Sunan Abou Daoud – 43 – Livre du Bon Comportement (Kitab Al-Adab)

D’après Mou’adh Ibn Anas (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « Celui qui calme une colère alors qu’il était capable de l’extérioriser, Allah l’appellera devant toutes les créatures le jour de la résurrection et lui fera choisir parmi les houris (*) celles qu’il désire ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°4777 et authentifié par cheikh Albani dans Sahîh Daoud, Hadith Hasan)

(*) Les houris sont les femmes du paradis, leur wali (c’est à dire celui qui les donne à marier) est le Miséricordieux. Il les offre en mariage à ses serviteurs pieux et leur dote sont les bonnes actions.
(At Ta’liqat Ala Qasida Nouniya de Cheikh Saleh Al Fawzan p 1223)

عن معاذ بن أنس الجهني رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه وسلم : من كظم غيظا وهو قادر على أن ينفذه دعاه الله سبحانه على رؤوس الخلائق حتى يخيره من الحور العين ما شاء
(رواه أبو داود في سننه رقم ۴۷۷۷ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : حسن

.
D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée), le Prophète (ﷺ) a dit : « Le croyant est naïf et généreux tandis que le désobéissant est malin et avare ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°4790 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Abou Daoud, Hadith Hasan)
عن أبي هريرة رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : الْمُؤْمِنُ غِرٌّ كَرِيمٌ وَالْفَاجِرُ خِبٌّ لَئِيمٌ
(رواه أبو داود في سننه رقم ٤٧٩٠ و حسنه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : حسن

.
D’après Abou Darda, que le messager d’Allah (ﷺ) a dit :
« Rien ne pèse plus lourd dans la balance du croyant le jour de la résurrection que le bon comportement »
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°4799 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abou Daoud, Hadith Sahîh)

عَنْ أَبِي الدَّرْدَاءِ، عَنِ النَّبِيِّ صلى الله عليه وسلم قَالَ ‏ « ‏ مَا مِنْ شَىْءٍ أَثْقَلُ فِي الْمِيزَانِ مِنْ حُسْنِ الْخُلُقِ ‏ »‏ .‏
(رواه أبو داود في سننه رقم ۴۷۹۹ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.
D’après Abou Oumama (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Je garantie une maison à la périphérie du paradis à celui qui délaisse la polémique même si il a raison, une maison au milieu du paradis à celui qui délaisse le mensonge même si il plaisante et une maison en haut du paradis à celui qui améliore son comportement ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°4800 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Abi Daoud, Hadith Hasan)
عن أبي أمامة رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : أنا زعيم ببيت في ربض الجنة لمن ترك المراء وإن كان محقا وببيت في وسط الجنة لمن ترك الكذب وإن كان مازحا وببيت في أعلى الجنة لمن حسن خلقه
(رواه أبو داود في سننه رقم ٤٨٠٠ و حسنه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : حسن

.
D’après Haritha Ibn Wahb (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Ne rentrent pas dans le paradis la personne qui se comporte avec dureté et celle qui se comporte avec orgueil sans raison (*) ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°4801 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Sahih)

(*) C’est à dire une personne qui se comporte avec orgueil sans qu’il n’y ait de cause particulière qui pourrait la pousser à se comporter avec orgueil, comme par exemple la personne pauvre orgueilleuse.
Le personne riche qui se comporte avec orgueil a certes commis un péché mais le pauvre qui se comporte avec orgueil a commis un péché plus grave car il n’y avait rien en lui qui le poussait vers ce péché contrairement au riche et ceci montre son très mauvais caractère.
(Charh Sounan Abi Daoud de Cheikh Al ‘Abad cours n°546)

عن حارثة بن وهب رضي الله عنه قال النّبي صلّى الله عليه و سلّم : لا يدخل الجنة الجواظ ولا الجعظري 
(رواه أبو داود في سننه رقم ٤٨٠١ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.
D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Celui qui ne remercie pas les gens n’a pas remercié Allah ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°4811 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Abou Daoud, Hadith Sahîh)
عن أبي هريرة رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه وسلم : لاَ يَشْكُرُ اللَّهَ مَنْ لاَ يَشْكُرُ النَّاسَ
(رواه أبو داود في سننه رقم ٤٨١١ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.
D’après Anas Ibn Malik (qu’Allah l’agrée) : Les mouhajirouns (1) ont dit : Ô Messager d’Allah ! Les ansars (2) sont parti avec toute la récompense (3).
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Non, tant que vous invoquez en leur faveur et que vous leur faites des éloges (4) ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°4812 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Sahih)

(1) Les mouhajirouns sont les compagnons du Prophète (ﷺ) qui ont émigré de La Mecque vers Médine.

(2) Les ansars sont les compagnons du Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) originaires de Médine.

(3) C’est à dire qu’ils dépensaient de leurs biens car ils étaient chez eux tandis que les biens des mouhajirouns étaient restés à La Mecque.

(4) C’est à dire qu’invoquer en leur faveur et leur faire des éloges pour les dépenses qu’ils ont fait pour vous vous rapporte une récompense.

L’imam Abou Daoud (mort en 275 du calendrier hégirien) a classé ce hadith dans le chapitre : -Le fait de remercier le bien que l’on nous fait-.

Voir Charh Sounan Abi Daoud de Cheikh Al ‘Abad cours n°547

عن أنس بن مالك رضي الله أن المهاجرين قالوا : يا رسول الله ! ذهبت الأنصار بالأجر كله
قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : لا ما دعوتم الله لهم وأثنيتم عليهم 
(رواه أبو داود في سننه رقم ٤٨١٢ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.
D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « L’homme est sur la religion de son ami proche ainsi que l’un d’entre vous regarde qui il prend comme ami proche (*) ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°4833 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Hasan)

(*) C’est à dire que la personne dont on est satisfaite au niveau de sa religion et de son comportement alors on le prend comme ami proche par contre celui pour qui ce n’est pas le cas alors on s’écarte de lui.
Ceci car l’ami proche a, en fonction de sa religion et de sa piété, une bonne influence ou une mauvaise influence sur la personne.
(Voir Awn Al Ma’boud ‘Ala Charh Sounan Abi Daoud)

عن أبي هريرة رضي الله عنه قال النّبي صلّى الله عليه و سلّم : الرجلُ على دينِ خليلِه فلينظرْ أحدُكم من يُخالِلُ
(رواه أبو داود في سننه رقم ٤٨٣٣ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : حسن

.
D’après Abou Moussa Al Ach’ari (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Certes fait partie de la vénération d’Allah d’honorer la personne âgée musulmane, d’honorer celui qui connait le Coran avec lequel il n’exagère pas et n’est pas négligeant, et d’honorer le dirigeant juste ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°4843 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Hasan)
عن أبي موسى الأشعري رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : إن من إجلال الله إكرام ذي الشيبة المسلم وحامل القرآن غير الغالي فيه والجافي عنه وإكرام ذي السلطان المقسط
(رواه أبو داود في سننه رقم ٤٨٤٣ و حسنه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : حسن

.
D’après ‘Amr ibn al-Sharid, d’après son père al-Sharid ibn Sûweyd (qu’Allah l’agrée) rapporte :
« Le Messager d’Allah (ﷺ), passa devant moi alors que j’étais assis ainsi : j’avais placé ma main gauche derrière mon dos tout en m’appuyant sur sa paume. »
Il me dit : « Tu t’asseois donc à la façon de ceux qui ont encouru la colère d’Allah ? ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°4848 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Sahih)

عَنْ عَمْرِو بْنِ الشَّرِيدِ، عَنْ أَبِيهِ الشَّرِيدِ بْنِ سُوَيْدٍ، قَالَ مَرَّ بِي رَسُولُ اللَّهِ صلى الله عليه وسلم وَأَنَا جَالِسٌ هَكَذَا وَقَدْ وَضَعْتُ يَدِيَ الْيُسْرَى خَلْفَ ظَهْرِي وَاتَّكَأْتُ عَلَى أَلْيَةِ يَدِي فَقَالَ ‏ «‏ أَتَقْعُدُ قِعْدَةَ الْمَغْضُوبِ عَلَيْهِمْ » ‏.‏
(رواه أبو داود في سننه رقم ۴۸۴۸ و حسنه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.
D’après Amar Ibn Yasir (qu’Allah les agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Celui qui a deux visages dans la vie d’ici-bas aura deux langues de feu le jour du jugement ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°4873 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Sahih)

Et ceci est explicité dans le hadith de Abou Houreira (qu’Allah l’agrée) rapporté par l’imam Boukhari dans son Sahih n°6058

عن عمار بن ياسر رضي الله عنهما قال رسول الله صلى الله عليه وسلم : مَنْ كَانَ لَهُ وَجْهَانِ فِي الدُّنْيَا كَانَ لَهُ يَوْمَ الْقِيَامَةِ لِسَانَانِ مِنْ نَارٍ 
(رواه أبو داود في سننه رقم ٤٨٧٣ و صححه الشيخ الألباني في تحقيق سنن أبي داود)

حكم : صحيح

.
D’après Mou’adh Ibn Anas Al Jouhani (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Celui qui protège un croyant (1) d’un hypocrite (2), Allah enverra un ange pour protéger sa chair du feu de la géhenne le jour de la résurrection.
Et celui qui accuse injustement un musulman d’une chose en voulant par cela le salir, Allah va l’arrêter sur le pont de l’enfer jusqu’à ce qu’il sorte de ce qu’il a dit (3) ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°4883 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Hasan)

(1) C’est à dire son honneur.

(2) C’est à dire de sa médisance. Celui qui fait de la médisance a été ici nommé hypocrite car il dévoile les défauts de son frère en faisant passer cela pour du conseil alors qu’au fond de lui il ne veut que le dénigrer.

(3) C’est à dire qu’il sera arrêté sur le pont de l’enfer jusqu’à ce qu’il donne des bonnes actions lui appartenant à sa victime jusqu’à ce que la victime soit satisfaite, ou que l’on intercède pour lui ou encore qu’il soit châtié en fonction du péché qu’il a commis.

Ces commentaires sont tirés de ‘Awn Al Ma’boud Bi Charh Sounan Abi Daoud

عن معاذ بن أنس الجهني رضي الله قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : من حمى مؤمنا من منافق بعث الله ملكا يحمي لحمه يوم القيامة من نار جهنم ومن رمى مسلما بشيء يريد شينه به حبسه الله على جسر جهنم حتى يخرج مما قال 
(رواه أبو داود في سننه رقم ٤٨٨٣ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : حسن

.
D’après Zayd Ibn Wahb : Quelqu’un est allé voir ‘Abdallah Ibn Mas’oud (qu’Allah l’agrée) et a dit : Voici untel dont le vin coule de sa barbe ! (*)
‘Abdallah (qu’Allah l’agrée) a dit : « Certes le fait d’espionner nous a été interdit mais s’il nous apparaît une chose nous la prenons en compte ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°4890 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Isnad Sahih)

(*) C’est à dire tellement il en boit.

عن زيد بن وهب الجهني قال : أتي عبدالله بن مسعود رضي الله عنه فقيل : هذا فلان تقطر لحيته خمرا !
فقال عبدالله رضي الله عنه : إنا قد نهينا عن التجسس ولكن إن يظهر لنا شيء نأخذ به 
(رواه أبو داود في سننه رقم ٤٨٩٠ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : إسناده صحيح

.
D’après Iyad ibn Himar (al-Mujashi’i):
Le Messager d’Allah (ﷺ) a dit: « Allah m’a révélé de vous ordonner l’humilité, afin que nul ne méprise un autre, et que nul n’opprime un autre. »
(Rapporté par Abou Daoud et authentifié par Cheikh Al Albani dans son Sahih Abi Daoud n°4895, Hadith Sahih)

عَنْ عِيَاضِ بْنِ حِمَارٍ، أَنَّهُ قَالَ قَالَ رَسُولُ اللَّهِ صلى الله عليه وسلم ‏ « إِن اللَّه أَوحَى إِليَّ أَنْ تَواضَعُوا حتى لا يَفْخَرَ أَحَدٌ عَلى أَحدٍ، ولا يَبغِيَ أَحَدٌ على أَحَد » ‏.‏
(رواه أبو داود في سننه رقم ۴۸۹۵ و حسنه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.
D’après ‘Aicha (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Lorsque votre compagnon meurt laissez-le et ne parlez pas sur lui (*) ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°4899 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Sahih)

(*) C’est à dire : Ne citez pas ses péchés et ses défauts.
En effet la médisance faite sur un mort est plus grave que celle faite sur une personne vivante car il est possible ensuite de demander pardon au vivant contrairement au mort.
(‘Awn Al Ma’boud Bi Charh Sounan Abi Daoud)

Par contre si la personne qui est morte faisait des choses mauvaises ou des innovations et que l’on craint que certains prennent exemple sur lui alors il n’y a pas de mal à mentionner ses défauts.
Ceci est du conseil envers les musulmans.
(Charh Sounan Abi Daoud de Cheikh Al ‘Abad, cours n°558)

عن عائشة رضي الله عنها قال رسول الله صلّى الله عليه وسلّم : إذا مات صاحبكم فدعوه ولا تقعوا فيه 
(رواه أبو داود في سننه رقم ٤٨٩٩ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.
D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Il y avait deux hommes parmi les Bani Israïl qui ne suivaient pas la même voie.
L’un deux était un pécheur et l’autre était une personne qui faisait des efforts dans l’adoration.
Celui qui faisait des efforts dans l’adoration ne cessait de voir l’autre commettre des péchés et il lui disait: Arrête de faire cela!
Un jour il l’a vu en train de commettre un péché et lui a dit: Arrête de faire cela !
L’autre lui a dit: Laisse moi! Par mon Seigneur, est-ce que tu as été envoyé pour me surveiller?
Alors il a dit: Par Allah! Allah ne va pas te pardonner et Il ne va pas te faire rentrer dans le paradis!
Alors les âmes des deux hommes ont été prises (*) et ils ont été rassemblés auprès du Seigneur des mondes qui a dit à celui qui faisait des efforts dans l’adoration: Est ce que tu savais ce que J’allais faire ou possédais-tu ce qu’il y a dans Ma Main?
Et Il a dit au pécheur: Va et rentre dans le paradis par Ma miséricorde.
Puis il a dit concernant l’autre: Ramenez le dans le feu ».
Abou Houreira (qu’Allah l’agrée) a dit: Je jure par Celui qui détient mon âme dans Sa Main ! Il a prononcé une parole qui lui a fait perdre sa vie d’ici-bas et celle de l’au-delà.
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°4901 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Sahih)

(*) C’est à dire qu’ils sont morts.

عن أبي هريرة رضي الله عنه قال النّبي صلّى الله عليه و سلّم :«‏ كَانَ رَجُلاَنِ فِي بَنِي إِسْرَائِيلَ مُتَآخِيَيْنِ فَكَانَ أَحَدُهُمَا يُذْنِبُ وَالآخَرُ مُجْتَهِدٌ فِي الْعِبَادَةِ فَكَانَ لاَ يَزَالُ الْمُجْتَهِدُ يَرَى الآخَرَ عَلَى الذَّنْبِ فَيَقُولُ أَقْصِرْ ‏.‏ فَوَجَدَهُ يَوْمًا عَلَى ذَنْبٍ فَقَالَ لَهُ أَقْصِرْ فَقَالَ خَلِّنِي وَرَبِّي أَبُعِثْتَ عَلَىَّ رَقِيبًا فَقَالَ وَاللَّهِ لاَ يَغْفِرُ اللَّهُ لَكَ أَوْ لاَ يُدْخِلُكَ اللَّهُ الْجَنَّةَ ‏.‏ فَقُبِضَ أَرْوَاحُهُمَا فَاجْتَمَعَا عِنْدَ رَبِّ الْعَالَمِينَ فَقَالَ لِهَذَا الْمُجْتَهِدِ أَكُنْتَ بِي عَالِمًا أَوْ كُنْتَ عَلَى مَا فِي يَدِي قَادِرًا وَقَالَ لِلْمُذْنِبِ اذْهَبْ فَادْخُلِ الْجَنَّةَ بِرَحْمَتِي وَقَالَ لِلآخَرِ اذْهَبُوا بِهِ إِلَى النَّارِ ‏».‏ قَالَ أَبُو هُرَيْرَةَ وَالَّذِي نَفْسِي بِيَدِهِ لَتَكَلَّمَ بِكَلِمَةٍ أَوْبَقَتْ دُنْيَاهُ وَآخِرَتَهُ ‏.‏
(رواه أبو داود في سننه رقم ٤٩٠١ و صححه الشيخ الألباني في تحقيق سنن أبي داود)

حكم : صحيح

.
D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit:
« Le croyant est le miroir du croyant et le croyant est le frère du croyant. Il protège ce qu’il risque de perdre et le préserve en son absence ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°4918 et authentifié par cheikh Albani dans Sahîh Abi Daoud, Hadith Hasan)
ن أبي هريرة رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : المؤمن مرآة المؤمن ، والمؤمن أخو المؤمن : يكف عليه ضيعته ويحوطه من ورائه
(رواه أبو داود في سننه رقم ٤٩١٨ و حسنه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : حسن

.
D’après Nafi’, Ibn Omar (qu’Allah les agrée) a entendu un instrument de musique. Alors il a mis les doigts dans ses oreilles et s’est éloigné du chemin. Alors il m’a dit: Ô Nafi’! Est ce que tu entends quelque chose? J’ai dit: Non. Alors il a enlevé les doigts de ses oreilles et a dit: J’étais avec le Messager d’Allah (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) lorsqu’il a entendu une chose comme celle-ci et il a fait comme je viens de faire.
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°4924 et authentifié par cheikh Albani dans Sahîh Abi Daoud, Hadith Sahîh)
عن نافع : سمِعَ ابنُ عمرَ مِزْمارًا ، قال : فوَضَعَ أُصْبُعَيْه على أُذُنَيْه ، ونأَى عن الطريقِ ، وقال لي : يا نافعُ هل تَسْمَعُ شيئًا ؟ قال : فقلتُ : لا . قال : فرَفَعَ أُصْبُعَيْه مِن أُذُنَيْه ، وقال : كنتُ مع النبيِّ صلى الله عليه وسلم ، فسَمِعَ مثلَ هذا ! فصَنَعَ مثلَ هذا.
(رواه أبو داود في سننه رقم ٤٩٢٤ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.
D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée) : On a apporté au Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) un homme efféminé (moukhannath, بمخنث) qui avait teint ses pieds et ses mains avec du hénné.
Alors il a dit : « Qu’est-ce qui lui arrive à celui là ? ».
Quelqu’un a dit : Ô Messager d’Allah ! Il ressemble aux femmes.
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a ordonné qu’on le fasse sortir vers Al Naqi’ (*).
Quelqu’un a dit : Ô Messager d’Allah ! Ne devons-nous pas le tuer ?
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit : « Il m’a certes été interdit de tuer les gens qui accomplissent la prière ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°4928 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Sahih)

(*) C’est un endroit situé à deux jours de marche de Médine.
(Awn Al Ma’boud Bi Charh Sounan Abi Daoud)

عن أبي هريرة رضي الله عنه أن النبي صلى الله عليه وسلم أتي بمخنث وقد خضب رجليه ويديه بالحناء فقال : ما بال هذا ؟
فقيل : يا رسول الله ! يتشبه بالنساء
فأمر به فنفي إلى النقيع فقيل: يا رسول الله ألا نقتله
فقال النبي صلى الله عليه وسلم : إني نهيت عن قتل المصلين 
(رواه أبو داود في سننه رقم ٤٩٢٨ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.
D’après Abou Moussa al-Ash’ari (رضي الله عنه): Le Messager d’Allah (ﷺ) a dit: : « Quiconque joue avec le dé (an-nardou) a certes désobéi à Allâh et à son Messager. ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°4938 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Abou Daoud, Hadith Hasan)
عن أبي موسى الأشعري، أن رسول الله صلى الله عليه وسلم قال ‏ :‏ من لعب بالنرد فقد عصى الله ورسوله ‏ ‏.‏
(رواه أبو داود في سننه رقم ۴۹۳۸ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : حسن

.
D’après ‘Abdallah Ibn ‘Amr (qu’Allah les agrée lui et son père), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Celui qui n’agit pas avec miséricorde envers nos jeunes et ne reconnaît pas le droit de nos personnes âgées ne fait pas partie de nous ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°4943 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Sahih)
عن عبدالله بن عمرو رضي الله عنهما قال النبي صلى الله عليه و سلم : من لم يرحم صغيرنا ويعرف حق كبيرنا فليس منا 
(رواه أبو داود في سننه رقم ٤٩٤٣ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.
D’après Tamim Al Dari (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Certes la religion est le bon conseil, certes la religion est le bon conseil, certes la religion est le bon conseil ».
Ils ont dit: Envers qui ô Messager d’Allah?
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Envers Allah, envers Son livre, envers Son Messager, envers les dirigeants des croyants et envers les croyants en général ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°4944 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Sahih)

Ce hadith montre que le conseil envers les dirigeants des musulmans est une obligation.
Mais de quelle manière ce conseil doit-il être pratiqué ?
La réponse à cette question est que le conseil doit-être fait de manière cachée et non de manière apparente en divulguant au grand jour les manquements des gouverneurs.

Voir Hadith rapporté par Ibn Abi ‘Asim dans Kitab As Sounna n°1096 et authentifié par Cheikh Albani dans Dhilal Al Janna Fi Takhrij As Sounna

عن تميم الداري رضي الله عنه قال النبي صلى الله عليه و سلم : إن الدين النصيحة إن الدين النصيحة إن الدين النصيحة
قالوا : لمن يا رسول الله ؟
قال النبي صلى الله عليه و سلم : لله و كتابه و رسوله و أئمة المؤمنين و عامتهم 
(رواه أبو داود في سننه رقم ٤٩٤٤ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.
D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Celui qui soulage un croyant d’un souci parmi les soucis de l’ici-bas Allah le soulage d’un souci parmi les soucis de l’au-delà. Celui qui accorde une facilité à une personne endettée en difficulté Allah lui facilite dans l’ici-bas et dans l’au-delà. Et celui qui couvre un musulman (*) Allah le couvre dans l’ici-bas et dans l’au-delà. Et Allah aide son serviteur tant que le serviteur aide son frère ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°4946 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Abou Daoud, Hadith Sahîh)

(*) C’est à dire qu’il ne dévoile pas un péché qu’il a fait.

عن أبي هريرة رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : مَن نَفَّسَ عن مسلمٍ كُرْبَةً مِن كُرَبِ الدنيا نفَّسَ اللهُ عنه كُرْبَةً مِن كُرَبِ يومِ القيامةِ ، ومَن يَسَّرَ على مُعْسِرٍ يَسَّرَ اللهُ عليه في الدنيا والآخرة ، ومَن ستَرَ على مسلمٍ سَتَرَ اللهُ عليه في الدنيا والآخرة ، واللهُ في عونِ العبدِ ما كان العبدُ في عونِ أخيه
(رواه مسلم في صحيحه رقم ۴۹۴۶)

حكم : صحيح

.
D’après Wahb al-Djouchami, le Prophète (ﷺ) a dit:
« Adoptez les noms des Prophètes. Les noms les plus aimés d’Allah sont Abd Allah et Abd ar-Rahman. Et les plus désagréables sont Harb et Mourrah »
(Rapporté par Abou Daoud et authentifié par Cheickh Al Albani dans son Sahih Abi Daoud n°4950, Hadith Sahîh en dehors de la Parole « Adoptez les noms des Prophètes » )

، عَنْ أَبِي وَهْبٍ الْجُشَمِيِّ، وَكَانَتْ، لَهُ صُحْبَةٌ قَالَ قَالَ رَسُولُ اللَّهِ صلى الله عليه وسلم ‏ « ‏ تَسَمَّوْا بِأَسْمَاءِ الأَنْبِيَاءِ وَأَحَبُّ الأَسْمَاءِ إِلَى اللَّهِ عَبْدُ اللَّهِ وَعَبْدُ الرَّحْمَنِ وَأَصْدَقُهَا حَارِثٌ وَهَمَّامٌ وَأَقْبَحُهَا حَرْبٌ وَمُرَّةُ ‏ »‏ ‏.
(رواه أبو داود في سننه رقم ۴۹۵۰ و صححه الشيخ الألباني في صححه أبي داود)

حكم : صحيح دون قوله: تسموا بأسماء الأنبياء

.
D’après ‘Abdallah Ibn Mas’oud (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Quel mauvaise monture de l’homme est : -ils prétendent- (*) ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°4972 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Sahih)

(*) C’est à dire les « on-dit », le fait de mentionner les paroles des autres sans les vérifier.

Les « on-dit » ont été comparé à la monture car lorsqu’un homme voulait voyager vers un endroit il montait sur une monture qui le portait jusqu’à cet endroit.
Ici cela désigne le fait qu’un homme commence à dire quelque chose ou commence un discours en citant des « on-dit » qui l’amènent vers le but de sa parole.
(‘Awn Al Ma’boud Bi Charh Sounan Abi Daoud)

عن عبدالله بن مسعود رضي الله عنه قال النبي صلى الله عليه و سلم : بئس مطية الرجل زعموا 
(رواه أبو داود في سننه رقم ٤٩٧٢ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.
D’après Muhammad Ibn Al Hanafiya : Je suis partie avec mon père (1) pour visiter un homme des ansars (2) qui s’était marié avec une femme de notre famille.
Lorsqu’est venu le moment de la prière il a dit à une personne de sa famille : Ô petite fille ! Apporte moi de l’eau pour les ablutions afin que je prie et que cela me repose.
Nous lui avons reproché cela. (3)
Il a dit alors : J’ai entendu le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) dire: « Lève toi ô Bilal (3) et repose nous avec la prière (4) ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°4986 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Sahih)

(1) Son père était le compagnon ‘Ali Ibn Abi Talib (qu’Allah l’agrée).

(2) Les ansars sont les compagnons du Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) qui étaient originaires de Médine.

(3) C’est à dire que certains avaient compris de la parole de ‘Ali Ibn Abi Talib (qu’Allah l’agrée) qu’il voulait accomplir rapidement la prière afin de se débarrasser comme s’il s’agissait d’une chose lourde et pesante.

(4) Bilal (qu’Allah l’agrée) est le compagnon qui faisait l’appel à la prière à l’époque du Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui).

(4) Ainsi cette phrase peut-être comprise de deux manières :
– soit par le fait que la prière était un repos pour le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) et pour ses compagnons après lui (qu’Allah les agrée tous).
– soit par le fait qu’il souhaitait s’empresser d’accomplir cette prière imposée par Allah afin d’avoir au plus vite mis en pratique cet ordre divin qui préoccupait son esprit.
(Voir Charh Sounan Abi Daoud de Cheikh Al ‘Abad cours n°567)

عن محمد بن الحنفية قال : انطلقت أنا وأبي إلى صهر لنا من الأنصار نعوده فحضرت الصلاة
فقال لبعض أهله : يا جارية ! ائتوني بوضوء لعلي أصلي فأستريح
فأنكرنا ذلك عليه فقال : سمعت رسول الله صلى الله عليه وسلم يقول : قم يا بلال ! فأرحنا بالصلاة 
(رواه أبو داود في سننه رقم ٤٩٨٦ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.
D’après Abdallah Ibn Amir (qu’Allah l’agrée), un jour ma mère m’a appelé alors que le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) était assis dans notre maison. Elle a dit: Viens je vais te donner quelque chose. Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) lui dit: « Que veux-tu lui donner? ». Elle répondit: Je veux lui donner des dattes. Alors le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) lui a dit: « Certes si tu ne lui avais rien donné un mensonge aurait été écrit contre toi ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°4991 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hqdith Hasan)
عن عبدالله بن عامر رضي الله عنه : دعتْني أُمي يومًا ورسولُ اللهِ صلى اللهُ عليه وسلم قاعدٌ في بيتِنا فقالتْ: ها تعالَ أُعطيكَ فقال لها رسولُ اللهِ صلَّى اللهُ عليهِ وسلَّمَ وما أردتِ أنْ تعطيهِ ؟ قالتْ : أُعطيهِ تمرًا، فقال لها رسولُ اللهِ صلَّى اللهُ عليهِ وسلَّمَ : أما إنك لو لمْ تُعطيهِ شيئًا كُتبتْ عليكِ كَذِبةٌ
(رواه أبو داود في سننه رقم ٤٩٩١ و حسنه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : حسن

.
D’après Yazid Ibn ‘Abdillah (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit : « Qu’aucun d’entre vous ne prenne une chose appartenant à son frère que ce soit en plaisantant (1) ou sérieusement (2) ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°5003 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Hasan)

(1) Car ceci va rendre la personne triste car elle va penser qu’on lui a volé cette chose qui lui appartient or il ne convient pas à un musulman de rendre son frère triste et de mal agir avec lui.
(Charh Sounan Abi Daoud de Cheikh Al Abad, cours n°568)

(2) Ceci est le vol qui est interdit par consensus de la communauté.

عن يزيد بن عبدالله رضي الله عنه قال النبي صلى الله عليه و سلم : لا يأْخذَنَّ أحدُكم متاعَ أخيهِ لاعبًا ولا جادًّا
(رواه أبو داود في سننه رقم ٥٠٠٣ و حسنه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : حسن

.
D’après Abder Rahman Ibn Abi Leyla (qu’Allah l’agrée), les compagnons du Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) m’ont informé qu’ils étaient une fois en voyage avec le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) lorsqu’un homme parmi eux s’est endormi. Certains lui ont prit une corde qu’il avait et cela l’a fait sursauter. Alors le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Il n’est pas permis à un musulman de faire peur à un musulman » (*).
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sunan n°5004 et authentifié par Cheikh Albani dans Saîh Abi Daoud, Hdith Sahîh)

(*) L’imam Abder Raouf Al Mounawi a dit: Même si cela est fait pour plaisanter car il y a une gêne réelle dans cette chose.
(Voir Awn Al Ma’boud ‘Ala charh Sounan Abi Daoud)

عن عبد الرحمن بن أبي ليلى قال حدثنا أصحاب محمد صلى الله عليه وسلم أنهم كانوا يسيرون مع النبي صلى الله عليه وسلم فنام رجل منهم فانطلق بعضهم إلى حبل معه فأخذه ففزع فقال رسول الله صلى الله عليه وسلم: لا يحل لمسلم أن يروع مسلما
(رواه أبو داود في سننه رقم ٥٠٠٤ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.
D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée) : Lorsque le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) éternuait il mettait sa main ou son vêtement sur sa bouche et il le faisait avec un faible volume sonore.
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°5029 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Hasan Sahih)
عن أبي هريرة رضي الله عنه قال : كان رسول الله صلى الله عليه وسلم إذا عطس وضع يده أو ثوبه على فيه وخفض بها صوته 
(رواه أبو داود في سننه رقم ٥٠٢٩ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : حسن صحيح

.
D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Lorsque l’un de vous éternue qu’il dise: -Al Hamdoulilah ‘Ala Koulli Hal-.
Que son frère ou son compagnon lui dise: -Yarhamouka Allah-.
Et qu’il lui réponde: -Yahdikoumou Allah Wa Youslihou Baalakoum- ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°5033 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Sahih)
عن أبي هريرة رضي الله عنه قال النبي صلى الله عليه و سلم : إذا عطس أحدكم فليقل : الحمد لله على كل حال
وليقل أخوه أو صاحبه : يرحمك الله
ويقول هو : يهديكم الله ويصلح بالكم 
(رواه أبو داود في سننه رقم ٥٠٣٣ و صححه الشيخ الألباني في تحقيق سنن أبي داود)

حكم : صحيح

.
D’après ‘Abdallah Ibn ‘Amr (qu’Allah les agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « Il y a deux caractéristiques auxquelles aucun serviteur musulman n’est assidu sans qu’il ne rentre dans le paradis. Elles sont faciles et ceux qui les mettent en pratiquent ne sont pas nombreux.
Faire après chaque prière le tesbih 10 fois, le tehmid 10 fois, le tekbir 10 fois, ceci fait 150 sur la langue et 1500 dans la balance.
Et lorsqu’il se couche il fait le tekbir 34 fois, le tehmid 33 fois et le tesbih 33 fois, ceci fait 100 sur la langue et 1000 dans la balance ».
J’ai vu le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) les compter avec sa main.
Ils ont dit: « Ô Messager d’Allah comment ce fait-il que ces deux actes soient faciles et que ceux qui les mettent en pratique ne soient pas nombreux ?
Le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « Le diable vient à l’un d’entre vous au moment de dormir et le fait dormir avant qu’il n’ai dit ces paroles et il vient vers lui dans sa prière en lui rappelant un besoin avant qu’il les aient dites ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°5065 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Sahîh)
عن عبدالله بن عمرو رضي الله عنهما قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : خصلتان لا يحافظ عليهما عبد مسلم إلا دخل الجنة هما يسير ومن يعمل بهما قليل . يسبح في دبر كل صلاة عشرا ويحمد عشرا ويكبر عشرا فذلك خمسون ومائة باللسان وألف وخمسمائة في الميزان . ويكبر أربعا وثلاثين إذا أخذ مضجعه ويحمد ثلاثا وثلاثين ويسبح ثلاثا وثلاثين فذلك مائة باللسان وألف في الميزان .
فلقد رأيت رسول الله صلى الله عليه وسلم يعقدها بيده
قالوا : يا رسول الله ، كيف هما يسير ومن يعمل بهما قليل ؟
قال رسول الله صلى الله عليه وسلم : يأتي أحدكم الشيطان في منامه فينومه قبل أن يقوله ويأتيه في صلاته فيذكره حاجة قبل أن يقولها
(رواه أبو داود في سننه رقم ٥٠٦٥ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.
D’après Al-Harith ibn Mouslim al-Tamimi, d’après son père, Mouslim ibn al-Harith al-Tamimi a dit que le Messager d’Allah (ﷺ) lui avait dit secrètement:
« Lorsque tu termines la prière du Maghreb (coucher du soleil), alors dit:
« Ô Allah, protège moi du Feu de l’Enfer, sept fois. » (*)
« Car si tu dis cela et meurs cette nuit-là, la protection serait écrit pour toi ».

« Lorsque tu termines la prière du Sobh (lever du soleil):
« Dis-le de la même manière, car si tu meurs ce jour-là, la protection serait écrit pour toi.».».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n° 5079 et affaibli par Cheikh Albani dans Dai’fa Abou Daoud, Hadith Dai’f)

En phonétique : Allahouma ajirni minan naar

Ce hadith a été jugé faible dans d’autre livre de Cheik Al Albani:

– Cheikh Albani dans daif Jami n°571
– Cheikh Albani dans silsilah daif n°1624

عن أبيه، مسلم بن الحارث التميمي عن رسول الله صلى الله عليه وسلم أنه أسر إليه فقال ‏ « ‏ إذا انصرفت من صلاة المغرب فقل اللهم أجرني من النار ‏.‏ سبع مرات فإنك إذا قلت ذلك ثم مت في ليلتك كتب لك جوار منها وإذا صليت الصبح فقل كذلك فإنك إن مت في يومك كتب لك جوار منها ‏ »
(رواه أبو داود في سننه رقم ٥۰۷۹ و في ضعيف أبي داود)

حكم : ضعيف

.
D’après Abdallah Ibn Khoubaib (qu’Allah l’agrée), nous avons été touchés par une pluie fine et l’obscurité. Alors nous avons attendu le Prophète (ﷺ) afin qu’il fasse imam pour nous. Nous l’avons trouvé et il a dit: « Avez vous prié? » Alors je n’ai rien dit. Il m’a dit: « Dis! » mais je n’ai rien dit. Puis il m’a dit: « Dis! » mais je n’ai rien dit. Puis il m’a dit: « Dis! » J’ai dit: Que dois-je dire? Il a dit: « ‘Qoul Houwa Llahou Ahad’ et les deux protectrices trois fois le matin et l’après-midi, cela te suffira contre toute chose »
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°5082 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Hasan)

« Qoul Houwa Llahou Ahad » est la sourate n°112 et les deux protectrices sont les sourates 113 et 114

عن عبدالله بن خبيب رضي الله عنه : خرجنا في ليلة مطر وظلمة شديدة نطلب رسول الله صلى الله عليه وسلم ليصلي لنا ، فأدركناه ، فقال : أصليتم ؟ فلم أقل شيئا ، فقال : قل . فلم أقل شيئا ، ثم قال : قل فلم أقل شيئا ، ثم قال : قل : فقلت : يا رسول الله ما أقول ؟ قال : { قل هو الله أحد } والمعوذتين حين تمسي وحين تصبح ثلاث مرات تكفيك من كل شيء
(رواه أبو داود في سننه رقم ٥٠٨٢ و حسنه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : حسن

 

.
D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit : « Celui qui dit -Gloire et Louange à Allah l’Immense- (1) cent fois le matin et cent fois l’après-midi (2), aucune créature ne viendra (3) avec l’équivalent de ce qu’il a fait ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°5091 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Sahih)

(1) En phonétique: Sobhanalahil ‘Adhim Wa Bihamdih
En arabe: سُبْحَانَ اللهِ العَظِيم وَ بِحَمْدِه 

(2) La plupart des savants sont d’avis que les invocations du matin doivent se faire entre le lever de l’aube et le lever du soleil et que les invocations de l’après-midi doivent se faire entre le ‘asr et le coucher du soleil.

Il faut également préciser qu’il n’est pas obligé de dire ces cent formules de rappel en une seule fois.
Si la personne espace les formules de rappel durant le temps qui leur est imparti alors ceci est valable également.
(Voir Fath Dhil Jalal Wal Ikram Bi Charh Boulough Al Maram de Cheikh ‘Otheimine vol 15 p 464)

(3) C’est à dire le jour du jugement.

عن أبي هريرة رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : من قال حين يصبح سبحان الله العظيم وبحمده مائة مرة وإذا أمسى كذلك لم يواف أحد من الخلائق بمثل ما وافى 
(رواه أبو داود في سننه رقم ٥٠٩١ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم المحدث : صحيح

.
D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit : « Certes Allah a fait partir de vous l’orgueil de la jahiliya (1) et la fierté relative aux ancêtres qu’il y avait à cette époque.
Il n’y a qu’un croyant faisant preuve de taqwa (2) ou un pervers (3) malheureux (4).
Vous êtes les fils de Adam (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) et Adam (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a été créé de terre.
Par Allah ! Des gens vont délaisser leur fierté par rapport aux peuples car ils ne sont que des braises de la géhenne ou sinon ils vont devenir plus méprisable pour Allah que les scarabées qui lèvent les excréments avec leurs nez ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°5116 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud)

(1) C’est à dire la période précédent l’Islam.

(2) La taqwa signifie le fait que la personne mette entre elle et le châtiment d’Allah une protection en pratiquant ce qu’Il a ordonné et en s’écartant de ce qu’Il a interdit.

(3) C’est à dire une personne qui désobéit à Allah.

(4) C’est à dire qu’il y a deux types de personne : le croyant qui pratique la taqwa qui est la personne qui a un réel mérite même si elle n’a pas un haut rang dans son peuple ; et le désobéissant qui est en réalité la personne rabaissée même si auprès de son peuple elle a un haut rang.
(‘Awn Al Ma’boud Bi Charh Sounan Abi Daoud)

عن أبي هريرة رضي الله عنه قال النّبي صلّى الله عليه و سلّم : إن الله قد أذهب عنكم عبية الجاهلية وفخرها بالآباء مؤمن تقي وفاجر شقي أنتم بنو آدم وآدم من تراب
ليدعن رجال فخرهم بأقوام إنما هم فحم من فحم جهنم أو ليكونن أهون على الله من الجعلان التي تدفع بأنفها النتن 
(رواه أبو داود في سننه رقم ٥١١٦ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : حسن

.
D’après Al-Miqdâd Ibn Ma’d Yakrib [radiya-l-lâhu ‘anhu] :
Le Prophète صلى اللهُ عليه و سلم a dit : « Lorsque l’homme aime son frère (en religion) qu’il lui fasse savoir qu’il l’aime. »
(Rapporté par Abou Daoud et authentifié par Cheickh Al Albani dans son Sahih Abi Daoud n°5124, Hadith Sahîh)
 عَنِ الْمِقْدَامِ بْنِ مَعْدِيكَرِبَ، – وَقَدْ كَانَ أَدْرَكَهُ – عَنِ النَّبِيِّ صلى الله عليه وسلم قَالَ ‏ « ‏ إِذَا أَحَبَّ الرَّجُلُ أَخَاهُ فَلْيُخْبِرْهُ أَنَّهُ يُحِبُّهُ » ‏
(رواه أبو داود في سننه  و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود رقم ۵۱۲۴)

حكم : صحيح

.
D’après Abou Dhar (qu’Allah l’agrée), j’ai dit: Ô Messager d’Allah ! Un homme aime des gens mais ne peut oeuvrer comme ils oeuvrent ?
Le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « Tu es ô Abou Dhar avec ceux que tu aimes ».
Abou Dhar a dit: Certes j’aime Allah et son Messager.
Le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « Tu es certes avec ceux que tu aimes ».
Ensuite Abou Dhar répéta cela et le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) répéta aussi sa réponse ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses sounans n°5126 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Sahîh)
عن أبي ذر رضي الله عنه أنه قال يا رسولَ اللهِ ! الرجلُ يحبُّ القومَ ولا يستطيعُ أن يعملَ كعملِهم ؟ قال: أنت يا أبا ذَرٍّ مع من أحببتَ. قال: فإني أُحبُّ اللهَ ورسولَه، قال: فإنك مع من أحببتَ. قال: فأعادَها أبو ذَرٍّ، فأعادَها رسولُ اللهِ صلى الله عليه وسلم.
(رواه أبو داود رقم ۵۱۲۶ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.
D’après Abdallah Ibn Omar (qu’Allah les agrée), un homme s’est rendu vers le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) et a dit: Ô Messager d’Allah ! Combien de fois dois-je passer outre vis-à-vis de mon servant (*)?
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) s’est tût. Après que l’homme ait posé la question trois fois, le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Chaque jour soixante dix fois ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°5164 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Sahih)

(*) C’est à dire des erreurs et des fautes que peut faire mon servant.

عن عبد الله بن عمر رضي الله عنهما جاء رجلٌ إلى النبيِّ صلى الله عليه وسلم فقال: يا رسولَ اللهِ، كم نعفو عن الخادمِ فصمَتَ، ثم أعادَ عليه الكلامَ فصَمَتَ، فلما كان في الثالثةِ قال: اعفوا عنه في كل يومٍ سبعين مرةٍ.
(رواه أبو داود في سننه رقم ٥١٦٤ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.
D’après Houzayl Ibn Charjil (qu’Allah l’agrée) : Un homme est venu et s’est arrêté devant la porte du Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui).
Il a demandé la permission d’entrer alors qu’il était face à la porte.
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) lui a dit : Tu dois te mettre là ou là (1) car certes la demande de permission n’a été instituée que vis-à-vis du regard (2) ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°5174 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Daoud, Hadith Sahîh)

(1) C’est à dire que le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) lui a indiqué le fait de se mettre aux extrémités de la porte et pas devant la porte.
(Charh Sounan Abi Daoud de Cheikh Al ‘Abad cours n°587)

(2) C’est à dire afin que l’on ne puisse pas voir ce que les gens de la maison ne souhaitent pas que l’on voit.
(Voir Awn Al Ma’boud)

عن هزيل بن شرحبيل رضي الله عنه قال : جاء رجل فوقف على باب النبي صلى الله عليه وسلم يستأذن فقام على الباب مستقبل الباب
فقال له النبي صلى الله عليه وسلم : هكذا أو هكذا فإنما الاستئذان من النظر
(رواه أبو داود في سننه رقم ٥١٧٤ و صححه الشيخ الألباني فيصحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.
D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Lorsque l’un d’entre vous rencontre son frère qu’il lui passe le salam puis s’ils sont séparés par un arbre, un mur ou un rocher et qu’il le rencontre de nouveau qu’il lui passe encore le salam ». (*)
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°5200 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Sahîh Mawqouf Marfou’an)

(*) C’est à dire que s’ils marchent ensemble puis il y a une chose qui les sépare et qu’ils se rencontrent de nouveau alors ils doivent se passer le salam de nouveau.
En effet, le salam est une invocation et les musulmans ont un grand besoin de faire les invocations les uns envers les autres.
(Charh Sounan Abi Daoud de Cheikh Al ‘Abad, cours n°591)

عن أبي هريرة رضي الله عنه قال النبي صلى الله عليه و سلم : إذا لقي أحدكم أخاه فليسلم عليه فإن حالت بينهما شجرة أو جدار أو حجر ثم لقيه فليسلم عليه 
(رواه أبو داود في سننه رقم ٥٢٠٠ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح موقوفاً ومرفوعاً

.
D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Lorsque l’un d’entre vous s’arrête dans une assise (1) qu’il passe le salam, ensuite lorsqu’il veut se lever, qu’il passe le salam et le premier n’a pas plus de droit que le dernier (2) ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°5208 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Hasan Sahih)

(1) C’est à dire auprès d’un groupe de gens qui sont en train de discuter.

(2) C’est à dire que passer le salam lorsque l’on arrive dans une assise ou autre n’est pas plus important que passer le salam lorsque l’on quitte cette assise.

عن أبي هريرة رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه وسلم : إذا انتهى أحدُكم إلى المجلسِ فليسلِّم، فإذا أراد أن يقوم فلْيسلمْ ؛ فليستِ الأولى بأحقُّ من الآخرةِ
(رواه أبو داود في سننه رقم ٥٢٠٨ و صححه الشيخ الألباني في تحقيق سنن أبي داود)

حكم : حسن صحيح

.
D’après ‘Aicha (رضى الله عنها), le Prophète (ﷺ) lui a dit : « Reçois la bonne nouvelle ô Aicha ! Certes Allah a révélé ton innocence ».
Il (ﷺ) lui a ensuite récité les versets coraniques. (1)
Ses parents ont dit: Embrasser la tête du messager d’Allah (ﷺ).
J’ai dit: Louange à Allah, (et) pas à vous.
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°5219 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Abou Daoud, Hadith Sahîh)

(1) Allah a révélé 10 versets (du verset 11 au verset 21) dans la sourate Nour n°24 pour montrer l’innocence de ‘Aicha (qu’Allah l’agrée) vis-à-vis de cette accusation.

De nombreux savants ont mentionné le consensus sur le fait que celui qui persiste à dire que ‘Aicha (qu’Allah l’agrée) a commis l’adultère est un mécréant car il a démenti ces versets du Coran.

L’imam Ibn Kathir (mort en 774 du calendrier hégirien) a dit: « Les savants sont tous en consensus sur le fait que celui qui insulte ‘Aicha (qu’Allah l’agrée) après cela et l’accuse après ce qui a été mentionné dans ces versets est un mécréant car il a refuté le Coran ».
(Tefsir Ibn Kathir vol 3 p 2028)

L’imam Nawawi (mort en 676 du calendrier hégirien) a dit: « Il y a parmi les leçons à tirer du hadith (*) l’innocence de ‘Aicha (qu’Allah l’agrée) vis-à-vis de ce dont elle a été calomniée et son innocence est claire comme cela est mentionné dans le Coran.
Si une personne doute de cela, qu’Allah nous en préserve, il sera alors mécréant apostat par consensus des musulmans ».
(Charh Sahih Mouslim dans l’explication du hadith n°2770)

(*) C’est à dire le long hadith qui mentionne l’histoire de ‘Aicha (qu’Allah l’agrée) et des gens qui l’ont accusé.

L’imam Ibn Qayim Al Djawziya (mort en 751 du calendrier hégirien) a dit: « La communauté est en consensus concernant la mécréance de la personne qui accuse ‘Aicha (qu’Allah l’agrée) d’avoir commis l’adultère ».
(Zaad Al Maad Fi Hadi Kheyr Al Ibad vol 1 p 106)

عن عائشة، رضى الله عنها قالت ثم قال تعني النبي صلى الله عليه وسلم ‏ « ‏ أبشري يا عائشة فإن الله قد أنزل عذرك ‏ »‏ ‏.‏ وقرأ عليها القرآن فقال أبواى قومي فقبلي رأس رسول الله صلى الله عليه وسلم ‏.‏ فقالت أحمد الله لا إياكما ‏.‏
(رواه أبو داود في سننه رقم ۵۲۱۹ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.
D’après Al Bara Ibn Azib (qu’Allah l’agrée), je suis rentré avec Abou Bakr (qu’Allah l’agrée) lorsqu’il venait d’arriver à Médine alors il trouva sa fille Aicha allongée car elle était touchée par la fièvre. Abou Bakr est allé vers elle et lui a dit: Comment vas-tu ma petite fille? Et il l’embrassa sur la joue.
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°5222 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Sahih)
عن البراء بن عازب رضي الله عنه دخلت مع أبي بكر أول ما قدم المدينة . فإذا عائشة ابنته مضجعة قد أصابتها حمى . فأتاها أبو بكر فقال لها : كيف أنت يا بنية ؟ وقبل خدها
(رواه أبو داود في سننه رقم ٥٢٢٢ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.
D’après ‘Abdallah Ibn ‘Amr (qu’Allah les agrée lui et son père), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) est passé près de nous alors que nous étions en train de réparer une maison en bois et en feuille de palmier qui nous appartenait.
Il a dit: « Qu’est ce que ceci ? ».
J’ai dit: C’est une maison en bois et en feuille de palmier qui nous appartient et qui est sur le point de s’écrouler alors nous la réparons.
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Je vois que la chose sera plus rapide que cela (*) ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°5236 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Abi Daoud, Hadith Sahîh)

(*) C’est à dire que la mort va venir plus vite que l’écroulement de ce mur ou cette maison.
(Awn Al Ma’boud Charh Sounan Abi Daoud)

Ainsi les gens sensés doivent s’empresser d’accomplir les bonnes actions et de se repentir des péchés qu’ils ont fait avant que la mort ne les surprenne.

عن عبدالله بن عمرو رضي الله عنهما قال : مرَّ عليَّ رسولُ اللهِ صلى الله عليه وسلم ، ونحن نُعالجُ خُصًّا لنا وَهَى
، فقال : ما هذا ؟
فقُلْنَا : خُصٌّ لنا وَهَى فنحن نُصْلِحُه
فقال رسولُ اللهِ صلى الله عليه وسلم : ما أَرى الأمرَ إلا أَعْجَلَ مِن ذلك
(رواه أبو داود في سننه رقم ٥٢٣٦ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.
D’après ‘Abdallah Ibn ‘Abbas (qu’Allah les agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soit sur lui) a interdit de tuer 4 animaux: la fourmi, l’abeille, la huppe et la pie-grièche.
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°5267 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Sahîh)

Il faut par contre préciser qu’il est permis de tuer ces animaux s’ils nous causent du tort.
(Charh Sounan Abi Daoud de cheikh Al ‘Abad, dars n°596)

عن عبدالله ابن عباس رضي الله عنهما أن النبي صلى الله عليه وسلم نهى عن قتل أربع من الدواب : النملة والنحلة والهدهد والصرد
(رواه أبو داود في سننه رقم ٥٢٦٧ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.
D’après ‘AbderRahmân Ibn ‘Othmân (Qu’Allah l’agrée) : Un médecin interrogea le prophète ﷺ au sujet de la grenouille, de la mettre dans un remède. Le prophète ﷺ lui interdît de la tuer.».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses sounans et authentifié par Cheikh Albani dans la Sahih Abou Daoud n°5269, Hadith Sahîh)

عَنْ عَبْدِ الرَّحْمَنِ بْنِ عُثْمَانَ، أَنَّ طَبِيبًا، سَأَلَ النَّبِيَّ صلى الله عليه وسلم عَنْ ضِفْدَعٍ يَجْعَلُهَا فِي دَوَاءٍ فَنَهَاهُ النَّبِيُّ صلى الله عليه وسلم عَنْ قَتْلِهَا
(رواه أبو داود و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود رقم ۵۲۶۹)

حكم : صحيح

.