Oum Salama [22 / 378 Hadiths ]


D’après Oum Salama (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Celui qui boit dans un récipient en argent fait certes couler dans son ventre du feu de la géhenne ».
(Rapporté par Boukhari dans son Sahih n°5634)
عن أم سلمة رضي الله عنها قال النبي صلى الله عليه و سلم : الذي يشرب في آنية الفضة إنما يجرجر في بطنه نار جهنم
(رواه البخاري في صحيحه رقم ٥٦٣٤)
.

D’après Oum Salama (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Celui qui aime ‘Ali (*) m’a certes aimé et celui qui m’a aimé a certes aimé Allah وجل.
Et celui qui déteste ‘Ali m’a certes détesté et celui qui m’a détesté a certes détesté Allah وجل».
(Rapporté par Al Moukhallis et authentifié par Cheikh Albani dans la Silsila Sahiha n°1299, Hadith Isnad Sahih)

(*) Il s’agit du compagnon ‘Ali Ibn Abi Talib (qu’Allah l’agrée) qui était le cousin et le gendre du Messager d’Allah (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui).

عن أم سلمة رضي الله عنها قال النّبي صلّى الله عليه و سلّم : من أحبّ عليّا فقدْ أحبّنِي ، ومن أحبّنِي فقد أحبّ اللهَ عز وجلَ ، ومن أبغضَ عليّا فقد أبغضَني ، ومن أبغضَني فقد أبغضَ اللهَ عز وجل
(رواه المخلص و صححه الشيخ الألباني في السلسلة الصحيحة رقم ١٢٩٩)

حكم : إسناده صحيح

.

D’après Oum Salama (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « La femme dont le mari est décédé ne porte pas d’habits teints en jaune ou en rouge, ni de bijoux, elle ne doit pas se teindre les cheveux ni mettre du kohl ».
(Rapporté par Nasai dans ses Sounan n°3537 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Nasai, Hadith Sahîh)
عن أم سلمة رضي الله عنها قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : المتوفى عنها لا تلبس المعصفر من الثياب و لا الممشق و لا الحلي و لا تختضب و لا تكتحل
(رواه النسائي في سننه رقم ۳۵۳۷ و صححه الشيخ الألباني في صحيح النسائي)

حكم : صحيح

.

D’après Oum Salama (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Le Mahdi fait partie de ma descendance, il est parmi les enfants de Fatima (*) ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°4284 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Abi Daoud, Hadith Sahîh)

(*) C’est à dire qu’il est de la descendance du Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) par la voie de Fatima.

عن أم سلمة رضي الله عنها قال رسولُ اللهِ صلَّى اللهُ عليهِ وسلَّمَ : المهدي من عترتي ، من ولد فاطمة
(رواه أبو داود في سننه رقم ٤٢٨٤ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après Oum Salama (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a vu dans sa maison une esclave qui avait du noir sur son visage. Il a alors dit: « Faites lui rouqiya car elle est certes atteinte de ayn ».
(Rapporté par Al Boukhari dans son sahih n°5739)
عن أم سلمة رضي الله عنها أن النبي صلى الله عليه وسلم رأى فى بيتها جارية فى وجهها سفعة فقال : استرقوا لها فإن بها النظرة
(رواه البخاري في صحيحه رقم ٥٧٣٩)
.

D’après Oum Salama (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit:
« Certes je ne suis qu’un homme auprès de qui on vient plaider. Peut-être que certains d’entre vous sont plus éloquents que d’autres alors je crois qu’il a dit vrai et je juge en sa faveur. Celui en faveur de qui j’ai jugé du droit d’un musulman alors il s’agit certes d’une partie du feu, qu’il la prenne ou qu’il la laisse ».
(Rapporté par Boukhari dans son Sahih n°7185)
عن أم سلمة رضي الله عنها قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : إنما أنا بشر وإنه يأتيني الخصم فلعل بعضكم أن يكون أبلغ من بعض فأحسب أنه صدق فأقضي له بذلك فمن قضيت له بحق مسلم فإنما هي قطعة من النار فليأخذها أو فليتركها
(رواه البخاري في صحيحه رقم ٧١٨٥)
.

D’après Oum Salama (qu’Allah l’agrée) : Lorsque le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) est parti pour faire la hijra, sa fille Zaynab (qu’Allah l’agrée) a demandé à son mari Abou Al ‘As Ibn Rabi’ la permission de partir auprès du Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) et il la lui a accordé.
Elle s’est donc rendu auprès de lui et ensuite Abou Al ‘As s’est rendu à Médine et lui a fait passer un message dans lequel il lui demandait de prendre pour lui un pacte de sécurité envers son père.
Elle est donc sortie de son appartement alors que le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) priait comme imam pour les gens dans la prière du sobh et a dit : Ô vous les gens ! Je suis Zaynab la fille du Messager d’Allah et j’ai certes accordé ma protection à Abou Al ‘As !
Lorsque le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a terminé la prière, il a dit : « Ô vous les gens ! Certes je n’étais pas au courant de cela jusqu’à ce que vous l’entendiez et certes le pacte de sécurité du plus infime des musulmans les engage tous ».
(Rapporté par Tabarani et authentifié par Cheikh Albani dans la Silsila Sahiha n°2819, Hadith Sahîh)
عن أم سلمة رضي الله عنها أنَّ زينبَ بنتَ رسولِ اللهِ صلَّى اللهُ عليهِ وسلَّمَ حين خرج رسولُ اللهِ صلَّى اللهُ عليهِ وسلَّمَ مُهاجرًا استأذنتْ أبا العاصِ بنَ الربيعِ زوجَها أن تذهبَ إلى رسولِ اللهِ صلَّى اللهُ عليهِ وسلَّمَ فأَذِنَ لها
فقدمتْ عليه ثم إنَّ أبا العاصِ لحق بالمدينةِ فأرسل إليها : أن خُذي لي أمانًا من أبيكِ فخرجتْ فأطلَّتْ برأسِها من بابِ حُجرتِها ورسولُ اللهِ صلَّى اللهُ عليهِ وسلَّمَ في الصُّبحِ يُصلِّي بالناسِ فقالتْ : يا أيها الناسُ ! أنا زينبُ بنتُ رسولِ اللهِ صلَّى اللهُ عليهِ وسلَّمَ وإني قد أَجَرْتُ أبا العاصِ
فلما فرغ رسولُ اللهِ صلَّى اللهُ عليهِ وسلَّمَ من الصلاةِ قال : يا أيها الناسُ ! إني لم أعلمْ بهذا حتى سمعتُموه ألا وإنه يُجيرُ على المسلمينَ أدْناهم
(رواه اطبراني و صححه الشيخ الألباني في السلسلة الصحيحة رقم ٢٨١٩)

حكم : صحيح

.

D’après Oum Salama (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit : « Certes je ne suis qu’un homme et vous vous disputez auprès de moi.
Peut-être que certains d’entre vous sont plus éloquents dans leurs manières de présenter leurs preuves que d’autres et je vais donc juger en sa faveur par rapport à ce que j’entends.
Celui en faveur de qui je juge en lui donnant le droit de son frère qu’il ne le prenne pas car je ne fais que lui couper une partie du feu (*) ».
(Rapporté par Boukhari dans son Sahih n°7169)

(*) Cheikh ‘Abdel Mouhsin Al ‘Abad a dit : Si le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) connaissait l’invisible il aurait connu celui des deux plaignants celui qui mérite que l’on juge en sa faveur et celui qui ne le mérite pas.
(Min Kounouz Al Quran Al Karim ; Koutoub Wa Rasail Cheikh Al Abad vol 1 p 172)

عن أم سلمة رضي الله عنها قال النبي صلى الله عليه و سلم : إِنَّمَا أَنَا بَشَرٌ، وَإِنَّكُمْ تَخْتَصِمُونَ إِلَىَّ، وَلَعَلَّ بَعْضَكُمْ أَنْ يَكُونَ أَلْحَنَ بِحُجَّتِهِ مِنْ بَعْضٍ فَأَقْضِي نَحْوَ مَا أَسْمَعُ، فَمَنْ قَضَيْتُ لَهُ بِحَقِّ أَخِيهِ شَيْئًا فَلاَ يَأْخُذْهُ، فَإِنَّمَا أَقْطَعُ لَهُ قِطْعَةً مِنَ النَّارِ
(رواه البخاري في صحيحه رقم ٧١٦٩)
.

D’après Oum Salama (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Allah n’a pas éprouvé par un malheur un serviteur qui est sur une voie qu’Il déteste (1) sans qu’Il ne fasse que ce malheur soit pour lui une expiation et une purification (2).
Ceci tant que la personne ne dit pas que ce malheur qui l’a touché provient d’un autre qu’Allah ou qu’il n’invoque pas un autre qu’Allah pour enlever ce malheur (3) ».
(Rapporté par Ibn Abi Dounya et authentifié par Cheikh Albani dans la Silsila Sahiha n°2500)

(1) C’est à dire que ce serviteur d’Allah commet des péchés et désobéit à Allah.

(2) C’est à dire que ce malheur qui touche la personne désobéissante est pour lui une expiation et une purification des péchés commis.

(3) C’est à dire que si la personne a comme croyance que le malheur qui la touche vient d’un autre qu’Allah ou invoque un autre qu’Allah pour qu’il soit enlevé alors cette personne a commis l’association à Allah et ne mérite alors plus aucune expiation ou purification de la part d’Allah.

عن أم سلمة رضي الله عنها قال النبي صلى الله عليه و سلم : ما ابتلى الله عبدًا ببلاء و هو على طريقة يكرهها إلا جعل الله ذلك البلاء له كفارةً و طهورًا ما لم ينزل ما أصابه من البلاء بغير الله أو يدعو غير الله في كشفه
(رواه ابن أبي الدنيا و حسنه الشيخ الألباني في السلسلة الصحيحة رقم ٢٥٠٠)

حكم : قوي بالطرق

.

D’après Oum Salama (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Celui qui a une bête à égorger, lorsque est vu le croissant de lune de dhoul hijja (2), qu’il ne prenne rien de ses poils ou de ses ongles jusqu’à ce qu’il ait égorgé sa odhiya (1) ».
(Rapporté par Mouslim dans son Sahih n°1977f)

(1) Il s’agit de la bête que le musulman sacrifie à l’occasion du ‘id al adha.
(2) C’est à dire le soir du dernier jour du mois de dhoul qa’da après le coucher du soleil.

عن أم سلمة زَوْجَ النَّبِيِّ صلى الله عليه وسلم تَقُولُ قَالَ رَسُولُ اللَّهِ صلى الله عليه وسلم ‏ « ‏ مَنْ كَانَ لَهُ ذِبْحٌ يَذْبَحُهُ فَإِذَا أُهِلَّ هِلاَلُ ذِي الْحِجَّةِ فَلاَ يَأْخُذَنَّ مِنْ شَعْرِهِ وَلاَ مِنْ أَظْفَارِهِ شَيْئًا حَتَّى يُضَحِّيَ ‏ »‏ ‏.‏
(رواه مسلم في صحيحه رقم ١٩٧٧)
.

D’après Oum Salama (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Lorsque les dix jours rentrent et que l’un d’entre vous veut pratiquer la odhiya (1), qu’il ne coupe rien de ses poils et de sa peau».
(Rapporté par Mouslim dans son Sahih n°1977)

(1) Il s’agit de la bête que le musulman sacrifie à l’occasion du ‘id al adha.
(2) C’est à dire le soir du dernier jour du mois de dhoul qa’da après le coucher du soleil.

Il y 3 choses qui sont concernées: les ongles qu’ils soient des mains ou des pieds, les poils (ce qui comprend tous les poils du corps et les cheveux) et la peau (ce qui comprend la circoncision, les bouts de peau secs au bout des doigts…).

Cheikh Albani a dit: « Le fait de raser la barbe pour le ‘id comprend donc 3 péchés :
– le fait de raser en lui-même, ce qui est une ressemblance aux femmes, une ressemblance aux mécréants et un changement de la création d’Allah.
– le fait de s’embellir pour le ‘id par une désobéissance à Allah.
– ne pas se conformer à ce que montre le hadith comme interdiction de couper les poils pour celui qui veut pratiquer la odhiya ».
(Salat Al ‘Idayn Fil Mousalla p 40)

Il est donc interdit pour la personne qui va pratiquer la odhiya de prendre quoi que ce soit des trois choses mentionnées à partir de l’entrée du mois de Dhoul Hijja jusqu’à ce qu’il ait égorgé sa odhiya.

Cheikh Saleh Al Fawzan a dit: « Il n’est pas permis de raser ou de couper les poils et de couper les ongles durant les 10 premiers jours du mois de Dhoul Hijja pour la personne qui veut pratiquer la odhiya jusqu’à ce qu’il égorge sa odhiya car le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a interdit ceci ».
(Al Mountaqa Min Fatawa Cheikh Al Fawzan question n°700)

Si celui qui est concerné par cette interdiction a désobéit en la transgressant, il devra alors se repentir d’avoir commis ce péché mais sa odhiya sera tout de même valable et il ne devra faire aucune compensation.

Cheikh ‘Otheimine a dit: « Certaines personnes du commun pensent que celui qui veut pratiquer la odhiya puis coupe ses poils, ses ongles ou sa peau durant les 10 jours alors sa odhiya n’est pas valable. Ceci est une erreur évidente car il n’y a pas de relation entre l’acceptation de la odhiya et le fait de couper ce qui a été mentionné. Celui qui coupe ces choses sans excuses a certes désobéit à l’ordre du Messager d’Allah (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui), ainsi il devra demander pardon à Allah, se repentir auprès de Lui et ne pas recommencer mais le fait qu’il ait fait ceci n’empêche pas l’acceptation de sa odhiya ».
(Majmou Al Fatawa vol 25 p 161)

L’imam Ibn Qoudama Al Maqdisi (mort en 620) a dit: « Ainsi il faut délaisser le fait de couper les cheveux et les ongles, celui qui fait cela devra demander pardon à Allah et il y a un consensus sur le fait qu’il ne lui incombe aucune compensation qu’il ait fait cela volontairement ou par oubli ».
(Al Moughni vol 11 p 96)

Les exceptions à ce jugement :

– celui qui doit couper ses cheveux à la fin des rites de la ‘omra ou durant les rites du hajj.
Les savants de la commission permanente de la délivrance des fatawas du royaume d’Arabie Saoudite ont dit: « Celui qui fait le hajj ou la ‘omra et veut faire la odhiya il lui est obligatoire de raser sa tête ou de couper ses cheveux même si cela est fait avant qu’il ne pratique la odhiya. Car en effet le fait de raser la tête ou de raccourcir les cheveux fait partie des obligations du hajj et n’a aucun rapport avec la odhiya ».
(Majmou Al Fatawa vol 11 p 431)

– celui qui est gêné par un ongle cassé ou qui doit couper des poils et des cheveux à cause d’une blessure
Cheikh ‘Otheimine a dit: « Celui qui a besoin de couper quelque chose de ses poils, ses ongles ou sa peau, il n’y a pas de mal à ce qu’il le fasse. Par exemple si il a une blessure et a besoin de couper des poils ou si il a un ongle cassé qui le gêne… ».
(Ahkam Al Odhiya p 55)

Qui est concerné par ce jugement ?

– la personne qui va égorger sa propre odhiya est concernée par ce jugement, il n’y a pas de problème sur cela.

– la famille de la personne qui fait la odhiya n’est pas concernée par ce jugement même si ils sont associés à la récompense.

Cheikh ‘Otheimine a dit: « En ce qui concerne la personne pour qui on fait la odhiya alors le sens apparent du hadith et la parole de beaucoup de savants est que l’interdiction ne la concerne pas et il lu est permis de couper de ses poils, ses ongles ou sa peau. Vient appuyer ceci le fait que le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) pratiquait la odhiya pour sa famille (*) mais il n’a pas été rapporté qu’il leur interdisait ces choses ».
(Ahkam Al Odhiya p 55)

(*) c’est à dire qu’au moment d’égorger il faisait une invocation pour que la récompense soit pour lui et pour sa famille.

– la personne qui demande à quelqu’un d’autre de s’occuper de la odhiya pour lui, c’est à dire qu’il lui confie l’égorgement de sa bête. Dans ce cas celui qui demande à l’autre d’égorger pour lui est concerné par l’interdiction tandis que celui qui égorge n’est pas concerné par l’interdiction.

Cheikh ‘Abdel ‘Aziz Ibn Baz a dit: « En ce qui concerne celui à qui on a confié la tâche de s’occuper de la odhiya alors il n’y pas de mal pour lui à prendre de ses poils, de ses ongles ou de peau car en effet celui a qui on a confié cette tâche n’est pas celui qui pratique la odhiya, celui qui pratique la odhiya est celui qui a payé la bête… ».
(Fatawa Nour ‘Ala Darb p 1410)

عن أم سلمة رضي الله عنها قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : إذا دخلت العشر وأراد أحدكم أن يضحي فلا يمس من شعره وبشره شيئا
(رواه مسلم في صحيحه رقم ١٩٧٧)
.

D’après Oum Salama (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « Le hajj est le djihad de toute personne faible ».
(Rapporté par Ibn Maja dans ses Sounan n°2902 et authentifié par Cheikh Albani dans sa correction de Sounan Ibn Maja, Hadith Hasan)
عن أم سلمة رضي الله عنها قال رسول الله صلى الله عليه وسلم: الحج جهاد كل ضعيف
(رواه ابن ماجه في سننه رقم ٢٩٠٢ و حسنه الشيخ الألباني في تحقيق سنن ابن ماجه)

حكم : حسن

.

D’après Oum Salama (qu’Allah l’agrée), l’habit que le Prophète (ﷺ) aimait le plus est le qamis.
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°4025 qui l’a authentifié et il a également été authentifié par Cheikh Albani dans sa correction de Sahih Abou Daoud n°4025, Hadith Sahîh)

Le qamis est un type d’habit que portaient les gens à l’époque du Prophète (ﷺ) et qui est aussi appellé aujourd’hui « djelaba ».Remarque: La sounna au niveau du vêtement est de porter ce que les musulmans portent dans l’endroit où la personne vit tant que ce vêtement n’est pas interdit religieusement.

Cheikh ‘Otheimine a dit: « La sounna est de porter ce que les gens ont l’habitude de porter tant que ce vêtement n’est pas interdit. Si il est interdit alors il est obligatoire de s’en écarter ».
(Charh Hilia Talib Al Ilm p 184)

عن أم سلمة رضي الله عنها قالت : كان أحب الثياب إلى رسول الله صلى الله عليه وسلم القميص
( رواه داود في سننه رقم ۴۰۲۵ و حسنه و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود رقم ۴۰۲۵)

حكم : صحيح

.

D’après Oum Salama (qu’Allah l’agrée), l’habit que le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) aimait le plus est le qamis.
(Rapporté par Tirmidhi dans ses Sounan n°1762 qui l’a authentifié et il a également été authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Tirmidhi, Hadith Sahîh)

Le qamis est un type d’habit que portaient les gens à l’époque du Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) et qui est aussi appellé aujourd’hui « djelaba ».Remarque: La sounna au niveau du vêtement est de porter ce que les musulmans portent dans l’endroit où la personne vit tant que ce vêtement n’est pas interdit religieusement.

Cheikh ‘Otheimine a dit: « La sounna est de porter ce que les gens ont l’habitude de porter tant que ce vêtement n’est pas interdit. Si il est interdit alors il est obligatoire de s’en écarter ».
(Charh Hilia Talib Al Ilm p 184)

عن أم سلمة رضي الله عنها قالت : كان أحب الثياب إلى رسول الله صلى الله عليه وسلم القميص
(رواه الترمذي في سننه رقم ١٧٦٢ و حسنه و صححه الشيخ الألباني في صحيح الترمذي)

حكم : صحيح

.

D’après Oum Salama, l’épouse du Prophète (Qu’Allah l’agrée) a dit :

« Ô Messager d’Allah (ﷺ) :

« explique moi ce que Allah le Très Haut veut dire par : « houris aux grand yeux. ».
Il (ﷺ) répondit : « des Houris blanches, aux grands yeux. La paupière d’une Houri ressemble à l’aile d’un aigle. »
Je lui demandai une nouvelle fois : « explique moi ce que le Très Haut veut dire par : « comme des œufs cachés »
Il répondit : « leur pureté est celle des perles qui sont encore dans leur coquillage et que les mains n’ont pas touchées. ».

Elle demanda aussi : « explique moi ce que Allah veut dire par : « semblables au blanc cacheté de l’œuf ».
Il répondit : « elles sont aussi fines que la peau intérieure de l’œuf »

Elle demanda encore : « Ô Messager d’Allah, explique moi ce que Allah veut dire par : « aimantes et d’égale jeunesse ».
Il répondit : « elles trouvèrent la mort, dans la vie ici-bàs, vieilles, aux yeux chassieux et aux cheveux grisonnants. Il les a récréées après la vieillesse et les a faites vierges, aimantes, désirantes, d’un même âge et d’un même jour de naissance. »

Elle demanda : « Ô Messager d’Allah, qui sont meilleures : les femmes de la vie ici bas ou les Houris aux grands yeux ? »
Il répondit : « les femmes de la vie ici bas sont meilleures que celles du Paradis, comme l’est l’extérieur d’un habit par rapport à sa doublure »

Elle demanda : « Ô Messager d’Allah, par quoi (mais de quelle façon) ?
Il répondit : « grâce à leur prière, à leur jeûne et à leur adoration, Allah a couvert leur visage de lumière et leur corps de soie. Elles ont le teint blanc, les habits verts, les bijoux tressés. Leur encensoirs sont faits de perles et leur peignes en or. Elles disent : « nous sommes éternelles et nous ne mourrons pas, nous sommes les heureuses et nous ne connaissont pas la misère, nous sommes celles qui demeurent et nous ne partons pas, nous sommes les satisfaites et ne nous mettons pas en colère. Bienheureux celui à qui nous appartiendrons et qui nous appartiendra »

Elle dit : « Ô Messager de d’Allah, la femme d’entre nous se marie deux fois, trois fois, quatre fois, puis elle meurt. Elle entre au paradis et ses maris aussi. Qui y sera son mari ?
Il répondit : « Ô Umm Salama, on lui demandera de choisir et elle choisira celui qui a le meilleur caractères » Elle dira : « Ô Seigneur, celui ci s’est le mieux comporté à mon égard dans la vie ici bas, fais qu’il soit mon mari »
Ô umm Salama, le bon caractère l’emporte sur tout le bien de la vie ici bas et de la vie dans l’au delà »
(Rapporté par At Tabarani et affaibli par cheikh Albani dans Da’if Targhib n°2230, Hadith Munkar)

(*) Rapporté par At Tabarani et Al Haythami en a dit dans « Majma3 Az Zawâid » 7/119 : « parmi ses transmetteurs, il y a Sulayman Ibn Kurayma qu’Abu Hatim et Ibn Udayy tiennent pour faible »

عن أم سلمة زوْجِ النبيِّ ! قالَتْ : قُلتُ : يا رسولَ اللهِ ! أخْبرْنِي عن قولِ اللهِ عزَّ وجلَّ : ( حُورٌ عِينٌ ) قال : ( حُورٌ ) بِيضٌ ( عِينٌ ) : ضِخامٌ ، شُفْرُ الْحَوْرَاءِ بِمَنْزِلَةِ جَنَاحِ النَّسْرِ قُلتُ : يا رسولَ اللهِ ! فأخبرْنِي عن قولِ اللهِ عزَّ وجلَّ ( كَأَنَّهُنَّ اليَاقُوتُ والْمَرْجانُ ) ؟ قال : صَفاؤُهُنَّ كصَفاءِ الدُّرِّ الَّذي في الأصْدافِ الّذي لا تَمسُّه الأيْدِي قُلتُ : يا رسولَ اللهِ ! فأخبرْنِي عن قولِ اللهِ عزَّ وجلَّ ( فِيهِنَّ خَيْرَاتٌ حِسَانٌ ) قال : خَيِّراتُ الأخلاقِ ، حِسانُ الوُجُوهِ ) قُلتُ : يا رسولَ اللهِ ! فأخبِرْنِي عن قولِ اللهِ عزَّ وجلَّ ( كَأَنَّهُنَّ بَيْضٌ مَكْنُونٌ ) قال : رِقَّتُهُنَّ كِرِقَّةِ الجِلْدِ الذي في داخلِ البَيْضِ مِمّا يلِي القِشْرَ وهوَ ( الْغِرْقِيءُ ) قُلتُ : يا رسولَ اللهِ ! فأخبرْنِي عن قولِ اللهِ عزَّ وجلَّ ( عُرُبًا أتْرَابًا ) ؟ قال : هُنَّ اللوَاتِي قُبِضْنَ في دارِ الدنيا عَجائِزَ رُمْصًا شُمْطًا ، خَلَقَهُنَّ اللهُ بعدَ الكِبَرِ فجعلَهُنَّ عَذَارَى عُرُبًا مُتعشِّقاتٌ مُتحَبِّباتٌ أتْرابًا على مِيلادٍ واحدٍ قلتُ : يا رسولَ اللهِ ! أنِساءُ الدنيا أفضَلُ أمِ الحُورُ العينُ ؟ قال : نِساءُ الدنيا أفضَلُ من الحُورِ العِينِ ، كفضْلِ الظِّهارةِ على البِطانَةِ قلتُ : يا رسولَ اللهِ ! وبِمَ ذاكَ ؟ قال : بِصلاتِهِنَّ وصيامِهِنَّ وعبادَتِهِنَّ اللهَ عزَّ وجلَّ ؛ ألْبَسَ اللهُ عزَّ وجلَّ وُجوهَهُنَّ النُّورَ ، وأجْسادَهُنَّ الحرِيرَ ، بِيضُ الألْوانِ ، خُضْرُ الثِّيابِ ، صُفْرُ الحُلِيِّ ، مَجامِرُهُنَّ الدُّرُّ ، وأمْشاطُهُنَّ الذهَبُ ، يَقُلْنَ : ألا نحن الخالِداتُ فلا نَموتُ أبدًا ، ألا ونحنُ النَّاعِماتُ فلا نَبْأَسُ أبدًا ، ألا ونحنُ المقِيماتُ فلا نَظْعَنُ أبدًا ، ألا ونحْنُ الرَّاضِياتُ فلا نَسْخَطُ أبدًا ، طُوبَى لِمَنْ كُنّا لهُ وكانَ لنا قُلتُ : يا رسولَ اللهِ ! المرأةُ مِنَّا تَتَزوَّجُ الزَّوْجيْنِ والثلاثةَ والأربعةَ في الدنيا ؛ ثمَّ تَموتُ فتَدخُلُ الجنةَ ويَدخلُونَ مَعَها ؛ مَنْ يكونُ زوجَها مِنْهُمْ ؟ قال : يا أمَّ سلَمةَ ! إنَّها تُخَيَّرُ ، فتَختارُ أحْسنَهُمْ خُلُقًا ، فتَقولُ : أيْ ربِّ ! إنَّ هذا كان أحسنَهُمْ مَعِي خُلُقًا في الدارِ الدنيا فزَوِّجْنيِهِ ؛ يا أمَّ سلَمةَ ذهَبَ حُسنُ الخُلُقِ بِخيرِ الدنيا والآخِرَةِ
(رواه رواه الطبراني و الشيخ الألباني في ضعيف الترغيب رقم ۲۲۳۰)

حكم  : منكر

.

D’après Oum Salama (Qu’Allah l’agrée), le Messager d’Allah (ﷺ) a dit:
Si vous êtes en présence de malade ou d’un mourant dites du bien car les anges répondent «Amin» (1) à vos propos. (Elle a ajouté): Lorsque Abou Salama décéda , je suis allé au Messager d’Allah (ﷺ) et dit: Ô Messager d’Allah, Abou Salama s’est éteint . Il m’enjoignit: « Ô Allah Pardonne-moi et lui (Abou Salama) Substitut Le par un meilleur remplaçant! ». Donc je suivi son conseil et Allah me le substitua par quelqu’un de meilleur: Mouhammad  (ﷺ) qui est le mieux pour moi que lui (Abou Salama).(2)
(Rapporté par Mouslim dans son Sahih n°919)

Voici l’invocation en Arabe

اللَّهُمَّ اغْفِرْ لِي وَلَهُ وَأَعْقِبْنِي مِنْهُ عُقْبَى حَسَنَةً

(1) Le terme -Amine- signifie : Ô Allah exauce.
(2) Pour aider à comprendre le hadith il faut préciser que Abou Salama (qu’Allah l’agrée) était l’époux de Oum Salama (qu’Allah l’agrée) et qu’après la fin de la période de deuil c’est avec le Messager d’Allah (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) que Oum Salama (qu’Allah l’agrée) s’est mariée.

عن أم سلمة، قَالَتْ قَالَ رَسُولُ اللَّهِ صلى الله عليه وسلم ‏ »‏ إِذَا حَضَرْتُمُ الْمَرِيضَ أَوِ الْمَيِّتَ فَقُولُوا خَيْرًا فَإِنَّ الْمَلاَئِكَةَ يُؤَمِّنُونَ عَلَى مَا تَقُولُونَ ‏ »‏ ‏.‏ قَالَتْ فَلَمَّا مَاتَ أَبُو سَلَمَةَ أَتَيْتُ النَّبِيَّ صلى الله عليه وسلم فَقُلْتُ يَا رَسُولَ اللَّهِ إِنَّ أَبَا سَلَمَةَ قَدْ مَاتَ قَالَ ‏ »‏ قُولِي اللَّهُمَّ اغْفِرْ لِي وَلَهُ وَأَعْقِبْنِي مِنْهُ عُقْبَى حَسَنَةً ‏ »‏ ‏.‏ قَالَتْ فَقُلْتُ فَأَعْقَبَنِي اللَّهُ مَنْ هُوَ خَيْرٌ لِي مِنْهُ مُحَمَّدًا صلى الله عليه وسلم ‏.‏
(رواه مسلم في صحيحه رقم ٩١٩)
.

D’après Oum Salama (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « Le meilleur endroit de prière pour les femmes est l’endroit le plus reculé de leurs maisons ».
(Rapporté par Ahmed et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Targhib n°341, Hadith Hasan li Ghayrihi)
عن أم سلمة رضي الله عنها قال رسول الله صلى الله عليه وسلم : خير مساجد النساء قعر بيوتهن
(رواه أحمد و حسنه الشيخ الألباني في صحيح الترغيب و الترهيب رقم ٣٤١)

حكم : حسن لغيره

.

D’après Oum Salama (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « La femme dont le mari est décédé ne porte pas d’habits teints en jaune ou en rouge, ni de bijoux, elle ne doit pas se teindre les cheveux ni mettre du kohl ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°2304 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Sahîh)
عن أم سلمة رضي الله عنها قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : المتوفى عنها لا تلبس المعصفر من الثياب و لا الممشق و لا الحلي و لا تختضب و لا تكتحل
(رواه أبو داود في سننه رقم ٢٣٠٤ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après Oum Salama (qu’Allah l’agrée), « l’habit que le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) aimait le plus est le qamis ».
(Rapporté par Abou Daoud et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Taghrib n°2028, Haditn Sahîh)
عن أم سلمة رضي الله عنها قالت : كان أحب الثياب إلى رسول الله صلى الله عليه وسلم القميص
(رواه أبو داود و صححه الشيخ الألباني في صحيح الترغيب و الترهيب رقم ٢٠٢٨)

حكم : صحيح

.

D’après Abou Salama : ‘Abder Rahman Ibn Awf (qu’Allah l’agrée) a donné par un testament un jardin aux mères des croyants (*) qui a ensuite été vendue pour une valeur de quatre cent mille.
(Rapporté par Tirmidhi dans ses Sounan n°3750 qui l’a authentifié et il a également été authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Tirmidhi, Hadith Isnad Hasan, Sahih li Ghayrihi)

(*) C’est à dire les épouses du Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui).

C’est une allusion au verset 6 de la sourate Al Ahzab n°33 : -Le Prophète a plus de droit sur les croyants qu’ils n’en ont sur eux-mêmes et ses épouses sont leurs mères-.

عن أبي سلمة أنَّ عبدالرحمنِ بنَ عوفٍ رضي الله عنه أوصى بحديقةٍ لأمَّهاتِ المؤمنينَ بيعَت بأربعمائةِ ألفٍ
(رواه الترمذي في سننه رقم ٣٧٥٠ و حسنه و حسنه أيضاً الشيخ الألباني في صحيح الترمذي)

حكم : إسناده حسن، صحيح لغيره

.

D’après ‘Abdallah Ibn ‘Omar (qu’Allah les agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « Celui qui laisse traîner son vêtement par orgueil Allah ne le regardera pas le jour du jugement ».
Oum Salama (qu’Allah l’agrée) a dit: Comment doivent faire les femmes avec leurs traînes ?
Le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « Elles les font descendre d’un empan (*) ».
Elle a dit: Alors leurs pieds vont se découvrir.
Le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « Elles les font descendre d’une coudée et qu’elles ne rajoutent pas à cela ».
(Rapporté par Tirmidhi dans ses Sounan n°1731 qui l’a authentifié et il a été également authentifié par cheikh Albani dans Sahîh Tirmidhi, Hadith Sahîh)

(*) C’est à dire la longueur d’une main.

L’imam Al Bayhaqi (mort en 458) a dit: « Il y a dans ce hadith une preuve sur l’obligation pour la femme de cacher ses pieds ».
(Sounan Al Koubra vol 2 p 329)

L’imam Chawkani (mort en 1250) a dit: « Il y a dans ce hadith une preuve pour celui qui dit que les pieds de la femme sont une ‘awra (nudité) ».
(Neyl Al Awtar p 298)

Cheikh Albani a dit: « Il y a dans ce hadith une preuve pour celui qui dit que les pieds de la femme sont une ‘awra et que les femmes savaient cela à l’époque du Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) car lorsqu’il a dit: Elles les font descendre d’un empan, Oum Salama lui a dit: Alors leurs pieds vont se découvrir. Ceci montre qu’elle savait que les pieds sont une nudité et le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) l’a approuvé dans cela et c’est pour cela qu’il lui a ordonné de laisser tomber le vêtement d’une coudée.
De plus il y a dans le Coran une allusion à cette vérité dans le verset: Et qu’elles ne frappent pas avec leurs pieds afin que l’on sache ce qu’elles cachent de leurs parures ».
(Silsila Sahiha vol 1 p 828)

Allah a dit dans la sourate Nour n°24 verset 31: « Et qu’elles ne frappent pas avec leurs pieds afin que l’on sache ce qu’elles cachent de leurs parures (*) ».

(*) C’est à dire les bracelets qui sont portés aux chevilles.

قال الله تعالى : وَلا يَضْرِبْنَ بِأَرْجُلِهِنَّ لِيُعْلَمَ مَا يُخْفِينَ مِن زِينَتِهِنَّ
(سورة النور ٣١)

L’imam Ibn Hazm (mort en 456) a dit: « Ceci est un texte sur le fait que les pieds et les mollets font partie des choses qui doivent être cachées et qu’il n’est pas permis de les montrer ».
(Al Mouhala vol 3 p 216)

Remarque: Les impuretés qui pourraient toucher ce qui traîne du vêtement de la femme sont purifiées par la terre pure dans laquelle elle marche ensuite

عن عبدالله بن عمر رضي الله عنهما قال النبي صلى الله عليه و سلم : من جر ثوبه خيلاء لم ينظر الله إليه يوم القيامة
فقالت أم سلمة رضي الله عنها : فكيف يصنع النساء بذيولهن ؟
قال : يرخين شبرا
فقالت : إذا تنكشف أقدامهن
قال : فيرخينه ذراعا ، لا يزدن عليه
(رواه الترمذي في سننه رقم ١٧٣١ و صححه و صححه أيضاً الشيخ الألباني في صحيح الترمذي )

حكم : صحيح

.

D’après ‘Abdel Malik Ibn Qudama Ibn Malhan, d’après son père (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) nous ordonnait de jeûner les jours blancs, le 13, le 14 et le 15 et il disait: « Ceci est comme le jeûne du mois entier ».
(Rapporté par Nasai et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Taghrib n°1039, Hadith Sahîh li Ghayrihi)

D’après Moussa Ibn Salama : J’ai questionné Ibn ‘Abbas (qu’Allah les agrée lui et son père) à propos du jeûne des jours blancs.
Il a dit : ‘Omar (qu’Allah l’agrée) les jeûnait.
(Rapporté par Al Harith et authentifié selon les conditions de Mouslim par Cheikh Zakariya Ibn Ghoulam Al Bakistani dans son ouvrage Ma Saha Min Athar AS Sahaba Fil Fiqh p 671)

عن عبد الملك بن قدامة بن ملحان عن أبيه رضي الله عنه قال كان رسول الله صلى الله عليه وسل يأمرنا بصيام أيام البيض ثلاث عشرة وأربع عشرة وخمس عشرة ويقول: هن صيام الشهر
(رواه النسائي و صححه الشيخ الألباني في صحيح الترغيب و الترهيب رقم ١٠٣٩)

حكم : صحيح لغيره


عن موسى بن سلمة قال : سألت بن عباس رضي الله عنهما عن صوم الأيام البيض ؟
فقال : كان عمر رضي الله عنه يصومهن
(رواه الحارث و صححه على شرط مسلم الشيخ زكريا بن غلام الباكستاني في كتابه ما صح من آثر الصحابة في الفقه ص ٦٧١)

.