Abi Talib (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Allah maudit (1) le mouhalil et celui pour qui on le pratique (2) ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°2076 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Sahîh )

(1) La malédiction signifie le fait d’être éloigné et écarté de la miséricorde d’Allah.(2) Lorsqu’un homme divorce avec sa femme trois fois alors elle lui est interdite jusqu’à ce qu’elle se marie avec un autre homme et que le mariage soit consommé car Allah a dit : « Le divorce est deux fois » puis il a dit : « S’il divorce alors elle ne lui sera plus permise jusqu’à ce qu’elle épouse un autre homme ».
(Sourate Al Baqara versets 230 et 231)
Alors un homme se marie avec cette femme mais il y a comme condition qu’une fois qu’il l’a rendue permise au premier mari en ayant eu avec elle un rapport sexuel il divorce.
Ce genre de mariage est interdit et ne rend pas la femme de nouveau permise à son premier mari.

Le « mouhalil » est donc l’homme qui s’est marié avec cette femme et « celui pour qui on le pratique » est le premier mari.

Ainsi cette pratique revient à prendre les règles d’Allah en dérision car ce qui est voulu par le mariage est la durée dans le temps, la vie conjugale et les enfants, ce qui n’est pas le cas ici.
(Voir Charh Al Mumti de Cheikh Otheimine vol 12 p 175/176)

عن علي بن أبي طالب رضي الله عنه قال النبي صلى الله عليه و سلم : لعنَ اللهُ المُحَلِّل والمُحَلَّل لَه
(رواه أبو داود في سننه رقم ٢٠٧٦ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.
D’après Djabir ibn Abd Allah (رضي الله عنهما) a dit: « Le Messager d’Allah (ﷺ) a dit : « Quand l’un de vous demande la main d’une femme et peut la regarder de façon à être plus poussé à l’épouser, qu’il le fasse ».
Il (Jabir) dit : « Par la suite, j’ai demandé la main d’une femme (*) et me suis caché de façon à pouvoir l’observer et j’ai vu en elle ce qui m’a poussé à l’épouser et je l’ai effectivement épousée ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounans n°2082 et authentifié par Cheikh Al Albani dans son Sahih Abi Daoud, Hadith Hasan)
عن جابر بن عبد الله قال : قال رسول الله صلى الله عليه وسلم : ( إِذَا خَطَبَ أَحَدُكُمُ الْمَرْأَةَ فَإِنِ اسْتَطَاعَ أَنْ يَنْظُرَ إِلَى مَا يَدْعُوهُ إِلَى نِكَاحِهَا فَلْيَفْعَلْ ) قَالَ فَخَطَبْتُ جَارِيَةً فَكُنْتُ أَتَخَبَّأُ لَهَا حَتَّى رَأَيْتُ مِنْهَا مَا دَعَانِي إِلَى نِكَاحِهَا وَتَزَوُّجِهَا فَتَزَوَّجْتُهَا ‏.‏
(رواه أبو داود في سننه رقم ۲۰۸۲ و حسنه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : حسن

.
D’après ‘Aicha (qu’Allah l’agrée), j’ai dit au Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui): Ô Messager d’Allah! Certes la vierge a honte de parler. Le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « Son silence est son approbation ».
(Rapporté par Abou Daoud et authentifié par cheikh Albani dans Sahih Abou Daoud n°2094, Hadith Sahîh)
عن عائشة رضي الله عنها قالت : يا رسول الله إن البكر تستحي أن تتكلم . قال النبي صلى الله عليه و سلم : سكاتها إقرارها
(رواه أبو داود و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود رقم ۲۰۹۴)

حكم : صحيح

.
D’après Ibn ‘Abbas (qu’Allah les agrée), une jeune fille vierge s’est rendue auprès du Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) et a mentionné que son père l’a mariée alors qu’elle détestait cela. Alors le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) lui a donné le choix (*).
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°2096 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Sahih)

(*) C’est à dire il lui a donné le choix entre rester avec son mari si elle le désire ou d’annuler le mariage.

عن بن عباس رضي الله عنهما : أنَّ جاريةً بِكْرًا أتتِ النَّبيَّ صلَّى اللَّهُ علَيهِ وسلَّمَ، فذَكَرت أنَّ أباها زوَّجَها وَهيَ كارِهَةٌ فخيَّرَها النَّبيُّ صلَّى اللَّهُ علَيهِ وسلَّمَ
(رواه أبو داود في سننه رقم ٢٠٩٦ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.
D’après Abi Hourayra, rapporte que Abû Hind fit une saignée (Hijâmah) au Prophète (ﷺ) au niveau de la partie frontale de son crâne, et il dit :

« Ô Bani Bayada, mariez Abou Hind (à une de vos filles), et demandez la main de ses filles, la meilleure chose par lequel vous êtes traitées est la Hijama.(3) »
(Rapporté par Abou Daoud et authentifié par Cheikh Al Albani dans son Sahih Abi Daoud n°2102, Hadith Hasan)

(1) une famille des Ansars (médinois)
(2) c’était un homme qui pratiquait la saignée (Hijâmah), qui était un esclave affranchi de Bani Bayâda des Ansârs.
(3) La pratique de la saignée (Hijâmah) à l’époque était un métier « non noble »,
Ce Hadith montre que le critère social, lors de la proposition de mariage, n’est pas obligatoire.

Dans le Tafsir ibn Kathir il a été rapporté que Ce Hadith a été la cause du verset suivant:

Allah exalté soit il dit dans le sens rapproché du verset suivant

Ô hommes ! Nous vous avons créés d’un mâle et d’une femelle, et Nous avons fait de vous des nations et des tribus, pour que vous vous entreconnaissiez. Le plus noble d’entre vous, auprès d’Allah, est le plus pieux. Allah est certes Omniscient et Grand-Connaisseur.
[Sourate 49 : les appartements, Verset 13]

يَا أَيُّهَا النَّاسُ إِنَّا خَلَقْنَاكُم مِّن ذَكَرٍ وَأُنثَى وَجَعَلْنَاكُمْ شُعُوباً وَقَبَائِلَ لِتَعَارَفُوا إِنَّ أَكْرَمَكُمْ عِندَ اللَّهِ أَتْقَاكُمْ إِنَّ اللَّهَ عَلِيمٌ خَبِيرٌ

Ibn Asaker, il a dit que le verset précité fut révélé au sujet d’Abou Hind quand le Messager d’Allah (ﷺ) avait demandé aux Bani Bayada de donner à cet homme une des leurs filles en mariage. Ils lui répondirent: « Ô Messager d’Allah, donnerons-nous nos filles à nos esclaves affranchis? »

عَنْ أَبِي هُرَيْرَةَ، أَنَّ أَبَا هِنْدٍ، حَجَمَ النَّبِيَّ صلى الله عليه وسلم فِي الْيَافُوخِ فَقَالَ النَّبِيُّ صلى الله عليه وسلم «‏ يَا بَنِي بَيَاضَةَ أَنْكِحُوا أَبَا هِنْدٍ وَانْكِحُوا إِلَيْهِ »‏ ‏.‏ قَالَ « وَإِنْ كَانَ فِي شَىْءٍ مِمَّا تَدَاوَوْنَ بِهِ خَيْرٌ فَالْحِجَامَةُ »‏ ‏.‏
(رواه أبو داود في سننه رقم ۲۶ و حسنه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : حسن

.
D’après Jarir (qu’Allah l’agrée), j’ai interrogé le Prophète concernant le regard involontaire (sur une femme), il a répondu:
« Détournes ton regard (*) ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°2148 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Abi Daoud, hadith Sahîh)

(*) C’est à dire: ‘Ne regarde pas une seconde fois car la première fois n’a pas été préméditée et est donc pardonnée’.
(Awn Al Ma’boud ‘Ala Charh Sounan Abi Daoud)

عن جرير رضي الله عنه قال سألت رسول الله صلى الله عليه وسلم عن نظر الفجاءة فقال : اصرف بصرك
(رواه أبو داود في سننه رقم ٢١٤٨ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.
D’après ‘Amr ibn Shu’aib, d’après son père d’après son grand père (Abdullah ibn Amr ibn al-‘As) que le Prophète (ﷺ) a dit:
« Si l’un de vous se marie avec une femme ou achète une esclave, il doit dire: « Ô Allah, je te demande son bien et le bien sur laquel tu l’as prédisposée et je recherche refuge auprès de Toi de son mal et le mal sur laquel tu l’as prédisposée »
Quand il achète un chameau, il doit mettre la main sur le haut de sa bosse et dire le même genre de chose.».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sunan Abi Daoud 2160 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Abi Daoud, Hadith Hasan)

Voici l’invocation en Arabe

اللَّهُمَّ إِنِّي أَسْأَلُكَ خَيْرَهَا وَخَيْرَ مَا جَبَلْتَهَا عَلَيْهِ وَأَعُوذُ بِكَ مِنْ شَرِّهَا وَمِنْ شَرِّ مَا جَبَلْتَهَا عَلَيْهِ

عَنْ عَمْرِو بْنِ شُعَيْبٍ، عَنْ أَبِيهِ، عَنْ جَدِّهِ، عَنِ النَّبِيِّ صلى الله عليه وسلم قَالَ  » إِذَا تَزَوَّجَ أَحَدُكُمُ امْرَأَةً أَوِ اشْتَرَى خَادِمًا فَلْيَقُلِ اللَّهُمَّ إِنِّي أَسْأَلُكَ خَيْرَهَا وَخَيْرَ مَا جَبَلْتَهَا عَلَيْهِ وَأَعُوذُ بِكَ مِنْ شَرِّهَا وَمِنْ شَرِّ مَا جَبَلْتَهَا عَلَيْهِ وَإِذَا اشْتَرَى بَعِيرًا فَلْيَأْخُذْ بِذِرْوَةِ سَنَامِهِ وَلْيَقُلْ مِثْلَ ذَلِكَ  »
(رواه أبو داود في سننه رقم ۲۱۶۰ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : حسن

.