۞ Matalib Al ‘Aliya ۞

Al Matalib al-`Aliya bi Zawa’id al-Masanid al-Thamaniya par Ibn Hajar Ahmad ibn Ali al-‘Asqalani.


D’après Al Ja’d Abi ‘Othman : Anas Ibn Malik (qu’Allah l’agrée) est passé vers nous dans la mosquée de Bani Tha’laba et a dit : Est-ce que vous avez prié ?
Nous avons dit : Oui. Et cela s’est passé pour la prière du sobh.
Alors il a ordonné à un homme de faire l’appel à la prière et l’iqama puis il a prié comme imam pour ses compagnons.
(Rapporté par Abou Ya’la dans son Mousnad n°4338 et authentifié par l’imam Ibn Hajar dans Al Matalib ‘Aliya n°425, Hadith Sahih Mawqouf)

Remarque : Si la mosquée n’a pas d’imam attitré alors il n’y a pas de mal à ce que les gens qui sont arrivés après la fin de la prière en commun prient ensemble une seconde prière en commun.

L’imam Nawawi (mort en 676 du calendrier hégirien) a dit : « S’il n’y a pas d’imam fixe dans la mosquée, alors il n’y a aucun caractère détestable dans la seconde prière en commun, dans la troisième ou plus que cela par consensus des savants ».
(Al Majmou’ vol 4 p 119/120)

Dans une autre version, Al Ja’d a dit : Anas Ibn Malik (qu’Allah l’agrée) est venu avec une vingtaine de ses jeunes employés…
(Rapportée par Al Bayhaqi dans As Sounan Al Koubra n°5015)

Et dans une troisième version, il a dit à la fin : (…) il a donc prié pour eux comme imam puis il s’est assis.
Nous lui avons posé deux coussins et il nous a rapporté de beaux hadiths du Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui). Puis il est monté sur sa monture et est parti.
(Rapporté par ‘Abder Razaq dans son Mousannaf n°3416)

Ce texte est à comprendre par le fait que Anas Ibn Malik (qu’Allah l’agrée) était en voyage et a prié dans une mosquée sur le bord du chemin dans laquelle il n’y avait pas d’imam fixe.
(Voir I’lam Al ‘Abid p 83 ; Tamam Al Minna p 156)

عن الجعد أبي عثمان قال : مر بنا أنس بن مالك رضي الله عنه في مسجد بني ثعلبة فقال : أصليتم ؟
قلنا : نعم وذاك في صلاة الصبح
فأمر رجلا فأذن وأقام ثم صلى بأصحابه
(رواه أبو يعلى في مسنده رقم ٤٣٣٨ و صححه الحافظ ابن حجر في المطالب العالية رقم ٤٢٥)

حكم : صحيح موقوف

.

D’après Sa’id Ibn Abi Sa’id : Un homme a questionné Abou Houreira (qu’Allah l’agrée) en lui disant : J’ai mangé alors que je jeûnais (1).
Abou Houreira (qu’Allah l’agrée) a dit : Tu n’as rien à faire (2).
L’homme a dit : J’ai bu alors que je jeûnais.
Abou Houreira (qu’Allah l’agrée) a dit : Tu n’as rien à faire.
L’homme a dit : J’ai mangé telle et telle chose alors que je jeûnais.
Abou Houreira (qu’Allah l’agrée) a dit : Ô mon petit fils ! Tu n’as pas l’habitude de jeûner !
(Rapporté par Mousadad et authentifié par l’imam Ibn Hajar dans Al Matalib Al ‘Aliya n°1075, Hadith Mawqouf Sahih)

(1) C’est à dire qu’il a mangé par oubli.

L’imam Ibn Hajar (mort en 852 du calendrier hégirien) a classé ce texte dans le chapitre : -La personne qui mange par oubli n’a pas rompu son jeûne-.
(Al Matalib Al ‘Aliya vol 6 143)

(2) C’est à dire que son jeûne est valable et qu’il n’a pas à le rattraper.

عن سعيد بن أبي سعيد أن رجلا سأل أبا هريرة رضي الله عنه قال : أكلت وأنا صائم
قال أبو هريرة رضي الله عنه : لا شيء عليك
قال : شربت وأنا صائم
قال أبو هريرة رضي الله عنه : لا شيء عليك
قال : فأكلت كذا وكذا وأنا صائم
قال أبو هريرة رضي الله عنه : يا بني ! أنت لم تعتد الصيام
(رواه مسدد و صححه الحافظ بن حجر في المطالب العالية رقم ١٠٧٥)

حكم : موقوف صحيح

.

D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Certes un homme a dit à son frère : Allah ne va pas te pardonner !
Alors il lui a été dit : C’est plutôt toi qu’Allah ne va pas pardonner ! ».
(Rapporté par Abou Bakr Ibn Abi Chayba et authentifié par l’imam Ibn Hajar dans Al Matalib Al ‘Aliya n°2938, Hadith Sahih)
عن أبي هريرة رضي الله عنه عن النبي صلى الله عليه و سلم قال : إن رجلا قال لأخيه : لا يغفر الله لك
فقيل له : بل لك لا يغفر الله
(رواه أبو بكر بن أبي شيبة و صححه الحافظ بن حجر في المطالب العالية رقم ٢٩٣٨)

حكم : صحيح

.

D’après Al Aswad Ibn Yazid, ‘Abdallah Ibn Mas’oud (qu’Allah l’agrée) a dit à propos des sourates à la fin desquelles il y a une prosternation : « Récite et prosterne toi puis récite et mets toi en inclinaison et si tu le veux mets-toi en inclinaison (1). Ceci pour Al A’raf, An Najm et Iqra Bismi Rabik et les sourates comme celles-ci (2) ».
(Rapporté par Ishaq Ibn Rahawayh et authentifié par l’imam Ibn Hajar dans Al Matalib Al ‘Aliya n°547, Hadith Isnad Sahîh Mawqouf)

(1) C’est à dire que dans la prière, si on récite une de ces sourates à la fin desquelles il y a un verset de prosternation alors on peut faire une des deux choses qui ont été décrites.

(2) C’est à dire qu’il a cité les noms de sourates à la fin desquelles se trouvent des versets de prosternation et parmi ces sourates la sourate Al A’raf.

L’imam Ibn Kathir (mort en 774 du calendrier hégirien) a dit : « Ce verset est le premier verset de prosternation pour lequel il est légiféré par consensus à celui qui le lit et à celui qui l’écoute de se prosterner ».
(Tefsir Ibn Kathir p 815)

Remarque : Cheikh ‘Otheimine a dit : « Les textes qui sont authentiques des compagnons à propos des versets de prosternation ont le même jugement que les paroles du Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui).
En effet, ceci fait partie des choses à propos desquelles il n’est pas possible de faire un effort d’interprétation et il faut forcément qu’il y ait un texte venant du Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) (*) ».
(Al Charh Al Mumti’ ‘Ala Zad Al Moustaqni’ vol 4 p 96)

(*) C’est à dire que s’ils se sont prosterné pour un verset ou qu’ils ont dit qu’il faut le faire, c’est parce qu’ils ont appris cela du Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui).

عن الأسود بن يزيد عن عبدالله بن مسعود رضي الله عنه أنه كان يقول في السورة يكون آخرها السجود : اقرأ واسجد ثم قرأ فاقرأ واركع وإن شئت فاركع في الأعراف والنجم واقرأ باسم ربك وأشباههن 
(رواه إسحاق بن راهويه و صححه الحافظ بن حجر في المطالب العالية رقم ٥٤٧)

حكم: إسناده صحيح موقوف

.

D’après Al Aswad Ibn Yazid : Je n’ai plus vu personne qui était aussi insistant à propos du jeûne de ‘Achoura que ‘Ali ibn Abi Talib et Abou Moussa (qu’Allah les agrée tous les deux).
(Rapporté par ‘Abder Razaq dans Al Mousannaf n°7836 et authentifié par l’imam Ibn Hajar dans Al Matalib Al ‘Aliya vol 6 p 146, Hadith Isnad Sahih)

L’imam Ibn ‘Abdel Bar (mort en 463 du calendrier hégirien) a dit : « Les savants sont en consensus sur le fait qu’il n’y a pas de jeûne obligatoire en dehors du mois de Ramadan, que le jeûne du jour de ‘Achoura est recommandé et que ce jour est méritoire par rapport aux autres jours ».
(Al Tamhid vol 22 p 148)

عن الأسود بن يزيد قال : ما رأيْتُ أحدًا كان آمَرَ بِصَوْمِ عَاشُورَاءَ من عليِّ بنِ أبي طَالِبٍ وأَبي مُوسَى رضيَ اللهُ عنهُما
(رواه عبدالرزاق في المصنف رقم ٧٨٣٦ و صححه الحافظ ابن حجر في المطالب العالية ج ٦ ص ١٤٦)

حكم : إسناده صحيح

.

D’après Qays, Talha Ibn ‘Oubeidillah (qu’Allah l’agrée) a dit : « Le plus petit des défauts d’une personne est qu’elle s’assoit dans sa maison »
(Rapporté par Mousadad et authentifié par l’imam Ibn Hajar dans Al Matalib Al ‘Aliya n°2795, Hadith Sahih)

Ce hadith authentique montre que en période de trouble, le musulman doit rester chez lui et s’écarter des troubles.

عن قيس عن عن طلحةَ بنِ عُبيدِ اللهِ رضِي اللهُ عنهُ قالَ: أقلُّ العَيْبِ على المرْءِ أن يجْلِسَ في دارِه
(رواه مسدد و صححه الحافظ بن حجر في المطالب العالية رقم ٢٧٩٥)

حكم : صحيح

.

D’après Habib Ibn Chahid, Al Hassan Al Basri (mort en 110) a dit : Le prix à verser pour le paradis est -La Ilaha Illa Allah-.
(Rapporté par Abou Nouaym dans Sifat Al Janna n°50 et authentifié par l’imam Ibn Hajar dans Al Matalib Al ‘Aliya vol 12 p 332)

– Authentifié également par Cheikh Albani dans la Silsila Daifa vol 7 p 459

عن حبيب ابن الشهيد قال الحسن البصري : ثَمَنُ الجنةِ لا إلهَ إلَّا اللَّهُ
(رواه أبو نعيم في صفة الجنة رقم ٥٠ و صححه الحافظ بن حجر في المطالب العالية ج ١٢ ص ٣٣٢ )
.

D’après Said Ibn Ramana, on a dit à Wahb Ibn Mounabih (mort en 110): « Est-ce que -La Ilaha Illa Allah- n’est pas la clé du paradis ? Il a dit: Certes si, mais il n’y a aucune clé qui n’a pas de dents. Celui qui se rend à la porte avec une clé qui a les dents la porte s’ouvre pour lui mais celui qui se rend à la porte sans avoir de dents sur sa clé la porte ne s’ouvre pas pour lui. »
(Rapporté par Abou Nouaym dans Hiliatoul Awliya vol 4 p 66 et authentifié par l’imam Ibn Hajar dans Al Matalib Al ‘Aliya n°2893 vol 12 p 334, Hadith Isnad Hasan Mawqouf)

Cheikh Saleh Al Fawzan a dit: « Le sens de la parole de Wahb Ibn Mounabih est que si tu viens avec -La Ilaha Illa Allah- en connaissant son sens et en oeuvrant par ce qu’elle signifie alors le paradis sera ouvert pour toi. Par contre si tu viens avec les mots seulement, sans comprendre le sens et sans avoir oeuvré alors la parole -La Ilaha Illa Allah- ne te profitera pas et le paradis ne sera pas ouvert pour toi ».
(Cours Fiqh Al Waqi’ Wa Tajdid Al Khitab Dini à 1h11)

عن سعيد بن رمانة قيلَ لوهبِ بنِ مُنبِّهٍ: أليس مِفتاحُ الجنةِ: لا إلهَ إلا اللهُ ؟ قال: بلى ولكِن ليس منْ مِفتاحٍ إلَّا وله أسْنانٌ فمَن أتَى البابَ بأسْنانِه فُتِحَ له ومنْ لم يأْتِ البابَ بأسْنانِه لم يُفتَحْ له
(رواه أبو نعيم في حلية الأولياء ج ٤ ص ٦٦ و حسنه الإمام ابن حجر في المطالب العالية رقم ٢٨٩٣ ج ١٢ ص ٣٣٤)

حكم : إسناده حسن موقوف

.

D’après Abou Nadra, Abou Sa’id Al Khoudri (qu’Allah l’agrée) a dit : « Mentionnez les hadiths car le hadith permet de se rappeler du hadith (*) ».
(Rapporté par Mousadad et authentifié par l’imam Ibn Hajar dans Al Matalib Al ‘Aliya n°3061, Hadith Sahîh Mawqouf)

(*) L’imam Ibn Hajar a classé ces textes dans Al Matalib Al ‘Aliya dans la chapitre sur la révision de la science (vol 12 p 662).

عن أبي نضرة قال أبو سعيدٍ الخُدْرِيُّ رضيَ اللهُ عنهُ : تَحَدَّثُوا فَالحَدِيثُ يُذَكِّرُ الحَدِيثَ 
(رواه مسدد و صححه الحافظ بن حجر في المطالب العالية رقم ٣٠٦١)

حكم :صحيح موقوف

.