۞ Sahih Abi Daoud ۞

Sahih Abou Daoud par Cheikh Al Albani


D’après Mu’adh ibn Jabal:
Le Messager d’Allah (ﷺ) a dit: « Evitez les trois motifs de malédiction : Satisfaire les besoins sur les points d’eau, au milieu de la route et sous l’ombre (des arbres) ».
(Rapporté par Abou Daoud et authentifié par Cheikh Al Albani dans son Sahih Abi Daoud n°26, Hadith Hasan)

عَنْ مُعَاذِ بْنِ جَبَلٍ، قَالَ قَالَ رَسُولُ اللَّهِ صلى الله عليه وسلم ‏ «‏ اتَّقُوا الْمَلاَعِنَ الثَّلاَثَ الْبَرَازَ فِي الْمَوَارِدِ وَقَارِعَةِ الطَّرِيقِ وَالظِّلِّ »‏ ‏.‏
(رواه أبو داود في سننه رقم ۲۶ و حسنه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : حسن

.

D’après Chourayh Ibn Hani, j’ai demandé à ‘Aicha (qu’Allah l’agrée) par quelle chose commençait le Prophète (ﷺ) lorsqu’il rentrait dans la maison ?
Elle a répondue: « Par le siwak (*) ».
(Rapporté par Abou Daoud et authentifié par Cheickh Al Albani dans son Sahih Abi Daoud n°51, Hadith Sahîh)

(*) C’est à dire qu’il commençait par nettoyer ses dents avec le siwak.

عن شريح بن هاني قلتُ لعائشةَ بأيِّ شيءٍ كان يبدأُ رسولُ اللهِ صلى الله عليه وسلم إذا دخل بيتَه قالت بالسواكِ
(رواه أبو داود في سننه رقم ۵۱ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après ‘Aicha (qu’Allah l’agrée) : On posait au Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) son eau pour les ablutions et son siwak.
Puis lorsqu’il se réveillait dans la nuit il faisait ses besoins puis utilisait le siwak.
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°56 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Abou Daoud, Hadith Sahîh)
عن عائشة رضي الله عنها قالت : أنَّ النَّبيَّ صلَّى اللَّهُ عليهِ وسلَّمَ كانَ يوضعُ لَه وضوءُه وسواكُه فإذا قامَ منَ اللَّيلِ تخلَّى ثمَّ استاكَ
(رواه أبو داود في سننه رقم ٥٦ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après ‘Abdallah Ibn ‘Abbas (qu’Allah les agrée lui et son père) : J’ai dormi une nuit auprès du Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui). Lorsqu’il s’est réveillé, il s’est rendu vers son eau et a pris son siwak et l’a utilisé puis il a lu ces verset: -Il y a certes dans la création des cieux et de la terre et la succession des nuits et des jours des signes pour les dotés d’intelligence- (*) jusqu’à ce qu’il ait presque terminé la sourate ou il l’a terminé.
Puis il a fait les ablutions et s’est rendu à l’endroit où il priait et a prié deux unités de prières. Puis il est retourné à son lit et a dormi ce que Allah a voulu.
Puis il s’est réveillé et a refait la même chose. Puis il retourna à son lit et a dormi.
Puis il s’est réveillé et a refait la même chose. Puis il retourna à son lit et a dormi.
Puis il se réveilla et a refait la même chose, à chaque fois il utilisait le siwak et priait deux unités de prière puis il a fait le witr.
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°58 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Abi Daoud, Hadith Sahîh)

(*) Il s’agit du verset 190 de la sourate Ali ‘Imran n°3.

عن عبدالله بن عباس رضي الله عنهما قال : بتّ ليلة عند النّبي صلّى الله عليه و سلّم فلمّا استيقظ من منامه أتى طهوره فأخذ سواكه فاستاك ثمّ تلا هذه الآيات : إنّ في خلق السموات والأرض واختلاف اللّيل والنّهار لآيات لأولي الألباب حتّى قارب أن يختم السورة أو ختمها ثمّ توضأ فأتى مصلاّه فصلّى ركعتين ثمّ رجع إلى فراشه
فنام ما شاء الله ثمّ استيقظ ففعل مثل ذلك ثمّ رجع إلى فراشه
فنام ثمّ استيقظ ففعل مثل ذلك ثم رجع إلى فراشه فنام
ثمّ استيقظ ففعل مثل ذلك كلّ ذلك يستاك ويصلّي ركعتين ثم أوتر
(رواه أبو داود في سننه رقم ٥٨ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée) : Un homme a interrogé le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui), il a dit : Ô Messager d’Allah ! Certes nous partons en bateau sur la mer et nous ne prenons avec nous que peu d’eau. Si nous faisons les ablutions avec cette eau, nous allons souffrir de la soif. Pouvons-nous faire les ablutions avec l’eau de la mer ?
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit : « L’eau de la mer est pure et sa bête morte est autorisée ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°83 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Sahih)
عن أبي هريرة رضي الله عنه قال : سأل رجل النبي صلى الله عليه وسلم فقال : يا رسول الله ! إنا نركب البحر ونحمل معنا القليل من الماء فإن توضأنا به عطشنا أفنتوضأ بماء البحر ؟
فقال رسول الله صلى الله عليه وسلم : هو الطهور ماؤه الحل ميتته
(رواه أبو داود في سننه رقم ٨٣ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après Safwan ibn Assal (Qu’Allah l’agrée) que « Le Messager d’Allah (صلى الله عليه وسلم) nous ordonnait, quand nous étions en voyage, de garder « nos khoufs » (c’est ce qui couvre le pied et qui est en cuir) pendant trois jours et trois nuits (c’est-à-dire 72 heures), sauf en cas de souillure majeure (Janâba) , mais même après la défécation, l’urination et le sommeil. »
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°96 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Abi Daoud, Hadith Hasan)

(*) Ici le Compagnon a mis l’urine, les excréments et le sommeil sur le même piédestal. C’est-à-dire que ces trois choses annulent les ablutions mais elles n’obligent pas à enlever ses « khoufs », ses chaussettes, c’est autorisé d’essuyer dessus.
Ce qui annule l’essuyage sur les chaussettes c’est Al Janâba, la grande impureté.

عَنْ صَفْوَانَ بْنِ عَسَّالٍ، قَالَ كَانَ رَسُولُ اللَّهِ صلى الله عليه وسلم يَأْمُرُنَا إِذَا كُنَّا سَفْرًا أَنْ لاَ نَنْزِعَ خِفَافَنَا ثَلاَثَةَ أَيَّامٍ وَلَيَالِيَهُنَّ إِلاَّ مِنْ جَنَابَةٍ وَلَكِنْ مِنْ غَائِطٍ وَبَوْلٍ وَنَوْمٍ ‏
(رواه أبو داود في سننه رقم ۹۶ و حسنه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : حسن

.

D’après Moujahid, D’après Un homme de Thaqif, d’après son père (qu’Allah l’agrée), j’ai vu le Prophète (ﷺ) a uriné puis a fait ses ablutions et a aspergé son sexe.
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°166 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Sahîh)
عَنْ مُجَاهِدٍ، عَنْ رَجُلٍ، مِنْ ثَقِيفٍ عَنْ أَبِيهِ، قَالَ رَأَيْتُ رَسُولَ اللَّهِ صلى الله عليه وسلم بَالَ ثُمَّ نَضَحَ فَرْجَهُ
(رواه أبو داود في سننه رقم ١٦٦ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après Anas ibn Malik, un homme est allé vers le Messager d’Allah (ﷺ) fit ses ablutions en omettant de laver un endroit, de la taille d’un ongle, sur son pied [et que l’eau n’avait donc pas atteint]. Le Prophète (ﷺ) l’a alors aperçu et lui a dit: « Retourne et refais correctement tes ablutions»
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°173 et authentifié par Cheickh Al Albani dans son Sahih Abi Daoud, Hadith Sahîh)

عن نَسُ بْنُ مَالِكٍ، أَنَّ رَجُلاً، جَاءَ إِلَى النَّبِيِّ صلى الله عليه وسلم وَقَدْ تَوَضَّأَ وَتَرَكَ عَلَى قَدَمَيْهِ مِثْلَ مَوْضِعِ الظُّفْرِ فَقَالَ لَهُ رَسُولُ اللَّهِ صلى الله عليه وسلم ‏ ارْجِعْ فَأَحْسِنْ وُضُوءَكَ ‏
(رواه أبو داود في سننه رقم ۱۷۳ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après Aisha, La Mère des Croyants: « Le Prophète (ﷺ) m’a embrassé et sans renouveler ses ablutions ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°178 et authentifié par Cheickh Al Albani dans son Sahih Abi Daoud, Hadith Sahîh)
عَنْ عَائِشَةَ، أَنَّ النَّبِيَّ صلى الله عليه وسلم كَانَ لاَ يَرْقُدُ مِنْ لَيْلٍ وَلاَ نَهَارٍ فَيَسْتَيْقِظُ إِلاَّ تَسَوَّكَ قَبْلَ أَنْ يَتَوَضَّأَ
(رواه أبو داود في سننه رقم ۱۷۸ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

On rapporte d’Anas – رضي الله عنه – que les compagnons du Prophète – صلى الله عليه و سلم -, restaient dans la mosquée après la prière du Maghrib pour attendre celle du ‘Icha. Dans leur attente, il arrivait qu’ils somnolaient et dodelinaient de la tête. Puis, ils priaient sans renouveler leurs ablutions. »
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°200 et authentifié par Cheickh Al Albani dans son Sahih Abi Daoud, Hadith Sahîh)
. عَنْ أَنَسِ بْنِ مَالِكٍ – رضي الله تعال عنه – قَالَ : كَانَ أَصْحَابُ رَسُولِ اَللَّهِ – صلى الله عليه و سلم – يَنْتَظِرُونَ اَلْعِشَاءَ حَتَّى تَخْفِقَ رُؤُوسُهُمْ, ثُمَّ يُصَلُّونَ وَلاَ يَتَوَضَّئُونَ
(رواه أبو داود في سننه رقم ۲۰۰ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après Aisha, Ummul Mu’minin, « Le Messager d’Allah (ﷺ) a été interrogé au sujet d’un homme trouvant de traces de sperme en se réveillant mais ne se rappelle pas d’avoir fait un rêve érotique, il repondit : « Il doit faire la grande ablution ». Quant au sujet de l’homme qui a fait un rêve érotique, ne trouvant aucune trace venant le confirmer, le Prophète (ﷺ) répondit: « Il ne doit pas faire la grande ablution »
Umm Salamah a alors demandé: « La femme qui se retrouve dans une telle situation doit elle prendre un bain rituel? »? Il a répondu: Oui. « Les femmes ne sont que les sœurs germaines des hommes »
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°236 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Abi Daoud, Hadith Hasan en dehors de la Parole de Umm Salamah)
عَنْ عَائِشَةَ، قَالَتْ سُئِلَ رَسُولُ اللَّهِ صلى الله عليه وسلم عَنِ الرَّجُلِ يَجِدُ الْبَلَلَ وَلاَ يَذْكُرُ احْتِلاَمًا قَالَ ‏:‏ يَغْتَسِلُ ‏‏ ‏.‏ وَعَنِ الرَّجُلِ يَرَى أَنَّهُ قَدِ احْتَلَمَ وَلاَ يَجِدُ الْبَلَلَ قَالَ ‏ »‏ لاَ غُسْلَ عَلَيْهِ ‏.‏ فَقَالَتْ أُمُّ سُلَيْمٍ الْمَرْأَةُ تَرَى ذَلِكَ أَعَلَيْهَا غُسْلٌ قَالَ ‏ »‏ نَعَمْ إِنَّمَا النِّسَاءُ شَقَائِقُ الرِّجَالِ‏ ‏.‏
(رواه أبو داود في سننه رقم ۲۳۶ و حسنه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : حسن إلاقول أم سليم … المرأة ترى

.

D’après Amr Ibn Al As ( رضي الله عنه ): « J’ai eu un rêve érotique dans une nuit froide de l’expédition de Dhat As Salasil, et j’ai craint de mourir si je me lavais, j’ai donc accompli les ablutions sèches et j’ai dirigé la prière de l’aube devant mes compagnons. Ils rapportèrent cela au Prophète (صلى الله عليه وسلم) qui dit:
« Ô Amr ! Tu as prié devant tes compagnons alors que tu étais en état d’irnpureté majeure ? ».
Je l’informai alors de ce qui m’avait empêché de me laver et je dis:
J’ai entendu la Parole d’Allah :

« Et ne vous tuez pas vous-mêmes. Allah, en vérité, est Miséricordieux envers vous. »
[Sourate 4 : les femmes, Verset 29]

وَلاَ تَقْتُلُواْ أَنفُسَكُمْ إِنَّ اللّهَ كَانَ بِكُمْ رَحِيماً

Le Messager d’Allah (صلى الله عليه وسلم) rit alors et ne me reprocha rien. »
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°334 et authentifié par Cheickh Al Albani dans son Sahih Abi Daoud, Hadith Sahîh)

عَنْ عَمْرِو بْنِ الْعَاصِ، قَالَ احْتَلَمْتُ فِي لَيْلَةٍ بَارِدَةٍ فِي غَزْوَةِ ذَاتِ السَّلاَسِلِ فَأَشْفَقْتُ إِنِ اغْتَسَلْتُ أَنْ أَهْلِكَ فَتَيَمَّمْتُ ثُمَّ صَلَّيْتُ بِأَصْحَابِي الصُّبْحَ فَذَكَرُوا ذَلِكَ لِلنَّبِيِّ صلى الله عليه وسلم فَقَالَ ‏ »‏ يَا عَمْرُو صَلَّيْتَ بِأَصْحَابِكَ وَأَنْتَ جُنُبٌ ‏ »‏ ‏.‏ فَأَخْبَرْتُهُ بِالَّذِي مَنَعَنِي مِنَ الاِغْتِسَالِ وَقُلْتُ إِنِّي سَمِعْتُ اللَّهَ يَقُولُ ‏{‏ وَلاَ تَقْتُلُوا أَنْفُسَكُمْ إِنَّ اللَّهَ كَانَ بِكُمْ رَحِيمًا ‏}‏ فَضَحِكَ رَسُولُ اللَّهِ صلى الله عليه وسلم وَلَمْ يَقُلْ شَيْئًا ‏
(رواه أبو داود في سننه رقم ۳۳۴ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après Abdallah Ibn ‘Amr Ibn Al Ass (qu’Allah les agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Celui qui fait le ghousl le jour du vendredi, met du parfum de sa femme si elle en possède (1), met un de ses beaux habits, puis n’enjambe pas les cous (2) des gens et ne fait pas de futilité durant l’exhortation, ceci sera pour lui une expiation de ce qu’il y a entre les deux jumu’a.
Celui qui fait des futilités et enjambe le cou elle sera pour lui le dohr (3) ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°347 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Abi Daoud, Hadith Hasan)

(1) Cette phrase ne signifie pas que l’homme doit mettre un parfum avec une odeur féminine comme il en existe aujourd’hui. Ceci est interdit pour les hommes.
À l’époque le parfum des femmes avait une très légère odeur et était très coloré contrairement aux parfums de notre époque.

Le sens de cette phrase est d’appuyer le caractère recommandé de mettre du parfum le vendredi.

L’imam Nawawi a dit: « Ce parfum est celui qui est détestable pour les hommes, c’est celui dont la couleur est apparente mais son odeur est cachée; le fait qu’il soit ici permis pour les hommes en raison de la nécessité et de l’absence d’autre parfum montre que la recommandation d’utiliser le parfum est ici très appuyée ».
(Charh Sahih Mouslim hadith n°846)

(2) C’est à dire qu’il n’enjambe pas les gens quand il est dans la mosquée.

(3) C’est à dire qu’il n’a pas la récompense du jumu’a mais celle de la prière du dohr.
(Awn Al Ma’boud ‘Ala Charh Sounan Abi Daoud)

عن عبد الله بن عمرو ابن العاص رضي الله عنهما قال رسول الله صلى الله عليه وسلم : من اغتسلَ يومَ الجمعةِ ومسَّ من طيبِ امرأتِهِ إن كانَ لَها، ولبسَ من صالحِ ثيابِهِ، ثمَّ لم يتخطَّ رقابَ النَّاسِ، ولم يلغُ عندَ الموعظةِ كانت كفَّارةً لما بينَهما، ومن لغا وتخطَّى رقابَ النَّاسِ كانت لَهُ ظُهرًا
(رواه أبو داود في سننه رقم ٣٤٧ و حسنه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : حسن

.

D’après Abû Houreirah – Khawla bint Yasar a dit au Prophète (ﷺ) : « Ô Messager d’Allâh. Je n’ai qu’un vêtement, il a été taché par le sang des menstrues, comment dois-je faire? » – le Prophète (ﷺ) lui a dit : « Lorsque tu seras pure, lave-le (1) puis fais ta prière avec (2) » – elle a dit : « Ô Messager d’Allâh ! Et s’il y a encore des traces de sang ? » Il a répondu : « L’eau te suffit et les traces qui restent ne sont pas un mal ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°365 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Abi Daoud, Hadith Sahîh)

(1) L’endroit du vêtement qui a été taché par le sang.
(2) Le vêtement

عَنْ أَبِي هُرَيْرَةَ، أَنَّ خَوْلَةَ بِنْتَ يَسَارٍ، أَتَتِ النَّبِيَّ صلى الله عليه وسلم فَقَالَتْ يَا رَسُولَ اللَّهِ إِنَّهُ لَيْسَ لِي إِلاَّ ثَوْبٌ وَاحِدٌ وَأَنَا أَحِيضُ فِيهِ فَكَيْفَ أَصْنَعُ قَالَ ‏: إِذَا طَهُرْتِ فَاغْسِلِيهِ ثُمَّ صَلِّي فِيهِ ‏ ‏.‏ فَقَالَتْ فَإِنْ لَمْ يَخْرُجِ الدَّمُ قَالَ ‏ يَكْفِيكِ غَسْلُ الدَّمِ وَلاَ يَضُرُّكِ أَثَرُهُ
(رواه أبو داود في سننه رقم ۳۶۵ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après Houmayda, j’ai dit à Oum Salama (qu’Allah l’agrée) l’épouse du Prophète (ﷺ): Je suis une femme qui a une longue traîne et je marche dans des endroits où il y a des impuretés.
Elle a dit: Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Purifiera le vêtement ce qui viendra après » (*).
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°383 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Sahih)

(*) Les impuretés qui pourraient toucher ce qui traîne du vêtement de la femme sont purifiées par la terre pure dans laquelle elle marche ensuite.

عن حميدة أنها سألتْ أمَّ سلمةَ زوجَ النبيِّ صلَّى اللهُ عليهِ وسلَّمَ ، فقالت : إني امرأةٌ أُطيلُ ذَيلي ، وأمشي في المكانِ القذِرِ ؟ ! فقالت أمُّ سلمةَ : قال رسولُ اللهِ صلَّى اللهُ عليهِ وسلَّمَ : يُطهِّرُه ما بعدَه 
(رواه أبو داود في سننه رقم ٣٨٣ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après une femme de Bani ‘Abdel Achhal, j’ai dit: Ô Messager d’Allah ! Nous avons un chemin vers la mosquée sur lequel il y a de la terre (*), comment devons-nous faire lorsqu’il pleut ?
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « N’y a t-il pas après un chemin meilleur ? ».
Elle a dit: Certes si.
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Ainsi celui-ci pour celui-là ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°384 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Sahih)

(*) C’est à dire qu’il y a des impuretés car la terre en elle-même est pure.
(voir Awn Al Ma’boud)

عن امرأة من بني عبدالأشهل قلتُ : يا رسولَ اللَّهِ إنَّ لَنا طريقًا إلى المسجد مُنْتِنَةً، فَكَيفَ نفعَلُ إذا مُطِرْنا؟ قالَ: أليسَ بعدَها طريقٌ هيَ أطيَبُ منها؟ قالت: قلتُ بلَى. قالَ: فَهَذِهِ بِهَذِهِ.
 (رواه أبو داود في سننه رقم ٣٨٤ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après ‘Ali (رضي الله عنه), le prophète (ﷺ) a dit : « le jour de la bataille de Khandaq (bataille des tranchés), ils (les associateurs) nous ont occupé durant la prière médiane, (c’est-à-dire) la prière du ‘asr. Qu’Allah remplisse leurs maisons et leurs tombes de feu ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°409 et authentifié par Cheikh Al Albani dans son Sahih Abi Daoud, Hadith Sahîh)

HISTOIRE RELATIF A CE HADITH…

YAWM Al AHZAB est le jour des coalisés, ce jour fait référence à la bataille d’el khandaq (la tranchée), elle eu lieu après la bataille de Ouhoud. Lorsque les musulmans ont été battus par les moushrikin à Ouhoud car les archets du prophète (صلى الله عليه و سلم) lui ont désobéis. Le prophète (صلى الله عليه و سلم) leur avait ordonné de rester à leur poste et de ne pas y bouger. Et lorsqu’ils virent que les musulmans avaient pris le dessus sur les polythéistes et qu’ils commençaient à se partager le butin, les archets du prophète (صلى الله عليه و سلم) ceux qui étaient postés sur un mont pour protéger les musulmans d’une quelconque attaque des moushrikin. Lorsqu’ils ont vue que la victoire été quasiment acquise, ils ont délaissés leur poste pour aller prendre leur pars de butin. Et c’est là que les moushrikin ont attaqués les musulmans par derrière. 70 compagnons du prophète (صلى الله عليه و سلم) y ont perdu la vie, parmi eux hamza (رضي الله عنه).

Les savants parlent beaucoup de cette défaite et ils disent qu’elle a eu lieu car il y a eu désobéissance au prophète (صلى الله عليه و سلم) et la désobéissance au prophète (صلى الله عليه و سلم) est toujours suivie de défaite. Si les musulmans veulent la victoire, Allah ne l’accorde qu’à ceux qui Lui obéisse et qui obéisse à Son prophète (صلى الله عليه و سلم). Mais en aucun cas Allah ne donne la victoire à des personnes qui Lui désobéissent ou qui désobéissent au prophète (صلى الله عليه و سلم). Allah dit dans le Coran : « Si vous donnez la victoire à Allah, Allah vous donnera la victoire ».

« donnez la victoire à Allah » : Les savants ont dit, Allah subhanahu ta’âlâ n’a besoin de personne, il n’a pas besoin qu’on lui donne la victoire. Allah subhanahu ta’âlâ est au dessus de tous, Il n’a besoin de rien mais tous avons besoin de Lui. Les savants ont expliqués : « donnez la victoire à Allah », signifie mettre en pratique Ses commandements et de délaisser Ses interdits. De mettre en pratique ce que le prophète (صلى الله عليه و سلم) nous a ordonné de faire et de délaisser ce qu’il nous a interdit. Donc un musulman qui applique les commandements d’Allah et délaisse les interdits, il a donné la victoire à Allah et Allah subhanhu ta’âlâ lui donnera la victoire. Et Allah subhanahu ta’âlâ dit : « Si vous donnez la victoire à Allah, Allah vous donnera la victoire », c’est une promesse d’Allah, c’est-à-dire qu’Allah prend l’engagement et la promesse de vous donner la victoire.

Donc après cette défaite des musulmans, les juifs ont profité de cette faiblesse et sont partie voir les moushrikin de kouraish pour les inciter à attaquer de nouveau les musulmans. Les juifs ont convaincus kouraish, une autre tribu appelé qatafan et d’autres tribus jusqu’à ce que le nombre de soldats est atteint 10 000 personnes. Ils ont décidés d’attaquer le prophète (صلى الله عليه و سلم) qui était à Médine. Lorsque le prophète (صلى الله عليه و سلم) a apprit cette nouvelle, que les moushrikin se dirigeaient vers Médine pour réattaquer les musulmans, le prophète (صلى الله عليه و سلم) a consulté ses compagnons pour prendre d’eux conseil : comment réagir fasse à cette attaque des moushrikin qui arrivent par milliers ?

Des compagnons, parmi eux Salâm el Fârisî (رضي الله عنه) ont conseillés au prophète (صلى الله عليه و سلم) de faire une tranchée autour de Médine pour préserver cette ville et en suite de se poster à chaque coin de la ville pour empêcher les moushrikin de rentrer dans Médine. Et c’est ce que le prophète (صلى الله عليه و سلم) a ordonné à ses compagnons de faire, ils ont creusés une tranchée toute autour de Médine et beaucoup de ahadith du prophète (صلى الله عليه و سلم) nous montre les miracles du prophète (صلى الله عليه و سلم), la grande force physique qu’il (صلى الله عليه و سلم) avait. Lorsque les compagnons (رضي الله عنهم) creusés la tranchée et qu’ils étaient bloqué par des gros rochers, ils appelés le prophète (صلى الله عليه و سلم) qui venait et d’un coup de main enlevé ces gros rochets qui ne pouvaient pas être déplacé par des dizaines et des dizaines de compagnons (رضي الله عنهم). Dans la creusé de cette tranchée, il y eu beaucoup de signe de la prophétie de notre prophète (صلى الله عليه و سلم).

Ensuite lorsque les moushrikin se sont approchés autour de Médine, ils sont restés un mois autour de Médine sans pouvoir attaquer ni s’approcher des musulmans. Parmi eux ‘Amr ibnu ‘Adouad dit : « il y a en cela une ruse que les arabes ne connaissaient pas », car il n’y avait que des cavaliers et les chevaux ne pouvaient pas traverser de longues tranchées. ‘Amr ibnu ‘Adouad a trouvé une faille dans la tranchée et la traversé avec certains de ses hommes et ‘Ali (رضي الله عنه), c’est empressé d’aller à son encontre et le tua d’un coup d’épée. Cela fit beaucoup de mal au moushrikin car il était un grand combattant.

Un des moushrikin est venu au prophète (صلى الله عليه و سلم) pour lui déclarer son islam et il lui dit : « dit moi ce que je peux faire pour toi et je le ferais ». Le prophète (صلى الله عليه و سلم) lui demande de retourner parmi les moushrikin et de semer la zizanie entre eux. C’est ce qu’il fit : il partit voir kouraïsh pour le dire que les juifs n’avaient pas l’intention de les aider. Il partit voir les juifs et leur dit que kouraïsh n’avait pas l’intention de les aider, qu’ils attendaient que parmi eux des personnes meurent afin de voir comment la bataille va se dérouler. Enfin de compte, ils se sont tous désisté, chacun attendant que l’autre attaque jusqu’à ce qu’Allah subhanahu ta’âlâ envoie un vent qui sema la zizanie dans leur cœurs et qui expulsa les moushrikin des alentours de Médine.
(EL-WADJÎZ FI FIQHI AS-SOUNNATI WA AL-KITÂBI EL ‘AZÎZ DU CHEIKH ‘ABDEL-‘ADHDIM EL-BADAWI – Le livre de la prière -)

عَنْ عَلِيٍّ، – رضى الله عنه – أَنَّ رَسُولَ اللَّهِ صلى الله عليه وسلم قَالَ يَوْمَ الْخَنْدَقِ ‏«‏ حَبَسُونَا عَنْ صَلاَةِ الْوُسْطَى صَلاَةِ الْعَصْرِ مَلأَ اللَّهُ بُيُوتَهُمْ وَقُبُورَهُمْ نَارًا ».‏
(رواه أبو داود في سننه رقم ۴۰۹ و حسنه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après ‘Aicha (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) nous a ordonné de construire des mosquées dans les quartiers, de les nettoyer et de les parfumer.
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°455 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Abou Daoud, Hadith Sahîh)
عن عائشة رضي الله عنها قالت : أمَرَ رسولُ اللهِ صلى الله عليه وسلم ببناءِ المساجدِ في الدورِ، وأن تُنَظَّفَ وتُطَيَّبَ.
(رواه أبو داود في سننه رقم ٤٥٥ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après ‘Amr Ibn Chou’ayb, d’après son père, d’après son grand-père (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) dit: « Ordonnez la prière à vos enfants lorsqu’ils ont 7 ans (1) et frappez les pour elle à 10 ans (2) et séparez les dans les lits (3) ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°495 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Abou Daoud, Hadith Hasan Sahîh)

(1) C’est à dire qu’on leur ordonne la prière et on leur enseigne ce qui concerne ses conditions, ses piliers et la manière de l’accomplir. De plus il faudra emmener le jeune garçon faire les prières en commun à la mosquée avec les musulmans.

L’imam Nawawi (mort en 676) a dit: « Le responsable de l’enfant devra lui ordonner d’assister à la prière en groupe ».
(Al Majmou Charh Al Mouhadhab vol 3 p 13)

(2) C’est à dire que si à 10 ans l’enfant n’est pas sérieux vis-à-vis de l’accomplissement de ses prières ou refuse de les accomplir alors on le corrige de manière non violente afin que ceci lui profite et ne lui nuise pas. C’est à dire que ceci va lui profiter en terme d’avertissement et en même temps ceci ne va pas lui nuire car cela ne va pas lui causer de blessure.
(Cours n°69 du Charh de Sounan Abi Daoud du Cheikh ‘Abdel Mouhsin Al ‘Abad)

Je précise également qu’il est interdit de frapper l’enfant au visage.
(voir Awn Al Ma’boud Bi Charh Sounan Abi Daoud)

(3) L’imam ‘Abder Raouf Al Mounawi a dit: « c’est à dire: ne faites pas dormir les enfants dans le même lit lorsqu’ils arrivent à l’âge de 10 ans pour prévenir contre le fait que leurs envies les fassent tomber dans des choses mauvaises malgré le lien de fraternité ».
(Voir Awn Al Ma’boud)

عن عمرو بن شعيب عن أبيه عن جده قال قال رسول الله صلى الله عليه وسلم مروا أولادكم بالصلاة وهم أبناء سبع سنين واضربوهم عليها وهم أبناء عشر وفرقوا بينهم في المضاجع.
(رواه أبو داود في سننه رقم ٤٩٥ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : حسن صحيح

.

D’après ‘Abd Allah Ibn Zayd dit : « Quand le Messager d’Allah (ﷺ) ordonna l’usage d’une cloche pour réunir les gens en vue l’accomplissement de la prière, un homme m’apparut en rêve porteur d’une cloche et je lui dit

– Ô esclave d’Allah, vends-tu la cloche ?
– Qu’en fais-tu ? Me dit-il
– Nous l’utilisons pour appeler les gens à la prière.
– Ne veux-tu pas que je t’indique un moyen meilleur, tu dis :

« Allahou akbar (1), Allahou Akbar, Allahou Akbar, Allahou Akbar

« Ashehadou an laa ilaha illa Allah (2)

« Ashehadou an laa ilaha illa Allah

« Ashehadou anna Muhammadan Rassoulou Allah (3)

« Ashehadou anna Muhammadan Rassoulou Allah

« Hayya ala as-Salat (4)

« Hayya ala as-salat

« Hayya ala as-salat

« Allahou akbar, Allahou akbar

« Laa ilaha illa Allah

Ensuite, il recula un peu avant d’ajouter : pour annoncer l’imminence de l’entrée en prière (l’Iqamah) tu dis :

« Allahou akbar »

« Allahou akbar »

« Ashehadou an laa ilaha illa Allah »

« Ashehadou anna Muhammadan Rassoulou Allah »

« Hayya ala as-salat, hayya al al-falah » (5)

« Qad qamat as-salat, qad qamat as-Salat »

« Allahou akbar, Allahou akbar »

« Laa ilaha illa Allah »

A mon réveil, j’alla en informer le Messager d’Allah (ﷺ) . Il dit : « Ce rêve exprime la vérité, s’il plaît à Allah. Va avec Bilal et apprends lui ce que tu as vu et qu’il l’utilise dans l’adhan car sa voix est plus belle que la tienne. » Je partis avec Bilal et je lui appris et il se mit à l’utiliser. Quand Omar Ibn al-Khattab qui se trouvait chez lui entendait l’appel, il sortit traînant son vêtement en disant : au non de Celui qui vous a envoyé ce message porteur de vérité, ô Messager d’Allah, j’avais vu ce qu’il a vu. » le Messager d’Allah (ﷺ) : « Allah soit loué. »
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°499 et authentifié par Cheikh Al Albani dans son Sahih Abi Daoud, Hadith Hasan Sahîh)

(1) Allah est le plus grand
(2) J’atteste qu’Il n’y a pas de divinité [qui mérite d’être adorée] en dehors d’Allah
(3) J’atteste que Mohamed est le messager d’Allah.
(4) Venez à la prière
(5) Venez à la félicité

عَنْ عبدالله بن زيد، قَالَ لَمَّا أَمَرَ رَسُولُ اللَّهِ صلى الله عليه وسلم بِالنَّاقُوسِ يُعْمَلُ لِيُضْرَبَ بِهِ لِلنَّاسِ لِجَمْعِ الصَّلاَةِ طَافَ بِي وَأَنَا نَائِمٌ رَجُلٌ يَحْمِلُ نَاقُوسًا فِي يَدِهِ فَقُلْتُ يَا عَبْدَ اللَّهِ أَتَبِيعُ النَّاقُوسَ قَالَ وَمَا تَصْنَعُ بِهِ فَقُلْتُ نَدْعُو بِهِ إِلَى الصَّلاَةِ ‏.‏ قَالَ أَفَلاَ أَدُلُّكَ عَلَى مَا هُوَ خَيْرٌ مِنْ ذَلِكَ فَقُلْتُ لَهُ بَلَى ‏.‏ قَالَ فَقَالَ تَقُولُ اللَّهُ أَكْبَرُ اللَّهُ أَكْبَرُ اللَّهُ أَكْبَرُ اللَّهُ أَكْبَرُ أَشْهَدُ أَنْ لاَ إِلَهَ إِلاَّ اللَّهُ أَشْهَدُ أَنْ لاَ إِلَهَ إِلاَّ اللَّهُ أَشْهَدُ أَنَّ مُحَمَّدًا رَسُولُ اللَّهِ أَشْهَدُ أَنَّ مُحَمَّدًا رَسُولُ اللَّهِ حَىَّ عَلَى الصَّلاَةِ حَىَّ عَلَى الصَّلاَةِ حَىَّ عَلَى الْفَلاَحِ حَىَّ عَلَى الْفَلاَحِ اللَّهُ أَكْبَرُ اللَّهُ أَكْبَرُ لاَ إِلَهَ إِلاَّ اللَّهُ قَالَ ثُمَّ اسْتَأْخَرَ عَنِّي غَيْرَ بَعِيدٍ ثُمَّ قَالَ وَتَقُولُ إِذَا أَقَمْتَ الصَّلاَةَ اللَّهُ أَكْبَرُ اللَّهُ أَكْبَرُ أَشْهَدُ أَنْ لاَ إِلَهَ إِلاَّ اللَّهُ أَشْهَدُ أَنَّ مُحَمَّدًا رَسُولُ اللَّهِ حَىَّ عَلَى الصَّلاَةِ حَىَّ عَلَى الْفَلاَحِ قَدْ قَامَتِ الصَّلاَةُ قَدْ قَامَتِ الصَّلاَةُ اللَّهُ أَكْبَرُ اللَّهُ أَكْبَرُ لاَ إِلَهَ إِلاَّ اللَّهُ فَلَمَّا أَصْبَحْتُ أَتَيْتُ رَسُولَ اللَّهِ صلى الله عليه وسلم فَأَخْبَرْتُهُ بِمَا رَأَيْتُ فَقَالَ ‏ »‏ إِنَّهَا لَرُؤْيَا حَقٌّ إِنْ شَاءَ اللَّهُ فَقُمْ مَعَ بِلاَلٍ فَأَلْقِ عَلَيْهِ مَا رَأَيْتَ فَلْيُؤَذِّنْ بِهِ فَإِنَّهُ أَنْدَى صَوْتًا مِنْكَ ‏ »‏ ‏.‏ فَقُمْتُ مَعَ بِلاَلٍ فَجَعَلْتُ أُلْقِيهِ عَلَيْهِ وَيُؤَذِّنُ بِهِ – قَالَ – فَسَمِعَ ذَلِكَ عُمَرُ بْنُ الْخَطَّابِ وَهُوَ فِي بَيْتِهِ فَخَرَجَ يَجُرُّ رِدَاءَهُ وَيَقُولُ وَالَّذِي بَعَثَكَ بِالْحَقِّ يَا رَسُولَ اللَّهِ لَقَدْ رَأَيْتُ مِثْلَ مَا رَأَى ‏.‏ فَقَالَ رَسُولُ اللَّهِ صلى الله عليه وسلم ‏«‏ فَلِلَّهِ الْحَمْدُ
(رواه أبو داود في سننه رقم ۴۹۹ و حسنه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : حسن صحيح

.

D’après Anas (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « L’invocation entre l’appel à la prière et l’iqama n’est pas repoussée ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°521 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Abou Daoud, Hadith Sahîh)
عن أنس رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : لا يرد الدعاء بين الأذان والإقامة
(رواه أبو داود في سننه رقم ٥٢١ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après Abou Darda (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Il n’y a pas trois personnes qui sont dans une ville ou une campagne et n’accomplissent pas la prière (*) sans que Chaytan ait pris le dessus sur eux. Ainsi je te recommande le groupe car certes le loup mange la brebis qui s’est éloignée du troupeau ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°547 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Abou Daoud, Hadith Hasan)

(*) C’est à dire la prière en groupe.
(Awn Al Ma’boud Bi Charh Sounan Abi Daoud)

عن أبي الدرداء رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه وسلم : ما من ثلاثة في قرية و لا بدو لا تقام فيهم الصلاة إلا استحوذ عليهم الشيطان . فعليك بالجماعة فإنما يأكل الذئب القاصية
(رواه أبو داود في سننه رقم ٥٤٧ و حسنه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : حسن

.

D’après Abdallah Ibn Oum Maktoum (qu’Allah l’agrée), j’ai demandé au Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui): Ô Messager d’Allah ! Je suis un homme aveugle et ma maison est éloignée. J’ai un guide mais il ne m’aide pas. Y a t-il une permission pour moi de prier dans ma maison ?
Le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « Est-ce que tu entends l’appel ? ».
J’ai dit: Oui.
Le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « Je ne trouve aucune permission pour toi ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°552 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Abou Daoud, Hadith Hasan Sahîh)

Dans le même sujet:

– Rapporté par Ahmed et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Targhib n°249

– Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°553 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Abou Daoud

عن عبدالله بن أم مكتوم رضي الله عنه : أنه سأل النبي صلى الله عليه وسلم فقال يا رسول الله إني رجل ضرير البصر شاسع الدار ولي قائد لا يلائمني فهل لي رخصة أن أصلي في بيتي ؟ قال : هل تسمع النداء ؟
قال : نعم
قال : لا أجد لك رخصة
(رواه أبو داود في سننه رقم ٥٥٢ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم :حسن صحيح

.

D’après Abdallah Ibn Oum Maktoum (qu’Allah l’agrée), j’ai dit: Ô Messager d’Allah ! Il y a certes beaucoup de bêtes dangereuses et d’animaux dangereux (1) à Médine.
Le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « Tu entends – Haya ‘ala salat haya ‘alal falah – (2) ? Alors viens et répond ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°553 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Abou Daoud, Hadith Sahîh)

(1) Les bêtes dangereuses comme des scorpions ou des serpents. Les animaux dangereux comme des loups ou des chiens.
(Voir Awn Al Ma’boud ‘Ala Charh Sounan Abi Daoud)

(2) Ce sont deux phrases de l’appel à la prière.

عن عبدالله بن أم مكتوم رضي الله عنه قال : يا رسول الله إن المدينة كثيرة الهوام والسباع . فقال النبي صلى الله عليه وسلم : أتسمع حي على الصلاة حي على الفلاح ؟ فحي هلا
(رواه أبو داود في سننه رقم ٥٥٣ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après Oubay Ibn Ka’b (qu’Allah l’agrée): Un jour le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a prié le sobh pour nous (1) puis il a dit: « Untel a t-il assisté à la prière? »
Ils ont dit: Non
Le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « Untel a t-il assisté à la prière? »
Ils ont dit: Non
Le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « Certes ces deux prières (2) sont les prières les plus dures pour les hypocrites. Si vous saviez ce qui s’y trouve (3) vous viendriez pour elles même en rampant.
Certes le premier rang est comme le rang des anges, si vous connaissiez son mérite vous vous y seriez précipités.
Et certes la prière d’un homme avec un autre homme est meilleure que la prière d’un homme seul. Sa prière avec deux hommes est meilleure que sa prière avec un seul et plus le nombre de prieurs est nombreux plus ceci est aimé par Allah (4) ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°554 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Abou Daoud, Hadith Hasan)

(1) C’est à dire comme imam.

(2) C’est à dire le sobh et le ‘icha.

(3) C’est à dire comme mérite et récompense.

(4) Le premier rang a été comparé au rang des anges car il est proche de l’imam comme le rang des anges est proche d’Allah.
(Awn Al Ma’boud ‘Ala Charh Sounan Ab Daoud)

Cheikh Saleh Al Fawzan a dit: « Il y a dans ce hadith une preuve que plus le nombre de personne est grand mieux c’est, le grand nombre de prieurs est meilleur que le petit nombre. Ainsi, il convient que le musulman s’efforce de prier dans la mosquée dont le nombre de prieurs est plus grand car la récompense y sera plus grande ».
(Tashil Al Ilmam Bi Fiqh Ahadith Boulough Al Maram vol 2 p 463)

عن أبي بن كعب رضي الله عنه قال : صلى بنا رسول الله صلى الله عليه وسلم يوما الصبح فقال : أشاهد فلان ؟
قالوا : لا
قال : أشاهد فلان ؟
قالوا : لا
قال رسول الله صلى الله عليه وسلم : إن هاتين الصلاتين أثقل الصلوات على المنافقين ولو تعلمون ما فيهما لأتيتموهما ولو حبوا على الركب وإن الصف الأول على مثل صف الملائكة ولو علمتم ما فضيلته لابتدرتموه وإن صلاة الرجل مع الرجل أزكى من صلاته وحده وصلاته مع الرجلين أزكى من
صلاته مع الرجل وما كثر فهو أحب إلى الله
(رواه أبو داود في سننه رقم ٥٥٤ و حسنه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : حسن

.

D’après ‘Othman Ibn ‘Affan (qu’Allah l’agrée), le Prophète (ﷺ) a dit: « Celui qui prie le ‘icha en groupe c’est comme s’il avait prié la moitié d’une nuit et celui qui prie le ‘icha et le fajr en groupe c’est comme s’il avait prié une nuit complète ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°555 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Abou Daoud, Hadith Sahîh)
عن عثمان بن عفان رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه وسلم : من صلى العشاء في جماعة كان كقيام نصف ليلة ومن صلى العشاء والفجر في جماعة كان كقيام ليلة
(رواه أبو داود في سننه رقم ٥٥٥ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après Abou Oumama Al Bahili (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Celui qui sort de sa maison pour la prière obligatoire en étant purifié, sa récompense est celle du pèlerin en état de sacralisation.
Celui qui sort pour la prière du doha en ne voulant qu’elle, sa récompense est celle de celui qui fait la ‘omra et une prière suite à une prière sans paroles futiles entre les deux est un livre dans le ‘illiyin (*) ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°558 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Abou Daoud, Hadith Hasan)

(*) Il s’agit d’un livre cacheté pour lequel les anges rapprochés d’Allah témoignent et dans lequel sont inscrits les actes de piété. Allah a expliqué cela dans la sourate Al Moutafifin n°83 versets 18 à 21.

عن أبي أمامة الباهلي رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه وسلم : من خرج من بيته متطهرًا إلى صلاة مكتوبة فأجره كأجر الحاج المحرم ومن خرج إلى تسبيح الضحى لا ينصبه إلا إياه فأجره كأجر المعتمر وصلاة على إثر صلاة لا لغو بينهما كتاب في عليين
(رواه أبو داود في سننه رقم ٥٥٨ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : حسن

.

D’après Abou Sa’id Al Khoudri (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « La prière en groupe est équivalente à vingt cinq prières et si la personne la prie dans une terre désertique (1) en complétant son inclinaison et sa prosternation la récompense atteint cinquante prières (2) ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°560 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Sahih)

(1) C’est à dire qu’il prie la prière en groupe alors qu’il est en voyage et se trouve sur un terre désertique.

(2) C’est à dire qu’il obtient cette récompense par rapport au fait qu’il accorde de l’importance à la prière en commun durant le voyage qui est un moment de fatigue et de difficulté.
(Voir Charh Sounan Abi Daoud de Cheikh Al ‘Abad cours n°77)

عن أبي سعيد الخدري رضي الله عنه قال النبي صلى الله عليه و سلم : الصلاة في جماعة تعدل خمسا وعشرين صلاة فإذا صلاها في فلاة فأتم ركوعها وسجودها بلغت خمسين صلاة
(رواه أبو داود في سننه رقم ٥٦٠ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après Bourayda (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « Annonce la bonne nouvelle, à ceux qui marchent vers la mosquée dans l’obscurité, d’une lumière complète le jour du jugement ».
(Rapporté par Abou Daoud n°561 et authentifié par cheikh Albani dans Sahîh Abou Daoud, Hadith Sahîh)
عن بريدة رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : بشر المشائين في الظلم إلى المساجد بالنور التام يوم القيامة
(رواه أبو داود في سننه رقم ٥٦١ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après Sa’id Ibn Mousayib, un homme parmi les ansars était sur le point de mourir et a dit: Je vais vous informer d’un hadith du Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) et je ne vous informe de ce hadith que par recherche de récompense.
J’ai entendu le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) dire: « Celui qui fait les ablutions en les parfaisant puis sort vers la prière (1), il ne lève pas son pied droit sans qu’Allah ne lui inscrive une récompense et il ne pose pas son pied gauche sans qu’Allah ne lui efface un péché, ainsi que l’un d’entre vous s’approche ou s’éloigne (2).
S’il se rend à la mosquée et prie avec le groupe il lui est pardonné.
S’il se rend à la mosquée et qu’ils ont déjà prié une partie de la prière et qu’il en reste une partie, il prie ce qu’il a attrapé (3) et complète ce qu’il a raté alors il obtient la même chose.
S’il se rend à la mosquée alors qu’ils ont prié et alors il prie, il obtient la même chose ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°563 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Abou Daoud, Hadith Sahîh)

(1) C’est à dire qu’il se rend à la mosquée.

(2) C’est à dire que plus la demeure de la personne est éloignée de la mosquée plus sa récompense sera grande.
(Charh Sounan Abi Daoud de Cheikh Al Abad, cours n°77)

(3) C’est à dire qu’il prie avec l’imam ce qui reste de la prière en commun.

عن سعيد بن المسيب رحم الله قال : حضر رجلا من الأنصار الموت فقال : إني محدثكم حديثا ما أحدثكموه إلا احتسابا .
سمعت رسول الله صلى الله عليه وسلم يقول : إذا توضأ أحدكم فأحسن الوضوء ثم خرج إلى الصلاة لم يرفع قدمه اليمنى إلا كتب الله عز وجل له حسنة ولم يضع قدمه اليسرى إلا حط الله عز وجل عنه سيئة فليقرب أحدكم أو ليبعد . فإن أتى المسجد فصلى في جماعة غفر له ، فإن أتى المسجد وقد صلوا بعضا وبقي بعض صلى ما أدرك وأتم ما بقي كان كذلك ، فإن أتى المسجد وقد صلوا فأتم الصلاة كان كذلك
(رواه أبو داود في سننه رقم ٥٦٣ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Celui qui fait les ablutions en les parfaisant puis part et trouve les gens ayant déjà prié (*), Allah lui donne la même récompense que celui qui a prié et a assisté à la prière sans que cela ne réduise en rien leurs récompenses ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°564 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Abi Daoud)

(*) C’est à dire qu’il est parti à la mosquée mais à son arrivée la prière était déjà terminée.

عن أبي هريرة رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه وسلم : من توضأ فأحسن وضوءه ثم راح فوجد الناس قد صلوا أعطاه الله مثل أجر من صلاها وحضرها لا ينقص ذلك من أجورهم شيئا
(رواه أبو داود في سننه رقم ٥٦٤ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après Abdallah Ibn Omar (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « N’interdisez pas à vos femmes de se rendre dans les mosquées mais leurs maisons sont meilleures pour elles ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°567 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Abou Daoud, Hadith Sahîh)
عن ابن عمر رضي الله عنهما قال رسول الله صلى الله عليه وسلم : لا تمنعوا نساءكم المساجد وبيوتهن خير لهن
(رواه أبو داود في سننه رقم ٥٦٧ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après Abou Sa’id Al Khoudri (qu’Allah l’agrée) : Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a vu un homme qui priait seul et alors il a dit : « N’y-a t-il pas un homme qui pourrait lui faire l’aumône en priant avec lui ? (*) ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°574 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Abi Daoud, Hadith Sahîh)

(*) C’est à dire que le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) et ses compagnons avaient terminé la prière en commun lorsqu’un homme est rentré à la mosquée.
Alors le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a encouragé à prier avec cet homme afin qu’il obtienne la récompense de la prière en commun et ainsi ceci revient à lui donner une aumône.
(Voir Awn Al Ma’boud ‘Ala Charh Sounan Abi Daoud ainsi que la version de ce hadith dans Sounan Tirmidhi n°220)

Remarque : Celui qui met cette sounna en pratique devra mettre comme intention que la seconde prière qu’il prie est une prière surérogatoire.

عن أبي سعيد الخدري رضي الله عنه أنَّ رسولَ اللَّهِ صلَّى اللَّهُ عليهِ وسلَّمَ أبصرَ رجلًا يصلِّي وحدَهُ فقالَ : ألا رجُلٌ يتصدَّقُ على هذا فيصلِّيَ معَهُ
(رواه أبو داود في سننه رقم ٥٧٤ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après Souleyman Ibn Yasar, je me suis rendu auprès d’Ibn ‘Omar (qu’Allah les agrée) à Boulat (1) alors que les gens priaient.
J’ai dit: Tu ne pries pas avec eux ?
Il a répondu: Certes j’ai déjà prié et j’ai certes entendu le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) dire: « Ne priez pas une prière deux fois le même jour (2) ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°579 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Abou Daoud, Hadith Hasan Sahih)

(1) C’est un endroit à Médine.(2) C’est à dire que la personne prie une prière obligatoire puis il la prie une seconde fois comme étant la prière obligatoire.
(Awn Al Ma’boud ‘Ala Charh Sounan Abi Daoud)

عن سليمان بن يسار أتيت ابن عمر رضي الله عنهما على البلاط وهم يصلون فقلت : ألا تصلي معهم ؟
قال : قد صليت إني سمعت رسول الله صلى الله عليه وسلم يقول : لا تصلوا صلاة في يوم مرتين
(رواه أبو داود في سننه رقم ٥٧٩ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : حسن صحيح

.

D’après Ali (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit:
« La clef de la prière est la purification, son tehrim (1) est le tekbir (2) et son tehlil (3) est le teslim (4) ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°618 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Abou Daoud, Hadith Hasan Sahîh)

(1) C’est à dire que à ce moment la personne rentre en prière et certaines choses deviennent interdites comme manger, boire, parler…
(2) C’est à dire le fait de dire Allahou Akbar.
(3) C’est à dire que les choses qui étaient interdites durant la prière redeviennent permises.
(4) C’est à dire le fait de dire Assalam Alaykou (Pour clôturer la prière)

عن علي رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : مفتاح الصلاة الطهور وتحريمها التكبير وتحليلها التسليم
(رواه أبو داود في سننه رقم ٦١٨ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : حسن صحيح

.

D’après Abdallah Ibn Mas’oud (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « Celui qui fait du isbal (1) avec son vêtement par orgueil dans la prière, il n’est vis à vis d’Allah ni dans le hil ni dans le haram (2)».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°637 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Abou Daoud, Hadith Sahîh)

(1) Ce terme signifie le fait de laisser descendre le vêtement en dessous de la cheville.
(2) L’imam Al Adhim Abadi a dit dans Awn Al Ma’boud: c’est à dire que Allah ne le met pas dans le hil des péchés, ce qui signifie qu’il ne lui pardonne pas et ne le protège pas du mal. Ou bien ceci signifie qu’il ne lui rend pas le paradis permis et ne le rend pas interdit au feu…

عن عبدالله بن مسعود رضي الله عنه قال النبي صلى الله عليه و سلم :مَن أسبلَ إزارَهُ في صلاتِهِ خُيلاءَ فليسَ مِنَ اللَّهِ في حِلٍّ ولا حرامٍ
(رواه أبو داود في سننه رقم ٦٣٧ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après ‘Aicha (Radhia Llahou ‘anha) Ummul Mu’minin, rapporte que Le Messager d’Allah (ﷺ) a dit :

« Allah (ﷻ) n’accepte la prière de la femme pubère que si elle porte un voile. »

Abou Daoud a dit: Cette tradition a été rapporté par Sa’id Ibn Abi ‘arubah – D’après Qatadah d’après Al-Hasan d’après Le Prophète (ﷺ).
(Rapporté par Abou Daoud et authentifié par Cheickh Al Albani dans son Sahih Abi Daoud n°641, Hadith Sahîh)

عَنْ عَائِشَةَ، عَنِ النَّبِيِّ صلى الله عليه وسلم أَنَّهُ قَالَ ‏ « ‏ لاَ يَقْبَلُ اللَّهُ صَلاَةَ حَائِضٍ إِلاَّ بِخِمَارٍ ‏ »‏ ‏.‏ قَالَ أَبُو دَاوُدَ رَوَاهُ سَعِيدٌ – يَعْنِي ابْنَ أَبِي عَرُوبَةَ – عَنْ قَتَادَةَ عَنِ الْحَسَنِ عَنِ النَّبِيِّ صلى الله عليه وسلم ‏.‏
(رواه أبو داود في سننه رقم ۶۴۱ و صححه الشيخ الألباني في صححه أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après Abou Sa’id al-Khudri:
« Un jour, alors que le Messager d’ALLAH (ﷺ) dirigeait ses Compagnons en prière, il (ﷺ) a enlevé ses sandales et les a placées à sa gauche.
Quand les gens ont vu cela, ils ont aussi enlevé leurs sandales.»
Lorsque le Messager d’Allah (ﷺ) eut fini sa Prière, il (ﷺ) leur dit : « Qu’avez-vous à enlever vos sandales ? » Ils dirent : « Nous t’avons vu enlever tes sandales, donc nous avons enlevé les nôtres. »

Il (ﷺ) dit : « En vérité, Djibril (صلى الله عليه وسلم) est venu à moi et m’a informé qu’il y avait une saleté en eux (sur mes sandales, donc je les ai enlevées). »

Quand l’un d’entre vous entre à la mosquée, qu’il regarde ses sandales : s’il y voit une saleté – qu’il les essuie et prie avec (ses sandales)
(Rapporté par Abou Daoud n°650 et authentifié par Cheikh Al Albani dans son Sahih Abi Daoud, Hadith Sahîh)

عَنْ أَبِي سَعِيدٍ الْخُدْرِيِّ، قَالَ بَيْنَمَا رَسُولُ اللَّهِ صلى الله عليه وسلم يُصَلِّي بِأَصْحَابِهِ إِذْ خَلَعَ نَعْلَيْهِ فَوَضَعَهُمَا عَنْ يَسَارِهِ فَلَمَّا رَأَى ذَلِكَ الْقَوْمُ أَلْقَوْا نِعَالَهُمْ فَلَمَّا قَضَى رَسُولُ اللَّهِ صلى الله عليه وسلم صَلاَتَهُ قَالَ «‏ مَا حَمَلَكُمْ عَلَى إِلْقَائِكُمْ نِعَالَكُمْ » ‏.‏ قَالُوا رَأَيْنَاكَ أَلْقَيْتَ نَعْلَيْكَ فَأَلْقَيْنَا نِعَالَنَا ‏.‏ فَقَالَ رَسُولُ اللَّهِ صلى الله عليه وسلم «‏ إِنَّ جِبْرِيلَ صلى الله عليه وسلم أَتَانِي فَأَخْبَرَنِي أَنَّ فِيهِمَا قَذَرًا »‏ ‏.‏ وَقَالَ ‏«‏ إِذَا جَاءَ أَحَدُكُمْ إِلَى الْمَسْجِدِ فَلْيَنْظُرْ فَإِنْ رَأَى فِي نَعْلَيْهِ قَذَرًا أَوْ أَذًى فَلْيَمْسَحْهُ وَلْيُصَلِّ فِيهِمَا »‏ ‏.‏
(رواه أبو داود في سننه رقم ۶۵۰ و صحيحه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après Aws ibn Thabit al-Ansari:
Le Messager Allah (ﷺ) a dit : « Divergez des juifs ! Car ils ne prient pas avec leurs chaussures et leurs sandales. »
(Rapporté par Abou Daoud et authentifié par Cheickh Al Albani dans son Sahih Abi Daoud n°652, Hadith Sahîh)

حَدَّثَنَا قُتَيْبَةُ بْنُ سَعِيدٍ، حَدَّثَنَا مَرْوَانُ بْنُ مُعَاوِيَةَ الْفَزَارِيُّ، عَنْ هِلاَلِ بْنِ مَيْمُونٍ الرَّمْلِيِّ، عَنْ يَعْلَى بْنِ شَدَّادِ بْنِ أَوْسٍ، عَنْ أَبِيهِ، قَالَ قَالَ رَسُولُ اللَّهِ صلى الله عليه وسلم ‏ « ‏ خَالِفُوا الْيَهُودَ فَإِنَّهُمْ لاَ يُصَلُّونَ فِي نِعَالِهِمْ وَلاَ خِفَافِهِمْ ‏ »‏ ‏.‏
(رواه أبو داود في سننه رقم ۶۵۲ و صححه الشيخ الألباني في صحيح داود)

حكم : صحيح

.

On rapporte de Nu’man ibn Bashir que le Messager d’Allah (ﷺ) s’est retourné vers les gens et a dit : « Alignez vos rangs (trois fois) et Allah rassemblera vos rangs ou Allah mettra des différences dans vos cœurs. »
Il dit : j’ai alors vu un homme mettre son épaule contre l’épaule de son compagnon, son genou contre le genou de son compagnon et sa cheville contre sa cheville
(Rapporté par Abou Daoud et authentifié par Cheikh Al Albani dans son Sahih Abi Daoud n°662, Hadith Sahîh)

قَالَ سَمِعْتُ النُّعْمَانَ بْنَ بَشِيرٍ، يَقُولُ أَقْبَلَ رَسُولُ اللَّهِ صلى الله عليه وسلم عَلَى النَّاسِ بِوَجْهِهِ فَقَالَ ‏ »‏ أَقِيمُوا صُفُوفَكُمْ ‏ »‏ ‏.‏ ثَلاَثًا ‏ »‏ وَاللَّهِ لَتُقِيمُنَّ صُفُوفَكُمْ أَوْ لَيُخَالِفَنَّ اللَّهُ بَيْنَ قُلُوبِكُمْ ‏ »‏ ‏.‏ قَالَ فَرَأَيْتُ الرَّجُلَ يُلْزِقُ مَنْكِبَهُ بِمَنْكِبِ صَاحِبِهِ وَرُكْبَتَهُ بِرُكْبَةِ صَاحِبِهِ وَكَعْبَهُ بِكَعْبِهِ ‏.‏
(رواه أبو داود في سننه رقم ۶۶۲ و حسنه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après Ibn Abbas (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Les meilleurs d’entre vous sont ceux qui ont les épaules les plus douces dans la salat ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounann°672 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Sahih)

Les savants ont expliqué ce hadith de trois manières:
– il désigne la personne qui lorsqu’on lui demande d’aligner le rang dans le prière en commun accepte sur le champ et ne fait pas preuve d’orgueil
– il désigne la personne qui est concentrée dans sa prière et ne bouge pas et ainsi il ne gêne pas la personne à côté d’elle
– il désigne également celui qui laisse facilement entrer dans le rang une personne arrivée en retard ou celle qui veut combler un vide

Ces explications sont tirées de l’ouvrage Awn Al Ma’boud Charh Sounan Abi Daoud.

عن بن عباس رضي الله عنهما قال النبي صلى الله عليه وسلم : خياركم ألينكم مناكب في الصلاة
(رواه أبو داود في سننه رقم ٦٧٢ و حسنه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après Aicha (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « Des gens ne cessent de se reculer du premier rang jusqu’à ce qu’Allah les recule dans le feu ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°679 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Abou Daoud, Hadith Sahîh)

Cheik Saleh Al Fawzan a dit: « Il y a dans le hadith de Abou Said (qu’Allah l’agrée) l’interdiction de se reculer du premier rang ainsi il convient à la personne de s’efforcer d’être au premier rang autant qu’elle peut, sinon au deuxième rang et ainsi de suite… »
(Tashil Al Ilmam Bi Fiqh Ahadith Boulough Al Maram vol 2 p 426)

Dans le même sujet Rapporté par Mouslim dans son Sahih n°438

عن عائشة رضي الله عنها قال النبي صلى الله عليه و سلم : لا يزال قوم يتأخرون عن الصف الأول حتى يؤخرهم الله في النار
(رواه أبو داود في سننه رقم ٦٧٩ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après Wabisah,
Le Messager d’Allah (ﷺ) a vu un homme prier seul derrière le rang. Il lui a ordonné de répéter.
Sulayman ibn Harb a dit: (c’est a dire de repérer) La prière.
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounans n°682 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Hasan)

═ ANNONTATION ‎════════

Concernant celui qui ne trouve aucune place dans le rang de la mosquée…

S’il risque de rater la prière et ne trouve aucune place dans le rang et que personne ne vient le rejoindre, il prie seul derrière eux en suivant l’imam. Sa prière est valide compte tenu des propos du Très Haut :

« Craignez Allah, donc autant que vous pouvez »
[Sourate 64 : la grande perte, Verset 16]

فَاتَّقُوا اللَّهَ مَا اسْتَطَعْتُمْ

C’est l’avis émis par Cheikh al islam Ibn Taymiyya (Puisse Allah le Très Haut lui accorder sa miséricorde )

فإذا خشي أن تفوته الصلاة ولم يجد مكانا في الصفّ ولم يأت أحد صلى وراءهم مقتديا بالإمام وصلاته صحيحة لقوله تعالى : ( فاتقوا الله ما استطعتم ) كما أفتى بذلك شيخ الإسلام ابن تيمية رحمه الله تعالى .

Et Allah 3alam.

عَنْ وَابِصَةَ، أَنَّ رَسُولَ اللَّهِ صلى الله عليه وسلم رَأَى رَجُلاً يُصَلِّي خَلْفَ الصَّفِّ وَحْدَهُ فَأَمَرَهُ أَنْ يُعِيدَ – قَالَ سُلَيْمَانُ بْنُ حَرْبٍ – الصَّلاَةَ ‏.‏
(رواه أبو داود في سننه رقم ۶۸۲ و حسنه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : حسن

.

D’après ‘Ammar Ibn Yasir (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Certes un homme peut partir et il ne lui a été écrit de sa prière que le dixième, le neuvième, le huitième, le septième, le sixième, le cinquième, le quart, le tiers, la moitié ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°796 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Abou Daoud, Hadith Hasan)
عن عمار بن ياسر رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه وسلم : إن الرجل لينصرف وما كتب له إلا عشر صلاته ، تسعها ، ثمنها ، سبعها ، سدسها ، خمسها ، ربعها ، ثلثها ، نصفها
(رواه أبو داود في سننه رقم ٧٩٦ و حسنه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : حسن

.

D’après Jabir Ibn ‘Abdillah (qu’Allah les agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) est sorti vers nous alors que nous lisions le Coran.
Il y avait parmi nous des bédouins et des gens qui n’étaient pas des arabes (1) et il dit alors: « Lisez, tout cela est bien. Des gens viendront et le placeront comme on place la flèche avant qu’elle ne soit tirée (2), ils voudront par lui l’ici bas et non l’au-delà ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°830 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Abi Daoud, Hadith Sahîh)

(1) C’est à dire qu’il y avait des gens dont la lecture était plus belle que celle des autres.

(2) C’est à dire qu’ils vont exceller dans la lecture du Coran, dans la prononciation correcte des lettres.

Le sens du hadith est qu’ils vont très bien lire le Coran mais par ostentation, vantardise et de manière prétentieuse.
Ainsi celui qui lit le Coran pour obtenir sa récompense dans l’au-delà même s’il ne maîtrise pas parfaitement les règles de lecture et la prononciation des lettres est meilleure que celui qui le lit très bien mais ne recherche pas l’au-delà par sa lecture.
(Voir Awn Al Ma’boud ‘Ala Charh Sounan Abi Daoud)

عن جابر بن عبدالله رضي الله عنهما قال : خرج علينا رسول الله صلى الله عليه وسلم ونحن نقرأ القرآن وفينا الأعرابي والأعجمي فقال : اقرءوا فكل حسن وسيجيء أقوام يقيمونه كما يقام القدح يتعجلونه ولا يتأجلونه
(رواه أبو داود في سننه رقم ٨٣٠ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Lorsque l’un de vous se prosterne (*) qu’il ne fasse pas comme fait le chameau, qu’il pose ses mains avant ses genoux ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°840 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abou Daoud, Hadith Sahîh)

(*) C’est à dire durant la prière.

عن أبي هريرة رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه وسلم : إذا سجد أحدكم فلا يبرك كما يبرك البعير و ليضع يديه قبل ركبتيه
(رواه أبو داود في سننه رقم ٨٤٠ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après Asma Bint Abi Bakr (qu’Allah les agrée elle et son père), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Celle d’entre vous qui croit en Allah et au jour dernier qu’elle ne lève pas sa tête avant que les hommes ne relèvent leurs têtes de crainte qu’elle ne voit les parties intimes des hommes (*) ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°851 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Abi Daoud, Hadith Sahîh)

(*) À l’époque les gens étaient très pauvres et beaucoup d’hommes ne possédaient pas des vêtements qui leur permettent de bien se cacher.
Ainsi dans la prière en commun les femmes ne devaient lever leurs têtes de la prosternation qu’une fois que les hommes se sont assis de crainte qu’elles ne voient une chose qu’elles ne devraient pas voir.Ce hadith est donc une incitation et un encouragement pour la femme qui croit en Allah et au jour dernier de s’éloigner des situations dans lesquelles elles pourraient voir la nudité des gens.
(Charh Sounan Abi Daoud de cheikh Al ‘Abad cours n°110)

Remarque : Ce hadith concerne les femmes mais le jugement est strictement identique en ce qui concerne les hommes.

Allah a ordonné aux croyants, comme aux croyantes, de baisser leurs regards et leur a interdit de regarder la nudité des gens.
(Voir Taysir Al Karim Ar Rahman Fi Tefsir Kalam Al Mannan de Cheikh Sa’di p 566)

Allah a dit dans la sourate An Nour n°24 versets 30 et 31 (traduction approchée du sens du verset) : « Dis aux croyants de baisser leurs regards et de préserver leurs sexes, ceci est plus pur pour eux. Certes Allah est Connaisseur de ce qu’ils font.
Et dis aux croyantes de baisser leurs regards et de préserver leurs sexes ».

قال الله تعالى : قل للمؤمنين يغضوا من أبصارهم ويحفظوا فروجهم ذلك أزكى لهم إنّ الله خبير بما يصنعون وقل للمؤمنات يغضضن من أبصارهنّ ويحفظن فروجهنّ
(سورة النور ٣٠ و ٣١)
عن أسماء بنت أبي بكر رضي الله عنهما قال النّبي صلّى الله عليه و سلّم : من كان منكنّ يؤمنّ بالله واليوم الآخر فلا ترفع رأسها حتّى يرفع الرّجال رءوسهم كراهية أن يرين من عورات الرّجال
(رواه أبو داود في سننه رقم ٨٥١ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après Zayd Ibn Khalid Al Jouhni (qu’Allah l’agrée), le Prophète (ﷺ) a dit « Celui qui fait les ablutions en les parfaisant, puis prie deux unités de prière dans lesquelles il n’est pas innatentif, alors il lui est pardonné ses péchés précédents ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°905 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Abi Daoud, Hadith Hasan)

Ce hadith nous montre que les ablutions effacent les péchés à condition qu’elles aient été pratiquées parfaitement, c’est à dire comme Allah l’a ordonné.
Ainsi il est important pour le musulman d’apprendre en détail la description et les règles des ablutions telles qu’elles sont énoncées dans le Coran et la Sounna.

عن زيد بن خالد الجهني رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه وسلم : من توضأ فأحسن الوضوء ثم صلى ركعتين لا يسهو فيهما غفر له ما تقدم من ذنبه
(رواه أبو داود في سننه رقم ٩٠٥ و حسنه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : حسن

.

D’après ‘Aicha (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) priait alors que la porte était fermée de son côté. Je suis venu et j’ai demandé qu’il m’ouvre alors il a marché et m’a ouvert puis il est retourné à son endroit de prière.
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°922 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Hasan)

Ce hadith montre qu’il est permis au prieur de faire des gestes limités dont il a besoin.
(Voir Charh Sounan Abi Daoud de Cheikh Al ‘Abad cours n°117)

عن عائشة رضي الله عنها قالت : كان رسول الله صلى الله عليه وسلم يصلي والباب عليه مغلق فجئت فاستفتحت فمشى ففتح لي ثم رجع إلى مصلاه
(رواه أبو داود في سننه رقم ٩٢٢ و حسنه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : حسن

.

D’après ‘Abdallah Ibn ‘Abbas (qu’Allah les agrée lui et son père) : Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a appelé les deux prosternations de la distraction les deux humiliantes (*).
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°1025 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud)

(*) Les deux prosternations de la distraction sont deux prosternations que la personne fait à la fin de sa prière lorsqu’une erreur a été commise durant la prière.
Les détails à propos des règles de ces deux prosternations peuvent être trouvés dans les ouvrages de jurisprudence.
Ces deux prosternations ont été nommées ainsi car elles humilient Chaytan qui est la cause de la distraction de la personne dans sa prière.
(Voir ‘Awn Al Ma’boud ‘Ala Charh Sounan Abi Daoud)

عن عبدالله بن عباس رضي الله عنهما أن النبي صلى الله عليه وسلم سمى سجدتي السهو المرغمتين
(رواه أبو داود في سننه رقم ١٠٢٥ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après Thawban, le Prophète (ﷺ) a dit:
« Pour chaque oubli (dans la prière) implique d’accomplir deux prosternations après avoir salué. (*) »
(Rapporté par Abou Daoud dans ses sounans n°1038, et authentifié par Cheikh Al Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Hasan)

(*) Les prosternation de distraction peuvent être pratiquées dans tous les cas de figure avant ou après le salut final, mais il est meilleur,
– s’il s’agit d’un manque, que cela soit accompli avant le salut,
– et s’il s’agit d’un ajout, que cela soit après le salut

عَنْ ثَوْبَانَ، عَنِ النَّبِيِّ صلى الله عليه وسلم قَالَ ‏: لِكُلِّ سَهْوٍ سَجْدَتَانِ بَعْدَ مَا يُسَلِّمُ ‏ »
(رواه أبو داود في سننه رقم ۱۰۳۸ و الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : حسن

.

D’après Zayd Ibn Thabit (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « La prière d’une personne chez lui est meilleure que sa prière dans ma mosquée-ci (*) sauf la prière obligatoire ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°1044 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Abi Daoud, Hadith Sahîh)

(*) C’est à dire la mosquée du Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) qui se trouve à Médine.

Le sens du hadith est donc que la prière surérogatoire est plus récompensée lorsqu’elle est faite à la maison que lorsqu’elle est fait dans une mosquée, même si cette mosquée a un mérite particulier.

عن زيد بن ثابت رضي الله عنه قال النبي صلى الله عليه و سلم : صلاة المرء في بيته أفضل من صلاته في مسجدي هذا إلا المكتوبة
(رواه أبو داود في سننه رقم ١٠٤٤ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après Al-Ja’d ad-Damri, Le Prophète صلّى الله عليه وآله وسلّم a dit aussi : « Celui qui abandonne la prière de vendredi trois fois par négligence, Allah mettra un sceau sur son cœur »
(Rapporté par Abou Daoud et authentifié par Cheickh Al Albani dans son Sahih Abi Daoud n°1052, Hadith Hasan Sahih)

عَنْ أَبِي الْجَعْدِ الضَّمْرِيِّ، – وَكَانَتْ لَهُ صُحْبَةٌ – أَنَّ رَسُولَ اللَّهِ صلى الله عليه وسلم قَالَ ‏ « ‏ مَنْ تَرَكَ ثَلاَثَ جُمَعٍ تَهَاوُنًا بِهَا طَبَعَ اللَّهُ عَلَى قَلْبِهِ ‏ »‏ ‏.‏
(رواه أبو داود في سننه رقم ۱۰۵۲ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : حسن صحيح

.

D’après Abou Malayh, d’après son père, j’ai assisté à un jour du vendredi avec le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) à l’époque de Al Houdeybiya (1). Ils ont été touchés par la pluie qui n’a même pas mouillé le dessous de leurs chaussures (2) et il leur a ordonné de prier dans leurs demeures.
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°1059 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Abi Daoud, Hadith Sahîh)

(1) Al Houdeybiya est le nom d’un puits proche de la Mecque auprès duquel le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) qui était venu avec ses compagnons pour accomplir la ‘Omra a conclu un pacte pour qu’il n’accomplissent pas la ‘Omra cette année là et qu’ils reviennent l’accomplir l’année suivante. Le pacte a eu lieu durant le mois de Chawal de l’an 6 après la hijra.
Ainsi le sens dans le hadith est que ceci s’est produit durant la 6ème année après la Hijra.

(2) C’est à dire qu’il n’y avait pas beaucoup de pluie.

Remarque: Il faut préciser que les savants disent que si une personne sort de chez elle pour aller travailler, ouvrir son magasin ou autre parmi les choses de l’ici-bas et ceci malgré la pluie, alors dans ce cas la pluie ne sera pas pour elle une excuse pour ne pas se rendre à la prière du joumou’a.

عَنْ أَبِي الْمَلِيحِ، عَنْ أَبِيهِ، أَنَّهُ شَهِدَ النَّبِيَّ صلى الله عليه وسلم زَمَنَ الْحُدَيْبِيَةِ فِي يَوْمِ جُمُعَةٍ وَأَصَابَهُمْ مَطَرٌ لَمْ تَبْتَلَّ أَسْفَلُ نِعَالِهِمْ فَأَمَرَهُمْ أَنْ يُصَلُّوا فِي رِحَالِهِمْ
(رواه أبو داود في سننه رقم ١٠٥٩ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après Tariq ibn Shihab, Le Prophète (ﷺ) a dit:
« La prière du vendredi est une obligation a accomplir en congrégation pour tout musulman hormis pour quatre d’entre eux : l’esclave, la femme, l’enfant et le malade. ».
(Rapporté par Abou Daoud et authentifié par Cheikh Al Albani dans son Sahih Abi Daoud n°1067, Hadith Sahih)

عَنْ طَارِقِ بْنِ شِهَابٍ، عَنِ النَّبِيِّ صلى الله عليه وسلم قَالَ ‏ «‏ الْجُمُعَةُ حَقٌّ وَاجِبٌ عَلَى كُلِّ مُسْلِمٍ فِي جَمَاعَةٍ إِلاَّ أَرْبَعَةً عَبْدٌ مَمْلُوكٌ أَوِ امْرَأَةٌ أَوْ صَبِيٌّ أَوْ مَرِيضٌ ».‏ ‏
(رواه أبو داود في صححه رقم ۱۰۶۷ و حسنه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après Iyas Ibn Abi Ramla Al Chami, j’ai vu Mou’awiya Ibn Abi Sofiane (qu’Allah les agrée) demander à Zayd Ibn Arqam (qu’Allah l’agrée): Est-ce que tu as assisté avec le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) à deux ‘id qui sont tombés le même jour (*) ?
Il a dit: Oui.
Mou’awiya Ibn Abi Sofiane (qu’Allah l’agrée) a dit: Comment a t-il fait ?
Zayd Ibn Arqam (qu’Allah l’agrée) a dit: Il a prié la prière du ‘id puis il a accordé une facilité pour le joumou’a et il a dit: « Celui qui veut prier qu’il prie ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°1070 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Abi Daoud, Hadith Sahîh)

(*) C’est à dire le ‘id qui tombe un vendredi.

Cheikh Al Islam ibn Taymiya (mort en 728) a dit: « L’avis juste est que celui qui a assisté au ‘id n’est pas tenu d’assister au joumou’a mais l’imam doit tout de même prier le joumou’a afin qu’y assistent ceux qui le souhaitent et ceux qui n’ont pas assisté au ‘id. Ceci est ce qui est rapporté du Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) et de ses compagnons (qu’Allah les agrée) comme ‘Omar, ‘Othmane, Ibn Mas’oud, Ibn ‘Abbas, Ibn Zoubayr et d’autres et il n’y a pas de divergence connue entre les compagnons du Prophète (qu’Allah les agrée) sur cela ».
(Majmou’ Al Fatawa 24/211)

Cheikh ‘Abdallah Al Bassam a dit: « Le terme -facilité- dans le hadith de Zayd Ibn Arqam (qu’Allah l’agrée) (*) montre que ce qui est préférable est d’assister au joumou’a ».
(Tawdih Al Ahkam vol 2 p 596)

Cheikh Saleh Al Fawzan a dit: « Si la personne prie la prière du ‘id avec l’imam alors il n’est pas tenu d’assister au joumou’a mais s’il y assiste alors ceci est préférable ».
(Tashil Al Ilmam vol 2 p 533)

عن إياس بن أبي رملة الشامي شهدت معاوية بن أبي سفيان رضي الله عنهما وهو يسأل زيد بن أرقم رضي الله عنه قال : أشهدت مع رسول اللهِ صلى الله عليه وسلم عيدين اجتمعا في يوم ؟
قال : نعم
قال : فكيف صنع ؟
قال : صلى العيد ثم رخص في الجمعة فقال من شاء أن يصلي فليصل
(رواه أبو داود في سننه رقم ١٠٧٠ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après ‘Ata Ibn Abi Rabah, ‘Abdallah Ibn Zoubayr (qu’Allah l’agrée) a prié pour nous la prière du ‘id au début du jour puis nous sommes partis au joumou’a mais il n’est pas sorti vers nous (1). Alors nous avons prié seuls (2).
Ibn ‘Abbas (qu’Allah les agrée) était à Taïf (3) et lorsqu’il est revenu nous lui avons mentionné cela et il a dit: « Il a pratiqué la sounna ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°1071 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Abi Daoud, Hadith Sahîh)

(1) C’est à dire qu’ils l’attendaient pour qu’il soit leur imam pour le joumou’a mais il n’est pas venu.

(2) L’imam San’ani (mort en 1182) a dit: « C’est à dire qu’ils ont prié le dohr et ceci montre que personne ne dit que dans ce cas il n’y a pas à prier le dohr. De plus il n’est pas possible de dire qu’ils ont prié le joumou’a seuls car le joumou’a n’est valable qu’en groupe par consensus des savants ».
(Souboul Salam vol 3 p 146)

(3) C’est le nom d’une ville proche de La Mecque.

عن عطاء بن أبي رباح قال : صلى بنا ابن الزبير رضي الله عنه في يوم عيد في يوم جمعة أول النهار ثم رحنا إلى الجمعة فلم يخرج إلينا فصلينا وحدانا وكان ابن عبًاس رضي الله عنهما بالطائف فلما قدم ذكرنا ذلك له فقال : أصاب السنة
(رواه أبو داود في سننه رقم ١٠٧١ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Certes il y a deux ‘id qui sont rassemblés dans votre jour-ci: celui qui veut ceci lui suffira vis-à-vis du joumou’a (*) et nous allons faire le joumou’a ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°1073 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Abi Daoud, Hadith Sahîh)

(*) C’est à dire que celui qui a assisté au ‘id peut s’il le souhaite ne pas assister au joumou’a.

عن أبي هريرة رضي الله عنه قال النبي صلى الله عليه و سلم : قد اجتمع في يومكم هذا عيدان فمن شاء أجزأه من الجمعة وإنا مجمعون
(رواه أبو داود في سننه رقم ١٠٧٣ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après ‘Amr Ibn Chou’ayb, d’après son père, d’après son grand père (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a interdit d’acheter et de vendre dans la mosquée, d’y chercher un bétail que l’on a perdu (1), d’y faire de la poésie et de se rassembler avant la prière le jour du vendredi (2).
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounans n°1079 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Hasan)

(1) Les choses perdues autre que des animaux ont le même jugement, ceci par analogie avec les animaux perdus.
(Minatoul Moun’im Charh Sahih Mouslim vol 1 p 358)

(2) C’est à dire pour la science et le rappel.
(‘Awn Al Ma’boud ‘Ala Charh Sounan Abi Daoud)

عن عمرو بن شعيب عن أبيه عن جده رضي الله عنه أنَّ رسولَ الله صلّى الله عليه وسلّم نهى عنْ الشراءِ والبيعِ في المسجدِ وأن تُنْشَدَ فيه ضَالّةٌ وأنْ يٌنْشَدَ فيه شِعْرٌ ونَهَى عنِ التَّحْلِقِ قبلَ الصلاةِ يومَ الجمعةِ
(رواه أبو داود في سننه رقم ١٠٧٩ و حسنه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : حسن

.

D’après ‘Aicha (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Si l’un d’entre vous a un hadath durant sa prière (1), qu’il attrape son nez (2) puis qu’il parte ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°1114 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Abi Daoud, Hadith Sahîh)

(1) C’est à dire qu’il y a eu une chose qui a annulé ses ablutions comme un gaz par exemple.

(2) Ainsi les gens vont penser qu’il saigne du nez.
(Awn Al Ma’boud)

عن عائشة رضي الله عنها قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : إذا أحدث أحدكم في صلاته فليأخذ بأنفه ثم لينصرف
(رواه أبو داود في سننه رقم ١١١٤ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après Anas (qu’Allah l’agrée): Lorsque le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) est arrivé à Médine ils (1) avaient deux jours durant lesquels ils se divertissaient.
Le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: Quels sont ces deux jours ?
Ils ont dit: Nous avions l’habitude de nous divertir durant ces deux jours dans la Jahiliya (2).
Le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « Certes Allah vous a remplacé ces deux jours par deux jours meilleurs: le jour du sacrifice et le jour de la rupture du jeûne ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°1134 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Abi Daoud, Hadith Sahîh)

(1) C’est à dire les gens de Médine.
(2) C’est à dire la période avant l’Islam.

عن أنس رضي الله عنه قال : قدم رسول الله صلى الله عليه وسلم المدينة ولهم يومان يلعبون فيهما .
فقال : ما هذان اليومان ؟
قالوا : كنا نلعب فيهما في الجاهلية
فقال رسول الله صلى الله عليه وسلم : إن الله قد أبدلكم بهما خيرا منهما يوم الأضحى ويوم الفطر
(رواه أبو داود في سننه رقم ١١٣٤ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après ‘Abdallah Ibn ‘Amr (qu’Allah les agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Le tekbir pour le fitr est au nombre de 7 dans la première (*) et au nombre de 5 dans la dernière (*) et la lecture a lieu après dans les deux (*) ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°1151 et authentifié par Cheikh Albani Sahîh Abi Daoud, Hadith Hasan)

(*) C’est à dire raka’a / unité de prière

عن عبدالله بن عمرو رضي الله عنهما قال النبي صلى الله عليه و سلم : التكبير في الفطر سبع في الأولى وخمس في الآخرة والقراءة بعدهما كلتيهما
(رواه أبو داود في سننه رقم ١١٥١ و حسنه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : حسن

.

D’après ‘Oqba Ibn ‘Amir (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Votre Seigneur s’étonne d’un gardien de troupeau au sommet d’une montagne qui fait l’adhan (*) et prie. Allah dit alors: Regardez mon serviteur, il fait l’adhan et accomplit la prière, il me craint. J’ai certes pardonné à mon serviteur et Je le fais rentrer au paradis ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°1203 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Abi Daoud, Hadith Sahîh)

(*) C’est à dire l’appel à la prière.

عن عقبة بن عامر رضي الله عنه قال النبي صلى الله عليه و سلم : يعجَبُ ربُّكم مِن راعي غنمٍ في رأسِ شظيَّةٍ بجبلٍ ، يؤذِّنُ بالصَّلاةِ ، ويصلِّي ، فيقولُ اللَّهُ عزَّ وجلَّ: انظروا إلى عبدي هذا يؤذِّنُ ، ويقيمُ الصَّلاةَ ، يخافُ منِّي ، قد غفَرتُ لعبدي وأدخلتُهُ الجنَّةَ
(رواه أبو داود في سننه رقم ١٢٠٣ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après Abou-Hourayra (qu’Allah l’agrée)
Le Messager d’Allah (ﷺ) a dit :« Si l’iqama est établie pour la salat alors il n’y a aucune salat à part l’obligatoire »
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounans n°1266 et authentifié par Cheikh Al Albani dans son Sahih Abi Daoud, Hadith Sahih)

═ Annotation ‎════════

Que doit faire celui qui est en train de prier alors que le rassemblement à la prière est effectué ?

PREMIÈRE AVIS : Les savants disent que la personne doit continuer sa prière lorsqu’il y a l’iqâma car Allah subhanahu ta’âlâ a dit :

« Et n’annulez pas vos actes »
[Sourate 47 : muhammad, Verset 33]

وَلَا تُبْطِلُوا أَعْمَالَكُمْ

donc à partir du moment où l’on commence un acte, on ne doit pas l’annuler.

DEUXIÈME AVIS : D’autre savants disent que l’on doit couper la prière quelque soit l’endroit ou tu ais dans ta prière

TROISIÈME AVIS : Cet avis se divise en deux.

Lorsque la personne a fait une première raka’a au moment de l’iqâma, il continue la prière. Si au moment de l’iqâma, il est à la première raka’a mais qu’elle n’est pas complète, il sort de la prière. C’est l’avis de sheikh ‘Uthaymin est il cite comme preuve le hadith du prophète (صلى الله عليه و سلم)

Dans Sunan Nasa’i – Livre du Temps (De la Prière)

D’après Abou Houraira, le Messager d’Allah (ﷺ) a dit: « Celui qui atteint une Rakat de la prière a alors atteint la prière. »
(Rapporté par Nasai dans ses Sounan n°554 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Nasai, Hadith Sahîh)

et cela est comparable au fait de prier durant un horaire interdit car le prophète (صلى الله عليه و سلم) a considéré la prière comme étant valide malgré le fait que la deuxième raka’a soit faite pendant une heure interdite.

Sheikh Albani (Qu’Allah lui fasse Miséricorde) considère que cela relève du cas par cas, tout dépend de la manière de prier de la personne et tout dépend de la manière de présidé de l’imam. Le principal est de finir la prière avant takbir ul ihrâm si la personne sait qu’elle peut finir sa prière avant takbir ul ihrâm, elle continue sa prière. Si elle sait qu’elle ne pourra pas atteindre takbir ul ihrâm, elle coupe sa prière. Et dans cela beaucoup de paramètre rentre en jeux.

Pour couper la prière, les savants sont d’avis que la personne sort sans faire le salam car le prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : « il n’y a pas de prière sauf celle qui est obligatoire » et dans un autre hadith, il (صلى الله عليه و سلم) dit : « les clefs de la prière sont la purification. Ce qui interdit les choses autorisé en dehors de la prière est le takbir et ce qui autorise les choses interdites dans la prière est le taslim »

[Source : EL-WADJÎZ FI FIQHI AS-SOUNNATI WA AL-KITÂBI EL ‘AZÎZ DU CHEIKH ‘ABDEL-‘ADHDIM EL-BADAWI – Le livre de la prière -]

عَنْ مُعَاذِ بْنِ جَبَلٍ، قَالَ قَالَ رَسُولُ اللَّهِ صلى الله عليه وسلم ‏ «‏ اتَّقُوا الْمَلاَعِنَ الثَّلاَثَ الْبَرَازَ فِي الْمَوَارِدِ وَقَارِعَةِ الطَّرِيقِ وَالظِّلِّ »‏ ‏.‏
(رواه أبو داود في سننه رقم ۱۲۶۶ و حسنه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après Ibn ‘Abbas (qu’Allah les agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit à al-Abbas ibn AbdulMuttalib: « Ô ‘Abbas, ô mon oncle! Ne veux tu pas que je te fasse un don, une offre, une faveur? Ne veux tu pas que je te fasse profiter de dix caractéristiques? Si tu fais cela Allah te pardonnera tes péchés, les premiers et les derniers, les anciens et les récents, ceux faits par erreur ou volontairement, les petits et les grands, les cachés et ceux qui sont apparents, dix caractéristiques!

Tu pries 4 unités de prière en lisant dans chaque unité la Fatiha du livre et une sourate. Lorsque tu as terminé la lecture au début de la raka’a dit alors que tu es debout « Sobhanallah Wal Hamdoulilah Wa La Ilaha Illa Allah Wallahou Akbar » 15 fois, puis tu te mets en inclinaison et tu le dit 10 fois alors que tu es en inclinaison, puis tu relève ta tête de l’inclinaison et tu le dit 10 fois, puis tu te prosterne et tu le dit 10 fois alors que tu es prosterné, puis tu relève ta tête de la prosternation et tu le dit 10 fois, puis tu te prosternes et tu le dit 10 fois, puis tu relèves ta tête de la prosternation et tu le dit 10 fois.

Ceci fait 75 fois dans chaque unité de prière et tu fais cela dans les 4 unités de prière.

Si tu peux la prier chaque jour fais le, si tu peux la prier chaque semaine fais le, si tu ne le fais pas alors une fois chaque mois, si tu ne le fais pas alors une fois chaque année, si tu ne le fais pas alors une fois dans ta vie ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°1297 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Abi Daoud, Hadith Sahîh)

Ce hadith a été entre autres authentifié par:
– L’imam Ahmed Ibn Hanbal (voir Al Ajwiba Ala Ahadith Al Masabih de Ibn Hajar dans Hidayatou Rouwat vol 2 p 81)
– L’imam Ishaq Ibn Rahaway (Masail Ahmed wa Ishaq Ibn Rahaway min riwaya Ishaq Ibn Mansour n°3309)
– L’imam Daraqutni (Al Talkhis Al Habir vol 2 p 14)
– L’imam Abou Daoud (voir sahih taghrib vol 1 p 425)
– L’imam Mouslim Ibn Al Hajjaj (référence précédente)
– L’imam Al Hakim (Al Moustadrak n°1197)
– L’imam Nawawi (Tahdhib Al Asma Wa Loughat vol 3 p 144)
– L’imam Ibn Hajar (Majalis Amali Al Adhkar Fi Salat Tesbih p 35)

Et parmi les contemporains entre autres:
– Cheikh Al Albani (sahih taghrib n°677)
– Cheikh Ahmed Chakir (Ta’liqat Ala Jami’ Tirmidhi vol 2 p 352)
– Cheikh Shouayb Arnaout (Tahqiq Charh Sunna vol 4 p 157)
– Cheikh Abdel Qadir Arnaout (Ta’liqat Alal Adhkar p 107)
– Cheikh Moqbil dans Sahih Al Mousnad Mima Laysa Fi Sahihayn n°588

عن ابن عباس رضي الله عنهما قال رسول الله صلى الله عليه وسلم للعباس بن عبد المطلب: يَا عَبَّاسُ يَا عَمَّاهُ أَلاَ أُعْطِيكَ أَلاَ أَمْنَحُكَ أَلاَ أَحْبُوكَ أَلاَ أَفْعَلُ بِكَ عَشْرَ خِصَالٍ إِذَا أَنْتَ فَعَلْتَ ذَلِكَ غَفَرَ اللَّهُ لَكَ ذَنْبَكَ أَوَّلَهُ وَآخِرَهُ قَدِيمَهُ وَحَدِيثَهُ خَطَأَهُ وَعَمْدَهُ صَغِيرَهُ وَكَبِيرَهُ سِرَّهُ وَعَلاَنِيَتَهُ عَشْرَ خِصَالٍ أَنْ تُصَلِّيَ أَرْبَعَ رَكَعَاتٍ تَقْرَأُ فِي كُلِّ رَكْعَةٍ فَاتِحَةَ الْكِتَابِ وَسُورَةً فَإِذَا فَرَغْتَ مِنَ الْقِرَاءَةِ فِي أَوَّلِ رَكْعَةٍ وَأَنْتَ قَائِمٌ قُلْتَ سُبْحَانَ اللَّهِ وَالْحَمْدُ لِلَّهِ وَلاَ إِلَهَ إِلاَّ اللَّهُ وَاللَّهُ أَكْبَرُ خَمْسَ عَشْرَةَ مَرَّةً ثُمَّ تَرْكَعُ فَتَقُولُهَا وَأَنْتَ رَاكِعٌ عَشْرًا ثُمَّ تَرْفَعُ رَأْسَكَ مِنَ الرُّكُوعِ فَتَقُولُهَا عَشْرًا ثُمَّ تَهْوِي سَاجِدًا فَتَقُولُهَا وَأَنْتَ سَاجِدٌ عَشْرًا ثُمَّ تَرْفَعُ رَأْسَكَ مِنَ السُّجُودِ فَتَقُولُهَا عَشْرًا ثُمَّ تَسْجُدُ فَتَقُولُهَا عَشْرًا ثُمَّ تَرْفَعُ رَأْسَكَ فَتَقُولُهَا عَشْرًا فَذَلِكَ خَمْسٌ وَسَبْعُونَ فِي كُلِّ رَكْعَةٍ تَفْعَلُ ذَلِكَ فِي أَرْبَعِ رَكَعَاتٍ إِنِ اسْتَطَعْتَ أَنْ تُصَلِّيَهَا فِي كُلِّ يَوْمٍ مَرَّةً فَافْعَلْ فَإِنْ لَمْ تَفْعَلْ فَفِي كُلِّ جُمُعَةٍ مَرَّةً فَإِنْ لَمْ تَفْعَلْ فَفِي كُلِّ شَهْرٍ مَرَّةً فَإِنْ لَمْ تَفْعَلْ فَفِي كُلِّ سَنَةٍ مَرَّةً فَإِنْ لَمْ تَفْعَلْ فَفِي عُمُرِكَ مَرَّةً
(رواه أبو داود في سننه رقم ١٢٩٧ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après Ka’b Ibn ‘Oujra (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) s’est rendu à la mosquée de Bani ‘Abdel Achhal dans laquelle il a prié le maghreb.
Lorsqu’ils ont terminé la prière, le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a vu les gens prier la prière surérogatoire après la prière obligatoire alors il a dit: « Ceci est la prière des maisons (*) ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°1300 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Hasan)

(*) C’est à dire que le mieux est d’effectuer la prière surérogatoire après la prière du maghreb à la maison.
Les textes de la sounna montrent que le mieux est d’accomplir toutes les prières surérogatoires à la maison (La prière d’une personne chez lui) et ce hadith vient appuyer encore plus ceci en ce qui concerne la prière surérogatoire après le maghreb.

عن كعب بن عجرة رضي الله عنه إن النبي صلى الله عليه وسلم أتى مسجد بني عبد الأشهل فصلى فيه المغرب . فلما قضوا صلاتهم رآهم يسبحون بعدها فقال : هذه صلاة البيوت
(رواه أبو داود في سننه رقم ١٣٠٠ و حسنه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : حسن

.

D’après Abou Qatada Al Ansari (qu’Allah l’agrée) : Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) est sorti une nuit et a vu Abou Bakr (qu’Allah l’agrée) qui priait (*) en baissant sa voix.
Il passa également près de ‘Omar (qu’Allah l’agrée) qui priait en levant sa voix.
Lorsqu’ils se sont regroupés tous les deux auprès du Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui), il a dit : « Ô Abou Bakr ! Je suis passé près de toi alors que tu priais et tu baissais ta voix ».
Abou Bakr (qu’Allah l’agrée) a dit : J’ai certes fais entendre Celui avec qui je m’entretenais, ô Messager d’Allah ! (2)
Et il a dit à ‘Omar (qu’Allah l’agrée) : « Je suis passé près de toi alors que tu priais en levant ta voix ».
‘Omar (qu’Allah l’agrée) a dit : Ô Messager d’Allah ! Je réveille celui qui somnole et je repousse Chaytan.
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit : « Ô Abou Bakr ! Lève un petit peu ta voix ».
Et il a dit à ‘Omar (qu’Allah l’agrée) : « Baisse un petit peu ta voix ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°1329 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Sahih)

(1) C’est à dire qu’il effectuait la prière surérogatoire de nuit.

(2) C’est à dire qu’Allah a parfaitement entendu sa récitation.

عن أبي قتادة الأنصاري رضي الله عنه أنّ النّبيَّ صلّى الله عليه وسلّم خرج ليلة فإذا هو بأبي بكر رضي الله عنه يصلّي يخفض من صوته ومرّ بعمر بن الخطاب رضي الله عنه وهو يصلّي رافعًا صوته
فلمّا اجتمعا عند النّبي صلّى الله عليه وسلّم قال : يا أبا بكر ! مررت بك وأنت تصلّي تخفض صوتك
قال أبو بكر رضي الله عنه : قد أسمعت من ناجيت يا رسول اللهِ
وقال لعمر رضي الله عنه : مررت بك وأنت تصلي رافعًا صوتك
فقال : يا رسول اللهِ ! أوقظ الوسنان وأطرد الشيطان
فقال النّبي صلّى الله عليه وسلّم : يا أبا بكر ! ارفع من صوتك شيئًا
وقال لعمر رضي الله عنه : اخفض من صوتك شيئًا
(رواه أبو داود في سننه رقم ١٣٢٩ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après Abou Sa’id Al Khoudri (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a fait l’i’tikaf (*) dans la mosquée, il a entendu les gens qui levaient la voix pour la lecture. Il a alors levé le voile et a dit: « Certes chacun d’entre vous s’entretient avec son Seigneur, ne vous gênez pas les uns les autres et ne levez pas la voix sur la voix des autres dans la lecture ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°1332 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Abi Daoud, Hadith Sahîh)

(*) C’est à dire une retraite spirituelle qui consiste à rester à la mosquée en se consacrant à l’adoration.

عن أبي سعيد الخدري رضي الله عنه قال : اعتكف رسول اللهِ صلى الله عليه وسلم في المسجد فسمعهم يجهرون بالقراءة فكشف الستر وقال : ألا إن كلكم مناج ربه فلا يؤذين بعضكم بعضًا ولا يرفع بعضكم على بعض في القراءة
(رواه أبو داود في سننه رقم ١٣٣٢ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après ‘Abdallah Ibn Ouneys (qu’Allah l’agrée) : Le matin du vingt et unième jour du mois de Ramadan, j’étais avec un groupe de personne de la tribu de Bani Salima et j’étais le plus petit.
Ils ont dit : Qui peut interroger pour nous le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) à propos de la nuit du destin ?
Alors je suis parti et j’ai prié la prière du maghreb avec le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui).
Je lui ai dit : Un groupe de personne de la tribu de Bani Salima m’a envoyé vers toi. Ils veulent t’interroger à propos de la nuit du destin.
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit : « Quelle nuit sommes-nous ? ».
J’ai dit : Nous sommes la vingt deuxième nuit.
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit : « C’est cette nuit-là » puis il est revenu et a dit : « Ou bien la prochaine ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°1379 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Abi Daoud, Hadith Hasan Sahîh)
عن عبدالله بن أنيس رضي الله عنه قال : كنتُ في مجلِسِ بَني سلمةَ وأَنا أصغرُهُم ، فقالوا : مَن يسألُ لَنا رسولَ اللَّهِ صلَّى اللَّهُ عليهِ وسلَّمَ عن ليلةِ القدرِ وذلِكَ صبيحةَ إحدى وعشرينَ من رمضانَ
فخرجتُ فوافيتُ معَ رسولِ اللَّهِ صلَّى اللَّهُ عليهِ وسلَّمَ صلاةَ المغربِ
فقلت له : أرسلَني إليكَ رَهْطٌ من بَني سلمةَ يَسألونَكَ عن ليلةِ القدرِ
فقالَ رسول اللَّهِ صلَّى اللَّهُ عليهِ وسلَّمَ : كمِ اللَّيلةُ ؟
فقلتُ : اثنتانِ وَعِشْرونَ
قالَ رسول اللَّهِ صلَّى اللَّهُ عليهِ وسلَّمَ : هيَ اللَّيلةُ ثمَّ رجَعَ فقالَ : أوِ القابلةُ يريدُ ليلةَ ثلاثٍ وعشرينَ
(رواه أبو داود في سننه رقم ١٣٧٩ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : حسن صحيح

.

D’après ‘Abdallah Ibn Ouneys (qu’Allah l’agrée) : J’ai dit : Ô Messager d’Allah ! Il y a un endroit dans la campagne dans lequel je reste et prie là-bas et toute la louange revient à Allah. Ainsi ordonne moi une nuit dans laquelle je viendrai à cette mosquée (1).
Le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit : « Viens la vingt troisième nuit »
Muhammad Ibn Ibrahim a demandé au fils de ‘Abdallah Ibn Ouneys (qu’Allah l’agrée) : Comment faisait ton père ?
Il a dit : Il rentrait à la mosquée au moment où il priait le ‘asr (2) et il n’en sortait pas jusqu’au sobh sauf pour un besoin. Quant il avait prié le sobh il trouvait sa monture à la porte de la mosquée et il retournait à son endroit dans la campagne.
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°1380 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Abi Daoud, Hadith Hasan Sahîh)

(1) C’est à dire qu’il voulait se rendre à la mosquée du Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) pour y adorer Allah durant la nuit du destin
(2) C’est à dire le 22e jour de Ramadan
Ces commentaires sont tirés de Awn Al Ma’boud Bi Charh Sounan Abi Daoud

عن عبدالله بن أنيس رضي الله عنه قال : قلت : يا رسول اللهِ ! إن لي بادية أكون فيها وأنا أصلي فيها بحمد الله فمرني بليلة أنزلها إلى هذا المسجد
فقال رسول الله صلى الله عليه و سلم : انزل ليلة ثلاث وعشرين
سأل محمدُ بن إبراهيم بنَ عبدالله بن أنيس : كيف كان أبوك يصنع ؟
قال : كان يدخل المسجد إذا صلى العصر فلا يخرج منه لحاجة حتى يصلي الصبح فإذا صلى الصبح وجد دابته على باب المسجد فجلس عليها فلحق بباديته
(رواه أبو داود في سننه رقم ١٣٨٠ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : حسن صحيح

.

D’après Abdallah Ibn ‘Amr (qu’Allah les agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « Celui qui lit le Coran en moins de trois jours ne l’a pas compris ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°1394 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Abi Daoud, Hadith Sahîh)
عن عبدالله بن عمرو رضي الله عنهما قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : لا يفقه من قرأ القرآن في أقل من ثلاث
(رواه أبو داود في سننه رقم ١٣٩٤ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après ‘Abdallah Ibn ‘Amr (qu’Allah les agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Celui qui prie la nuit en récitant dix versets n’est pas inscrit parmi les insouciants.
Celui qui prie la nuit en récitant cent versets est inscrit parmi ceux qui prient la nuit.
Et celui qui prie la nuit en récitant mille versets est écrit parmi ceux qui auront une immense récompense ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°1398 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Sahih)
عن عبد الله بن عمرو رضي الله عنهما قال رسول الله صلى الله عليه وسلم : من قام بعشر آيات لم يكتب من الغافلين ومن قام بمائة آية كتب من القانتين ومن قام بألف آية كتب من المقنطرين 
(رواه أبو داود في سننه رقم ١٣٩٨ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée) : Nous nous sommes prosternés avec le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) dans la sourate -Idha Samaaoun Chaqat- (*) et dans la sourate ‘Iqra Bismi Rabik Ladhi Khalaq-.
(Rapporté par Abou Daoud et authentifié par Cheikh Al Albani dans son Sahih Abi Daoud n°1407, Hadith Sahîh)

(*) C’est à dire la sourate Al Inchiqaq.

عن أبي هريرة، قال سجدنا مع رسول الله صلى الله عليه وسلم في ‏{‏ إذا السماء انشقت ‏}‏ و ‏{‏ اقرأ باسم ربك الذي خلق ‏}‏ ‏.‏
(رواه أبو داود في سننه رقم ۱۴۰۷ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après ‘Abdallah Ibn ‘Omar (qu’Allah les agrée lui et son père) : Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) nous récitait une sourate en dehors de la prière et il se prosternait et nous nous prosternions avec lui au point où l’un d’entre nous ne trouvait pas d’endroit pour poser son front ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°1412 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Sahih)

L’imam Ibn Qoudama Al Maqdisi (mort en 620 du calendrier hégirien) a dit : « La prosternation est recommandée au lecteur et à celui qui écoute. Nous ne connaissons aucune divergence sur cela ».
(Al Moughni vol 2 p 366)

عن عبدالله بن عمر رضي الله عنهما قال : كان رسول الله صلى الله عليه وسلم يقرأ علينا السورة في غير الصلاة فيسجد ونسجد معه حتى لا يجد أحدنا مكانا لموضع جبهته 
(رواه أبو داود في سننه رقم ١٤١٢ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après ‘Aicha (qu’Allah l’agrée) : Lors de la prosternation du Coran durant la nuit, le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) disait à plusieurs reprises : « Mon visage s’est prosterné pour Celui qui l’a créé et a ouvert son ouie et sa vision par Sa puissance et Sa force (*) ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°1414 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Sahih)

(*) En phonétique : Sajada Wajhi Liladhi Khalaqahou Wa Chaqa Sam’ahou Wa Basarahou Bi Hawlihi Wa Qouwatih

En arabe : سَجَدَ وَجْهِي لِلَذِي خَلَقَهُ وَشَقَّ سَمْعَهُ وَبَصَرَهُ بِحَولِهِ وَقُوَّتِهِ 

عن عائشة رضي الله عنها قالت : كان رسول الله صلى الله عليه وسلم يقول في سجود القرآن بالليل يقول في السجدة مرارا : سجد وجهي للذي خلقه وشق سمعه وبصره بحوله وقوته 
(رواه أبو داود في سننه رقم ١٤١٤ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après Abou Sa’id al-Khudri:
Le Prophète (ﷺ) a dit: « S’il arrive à quelqu’un de manquer la prière du Witr à cause d’un sommeil ou d’un oubli, qu’il l’accomplisse alors quand il s’en souviendra »
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°1431 et authentifié par Cheikh Al Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Sahih)

(*) Ce texte est une preuve qu’il est permis de rattraper la prière quand on a une excuse, mais la manière de rattraper le Witr pendant la journée est différente de celle de la nuit, c’est-à-dire, on l’accomplit avec un nombre pair, pas impair,

عَنْ أَبِي سَعِيدٍ، قَالَ قَالَ رَسُولُ اللَّهِ صلى الله عليه وسلم ‏ «‏ مَنْ نَامَ عَنْ وِتْرِهِ أَوْ نَسِيَهُ فَلْيُصَلِّهِ إِذَا ذَكَرَهُ ‏»‏ ‏.‏
(رواه أبو داود في سننه رقم ۱۴۳۱ و حسنه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après Aicha (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « Celui qui récite le coran parfaitement est avec les généreux anges et celui qui le lit avec difficulté a deux récompenses ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°1454 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abou Daoud, Hadith Sahîh)
عن عائشة رضي الله عنها قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : الذي يقرأ القرآن وهو ماهر به مع السفرة الكرام البررة والذي يقرؤه وهو يشتد عليه فله أجران
(رواه أبو داود في سننه رقم ۱۴۵۴ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم :صحيح

.

D’après ‘Abdallah Ibn ‘Amr (qu’Allah les agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit : « Il sera dit au lecteur du Coran (*): Récite et monte et psalmodie comme tu le faisais dans la vie d’ici-bas car certes ta demeure sera au dernier verset que tu réciteras ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°1464 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Abi Daoud, Hadith Hasan Sahih)

(*) C’est à dire dans le paradis.

عن عبدالله بن عمرو رضي الله عنهما قال رسول الله صلى الله عليه وسلم : يقال لصاحب القرآن اقرأ وارق ورتل كما كنت ترتل في الدنيا فإن منزلك عند آخر آية تقرؤها
(رواه أبو داود في سننه رقم ١٤٦٤ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : حسن صحيح

.

D’après Malik Ibn Yasar (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Lorsque vous demandez à Allah demandez lui avec la paume de vos mains et ne lui demandez pas par le dos de vos mains ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°1486 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Hasan Sahih)
عن مالك بن يسار رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : إذا سألتُم اللَّهَ فاسألوهُ بِبُطونِ أكفِّكُم ولا تَسألوهُ بظُهورِها
(رواه أبو داود في سننه رقم ١٤٨٦ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : حسن صحيح

.

D’après Salmane Al Farisi (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Certes votre Seigneur est pudique et généreux, il éprouve de la pudeur envers son serviteur lorsqu’il lève ses mains vers lui de les lui rendre vides ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°1488 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Abou Daoud)

Nous pouvons tirer de nombreux bénéfices de ce hadith, parmi eux:
– Le fait que Allah est pudique et généreux
– Le fait que Allah est miséricordieux
– Le fait que Allah éprouve de la pudeur envers son serviteur lorsqu’il l’invoque en levant ses mains
– Le fait que Allah est élevé au dessus de ses créatures car le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « lorsqu’il lève ses mains vers lui ». Les preuves du Coran et de la Sounna sur cela sont très nombreuses et les musulmans sont en consensus sur cela.

L’imam Ibn Qayim Al Djawziya (mort en 751) a dit dans sa poésie sur la croyance An Nouniya:

« ألفًا تدل عليه بل ألفان »

ce qui signifie il y a mille preuves textuelles sur ceci voir même deux milles.

L’imam Othman Ibn Said Al Darimi (mort en 280) a dit dans son ouvrage Al Naqd Ala Bichr Al Marisi p 154: « Les musulmans sont en consensus sur le fait que Allah est au dessus de son trône, au dessus des cieux ».

L’imam Ibn Batta Al Oukbari (mort en 387) a dit dans son ouvrage Al Ibana Al Koubra: « Les musulmans parmi les compagnons du Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui), les tabi’ins et l’ensemble des savants parmi les croyants sont en consensus sur le fait que Allah est au dessus de son trône, au dessus des cieux, il n’est pas à l’intérieur de sa création et sa science englobe toutes ses créatures ».

Le fait que lever les mains fait partie du comportement à adopter durant l’invocation et que cela fait partie des causes d’exaucement des invocations.

Cheikh Otheimine a dit dans Fatawa Fi Salat vol 1 p 806: « Le fait de lever les mains durant l’invocation se divise en quatre catégories:

La première: lorsque le fait de lever les mains est authentifié comme par exemple lorsque le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a levé ses mains dans le sermon du vendredi quand il a dit: « Ô Allah! Donne nous la pluie » et lorsqu’il a dit: « Ô Allah! Autour de nous pas sur nous ».
(Rapporté par Boukhari dans son Sahih n°1014 et Mouslim dans son Sahih n°897)

La seconde: lorsque le fait de ne pas lever les mains est authentifié comme par exemple l’invocation dans le sermon du vendredi dans ce qui est autre que la demande de pluie comme cela est montré dans le hadith qu’a rapporté Mouslim dans son Sahih (n°874) d’après Oumara Ibn Rou’ayba qu’il a vu Bichr Ibn Marwan sur le minbar lever ses mains alors il a dit: « Qu’Allah enlaidisse ses deux mains! J’ai vu le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) qui ne faisait pas plus que cela » et il leva son index.

La troisième: ce qui est apparent dans la sounna est qu’il ne faut pas lever les mains comme par exemple l’invocation dans la prière entre les deux prosternations ou dans le dernier tachahoud, l’invocation d’ouverture de la prière, la demande de pardon après la prière.

Dans ces trois catégories, le jugement est évident car les preuves sont précises sur ces moments.

La quatrième: les autres moments qui ne rentrent pas dans ce qui a été mentionné alors la base est qu’il est préférable de lever les mains car ceci fait partie du comportement durant l’invocation et des causes pour qu’elle soit exaucée ».

عن سلمان الفارسي رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : إنَّ ربَّكم تبارَكَ وتعالى حيِيٌّ كريمٌ، يستحيي من عبدِهِ إذا رفعَ يديهِ إليهِ، أن يردَّهُما صِفرًا
(رواه أبو داود في سننه رقم ١٤٨٨ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après Ibn Abbas (qu’Allah les agrée): « La demande est que tu lèves tes mains à hauteur de tes épaules ou à peu près, la demande de pardon est que tu lèves un seul doigt et la supplication est de tendre tes deux mains ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°1489 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abou Daoud)
عَنِ ابْنِ عَبَّاسٍ، قَالَ الْمَسْأَلَةُ أَنْ تَرْفَعَ، يَدَيْكَ حَذْوَ مَنْكِبَيْكَ أَوْ نَحْوَهُمَا وَالاِسْتِغْفَارُ أَنْ تُشِيرَ بِأُصْبُعٍ وَاحِدَةٍ وَالاِبْتِهَالُ أَنْ تَمُدَّ يَدَيْكَ جَمِيعًا ‏.‏
(رواه أبو داود في سننه رقم ۱۴۸۹ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après Ibn Abbas (qu’Allah les agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « La demande est que tu lèves tes mains à hauteur de tes épaules ou à peu près, la demande de pardon est que tu lèves un seul doigt et la supplication est de tendre tes deux mains ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°1491 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Sahih)

(*) Ce hadith nous montre que en fonction de l’invocation que l’on veut faire il y a trois manières de lever les mains

عن بن عباس رضي الله عنهما قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : المسألَةُ أن ترفعَ يديْكَ حذوَ منْكبيْك، أو نحوَهُما، والاستغفارُ أن تشيرَ بأصبعٍ واحدةٍ، والابتِهالُ أن تمدَّ يديْكَ جميعًا
(رواه أبو داود في سننه رقم ١٤٩١ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après Abdallah ibn Abbas:

Le Prophète (ﷺ) invoquait (Allah en ces termes):

« Ô Allah ! Aide-moi et n’aide personne contre moi ».
« Accorde-moi la victoire et n’accorde à personne la victoire sur moi ».
« Use de stratagèmes pour moi et non contre moi ».
« Guide-moi et facilite-moi le chemin de la droiture ».
« Accorde-moi le dessus sur quiconque transgresse mes droits ».
« Ô Allah! Fait que je Te sois reconnaissant, que je Te mentionne et Te craigne, que je Te sois obéissant et plein d’humilité pour Toi, que je Te sois déférent et revienne à Toi ».
« Ô Allah! Accepte mon repentir, pardonne mes péchés, exauce mes invocations, affermis mes arguments, guide mon cœur, corrige ma langue, et extirpe la malveillance de mon coeur »
(Rapporté par Abou Daoud et authentifié par Cheikh Al Albani dans son Sahih Abi Daoud n°1510, Hadith Sahih)

عَنِ ابْنِ عَبَّاسٍ، قَالَ كَانَ النَّبِيُّ صلى الله عليه وسلم يَدْعُو ‏ «‏ رَبِّ أَعِنِّي وَلاَ تُعِنْ عَلَىَّ وَانْصُرْنِي وَلاَ تَنْصُرْ عَلَىَّ وَامْكُرْ لِي وَلاَ تَمْكُرْ عَلَىَّ وَاهْدِنِي وَيَسِّرْ هُدَاىَ إِلَىَّ وَانْصُرْنِي عَلَى مَنْ بَغَى عَلَىَّ اللَّهُمَّ اجْعَلْنِي لَكَ شَاكِرًا لَكَ ذَاكِرًا لَكَ رَاهِبًا لَكَ مِطْوَاعًا إِلَيْكَ مُخْبِتًا أَوْ مُنِيبًا رَبِّ تَقَبَّلْ تَوْبَتِي وَاغْسِلْ حَوْبَتِي وَأَجِبْ دَعْوَتِي وَثَبِّتْ حُجَّتِي وَاهْدِ قَلْبِي وَسَدِّدْ لِسَانِي وَاسْلُلْ سَخِيمَةَ قَلْبِي ‏».‏‏
(رواه أبو داود في سننه رقم ۱۵۱۰ و حسنه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après Mou’âdh (رضي الله عنه) que le Messager d’Allah (ﷺ) lui saisit une fois la main et lui dit: « Ô Mou’âdh! Par Allah, Je t’aime vraiment, Par Allah! Je t’aime vraiment.
Puis je te recommande, Ô Mou’adh, de ne jamais manquer de dire à la fin de chaque prière,
« Ô Allah! Aide-moi à T’évoquer, à Te remercier et à T’adorer comme il se doit »
(Rapporté par Abou Daoud et authentifié par Cheikh Al Albani dans son Sahih Abi Daoud n°1522, Hadith Sahîh)

، عَنْ مُعَاذِ بْنِ جَبَلٍ، أَنَّ رَسُولَ اللَّهِ صلى الله عليه وسلم أَخَذَ بِيَدِهِ وَقَالَ ‏ »‏ يَا مُعَاذُ وَاللَّهِ إِنِّي لأُحِبُّكَ وَاللَّهِ إِنِّي لأُحِبُّكَ ‏ »‏ ‏.‏ فَقَالَ ‏ »‏ أُوصِيكَ يَا مُعَاذُ لاَ تَدَعَنَّ فِي دُبُرِ كُلِّ صَلاَةٍ تَقُولُ اللَّهُمَّ أَعِنِّي عَلَى ذِكْرِكَ وَشُكْرِكَ وَحُسْنِ عِبَادَتِكَ ‏ ».‏
(رواه أبو داود في سننه رقم ۱۵۲۲ و حسنه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après Jabir Ibn ‘Abdillah (qu’Allah les agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « N’invoquez pas contre vous-même, n’invoquez pas contre vos enfants, n’invoquez pas contre votre servant, n’invoquez pas contre vos biens car vous risquez d’invoquer dans un moment durant lequel Allah exauce les invocations et alors il va vous exaucer ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°1532 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Sahîh)
عن جابر بن عبدالله رضي الله عنهما قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : لا تدعوا على أنفسكم ولا تدعوا على أولادكم ولا تدعوا على خدمكم ولا تدعوا على أموالكم لا توافقوا من الله ساعة نيل فيها عطاء فيستجيب لكم
(رواه أبو داود في سننه رقم ١٥٣٢ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après ‘Ali Ibn Abi Talib (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Si tu possèdes 200 dihrams (1) durant une année (2) alors il y a pour cela 5 dirhams (3).
Et il n’y a rien qui t’es imposé jusqu’à ce que tu possèdes 20 dinars (4). Si tu possèdes 20 dinars durant une année alors il y a pour cela 1/2 dinar et ainsi de suite pour ce qui est au dessus de cela (5).
Et il n’y a pas de zakat sur de l’argent jusqu’à ce qu’une année se soit écoulée ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°1572 et authentifié par l’imam Ibn Hajar dans Boulough Al Maram n°611 et par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Sahih)

(1) Ceci est le seuil d’imposition (nissab) pour l’argent (le métal). Les savants expliquent que ceci correspond à 595 grammes d’argent.

(2) Le sens de l’année ici est l’année lunaire (voir Fath Dhil Jalal Wal Ikram de cheikh Otheimine vol 6 p 99/100).

(3) C’est à dire que le taux d’imposition de la zakat est de 2,5%.

(4) Ceci est le seuil d’imposition (nissab) pour l’or. Les savants expliquent que ceci correspond à 85 grammes d’or pur.

(5) C’est à dire que si la personne possède plus de 595 grammes d’argent ou plus de 85 grammes d’or alors elle devra s’acquitter de 2,5% de cela.

عن علي بن أبي طالب رضي الله عنه قال النبي صلى الله عليه و سلم : فإذا كانت لك مائتا درهم وحال عليها الحول ففيها خمسة دراهم وليس عليك شيء حتى يكون لك عشرون دينارا فإذا كان لك عشرون دينارا وحال عليها الحول ففيها نصف دينار فما زاد فبحساب ذلك وليس في مال زكاة حتى يحول عليه الحول 
(رواه أبو داود في سننه رقم ١٥٧٢ و حسنه الحافظ ابن حجر في بلوغ المرام رقم ٦١١ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après Bahz Ibn Hakim, d’après son père, d’après son grand père (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Celui qui donne la zakat en recherchant par cela la récompense aura sa récompense.
Quant à celui qui refuse de donner la zakat alors nous la lui prenons et avec cela la moitié de ses biens (*). Ceci est un ordre parmi les ordres de notre Seigneur et il n’en est rien permis à la famille de Muhammad ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°1575 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Abi Daoud, Hadith Hasan)

(*) C’est le gouverneur musulman qui s’occupe d’appliquer les sanctions et les peines prescrites dans le Coran et la Sounna, ceci n’est en rien permis pour les gens du commun.

Cheikh ‘Abder Rahman Sa’di (mort en 1376 du calendrier hégirien) a dit: « Les savants sont en consensus sur le fait que ne pas s’acquitter de la zakat est plus grave que le fait de forniquer fréquemment, de voler, de boire de l’alcool, le meurtre et autres parmi les grands péchés ».
(Charh Omdatoul Ahkam p 251)

Allah a dit dans la sourate Al Bayina n°98 verset 5 (traduction rapprochée et du sens du verset): « Et il ne leur a été imposé que d’adorer Allah en lui vouant un culte sincère, d’accomplir la prière et de s’acquitter de la zakat. Et ceci est la religion de droiture ».

قال الله تعالى : وَمَا أُمِرُوا إِلاَّ لِيَعْبُدُوا اللَّهَ مُخْلِصِينَ لَهُ الدِّينَ حُنَفَاء وَيُقِيمُوا الصَّلاةَ وَيُؤْتُوا الزَّكَاةَ وَذَلِكَ دِينُ الْقَيِّمَةِ
(سورة البينة ٥)

عن بهز بن حكيم عن أبيه عن جده رضي إلله عنه قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : من أعطاها مؤتجرا فله أجرها ومن منعها فإنا آخذوها وشطر ماله عزمة من عزمات ربنا ليس لآل محمد منها شيء
(رواه أبو داود في سننه رقم ١٥٧٥ و حسنه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم: حسن

.

D’après ‘Abdallah Ibn ‘Abbas (qu’Allah les agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a imposé l’aumône de rupture du jeûne comme purification pour le jeûneur des paroles futiles et grossières et comme nourriture pour les pauvres. Celui qui la donne avant la prière (*) elle est alors une zakat acceptée et celui qui la donne après la prière c’est une aumône parmi les aumônes.
(Rapporté par Abou Daoud n°1609 et authentifié par cheikh Albani dans Sahîh Abi Daoud, Hadith Hasan)

(*) La prière dont il est question est la prière du ‘id. C’est à dire que la Zakat Al Fitr doit forcément être donnée avant la prière du ‘id et il est possible de la donner deux ou trois jours avant le ‘id.

عن عبد الله بن عباس رضي الله عنهما قال : فرض رسول الله صلى الله عليه و سلم زكاة الفطر طهرة للصائم من اللغو و الرفث و طعمة للمساكين . من أداها قبل الصلاة فهي زكاة مقبولة و من أداها بعد الصلاة فهي صدقة من الصدقات
(رواه أبو داود في سننه رقم ١٦٠٩ و حسنه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : حسن

.

D’après Tha’laba Ibn Sou’ayr (qu’Allah l’agrée) : « Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a fait un sermon deux jours avant le fitr (*) dans lequel il a ordonné l’aumône du fitr : un sa’ de dattes, un sa’ d’orge pour chaque personne.. ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°1621 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Sahih)

(*) C’est à dire deux jours avant le jour du ‘id al fitr.

عن ثعلبة بن صعير رضي الله عنه قال : خطب رسول الله صلى الله عليه و سلم قبل الفطر بيومين فأمر بصدقة الفطر صاع تمر أو صاع شعير عن كل رأس
(رواه أبو داود في سننه رقم ١٦٢١ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود )

حكم : صحيح

.

D’après Malik Ibn Nadla (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Les mains sont au nombre de trois: la Main d’Allah qui est la plus haute, suivie de la main de celui qui donne et ensuite la main de celui qui mendie est la plus basse. Ainsi donne le surplus de tes biens et ne sois pas vaincu pas ta propre personne (*) ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°1649 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Abi Daoud, Hadith Sahîh)

(*) C’est à dire : sois capable de repousser la partie de toi (nafs) qui veut faire preuve d’avarice et garder l’argent par crainte de la pauvreté.
(Charh Sounan Abi Daoud de Cheikh Al Abad cours n°200)

عن مالك بن نضلة رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه وسلم : الأيدي ثلاثة فيد الله العليا ويد المعطي التي تليها ويد السائل السفلى فأعط الفضل ولا تعجز عن نفسك
(رواه أبو داود في سننه رقم ١٦٤٩ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après ‘Abdallah Ibn ‘Omar (qu’Allah les agrée lui et son père), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Celui qui demande protection par Allah donnez lui protection.
Celui qui demande par Allah donnez lui.
Celui qui vous invite répondez à son invitation
Celui qui vous fait un bien faites lui un bien équivalent, si vous ne trouvez pas de quoi lui faire un bien équivalent alors invoquez pour lui jusqu’à ce que vous voyiez que vous lui avez rendu ce bien ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°1672 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Abi Daoud, Hadith Sahîh)
عن عبدالله بن عمر رضي الله عنهما قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : من استعاذ بالله فأعيذوه ومن سأل بالله فأعطوه ومن دعاكم فأجيبوه ومن صنع إليكم معروفًا فكافئوه فإن لم تجدوا ما تكافئونه فادعوا له حتى تروا أنكم قد كافأتموه
(رواه أبو داود في سننه رقم ١٦٧٢ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée), on a demandé au Prophète (ﷺ): Quelle est la meilleure aumône? Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a répondu: « Celle qui est difficile de la part d’une personne ayant peu de moyens ; et commence par ceux qui sont à ta charge ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°1677 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Abi Daoud)
عن أبي هريرة رضي الله عنه أنه قال : عن أبي هُرَيْرةَ ، أنَّهُ قالَ : يا رسولَ اللَّهِ ، أيُّ الصَّدَقةِ أفضلُ ؟ قالَ : جُهْدُ المقلِّ ، وابدأ بِمن تعولُ
(رواه أبو داود في سننه رقم ١٦٧٧ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après Sa’d Ibn Oubada (qu’Allah l’agrée), j’ai dit au Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui): « Ô Messager d’Allah la mère de Sa’d est morte, quelle est la meilleure aumône? Le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: L’eau. Sa’d a alors creusé un puits et a dit: Ceci est pour la mère de Sa’d ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°1681 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Abi Daoud, Hadith Hasan)
عن سعد بن عبادة رضي الله عنه قال : يا رسول الله إن أم سعد ماتت فأي الصدقة أفضل ؟
قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : الماء
فحفر بئرا وقال: هذه لأم سعد
(رواه أبو داود في سننه رقم ١٦٨١ و حسنه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم :حسن

.

D’après ‘Abdallah Ibn ‘Amr (qu’Allah les agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « Il suffit à l’homme comme péché de délaisser ceux qu’il a sous sa responsabilité (*) ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°1692 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Abi Daoud, Hadith Hasan)

(*) c’est à dire au niveau des dépenses

Ceci peut prendre plusieurs formes :
– il ne travaille pas et n’essaye pas de gagner de l’argent
– il possède de l’argent mais ne veut pas le dépenser par avarice
– il possède de l’argent mais il le dépense pour les gens qui ne lui sont pas proches et délaisse ses proches
(Charh Sounan Abi Daoud de cheikh Al Abad cours n°205)

عن عبد الله بن عمرو رضي الله عنهما قال النبي صلى الله عليه وسلم : كفى بالمرءِ إثمًا أن يُضيِّعَ مَن يقوتُ
(رواه أبو داود في سننه رقم ١٦٩٢ و حسنه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : حسن

.

D’après ‘Abdallah Ibn Qourt (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Certes le plus grand jour auprès d’Allah est le jour du sacrifice puis le jour du qar (1)». 5 ou 6 chamelles ont été approchées du Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui), elles se sont empressées et se sont approchées de lui afin d’être celle par laquelle il allait commencer (2). Une fois qu’elles ont été sacrifiées il a dit doucement une parole que je n’ai pas comprise.
J’ai dit: Qu’a t’il dit?
On m’a dit: Il a dit: « Celui qui veut en prendre qu’il en prenne (3) ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°1765 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Abi Daoud, Hadith Sahîh)

(1) Le jour du qar est le 11ème jour de Dhoul Hijja, soit le lendemain du ‘id.

(2) C’est à dire que chaque chamelle s’approchait et s’empressait afin d’être la première à être sacrifiée par le Messager d’Allah (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui).

(3) C’est à dire celui qui veut prendre de la viande de ces chamelles qu’il en prenne.

L’imam Chawkani (mort en 1250 du calendrier hégirien) a dit: « Il y a dans cela un miracle évident du Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) dans le sens où des animaux qui ne sont pas dotés de raison se sont empressés vers lui afin d’être sacrifiés et pour rechercher en cela sa bénédiction.
Comme ceci est étonnant concernant l’espèce humaine !
Comment des animaux peuvent-ils être mieux guidés et plus savants ? Ils s’approchent de lui pour être sacrifiés et se concurrencent dans cela malgré le fait qu’ils n’espèrent pas de paradis et ne craignent pas l’enfer.
Tandis que s’éloignent de lui les humains qui eux sont dotés de parole et de raison alors qu’en s’approchant du Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) ils gagnent les bienfaits de l’ici-bas et de l’au-delà, ils ne sont touchés par aucun préjudice ni dans leurs personnes ni dans leur argent… ».
(Neyl Al Awtar Min Asrar Moutaqa Al Akhbar p 1020)

عن عبدالله بن قرط رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : إنَّ أعظمَ الأيَّامِ عندَ اللَّهِ تبارَكَ وتعالَى يومُ النَّحرِ ثمَّ يومُ القُرِّ . قالَ عيسى قالَ ثَورٌ وَهوَ اليومُ الثَّاني وقالَ وقُرِّبَ لِرَسولِ اللَّهِ صلَّى اللَّهُ علَيهِ وسلَّمَ بدَناتٌ خَمسٌ أو سِتٌّ فطفقنَ يزدَلِفنَ إليهِ بأيَّتِهِنَّ يبدَأُ فلمَّا وجبَت جُنوبُها قالَ فتَكَلَّمَ بِكَلمةٍ خفيَّةٍ لم أفْهَمها فقلتُ ما قالَ قالَ مَن شاءَ اقتَطَعَ
(رواه أبو داود في سننه رقم ١٧٦٥ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم:صحيح

.

D’après ‘Abdallah Ibn ‘Abbas (qu’Allah les agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a entendu un homme dire : Labayk pour Choubrouma (1).
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit : « Qui est Choubrouma ? ».
L’homme a dit : Un frère ou un proche.
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit : « Est-ce que tu as fais le hajj pour toi ? ».
L’homme a dit : Non.
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit : « Fais le hajj pour toi puis fais le hajj pour Choubrouma ». (2)
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°1811 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Sahih)

(1) C’est à dire que cet homme à commencé à faire le hajj pour une personne qui se nomme Choubrouma.
(2) Ce Hadith nous montre que pour pouvoir faire le hajj pour quelqu’un il faut au préalable l’avoir fait pour soi.

Remarque:

Certains savants disent que pour que le hajj pour une autre personne soit valable, il ne faut pas que cette personne l’ai délaissé alors qu’il en avait la capacité.

L’imam Ibn Qayim Al Djawzia (mort en 751) a dit : « Celui qui délaisse le hajj volontairement jusqu’à ce qu’il meurt alors qu’il avait la capacité de l’accomplir alors ce que montre les preuves ainsi que les règles de la législation de l’Islam est que le fait de le faire pour lui après la mort ne permet pas d’accomplir ce qui lui était obligatoire et ceci n’est pas accepté de lui. Et la vérité est plus en droit d’être suivie ».
(Tahdhib Sounan Abi Daoud vol 7 p 38)

Ainsi il faut que les gens qui ont été injustes envers eux-même en délaissant le hajj alors qu’ils avaient la capacité physique et financière de l’accomplir se repentent et s’empressent de se conformer aux ordres de leur Seigneur.

عن عبدالله بن عباس رضي الله عنهما قال أنَّ النَّبيَّ صلى الله عليه وسلم سمعَ رجلاً يقولُ : لبَّيْكَ عن شبرمة . قالَ النَّبيّ صلى الله عليه وسلم : من شبرمةَ ؟
قالَ : أخٌ لي أو قريبٌ لي .
قالَ النَّبيّ صلى الله عليه وسلم : حججتَ عن نفسِكَ ؟
قالَ : لا .
قالَ النَّبيّ صلى الله عليه وسلم : حجَّ عن نفسِكَ ثمَّ حجَّ عن شبرمةَ
(رواه أبو داود في سننه رقم ١٨١١ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après ‘Abdallah Ibn Saib (qu’Allah l’agrée) : J’ai entendu le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) dire entre les deux coins (1) : « Ô notre Seigneur ! Accorde nous une belle part dans l’ici-bas, une belle part dans l’au-delà et protège nous du châtiment du feu (2) ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°1892 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Hasan)

(1) C’est à dire entre le coin yéménite et la pierre noir, cette invocation se fait durant le tawaf

(2) C’est la Sourate 2 Al Baqara – La vache verset 201
En phonétique : Rabbana Atina Fi Dounia Hasana Wa Fil Akhirati Hasana Wa Qina ‘Adhaba Nar

En arabe :
رَبَّنَا آتِنَا فِي الدُّنْيَا حَسَنَةً وَفِي الآخِرَةِ حَسَنَةً وَقِنَا عَذَابَ النَّار

Les savants des quatre écoles juridiques ont mentionné le fait qu’il est recommandé d’invoquer Allah durant le tawaf (*).
(Voir Majma’ Al Anhar vol 1 p 402 ; Al Dhakhira de l’imam Al Qarafi 3 p 247 ; Rawdatou Talibin de l’imam Nawawi vol 3 p 85 ; Al Moughni de l’imam Ibn Qoudama vol 5 p 224)

(*) Le tawaf est une adoration qui consiste à faire sept tours autour de la Ka’ba. Elle fait partie des rites du hajj et de la ‘omra et peut également être pratiquée de manière surérogatoire.

Cheikh ‘Otheimine a dit : « Ainsi la personne qui fait le tawaf invoque en demandant ce qu’il souhaite du bien de l’ici-bas et de l’au-delà et il fait le rappel d’Allah en utilisant n’importe quelle formule de rappel légiféré… ».
(Majmou’ Al Fatawa de Cheikh ‘Otheimine vol 24 p 327)

L’imam Chafi’i (mort en 204 du calendrier hégirien) a dit après avoir mentionné l’invocation précédente : « Ceci fait partie des choses que je préfère que l’on dise durant le tawaf et j’aime le fait que l’on dise cela durant tout le tawaf ».
(Al Oum 3 p 436)

عن عبدالله بن السائب رضي الله عنه قال : سمعت رسول الله صلى الله عليه وسلم ما بين الركنين : ربنا آتنا في الدنيا حسنة وفي الآخرة حسنة وقنا عذاب النار 
(رواه أبو داود في سننه رقم ١٨٩٢ و صححه الشيخ الألباني في تحقيق سنن أبي داود)

حكم : حسن

.

D’après ‘Abdallah Ibn ‘Abbas (qu’Allah les agrée lui et son père) : Lorsque le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) s’apprêtait à faire le hajj, une femme a dit à son mari: Emmène moi faire le hajj avec le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui).
Il lui a dit: Je n’ai pas de monture pour t’emmener au hajj.
Elle lui a dit: Emmène moi faire le hajj sur ton chameau untel (*).
Il a dit: Il est réservé pour le combat dans le sentier d’Allah.
Alors le mari s’est rendu auprès du Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) et a dit: Certes ma femme te passe le salam et demande de faire le hajj avec toi mais je lui ai dit que je n’ai pas de monture pour elle. Elle m’a dit de l’emmener au hajj sur mon chameau untel mais je lui ai dit qu’il est réservé dans le sentier d’Allah.
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Certes si tu l’amenais au hajj sur ce chameau il aurait été dans le sentier d’Allah ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°1990 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Abi Daoud, Hadith Hasan Sahîh)

(*) Les arabes avaient l’habitude de donner des noms à leurs chameaux.

Allah a mentionné dans le verset 60 de la sourate Tawba n°9 les huit catégories de gens auxquels il est permis de donner la zakat.

Parmi ces huit catégories il y a la catégories -dans le sentier d’Allah-.

Certains savants sont d’avis qu’il est permis de verser la zakat à une personne qui n’a pas les moyens de faire le hajj obligatoire.

عن عبدالله بن عباس رضي الله عنهما قال : أراد رسول الله صلى الله عليه وسلم الحج فقالت امرأة لزوجها: أحججني مع رسول الله صلى الله عليه وسلم
فقال: ما عندي ما أحججك عليه
فقالت: أحججني على جملك فلان
قال: ذاك حبيس في سبيل الله
فأتى رسول الله صلى الله عليه وسلم فقال: إن امرأتي تقرأ عليك السلام ورحمة الله وإنها سألتني الحج معك فقلت ما عندي ما أحججك عليه قالت أحججني على جملك فلان فقلت ذاك حبيس في سبيل الله
فقال: أما إنك لو أحججتها عليه كان في سبيل الله
(رواه أبو داود في سننه رقم ١٩٩٠ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم:حسن صحيح

.

D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Ne faites pas de vos maisons des cimetières (1) et ne prenez pas ma tombe comme un ‘id (2). Et priez sur moi car certes votre prière me parvient où que vous soyez ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud n°2042, Hadith Sahîh)

(1) Cette phrase peut être comprise de deux manières qui sont toutes les deux correctes.
La première est qu’il ne faut pas enterrer les morts dans les maisons. Ceci fait partie des spécificités des prophètes (que la prière d’Allah et Son salut soient sur eux).

La seconde est que vous ne devez pas faire de vos maisons des endroits dans lesquels vous ne priez pas, vous ne lisez pas le Coran, vous ne pratiquez pas d’adoration pour Allah comme c’est le cas pour les cimetières.
(Charh Sounan Abi Daoud de cheikh Al Abad cours n°234)

(2) Le ‘id dans la langue arabe signifie une chose qui se répète et c’est pour cela que les deux fêtes des musulmans se nomment ‘id, car elles se répètent chaque année au même moment.

Le sens est qu’il ne faut pas prendre la tombe du Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) comme un endroit que l’on visite à des moments précis car ceci peut amener à la glorification du Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) comme on glorifie Allah.
Ainsi prendre les tombes comme ‘id est une chose qui mène vers l’association à Allah.
(Charh Kitab Tawhid de cheikh Saleh Al Cheikh p 220)

عن أبي هريرة رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : لا تجعلوا بيوتكم قبورا و لا تجعلوا قبري عيدا و صلوا علي فإن صلاتكم تبلغني حيث كنتم
(رواه أبو داود في سننه رقم ٢٠٤٢ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après Ibn ‘Abbâs (رضي الله عنه) rapporte qu’un homme vint trouver le Prophète (ﷺ) et lui dit : « Ma femme ne repousse la main de personne (c’est à dire la main balladeuse d’un homme).
il (ﷺ) dit – Répudie-la.
Je crains de continuer à avoir du désir pour elle.
– Alors, jouis d’elle ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°2049 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Sahîh)

(*) Et dans une autre version de An-Nasâ’î le rapporte également d’Ibn 3Abbâs (رضي الله عنه) sous la formulation : « Répudie-la. – Je ne peux me passer d’elle. – Alors garde-la ». [Rapporté par An-Nasâ’î n°3229, Authentifié par Cheikh Al-Albânî]

CE HADITH CONCERNE LE COMPORTEMENT FACE À L’ÉPOUSE QUI MANQUE DE PUDEUR,

ENSEIGNEMENTS DU HADITH :

1- La parole de cet homme : « Ma femme ne repousse la main de personne » signifie que son épouse n’est pas de celles qui fuient et s’éloignent des hommes étrangers, et cela ne signifie pas qu’elle tombe dans la turpitude.

2- Un homme se plaignit auprès du Prophète (ﷺ) du fait que son épouse était d’un comportement ouvert et qu’elle ne fuyait pas les hommes étrangers et n’était pas gênée devant eux, sans tout de même tomber dans la turpitude, et le Prophète (ﷺ) lui commanda de la répudier, en conformité avec la sagesse prophétique : « Laisse ce qui te plonge dans le doute pour ce qui ne t’y plonge pas(1) ».

3- Cet homme aimait son épouse et en était satisfait, et il craignit de s’attacher à elle et ne pas supporter d’en être séparé, donc le Prophète (ﷺ) lui a ordonné de la garder.

4- L’obligation pour la femme est de se préserver, de se protéger, de s’éloigner des hommes étrangers, de ne pas se mêler à eux, et de ne pas se montrer trop extravertie avec eux. Allah (سُبْحَانَهُ وَ تَعَالَى) dit : {Ne soyez donc pas complaisantes dans votre langage, afin que celui qui porte une maladie dans le cœur ne vous convoite pas(2) ».

5- L’obligation pour l’homme est de préserver les femmes de sa famille, qu’il s’agisse de son épouse, sa fille, sa sœur ou d’une proche, et de les éloigner des hommes et des situations douteuses.

6- Il n’est pas permis de vivre avec une femme facile d’accès et qui se montre, se mêle aux hommes, se fait aimer d’eux, désire s’asseoir et parler avec eux ; mais il doit la conseiller et l’exhorter, et si elle ne se reforme pas, il est meilleur qu’il s’en sépare.

7- S’il est établi qu’elle est tombé dans la turpitude, ou qu’elle fait preuve de manquements dans l’accomplissement des obligations religieuses comme les cinq prières et le jeûne de Ramadan, il lui est obligatoire de s’en séparer, et il ne lui est pas permis de la garder.

Source: [Boulough Al-Maram d’Al-Hafidh Ibn Hajar Al-عasqalânî avec les commentaire de cheikh عAbd Allah Al-Bassam agrémenté d’enseignement tirés des commentaires de cheikh Al-عUthaymin, Al-Fawzân, Ar-Râjihî. Authentification des hadiths et commentaire tirés des ouvrages de cheikh Al-Albani. Page 564-565 volume 2 (Éditions Tawbah)]

(1) At-Tirmidhî n°2518.

(2) Sourate Al-A7zâb, V. 32.

عنِ ابنِ عبَّاسٍ قالَ : جاءَ رجلٌ إلى النَّبيِّ صلَّى اللَّهُ علَيهِ وسلَّمَ فقالَ : إنَّ امرَأتي لَا تَمنعُ يدَ لامِسٍ قالَ : غرِّبْها قالَ : أخافُ أن تتبعَها نَفسي قالَ : فاستَمتِعْ بِها
(رواه أبو داود في سننه رقم ۲۰۴۹ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après Ma’qal Ibn Yasar (qu’Allah l’agrée), « Un homme est venu voir le Prophète -ﷺ- et lui a dit : « J’ai trouvé une femme qui a la renommée et l’honneur mais elle n’enfante pas, puis-je l’épouser ? Il le lui interdit.
Puis l’homme lui rapporta une deuxième fois et il le lui interdit, puis une troisième fois, il le lui interdit. Puis il lui dit : « Mariez vous avec la femme affectueuse et féconde car je souhaiterai être fier de votre grand nombre devant les autres prophètes. » ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°2050 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Abi Daoud, Hadith Hasan Sahîh)
عَنْ مَعْقِلِ بْنِ يَسَارٍ، قَالَ جَاءَ رَجُلٌ إِلَى النَّبِيِّ صلى الله عليه وسلم فَقَالَ إِنِّي أَصَبْتُ امْرَأَةً ذَاتَ حَسَبٍ وَجَمَالٍ وَإِنَّهَا لاَ تَلِدُ أَفَأَتَزَوَّجُهَا قَالَ ‏«‏ لاَ ‏»‏ ‏.‏ ثُمَّ أَتَاهُ الثَّانِيَةَ فَنَهَاهُ ثُمَّ أَتَاهُ الثَّالِثَةَ فَقَالَ ‏«‏ تَزَوَّجُوا الْوَدُودَ الْوَلُودَ فَإِنِّي مُكَاثِرٌ بِكُمُ الأُمَمَ »‏ ‏.
(رواه أبو داود في سننه رقم ٢٠٥٠ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود )

حكم :حسن صحيح

.

D’après Abdullah ibn Amr ibn al-‘As, Amr ibn Chou‘aib rapporte d’après son père que son grand père a dit:
« Un homme du nom Marthad ibn Abi Marthad al-Ghanawi était chargé de porter les prisonniers (de guerre) de La mecque (à Médine)
A La Mecque, il y avait une prostituée appelée Inaq qui avait des relations illites avec lui.».
(Marthad dit:) je me suis rendu au Prophète (ﷺ) en lui disant:
« Ô Messager d’Allah (ﷺ)! Permets-moi de me marier avec Inaq »
(Le narrateur a dit:) Il a gardé le silence sans me répondre et ce verset fut révélé.« Le fornicateur n’épousera qu’une fornicatrice ou une associatrice ».
[Sourate 24 : la lumière, Verset 3]

{‏ وَالزَّانِيَةُ لاَ يَنْكِحُهَا إِلاَّ زَانٍ أَوْ مُشْرِكٌ ‏}‏

Il ﷺ m’a appelé et m’a récité ceci (verset) et m’a dit: « Ne l’épouse pas.»
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°2051 et authentifié par Cheikh Al Albani dans son Sahih Abi Daoud, Hadith Hasan Sahih)

═ Annotation ‎════════

Allah (Exalté soit-il) a dit dans le Sens rapproché du verset

« Le fornicateur n’épousera qu’une fornicatrice ou une associatrice. Et la fornicatrice ne sera épousée que par un fornicateur ou un associateur; et cela a été interdit aux croyants ».
[Sourate 24 : la lumière, Verset 3]

Dans Le commentaire (tafsîr) du Coran d’Ibn Kathîr {تفسير ابن كثير} au sujet de ce verset :

Ce verset signifie qu’un débauché n’ait des rapports charnels illicites qu’avec une débauchée ou une polythéiste qui consent à avoir de tels rapports et qui ne trouve aucun empêchement par manque de foi. Ibn Abbas l’a commente et dit: « Ce n’est pas un mariage legal mais un commerce charnel qui ne le pratique qu’un débauché un idolâtre ».

« Cela est interdit aux croyants » de commettre un tel pêché grave ou de donner en mariage des femmes chastes et pieuses àdes hommes pervers ou de prendre comme compagne une débauchée si on est croyant. Même certains ulémas sont alles plus loin en interdisant catégoriquement aux croyants de se marier d’avec des prostituées, comme Qatada et Mouqatel Ben Hayyan. Ce verset est pareil aux dires d’Allah: « Assurez-vous qu’elles soient vertueuses, qu’elles ne soient pas livrées à la débauche et qu’elles n’aient pas eu de liaisons clandestines » [Sourate 4 : les Femmes, Verset 25]

Ahmed a precisé: « L’acte du mariage conclu entre un homme vertueux et une prostituée n’est plus valable tant que celle-ci ne se repentisse, et dans ce cas le contrat devient valide, sinon on doit rejeter un tel acte». Ainsi il ne faut pas donner en mariage une femme chaste a un debauchétant qu’il ne se repente pas sincèrement.»

عَنْ عُبَيْدِ اللَّهِ بْنِ الأَخْنَسِ، عَنْ عَمْرِو بْنِ شُعَيْبٍ، عَنْ أَبِيهِ، عَنْ جَدِّهِ، أَنَّ مَرْثَدَ بْنَ أَبِي مَرْثَدٍ الْغَنَوِيَّ، كَانَ يَحْمِلُ الأُسَارَى بِمَكَّةَ وَكَانَ بِمَكَّةَ بَغِيٌّ يُقَالُ لَهَا عَنَاقُ وَكَانَتْ صَدِيقَتَهُ قَالَ جِئْتُ إِلَى النَّبِيِّ صلى الله عليه وسلم فَقُلْتُ يَا رَسُولَ اللَّهِ أَنْكِحُ عَنَاقَ قَالَ فَسَكَتَ عَنِّي فَنَزَلَتْ ‏{‏ وَالزَّانِيَةُ لاَ يَنْكِحُهَا إِلاَّ زَانٍ أَوْ مُشْرِكٌ ‏}‏ فَدَعَانِي فَقَرَأَهَا عَلَىَّ وَقَالَ ‏ »‏ لاَ تَنْكِحْهَا ‏ »‏ ‏.‏
(رواه أبو داود في سننه رقم ۲۰۵۱ و حسنه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : حسن صحيح

.

D’après ‘Ali Ibn Abi Talib (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Allah maudit (1) le mouhalil et celui pour qui on le pratique (2) ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°2076 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Sahîh )

(1) La malédiction signifie le fait d’être éloigné et écarté de la miséricorde d’Allah.(2) Lorsqu’un homme divorce avec sa femme trois fois alors elle lui est interdite jusqu’à ce qu’elle se marie avec un autre homme et que le mariage soit consommé car Allah a dit : « Le divorce est deux fois » puis il a dit : « S’il divorce alors elle ne lui sera plus permise jusqu’à ce qu’elle épouse un autre homme ».
(Sourate Al Baqara versets 230 et 231)
Alors un homme se marie avec cette femme mais il y a comme condition qu’une fois qu’il l’a rendue permise au premier mari en ayant eu avec elle un rapport sexuel il divorce.
Ce genre de mariage est interdit et ne rend pas la femme de nouveau permise à son premier mari.

Le « mouhalil » est donc l’homme qui s’est marié avec cette femme et « celui pour qui on le pratique » est le premier mari.

Ainsi cette pratique revient à prendre les règles d’Allah en dérision car ce qui est voulu par le mariage est la durée dans le temps, la vie conjugale et les enfants, ce qui n’est pas le cas ici.
(Voir Charh Al Mumti de Cheikh Otheimine vol 12 p 175/176)

عن علي بن أبي طالب رضي الله عنه قال النبي صلى الله عليه و سلم : لعنَ اللهُ المُحَلِّل والمُحَلَّل لَه
(رواه أبو داود في سننه رقم ٢٠٧٦ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après Djabir ibn Abd Allah (رضي الله عنهما) a dit: « Le Messager d’Allah (ﷺ) a dit : « Quand l’un de vous demande la main d’une femme et peut la regarder de façon à être plus poussé à l’épouser, qu’il le fasse ».
Il (Jabir) dit : « Par la suite, j’ai demandé la main d’une femme (*) et me suis caché de façon à pouvoir l’observer et j’ai vu en elle ce qui m’a poussé à l’épouser et je l’ai effectivement épousée ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounans n°2082 et authentifié par Cheikh Al Albani dans son Sahih Abi Daoud, Hadith Hasan)
عن جابر بن عبد الله قال : قال رسول الله صلى الله عليه وسلم : ( إِذَا خَطَبَ أَحَدُكُمُ الْمَرْأَةَ فَإِنِ اسْتَطَاعَ أَنْ يَنْظُرَ إِلَى مَا يَدْعُوهُ إِلَى نِكَاحِهَا فَلْيَفْعَلْ ) قَالَ فَخَطَبْتُ جَارِيَةً فَكُنْتُ أَتَخَبَّأُ لَهَا حَتَّى رَأَيْتُ مِنْهَا مَا دَعَانِي إِلَى نِكَاحِهَا وَتَزَوُّجِهَا فَتَزَوَّجْتُهَا ‏.‏
(رواه أبو داود في سننه رقم ۲۰۸۲ و حسنه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : حسن

.

D’après ‘Aicha (qu’Allah l’agrée), j’ai dit au Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui): Ô Messager d’Allah! Certes la vierge a honte de parler. Le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « Son silence est son approbation ».
(Rapporté par Abou Daoud et authentifié par cheikh Albani dans Sahih Abou Daoud n°2094, Hadith Sahîh)
عن عائشة رضي الله عنها قالت : يا رسول الله إن البكر تستحي أن تتكلم . قال النبي صلى الله عليه و سلم : سكاتها إقرارها
(رواه أبو داود و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود رقم ۲۰۹۴)

حكم : صحيح

.

D’après Ibn ‘Abbas (qu’Allah les agrée), une jeune fille vierge s’est rendue auprès du Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) et a mentionné que son père l’a mariée alors qu’elle détestait cela. Alors le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) lui a donné le choix (*).
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°2096 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Sahih)

(*) C’est à dire il lui a donné le choix entre rester avec son mari si elle le désire ou d’annuler le mariage.

عن بن عباس رضي الله عنهما : أنَّ جاريةً بِكْرًا أتتِ النَّبيَّ صلَّى اللَّهُ علَيهِ وسلَّمَ، فذَكَرت أنَّ أباها زوَّجَها وَهيَ كارِهَةٌ فخيَّرَها النَّبيُّ صلَّى اللَّهُ علَيهِ وسلَّمَ
(رواه أبو داود في سننه رقم ٢٠٩٦ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après Abi Hourayra, rapporte que Abû Hind fit une saignée (Hijâmah) au Prophète (ﷺ) au niveau de la partie frontale de son crâne, et il dit :

« Ô Bani Bayada, mariez Abou Hind (à une de vos filles), et demandez la main de ses filles, la meilleure chose par lequel vous êtes traitées est la Hijama.(3) »
(Rapporté par Abou Daoud et authentifié par Cheikh Al Albani dans son Sahih Abi Daoud n°2102, Hadith Hasan)

(1) une famille des Ansars (médinois)
(2) c’était un homme qui pratiquait la saignée (Hijâmah), qui était un esclave affranchi de Bani Bayâda des Ansârs.
(3) La pratique de la saignée (Hijâmah) à l’époque était un métier « non noble »,
Ce Hadith montre que le critère social, lors de la proposition de mariage, n’est pas obligatoire.

Dans le Tafsir ibn Kathir il a été rapporté que Ce Hadith a été la cause du verset suivant:

Allah exalté soit il dit dans le sens rapproché du verset suivant

Ô hommes ! Nous vous avons créés d’un mâle et d’une femelle, et Nous avons fait de vous des nations et des tribus, pour que vous vous entreconnaissiez. Le plus noble d’entre vous, auprès d’Allah, est le plus pieux. Allah est certes Omniscient et Grand-Connaisseur.
[Sourate 49 : les appartements, Verset 13]

يَا أَيُّهَا النَّاسُ إِنَّا خَلَقْنَاكُم مِّن ذَكَرٍ وَأُنثَى وَجَعَلْنَاكُمْ شُعُوباً وَقَبَائِلَ لِتَعَارَفُوا إِنَّ أَكْرَمَكُمْ عِندَ اللَّهِ أَتْقَاكُمْ إِنَّ اللَّهَ عَلِيمٌ خَبِيرٌ

Ibn Asaker, il a dit que le verset précité fut révélé au sujet d’Abou Hind quand le Messager d’Allah (ﷺ) avait demandé aux Bani Bayada de donner à cet homme une des leurs filles en mariage. Ils lui répondirent: « Ô Messager d’Allah, donnerons-nous nos filles à nos esclaves affranchis? »

عَنْ أَبِي هُرَيْرَةَ، أَنَّ أَبَا هِنْدٍ، حَجَمَ النَّبِيَّ صلى الله عليه وسلم فِي الْيَافُوخِ فَقَالَ النَّبِيُّ صلى الله عليه وسلم «‏ يَا بَنِي بَيَاضَةَ أَنْكِحُوا أَبَا هِنْدٍ وَانْكِحُوا إِلَيْهِ »‏ ‏.‏ قَالَ « وَإِنْ كَانَ فِي شَىْءٍ مِمَّا تَدَاوَوْنَ بِهِ خَيْرٌ فَالْحِجَامَةُ »‏ ‏.‏
(رواه أبو داود في سننه رقم ۲۱۰۲ و حسنه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : حسن

.

D’après Jarir (qu’Allah l’agrée), j’ai interrogé le Prophète concernant le regard involontaire (sur une femme), il a répondu:
« Détournes ton regard (*) ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°2148 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Abi Daoud, hadith Sahîh)

(*) C’est à dire: ‘Ne regarde pas une seconde fois car la première fois n’a pas été préméditée et est donc pardonnée’.
(Awn Al Ma’boud ‘Ala Charh Sounan Abi Daoud)

عن جرير رضي الله عنه قال سألت رسول الله صلى الله عليه وسلم عن نظر الفجاءة فقال : اصرف بصرك
(رواه أبو داود في سننه رقم ٢١٤٨ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après ‘Amr ibn Shu’aib, d’après son père d’après son grand père (Abdullah ibn Amr ibn al-‘As) que le Prophète (ﷺ) a dit:
« Si l’un de vous se marie avec une femme ou achète une esclave, il doit dire: « Ô Allah, je te demande son bien et le bien sur laquel tu l’as prédisposée et je recherche refuge auprès de Toi de son mal et le mal sur laquel tu l’as prédisposée »
Quand il achète un chameau, il doit mettre la main sur le haut de sa bosse et dire le même genre de chose.».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sunan Abi Daoud 2160 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Abi Daoud, Hadith Hasan)

Voici l’invocation en Arabe

اللَّهُمَّ إِنِّي أَسْأَلُكَ خَيْرَهَا وَخَيْرَ مَا جَبَلْتَهَا عَلَيْهِ وَأَعُوذُ بِكَ مِنْ شَرِّهَا وَمِنْ شَرِّ مَا جَبَلْتَهَا عَلَيْهِ

عَنْ عَمْرِو بْنِ شُعَيْبٍ، عَنْ أَبِيهِ، عَنْ جَدِّهِ، عَنِ النَّبِيِّ صلى الله عليه وسلم قَالَ  » إِذَا تَزَوَّجَ أَحَدُكُمُ امْرَأَةً أَوِ اشْتَرَى خَادِمًا فَلْيَقُلِ اللَّهُمَّ إِنِّي أَسْأَلُكَ خَيْرَهَا وَخَيْرَ مَا جَبَلْتَهَا عَلَيْهِ وَأَعُوذُ بِكَ مِنْ شَرِّهَا وَمِنْ شَرِّ مَا جَبَلْتَهَا عَلَيْهِ وَإِذَا اشْتَرَى بَعِيرًا فَلْيَأْخُذْ بِذِرْوَةِ سَنَامِهِ وَلْيَقُلْ مِثْلَ ذَلِكَ  »
(رواه أبو داود في سننه رقم ۲۱۶۰ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : حسن

.

D’après Moutarif Ibn ‘Abdillah, le compagnon du prophète ‘Imran Ibn Husayn (qu’Allah les agrée) a été interrogé concernant un homme qui a divorcé avec sa femme puis a un rapport avec elle (1) et n’a pas prit de témoins ni pour le divorce ni pour la reprendre, il a dit: « Tu as divorcé non-conformément à la sounna, tu as repris non-conformément à la sounna (2). Prend des témoins pour le divorce et pour le fait de la reprendre et ne recommence pas ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°2186 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Abi Daoud, Hadith Sahîh)

(1) Il faut savoir que lorsqu’un homme divorce avec son épouse alors un délai de 3 menstrues commence durant lequel le mari peut reprendre son épouse s’il le désire. Ce n’est qu’à la fin de ce délai qu’il y a séparation.

(2) Les savants du hadith expliquent que ce type de formulation: -Ceci fait partie de la sounna-, -Ceci ne fait pas partie de la sounna- si elle est prononcée par un compagnon du Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a la même valeur juridique qu’un texte du Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) car ce compagnon parle évidemment de la sounna du Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui).

عن مطرف بن عبد الله أن عمران بن حصين رضي الله عنهما أنه سُئِل عن الرجل يطلق امرأته ثم يقع بها ولم يشهد على طلاقها ولا على رجعتها فقال : طلقت لغير سنة وراجعت لغير سنة أشهد على طلاقها وعلى رجعتها ولا تعد
(رواه أبو داود في سننه رقم ٢١٨٦ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après Thawban (qu’Allah l’agrée), le Prophète (ﷺ) a dit: « Toute femme qui demande le divorce à son mari sans aucune raison valable, se verra interdire l’odeur du Paradis ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°2226 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Sahîh)
عن ثوبان، قال قال رسول الله صلى الله عليه وسلم ‏:‏ أيما امرأة سألت زوجها طلاقا في غير ما بأس فحرام عليها رائحة الجنة.
(رواه أبو داود في سننه رقم ۲۲۲۶ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après Oum Salama (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « La femme dont le mari est décédé ne porte pas d’habits teints en jaune ou en rouge, ni de bijoux, elle ne doit pas se teindre les cheveux ni mettre du kohl ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°2304 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Sahîh)
عن أم سلمة رضي الله عنها قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : المتوفى عنها لا تلبس المعصفر من الثياب و لا الممشق و لا الحلي و لا تختضب و لا تكتحل
(رواه أبو داود في سننه رقم ٢٣٠٤ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « Quel bon sahour pour le croyant sont les dattes ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°2345 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Sahîh)
عن أبي هريرة رضي الله عنه قال النبي صلى الله عليه و سلم : نعم سحور المؤمن التمر
(رواه أبو داود في سننه رقم ٢٣٤٥ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit:
« La religion ne cessera d’être apparente tant que les gens hâteront la rupture du jeûne car certes les juifs et les chrétiens la retardent ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounans n°2353 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Hasan)
عن أبي هريرة رضي الله عنه أن النبي صلى الله عليه وسلم قال : لا يزال الدين ظاهرا ما عجل الناس الفطر لان اليهود والنصارى يؤخرون
(رواه أبو داود رقم ۲۳۵۳ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : حسن

.

D’après Anas Ibn Malik (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) rompait son jeûne avant de prier en mangeant des dattes fraîches, si ce n’était pas avec des dattes fraîches alors avec des dattes sèches et si ce n’était pas avec des dattes sèches alors avec quelques gorgées d’eau ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°2356 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Abi Daoud, Hadith Hasan Sahîh)

(*) C’est à dire avant de faire la prière du maghreb.

Remarque : Il est rapporté dans certains ahadiths que le Messager d’Allah (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) rompait le jeûne avec du lait mais ces ahadiths ne sont pas authentiques. Voir par exemple Irwa Al Ghalil vol 4 p 45 et la Silsila Daifa n°6127.

عن أنس بن مالك رضي الله عنه : كان رسول الله صلى الله عليه وسلم يفطر قبل أن يصلي على رطبات فإن لم تكن رطبات فتمرات فإن لم تكن حسا حسوات من ماء
(رواه أبو داود في سننه رقم ٢٣٥٦ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : حسن صحيح

.

D’après Abdallah Ibn Omar (qu’Allah les agrée), lorsque le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) rompait son jeûne il disait: « La soif est partie, les veines sont humides et la récompense est assurée si Allah le veut ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°2357 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Abi Daoud, Hadith Hasan)

En phonétique : Dhahaba A Dhama Wabtalatil ‘Ourouq Wa Thabatal Ajr InchaAllah

En arabe :
ذَهَبَ الظَمَأ وَ ابْتَلَّتِ العُرُوق وَ ثَبَتَ الأَجْر إنْ شَاءَ الله

عن عبد الله بن عمر رضي الله عنهما كان النبي صلى الله الله عليه و سلم إذا أفطر قال : ذَهَبَ الظَمَأ وَ ابْتَلَّتِ العُرُوق وَ ثَبَتَ الأَجْر إنْ شَاءَ الله
(رواه أبو داود في سننه رقم ٢٣٥٧ و حسنه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم :حسن

.

D’après Thawban (Qu’Allah l’agrée), le Prophète (ﷺ) a dit: « Le hajim [1] et le mahjoum [2] ont rompu leur jeûne »
(Rapporté par Abou Daoud dans ses sounans et authentifié par Cheikh Albani dans la Sahih Abou Daoud n°2370, Hadith Sahîh)

(*) Car extraire beaucoup de sang affaiblit le jeûneur, c’est pour cette raison que son jeûne est annulé.

[1] Hajim : celui qui fait la hijama.
[2] Mahjoum : celui sur qui la hijama est faite

عَنْ ثَوْبَانَ مَوْلَى رَسُولِ اللَّهِ صلى الله عليه وسلم أَخْبَرَهُ أَنَّ النَّبِيَّ صلى الله عليه وسلم قَالَ ‏ « ‏ أَفْطَرَ الْحَاجِمُ وَالْمَحْجُومُ ‏ »‏ ‏.‏
(رواه أبو داود و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود رقم رقم ۲۳۷۰)

حكم : صحيح

.

D’après Jabir Ibn ‘Abdillah (qu’Allah les agrée lui et son père), ‘Omar Ibn Al Khatab (qu’Allah l’agrée) a dit : J’ai ressenti une excitation (1) et j’ai embrassé mon épouse alors que je jeûnais.
Alors j’ai dit : Ô Messager d’Allah ! Aujourd’hui j’ai fais une chose très grave. J’ai embrassé alors que je jeûnais.
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Si tu avais mis de l’eau dans ta bouche pendant que tu jeûnes, qu’aurais-tu dis de cela ? ».
J’ai dit : Il n’y a pas de mal à cela.
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Et donc ? (2) ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°2385 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Sahîh)

(1) C’est à dire après avoir regardé son épouse.
(2) C’est à dire que le fait de mettre de l’eau dans la bouche n’annule pas le jeûne alors que c’est la première étape qui est mise en oeuvre lorsque l’on boit.
Ainsi de la même manière, le fait d’embrasser qui est un préliminaire du rapport sexuel et une chose qui mène à lui n’annule pas non plus le jeûne.
(Awn Al Ma’boud Bi Charh Sounan Abi Daoud)

عن جابر بن عبدالله رضي الله عنهما قال قال عمر بن الخطاب رضي الله عنه : هششت فقبلت وأنا صائم
فقلت : يا رسول اللهِ ! صنعت اليوم أمرا عظيما قبلت وأنا صائم
قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : أرأيت لو مضمضت من الماء وأنت صائم ؟
قلت : لا بأس به
قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : فمه ؟
(رواه أبو داود في سننه رقم ٢٣٨٥ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée), un homme s’est rendu au Prophète (ﷺ) et a dit: ‘ Ô Messager d’Allah certes j’ai mangé et j’ai bu par oubli alors que je jeûnais ‘. Le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) lui a dit: « C’est Allah qui t’a nourri et abreuvé et tu n’as pas à rattraper ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses sounan et authentifié par cheikh Albani dans Sahih Abou Daoud n°2398), Hadith Sahîh)
عن أبي هريرة رضي الله عنه قال : جاء رجل إلى النبي صلى الله عليه وسلم فقال : يا رسول الله إني أكلت وشربت ناسيا وأنا صائم . فقال رسول الله صلى الله عليه و سلم : أطعمك الله وسقاك و لا قضاء عليك
(رواه أبو داود في سننه و حسنه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود رقم ۲۳۹۸ )

حكم : صحيح

.

D’après Abou Moura, je suis rentré avec ‘Abdallah Ibn ‘Amr (qu’Allah les agrée lui et son père) chez son père ‘Amr Ibn Al ‘Ass (qu’Allah l’agréé). Il nous a apporté a manger et il lui a dit: Mange !
‘Abdallah (qu’Allah l’agrée) a dit: Certes je jeûne.
‘Amr (qu’Allah l’agrée) a dit: Mange ! Ce sont ces jours durant lesquels le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) nous ordonnait de rompre et nous interdisait de jeûner.
Malik a dit: Ce sont les jours du Tachriq (*).
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°2418 et authentifié par l’imam Nawawi dans Al Majmou vol 6 p 442 et par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Sahîh)

(*) Ce sont les trois jours qui suivent le ‘id, soit le 11e, le 12e et le 13e jour du mois de Dhoul Hijja.

عن أبي مرة أنه دخل مع عبدالله بن عمرو رضي الله عنهما على أبيه عمرو بن العاص رضي الله عنه فقرب إليهما طعاما فقال : كل
فقال : إني صائم
فقال عمرو رضي الله عنه : كل فهذه الأيام التي كان رسول اللهِ صلى الله عليه وسلم يأمرنا بإفطارها وينهانا عن صيامها
قال مالك : وهي أيام التشريق
(رواه أبو داود في سننه رقم ٢٤١٨ و صححه الإمام النووي في المجموع ج ٦ ص ٤٤٢ و الشيخ الألباني في صحيح أبي داود

حكم:صحيح

.

D’après Hounayda Bint Khalid (qu’Allah l’agrée), d’après une femme parmi les épouses du Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui), le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) jeûnait les neuf jours de dhoul hijja, le jour de ‘achoura et trois jours chaque mois: le premier lundi du mois et deux jeudis.
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sunan n°2437 et authentifié par cheikh Albani dans Sahit Abi Daoud, Hadith Sahîh)

Remarque n°1 :

Il est recommandé pour les gens qui ont des jours de jeûne de Ramadan à rattraper de le faire durant les 9 jours de Dhoul Hijja.

D’après Qays, ‘Omar Ibn Al Khattab (qu’Allah l’agrée) a dit : « Il n’y a pas de mal à rattraper les jours de Ramadan durant les 10 jours ».
(Rapporté par Ibn Abi Chayba dans son Moussanaf n°9608 et authentifié par l’imam Ibn Hajar dans Fath Al Bari 4/189)

Et dans la version de ce texte rapportée par Al Bayhaqi dans Sounan Al Koubra n°8395, ‘Omar Ibn Al Khattab (qu’Allah l’agrée) : « Il n’y a pas de jours durant lesquels je préfère rattraper les jours manqués du Ramadan que durant les dix jours ».

عن قيس قال عمر بن الخطاب رضي الله عنه : لا بأس بقضاء رمضان في العشر
(رواه بن أبي شيبة في مصنفه رقم ٩٦٠٨ و صححه الحافظ بن حجر في فتح الباري ١٨٩/٤)
وفي رواية رواها البيهقي في السنن الكبرى رقم ٨٣٩٥ قال عمر بن الخطاب رضي الله عنه : ما من أيام أحب إلي أن أقضي فيها شهر رمضان من أيام العشر

Remarque n°2 :

L’imam Mouslim a rapporté dans son Sahih n°1176 : D’après ‘Aicha (qu’Allah l’agrée) : « Je n’ai jamais vu le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) jeûner durant les dix jours ».

عن عائشة رضي الله عنها : ما رأيت رسول الله صلى الله عليه وسلم صائما في العشر قط
(رواه مسلم في صحيحه رقم ١١٧٦)

Les savants ont jumelés les deux hadiths en expliquant que chacune des deux épouses du Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a informé de ce qu’elle a vu or celle qui affirme qu’elle a vu le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) jeûner apporte une science supplémentaire et son avis doit donc être prépondérant.

L’imam Al Bayhaqi (mort en 458 du calendrier hégirien) : « Le hadith qui affirme est prépondérant sur celui qui nie ».
(Sounan Al Koubra vol 4 p 472)

L’imam Ibn Qayim Al Djawziya (mort en 751 du calendrier hégirien) a dit sur ce sujet: « Le hadith qui affirme doit passer avant celui qui nie s’il est authentique ».
(Zaad Al Ma’ad vol 2 p 66)

L’imam Sidiq Hassan Khan (mort en 1307 du calendrier hégirien) a dit : « Le fait que ‘Aicha (qu’Allah l’agrée) ne l’ai pas vu et ne sache pas cela ne signifie pas qu’il ne l’a pas fait ».
(Rawdatou Nadiya vol 1 p 556)

عن بعض أزواج النبي صلى الله عليه و سلم أنه كان يصوم تسعا من ذي الحجة ويوم عاشوراء وثلاثة أيام من كل شهر أول اثنين من الشهر وخميسين
(رواه صحيح أبي داود في سننه رقم ۲۴۳۷ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après ‘Abdallah Ibn ‘Abbas (qu’Allah les agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Il n’y a pas de jours dans lesquels les bonnes actions sont plus aimées par Allah que ces jours (10 premiers jours) ».
Ils ont dit: Ô Messager d’Allah ! Pas même le djihad dans le sentier d’Allah ?
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Pas même le djihad dans le sentier d’Allah, sauf un homme qui est sorti avec sa propre personne et son argent et n’est revenu avec rien de cela (*) ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°2438 et authentifié par cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Sahîh)

(*) C’est à dire qu’il a dépensé tout son argent dans le sentier d’Allah et a combattu jusqu’à être tué.

عن عبدالله بن عباس رضي الله عنهما قال النبي صلي الله عليه و سلم : ما من أيام العمل الصالح فيها أحب إلى الله من هذه الأيام يعني أيام العشر
قالوا : يا رسول اللهِ ولا الجهاد في سبيل الله ؟
قال النبي صلي الله عليه و سلم : ولا الجهاد في سبيل الله إلا رجل خرج بنفسه وماله فلم يرجع من ذلك بشيء
(رواه أبو داود في سننه رقم ٢٤٣٨ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم:صحيح

.

D’après Hafsah, La mère des croyants (Ummul Mu’minin): Le Prophète (ﷺ) a dit: « Celui qui n’a pas l’intention de jeûner dès la veille (ou la nuit), n’a pas de jeûne. »
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°2454, Al Albânî l’a jugé authentique dans Irwâ- Al Ghalîl numéro 914, Hadith Sahîh)

(*) Et il n’est pas permis de prononcer l’intention du jeûne. Si la personne se dit qu’elle va jeûner, ou si elle se lève pour prendre le repas de l’aube [As-Sahûr] afin de jeûner cela est suffisant.

عَنْ حَفْصَةَ، زَوْجِ النَّبِيِّ صلى الله عليه وسلم أَنَّ رَسُولَ اللَّهِ صلى الله عليه وسلم قَالَ ‏ « ‏ مَنْ لَمْ يُجْمِعِ الصِّيَامَ قَبْلَ الْفَجْرِ فَلاَ صِيَامَ لَهُ ‏ »‏ ‏
(رواه أبو داود في سننه رقم ٢٤٥٤ و صححه الشيخ الألباني في إرواء الغليل رقم ٩١٤)

حكم : صحيح

.

D’après Oum Hani (qu’Allah l’agrée):
Les jours de la conquête de la Mecque , quand la Mecque fut conquit, Fatima est venu et s’est assis sur le côté gauche du Messager d’ Allah (ﷺ) et Oum Hani (qu’Allah l’agrée) assise sur son côté droit du Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui). lorsqu’une servante lui a apporté une boisson dont il a bu. Ensuite il me l’a passé et j’ai bu.
Alors j’ai dit: j’ai fait un péché, demande pardon pour moi !
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Qu’y a t-il ? ».
J’ai dit: j’étais en train de jeûner et j’ai rompu mon jeûne.
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Est-ce que c’était un jour que tu rattrapais ? ».
J’ai dit: Non.
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Cela ne te nuira pas si c’est un jeûne surérogatoire ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°2456 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Sahîh)
.
عَنْ أُمِّ هَانِئٍ، قَالَتْ لَمَّا كَانَ يَوْمُ الْفَتْحِ فَتْحِ مَكَّةَ جَاءَتْ فَاطِمَةُ فَجَلَسَتْ عَنْ يَسَارِ رَسُولِ اللَّهِ صلى الله عليه وسلم وَأُمُّ هَانِئٍ عَنْ يَمِينِهِ قَالَتْ فَجَاءَتِ الْوَلِيدَةُ بِإِنَاءٍ فِيهِ شَرَابٌ فَنَاوَلَتْهُ فَشَرِبَ مِنْهُ ثُمَّ نَاوَلَهُ أُمَّ هَانِئٍ فَشَرِبَتْ مِنْهُ فَقَالَتْ يَا رَسُولَ اللَّهِ لَقَدْ أَفْطَرْتُ وَكُنْتُ صَائِمَةً ‏.‏ فَقَالَ لَهَا ‏ »‏ أَكُنْتِ تَقْضِينَ شَيْئًا ‏ »‏ ‏.‏ قَالَتْ لاَ ‏.‏ قَالَ ‏ »‏ فَلاَ يَضُرُّكِ إِنْ كَانَ تَطَوُّعًا ‏ »‏ ‏.‏
(رواه أبو داود في سننه رقم ٢٤٥٦ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « Ce qu’il y a de plus mauvais dans l’homme est une avarice qui le rend inquiet et une lâcheté paralysante ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°2511 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abou Daoud, Hadith Sahîh)
عن أبي هريرة رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : شر ما في رجل شح هالع وجبن خالع
(رواه أبو داود في سننه رقم ٢٥١١ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم :  صحيح

.

D’après Ibn Abbas ( رضي الله عنهما)

Le Messager d’Allah (ﷺ) a dit :

« Lorsque vos frères sont tués (au combat) à la bataille de Uhud, Allah donne à leur âme des corps d’oiseaux vert qui s’abreuvent et se nourrissent des rivières du paradis et mangent ses fruits et séjournent dans des lampes en or accrochées au Trône. »

Lorsqu’ils se sont tellement réjouis de leur félicité, ils ont dit :
– « « Qui donc informera-t-il nos frères que nous sommes vivants au Paradis et qu’on pourvoit à nos besoins, afin qu’ils ne négligent pas le Jihad, et ne s’abstiennent pas de faire le djihad? ». Allah leur a répondu :

Allah leur a répondu :
– « C’est Moi qui les en informera ». Alors, Allah (Aza Wajal) révéla :

{Ne pense pas que ceux qui ont été tués dans le sentier de Allah, soient morts.} (1)
jusqu’à la fin du verset.

(Rapporté par Abou Daoud et authentifié par Cheikh Al Albani dans son Sahih Abi Daoud n°2520, Hadith Hasan)

(1) Cela fait allusion au verset suivant

Ne pense pas que ceux qui ont été tués dans le sentier de Allah, soient morts. Au contraire, ils sont vivants, auprès de leur Seigneur, bien pourvus
[Sourate 3 : la famille d’imran, Verset 169]

وَلاَ تَحْسَبَنَّ الَّذِينَ قُتِلُواْ فِي سَبِيلِ اللّهِ أَمْوَاتاً بَلْ أَحْيَاء عِندَ رَبِّهِمْ يُرْزَقُونَ

عَنِ ابْنِ عَبَّاسٍ، قَالَ قَالَ رَسُولُ اللَّهِ صلى الله عليه وسلم ‏:‏ ‏ »‏ لَمَّا أُصِيبَ إِخْوَانُكُمْ بِأُحُدٍ جَعَلَ اللَّهُ أَرْوَاحَهُمْ فِي جَوْفِ طَيْرٍ خُضْرٍ تَرِدُ أَنْهَارَ الْجَنَّةِ، تَأْكُلُ مِنْ ثِمَارِهَا، وَتَأْوِي إِلَى قَنَادِيلَ مِنْ ذَهَبٍ مُعَلَّقَةٍ فِي ظِلِّ الْعَرْشِ، فَلَمَّا وَجَدُوا طِيبَ مَأْكَلِهِمْ وَمَشْرَبِهِمْ وَمَقِيلِهِمْ قَالُوا ‏:‏ مَنْ يُبَلِّغُ إِخْوَانَنَا عَنَّا أَنَّا أَحْيَاءٌ فِي الْجَنَّةِ نُرْزَقُ لِئَلاَّ يَزْهَدُوا فِي الْجِهَادِ وَلاَ يَنْكُلُوا عِنْدَ الْحَرْبِ فَقَالَ اللَّهُ سُبْحَانَهُ ‏:‏ أَنَا أُبَلِّغُهُمْ عَنْكُمْ ‏.‏ قَالَ ‏:‏ فَأَنْزَلَ اللَّهُ ‏{‏ وَلاَ تَحْسَبَنَّ الَّذِينَ قُتِلُوا فِي سَبِيلِ اللَّهِ أَمْوَاتًا ‏}‏ ‏ »‏ ‏.‏ إِلَى آخِرِ الآيَةِ ‏.‏
(رواه أبو داود في سننه رقم ۲۵۲۰ و حسنه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : حسن

.

D’après Abou Houreira (qu’Allah les agrée), ‘Amr Ibn Ouqaych (qu’Allah l’agrée) avait de l’usure de la jahiliya (*) et détesta rentrer dans l’Islam avant de le prendre. Il est venu le jour de Ouhoud et a dit: Où sont les fils de mon oncle?
Ils ont dit: À Ouhoud.
Il a dit: Où est untel?
Ils ont dit: À Ouhoud.
Il a dit: Où est untel?
Ils ont dit: À Ouhoud.
Alors il a mit son armure et prit ses armes, a monté son cheval et est parti dans leur direction.
Quand les musulmans l’ont vu ils ont dit: Écarte toi de nous ô ‘Amr.
Il a dit: Certes je suis maintenant croyant.
Alors il a combattu jusqu’à être blessé. Il a été porté blessé vers sa famille.
Sa’d Ibn Mou’adh (qu’Allah l’agrée) est venu à lui et a dit à sa soeur: Demande lui s’il a fait cela par fierté pour son peuple, ou par énervement pour eux ou par énervement pour Allah?
Il a dit: Plutôt par énervement pour Allah et son Messager (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui).
Alors il est mort et rentra dans le paradis sans avoir prié une seule prière pour Allah.
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sunan n°2537 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Abi Daoud, Hadith Hasan)

Dans une version plus longue de cette histoire, c’est le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) qui a dit: « Il est certes parmi les gens du paradis ».
(Rapportée par l’imam Ahmed dans son Mousnad n°23634 et cette version a été authentifiée par l’imam Ibn Hajar dans Al Isaba vol 7 p 341 biographie n°5811 et par Cheikh Shouayb Arnout dans sa correction du Mousnad)

(*) C’est à dire la période avant l’Islam.

عن أبي هريرة رضي الله عنه قال : أن عمرو بن أقيش كان له ربًا في الجاهلية فكره أن يسلم حتى يأخذه . فجاء يوم أحد فقال : أين بنو عمي ؟
قالوا : بأحد
قال : أين فلان ؟
قالوا : بأحد
قال : فأين فلان ؟
قالوا : بأحد
فلبس لأمته وركب فرسه ثم توجه قبلهم فلما رآه المسلمون قالوا : إليك عنا يا عمرو
قال : إني قد آمنت
فقاتل حتى جرح فحمل إلى أهله جريحًا فجاءه سعد بن معاذ رضي الله عنه فقال لأخته : سليه حمية لقومك أو غضبًا لهم أم غضبًا لله ؟
فقال : بل غضبًا لله ولرسوله . فمات فدخل الجنة وما صلى لله صلاة
(رواه أبو داود في سننه رقم ٢٥٣٧ و حسنه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : حسن

.

D’après Mu’adh, J’étais assis derrière le messager d’Allah (ﷺ) sur un âne appelé « ‘Oufayr ».
(Rapporté par Abou Daoud et authentifié par Cheickh Al Albani dans son Sahih Abi Daoud n°2559, Hadith Sahîh)

عَنْ مُعَاذٍ، قَالَ كُنْتُ رِدْفَ رَسُولِ اللَّهِ صلى الله عليه وسلم عَلَى حِمَارٍ يُقَالُ لَهُ عُفَيْرٌ ‏.‏
(رواه أبو داود في سننه رقم ۲۵۵۹ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح لكن ذكر الحمار شاذ

.

D’après Anas Ibn Malik (qu’Allah l’agrée), le Prophète (ﷺ) a dit : « Voyagez de nuit car certes la terre est pliée la nuit ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°2571 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Sahîh)

Ce hadith est une incitation à voyager la nuit car le voyage y est plus facile
(Charh Sounan Abi Daoud de cheikh Al Abad cours n°304)

عن أنس بن مالك رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه وسلم : عليكم بالدلجة فإن الأرض تطوى بالليل ‏ »‏ »
(رواه أبو داود في سننه رقم ٢٥٧١ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après Abadallah (Mass’oud) (qu’Allah l’agrée), nous étions avec le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) en voyage lorsqu’il s’écarta pour accomplir un besoin. Alors nous avons vu un rouge gorge qui avait avec lui ses deux petits. Nous avons pris ses deux petits et le rouge gorge commença à voler très près au dessus de nous. Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) est venu et a dit: « Qui a accablé cet oiseau par ses petits?! Rendez lui ses petits ».
Puis il a vu une fourmilière que nous avions brûlé et il a dit: « Qui a brûlé cela? ».
Nous avons dit: Nous.
Alors le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Il ne convient pas de châtier par le feu si ce n’est de la part du Seigneur du feu ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°2675 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Abi Daoud, Hadith Sahîh)
عن عبداللَّه قالَ: كنَّا معَ رسولِ اللَّهِ صلَّى اللَّهُ علَيهِ وسلَّمَ في سَفَرٍ، فانطلقَ لحاجتِهِ فرأَينا حُمَرةً معَها فرخانِ فأخذنا فَرخَيها، فجاءتِ الحُمَرةُ فجعلت تفرِشُ، فجاءَ النَّبيُّ صلَّى اللَّهُ علَيهِ وسلَّمَ فقالَ: من فجعَ هذِهِ بولدِها؟ ردُّوا ولدَها إليها. ورأى قريةَ نملٍ قد حرَّقناها فقالَ: مَن حرَّقَ هذِهِ؟ قُلنا: نحنُ. قالَ: إنَّهُ لا ينبَغي أن يعذِّبَ بالنَّارِ إلَّا ربُّ النَّارِ
(رواه أبو داود في سننه رقم ٢٦٧٥ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

Selon Abou Bakrah (Qu’Allah l’agrée) : « Lorsqu’une chose rendait le Prophète (ﷺ) heureux, ou qu’une chose qui rend heureux (tout le monde) arrivait, il tombait prosterné en remerciement à Allah (ta’ala). »

(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n° 2774 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Sahîh)

حدثنا مخلد بن خالد حدثنا أبو عاصم عن أبي بكرة بكار بن عبد العزيز أخبرني أبي عبد العزيز عن أبي بكرة عن النبي صلى الله عليه وسلم أنه كان إذا جاءه أمر سرور أو بشر به خر ساجدا شاكرا لله.
(رواه أبي داود في سننه رقم ۲۷۷۴ صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود )

حكم : صحيح

.

D’après certains compagnons du Prophète (رضي الله عنهم), le Prophète (ﷺ) a dit: « Certes celui qui est injuste avec un mu’âhid, le rabaisse, lui impose plus qu’il ne peut supporter, ou lui prend quelque chose sans que ce ne soit de bon gré alors je vais plaider contre lui le jour du jugement ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°3052 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Sahih)

Celui qui tue un mu’âhid (مُعَاهِدًا) [= un non musulman résident de l’État musulman, ou une personne issue d’un peuple avec qui les musulmans ont un pacte]

عن بعض أصحاب النبي رضي الله عنهم قال النبي صلي الله عليه و سلم : أَلاَ مَنْ ظَلَمَ مُعَاهِدًا أَوِ انْتَقَصَهُ أَوْ كَلَّفَهُ فَوْقَ طَاقَتِهِ أَوْ أَخَذَ مِنْهُ شَيْئًا بِغَيْرِ طِيبِ نَفْسٍ فَأَنَا حَجِيجُهُ يَوْمَ الْقِيَامَةِ
(رواه أبو داود في سننه رقم ٣٠٥٢ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après Oum Al ‘Ala (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) m’a rendu visite alors que j’étais malade et il m’a dit: « Reçois la bonne nouvelle ô Oum Al ‘Ala! Certes Allah fait partir les péchés par la maladie du musulman comme le feu fait partir les impuretés de l’or et de l’argent ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°3092 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Abi Daoud, Hadith Sahîh)

عن أم العلاء رضي الله عنها قالت : عادني رسول الله صلى الله عليه وسلم وأنا مريضة فقال : يا أم العلاء ! أبشري فإن مرض المسلم يذهب الله به خطاياه كما تذهب النار خبث الحديد والفضة
(رواه أبو داود في سننه رقم ٣٠٩٢ و صححه الشيخ الألباني في صححه أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après ‘Abdallah Ibn ‘Abbas (qu’Allah les agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Celui qui visite un malade dont le terme de vie n’est pas arrivé et dit auprès de lui 7 fois: -Je demande à Allah l’Immense, le Seigneur de l’immense trône, de te guérir- (*) alors Allah le guérit de cette maladie.
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°3106 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Abou Daoud, Hadith Sahîh)

(*) En phonétique: As Aloulah Al Adhim Rabbal Archil Adhim An Yachfiyak

En arabe: أَسْأَلُ اللهَ العَظِيمَ رَبَّ العَرْشِ العَظِيمِ أَن يَشْفِيَك

عن عبدالله ابن عباس رضي الله عنهما قال رسول الله صلى الله عليه وسلم : من عادَ مريضًا لم يحضر أجلُهُ فقالَ عندَهُ سبعَ مرارٍ أسألُ اللَّهَ العظيمَ ربَّ العرشِ العظيمِ أن يشفيَكَ إلَّا عافاهُ اللَّهُ من ذلِكَ المرضِ
(رواه أبو داود في سننه رقم ٣١٠٦ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Celui qui lave un mort (1) qu’il fasse le ghousl (2) et celui qui le porte qu’il fasse les ablutions »
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°3161 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Abi Daoud, Hadith Sahih)

(1) C’est à dire la personne qui fait le lavage funéraire.
Lorsqu’un musulman meurt, il est obligatoire qu’il soit lavé avant d’être enterré.
Les détails et les explications sur ce sujet sont mentionnés dans les ouvrages de jurisprudence.

(2) C’est à dire qu’il fasse le lavage rituel, les grandes ablutions.

Remarque : Il faut préciser que les deux ordres qui sont mentionnés dans ce hadith montre le caractère recommandé de ces deux actes et non leurs caractères obligatoires.

Voici un texte qui vient confirmer cela :

D’après Nafi’, ‘Abdallah Ibn ‘Omar (qu’Allah les agrée lui et son père) a dit: À l’époque, nous lavions le mort et parmi nous certains faisaient le ghousl et d’autres ne le faisaient pas.
(Rapporté par Daraqoutni dans ses Sounan n°1820 et authentifié par l’imam Ibn Hajar dans Talkhis Al Habir vol 1 p 239 et par Cheikh Albani dans Ahkam Al Janaiz p 72)

عن أبي هريرة، أن رسول الله صلى الله عليه وسلم قال :‏ من غسل الميت فليغتسل ومن حمله فليتوضأ ‏
(رواه أبو داود في سننه رقم ۳۱۶۱ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après Thawban (qu’Allah l’agrée), une monture a été apportée au Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) alors qu’il était avec un cortège funéraire alors il a refusé de la monter. Puis lorsqu’il parti on lui apporta une monture sur laquelle il est monté.
On lui mentionna cela et il dit: « Certes les anges marchaient ainsi il ne convenait pas que je monte sur la monture alors qu’ils marchaient puis lorsqu’ils sont partis je suis monté dessus ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°3177 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Sahîh)
عن ثوبان رضي الله عنه أن رسول الله صلى الله عليه وسلم أتي بدابة وهو مع الجنازة فأبى أن يركبها فلما انصرف أتي بدابة فركب فقيل له فقال: إن الملائكة كانت تمشي فلم أكن لأركب وهم يمشون فلما ذهبوا ركبت
(رواه أبو داود في سننه رقم ٣١٧٧ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Lorsque vous priez sur un mort alors faites des invocations uniquement pour lui ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°3199 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Hasan)
عن أبي هريرة رضي الله عنه قال النبي صلى الله عليه و سلم : إذا صليتم على الميت فأخلصوا له الدعاء
(رواه أبو داود في سننه رقم ٣١٩٩ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : حسن

.

D’après Al Moutalib Ibn ‘Abdillah (qu’Allah l’agrée) : Lorsque ‘Othman Ibn Math’oun (qu’Allah l’agrée) est mort, son convoi funéraire a été sorti et il a été entérré.
Alors le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a ordonné à un homme d’apporter une pierre mais il n’a pas réussi à la porter.
Alors le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) s’est levé vers la pierre, il a levé ses manches puis l’a porté et l’a posé vers sa tête (1). Il a dit : « Avec cette pierre je peux reconnaître la tombe de mon frère (2) et je peux enterrer proche de lui celui qui meurt de ma famille ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°3206 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Hasan)

(1) C’est à dire au niveau de la tête du mort au dessus de la tombe.

(2) Certains savants ont dit que ‘Othman Ibn Math’oun (qu’Allah l’agrée) était un frère de lait du Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui).
(Charh Sounan Abi Daoud de cheikh Abdel Mouhsin Al Abad cour n°370)

عن المطلب بن عبدالله رضي الله عنه قال : لما مات عثمان بن مظعون أخرج بجنازته فدفن
أمر النبي صلى الله عليه وسلم رجلا أن يأتيه بحجر فلم يستطع حمله فقام إليها رسول اللهِ صلى الله عليه وسلم وحسر عن ذراعيه ثم حملها فوضعها عند رأسه وقال : أتعلم بها قبر أخي وأدفن إليه من مات من أهلي 
(رواه أبو داود في سننه رقم ٣٢٠٦ و حسنه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : حسن

.

D’après Aicha (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « Casser un os d’un mort est comme le casser alors qu’il est vivant ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°3207 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Sahîh)
عن عائشة رضي الله عنها قال النبي صلى الله عليه وسلم : كسر عظم الميت ككسره حيا
(رواه أبو داود في سننه رقم ٣٢٠٧ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après ‘Othman Ibn ‘Affan (qu’Allah l’agrée), lorsque le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) terminait l’enterrement d’un mort il se tenait debout près de lui et disait: « Demandez pardon pour votre frère et demandez pour lui l’affermissement car il est en ce moment entrain d’être interrogé (*) ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°3221 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Sahîh)

(*) C’est à dire qu’il est en ce moment interrogé par les deux anges concernant son Seigneur, sa religion et son prophète.

عن عثمان بن عفان رضي الله عنه قال : كان النبي صلى الله عليه وسلم إذا فرغ من دفن الميت وقف عليه فقال : استغفروا لأخيكم واسألوا له بالتثبيت فإنه الآن يُسأل
(رواه أبو داود في سننه رقم ٣٢٢١ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après Anas Ibn Malik (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Il n’y a pas de sacrifice (à proximité de la tombe) dans l’Islam ».

Abd al-Razzaq a dit: Ils ont sacrifiés des vaches ou des moutons à proximité de la tombe.

(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°3222 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Daoud, Hadith Sahîh)

عن أنس بن مالك رضي الله عنه قال رسول الله صلّى الله عليه و سلم : لا عقر في الإسلام ‏.‏ قَالَ عَبْدُ الرَّزَّاقِ كَانُوا يَعْقِرُونَ عِنْدَ الْقَبْرِ بَقَرَةً أَوْ شَاةً ‏.‏
(رواه أبو داود في سننه رقم ٣٢٢٢ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après Jabir Ibn Abdillah (qu’Allah les agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a interdit de plâtrer les tombes, d’écrire dessus, de s’asseoir dessus et de construire dessus.
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°3226 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Sahîh)
عن جابر بن عبد الله رضي الله عنهما قال : نهى رسول الله صلى الله عليه وسلم أن يجصص القبر و أن يكتب عليه وأن يقعد عليه وأن يبنى عليه
(رواه أبو داود في سننه رقم ٣٢٢٦ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après Souwayd Ibn Hanthala (qu’Allah l’agrée) : Nous sommes parti pour rejoindre le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) et il y avait avec nous Wail Ibn Houjr (qu’Allah l’agrée).
Un ennemi de Wail (qu’Allah l’agrée) l’a capturé.
Les gens ne voulaient pas jurer (1) mais j’ai juré qu’il était mon frère (2) et alors il l’a laissé partir.
Nous sommes alors allé voir le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) et je l’ai informé que les gens n’ont pas voulu jurer et que j’ai juré qu’il s’agissait de mon frère.
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit : « Tu as dit vrai, le musulman est le frère du musulman ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°3256 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Sahîh)

(1) C’est à dire par crainte de tomber dans le péché

(2) C’est à dire que celui qui avait capturé Wail (qu’Allah l’agrée) ne le connaissait pas personnellement.
Ainsi Souwayd (qu’Allah l’agrée) a juré que Wail (qu’Allah l’agrée) était son frère en visant par cela la fraternité de l’Islam mais son ennemi a compris de ce serment qu’il s’agissait de son frère de sang et il l’a donc laissé partir.
(Voir Charh Sounan Abi Daoud de cheikh Al Abad cours n°374)

عن سويد بن حنظلة رضي الله عنه قال : خرجنا نريد رسول اللهِ صلى الله عليه وسلم ومعنا وائل بن حجر رضي الله عنه فأخذه عدو له فتحرج القوم أن يحلفوا وحلفت أنه أخي فخلى سبيله
فأتينا رسول اللهِ صلى الله عليه وسلم فأخبرته أن القوم تحرجوا أن يحلفوا وحلفت أنه أخي قال : صدقت المسلم أخو المسلم
(رواه أبو داود في سننه رقم ٣٢٥٦ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après Ka’b ibn Malik, qu’il a dit au Prophète (ﷺ) ou à Abou Loubaba Ibn ‘Abdel Mundhir (qu’Allah l’agrée), ou quelqu’un d’autre qu’Allah a voulu
« Certes fait partie de mon repentir que je délaisse la résidence sur la terre de mon peuple sur laquelle j’ai commis le péché et je donne tout mon argent en aumône ».
Le Prophète (ﷺ) : « Il te suffit d’en donner le tiers »
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°3319 et authentifié par Cheikh Al Albani dans son Sahih Abi Daoud, Hadith Isnad Sahîh)

عَعن كعب بن مالك رضي الله عنه أنه أَنَّهُ قَالَ لِلنَّبِيِّ صلى الله عليه وسلم أَوْ أَبُو لُبَابَةَ أَوْ مَنْ شَاءَ اللَّهُ ‏:‏ إِنَّ مِنْ تَوْبَتِي أَنْ أَهْجُرَ دَارَ قَوْمِي الَّتِي أَصَبْتُ فِيهَا الذَّنْبَ، وَأَنْ أَنْخَلِعَ مِنْ مَالِي كُلِّهِ صَدَقَةً ‏.‏ قَالَ ‏:‏ «‏ يُجْزِئُ عَنْكَ الثُّلُثُ »‏ ‏.‏
(رواه أبو داود في سننه رقم ۳۳۱۹ و حسنه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : إسناده صحيح

.

D’après Samoura Ibn Joundoub (qu’Allah l’agrée) : Nous étions avec le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) dans une cérémonie funéraire lorsqu’il a dit: « Y a t-il ici quelqu’un de Bani untel ? » et il répéta cela à trois reprises.
Alors un homme s’est levé et le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) lui a dit : « Qu’est ce qui t’a empêché de me répondre les deux premières fois ? Certes je ne t’ai appelé que pour un bien.
Untel (*) est mort et est empêché par sa dette de rentrer au paradis ».
Samoura (qu’Allah l’agrée) a dit : J’ai certes vu cet homme s’acquitter des dettes du défunt jusqu’à ce qu’il n’y ait plus personne qui demande quelque chose.
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°3341 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Hasan)

(*) C’est à dire qu’il a cité le nom d’une personne qui venait de décéder et qui était originaire de la tribu mentionnée précédemment.

عن سمرة بن جندب رضي الله عنه قال : كنا مع النبي صلى الله عليه و سلم في جنازة فقال : أها هنا من بني فلان أحد ؟ ثلاثا
فقام رجل فقال له النبي صلى الله عليه وسلم : ما منعك في المرتين الأوليين أن لا تكون أجبتني ؟ أما إني لم أنوه بك إلا بخير إن فلانا مات مأسورا بدينه
قال سمرة رضي الله عنه : فلقد رأيته أدى عنه حتى ما بقي أحد يطلبه بشيء 
(رواه أبو داود في سننه رقم ٣٣٤١ و حسنه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : حسن

.

D’après ‘Oubada Ibn Samit (qu’Allah l’agrée) : J’ai appris le Coran et l’écriture à des gens de Souffa (1) et l’un d’entre eux m’a donné un arc.
J’ai dit: Ce n’est pas de l’argent (2) et je vais tirer avec dans le sentier d’Allah. Je vais certes aller voir le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) pour l’interroger.
Je suis donc allé voir le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) et je lui ai dit: Ô Messager d’Allah ! Un homme à qui j’ai appris l’écriture et le Coran m’a donné un arc, ce n’est pas de l’argent et je vais tirer avec dans le sentier d’Allah.
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) m’a dit: « Si tu veux être ceinturé par une ceinture de feu alors accepte le (3) ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°3416 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Abi Daoud, Hadith Sahîh)

(1) Il s’agit de gens pauvres qui vivaient dans la mosquée.

(2) C’est à dire ce n’est pas une chose de grande valeur et ce n’est pas une chose que l’on donne généralement comme salaire.

(3) Les savants ont divergé à propos du jugement du fait de prendre un salaire pour le fait d’enseigner le Coran.
Certains savants l’ont interdit en se basant sur ce hadith et les autres hadiths qui vont dans le même sens.
D’autres savants ont dit que ceci est permis et ont expliqué ce hadith en disant que à la base ‘Oubada (qu’Allah l’agrée) n’avait pas l’intention de prendre un salaire et cet enseignement était pour lui une manière de se rapprocher d’Allah. Ainsi il ne convenait pas qu’il annulle ensuite sa récompense en prenant un salaire surtout s’il est donné par une personne pauvre.
(Voir ‘Awn Al Ma’boud Bi Charh Sounan Abi Daoud)

عن عبادة بن الصامت رضي الله عنه قال : علّمتُ ناسًا من أهل الصفة القرآن و الكتاب فأهدى إليّ رجل منهم قوسًا
فقلت : ليست بمال وأرمي عنها في سبيل الله . لآتين رسول الله صلى الله عليه وسلم فلأسألنّه
فأتيته فقلت : يا رسول الله ! رجل أهدى إلي قوسًا ممّن كنت أُعلمه الكتاب والقرآن وليست بمال وأرمي عنها في سبيل الله
قال رسول الله صلّى الله عليه وسلّم : إن كنت تحب أن تطوق طوقًا من نار فاقبلها
(رواه أبو داود في سننه رقم ٣٤١٦ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après Ibn ‘Abbas (qu’Allah l’agrée), « Lorsque le Messager d’Allah ﷺ arriva à Médine, il constata que les gens pouvaient vendre certains fruits deux ou trois ans avant leur livraison.
Il dit alors :
« Celui qui décide de payer des denrées avant leur livraison en précise la mesure, le poids et la date de livraison »
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°3463 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abou Daoud, Hadith Sahîh)
عَنِ ابْنِ عَبَّاسٍ، قَالَ قَدِمَ رَسُولُ اللَّهِ صلى الله عليه وسلم وَهُمْ يُسْلِفُونَ فِي التَّمْرِ السَّنَةَ وَالسَّنَتَيْنِ وَالثَّلاَثَةَ فَقَالَ رَسُولُ اللَّهِ صلى الله عليه وسلم ‏ « ‏ مَنْ أَسْلَفَ فِي تَمْرٍ فَلْيُسْلِفْ فِي كَيْلٍ مَعْلُومٍ وَوَزْنٍ مَعْلُومٍ إِلَى أَجَلٍ مَعْلُومٍ ‏ »‏ ‏.‏
(رواه أبو داود رقم ۳۴۶۳ و صححه الشيخ الألباني في صحيح الترغيب و الترهيب )

حكم : صحيح

.

D’après Bourayda (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Les juges sont au nombre de trois, un dans le paradis et deux dans le feu:
– celui qui est dans le paradis est un homme qui a connu la vérité et a jugé avec
– un homme qui a connu la vérité et a été pervers dans son jugement est dans le feu
– un homme qui a jugé entre les gens alors qu’il est ignorant est dans le feu ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°3573 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Abi Daoud, Hadith Sahîh)
عن بريدة رضي الله عنه قال النبي صلى الله عليه وسلم : القضاة ثلاثة واحد في الجنة واثنان في النار
ـ فأما الذي في الجنة فرجل عرف الحق فقضى به
ـ ورجل عرف الحق فجار في الحكم فهو في النار
ـ ورجل قضى للناس على جهل فهو في النار
(رواه أبو داود في سننه رقم ٣٥٧٣ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après Kathir Ibn Qays (qu’Allah l’agrée), j’étais assis avec Abou Darda (qu’Allah l’agrée) dans la mosquée de Damas lorsqu’un homme est venu et a dit: Ô Abou Darda! Je suis venu te voir de la ville du Messager d’Allah pour un hadith qu’il m’est parvenu que tu transmets du Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) et je ne suis pas venu pour un besoin.
Abou Darda (qu’Allah l’agrée) a dit: J’ai certes entendu le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) dire: « Celui qui emprunte un chemin par lequel il recherche une science Allah lui fait prendre par cela un chemin vers le paradis. Certes les anges tendent leurs ailes par agrément pour celui qui recherche la science. Certes tous ceux qui sont dans les cieux et la terre, même les poissons dans l’eau, demandent pardon pour le savant. Le mérite du savant par rapport à l’adorateur est comme le mérite de la lune la nuit où elle est pleine par rapport aux autres étoiles. Et certes les savants sont les héritiers des prophètes, et les prophètes n’ont pas laissé comme héritage des dinars ou des dirhams mais ils ont laissé comme héritage la science, celui qui la prend aura certes pris la part complète ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°3641 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Sahîh)

(*) Cheikh Abdel Mouhsin Al Abad a dit dans Fath Al Qawi Al Matin p 123: « Ceci est une exhortation à étudier la science de la religion et de prendre un chemin permettant de l’acquérir, que ce soit en voyageant pour demander la science ou en pratiquant les causes qui vont permettre d’y arriver comme le fait de rassembler les livres bénéfiques, les lire et en profiter, comme le fait de s’accrocher aux savants afin de prendre d’eux la science ou autre que cela.
La récompense de cet acte est que Allah facilite alors un chemin vers le paradis pour celui qui recherche la science ».

عن كثير بن قيس قال كنت جالسا مع أبي الدرداء في مسجد دمشق فجاءه رجل فقال يا أبا الدرداء إني جئتك من مدينة الرسول صلى الله عليه وسلم لحديث بلغني أنك تحدثه عن رسول الله صلى الله عليه وسلم ما جئت لحاجة قال فإني سمعت رسول الله صلى الله عليه وسلم يقول: من سلك طريقا يطلب فيه علما سلك الله به طريقا من طرق الجنة وإن الملائكة لتضع أجنحتها رضا لطالب العلم وإن العالم ليستغفر له من في السماوات والأرض والحيتان في جوف الماء وإن فضل العالم على العابد كفضل القمر ليلة البدر على سائر الكواكب وإن العلماء ورثة الأنبياء وإن الأنبياء لم يورثوا دينارا ولا درهما ورثوا العلم فمن أخذه أخذ بحظ وافر
(رواه أبو داود في سننه رقم ٣٦٤١ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après ‘Abdallah Ibn ‘Amr (qu’Allah les agrée lui et son père) : J’écrivais tout ce que le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) disait car je voulais le retenir.
Les gens de Qouraych m’ont interdit cela et ont dit: Est-ce que tu vas écrire tout ce que tu entends alors que le Messager d’Allah (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) est un homme, il parle quand il est énervé et quand il est satisfait?
Alors j’ai arrêté d’écrire.
Puis j’ai mentionné cela au Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui).
Il a montré sa bouche avec son doigt et a dit: « Écris! Car je jure par Celui qui détient mon âme dans Sa Main ! Ne sors d’elle (*) que la vérité ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°3646 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Sahih)

(*) C’est à dire de la bouche du Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui).

عن عبدالله بن عمرو رضي الله عنهما قال : كنتُ أَكتُبُ كلَّ شيءٍ أَسمَعُهُ مِن رسولِ اللهِ صلَّى اللهُ عليه وسلَّم، أُرِيدُ حِفْظَهُ، فنَهَتْنِي قُرَيشٌ، وقالوا: أَتكتُبُ كلَّ شيءٍ تَسمَعُهُ ورسولُ اللهِ صلَّى اللهُ عليه وسلَّم بَشَرٌ يَتكلَّمُ في الغضبِ والرِّضا؟ فأَمسَكْتُ عن الكِتابِ، فذَكَرْتُ ذلكَ لرسولِ اللهِ صلَّى اللهُ عليه وسلَّم، فأَوْمأَ بأُصبُعِهِ إلى فيه، فقال: اكتُبْ؛ فوالَّذي نفْسي بيدِهِ، ما يَخْرُجُ منه إلَّا حقٌّ.
(رواه أبو داود في سننه رقم ٣٦٤٦ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après ‘Abdallah Ibn ‘Abbas (qu’Allah les agrée lui et son père), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Vous entendez et on entend de vous puis on entend de ceux qui ont entendu de vous (*) ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°3659 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud)

(*) Ceci est une information mais le sens voulu est l’ordre.
C’est à dire que le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a ordonné aux compagnons d’écouter les hadiths puis de les transmettre et ensuite ceux qui les ont entendus doivent également les transmettre.
(Voir Fayd Al Qadir, hadith n°3298)

عن عبدالله بن عباس رضي الله عنهما قال النّبي صلّى الله عليه و سلّم : تَسمعونَ ويُسْمَعُ منكم ويُسْمَعُ مِمَّنْ يَسْمَعُ منكم
(رواه أبو داود في سننه رقم ٣٦٥٩ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après ‘Abdallah Ibn ‘Amr (qu’Allah les agrée lui et son père) : Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) nous parlait de Bani Israil (*) jusqu’au matin. Il ne se levait qu’au moment de la prière.
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°3663 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Isnad Sahih)

(*) C’est à dire qu’il les informait des histoires des anciennes communautés.

عن عبدالله بن عمرو رضي الله عنهما قال : كان نبي الله صلى الله عليه وسلم يحدثنا عن بني إسرائيل حتى يصبح ما يقوم إلا إلى عظم صلاة 
(رواه أبو داود في سننه رقم ٣٦٦٣ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : إسناده صحيح

.

D’après Abou Said Al Khoudri (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a interdit de boire par la fissure du récipient (*) et de souffler dans la boisson.
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°3722 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Sahîh)

(*) Le sens du hadith est que si un récipient est fissuré sur l’un de ses côtés alors le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a interdit de boire par ce côté ou si il est fissuré par dessous alors il a interdit de boire par dessous ceci pour éviter qu’un préjudice ne touche les musulmans.

عن أبي سعيد الخدري رضي الله عنه نهى رسول الله صلى الله عليه وسلم عن الشرب من ثلمة القدح وأن ينفخ في الشراب
(رواه أبو داود في سننه رقم ٣٧٢٢ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après Abdullah ibn Abi Awfa (qu’Allah l’agrée), le Prophète (ﷺ) a dit: « Celui qui donne à boire au gens est le dernier d’entre eux à boire ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°3725 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Abou Daoud, Hadith Sahîh)
عَنْ عَبْدِ اللَّهِ بْنِ أَبِي أَوْفَى، أَنَّ النَّبِيَّ صلى الله عليه وسلم قَالَ ‏ «‏ سَاقِيَ الْقَوْمِ آخِرُهُمْ شُرْبًا ‏» ‏
(رواه أبو داود في سننه رقم ۳۷۲۵ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après AbdulLah Ibn ‘Abbâs (رضي الله عنهما) a dit :

« J’étais dans la maison de Maymouna et le Messager d’Allâh (ﷺ) entra en compagnie de Khalîd Ibn al-Walîd. Ils apportèrent deux lézards grillés sur deux brins de panic. Le Messager d’Allâh (ﷺ) s’en dégoûta.

— Khâlid dit : « Je pense que cela te rebute ô Messager d’Allah. »
— Il dit : « Oui. »

On apporta alors au Messager d’Allâh (ﷺ) du lait et il le but. Le Messager d’Allah (ﷺ) dit : « Quand l’un de vous commence à manger, qu’il dise: « Ô Allâh, accorde-nous la bénédiction de cette nourriture et fais-nous goûter une, encore meilleure »

اللّهُـــــــــمَّ بارِكْ لَنا فيــــــــهِ وَأَطْـعِمْنا خَـيْراً مِنْـه
Allâhumma bârik lanâ fîhi, wa atcimnâ khayran minhu

et s’il boit du lait, qu’il dise:

اللهــــــــم بارك لنا فيــــــــه وزدنا منـــــــه
Allâhumma bârik lanâ fîhi wa zidnâ minhu.

« Ô Allah ! Bénis [ce lait] pour nous, et permets-nous d’en profiter à nouveau »
car rien ne dispense de la nourriture et de la boisson hormis le lait. »
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°3730 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abou Daoud, Hadith Hasan)

________________________________

En ce qui concerne le Hadîth, il est rapporté aussi dans:

Jâmi’ at-Tirmidhî (3455) ; ash-Shamâ-il (205 ou 196 selon le référencement) ; Abû Dâwud (3730) l’a version ici présente ; Musnad Ahmad (1/206-°1978) Bayt al-Afkâr ; Ibn Mâjah (3322) ; al-Bayhaqqî dans « Chu’b al-Imân » (5957) ; an-Nassâ-ï dans son « ‘Amal al-Yawm Wa al-Layl » (286-287) dans son « al-Kubrâ » (10045 – 10046) ; Ibn Sa’d dans « at-Tabaqât » ; Abû Cheikh dans « Akhlâq an-Nabî (ﷺ) »

L’Imâm at-Tirmidhî l’a rendu Hassan (حسن)
Authentifié par Cheikh al-Albânî dans « Sahîh Abî Dâwud (3730) comme vu plus haut » ainsi que Cheikh Ahmad Shâkir dans « Musnad Ahmad » (3/302) et dit que la chaîne de tranmission est authentifque et que la base de l’histoire (du Hadîth) se trouve dans al-Muwattâ et dans as-Sahihayn.

Il y a une divergence de vues au sein des ulémas à propos du cas de celui qui dit : bismillahi ar-rahmani ar-rahim. La plupart des ulémas disent que cet ajout ne représente aucun inconvénient.

Cheikh al-islam Ibn Taymiyya (رحمه الله) dit: «si au moment de manger on dit bismillahi ar-rahmani ar-rahimi, c’est bien et plus parfait.»
[Extrait d’al-Fatwa al-koubra,5/480.]

قال شيخ الإسلام ابن تيمية رحمه الله : « إذا قال عند الأكل بسم الله الرحمن الرحيم كان حسنا فإنه أكمل »
[ انتهى من « الفتاوى الكبرى » (5/480) ].

عَنِ ابْنِ عَبَّاسٍ، قَالَ كُنْتُ فِي بَيْتِ مَيْمُونَةَ فَدَخَلَ رَسُولُ اللَّهِ صلى الله عليه وسلم وَمَعَهُ خَالِدُ بْنُ الْوَلِيدِ فَجَاءُوا بِضَبَّيْنِ مَشْوِيَّيْنِ عَلَى ثُمَامَتَيْنِ فَتَبَزَّقَ رَسُولُ اللَّهِ صلى الله عليه وسلم فَقَالَ خَالِدٌ إِخَالُكَ تَقْذُرُهُ يَا رَسُولَ اللَّهِ قَالَ ‏ »‏ أَجَلْ ‏ »‏ ‏.‏ ثُمَّ أُتِيَ رَسُولُ اللَّهِ صلى الله عليه وسلم بِلَبَنٍ فَشَرِبَ فَقَالَ رَسُولُ اللَّهِ صلى الله عليه وسلم ‏ »‏ إِذَا أَكَلَ أَحَدُكُمْ طَعَامًا فَلْيَقُلِ اللَّهُمَّ بَارِكْ لَنَا فِيهِ وَأَطْعِمْنَا خَيْرًا مِنْهُ ‏.‏ وَإِذَا سُقِيَ لَبَنًا فَلْيَقُلِ اللَّهُمَّ بَارِكْ لَنَا فِيهِ وَزِدْنَا مِنْهُ ‏.‏ فَإِنَّهُ لَيْسَ شَىْءٌ يُجْزِئُ مِنَ الطَّعَامِ وَالشَّرَابِ إِلاَّ اللَّبَنُ ‏ »‏
(رواه أبو داود في سننه رقم ۳۷۳۰ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : حسن

.

D’après Ibn Abbas (qu’Allah les agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a interdit de manger la nourriture de ceux qui se concurrencent dans cela.
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°3754 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Sahîh)

L’imam Abou Souleyman Al Khattabi a expliqué que cela concerne la personne qui veut faire comme une autre personne afin de voir lequel des deux prendra le dessus sur l’autre. Certes ceci est détestable pour ce qui s’y trouve comme ostentation et vantardise et cela rentre dans l’interdiction de dilapider l’argent dans les futilités (Voir Awn Al Ma’boud hadith n°3754).

عن ابن عباس رضي الله عنهما أن النبي صلى الله عليه وسلم نهى عن طعام المتباريين أن يؤكل
(رواه أبو داود في سننه رقم ٣٧٥٤ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après Houdheyfa Ibn Al Yaman (qu’Allah l’agrée) : Lorsque nous assistions à un repas avec le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui), personne ne posait sa main dans le plat avant que le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) ne commence.
J’étais dans un repas avec lui lorsqu’un bédouin est arrivé avec empressement et a voulu mettre sa main dans le plat.
Alors le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a attrapé sa main.
Puis une petite fille est venue avec empressement et a voulu mettre sa main dans le plat.
Alors le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a attrapé sa main et a dit: « Certes Chaytan mange librement du repas sur lequel le nom d’Allah n’a pas été mentionné.
Certes il est venu avec ce bédouin pour l’utiliser alors j’ai attrapé sa main et il est venu avec cette petite fille pour l’utiliser alors j’ai attrapé sa main.
Je jure par Celui qui détient mon âme dans Sa Main ! Certes la main de Chaytan était dans ma main avec leurs deux mains ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°3766 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud)
عن حذيفة هو ابن اليمان رضي الله عنه قال : كنا إذا حضرنا مع رسول الله صلى الله عليه وسلم طعاما لم يضع أحدنا يده حتى يبدأ رسول الله صلى الله عليه وسلم
وإنا حضرنا معه طعاما فجاء أعرابي كأنما يدفع فذهب ليضع يده في الطعام فأخذ رسول الله صلى الله عليه وسلم بيده
ثم جاءت جارية كأنما تدفع فذهبت لتضع يدها في الطعام فأخذ رسول الله صلى الله عليه وسلم بيدها وقال : إن الشيطان يستحل الطعام الذي لم يذكر اسم الله عليه وإنه جاء بهذا الأعرابي يستحل به فأخذت بيده وجاء بهذه الجارية يستحل بها فأخذت بيدها فوالذي نفسي بيده إن يده لفي يدي مع أيديهما 
(رواه أبو داود في سننه رقم ٣٧٦٦ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après ‘Aicha (ﺭﺿﻲ ﺍﻟﻠﻪ ﻋﻨﻬﺎ) : « Le Messager d’Allah (صلى الله عليه وسلم) mangeait du melon (البطيخ) avec des dattes en disant :
« Nous éteignons la chaleur de celui-la avec la fraîcheur de celui-ci, et la fraîcheur de celui-ci avec la chaleur de celui-la. »
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°3836 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Abou Daoud, Hadith Hasan)

COMPLEMENT

Cheikh al Islam Ibn Qayyim a dit:
ينبغي أكله قبل الطعام

« Il convient de le manger avant les repas […] »
Source: Zâd al-Ma’âd (3/175)

عن عائشة، – رضى الله عنها – قَالَتْ كَانَ رَسُولُ اللَّهِ صلى الله عليه وسلم يَأْكُلُ الْبِطِّيخَ بِالرُّطَبِ فَيَقُولُ ‏ «‏ نَكْسِرُ حَرَّ هَذَا بِبَرْدِ هَذَا وَبَرْدَ هَذَا بِحَرِّ هَذَا ‏»‏ ‏.‏
(رواه أبو داود في سننه رقم ۳۸۳۶ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : حسن

.

D’après Abu Umamah, Lorsque le table (de nourriture) a été levée, le Messager d’Allah (ﷺ) a dit: :

« A Allah revient la Louange abondante, pure et bénie. Nul ne peut Te louer et reconnaître Tes grâces comme Tu le mérites, ni ne peut se dispenser de Toi, Ô mon Seigneur ».
Al hamdu li-l-lâhi hamdan kathîran, tayyiban, mubârakan fîhi, ghayra makfiyyin wa lâ muwaddacin, wa lâ mustaghnan canhu rabbanâ.

(Rapporté par Abou Daoud et authentifié par Cheickh Al Albani dans son Sahih Abi Daoud n°3849, Hadith Sahîh)

عَنْ أَبِي أُمَامَةَ، قَالَ كَانَ رَسُولُ اللَّهِ صلى الله عليه وسلم إِذَا رُفِعَتِ الْمَائِدَةُ قَالَ ‏ « ‏ الْحَمْدُ لِلَّهِ كَثِيرًا طَيِّبًا مُبَارَكًا فِيهِ غَيْرَ مَكْفِيٍّ وَلاَ مُوَدَّعٍ وَلاَ مُسْتَغْنًى عَنْهُ رَبُّنَا ‏ »‏ ‏.‏
(رواه أبو داود في سننه رقم ۳۸۴۹ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Si il y a dans les choses par lesquelles vous vous soignez une chose qui est bonne alors il s’agit de la hijama (*) ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°3857 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Abi Daoud, Hadith Sahîh)

(*) Cela consiste a appliquer une ventouse sur certaines parties du corps puis à faire de légères incisions pour faire sortir du sang. C’est ce que les gens appelent communément « une saignée ».

Je précise qu’il faut apprendre auprès de ceux qui ont de l’expérience dans cela et ne pas se lancer sans connaissances.

عن أبي هريرة رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه وسلم : إن كان في شيء مما تداويتم به خير فالحجامة
(رواه أبو داود في سننه رقم ٣٨٥٧ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après Al Aswad, Aicha (qu’Allah l’agrée) a dit: « Il était ordonné à celui qui faisait du ayn de faire l’odho puis celui qui était touché par le ayn (le mauvais oeil) se lavait avec ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°3880 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Abi Daoud, Hadith Isnad Sahîh)
عن الأسود قالت عائشة رضي الله عنها : كانَ يُؤمَرُ العائنُ فيتوضَّأُ ثمَّ يغتسِلُ منهُ المَعينُ
(رواه أبو داود في سننه رقم ٣٨٨٠ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : إسناده صحيح

.

D’après Zaynab, la femme d’Abd Allah Ibn Massoud, celui-ci a dit : « J’ai entendu le Messager d’Allah (bénédiction et salut soient sur lui) dire : « Certes, le recours à l’exorcisme, le port d’amulettes et l’usage deTiwala relèvent du chirk ».
– « Je lui ai dit : pourquoi dis-tu cela ? Au nom d’Allah ! Mon œil me faisait mal et je fréquentais un guérisseur juif et son exorcisation calmait la douleur ».
– Abd Allah dit : ce n’était dû qu’à une intervention de Satan ; il te touchait de sa main puis s’en éloignait quand le juif t’exorcisait. Il te suffit de dire ce que le Messager d’Allah (ﷺ) avait l’habitude de dire, à savoir : « Fais disparaître le mal, ô Maître des humains ! Guéris car tu es le Guérisseur. Point de guérison en dehors de celle que Tu opères ; elle ne laisse subsister aucune affection ».
(Rapporté par Abou Daoud et authentifié par Cheickh Al Albani dans son Sahih Abi Daoud n°3883, et aussi dans as-silsila as-sahiha, 331 et 2972, Hadith Sahîh)

نْ زَيْنَبَ، امْرَأَةِ عَبْدِ اللَّهِ عَنْ عَبْدِ اللَّهِ، قَالَ سَمِعْتُ رَسُولَ اللَّهِ صلى الله عليه وسلم يَقُولُ ‏ »‏ إِنَّ الرُّقَى وَالتَّمَائِمَ وَالتِّوَلَةَ شِرْكٌ ‏ »‏ ‏.‏ قَالَتْ قُلْتُ لِمَ تَقُولُ هَذَا وَاللَّهِ لَقَدْ كَانَتْ عَيْنِي تَقْذِفُ وَكُنْتُ أَخْتَلِفُ إِلَى فُلاَنٍ الْيَهُودِيِّ يَرْقِينِي فَإِذَا رَقَانِي سَكَنَتْ ‏.‏ فَقَالَ عَبْدُ اللَّهِ إِنَّمَا ذَاكِ عَمَلُ الشَّيْطَانِ كَانَ يَنْخَسُهَا بِيَدِهِ فَإِذَا رَقَاهَا كَفَّ عَنْهَا إِنَّمَا كَانَ يَكْفِيكِ أَنْ تَقُولِي كَمَا كَانَ رَسُولُ اللَّهِ صلى الله عليه وسلم يَقُولُ ‏ »‏ أَذْهِبِ الْبَاسَ رَبَّ النَّاسِ اشْفِ أَنْتَ الشَّافِي لاَ شِفَاءَ إِلاَّ شِفَاؤُكَ شِفَاءً لاَ يُغَادِرُ سَقَمًا ‏ »‏ ‏.‏
(رواه أبو داود في سننه رقم ۳۸۸۳ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après Imran Ibn Husayn (qu’Allah les agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Il n’y a pas de rouqiya si ce n’est contre le ayn ou la fièvre ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°3884 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Abi Daoud, Hadith Sahîh)
عن عمران بن حصين رضي الله عنهما قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : لا رقية إلا من عين أو حمة
(رواه أبو داود في سننه رقم ٣٨٨٤ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Celui qui va voir un voyant et le rend véridique dans ce qu’il dit, qui a un rapport sexuel avec une femme en menstrue ou a un rapport avec une femme par son derrière s’est désavoué de ce qui a été révélé à Muhammad ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°3904 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Abi Daoud, Hadith Sahîh)
عن أبي هريرة رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : من أتى كاهنا فصدقه بما يقول أو أتى امرأة حائضا أو أتى امرأة في دبرها فقد بريء مما أنزل على محمد
(رواه أبو داود في سننه رقم ٣٩٠٤ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après Mouadh Ibn Anas (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Celui qui mange un repas et dit: ‘Louange à Allah qui m’a nourrit de cela et m’a accordé ma subsistance sans aucune force ni puissance de ma part’ ses péchés précédents sont pardonnés.
Celui qui met un habit neuf et dit: ‘ Louange à Allah qui m’a habillé de cela et m’a accordé ma subsistance sans aucune force ni puissance de ma part’ (**) ses péchés précédents et futurs seront pardonnés ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°4023 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Abou Daoud, Hadith Hasan en dehors de la Parole « et futurs »)

(*) En phonétique : Al Hamdoulilah Alladhi At’amani Hadha Wa Razaqanihi min Ghayri Hawlin Minni Wa La Qouwa
En arabe :الحمد لله الذي أطعمني هذا ورزقنيه من غير حول مني ولا قوة

(**)En phonétique : Al Hamdoulilah Alladhi Kasani Hadha Wa Razaqanihi min Ghayri Hawlin Minni Wa La Qouwa
En arabe :الحمد لله الذي كساني هذا ورزقنيه من غير حول مني ولا قوة

عن معاذ بن أنس رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه وسلم : من أكل طعامًا ثم قال : الحمدُ للهِ الذي أطعمَني هذا الطعامَ ورزقنِيهِ من غيرِ حولٍ مني ولا قوةٍ غُفِرَ له ما تقدَّمَ من ذنبِه [ وما تأخَّرَ ] ومن لبِس ثوبًا فقال : الحمدُ للهِ الذي كساني هذا [ الثوبَ ] ورزقنِيهِ من غيرِ حولٍ مني ولا قوةٍ غُفِرَ له ما تقدَّمَ من ذنبِه وما تأخَّرَ
(رواه أبو داود في سننه رقم ٤٠٢٣ و حسنه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : حسن دون زيادة: « وما تأخر » في الموضعين

.

D’après Oum Salama (qu’Allah l’agrée), l’habit que le Prophète (ﷺ) aimait le plus est le qamis.
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°4025 qui l’a authentifié et il a également été authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud n°4025, Hadith Sahîh)

Le qamis est un type d’habit que portaient les gens à l’époque du Prophète (ﷺ) et qui est aussi appellé aujourd’hui « djelaba ».Remarque: La sounna au niveau du vêtement est de porter ce que les musulmans portent dans l’endroit où la personne vit tant que ce vêtement n’est pas interdit religieusement.

Cheikh ‘Otheimine a dit: « La sounna est de porter ce que les gens ont l’habitude de porter tant que ce vêtement n’est pas interdit. Si il est interdit alors il est obligatoire de s’en écarter ».
(Charh Hilia Talib Al Ilm p 184)

عن أم سلمة رضي الله عنها قالت : كان أحب الثياب إلى رسول الله صلى الله عليه وسلم القميص
( رواه داود في سننه رقم ۴۰۲۵ و حسنه و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود رقم ۴۰۲۵)

حكم : صحيح

.

D’après ‘Abdallah Ibn ‘Omar (qu’Allah les agrée lui et son père), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Celui qui ressemble à un peuple fait partie d’eux ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°4031 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Hasan Sahih)

عن عبدالله بن عمر رضي الله عنهما قال رسول الله صلى الله عليه وسلم : من تشبه بقوم فهو منهم 
(رواه أبو داود في سننه رقم ٤٠٣١ و صححه الشيخ الألباني في تحقيق سنن أبي داود)

حكم : حسن صحيح

.

D’après Jabir Ibn ‘Abdillah (qu’Allah les agrée lui et son père) : Nous enlevions la soie aux jeunes garçons et nous la laissions pour les jeunes filles (*).
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°4059 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Sahîh)

(*) La soie est permise aux femmes mais est interdite aux hommes.

Ainsi les savants disent que ce qui est interdit comme vêtements aux adultes est aussi interdit aux enfants.
Par exemple, il n’est pas permis de faire porter aux jeunes garçons de la soie ou des habits qui descendent au dessous des chevilles comme c’est le cas pour les hommes adultes.
(Voir As’ila Al Ousra Al Mouslima de Cheikh Otheimine p 40 ; Silsila Al Houda Wa Nour de Cheikh Albani k7 n°301)

عن جابر بن عبدالله رضي الله عنهما قال : كنا ننزعه عن الغلمان ، يعني الحرير ، ونتركه على الجواري
(رواه أبو داود في سننه رقم ٤٠٥٩ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a maudit les hommes qui portent des habits de femme et les femmes qui portent des habits d’hommes.
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°4098 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Sahîh)
عن أبي هريرة رضي الله عنه قال : لعن رسول الله صلى الله عليه وسلم الرجل يلبس لبسة المرأة والمرأة تلبس لبسة الرجل
(رواه أبو داود في سننه رقم ٤٠٩٨ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم :صحيح

.

D’après Ibn Abi Moulayka : Quelqu’un a dit à ‘Aicha (qu’Allah l’agrée) : Une femme porte des sandales ! (1)
‘Aicha (qu’Allah l’agrée) a dit : Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a maudit la femme masculine (2).
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°4099 et authentifié par l’imam Nawawi dans Al Majmou vol 4 p 469 et par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Sahih)

(1) Le sens voulu ici est: les sandales qui sont normalement portées par les hommes.

(2) C’est à dire celle qui ressemble aux hommes dans l’habillement et dans le comportement.

Les commentaires sont tirés de ‘Awn Al Ma’boud Bi Charh Sounan Abi Daoud

عن بن أبي مليكة قال : قيل لعائشة رضي الله عنها : إن امرأة تلبس النعل
فقالت : لعن رسول الله صلى الله عليه وسلم الرجلة من النساء 
(رواه أبو داود في سننه رقم ٤٠٩٩ و حسنه الإمام النووي في المجموع ج ٤ ص ٤٦٩ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داو)

حكم : صحيح

.

D’après ‘Aicha (qu’Allah l’agrée), Asma bint Abi Bakr (qu’Allah l’agrée) est rentrée auprès du Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) alors qu’elle portait un vêtement léger. Le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) s’est alors détourné d’elle et a dit: « Ô Asma ! Certes lorsque la femme atteint l’âge des menstrues, il convient que l’on voit d’elle que cela et cela » et il a montré son visage et ses deux mains.
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°4104 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Abi Daoud et par Cheikh Shouayb Arnaout dans sa correction de Sounan Abi Daoud vol 6 p 198, Hadith Sahîh)

(*) Rapporté également par Cheikh Albani dans Sahih al Jami n°7847

Annotations

La majorité des savants sont d’avis qu’il est permis à la femme musulmane de montrer son visage et ses mains et que ceci ne fait pas partie du tabarouj interdit.

L’imam Ibn Rouchd (mort en 595 du calendrier hégirien) a dit : « L’avis de la majorité des savants est que tout le corps de la femme est une ‘awra (*) à l’exception du visage et des mains ».
(Bidayatoul Moujtahid Wa Nihayatoul Mouqtasid vol 1 p 224)

(*) C’est à dire une nudité qu’elle devra cacher devant les hommes qui lui sont étrangers.

L’imam Ibn Houbayra (mort en 560 du calendrier hégirien) a dit : « Les savants ont divergé à propos de la ‘awra de la femme et des parties de son corps comprises dans la ‘awra.

Abou Hanifa a dit : La femme toute entière est une ‘awra à l’exception de son visage, de ses mains et de ses pieds. Et il a également été rapporté de lui que les pieds de la femme font partie de la ‘awra.

Malik et Chafi’i ont dit : La femme toute entière est une ‘awra à l’exception de son visage et de ses mains. Ceci est également l’avis de Ahmed dans une des deux versions qui sont rapportées de lui.

L’autre version qui est rapportée de Ahmedest que la femme est toute entière une ‘awra sauf son visage uniquement.

Cette version de Ahmed est celle qui est répandue et c’est celle choisie par Al Khiraqi (*) ».
(Al Ifsah ‘An Ma’ani As Sihah 1/118)

(*) Il convient de préciser qu’il y a une troisième version qui est rapportée de l’imam Ahmed Ibn Hanbal selon laquelle tout le corps de la femme est une ‘awra même ses ongles.
(Ar Rad Al Moufhim p 30)

عن عائشة رضي الله عنها أن أسماء بنت أبي بكر دخلت على رسول الله صلى الله عليه وسلم وعليها ثياب رقاق فأعرض عنها رسول الله صلى الله عليه وسلم وقال : يا أسماء ! إن المرأة إذا بلغت المحيض لم يصلح أن يرى منها إلا هذا و هذا . وأشار إلى وجهه وكفيه
(رواه أبو داود في سننه رقم ٤١٠٤ و صححه الشيخ الألباني فيصحيح أبي داود و حسنه الشيخ شعيب الأرناؤوط في تحقيقه لسنن أبي داود ج ٦ ص ١٩٨)

حكم : صحيح

.

D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Lorsque vous vous habillez et lorsque vous faites les ablutions alors commencez par votre côté droit ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°4141 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Isnad Sahih)
عن أبي هريرة رضي الله عنه قال النبي صلى الله عليه و سلم : إذا لبستم وإذا توضأتم فابدؤوا بأيامنكم
(رواه أبو داود في سننه رقم ٤١٤١ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : إسناده صحيح

.

D’après Aicha (qu’Allah l’agrée), une femme a tendu un livre qu’elle avait dans sa main au Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) depuis derrière un rideau.
Le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a alors attrapé sa propre main et a dit: « Je ne sais pas si c’est la main d’un homme ou la main d’une femme ».
Elle a dit: Plutôt d’une femme.
Le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « Si tu étais une femme tu aurais changé la couleur de tes ongles (*) ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°4166 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Hasan)

(*) C’est à dire avec du henné.

عن عائشة رضي الله عنها أومت امرأة من وراء ستر بيدها كتاب إلى رسول الله صلى الله عليه وسلم فقبض النبي يده فقال : ما أدري أيد رجل أم يد امرأة ؟
قالت : بل امرأة
قال رسول الله صلى الله عليه وسلم : لو كنت امرأة لغيرت أظفارك يعني بالحناء
(رواه أبو داود في سننه رقم ٤١٦٦ و حسنه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : حسن

.

D’après Moujahid Ibn Jabr, ‘Abdallah Ibn ‘Abbas (qu’Allah les agrée) a dit: La femme qui rajoute des cheveux et celles pour qui on les rajoute, la femme qui épile les sourcils et celle pour qui on les épile, la femme qui tatoue et celle qui se fait tatouer sans qu’il n’y ai de maladie (1) ont été maudites (2).
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°4170 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Sahîh)

(1) L’imam Abou Daoud (mort en 275) a dit dans ses Sounan suite à ce hadith que le tatouage signifie ici la fait que la femme face des traces noires sur son visage avec du khol ou autre.

(2) C’est à dire par le Messager d’Allah (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) comme cela est explicite dans d’autres ahadiths

عن مجاهد بن جبر قال عبد الله بن عباس رضي الله عنهما : لُعِنتِ الواصلةُ و المُستوصلةُ و النامصةُ و المُتنمِّصةُ و الواشمةُ و المُستوشمةُ من غير داءٍ
(رواه أبو داود في سننه رقم ٤١٧٠ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après ‘Abdallah Ibn ‘Abbas (qu’Allah les agrée lui et son père), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « À la fin des temps, il y aura des gens qui vont se teindre en noir comme la poitrine des pigeons, ils ne sentiront pas l’odeur du paradis ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°4212 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Sahih)

(*) Le fait de changer la couleur des cheveux et des poils de barbe blancs par du noir est interdite, voir également Silsila Sahiha n°496

عن عبدالله بن عباس رضي الله عنهما قال النبي صلى الله عليه و سلم : يكون قوم يخضبون في آخر الزمان بالسواد كحواصل الحمام لا يريحون رائحة الجنة
(رواه أبو داود في سننه رقم ٤٢١٢ و صححه الشيخ الألباني في تحقيق سنن أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après ‘Abdallah Ibn Mas’oud (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Même s’il ne restait qu’une seule journée de la vie d’ici-bas, Allah allongerait certes cette journée jusqu’à ce qu’il y envoie un homme de ma famille dont le nom est identique au mien et le nom de son père est identique au nom de mon père. Il va remplir la terre d’équité et de justice comme elle avait été remplie d’iniquité et d’injustice ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°4282 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Abi Daoud, Hadith Hasan Sahîh)
عن عبدالله بن مسعود رضي الله عنه قال رسولُ اللهِ صلَّى اللهُ عليهِ وسلَّمَ : لو لم يبق من الدنيا إلا يوم لطول الله ذلك اليوم حتى يبعث فيه رجلا من أهل بيتي يواطئ اسمه اسمي واسم أبيه اسم أبي يملأ الأرض قسطا وعدلا كما ملئت ظلما وجورا
(رواه أبو داود في سننه رقم ٤٢٨٢ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : حسن صحيح

.

D’après Oum Salama (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Le Mahdi fait partie de ma descendance, il est parmi les enfants de Fatima (*) ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°4284 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Abi Daoud, Hadith Sahîh)

(*) C’est à dire qu’il est de la descendance du Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) par la voie de Fatima.

عن أم سلمة رضي الله عنها قال رسولُ اللهِ صلَّى اللهُ عليهِ وسلَّمَ : المهدي من عترتي ، من ولد فاطمة
(رواه أبو داود في سننه رقم ٤٢٨٤ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après Abou Sa’id Al Khoudri (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Le Mahdi est de ma descendance, il est à moitié chauve, son nez est long et bossu. Il va remplir la terre d’équité et de justice comme elle avait été remplie d’iniquité et d’injustice. Il va régner 7 ans ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°4285 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Abi Daoud, Hadith Hasan)
عن أبي سعيد الخدري رضي الله عنه قال النبي صلي الله عليه و سلم : المَهْديُّ منِّي، أجلى الجبهةِ، أقنى الأنفِ، يملأُ الأرضَ قسطًا وعدلًا، كما مُلِئت جَورًا وظلمًا، يملِكُ سبعَ سنينَ
(رواه أبو داود في سننه رقم ٤٢٨٥ و حسنه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : حسن

.

D’après ‘Ours Ibn ‘Oumayra Al Kindi (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Lorsque le péché est pratiqué sur la terre, celui qui y assiste et le déteste (1) est comme celui qui n’y a pas assisté (2). Et celui qui n’y a pas assisté et en est satisfait est comme celui qui y a assisté (3) ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°4345 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Hasan)

(1) C’est à dire qu’il a détesté ce péché avec son cœur et n’a pas pu réprouver le mal avec sa main ou avec sa langue.

(2) C’est à dire qu’il est préservé du péché.

(3) C’est à dire qu’il est associé dans le péché.

Ces commentaires sont tirés de Awn Al Ma’boud Bi Charh Sounan Abi Daoud.

عن عرس بن عميرة الكندي رضي الله عنه أن النبي صلى الله عليه وسلم قال : إذا عملت الخطيئة في الأرض كان من شهدها وكرهها كمن غاب عنها ومن غاب عنها فرضيها كان كمن شهدها
(رواه أبو داود في سننه رقم ۴۳۴۵ و حسنه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : حسن

.

D’après Adiyy ibn Adiyy (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Celui qui y assiste et le déteste (1) est comme celui qui n’y a pas assisté (2). ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°4346 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Hasan)

(1) C’est à dire qu’il a détesté ce péché avec son cœur et n’a pas pu réprouver le mal avec sa main ou avec sa langue.

(2) C’est à dire qu’il est préservé du péché.

Ces commentaires sont tirés de Awn Al Ma’boud Bi Charh Sounan Abi Daoud.

عَنْ عَدِيِّ بْنِ عَدِيٍّ، عَنِ النَّبِيِّ صلى الله عليه وسلم نَحْوَهُ قَالَ :‏ مَنْ شَهِدَهَا فَكَرِهَهَا كَانَ كَمَنْ غَابَ عَنْهَا ‏
(رواه أبو داود في سننه رقم ۴۳۴۶ و حسنه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : حسن

.

D’après Abou Oumama Al Bahili (qu’Allah l’agrée) : Un homme est venu voir le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) et a dit : Ô Messager d’Allah ! J’ai certes commis un péché qui mérite une peine prescrite et je veux que tu m’appliques cette peine.
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit : « As-tu fait les ablutions lorsque tu es venu ? ».
L’homme a dit : Oui.
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit : « As-tu prié avec nous lorsque nous avons prié ? ».
L’homme a dit : Oui.
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit : « Tu peux partir car certes Allah a déjà effacé ton péché ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°4381 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Sahih)
عن أبي أمامة الباهلي رضي الله عنه أن رجلا أتى النبي صلى الله عليه وسلم فقال : يا رسول الله ! إني أصبت حدا فأقمه علي
قال النبي صلى الله عليه وسلم : توضأت حين أقبلت ؟
قال : نعم
قال النبي صلى الله عليه وسلم : هل صليت معنا حين صلينا ؟
قال : نعم
قال النبي صلى الله عليه وسلم : اذهب فإن الله قد عفا عنك 
(رواه أبو داود في سننه رقم ٤٣٨١ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après ‘Aïcha, la mère des Croyants, Le Prophète (ﷺ) a dit : « Les actes de trois catégories de personnes ne sont pas notés, le fou tant qu’il n’a pas recouvré la raison, l’enfant avant sa puberté, et l’endormi tant qu’il ne s’est pas réveillé. » (*)
(Rapporté par Abou Daoud n°4398, An-Nasâ’î, et authentifié par Cheikh Al Albani dans Sahîh Abou Daoud, Hadith Sahîh)

(*) Dans ce hadith, le prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : « la plume est levé sur trois personne »

c’est-à-dire que les anges n’écrivent pas les actions de trois personnes :

« Celui qui dort jusqu’à ce qu’il se réveille » : une personne qui dors n’est pas responsable de ses actes.
« l’enfant jusqu’à ce qu’il atteigne l’âge de la puberté » : tant qu’il n’a pas atteint l’âge de la puberté, les anges ne note pas ses bonnes ou mauvaises action.
« le fou jusqu’à ce qu’il retrouve sa raison »

Ce hadith sert de base pour les jurisconsultes musulmans pour dire que les adorations obligatoires ne sont pas obligatoires pour ceux qui sont cités dans le hadith

Exemple la prière est obligatoire sur toutes personnes musulmanes hormis ces trois (Sont excusés).

عن عائشة، رضى الله عنها أن رسول الله صلى الله عليه وسلم قال ‏ « ‏ رفع القلم عن ثلاثة عن النائم حتى يستيقظ وعن المبتلى حتى يبرأ وعن الصبي حتى يكبر ‏ »‏ ‏.‏
(رواه أبي داود و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود رقم ۴۳۹۸)

حكم : صحيح

.

D’après Atiyyah al-Qurazi:
« J’étais parmi les captifs de Banu Qurayzah. Ils (les Compagnons) nous ont examinés, et ceux qui avaient des poils ont été tués, et ceux qui n’en avaient pas n’ont pas été tués. J’étais parmi ceux qui en avaient pas. ».
(Rapporté par Abou Daoud et authentifié par Cheikh Al Albani dans son Sahih Abou Daoud n°4404, Hadith Sahîh)

عنعَطِيَّةُ الْقُرَظِيُّ، قَالَ كُنْتُ مِنْ سَبْىِ بَنِي قُرَيْظَةَ فَكَانُوا يَنْظُرُونَ فَمَنْ أَنْبَتَ الشَّعْرَ قُتِلَ وَمَنْ لَمْ يُنْبِتْ لَمْ يُقْتَلْ فَكُنْتُ فِيمَنْ لَمْ يُنْبِتْ ‏.‏
(رواه أبو داود في سننه رقم ۴۴۰۴ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après Ibn Abbas (qu’Allah les agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Celui que vous trouvez qui pratique l’acte du peuple de Lot, alors tuez celui qui pratique l’acte et celui sur qui il est pratiqué (*) ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°4462 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Hasan Sahih)

(*) Je précise et j’insiste sur le fait que les peines prescrites de l’Islam ne peuvent être appliquées que par un gouverneur musulman ou par une personne qu’il aura nommé pour cela et pas par des personnes du commun.
Il est donc strictement interdit de porter atteinte physiquement à ces gens.

عن ابن عباس رضي الله عنهما قال رسول الله صلى الله عليه وسلم : من وجدتموهُ يعملُ عمل قومِ لوطٍ فاقتلوا الفاعلَ والمفعولَ بهِ
(رواه أبو داود في سننه رقم ٤٤٦٢ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : حسن صحيح

.

D’après Ikrima, d’après Ibn ‘Abbas (qu’Allah l’agrée), le Prophète (ﷺ) a dit: « Quiconque a une relation sexuelle avec un animal, tuez-le et l’animal aussi ». Il (Ikrima) a dit : « je lui ai demandé (à Ibn ‘Abbâs) : pourquoi tué l’animal ? » Il a répondu : « je pense qu’il (le Prophète) désapprouvait que sa chair puisse être mangé quand on lui a fait subir une telle chose ».
(Rapporté par Abou Daoud et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abou Daoud n°4464, Hadith Hasan Sahîh)
عَنْ عِكْرِمَةَ، عَنِ ابْنِ عَبَّاسٍ، قَالَ قَالَ رَسُولُ اللَّهِ صلى الله عليه وسلم ‏ « ‏ مَنْ أَتَى بَهِيمَةً فَاقْتُلُوهُ وَاقْتُلُوهَا مَعَهُ ‏ »‏ ‏.‏ قَالَ قُلْتُ لَهُ مَا شَأْنُ الْبَهِيمَةِ قَالَ مَا أُرَاهُ إِلاَّ قَالَ ذَلِكَ أَنَّهُ كَرِهَ أَنْ يُؤْكَلَ لَحْمُهَا وَقَدْ عُمِلَ بِهَا ذَلِكَ الْعَمَلُ ‏.‏ قَالَ أَبُو دَاوُدَ لَيْسَ هَذَا بِالْقَوِيِّ
(رواه أبو داود رقم ۴۴۶۴ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود )

حكم : حسن صحيح

.

D’après Ahmad ibn Yunus nous a rapporté que Charik, Abou al-Ahwas et Abou Bakr ibn ‘Ayyach leur a rapporté d’Asim, d’Abou Razin d’Ibn ‘Abbâs qui a dit (qu’Allah l’agrée), le Prophète (ﷺ) a dit: « il n’y a pas de hadd (peine légale prescrite par le Coran ou la sunna) pour celui qui a un rapport sexuel avec un animal ».
(Rapporté par Abou Daoud et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abou Daoud n°4465, Hadith Hasan)
حَدَّثَنَا أَحْمَدُ بْنُ يُونُسَ، أَنَّ شَرِيكًا، وَأَبَا الأَحْوَصِ، وَأَبَا، بَكْرِ بْنَ عَيَّاشٍ حَدَّثُوهُمْ عَنْ عَاصِمٍ، عَنْ أَبِي رَزِينٍ، عَنِ ابْنِ عَبَّاسٍ، قَالَ لَيْسَ عَلَى الَّذِي يَأْتِي الْبَهِيمَةَ حَدٌّ
(رواه أبو داود رقم ۴۴۶۵ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود )

حكم : حسن

.

D’après ‘Abder Rahman Ibn ‘Awf (qu’Allah l’agrée) : Le Prophète (ﷺ) acceptait les cadeaux mais ne mangeait pas de l’aumône.
Une femme juive de Khaybar (1) a donné une brebis grillée qu’elle avait empoisonnée.
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) en a mangé et les gens en ont mangé.
Alors le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Levez vos mains car elle m’a certes informé qu’elle est empoisonnée (2) ».
Bichr Ibn Al Bara Ibn Ma’rour Al Ansari (qu’Allah l’agrée) est mort et alors le Prophète (ﷺ) a envoyé quelqu’un pour demander à la juive: Qu’est ce qui t’a poussé à faire ce que tu as fait?
Elle a dit: Si tu es un prophète alors ce que j’ai fait ne t’a nuit en rien mais si tu es un roi alors j’aurais libéré les gens de toi.
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a ordonné qu’elle soit tuée.
Puis le Prophète (ﷺ) a dit: « Je ne cesse de ressentir la douleur due à ce que j’ai mangé à Khaybar, c’est cela qui maintenant coupe mon aorte ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°4512 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Hasan Sahih)

(1) C’est le nom d’une ville proche de Médine.

(2) C’est à dire que la brebis, une fois cuite, l’a informé de cela.

Il y a de très nombreux bénéfices à tirer de ce hadith, parmi eux:

– Il y a dans le hadith un miracle du Messager d’Allah (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) car un morceaux de viande l’a informé qu’il était empoisonné.

– Le hadith montre qu’il est permis de manger la viande des juifs.
(Voir le verset n°5 de la sourate Al Maida n°5)

– Il y a dans le hadith la miséricorde du Messager d’Allah (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) qui n’a pas fait exécuter la juive qui a tenté de le tuer.
Ceci est explicite dans le hadith suivant:

عن عبد الرحمن بن عوف رضي الله عنه قال : كان رسول الله صلى الله عليه وسلم يقبل الهدية ولا يأكل الصدقة
فأهدت له يهودية بخيبر شاة مصلية سمتها
فأكل رسول الله صلى الله عليه وسلم منها وأكل القوم فقال : ارفعوا أيديكم فإنها أخبرتني أنها مسمومة
فمات بشر بن البراء بن معرور الأنصاري رضي الله عنه فأرسل إلى اليهودية : ما حملك على الذي صنعت ؟ قالت : إن كنت نبيا لم يضرك الذي صنعت وإن كنت ملكا أرحت الناس منك
فأمر بها رسول الله صلى الله عليه وسلم فقتلت
ثم قال في وجعه الذي مات فيه : مازلت أجد من الأكلة التي أكلت بخيبر فهذا أوان قطعت أبهري
(رواه أبو داود في سننه رقم ٤٥١٢ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : حسن صحيح

.

D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « La polémique sur le Coran est de la mécréance ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°4603 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Hasan Sahîh)

L’imam Abdel Raouf Al Mounawi a dit que la polémique est ici la polémique ayant pour but de faire douter que le Coran est la parole d’Allah ou la polémique sur les versets pouvant prêter à diverses interprétations car ceci mène vers le fait de renier le Coran ainsi le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) l’a nommé mécréance par rapport à la conséquence que l’on craint de cet acte.
(Fayd Al Qadir, hadith n°9187 vol 4 p 265)

عن أبي هريرة رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : المراء في القرآن كفر
(رواه أبو داود في سننه رقم ٤٦٠٣ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم :حسن صحيح

.

D’après Ibn Omar (qu’Allah les agrée), nous disions alors que le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) était vivant : « Les meilleurs de la communauté du Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) après lui sont Abou Bakr puis Omar puis Othman ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°4628 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Sahîh)
عن بن عمر رضي الله عنهما قال : كنا نقول ورسول الله صلى الله عليه وسلم حي : أفضل أمة النبي صلى الله عليه وسلم بعده أبو بكر ثم عمر ثم عثمان
(رواه أبو داود في سننه رقم ٤٦٢٨ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

Abou Hourayra (رضي الله عنه) a rapporté que le Messager d’Allah (صلى الله عليه وسلم) a dit:
« Et Je ne sais pas si Uzair était un prophète ou non.».
(Rapporté par Abou Daoud et authentifié par Cheickh Al Albani dans son Sahih Abi Daoud n°4674, Hadith Sahîh)

(*) Hadith partiellement rapporté

عَنْ أَبِي هُرَيْرَةَ، قَالَ قَالَ رَسُولُ اللَّهِ صلى الله عليه وسلم ‏ « ‏ وَمَا أَدْرِي أَعُزَيْرٌ نَبِيٌّ هُوَ أَمْ لاَ ‏ »‏ .‏
(رواه أبو داود في سننه رقم ۴۶۷۴ و صححه الشيخ الألباني في صححه أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après Abou Oumama Al Bahili (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Celui qui aime pour Allah, déteste pour Allah, donne pour Allah et prive pour Allah a certes complété la foi ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°4681 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Sahih)
عن أبي أمامة الباهلي رضي الله عنه قال النّبي صلّى الله عليه و سلّم : مَن أحبَّ للهِ ، وأبغَضَ للهِ ، وأَعْطَى للهِ ، ومنَعَ للهِ ، فقد استَكْمَلَ الإيمانَ.
(رواه أبو داود في سننه رقم ٤٦٨١ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « Lorsque l’homme pratique la fornication, la foi sort de lui comme si elle était une ombre pour lui et lorsqu’il s’arrête la foi retourne à lui ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°4690 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Sahîh)
عن أبي هريرة رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه وسلم إذا زنى الرجل خرج منه الإيمان فكان عليه كالظلة فإذا أقلع رجع إليه الإيمان
(رواه أبو داود في سننه رقم ٤٦٩٠ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après Abou Hafsa : ‘Oubada Ibn Samit (qu’Allah l’agrée) a dit à son fils: Ô mon fils ! Tu ne trouveras pas le goût de la foi jusqu’à ce que tu saches que ce qui t’a touché ne pouvait pas te manquer et que ce qui t’a manqué ne pouvait pas te toucher.
J’ai entendu le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) dire: « Certes la première chose qu’Allah a créé est la plume. Alors Il lui a dit: Écris !
Elle a dit: Seigneur ! Que dois-je écrire ?
Il a dit: Écris la destinée de chaque chose jusqu’à ce qu’ait lieu l’Heure ».
Ô mon fils ! J’ai certes entendu le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) dire: « Celui qui meurt sur autre chose que cela ne fait pas partie de moi ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°4700 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Sahih)
عن أبي حفصة قال : قال عبادة بن الصامت رضي الله عنه لابنه : يا بنيَّ ! لن تجدَ طعم الإيمانِ حتَّى تعلمَ أنَّ ما أصابَك لم يَكن ليخطئَكَ وما أخطأَك لم يَكن ليصيبَكَ
سمعت رسول الله صلّى الله عليه و سلّم يقول : إنّ أوّل ما خلق الله القلم فقال له : اكتب
قال : رب ! وماذا أكتب ؟
قال الله : اكتب مقادير كلّ شيء حتّى تقوم الساعة
يا بني ! إنّي سمعت رسول اللهِ صلّى الله عليه وسلّم يقول : من مات على غير هذا فليس منّي 
(رواه أبو داود في سننه رقم ٤٧٠٠ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après ‘Umar Ibn al-Khattâb, l’Envoyé d’Allah, sur lui la grâce et la paix, a dit : « Moïse a dit à Allah:

« Ô Seigneur ! Montre-nous Adam qui a provoqué – par sa faute – sa propre descente du Paradis et par conséquent la nôtre.»

Allah le lui montra et Moïse lui dit alors : « Est-ce toi Notre père Adam ? ».
Adam répondit par l’affirmative. Moïse lui demanda : « Est-ce toi en qui Allah a insufflé de Son esprit, devant qui Il a fait prosterner les anges et à qui Il a appris les noms de toutes choses ? ».
Adam répondit par l’affirmative.
Moïse ajouta : « Qu’est-ce qui t’a poussé à nous faire sortir du Paradis ? ». Adam lui dit :« Qui es-tu ? ».

Moïse lui répondit : « Je suis Moïse ». Adam dit : « Tu es Moïse, le Prophète des Enfants d’Israël, celui à qui Allah a parlé derrière un voile et sans quelque intermédiaire parmi ses créatures ? ».

Moïse dit : « Oui » Adam reprit : « Ne trouves-tu pas dans ce qui t’a été révélé que cela a été décrété pour moi avant même que je ne sois crée ? »

Moïse dit : « Oui » Adam reprit : « Comment me blâmes-tu pour une chose qu’Allah a décrété pour moi avant que je ne l’accomplisse ?»
L’Envoyé d’Allah (ﷺ) dit alors : « C’est ainsi qu’Adam contredit Moïse ». Il répéta ceci deux fois ».
(Rapporté par Abou Daoud et authentifié par Cheickh Al Albani dans son Sahih Abi Daoud n°4702, Hadith Hasan)

Si Moïse avait reproché à Adam d’avoir commis un péché, Adam lui aurait répondu : j’ai bien commis un péché, mais je me suis repenti et Allah m’a pardonné. Il lui aurait dit encore : et toi Moïse tu as tué un homme et jeté les tableaux ,etc. La stricte vérité est que Moïse lui en a voulu d’avoir provoqué un malheur et Adam lui a opposé le destin ».
[ Voir al-ihtidjadj bi al-Qadar par Cheikh al-islam Ibn Taymiyya, 18-22.]

عَنْ عُمَرَ بْنَ الْخَطَّابِ، قَالَ قَالَ رَسُولُ اللَّهِ صلى الله عليه وسلم ‏ »‏ إِنَّ مُوسَى قَالَ يَا رَبِّ أَرِنَا آدَمَ الَّذِي أَخْرَجَنَا وَنَفْسَهُ مِنَ الْجَنَّةِ فَأَرَاهُ اللَّهُ آدَمَ فَقَالَ أَنْتَ أَبُونَا آدَمُ فَقَالَ لَهُ آدَمُ نَعَمْ ‏.‏ قَالَ أَنْتَ الَّذِي نَفَخَ اللَّهُ فِيكَ مِنْ رُوحِهِ وَعَلَّمَكَ الأَسْمَاءَ كُلَّهَا وَأَمَرَ الْمَلاَئِكَةَ فَسَجَدُوا لَكَ قَالَ نَعَمْ ‏.‏ قَالَ فَمَا حَمَلَكَ عَلَى أَنْ أَخْرَجْتَنَا وَنَفْسَكَ مِنَ الْجَنَّةِ فَقَالَ لَهُ آدَمُ وَمَنْ أَنْتَ قَالَ أَنَا مُوسَى ‏.‏ قَالَ أَنْتَ نَبِيُّ بَنِي إِسْرَائِيلَ الَّذِي كَلَّمَكَ اللَّهُ مِنْ وَرَاءِ الْحِجَابِ لَمْ يَجْعَلْ بَيْنَكَ وَبَيْنَهُ رَسُولاً مِنْ خَلْقِهِ قَالَ نَعَمْ ‏.‏ قَالَ أَفَمَا وَجَدْتَ أَنَّ ذَلِكَ كَانَ فِي كِتَابِ اللَّهِ قَبْلَ أَنْ أُخْلَقَ قَالَ نَعَمْ ‏.‏ قَالَ فَفِيمَ تَلُومُنِي فِي شَىْءٍ سَبَقَ مِنَ اللَّهِ تَعَالَى فِيهِ الْقَضَاءُ قَبْلِي ‏ »‏ ‏.‏ قَالَ رَسُولُ اللَّهِ صلى الله عليه وسلم عِنْدَ ذَلِكَ ‏ »‏ فَحَجَّ آدَمُ مُوسَى فَحَجَّ آدَمُ مُوسَى ‏ »‏ ‏.‏
(رواه أبو داود في سننه رقم ۴۷۰۲ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود أبي داود)

حكم : حسن

.

D’après Djabir Ibn Abd Allah a rapporté que le Prophète (Que la paix soit sur lui) a dit: « Autorisation m’a été donnée de parler de l’un des anges porteurs du Trône. En fait, l’espace entre son oreille et son cou est parcouru en sept cent ans. (1) » (2)
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abou Daoud n°4727, Hadith Sahîh)

(1) Ce Hadith démontre que les Anges porteur du trône possèdent un physique très imposant
(2) Ibn Hadjar a dit à propos de ce hadith : « sa chaîne de rapporteurs est sûre selon les critères utilisés dans le Sahih »

عَنْ جَابِرِ بْنِ عَبْدِ اللَّهِ، عَنِ النَّبِيِّ صلى الله عليه وسلم قَالَ ‏ « ‏ أُذِنَ لِي أَنْ أُحَدِّثَ عَنْ مَلَكٍ مِنْ مَلاَئِكَةِ اللَّهِ مِنْ حَمَلَةِ الْعَرْشِ إِنَّ مَا بَيْنَ شَحْمَةِ أُذُنِهِ إِلَى عَاتِقِهِ مَسِيرَةُ سَبْعِمِائَةِ عَامٍ ‏ »‏ ‏.‏
(رواه أبو داود و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبو داود رقم ۴۷۲۷)

حكم : صحيح

.

D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée) : Les gens ont dit : Ô Messager d’Allah ! Est-ce que nous allons voir notre Seigneur le jour de la résurrection ?
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Est-ce que vous vous gênez les uns les autres pour voir le soleil en milieu de journée quand il n’y a pas de nuages ? ».
Ils ont dit : Non.
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Est-ce que vous vous gênez les uns les autres pour voir la pleine lune quand il n’y a pas de nuages ? ».
Ils ont dit : Non.
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Je jure par Celui qui détient mon âme dans Sa Main ! Vous ne vous gênerez pas les uns les autres pour le voir (votre Seigneur) comme vous ne vous gênez pas les uns les autres pour les voir (1) ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°4730 et authentifié par Cheikh Al Albani dans son Sahih Abi Daoud, Hadith Sahîh)

(1) C’est à dire pour voir le soleil au milieu de la journée et pour voir la pleine lune.

عن أبي هريرة، قال قال ناس يا رسول الله أنرى ربنا يوم القيامة قال ‏ »‏ هل تضارون في رؤية الشمس في الظهيرة ليست في سحابة ‏ »‏ ‏.‏ قالوا لا ‏.‏ قال ‏ »‏ هل تضارون في رؤية القمر ليلة البدر ليس في سحابة ‏ »‏ ‏.‏ قالوا لا ‏.‏ قال ‏ »‏ والذي نفسي بيده لا تضارون في رؤيته إلا كما تضارون في رؤية أحدهما ‏ »‏ ‏.
(رواه أبو داود في صححه رقم ٤۷۳۰ و حسنه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après ‘Abdallah Ibn Mass’oud (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Lorsque Allah parle pour la révélation, les gens des cieux entendent des cieux comme le tintement d’une chaîne et sont foudroyés. Ils ne cessent d’être ainsi jusqu’à ce que vienne Jibril et alors ils retrouvent leurs esprits et disent: Ô Jibril ! Qu’a dit ton Seigneur ? Il dit alors: La vérité. Alors ils disent: La vérité, la vérité ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°4738 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Sahîh)

Cheikh Al Islam Ibn Taymiya (mort en 728) a dit : « La position des anciens de la communautés, de ses imams et de ceux qui sont venus après est que le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a entendu le Coran de Jibril et Jibril l’a entendu d’Allah ».
(Majmou Al Fatawa 5/232)

L’imam Ibn Hajar (mort en 852) a dit : « Ce qui est rapporté des anciens est qu’ils étaient en consensus sur le fait que le Coran est la parole d’Allah et qu’il n’est pas créé. Jibril l’a reçu d’Allah et l’a transmis à Muhammad (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) et lui l’a transmis à sa communauté ».
(Fath Al Bari 13/463)

عن عبدالله بن مسعود رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه وسلم : إذا تكلم الله بالوحي سمع أهل السماء للسماء صلصلة كجر السلسلة على الصفا فيصعقون . فلا يزالون كذلك حتى إذا جاءهم جبريل فزع عن قلوبهم . فيقولون : يا جبريل ! ماذا قال ربك ؟ فيقول : الحق . فيقولون : الحق الحق
(رواه أبو داود في سننه رقم ٤٧٣٨ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Lorsque Allah a créé le paradis, Il a dit à Jibril : Ô Jibril ! Va et regarde le.
Alors Jibril est parti et l’a regardé puis il est revenu et a dit : Ô Seigneur ! Par Ta puissance, personne ne peut en entendre parler sans y entrer (1).
Alors Allah l’a entouré de difficultés (2) puis a dit : Ô Jibril ! Va et regarde le.
Jibril est donc parti et l’a regardé puis il est revenu et a dit : Ô Seigneur ! Par Ta puissance, j’ai certes craint que personne n’y entre (3).
Et lorsque Allah a créé le feu, Il a dit à Jibril : Ô Jibril ! Va et regarde le.
Alors Jibril est parti et l’a regardé puis il est revenu et a dit : Ô Seigneur ! Par Ta puissance, personne ne peut en entendre parler et y entrer (4).
Alors Allah l’a entouré de passions puis a dit : Ô Jibril ! Va et regarde le.
Jibril est donc parti et l’a regardé puis il est revenu et a dit : Ô Seigneur ! Par Ta puissance, j’ai certes craint que personne n’y entre pas (5) ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°4744 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Hasan Sahih)

(1) C’est à dire sans souhaiter y entrer, sans faire les efforts nécessaires pour y entrer et n’être préoccupé que par cela.

(2) C’est à dire les actes de l’Islam qui nécessitent des efforts alors que l’être humain par essence n’aime pas les actes qui lui demandent des efforts.

(3) C’est à dire à cause des difficultés par lesquelles il faut passer pour rentrer dans le paradis.

(4) C’est à dire que personne ne peut en entendre parler sans en avoir peur et sans s’en enfuir.

(5) Ceci car beaucoup de gens n’arrivent pas à patienter à la passion et au plaisir immédiat et ils ne regardent pas les conséquences mauvaises et extrêmement néfastes qu’ils peuvent avoir sur le long terme.

Voir ‘Awn Al Ma’boud Bi Charh Sounan Abi Daoud ainsi que Charh Sounan Abi Daoud de Cheikh Abdel Mouhsin Al Abad cours n°537

عن أبي هريرة، أن رسول الله صلى الله عليه وسلم قال ‏:‏ ‏‏ لما خلق الله الجنة قال لجبريل ‏:‏ اذهب فانظر إليها ‏.‏ فذهب فنظر إليها ثم جاء فقال ‏:‏ أى رب وعزتك لا يسمع بها أحد إلا دخلها ثم حفها بالمكاره ثم قال ‏:‏ يا جبريل اذهب فانظر إليها فذهب فنظر إليها ثم جاء فقال ‏:‏ أى رب وعزتك لقد خشيت أن لا يدخلها أحد ‏ »‏ ‏.‏ قال ‏:‏ ‏ »‏ فلما خلق الله النار قال ‏:‏ يا جبريل اذهب فانظر إليها ‏.‏ فذهب فنظر إليها ثم جاء فقال ‏:‏ أى رب وعزتك لا يسمع بها أحد فيدخلها فحفها بالشهوات ثم قال ‏:‏ يا جبريل اذهب فانظر إليها ‏.‏ فذهب فنظر إليها ثم جاء فقال ‏:‏ أى رب وعزتك لقد خشيت أن لا يبقى أحد إلا دخلها ‏ ‏.‏
(رواه أبو داود في سننه رقم ٤٧٤٤ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود )

حكم : حسن صحيح

.

D’après Zayd Ibn Arqam (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit (1): « Vous n’êtes qu’une seule partie des cent mille parties qui me seront présentées au bassin (2) ».
Abou Hamza a dit à Zayd Ibn Arqam (qu’Allah l’agrée) : Combien étiez-vous ce jour-là ?
Zayd Ibn Arqam (qu’Allah l’agrée) : Sept cent ou huit cent.
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°4746 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Sahih)

(1) Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) s’adressait aux compagnons qui étaient avec lui à ce moment là.

(2) C’est à dire le bassin du Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) le jour du jugement.

Le sens qui est voulu est de montrer le grand nombre de gens qui auront cru au Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) et l’auront jugé véridique parmi les hommes et les djinns.

Ces commentaires sont tirés de ‘Awn Al Ma’boud Bi Charh Sounan Abi Daoud

عن زيد بن أرقم رضي الله عنه قال النبي صلى الله عليه و سلم : ما أنتم جزء من مائة ألف جزء ممن يرد علي الحوض
قال أبو حمزة لزيد بن أرقم رضي الله عنه : كم كنتم يومئذ ؟
قال زيد بن أرقم رضي الله عنه : سبعمائة أو ثمانمائة 
(رواه أبو داود في سننه رقم ٤٧٤٦ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après Anas Ibn Malik (qu’Allah l’agrée) : Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dormi puis quand il s’est réveillé il a levé la tête en souriant.
Les compagnons lui ont dit : Ô Messager d’Allah ! Qu’est-ce qui t’a fait rire ?
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit : « Il vient certes de m’être révélé une sourate ».
Il a donc récité : Bismi Allahi Rahmani Rahim Inna A’tainakal Kawthar (*) jusqu’à terminer la sourate.
Lorsqu’il a terminé il a dit : « Savez-vous ce qu’est le kawthar ? ».
Ils ont dit : Allah et son Messager sont plus savants.
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit : « Il s’agit certes d’un fleuve dans le paradis que mon Seigneur m’a promis.
Il s’y trouve du bien en abondance et il a un bassin qu’il alimente auprès duquel ma communauté me sera présentée le jour de la résurrection.
Les récipients de ce bassin sont aussi nombreux que les étoiles dans le ciel ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°4747 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud)

(*) Il s’agit de la sourate Al Kawthar n°108 verset 1 .

Allah a dit (traduction rapprochée du sens du verset): « Nous t’avons certes donné le kawthar ».
قال الله تعالى: إِنَّا أَعْطَيْنَاكَ الْكَوْثَرَ
(سورة الكوثر ١)

L’imam Safarini (mort en 1188 du calendrier hégirien) a dit : « Le bassin et le kawthar sont montrés par les textes et le consensus des Gens de la Sounna ».
(Charh Thoulathiyat Al Mousnad vol 1 p 537)

عن أنس بن مالك رضي الله عنه قال : أغفى رسول الله صلى الله عليه وسلم إغفاءة فرفع رأسه متبسما، فإما قال لهم وإما قالوا له ‏:‏ يا رسول الله لم ضحكت فقال ‏:‏ ‏ »‏ إنه أنزلت على آنفا سورة ‏ »‏ ‏.‏ فقرأ ‏‏ بسم الله الرحمن الرحيم {إِنَّا أَعْطَيْنَاكَ الْكَوْثَرَ} ‏‏ حتى ختمها فلما قرأها قال ‏:‏ ‏ »‏ هل تدرون ما الكوثر ‏ »‏ ‏.‏ قالوا ‏:‏ الله ورسوله أعلم ‏.‏ قال ‏:‏ ‏ »‏ فإنه نهر وعدنيه ربي عز وجل في الجنة، وعليه خير كثير عليه حوض ترد عليه أمتي يوم القيامة آنيته عدد الكواكب ‏ »‏ ‏.‏
(رواه أبو داود في سننه رقم ٤٧٤٧ و حسنه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : حسن

.

D’après Al-Baraa ibn Azib a dit : « Nous sortîmes avec le Messager d’Allah (ﷺ) pour accompagner la dépouille mortelle d’un homme issu des Ansar à sa dernière demeure. Nous arrivâmes à la tombe avant qu’elle ne fût complètement creusée et nous nous installâmes avec le Messager (ﷺ) autour de la tombe, dans un silence tel qu’on dirait que des oiseaux perchaient sur nos têtes. En ce moment, le Prophète tenait un bout de bois et perçait le sol avec. Et puis il éleva sa tête et dit : implorez la protection d’Allah contre le châtiment infligé dans la tombe (il le dit trois fois ou deux ) Puis il poursuivit : « quand un fidèle serviteur quitte ce monde pour l’Au-delà, il lui vient depuis le ciel des anges blancs dont le visage est aussi radieux que le soleil. Ils s’installeront à vue d’œil de lui et seront munis de linceuls et du parfum paradisiaques. C’est alors que l’ange de la mort viendra s’asseoir près de sa tête et lui dira : ô bonne âme ! Sors pour jouir du pardon et de la miséricorde divine. Elle sortira en coulant comme une goutte d’eau qui échappe de la bouche d’un outre. Quand l’ange de la mort recevra l’âme, les autres anges s’en saisiront tout de suite et la mettront dans le linceul et la baigneront dans le parfum et elle en recevra la meilleure odeur de musc sur terre. Les anges remonteront porteurs de cette âme, et chaque fois qu’ils passeront auprès d’un groupe d’ange, ceux-ci diront : « quelle est cette bonne âme ? » – Ils répondront : c’est celle d’Un tel fis d’Un tel en employant les meilleurs noms que le défunt avait dans sa vie d’ici-bas. Arrivés au ciel le plus bas, on en sollicitera l’ouverture qui sera obtenue sitôt demandée. Au niveau de chaque ciel l’âme sera accueillie par les meilleurs et accompagnée jusqu’au ciel suivant ; et ce jusqu’à son arrivée au septième ciel. C’est alors qu’Allah dira : « Placez les écritures concernant mon serviteur dans les plus hautes sphères du septième ciel. Puis ramenez-le à la terre puisque c’est à partir d’elle que j’ai créé mes serviteurs et c’est en elle que je les retournerai et c’est à partir d’elle que Je les ressusciterai. Et puis son âme sera ramenée à son corps, et deux anges se présenteront à lui et le mettront debout et lui diront,

– « Qui est ton Maître »

– « Allah est mon Maître »

– « Quelle est ta religion ? »

– « L’Islam est ma religion »

– « Qu’en est-il de cet homme qui vous a été envoyé ? »

– « Il est le Messager d’Allah (ﷺ) »

– « Comment l’avez-vous su ? »

– « J’ai lu le livre d’Allah et y ai adhéré et cru en lui »

Une clameur dira depuis le ciel : « Mon serviteur a dit vrai. Préparez-lui un lit et des vêtements au paradis. Ouvrez-lui une porte débouchant sur le paradis de sorte qu’il pourra en recevoir l’avant-goût et la fraîcheur. On lui élargira sa tombe l’espace d’une vue d’œil, et un homme se présentera à lui pour lui dire ceci : « sois rassuré que ce jour est celui qui t’était promis. »

– « Qui es-tu puisque ton visage présage du bien ? ! »

– « Je suis ta bonne œuvre ! »

– « Maître, fais venir l’Heure pour que je puisse rejoindre ma famille et mes biens »

Quand un serviteur infidèle quitte la vie d’ici-bas pour l’Au-delà, lui viendront du ciel des anges noirs munis de serviettes dures et ils s’installeront à vue d’œil de lui. Puis l’ange de la mort viendra s’asseoir près de sa tête et dira : « ô âme mauvaise ! Sors pour faire l’objet de la colère d’Allah et Son dépit. L’âme se dispersera alors dans son corps. Mais on l’en extraira de manière à déchirer les veines comme une brosse en fer que l’on retire de la laine mouillée. L’ange de la mort la prendra. Et les autres anges s’en saisiront tout de suite et l’envelopperont dans leurs serviettes dures dont se dégagera l’odeur la plus nauséabonde sur terre. Ils remonteront avec cette âme et, chaque fois qu’ils passeront près d’un groupe d’anges ceux-ci diront :

– « Quelle est cette mauvaise âme ? »

– « C’est Un tel fils d’Un tel » en employant les plus désagréables noms dont on l’appelait ici-bas. Et, ce jusqu’à ce qu’ils arrivent au ciel le plus bas. Puis ils en demanderont l’ouverture mais ne l’obtiendront pas.

Là, le Prophète (ﷺ) récita le verset : « Pour ceux qui traitent de mensonges Nos enseignements et qui s’ en écartent par orgueil, les portes du ciel ne leur seront pas ouvertes.. »
(Coran, 7 : 40)

إِنَّ الَّذِينَ كَذَّبُواْ بِآيَاتِنَا وَاسْتَكْبَرُواْ عَنْهَا لاَ تُفَتَّحُ لَهُمْ أَبْوَابُ السَّمَاء

… Allah, le Puissant et Majestueux dira : mettez les écritures concernant mon serviteur dans un registre placé dans la plus basse couche de la terre. Puis ramenez-le sur terre puisque c’est à partir d’elle que J’ai créé les humains et c’est en elle que Je les retournerai et c’est d’elle que je les ressusciterai. Son âme sera jetée alors.

Selon le rapporteur, le Prophète (ﷺ) récita ce verset : «.. quiconque associe à Allah, c’est comme s’ il tombait du haut du ciel et que les oiseaux le happaient, ou que le vent le précipitait dans un abîme très profond. » (Coran, 22 : 31).

وَمَن يُشْرِكْ بِاللَّهِ فَكَأَنَّمَا خَرَّ مِنَ السَّمَاء فَتَخْطَفُهُ الطَّيْرُ أَوْ تَهْوِي بِهِ الرِّيحُ فِي مَكَانٍ سَحِيقٍ

Il (le Prophète ) poursuit : « c’est alors que l’âme du défunt sera ramenée à son corps et les anges l’interrogeront en ces termes :

– « Qui est ton Maître ? »

– « Eh bien, eh bien. Je ne sais pas »

– « Quelle est ta religion ? »

– « Eh bien eh bien. Je ne sais pas. »

Une clameur dira depuis le ciel : préparez-lui un lit et des vêtements en enfer. Ouvrez-lui une porte débouchant sur l’enfer. Chaleur et vent brûlant lui viendront de là et sa tombe sera rétrécie de sorte que ses côtes se croiseront. Puis un homme au visage désagréable, aux vêtements désagréables et à l’odeur nauséabonde lui dira : « Sois assuré que ce jour est le mauvais jour qui t’était promis ».

– « Qui es-tu puisque ton visage présage du mal ? »

– « Je suis ta mauvaise œuvre »

« Maître, ne fais pas venir l’Heure » °
(Rapporté par Abou Dawoud, 4753 et par Ahmad (18063), authentifié par al-Albani dans Sahih Abou Dawoud. Hadith Sahîh)

Et aussi Le hadith a été déclaré authentique par Cheikh al-Albani dans Ahkam al-djanaïz, p. 156.

عَنِ الْبَرَاءِ بْنِ عَازِبٍ، قَالَ ‏:‏ خَرَجْنَا مَعَ رَسُولِ اللَّهِ صلى الله عليه وسلم فِي جَنَازَةِ رَجُلٍ مِنَ الأَنْصَارِ، فَانْتَهَيْنَا إِلَى الْقَبْرِ وَلَمَّا يُلْحَدْ، فَجَلَسَ رَسُولُ اللَّهِ صلى الله عليه وسلم وَجَلَسْنَا حَوْلَهُ كَأَنَّمَا عَلَى رُءُوسِنَا الطَّيْرُ، وَفِي يَدِهِ عُودٌ يَنْكُتُ بِهِ فِي الأَرْضِ، فَرَفَعَ رَأْسَهُ فَقَالَ ‏:‏ ‏ »‏ اسْتَعِيذُوا بِاللَّهِ مِنْ عَذَابِ الْقَبْرِ ‏ »‏ ‏.‏ مَرَّتَيْنِ أَوْ ثَلاَثًا – زَادَ فِي حَدِيثِ جَرِيرٍ هَا هُنَا – وَقَالَ ‏:‏ ‏ »‏ وَإِنَّهُ لَيَسْمَعُ خَفْقَ نِعَالِهِمْ إِذَا وَلَّوْا مُدْبِرِينَ حِينَ يُقَالُ لَهُ ‏:‏ يَا هَذَا مَنْ رَبُّكَ وَمَا دِينُكَ وَمَنْ نَبِيُّكَ ‏ »‏ ‏.‏ قَالَ هَنَّادٌ قَالَ ‏:‏ ‏ »‏ وَيَأْتِيهِ مَلَكَانِ فَيُجْلِسَانِهِ فَيَقُولاَنِ لَهُ ‏:‏ مَنْ رَبُّكَ فَيَقُولُ ‏:‏ رَبِّيَ اللَّهُ ‏.‏ فَيَقُولاَنِ لَهُ ‏:‏ مَا دِينُكَ فَيَقُولُ ‏:‏ دِينِي الإِسْلاَمُ ‏.‏ فَيَقُولاَنِ لَهُ ‏:‏ مَا هَذَا الرَّجُلُ الَّذِي بُعِثَ فِيكُمْ قَالَ فَيَقُولُ ‏:‏ هُوَ رَسُولُ اللَّهِ صلى الله عليه وسلم ‏.‏ فَيَقُولاَنِ ‏:‏ وَمَا يُدْرِيكَ فَيَقُولُ ‏:‏ قَرَأْتُ كِتَابَ اللَّهِ فَآمَنْتُ بِهِ وَصَدَّقْتُ ‏ »‏ ‏.‏ زَادَ فِي حَدِيثِ جَرِيرٍ ‏:‏ ‏ »‏ فَذَلِكَ قَوْلُ اللَّهِ عَزَّ وَجَلَّ ‏{‏ يُثَبِّتُ اللَّهُ الَّذِينَ آمَنُوا ‏}‏ ‏ »‏ ‏.‏ الآيَةَ ‏.‏ ثُمَّ اتَّفَقَا قَالَ ‏:‏ ‏ »‏ فَيُنَادِي مُنَادٍ مِنَ السَّمَاءِ ‏:‏ أَنْ قَدْ صَدَقَ عَبْدِي فَأَفْرِشُوهُ مِنَ الْجَنَّةِ، وَافْتَحُوا لَهُ بَابًا إِلَى الْجَنَّةِ وَأَلْبِسُوهُ مِنَ الْجَنَّةِ ‏ »‏ ‏.‏ قَالَ ‏:‏ ‏ »‏ فَيَأْتِيهِ مِنْ رَوْحِهَا وَطِيبِهَا ‏ »‏ ‏.‏ قَالَ ‏:‏ ‏ »‏ وَيُفْتَحُ لَهُ فِيهَا مَدَّ بَصَرِهِ ‏ »‏ ‏.‏ قَالَ ‏:‏ ‏ »‏ وَإِنَّ الْكَافِرَ ‏ »‏ ‏.‏ فَذَكَرَ مَوْتَهُ قَالَ ‏:‏ ‏ »‏ وَتُعَادُ رُوحُهُ فِي جَسَدِهِ وَيَأْتِيهِ مَلَكَانِ فَيُجْلِسَانِهِ فَيَقُولاَنِ ‏:‏ مَنْ رَبُّكَ فَيَقُولُ ‏:‏ هَاهْ هَاهْ هَاهْ لاَ أَدْرِي ‏.‏ فَيَقُولاَنِ لَهُ ‏:‏ مَا دِينُكَ فَيَقُولُ ‏:‏ هَاهْ هَاهْ لاَ أَدْرِي ‏.‏ فَيَقُولاَنِ ‏:‏ مَا هَذَا الرَّجُلُ الَّذِي بُعِثَ فِيكُمْ فَيَقُولُ ‏:‏ هَاهْ هَاهْ لاَ أَدْرِي ‏.‏ فَيُنَادِي مُنَادٍ مِنَ السَّمَاءِ ‏:‏ أَنْ كَذَبَ فَأَفْرِشُوهُ مِنَ النَّارِ وَأَلْبِسُوهُ مِنَ النَّارِ، وَافْتَحُوا لَهُ بَابًا إِلَى النَّارِ ‏ »‏ ‏.‏ قَالَ ‏:‏ ‏ »‏ فَيَأْتِيهِ مِنْ حَرِّهَا وَسَمُومِهَا ‏ »‏ ‏.‏ قَالَ ‏:‏ ‏ »‏ وَيُضَيَّقُ عَلَيْهِ قَبْرُهُ حَتَّى تَخْتَلِفَ فِيهِ أَضْلاَعُهُ ‏ »‏ ‏.‏ زَادَ فِي حَدِيثِ جَرِيرٍ قَالَ ‏:‏ ‏ »‏ ثُمَّ يُقَيَّضُ لَهُ أَعْمَى أَبْكَمُ مَعَهُ مِرْزَبَّةٌ مِنْ حَدِيدٍ، لَوْ ضُرِبَ بِهَا جَبَلٌ لَصَارَ تُرَابًا ‏ »‏ ‏.‏ قَالَ ‏:‏ ‏ »‏ فَيَضْرِبُهُ بِهَا ضَرْبَةً يَسْمَعُهَا مَا بَيْنَ الْمَشْرِقِ وَالْمَغْرِبِ إِلاَّ الثَّقَلَيْنِ فَيَصِيرُ تُرَابًا ‏ »‏ ‏.‏ قَالَ ‏:‏ ‏ »‏ ثُمَّ تُعَادُ فِيهِ الرُّوحُ ‏ »‏ ‏.‏
(رواه أبو داود في سننه رقم ۴۷۵۳ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après Oum Salama (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit : « Vous allez être dirigé par des gouverneurs dont vous allez approuver certains de leurs actes et en réprouver d’autres. Celui qui déteste ces actes s’est certes désavoué et celui qui les réprouve est certes préservé (1) ».
Qatada (2) a dit : C’est à dire celui qui réprouve avec son coeur et déteste avec son coeur.
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°4761 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Sahih)

(1) C’est à dire qu’il est préservé d’être leur associé dans le péché.

(2) Il s’agit de Qatada Ibn Di’ama (mort en 127 du calendrier hégirien) et qui est un des rapporteurs de ce hadith.

أم سلمة، عن النبي صلى الله عليه وسلم بمعناه قال ‏:‏ ‏ «‏ فمن كره فقد برئ، ومن أنكر فقد سلم ‏»‏ ‏.‏ قال قتادة ‏:‏ يعني من أنكر بقلبه، ومن كره بقلبه ‏.‏
(رواه أبو داود في سننه رقم ٤٧٦١ و صححه الشيخ الألباني في تحقيق صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après Mou’adh Ibn Anas (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « Celui qui calme une colère alors qu’il était capable de l’extérioriser, Allah l’appellera devant toutes les créatures le jour de la résurrection et lui fera choisir parmi les houris (*) celles qu’il désire ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°4777 et authentifié par cheikh Albani dans Sahîh Daoud, Hadith Hasan)

(*) Les houris sont les femmes du paradis, leur wali (c’est à dire celui qui les donne à marier) est le Miséricordieux. Il les offre en mariage à ses serviteurs pieux et leur dote sont les bonnes actions.
(At Ta’liqat Ala Qasida Nouniya de Cheikh Saleh Al Fawzan p 1223)

عن معاذ بن أنس الجهني رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه وسلم : من كظم غيظا وهو قادر على أن ينفذه دعاه الله سبحانه على رؤوس الخلائق حتى يخيره من الحور العين ما شاء
(رواه أبو داود في سننه رقم ۴۷۷۷ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : حسن

.

D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée), le Prophète (ﷺ) a dit : « Le croyant est naïf et généreux tandis que le désobéissant est malin et avare ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°4790 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Abou Daoud, Hadith Hasan)
عن أبي هريرة رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : الْمُؤْمِنُ غِرٌّ كَرِيمٌ وَالْفَاجِرُ خِبٌّ لَئِيمٌ
(رواه أبو داود في سننه رقم ٤٧٩٠ و حسنه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : حسن

.

D’après Abou Darda, que le messager d’Allah (ﷺ) a dit :
« Rien ne pèse plus lourd dans la balance du croyant le jour de la résurrection que le bon comportement »
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°4799 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abou Daoud, Hadith Sahîh)

عَنْ أَبِي الدَّرْدَاءِ، عَنِ النَّبِيِّ صلى الله عليه وسلم قَالَ ‏ « ‏ مَا مِنْ شَىْءٍ أَثْقَلُ فِي الْمِيزَانِ مِنْ حُسْنِ الْخُلُقِ ‏ »‏ .‏
(رواه أبو داود في سننه رقم ۴۷۹۹ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après Abou Oumama (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Je garantie une maison à la périphérie du paradis à celui qui délaisse la polémique même si il a raison, une maison au milieu du paradis à celui qui délaisse le mensonge même si il plaisante et une maison en haut du paradis à celui qui améliore son comportement ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°4800 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Abi Daoud, Hadith Hasan)
عن أبي أمامة رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : أنا زعيم ببيت في ربض الجنة لمن ترك المراء وإن كان محقا وببيت في وسط الجنة لمن ترك الكذب وإن كان مازحا وببيت في أعلى الجنة لمن حسن خلقه
(رواه أبو داود في سننه رقم ٤٨٠٠ و حسنه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : حسن

.

D’après Haritha Ibn Wahb (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Ne rentrent pas dans le paradis la personne qui se comporte avec dureté et celle qui se comporte avec orgueil sans raison (*) ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°4801 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Sahih)

(*) C’est à dire une personne qui se comporte avec orgueil sans qu’il n’y ait de cause particulière qui pourrait la pousser à se comporter avec orgueil, comme par exemple la personne pauvre orgueilleuse.
Le personne riche qui se comporte avec orgueil a certes commis un péché mais le pauvre qui se comporte avec orgueil a commis un péché plus grave car il n’y avait rien en lui qui le poussait vers ce péché contrairement au riche et ceci montre son très mauvais caractère.
(Charh Sounan Abi Daoud de Cheikh Al ‘Abad cours n°546)

عن حارثة بن وهب رضي الله عنه قال النّبي صلّى الله عليه و سلّم : لا يدخل الجنة الجواظ ولا الجعظري 
(رواه أبو داود في سننه رقم ٤٨٠١ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Celui qui ne remercie pas les gens n’a pas remercié Allah ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°4811 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Abou Daoud, Hadith Sahîh)
عن أبي هريرة رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه وسلم : لاَ يَشْكُرُ اللَّهَ مَنْ لاَ يَشْكُرُ النَّاسَ
(رواه أبو داود في سننه رقم ٤٨١١ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après Anas Ibn Malik (qu’Allah l’agrée) : Les mouhajirouns (1) ont dit : Ô Messager d’Allah ! Les ansars (2) sont parti avec toute la récompense (3).
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Non, tant que vous invoquez en leur faveur et que vous leur faites des éloges (4) ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°4812 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Sahih)

(1) Les mouhajirouns sont les compagnons du Prophète (ﷺ) qui ont émigré de La Mecque vers Médine.

(2) Les ansars sont les compagnons du Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) originaires de Médine.

(3) C’est à dire qu’ils dépensaient de leurs biens car ils étaient chez eux tandis que les biens des mouhajirouns étaient restés à La Mecque.

(4) C’est à dire qu’invoquer en leur faveur et leur faire des éloges pour les dépenses qu’ils ont fait pour vous vous rapporte une récompense.

L’imam Abou Daoud (mort en 275 du calendrier hégirien) a classé ce hadith dans le chapitre : -Le fait de remercier le bien que l’on nous fait-.

Voir Charh Sounan Abi Daoud de Cheikh Al ‘Abad cours n°547

عن أنس بن مالك رضي الله أن المهاجرين قالوا : يا رسول الله ! ذهبت الأنصار بالأجر كله
قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : لا ما دعوتم الله لهم وأثنيتم عليهم 
(رواه أبو داود في سننه رقم ٤٨١٢ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « L’homme est sur la religion de son ami proche ainsi que l’un d’entre vous regarde qui il prend comme ami proche (*) ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°4833 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Hasan)

(*) C’est à dire que la personne dont on est satisfaite au niveau de sa religion et de son comportement alors on le prend comme ami proche par contre celui pour qui ce n’est pas le cas alors on s’écarte de lui.
Ceci car l’ami proche a, en fonction de sa religion et de sa piété, une bonne influence ou une mauvaise influence sur la personne.
(Voir Awn Al Ma’boud ‘Ala Charh Sounan Abi Daoud)

عن أبي هريرة رضي الله عنه قال النّبي صلّى الله عليه و سلّم : الرجلُ على دينِ خليلِه فلينظرْ أحدُكم من يُخالِلُ
(رواه أبو داود في سننه رقم ٤٨٣٣ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : حسن

.

D’après Abou Moussa Al Ach’ari (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Certes fait partie de la vénération d’Allah d’honorer la personne âgée musulmane, d’honorer celui qui connait le Coran avec lequel il n’exagère pas et n’est pas négligeant, et d’honorer le dirigeant juste ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°4843 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Hasan)
عن أبي موسى الأشعري رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : إن من إجلال الله إكرام ذي الشيبة المسلم وحامل القرآن غير الغالي فيه والجافي عنه وإكرام ذي السلطان المقسط
(رواه أبو داود في سننه رقم ٤٨٤٣ و حسنه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : حسن

.

D’après ‘Amr ibn al-Sharid, d’après son père al-Sharid ibn Sûweyd (qu’Allah l’agrée) rapporte :
« Le Messager d’Allah (ﷺ), passa devant moi alors que j’étais assis ainsi : j’avais placé ma main gauche derrière mon dos tout en m’appuyant sur sa paume. »
Il me dit : « Tu t’asseois donc à la façon de ceux qui ont encouru la colère d’Allah ? ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°4848 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Sahih)

عَنْ عَمْرِو بْنِ الشَّرِيدِ، عَنْ أَبِيهِ الشَّرِيدِ بْنِ سُوَيْدٍ، قَالَ مَرَّ بِي رَسُولُ اللَّهِ صلى الله عليه وسلم وَأَنَا جَالِسٌ هَكَذَا وَقَدْ وَضَعْتُ يَدِيَ الْيُسْرَى خَلْفَ ظَهْرِي وَاتَّكَأْتُ عَلَى أَلْيَةِ يَدِي فَقَالَ ‏ «‏ أَتَقْعُدُ قِعْدَةَ الْمَغْضُوبِ عَلَيْهِمْ » ‏.‏
(رواه أبو داود في سننه رقم ۴۸۴۸ و حسنه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après Amar Ibn Yasir (qu’Allah les agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Celui qui a deux visages dans la vie d’ici-bas aura deux langues de feu le jour du jugement ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°4873 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Sahih)

Et ceci est explicité dans le hadith de Abou Houreira (qu’Allah l’agrée) rapporté par l’imam Boukhari dans son Sahih n°6058

عن عمار بن ياسر رضي الله عنهما قال رسول الله صلى الله عليه وسلم : مَنْ كَانَ لَهُ وَجْهَانِ فِي الدُّنْيَا كَانَ لَهُ يَوْمَ الْقِيَامَةِ لِسَانَانِ مِنْ نَارٍ 
(رواه أبو داود في سننه رقم ٤٨٧٣ و صححه الشيخ الألباني في تحقيق سنن أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après ‘Aicha (qu’Allah l’agrée) : J’ai dit au Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui): Il te suffit de savoir que Safiyya (qu’Allah l’agrée) (1) est comme cela et comme cela (2).
Alors le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Tu as certes dit une parole qui si elle était mélangée à l’eau de la mer, elle l’aurait rendu impropre ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sunan n°4875 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Abi Daoud)

(1) ‘Aicha et Safiyya (qu’Allah les agrée toutes les deux) étaient deux des épouses du Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui)

(2) Certains des rapporteurs du hadith ont dit qu’elle faisait allusion au fait que Safiyya était petite de taille.

عن عائشة رضي الله عنها قالت : قلت للنبي صلى الله عليه وسلم : حسبك من صفية كذا وكذا . قال بعض الرواة : تعني قصيرة
فقال رسول الله صلى الله عليه وسلم : لقد قلت كلمة لو مزجت بماء البحر لمزجته
(رواه أبو داود في سننه رقم ٤٨٧٥ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après Mou’adh Ibn Anas Al Jouhani (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Celui qui protège un croyant (1) d’un hypocrite (2), Allah enverra un ange pour protéger sa chair du feu de la géhenne le jour de la résurrection.
Et celui qui accuse injustement un musulman d’une chose en voulant par cela le salir, Allah va l’arrêter sur le pont de l’enfer jusqu’à ce qu’il sorte de ce qu’il a dit (3) ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°4883 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Hasan)

(1) C’est à dire son honneur.

(2) C’est à dire de sa médisance. Celui qui fait de la médisance a été ici nommé hypocrite car il dévoile les défauts de son frère en faisant passer cela pour du conseil alors qu’au fond de lui il ne veut que le dénigrer.

(3) C’est à dire qu’il sera arrêté sur le pont de l’enfer jusqu’à ce qu’il donne des bonnes actions lui appartenant à sa victime jusqu’à ce que la victime soit satisfaite, ou que l’on intercède pour lui ou encore qu’il soit châtié en fonction du péché qu’il a commis.

Ces commentaires sont tirés de ‘Awn Al Ma’boud Bi Charh Sounan Abi Daoud

عن معاذ بن أنس الجهني رضي الله قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : من حمى مؤمنا من منافق بعث الله ملكا يحمي لحمه يوم القيامة من نار جهنم ومن رمى مسلما بشيء يريد شينه به حبسه الله على جسر جهنم حتى يخرج مما قال 
(رواه أبو داود في سننه رقم ٤٨٨٣ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : حسن

.

D’après Zayd Ibn Wahb : Quelqu’un est allé voir ‘Abdallah Ibn Mas’oud (qu’Allah l’agrée) et a dit : Voici untel dont le vin coule de sa barbe ! (*)
‘Abdallah (qu’Allah l’agrée) a dit : « Certes le fait d’espionner nous a été interdit mais s’il nous apparaît une chose nous la prenons en compte ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°4890 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Isnad Sahih)

(*) C’est à dire tellement il en boit.

عن زيد بن وهب الجهني قال : أتي عبدالله بن مسعود رضي الله عنه فقيل : هذا فلان تقطر لحيته خمرا !
فقال عبدالله رضي الله عنه : إنا قد نهينا عن التجسس ولكن إن يظهر لنا شيء نأخذ به 
(رواه أبو داود في سننه رقم ٤٨٩٠ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : إسناده صحيح

.

D’après Iyad ibn Himar (al-Mujashi’i):
Le Messager d’Allah (ﷺ) a dit: « Allah m’a révélé de vous ordonner l’humilité, afin que nul ne méprise un autre, et que nul n’opprime un autre. »
(Rapporté par Abou Daoud et authentifié par Cheikh Al Albani dans son Sahih Abi Daoud n°4895, Hadith Sahih)

عَنْ عِيَاضِ بْنِ حِمَارٍ، أَنَّهُ قَالَ قَالَ رَسُولُ اللَّهِ صلى الله عليه وسلم ‏ « إِن اللَّه أَوحَى إِليَّ أَنْ تَواضَعُوا حتى لا يَفْخَرَ أَحَدٌ عَلى أَحدٍ، ولا يَبغِيَ أَحَدٌ على أَحَد » ‏.‏
(رواه أبو داود في سننه رقم ۴۸۹۵ و حسنه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après ‘Aicha (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Lorsque votre compagnon meurt laissez-le et ne parlez pas sur lui (*) ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°4899 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Sahih)

(*) C’est à dire : Ne citez pas ses péchés et ses défauts.
En effet la médisance faite sur un mort est plus grave que celle faite sur une personne vivante car il est possible ensuite de demander pardon au vivant contrairement au mort.
(‘Awn Al Ma’boud Bi Charh Sounan Abi Daoud)

Par contre si la personne qui est morte faisait des choses mauvaises ou des innovations et que l’on craint que certains prennent exemple sur lui alors il n’y a pas de mal à mentionner ses défauts.
Ceci est du conseil envers les musulmans.
(Charh Sounan Abi Daoud de Cheikh Al ‘Abad, cours n°558)

عن عائشة رضي الله عنها قال رسول الله صلّى الله عليه وسلّم : إذا مات صاحبكم فدعوه ولا تقعوا فيه 
(رواه أبو داود في سننه رقم ٤٨٩٩ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Il y avait deux hommes parmi les Bani Israïl qui ne suivaient pas la même voie.
L’un deux était un pécheur et l’autre était une personne qui faisait des efforts dans l’adoration.
Celui qui faisait des efforts dans l’adoration ne cessait de voir l’autre commettre des péchés et il lui disait: Arrête de faire cela!
Un jour il l’a vu en train de commettre un péché et lui a dit: Arrête de faire cela !
L’autre lui a dit: Laisse moi! Par mon Seigneur, est-ce que tu as été envoyé pour me surveiller?
Alors il a dit: Par Allah! Allah ne va pas te pardonner et Il ne va pas te faire rentrer dans le paradis!
Alors les âmes des deux hommes ont été prises (*) et ils ont été rassemblés auprès du Seigneur des mondes qui a dit à celui qui faisait des efforts dans l’adoration: Est ce que tu savais ce que J’allais faire ou possédais-tu ce qu’il y a dans Ma Main?
Et Il a dit au pécheur: Va et rentre dans le paradis par Ma miséricorde.
Puis il a dit concernant l’autre: Ramenez le dans le feu ».
Abou Houreira (qu’Allah l’agrée) a dit: Je jure par Celui qui détient mon âme dans Sa Main ! Il a prononcé une parole qui lui a fait perdre sa vie d’ici-bas et celle de l’au-delà.
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°4901 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Sahih)

(*) C’est à dire qu’ils sont morts.

عن أبي هريرة رضي الله عنه قال النّبي صلّى الله عليه و سلّم :«‏ كَانَ رَجُلاَنِ فِي بَنِي إِسْرَائِيلَ مُتَآخِيَيْنِ فَكَانَ أَحَدُهُمَا يُذْنِبُ وَالآخَرُ مُجْتَهِدٌ فِي الْعِبَادَةِ فَكَانَ لاَ يَزَالُ الْمُجْتَهِدُ يَرَى الآخَرَ عَلَى الذَّنْبِ فَيَقُولُ أَقْصِرْ ‏.‏ فَوَجَدَهُ يَوْمًا عَلَى ذَنْبٍ فَقَالَ لَهُ أَقْصِرْ فَقَالَ خَلِّنِي وَرَبِّي أَبُعِثْتَ عَلَىَّ رَقِيبًا فَقَالَ وَاللَّهِ لاَ يَغْفِرُ اللَّهُ لَكَ أَوْ لاَ يُدْخِلُكَ اللَّهُ الْجَنَّةَ ‏.‏ فَقُبِضَ أَرْوَاحُهُمَا فَاجْتَمَعَا عِنْدَ رَبِّ الْعَالَمِينَ فَقَالَ لِهَذَا الْمُجْتَهِدِ أَكُنْتَ بِي عَالِمًا أَوْ كُنْتَ عَلَى مَا فِي يَدِي قَادِرًا وَقَالَ لِلْمُذْنِبِ اذْهَبْ فَادْخُلِ الْجَنَّةَ بِرَحْمَتِي وَقَالَ لِلآخَرِ اذْهَبُوا بِهِ إِلَى النَّارِ ‏».‏ قَالَ أَبُو هُرَيْرَةَ وَالَّذِي نَفْسِي بِيَدِهِ لَتَكَلَّمَ بِكَلِمَةٍ أَوْبَقَتْ دُنْيَاهُ وَآخِرَتَهُ ‏.‏
(رواه أبو داود في سننه رقم ٤٩٠١ و صححه الشيخ الألباني في تحقيق سنن أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit:
« Le croyant est le miroir du croyant et le croyant est le frère du croyant. Il protège ce qu’il risque de perdre et le préserve en son absence ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°4918 et authentifié par cheikh Albani dans Sahîh Abi Daoud, Hadith Hasan)
ن أبي هريرة رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : المؤمن مرآة المؤمن ، والمؤمن أخو المؤمن : يكف عليه ضيعته ويحوطه من ورائه
(رواه أبو داود في سننه رقم ٤٩١٨ و حسنه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : حسن

.

D’après Nafi’, Ibn Omar (qu’Allah les agrée) a entendu un instrument de musique. Alors il a mis les doigts dans ses oreilles et s’est éloigné du chemin. Alors il m’a dit: Ô Nafi’! Est ce que tu entends quelque chose? J’ai dit: Non. Alors il a enlevé les doigts de ses oreilles et a dit: J’étais avec le Messager d’Allah (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) lorsqu’il a entendu une chose comme celle-ci et il a fait comme je viens de faire.
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°4924 et authentifié par cheikh Albani dans Sahîh Abi Daoud, Hadith Sahîh)
عن نافع : سمِعَ ابنُ عمرَ مِزْمارًا ، قال : فوَضَعَ أُصْبُعَيْه على أُذُنَيْه ، ونأَى عن الطريقِ ، وقال لي : يا نافعُ هل تَسْمَعُ شيئًا ؟ قال : فقلتُ : لا . قال : فرَفَعَ أُصْبُعَيْه مِن أُذُنَيْه ، وقال : كنتُ مع النبيِّ صلى الله عليه وسلم ، فسَمِعَ مثلَ هذا ! فصَنَعَ مثلَ هذا.
(رواه أبو داود في سننه رقم ٤٩٢٤ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée) : On a apporté au Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) un homme efféminé (moukhannath, بمخنث) qui avait teint ses pieds et ses mains avec du hénné.
Alors il a dit : « Qu’est-ce qui lui arrive à celui là ? ».
Quelqu’un a dit : Ô Messager d’Allah ! Il ressemble aux femmes.
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a ordonné qu’on le fasse sortir vers Al Naqi’ (*).
Quelqu’un a dit : Ô Messager d’Allah ! Ne devons-nous pas le tuer ?
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit : « Il m’a certes été interdit de tuer les gens qui accomplissent la prière ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°4928 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Sahih)

(*) C’est un endroit situé à deux jours de marche de Médine.
(Awn Al Ma’boud Bi Charh Sounan Abi Daoud)

عن أبي هريرة رضي الله عنه أن النبي صلى الله عليه وسلم أتي بمخنث وقد خضب رجليه ويديه بالحناء فقال : ما بال هذا ؟
فقيل : يا رسول الله ! يتشبه بالنساء
فأمر به فنفي إلى النقيع فقيل: يا رسول الله ألا نقتله
فقال النبي صلى الله عليه وسلم : إني نهيت عن قتل المصلين 
(رواه أبو داود في سننه رقم ٤٩٢٨ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après Abou Moussa al-Ash’ari (رضي الله عنه): Le Messager d’Allah (ﷺ) a dit: : « Quiconque joue avec le dé (an-nardou) a certes désobéi à Allâh et à son Messager. ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°4938 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Abou Daoud, Hadith Hasan)
عن أبي موسى الأشعري، أن رسول الله صلى الله عليه وسلم قال ‏ :‏ من لعب بالنرد فقد عصى الله ورسوله ‏ ‏.‏
(رواه أبو داود في سننه رقم ۴۹۳۸ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : حسن

.

D’après ‘Abdallah Ibn ‘Amr (qu’Allah les agrée lui et son père), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Celui qui n’agit pas avec miséricorde envers nos jeunes et ne reconnaît pas le droit de nos personnes âgées ne fait pas partie de nous ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°4943 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Sahih)
عن عبدالله بن عمرو رضي الله عنهما قال النبي صلى الله عليه و سلم : من لم يرحم صغيرنا ويعرف حق كبيرنا فليس منا 
(رواه أبو داود في سننه رقم ٤٩٤٣ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après Tamim Al Dari (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Certes la religion est le bon conseil, certes la religion est le bon conseil, certes la religion est le bon conseil ».
Ils ont dit: Envers qui ô Messager d’Allah?
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Envers Allah, envers Son livre, envers Son Messager, envers les dirigeants des croyants et envers les croyants en général ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°4944 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Sahih)

Ce hadith montre que le conseil envers les dirigeants des musulmans est une obligation.
Mais de quelle manière ce conseil doit-il être pratiqué ?
La réponse à cette question est que le conseil doit-être fait de manière cachée et non de manière apparente en divulguant au grand jour les manquements des gouverneurs.

Voir Hadith rapporté par Ibn Abi ‘Asim dans Kitab As Sounna n°1096 et authentifié par Cheikh Albani dans Dhilal Al Janna Fi Takhrij As Sounna

عن تميم الداري رضي الله عنه قال النبي صلى الله عليه و سلم : إن الدين النصيحة إن الدين النصيحة إن الدين النصيحة
قالوا : لمن يا رسول الله ؟
قال النبي صلى الله عليه و سلم : لله و كتابه و رسوله و أئمة المؤمنين و عامتهم 
(رواه أبو داود في سننه رقم ٤٩٤٤ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Celui qui soulage un croyant d’un souci parmi les soucis de l’ici-bas Allah le soulage d’un souci parmi les soucis de l’au-delà. Celui qui accorde une facilité à une personne endettée en difficulté Allah lui facilite dans l’ici-bas et dans l’au-delà. Et celui qui couvre un musulman (*) Allah le couvre dans l’ici-bas et dans l’au-delà. Et Allah aide son serviteur tant que le serviteur aide son frère ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°4946 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Abou Daoud, Hadith Sahîh)

(*) C’est à dire qu’il ne dévoile pas un péché qu’il a fait.

عن أبي هريرة رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : مَن نَفَّسَ عن مسلمٍ كُرْبَةً مِن كُرَبِ الدنيا نفَّسَ اللهُ عنه كُرْبَةً مِن كُرَبِ يومِ القيامةِ ، ومَن يَسَّرَ على مُعْسِرٍ يَسَّرَ اللهُ عليه في الدنيا والآخرة ، ومَن ستَرَ على مسلمٍ سَتَرَ اللهُ عليه في الدنيا والآخرة ، واللهُ في عونِ العبدِ ما كان العبدُ في عونِ أخيه
(رواه مسلم في صحيحه رقم ۴۹۴۶)

حكم : صحيح

.

D’après Wahb al-Djouchami, le Prophète (ﷺ) a dit:
« Adoptez les noms des Prophètes. Les noms les plus aimés d’Allah sont Abd Allah et Abd ar-Rahman. Et les plus désagréables sont Harb et Mourrah »
(Rapporté par Abou Daoud et authentifié par Cheickh Al Albani dans son Sahih Abi Daoud n°4950, Hadith Sahîh en dehors de la Parole « Adoptez les noms des Prophètes » )

، عَنْ أَبِي وَهْبٍ الْجُشَمِيِّ، وَكَانَتْ، لَهُ صُحْبَةٌ قَالَ قَالَ رَسُولُ اللَّهِ صلى الله عليه وسلم ‏ « ‏ تَسَمَّوْا بِأَسْمَاءِ الأَنْبِيَاءِ وَأَحَبُّ الأَسْمَاءِ إِلَى اللَّهِ عَبْدُ اللَّهِ وَعَبْدُ الرَّحْمَنِ وَأَصْدَقُهَا حَارِثٌ وَهَمَّامٌ وَأَقْبَحُهَا حَرْبٌ وَمُرَّةُ ‏ »‏ ‏.
(رواه أبو داود في سننه رقم ۴۹۵۰ و صححه الشيخ الألباني في صححه أبي داود)

حكم : صحيح دون قوله: تسموا بأسماء الأنبياء

.

D’après ‘Abdallah Ibn Mas’oud (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Quel mauvaise monture de l’homme est : -ils prétendent- (*) ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°4972 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Sahih)

(*) C’est à dire les « on-dit », le fait de mentionner les paroles des autres sans les vérifier.

Les « on-dit » ont été comparé à la monture car lorsqu’un homme voulait voyager vers un endroit il montait sur une monture qui le portait jusqu’à cet endroit.
Ici cela désigne le fait qu’un homme commence à dire quelque chose ou commence un discours en citant des « on-dit » qui l’amènent vers le but de sa parole.
(‘Awn Al Ma’boud Bi Charh Sounan Abi Daoud)

عن عبدالله بن مسعود رضي الله عنه قال النبي صلى الله عليه و سلم : بئس مطية الرجل زعموا 
(رواه أبو داود في سننه رقم ٤٩٧٢ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après Muhammad Ibn Al Hanafiya : Je suis partie avec mon père (1) pour visiter un homme des ansars (2) qui s’était marié avec une femme de notre famille.
Lorsqu’est venu le moment de la prière il a dit à une personne de sa famille : Ô petite fille ! Apporte moi de l’eau pour les ablutions afin que je prie et que cela me repose.
Nous lui avons reproché cela. (3)
Il a dit alors : J’ai entendu le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) dire: « Lève toi ô Bilal (3) et repose nous avec la prière (4) ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°4986 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Sahih)

(1) Son père était le compagnon ‘Ali Ibn Abi Talib (qu’Allah l’agrée).

(2) Les ansars sont les compagnons du Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) qui étaient originaires de Médine.

(3) C’est à dire que certains avaient compris de la parole de ‘Ali Ibn Abi Talib (qu’Allah l’agrée) qu’il voulait accomplir rapidement la prière afin de se débarrasser comme s’il s’agissait d’une chose lourde et pesante.

(4) Bilal (qu’Allah l’agrée) est le compagnon qui faisait l’appel à la prière à l’époque du Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui).

(4) Ainsi cette phrase peut-être comprise de deux manières :
– soit par le fait que la prière était un repos pour le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) et pour ses compagnons après lui (qu’Allah les agrée tous).
– soit par le fait qu’il souhaitait s’empresser d’accomplir cette prière imposée par Allah afin d’avoir au plus vite mis en pratique cet ordre divin qui préoccupait son esprit.
(Voir Charh Sounan Abi Daoud de Cheikh Al ‘Abad cours n°567)

عن محمد بن الحنفية قال : انطلقت أنا وأبي إلى صهر لنا من الأنصار نعوده فحضرت الصلاة
فقال لبعض أهله : يا جارية ! ائتوني بوضوء لعلي أصلي فأستريح
فأنكرنا ذلك عليه فقال : سمعت رسول الله صلى الله عليه وسلم يقول : قم يا بلال ! فأرحنا بالصلاة 
(رواه أبو داود في سننه رقم ٤٩٨٦ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après Abdallah Ibn Amir (qu’Allah l’agrée), un jour ma mère m’a appelé alors que le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) était assis dans notre maison. Elle a dit: Viens je vais te donner quelque chose. Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) lui dit: « Que veux-tu lui donner? ». Elle répondit: Je veux lui donner des dattes. Alors le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) lui a dit: « Certes si tu ne lui avais rien donné un mensonge aurait été écrit contre toi ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°4991 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hqdith Hasan)
عن عبدالله بن عامر رضي الله عنه : دعتْني أُمي يومًا ورسولُ اللهِ صلى اللهُ عليه وسلم قاعدٌ في بيتِنا فقالتْ: ها تعالَ أُعطيكَ فقال لها رسولُ اللهِ صلَّى اللهُ عليهِ وسلَّمَ وما أردتِ أنْ تعطيهِ ؟ قالتْ : أُعطيهِ تمرًا، فقال لها رسولُ اللهِ صلَّى اللهُ عليهِ وسلَّمَ : أما إنك لو لمْ تُعطيهِ شيئًا كُتبتْ عليكِ كَذِبةٌ
(رواه أبو داود في سننه رقم ٤٩٩١ و حسنه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : حسن

.

D’après Yazid Ibn ‘Abdillah (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit : « Qu’aucun d’entre vous ne prenne une chose appartenant à son frère que ce soit en plaisantant (1) ou sérieusement (2) ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°5003 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Hasan)

(1) Car ceci va rendre la personne triste car elle va penser qu’on lui a volé cette chose qui lui appartient or il ne convient pas à un musulman de rendre son frère triste et de mal agir avec lui.
(Charh Sounan Abi Daoud de Cheikh Al Abad, cours n°568)

(2) Ceci est le vol qui est interdit par consensus de la communauté.

عن يزيد بن عبدالله رضي الله عنه قال النبي صلى الله عليه و سلم : لا يأْخذَنَّ أحدُكم متاعَ أخيهِ لاعبًا ولا جادًّا
(رواه أبو داود في سننه رقم ٥٠٠٣ و حسنه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : حسن

.

D’après Abder Rahman Ibn Abi Leyla (qu’Allah l’agrée), les compagnons du Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) m’ont informé qu’ils étaient une fois en voyage avec le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) lorsqu’un homme parmi eux s’est endormi. Certains lui ont prit une corde qu’il avait et cela l’a fait sursauter. Alors le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Il n’est pas permis à un musulman de faire peur à un musulman » (*).
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sunan n°5004 et authentifié par Cheikh Albani dans Saîh Abi Daoud, Hdith Sahîh)

(*) L’imam Abder Raouf Al Mounawi a dit: Même si cela est fait pour plaisanter car il y a une gêne réelle dans cette chose.
(Voir Awn Al Ma’boud ‘Ala charh Sounan Abi Daoud)

عن عبد الرحمن بن أبي ليلى قال حدثنا أصحاب محمد صلى الله عليه وسلم أنهم كانوا يسيرون مع النبي صلى الله عليه وسلم فنام رجل منهم فانطلق بعضهم إلى حبل معه فأخذه ففزع فقال رسول الله صلى الله عليه وسلم: لا يحل لمسلم أن يروع مسلما
(رواه أبو داود في سننه رقم ٥٠٠٤ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée) : Lorsque le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) éternuait il mettait sa main ou son vêtement sur sa bouche et il le faisait avec un faible volume sonore.
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°5029 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Hasan Sahih)
عن أبي هريرة رضي الله عنه قال : كان رسول الله صلى الله عليه وسلم إذا عطس وضع يده أو ثوبه على فيه وخفض بها صوته 
(رواه أبو داود في سننه رقم ٥٠٢٩ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : حسن صحيح

.

D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Lorsque l’un de vous éternue qu’il dise: -Al Hamdoulilah ‘Ala Koulli Hal-.
Que son frère ou son compagnon lui dise: -Yarhamouka Allah-.
Et qu’il lui réponde: -Yahdikoumou Allah Wa Youslihou Baalakoum- ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°5033 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Sahih)
عن أبي هريرة رضي الله عنه قال النبي صلى الله عليه و سلم : إذا عطس أحدكم فليقل : الحمد لله على كل حال
وليقل أخوه أو صاحبه : يرحمك الله
ويقول هو : يهديكم الله ويصلح بالكم 
(رواه أبو داود في سننه رقم ٥٠٣٣ و صححه الشيخ الألباني في تحقيق سنن أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après ‘Abdallah Ibn ‘Amr (qu’Allah les agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « Il y a deux caractéristiques auxquelles aucun serviteur musulman n’est assidu sans qu’il ne rentre dans le paradis. Elles sont faciles et ceux qui les mettent en pratiquent ne sont pas nombreux.
Faire après chaque prière le tesbih 10 fois, le tehmid 10 fois, le tekbir 10 fois, ceci fait 150 sur la langue et 1500 dans la balance.
Et lorsqu’il se couche il fait le tekbir 34 fois, le tehmid 33 fois et le tesbih 33 fois, ceci fait 100 sur la langue et 1000 dans la balance ».
J’ai vu le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) les compter avec sa main.
Ils ont dit: « Ô Messager d’Allah comment ce fait-il que ces deux actes soient faciles et que ceux qui les mettent en pratique ne soient pas nombreux ?
Le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « Le diable vient à l’un d’entre vous au moment de dormir et le fait dormir avant qu’il n’ai dit ces paroles et il vient vers lui dans sa prière en lui rappelant un besoin avant qu’il les aient dites ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°5065 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Sahîh)
عن عبدالله بن عمرو رضي الله عنهما قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : خصلتان لا يحافظ عليهما عبد مسلم إلا دخل الجنة هما يسير ومن يعمل بهما قليل . يسبح في دبر كل صلاة عشرا ويحمد عشرا ويكبر عشرا فذلك خمسون ومائة باللسان وألف وخمسمائة في الميزان . ويكبر أربعا وثلاثين إذا أخذ مضجعه ويحمد ثلاثا وثلاثين ويسبح ثلاثا وثلاثين فذلك مائة باللسان وألف في الميزان .
فلقد رأيت رسول الله صلى الله عليه وسلم يعقدها بيده
قالوا : يا رسول الله ، كيف هما يسير ومن يعمل بهما قليل ؟
قال رسول الله صلى الله عليه وسلم : يأتي أحدكم الشيطان في منامه فينومه قبل أن يقوله ويأتيه في صلاته فيذكره حاجة قبل أن يقولها
(رواه أبو داود في سننه رقم ٥٠٦٥ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après Abdallah Ibn Khoubaib (qu’Allah l’agrée), nous avons été touchés par une pluie fine et l’obscurité. Alors nous avons attendu le Prophète (ﷺ) afin qu’il fasse imam pour nous. Nous l’avons trouvé et il a dit: « Avez vous prié? » Alors je n’ai rien dit. Il m’a dit: « Dis! » mais je n’ai rien dit. Puis il m’a dit: « Dis! » mais je n’ai rien dit. Puis il m’a dit: « Dis! » J’ai dit: Que dois-je dire? Il a dit: « ‘Qoul Houwa Llahou Ahad’ et les deux protectrices trois fois le matin et l’après-midi, cela te suffira contre toute chose »
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°5082 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Hasan)

« Qoul Houwa Llahou Ahad » est la sourate n°112 et les deux protectrices sont les sourates 113 et 114

عن عبدالله بن خبيب رضي الله عنه : خرجنا في ليلة مطر وظلمة شديدة نطلب رسول الله صلى الله عليه وسلم ليصلي لنا ، فأدركناه ، فقال : أصليتم ؟ فلم أقل شيئا ، فقال : قل . فلم أقل شيئا ، ثم قال : قل فلم أقل شيئا ، ثم قال : قل : فقلت : يا رسول الله ما أقول ؟ قال : { قل هو الله أحد } والمعوذتين حين تمسي وحين تصبح ثلاث مرات تكفيك من كل شيء
(رواه أبو داود في سننه رقم ٥٠٨٢ و حسنه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : حسن

 

.

D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit : « Celui qui dit -Gloire et Louange à Allah l’Immense- (1) cent fois le matin et cent fois l’après-midi (2), aucune créature ne viendra (3) avec l’équivalent de ce qu’il a fait ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°5091 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Sahih)

(1) En phonétique: Sobhanalahil ‘Adhim Wa Bihamdih
En arabe: سُبْحَانَ اللهِ العَظِيم وَ بِحَمْدِه 

(2) La plupart des savants sont d’avis que les invocations du matin doivent se faire entre le lever de l’aube et le lever du soleil et que les invocations de l’après-midi doivent se faire entre le ‘asr et le coucher du soleil.

Il faut également préciser qu’il n’est pas obligé de dire ces cent formules de rappel en une seule fois.
Si la personne espace les formules de rappel durant le temps qui leur est imparti alors ceci est valable également.
(Voir Fath Dhil Jalal Wal Ikram Bi Charh Boulough Al Maram de Cheikh ‘Otheimine vol 15 p 464)

(3) C’est à dire le jour du jugement.

عن أبي هريرة رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : من قال حين يصبح سبحان الله العظيم وبحمده مائة مرة وإذا أمسى كذلك لم يواف أحد من الخلائق بمثل ما وافى 
(رواه أبو داود في سننه رقم ٥٠٩١ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم المحدث : صحيح

.

D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit : « Certes Allah a fait partir de vous l’orgueil de la jahiliya (1) et la fierté relative aux ancêtres qu’il y avait à cette époque.
Il n’y a qu’un croyant faisant preuve de taqwa (2) ou un pervers (3) malheureux (4).
Vous êtes les fils de Adam (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) et Adam (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a été créé de terre.
Par Allah ! Des gens vont délaisser leur fierté par rapport aux peuples car ils ne sont que des braises de la géhenne ou sinon ils vont devenir plus méprisable pour Allah que les scarabées qui lèvent les excréments avec leurs nez ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°5116 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud)

(1) C’est à dire la période précédent l’Islam.

(2) La taqwa signifie le fait que la personne mette entre elle et le châtiment d’Allah une protection en pratiquant ce qu’Il a ordonné et en s’écartant de ce qu’Il a interdit.

(3) C’est à dire une personne qui désobéit à Allah.

(4) C’est à dire qu’il y a deux types de personne : le croyant qui pratique la taqwa qui est la personne qui a un réel mérite même si elle n’a pas un haut rang dans son peuple ; et le désobéissant qui est en réalité la personne rabaissée même si auprès de son peuple elle a un haut rang.
(‘Awn Al Ma’boud Bi Charh Sounan Abi Daoud)

عن أبي هريرة رضي الله عنه قال النّبي صلّى الله عليه و سلّم : إن الله قد أذهب عنكم عبية الجاهلية وفخرها بالآباء مؤمن تقي وفاجر شقي أنتم بنو آدم وآدم من تراب
ليدعن رجال فخرهم بأقوام إنما هم فحم من فحم جهنم أو ليكونن أهون على الله من الجعلان التي تدفع بأنفها النتن 
(رواه أبو داود في سننه رقم ٥١١٦ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : حسن

.

D’après Al-Miqdâd Ibn Ma’d Yakrib [radiya-l-lâhu ‘anhu] :
Le Prophète صلى اللهُ عليه و سلم a dit : « Lorsque l’homme aime son frère (en religion) qu’il lui fasse savoir qu’il l’aime. »
(Rapporté par Abou Daoud et authentifié par Cheickh Al Albani dans son Sahih Abi Daoud n°5124, Hadith Sahîh)
 عَنِ الْمِقْدَامِ بْنِ مَعْدِيكَرِبَ، – وَقَدْ كَانَ أَدْرَكَهُ – عَنِ النَّبِيِّ صلى الله عليه وسلم قَالَ ‏ « ‏ إِذَا أَحَبَّ الرَّجُلُ أَخَاهُ فَلْيُخْبِرْهُ أَنَّهُ يُحِبُّهُ » ‏
(رواه أبو داود في سننه  و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود رقم ۵۱۲۴)

حكم : صحيح

.

D’après Abou Dhar (qu’Allah l’agrée), j’ai dit: Ô Messager d’Allah ! Un homme aime des gens mais ne peut oeuvrer comme ils oeuvrent ?
Le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « Tu es ô Abou Dhar avec ceux que tu aimes ».
Abou Dhar a dit: Certes j’aime Allah et son Messager.
Le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « Tu es certes avec ceux que tu aimes ».
Ensuite Abou Dhar répéta cela et le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) répéta aussi sa réponse ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses sounans n°5126 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Sahîh)
عن أبي ذر رضي الله عنه أنه قال يا رسولَ اللهِ ! الرجلُ يحبُّ القومَ ولا يستطيعُ أن يعملَ كعملِهم ؟ قال: أنت يا أبا ذَرٍّ مع من أحببتَ. قال: فإني أُحبُّ اللهَ ورسولَه، قال: فإنك مع من أحببتَ. قال: فأعادَها أبو ذَرٍّ، فأعادَها رسولُ اللهِ صلى الله عليه وسلم.
(رواه أبو داود رقم ۵۱۲۶ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après Abdallah Ibn Omar (qu’Allah les agrée), un homme s’est rendu vers le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) et a dit: Ô Messager d’Allah ! Combien de fois dois-je passer outre vis-à-vis de mon servant (*)?
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) s’est tût. Après que l’homme ait posé la question trois fois, le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Chaque jour soixante dix fois ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°5164 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Sahih)

(*) C’est à dire des erreurs et des fautes que peut faire mon servant.

عن عبد الله بن عمر رضي الله عنهما جاء رجلٌ إلى النبيِّ صلى الله عليه وسلم فقال: يا رسولَ اللهِ، كم نعفو عن الخادمِ فصمَتَ، ثم أعادَ عليه الكلامَ فصَمَتَ، فلما كان في الثالثةِ قال: اعفوا عنه في كل يومٍ سبعين مرةٍ.
(رواه أبو داود في سننه رقم ٥١٦٤ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après Houzayl Ibn Charjil (qu’Allah l’agrée) : Un homme est venu et s’est arrêté devant la porte du Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui).
Il a demandé la permission d’entrer alors qu’il était face à la porte.
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) lui a dit : Tu dois te mettre là ou là (1) car certes la demande de permission n’a été instituée que vis-à-vis du regard (2) ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°5174 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Daoud, Hadith Sahîh)

(1) C’est à dire que le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) lui a indiqué le fait de se mettre aux extrémités de la porte et pas devant la porte.
(Charh Sounan Abi Daoud de Cheikh Al ‘Abad cours n°587)

(2) C’est à dire afin que l’on ne puisse pas voir ce que les gens de la maison ne souhaitent pas que l’on voit.
(Voir Awn Al Ma’boud)

عن هزيل بن شرحبيل رضي الله عنه قال : جاء رجل فوقف على باب النبي صلى الله عليه وسلم يستأذن فقام على الباب مستقبل الباب
فقال له النبي صلى الله عليه وسلم : هكذا أو هكذا فإنما الاستئذان من النظر
(رواه أبو داود في سننه رقم ٥١٧٤ و صححه الشيخ الألباني فيصحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Lorsque l’un d’entre vous rencontre son frère qu’il lui passe le salam puis s’ils sont séparés par un arbre, un mur ou un rocher et qu’il le rencontre de nouveau qu’il lui passe encore le salam ». (*)
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°5200 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Sahîh Mawqouf Marfou’an)

(*) C’est à dire que s’ils marchent ensemble puis il y a une chose qui les sépare et qu’ils se rencontrent de nouveau alors ils doivent se passer le salam de nouveau.
En effet, le salam est une invocation et les musulmans ont un grand besoin de faire les invocations les uns envers les autres.
(Charh Sounan Abi Daoud de Cheikh Al ‘Abad, cours n°591)

عن أبي هريرة رضي الله عنه قال النبي صلى الله عليه و سلم : إذا لقي أحدكم أخاه فليسلم عليه فإن حالت بينهما شجرة أو جدار أو حجر ثم لقيه فليسلم عليه 
(رواه أبو داود في سننه رقم ٥٢٠٠ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح موقوفاً ومرفوعاً

.

D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Lorsque l’un d’entre vous s’arrête dans une assise (1) qu’il passe le salam, ensuite lorsqu’il veut se lever, qu’il passe le salam et le premier n’a pas plus de droit que le dernier (2) ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°5208 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Hasan Sahih)

(1) C’est à dire auprès d’un groupe de gens qui sont en train de discuter.

(2) C’est à dire que passer le salam lorsque l’on arrive dans une assise ou autre n’est pas plus important que passer le salam lorsque l’on quitte cette assise.

عن أبي هريرة رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه وسلم : إذا انتهى أحدُكم إلى المجلسِ فليسلِّم، فإذا أراد أن يقوم فلْيسلمْ ؛ فليستِ الأولى بأحقُّ من الآخرةِ
(رواه أبو داود في سننه رقم ٥٢٠٨ و صححه الشيخ الألباني في تحقيق سنن أبي داود)

حكم : حسن صحيح

.

D’après ‘Aicha (رضى الله عنها), le Prophète (ﷺ) lui a dit : « Reçois la bonne nouvelle ô Aicha ! Certes Allah a révélé ton innocence ».
Il (ﷺ) lui a ensuite récité les versets coraniques. (1)
Ses parents ont dit: Embrasser la tête du messager d’Allah (ﷺ).
J’ai dit: Louange à Allah, (et) pas à vous.
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°5219 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Abou Daoud, Hadith Sahîh)

(1) Allah a révélé 10 versets (du verset 11 au verset 21) dans la sourate Nour n°24 pour montrer l’innocence de ‘Aicha (qu’Allah l’agrée) vis-à-vis de cette accusation.

De nombreux savants ont mentionné le consensus sur le fait que celui qui persiste à dire que ‘Aicha (qu’Allah l’agrée) a commis l’adultère est un mécréant car il a démenti ces versets du Coran.

L’imam Ibn Kathir (mort en 774 du calendrier hégirien) a dit: « Les savants sont tous en consensus sur le fait que celui qui insulte ‘Aicha (qu’Allah l’agrée) après cela et l’accuse après ce qui a été mentionné dans ces versets est un mécréant car il a refuté le Coran ».
(Tefsir Ibn Kathir vol 3 p 2028)

L’imam Nawawi (mort en 676 du calendrier hégirien) a dit: « Il y a parmi les leçons à tirer du hadith (*) l’innocence de ‘Aicha (qu’Allah l’agrée) vis-à-vis de ce dont elle a été calomniée et son innocence est claire comme cela est mentionné dans le Coran.
Si une personne doute de cela, qu’Allah nous en préserve, il sera alors mécréant apostat par consensus des musulmans ».
(Charh Sahih Mouslim dans l’explication du hadith n°2770)

(*) C’est à dire le long hadith qui mentionne l’histoire de ‘Aicha (qu’Allah l’agrée) et des gens qui l’ont accusé.

L’imam Ibn Qayim Al Djawziya (mort en 751 du calendrier hégirien) a dit: « La communauté est en consensus concernant la mécréance de la personne qui accuse ‘Aicha (qu’Allah l’agrée) d’avoir commis l’adultère ».
(Zaad Al Maad Fi Hadi Kheyr Al Ibad vol 1 p 106)

عن عائشة، رضى الله عنها قالت ثم قال تعني النبي صلى الله عليه وسلم ‏ « ‏ أبشري يا عائشة فإن الله قد أنزل عذرك ‏ »‏ ‏.‏ وقرأ عليها القرآن فقال أبواى قومي فقبلي رأس رسول الله صلى الله عليه وسلم ‏.‏ فقالت أحمد الله لا إياكما ‏.‏
(رواه أبو داود في سننه رقم ۵۲۱۹ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après Al Bara Ibn Azib (qu’Allah l’agrée), je suis rentré avec Abou Bakr (qu’Allah l’agrée) lorsqu’il venait d’arriver à Médine alors il trouva sa fille Aicha allongée car elle était touchée par la fièvre. Abou Bakr est allé vers elle et lui a dit: Comment vas-tu ma petite fille? Et il l’embrassa sur la joue.
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°5222 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Sahih)
عن البراء بن عازب رضي الله عنه دخلت مع أبي بكر أول ما قدم المدينة . فإذا عائشة ابنته مضجعة قد أصابتها حمى . فأتاها أبو بكر فقال لها : كيف أنت يا بنية ؟ وقبل خدها
(رواه أبو داود في سننه رقم ٥٢٢٢ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après ‘Abdallah Ibn ‘Amr (qu’Allah les agrée lui et son père), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) est passé près de nous alors que nous étions en train de réparer une maison en bois et en feuille de palmier qui nous appartenait.
Il a dit: « Qu’est ce que ceci ? ».
J’ai dit: C’est une maison en bois et en feuille de palmier qui nous appartient et qui est sur le point de s’écrouler alors nous la réparons.
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Je vois que la chose sera plus rapide que cela (*) ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°5236 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Abi Daoud, Hadith Sahîh)

(*) C’est à dire que la mort va venir plus vite que l’écroulement de ce mur ou cette maison.
(Awn Al Ma’boud Charh Sounan Abi Daoud)

Ainsi les gens sensés doivent s’empresser d’accomplir les bonnes actions et de se repentir des péchés qu’ils ont fait avant que la mort ne les surprenne.

عن عبدالله بن عمرو رضي الله عنهما قال : مرَّ عليَّ رسولُ اللهِ صلى الله عليه وسلم ، ونحن نُعالجُ خُصًّا لنا وَهَى
، فقال : ما هذا ؟
فقُلْنَا : خُصٌّ لنا وَهَى فنحن نُصْلِحُه
فقال رسولُ اللهِ صلى الله عليه وسلم : ما أَرى الأمرَ إلا أَعْجَلَ مِن ذلك
(رواه أبو داود في سننه رقم ٥٢٣٦ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après ‘Abdallah Ibn ‘Abbas (qu’Allah les agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soit sur lui) a interdit de tuer 4 animaux: la fourmi, l’abeille, la huppe et la pie-grièche.
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°5267 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Sahîh)

Il faut par contre préciser qu’il est permis de tuer ces animaux s’ils nous causent du tort.
(Charh Sounan Abi Daoud de cheikh Al ‘Abad, dars n°596)

عن عبدالله ابن عباس رضي الله عنهما أن النبي صلى الله عليه وسلم نهى عن قتل أربع من الدواب : النملة والنحلة والهدهد والصرد
(رواه أبو داود في سننه رقم ٥٢٦٧ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après ‘AbderRahmân Ibn ‘Othmân (Qu’Allah l’agrée) : Un médecin interrogea le prophète ﷺ au sujet de la grenouille, de la mettre dans un remède. Le prophète ﷺ lui interdît de la tuer.».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses sounans et authentifié par Cheikh Albani dans la Sahih Abou Daoud n°5269, Hadith Sahîh)

عَنْ عَبْدِ الرَّحْمَنِ بْنِ عُثْمَانَ، أَنَّ طَبِيبًا، سَأَلَ النَّبِيَّ صلى الله عليه وسلم عَنْ ضِفْدَعٍ يَجْعَلُهَا فِي دَوَاءٍ فَنَهَاهُ النَّبِيُّ صلى الله عليه وسلم عَنْ قَتْلِهَا
(رواه أبو داود و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود رقم ۵۲۶۹)

حكم : صحيح

.