Abdoullâh Ibn ‘Omar [77 / 2630 Hadiths ]


D’après Joubeyr Ibn Noufeyr, Abou Dhar (qu’Allah l’agrée) a dit: Nous avons jeûné avec le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) et il n’a pas prié pour nous jusqu’à ce qu’il reste 7 nuits du mois. Alors il a prié pour nous jusqu’à ce qu’un tiers de la nuit soit passé.
Puis il n’a pas prié pour nous alors qu’il restait 6 nuits du mois.
Puis alors qu’il restait 5 nuits du mois il a prié pour nous jusqu’à ce que le milieu de la nuit soit passé.
Nous lui avons alors dit: Ô Messager d’Allah! Si tu nous faisais une prière surérogatoire pour le reste de cette-nuit ci ?
Le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « Certes celui qui prie avec l’imam jusqu’à ce qu’il termine, il lui est écrit la nuit de prière complète ».
Puis il n’a pas prié pour nous jusqu’à ce qu’il reste 3 nuits du mois alors il a prié pour nous et a appelé sa famille et ses épouses. Alors il a prié pour nous jusqu’à ce que nous avons craint le falah. J’ai dit: qu’est-ce que le falah ? Il répondit: Le sahour.
(Rapporté par Tirmidhi dans ses Sounan n°806 qui l’a authentifié et il a également été authentifié par cheikh Albani dans Sahîh Tirmidhi, Hadith Sahîh)

Point : La personne qui prie chez elle, ne serait-ce qu’une partie de la nuit durant les nuits du mois de Ramadan, peut obtenir la récompense de la nuit complète en prière

À la base, durant les nuits du mois de Ramadan, le mieux est-il de prier seul chez soi ou en groupe à la mosquée ?

Les savants divergent à propos de cette question :

– Le premier avis est que le mieux est de prier seul chez soi et en particulier si la personne sent que ceci est meilleur pour son coeur

C’est l’avis de l’école Malikite.
(Al Ichraf ‘Ala Noukat Masail Al Khilaf vol 1 p 359. Voir également Charh Sahih mouslim de Cheikh Al Etiopi vol 15 p 662)

D’après Nafi’ : ‘Abdallah Ibn ‘Omar (qu’Allah les agrée lui et son père) ne pratiquait pas la prière de nuit avec les gens durant le mois de Ramadan.
(Rapporté par Ibn Abi Chayba dans son Moussannaf n°7924 et authentifié par Cheikh Chathri dans sa correction du Moussannaf de Ibn Abi Chayba vol 5 p 162)

عن نافع عن عبدالله بن عمر رضي الله عنهما أنّه كان لا يقوم مع النّاس في شهر رمضان
(رواه ابن أبي شيبة في المصنف رقم ٧٩٢٤ و صححه الشيخ الشثري في تحقيق مصنف ابن أبي شيبة ج ٥ ص ١٦٢)

D’après Abi Hamza, Ibrahim An Nakha’i (mort en 96 du calendrier hégirien) a dit : « Si je ne connaissais qu’une seule sourate alors je préférerais prier seul en la répétant plutôt que de prier derrière l’imam dans le mois de Ramadan ».
(Rapporté par Tahawi dans Charh Ma’ani Al Athar n°2065 et authentifié par l’imam Al ‘Ayni dans Noukhab Al Afkar vol 5 p 470)

عن أبي حمزة قال إبرهيم النخعي : لو لم يكن معي إلاّ سورة واحدة لكنت أردّدها أحبّ إليّ من أن أقوم خلف الإمام في رمضان
(رواه الطحاوي في شرح معاني الآثار رقم ٢٠٦٥ و صححه الإمام العيني في نخب الأفكار ج ٥ ص ٤٧٠)

D’après Salih Al Marri : J’ai questionné Al Hassan Al Basri (mort en 110 du calendrier hégirien) en lui disant : Ô Abou Sa’id (1) ! Je suis dans le mois de Ramadan et je connais le Coran. Ainsi, à quel endroit m’ordonnes-tu de prier ? Est-ce que je prie seul ou je prie avec le groupe des musulmans à la mosquée ?
Il a répondu : « Tu es un serviteur qui connais sa propre personne. Ainsi regarde lequel de ces deux endroits est meilleur pour que tu ressentes de la crainte dans ton coeur (2) et pour que tu sois attentif (3) et choisis-le ».
(Rapporté par Al Marwazi dans Moukhtasar Qiyam Al Leyl p 231)

(1) C’est le surnom (kounia) de Al Hassan Al Basri.

(2) C’est à dire de la crainte d’Allah.

(3) C’est à dire l’endroit où tu seras le plus attentif dans ta prière.

عن صالح المري أنّه سأل الحسن البصري : يا أبا سعيد ! هذا رمضان أظلني وقد قرأت القرآن فأين تأمرني أن أقوم وحدي أم أنظم إلى جماعة المسلمين فأقوم معهم ؟
فقال : إنّما أنت عبد مرتاد لنفسك فانظر أي الموطنين كان أوجل لقلبك وأحسن لتيقظك فعليك به
(ذكره المروزي في مختصر قيام الليل ص ٢٣١)

– Le second avis est que le mieux est de prier en groupe à la mosquée avec les musulmans

Ceci est l’avis de la majorité des savants.
(Al Majmou’ de l’imam Nawawi vol 3 p 528)

Et c’est donc l’avis de l’école Hanafite (Al Ikhtiyar Li Ta’lil Al Moukhtar vol 1 p 240), de l’école Chafi’ite (Al Majmou’ vol 3 p 252/526) et de l’école Hanbalite (Al Moughni vol 2 p 605).

Ainsi le second avis est le plus probable car le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a mentionné que la personne qui prie la prière surérogatoire avec l’imam jusqu’à ce qu’il termine aura gagné la récompense de la nuit complète en prière

عن جبير بن نفير عن أبي ذر قال صمنا مع رسول الله صلى الله عليه وسلم فلم يصل بنا حتى بقي سبع من الشهر فقام بنا حتى ذهب ثلث الليل ثم لم يقم بنا في السادسة وقام بنا في الخامسة حتى ذهب شطر الليل فقلنا له يا رسول الله لو نفلتنا بقية ليلتنا هذه فقال إنه من قام مع الإمام حتى ينصرف كتب له قيام ليلة ثم لم يصل بنا حتى بقي ثلاث من الشهر وصلى بنا في الثالثة ودعا أهله ونساءه فقام بنا حتى تخوفنا الفلاح قلت له وما الفلاح قال السحور
(رواه الترمذي في سننه رقم ٨٠٦ و صححه و صححه أيضاً الشيخ الألباني في صحيح الترمذي)

حكم : صحيح

.

D’après Ibn ‘Abbas (رضي الله عنهما): ‘Omar ibn al-Khattab prit la route pour le Sham (la région comprenant la Syrie, la Palestine, le Liban et la Jordanie). Lorsqu’il arriva à Sargh (une ville à côté de Hijaz), il trouva les genéraux commandant les troupes, Abu ‘Ubayda ibn al-Jarrah et ses compagnons, qui l’informèrent qu’une épidémie de peste sévissait dans le Sham. ‘Omar dit alors :
« Qu’on m’amène les plus anciens muhajirin (émigrants). » On les amena et ‘Omar, après les avoir informés de l’épidémie au Sham, leur demanda conseil. Les avis furent partagés, certains disaient : « Tu t’es mis en route pour une affaire bien précise et il n’y a là aucune raison d’y renoncer. » Les autres déclaraient : « Tu as avec toi les derniers survivants des Compagnons du Prophète (ﷺ) et nous estimons que tu ne dois pas les exposer à la peste. » – « Vous pouvez vous retirer maintenant, répondit ‘Omar. Qu’on aille chercher les ansars. » (1)

On les fit venir et ‘Omar les consulta aussi. Ils firent exactement les mêmes réflexions que les muhajirin et manifestèrent les mêmes divergences. « Laissez-moi, reprit ‘Omar, et qu’on m’amène tous les vieillards de Quraysh qui ont émigré lors de la conquête de La Mecque. » On les fit venir. Aucun désaccord ne sépara les deux vieillards (qui se trouvaient là) ; ils disaient : « Nous estimons que tu dois revenir sur tes pas et que tu ne dois pas exposer les fidèles à cette peste. » Alors, ‘Omar fit annoncer qu’il lèverait le camp le lendemain matin pour rentrer et que tout le monde devait en faire autant. ‘Ubayda ibn al-Jarrah s’écria alors : « Voudrais-tu fuir la destinée fixée par Allah ? »

‘Omar répondit : « Si un autre que toi s’était permis de dire pareille chose… [n’approuvant pas la remarque.] Eh bien, oui, nous fuyons la destinée fixée par Allah pour une autre destinée également fixée par Lui. Que ferais-tu si tu avais des chameaux parqués dans une vallée dont une partie serait couverte d’herbe et l’autre, stérile ? Si tu faisais paître tes chameaux dans la partie couverte d’herbes, ne le ferais-tu pas en conformité avec la destinée fixée par Allah et si tu les faisais paître sur la partie stérile, ne le ferais-tu pas également en conformité avec la destinée fixée par Allah ? »

‘Abd ar-Rahman ibn ‘Awf, qui était absent pour quelque affaire, arriva à ce moment et dit : « J’ai une certitude à ce sujet car j’ai entendu le Prophète (ﷺ) dire : « Lorsque vous apprenez que la peste se déclare dans un pays, ne vous y rendez pas ; mais, si elle est déclarée dans le pays où vous êtes, ne quittez pas ce pays pour la fuir. » » ‘Omar loua alors Allah et fit demi-tour.
[Al-Boukhari and Muslim].
(Ryad As Salihine Hadith n°1791)

(1) Les ansars sont les compagnons du Prophète (ﷺ) originaires de Médine et les mouhajirouns sont ceux originaires de La Mecque qui ont émigré avec lui.

Règle: Il n’est pas légiféré de faire des prières surérogatoires ou des invocations tous au même moment ou de se rassembler pour invoquer afin qu’Allah lève ce malheur:

Tout cela n’est pas légiféré car le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a exposé dans de nombreux textes les règles du ta’oun mais il n’a pas encouragé à pratiquer ces choses-là.

De même qu’il y a également eu une épidémie de peste durant le califat de ‘Omar Ibn Al Khattab (qu’Allah l’agrée) mais les compagnons du Prophète (qu’Allah les agrée tous) n’ont pas non plus pratiqué ces choses-là.

Ainsi si ces choses étaient bénéfiques pour la communauté musulmane, le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) les auraient exposé et ses compagnons (qu’Allah les agrée tous) les auraient pratiqué.

Puisque cela n’a pas été le cas, nous avons donc la certitude que ces choses ne sont pas légiférées ni même bénéfiques.

L’imam Ibn Hajar (mort en 852 du calendrier hégirien) a dit : « Le fait de se regrouper pour invoquer pour que l’épidémie soit levée, comme cela est pratiqué pour l’istisqa (*) est une innovation. (…)
Si cela avait été légiféré, cette chose n’aurait pas échappé aux premiers musulmans puis aux savants des différentes contrées et à ceux qui les ont suivis dans les siècles passés ».
(Badhl Al Ma’oun Fi Fadl At Ta’oun de l’imam Ibn Hajar p 328/330)

(*) C’est à dire lorsque les gens se regroupent pour prier et invoquer Allah afin qu’il fasse descendre la pluie comme le montre les textes authentiques.

Cheikh Souleyman Ruheili a dit : « Durant les périodes de crise et de troubles, les rumeurs se propagent et les innovations se multiplient.
Vous devez prendre garde aux rumeurs et vous écarter des innovations.
Il y a des gens qui appellent à prier deux unités de prière afin de repousser l’épidémie.
Il y a des gens qui appellent à invoquer tous en même temps.
Il y a des gens qui inventent des formules de protection et les propagent.
Il y a des gens qui enregistrent des formules de protection d’une manière musicale et les propagent.
Tout ceci fait partie des innovations qui ne permettent pas d’obtenir un quelconque bienfait et qui sont au contraire des choses mauvaises.
Vous devez vous écartez de ces choses-là. ».
(Tweet du 16/03/2020. Voir le lien suivant : Cheikh Souleyman Ruheili)

سليمان الرحيلي (سليمان بن سليم الله)
@solyman24 16 mars
في أوقات الأزمات والفتن تروج الشائعات وتكثرالبدع فاحذرواالشائعات واجتنبوا البدع فهناك من يدعو إلى صلاة ركعتين لمقاومة الوباءوهناك من يدعو إلى توحيد الدعاء وهناك من يخترع تحصينات وينشرها وهناك من يسجل تحصينات بأصوات منغمة وينشرها وكل هذه بدع لاتجلب خيرا بل هي شر في نفسها فاجتنبوها

وعن ابن عباس رضي الله عنه أن عمر بن الخطاب رضي الله عنه خرج إلى الشام حتى إذا كان بسرغ لقيه أمراء الأجناد -أبو عبيدة بن الجراح وأصحابه- فأخبروه أن الوباء قد وقع بالشام، قال بن عباس‏:‏ فقال عمر‏:‏ ادع لي المهاجرين الأولين، فدعوتهم، فاستشارهم، وأخبرهم أن الوباء قد وقع بالشام، فاختلفوا، فقال بعضهم‏:‏ خرجت لأمر، ولا نرى أن ترجع عنه‏.‏ وقال بعضهم‏:‏ معك بقية الناس وأصحاب رسول الله صلى الله عليه وسلم ، ولا نرى أن تقدمهم على هذا الوباء‏.‏ فقال‏:‏ ارتفعوا عني، ثم قال‏:‏ ادع لي الأنصار، فدعوتهم، فاستشارهم، فسلكوا سبيل المهاجرين، واختلفوا كاختلافهم، فقال‏:‏ ارتفعوا عني، ثم قال‏:‏ ادع لي من كان ها هنا من مشيخة قريش من مهاجرة الفتح، فدعوتهم، فلم يختلف عليه منهم رجلان، فقالوا‏:‏ نرى أن ترجع بالناس، ولا تقدمهم على هذا الوباء، فنادى عمر رضي الله عنه في الناس‏:‏ إني مصبح على ظهر، فأصبحوا عليه فقال أبو عبيدة بن الجراح رضي الله عنه ‏:‏ أفرار من قدر الله‏؟‏ فقال عمر رضي الله عنه ‏:‏ لو غيرك قالها يا أبا عبيدة‏!‏ -وكان عمر يكره خلافه- نعم نفر من قدر الله إلى قدر الله، أرأيت لو كان لك إبل، فهبطت وادياً له عدوتان، إحداهما خصبة، والأخرى جدبة، أليس إن رعيت الخصبة رعيتها بقدر الله، وإن رعيت الجدبة رعيتها بقدر الله‏؟‏ قال‏:‏ فجاء عبد الرحمن بن عوف رضي الله عنه ، وكان متغيباً في بعض حاجته، فقال‏:‏ إن عندي من هذا علما، سمعت رسول الله صلى الله عليه وسلم يقول‏:‏ “إذا سمعتم به بأرض، فلا تقدموا عليه، وإذا وقع بأرض وأنتم بها، فلا تخرجوا فرارا منه‏ »‏ فحمد الله تعالى عمر رضي الله عنه وانصرف‏.‏ ‏(‏‏(‏متفق عليه‏)‏‏)‏‏.‏
(رياض الصالحين رقم ۱۷۹۱)
.

D’après Mou’adh Ibn Jabal (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Retardez cette prière (*) car certes vous avez été favorisés par cette prière sur les autres communautés. Aucune communauté avant vous n’a prié cette prière ».
(Rapporté par Abou Daoud et authentifié par Cheikh Albani dans Takhrij Mishkat Al Masabih n°583, Hadith Isnad Sahîh)

(*) C’est à dire : -Retardez la prière du ‘icha-.
(Awn Al Ma’boud)

عن ابن عمر رضي الله عنهما قال رسول الله صلى الله عليه وسلم : لا تمنعوا نساءكم المساجد، وبيوتهن خير لهن
(رواه أبو داود في سننه و صححه الشيخ الألباني فيتخريج مشكاة المصابيح رقم ٥۸۳)

حكم : إسناده صحيح

.

D’après Wahb Ibn Kaysan : ‘Abdallah Ibn ‘Omar (qu’Allah les agrée lui et son père) a été questionné : Y a-t-il un adhan pour les femmes ?
Alors il s’est énervé et a dit : « Est-ce que moi j’interdis de faire le rappel d’Allah ?! ».
(Rapporté par Ibn Abi Chayba dans son Moussannaf n°2344 et authentifié par Cheikh Albani dans Tamam Al Minna p 153)
عن وهب بن كيسان قال : سئل عبدالله بن عمر رضي الله عنهما هل على النساء أذان ؟
فغضب وقال : أنا أنهى عن ذكر الله ؟!
(رواه ابن أبي شيبة في المصنف رقم ٢٣٤٤ وصححه الشيخ الألباني في تمام المنة ص ١٥٣) 

حكم : إسناده جيد

.

D’après ‘Abdallah Ibn ‘Omar (qu’Allah les agrée lui et son père), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « La fahicha (1) pratiquée de manière apparente n’est absolument jamais apparu dans un peuple sans que ne se propage parmi eux le ta’oun (2) et des maladies qui n’étaient pas connues chez leurs ancêtres ».
(Rapporté par Ibn Maja dans ses Sounan n°4019 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Ibn Maja, Hadith Hasan)

(1) C’est à dire la fornication et l’homosexualité.
(Al Mountaqa Charh Al Mouwata de l’imam Al Baji vol 5 p 306)

(2) Il a été expliqué précédemment que ce terme désigne toutes les épidémies.

Les épidémies sont dues aux péchés commis par le gens

Allah a dit dans la sourate Ar Roum n°30 verset 41 (traduction rapprochée du sens du verset) : « Le désordre est apparu sur la terre et la mer (1) à cause de ce que les gens ont commis (2) afin qu’ils goûtent les mauvaises conséquences d’une partie de leurs actes afin que peut-être ils reviennent (3) ».

(1) C’est à dire que la vie quotidienne des gens se détériore à cause du manque qui touche leurs biens et à cause des maladies et des épidémies qui touchent leurs personnes et autre que cela.
(Taysir Al Karim Ar Rahman Fi Tefsir Kalam Al Mannan de Cheikh Sa’di p 643)

(2) C’est à dire comme péchés et désobéissances à Allah.
(Tefsir Sourat Ar Roum de Cheikh ‘Otheimine p 255)

(3) C’est à dire afin qu’ils se repentent et reviennent vers l’obéissance à Allah.
(Tefsir Sourat Ar Roum de Cheikh ‘Otheimine p 257)

قال الله تعالى : ظَهَرَ الْفَسَادُ فِي الْبَرِّ وَالْبَحْرِ بِمَا كَسَبَتْ أَيْدِي النَّاسِ لِيُذِيقَهُم بَعْضَ الَّذِي عَمِلُوا لَعَلَّهُمْ يَرْجِعُونَ
(سورة الروم ٤١)

Remarque :

Le fait que Allah ne punisse les gens que pour certains de leur péchés et pas pour l’ensemble de leurs péchés est un bienfait de Sa part.
(Voir Taysir Al Karim Ar Rahman Fi Tefsir Kalam Al Mannan de Cheikh Sa’di p 643)

Dans le verset précédent, Allah a dit : « …afin qu’ils goûtent les mauvaises conséquences d’une partie de leurs actes afin que peut-être ils reviennent ».

Allah a dit dans la sourate Ach Choura n°42 verset 30 (traduction rapprochée du sens du verset) : « Et tout ce qui vous touche comme malheur est à cause de ce que vos mains ont commis (1) et Il pardonne beaucoup (2) ».

(1) C’est à dire que les malheurs qui touchent les gens sont uniquement dus aux péchés qu’ils ont commis précédemment.

(2) C’est à dire qu’Allah pardonne beaucoup des péchés des gens et ne les punit pas pour ces péchés-là.
(Tefsir Ibn Kathir p 1671)

قال الله تعالى : وَمَا أَصَابَكُم مِّن مُّصِيبَةٍ فَبِمَا كَسَبَتْ أَيْدِيكُمْ وَيَعْفُو عَن كَثِيرٍ
(سورة الشورى ٣٠)

Cheikh ‘Otheimine a dit : « Ceci nous montre l’étendu de la miséricorde d’Allah et le fait que Sa miséricorde passe avant Sa colère car si Sa colère était au même niveau que Sa miséricorde alors Allah nous aurait puni pour tous les péchés que nous avons commis et pas seulement pour une partie d’entre eux ».
(Tefsir Sourat Ar Roum de Cheikh ‘Otheimine p 259)

عن عبدالله بن عمر رضي الله عنهما قال النبي صلى الله عليه و سلم : لم تظهر الفاحشة في قوم قط حتى يعلنوا بها إلا فشا فيهم الطاعون و الأوجاع التي لم تكن مضت في أسلافهم الذين مضوا
(رواه ابن ماجه في سننه رقم ٤٠١٩ و حسنه الشيخ الألباني في صحيح ابن ماجه)

حكم : حسن

.

D’après Boukayr : J’ai vu ‘Abdallah Ibn Ja’far (qu’Allah les agrée lui et son père) embrasser Zaynab la fille de ‘Omar Ibn Abi Salama alors qu’elle avait deux ans ou à peu près cet âge.
(Rapporté par Boukhari dans Al Adab Al Moufrad n°365 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Al Adab Al Moufrad n°280, Hadith Sahih Al Isnad)
عن بكير أنه رأى عبدالله بن جعفر رضي الله عنهما يقبل زينب بنت عمر بن أبي سلمة وهي ابنة سنتين أو نحوه
( رواه الإمام البخاري في الأدب المفرد رقم ٣٦٥ و صححه الشيخ الألباني في صحيح الأدب المفرد رقم ٢٨٠)

حكم : صحيح الإسناد

.

D’après Nafi’, ‘Abdallah Ibn ‘Omar (qu’Allah les agrée lui et son père) disait : « Ô Allah ! Puisque Tu m’as accordé la foi alors ne me l’enlève pas ! ».
(Rapporté par Ibn Abi Chayba dans Kitab Al Iman n°15 et authentifié par Cheikh Albani dans la correction de cet ouvrage, Hadith Isnad Sahîh Mawqouf)
عن نافع عن عبدالله بن عمر رضي الله عنهما أنه كان يقول : اللهم لا تنزع مني الإيمان كما أعطيتنيه
(رواه ابن أبي شيبة في كتاب الإيمان رقم ١٥ وصححه الشيخ الألباني في تحقيق هذا الكتاب)

حكم : إسناده صحيح موقوفا

.

D’après Zarara Ibn Awfa, ‘Abdallah Ibn ‘Amr (qu’Allah les agrée lui et son père) a dit : « Ne tuez pas les grenouilles car certes leur coassement est du tesbih (1) et ne tuez pas les chauves-souris car certes lorsque Bayt Al Maqdis (2) a été détruite, la chauve-souris a dit : Ô Seigneur ! Permets moi d’aller sur la mer afin que je les fasse se noyer (3) ».
(Rapporté par Al Bayhaqi dans As Sounan Al Koubra n°19382 qui l’a authentifié et par l’imam Ibn Hajar dans Talkhis Al Habir vol 4 p 1509, Hadith Wa in Isnadhou Sahih….)(1) Le tesbih est le fait de dire -Sobhanallah-.

(2) C’est à dire la mosquée Al Aqsa en Palestine.

(3) C’est à dire les gens qui avaient mis le feu à la mosquée.

Remarque n°1 : Ce texte, même s’il s’agit d’une parole d’un compagnon (qu’Allah l’agrée), a le même jugement qu’une parole prophétique car il informe d’une chose de l’invisible qui ne peut pas être connue par déduction. Ainsi, puisque ce compagnon n’a reçu aucune révélation d’Allah, il a donc forcément entendu cette chose du Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui).
(Voir Adwa Al Bayan de Cheikh Al Amine Chanqiti vol 2 p 323)

Remarque n°2 : La règle concernant les animaux est que tout animal pour lequel les textes ordonnent de le tuer ou interdisent de le tuer alors manger cet animal est interdit.
(Charh Al Mumti’ de Cheikh ‘Otheimine vol 15 p 26)

عن زرارة بن أوفى قال عبدالله بن عمرو رضي الله عنهما : لا تقتلوا الضفادع فإن نقيقها تسبيح ولا تقتلوا الخفاش فإنه لما خرب بيت المقدس قال : يا رب ! سلطني على البحر حتى أغرقهم
(رواه البيهقي في السنن الكبرى رقم ١٩٣٨٢ و صححه و صححه و الحافظ ابن حجر في التلخيص الحبير ج ٢ ص ٥٥٦)
.

D’après Nafi’ : Un homme a dit à ‘Abdallah Ibn ‘Omar (qu’Allah les agrée lui et son père) : Ô le meilleur des gens !
Il a dit : « Je ne suis pas le meilleur des gens ni le fils du meilleur des gens mais je suis un serviteur parmi les serviteurs d’Allah. J’ai espoir en Allah et je Le crains. Vous n’allez cesser de dire ce genre de paroles à un homme jusqu’à ce que vous le faisiez tomber dans la perdition ».
(Rapporté par Abou Nou’aym et authentifié par Cheikh Shouayb Arnaout dans sa correction de Siyar ‘Alam An Noubala vol 3 p 236, Hadith Isnad Hasan)
عن نافع أن رجلا قال لعبدالله بن عمر رضي الله عنهما : يا خير الناس
فقال : ما أنا بخير الناس ولا ابن خير الناس ولكني عبد من عباد الله أرجو الله وأخافه والله لن تزالوا بالرجل حتى تهلكوه
(رواه أبو نعيم و صححه الشيخ شعيب الأرناؤوط في تحقيق سير أعلام النبلاء ج ٣ ص ٢٣٦)

حكم : سنده صحيح

.

D’après ‘Abdallah Ibn ‘Omar (qu’Allah les agrée lui et son père), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « N’interdisez pas aux femmes de sortir vers les mosquées la nuit (*) ».
Un des fils de ‘Abdallah Ibn ‘Omar a dit : Nous n’allons pas les laisser sortir car elles vont prendre cela comme prétexte.
Alors ‘Abdallah Ibn ‘Omar (qu’Allah les agrée lui et son père) l’a réprimandé et a dit : Je dis : -Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit- et toi tu dis : -Nous n’allons pas les laisser- ?!
(Rapporté par Mouslim dans son Sahih n°442e)

(*) D’autres textes précisent qu’il faut absolument que la femme sorte habillée avec un habit conforme aux préceptes de l’Islam et qu’elle ne sorte pas parfumée.

عن عبدالله بن عمر رضي الله عنهما قال النبي صلى الله عليه و سلم : لا تمنعوا النساء من الخروج إلى المساجد بالليل
فقال ابن لعبد الله بن عمر : لا ندعهن يخرجن فيتخذنه دغلا
فزبره عبدالله بن عمر رضي الله عنهما وقال : أقول : قال رسول الله صلى الله عليه وسلم وتقول : لا ندعهن !
(رواه مسلم في صحيحه رقم ٤٤٢)
.

D’après Salim Ibn Abi Al Ja’d, Jabir (qu’Allah l’agrée) a dit : « Il n’y a aucun d’entre nous qui a atteint la vie d’ici-bas (*) sans qu’elle n’ai eu un penchant pour lui et sans qu’il n’ai eu un penchant pour elle à l’exception de ‘Abdallah Ibn ‘Omar (qu’Allah les agrée lui et son père) ».
(Rapporté par Al Hakim dans son Moustadrak n°6448 qui l’a authentifié selon les conditions de Boukhari et Mouslim et l’imam Dhahabi l’a approuvé. Il a également été authentifié par l’imam Ibn Hajar dans Al Isaba Fi Tamiz Bayna Sahaba vol 6 p 294, Hadith Isnad Sahih)

(*) C’est à dire la richesse et les bienfaits de la vie d’ici-bas.

`عن سالم بن أبي الجعد قال جابر رضي الله عنه : ما منا من أحد أدرك الدنيا إلا مالت به ومال بها غير عبدالله بن عمر رضي الله عنهما 
(رواه الحاكم في المستدرك رقم ٦٤٤٨ و صححه على شرط البخاري و مسلم ووافقه الذهبي و صححه أيضاً الحافظ ابن حجر في الإصابة في تمييز الصحابة ج ٦ ص ٢٩٤)

حكم : إسناده صحيح

.

D’après Ibn Chihab : ‘Abdallah Ibn ‘Omar (qu’Allah les agrée lui et son père) a été questionné : Comment fais-tu lors de la station du jour de ‘Arafat (9ème jour de Dhoul-Hijjah) ?
Salim (1) a dit : Si tu veux la sounna alors prie la prière tôt le jour de ‘Arafat. (2)
‘Abdallah Ibn ‘Omar (qu’Allah les agrée lui et son père) a dit : Il a dit vrai. À l’époque, dans la sounna, ils (3) regroupaient le dohr et le ‘asr.
J’ai dit à Salim : Est-ce que le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a fait cela ?
Salim a dit : Et est-ce que pour cela ils suivent autre chose que la sounna du Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) ?
(Rapporté par Boukhari dans son Sahih n°1662)

(1) Il s’agit du fils de ‘Abdallah Ibn ‘Omar (qu’Allah les agrée lui et son père).

(2) Et dans une autre version : « Si tu veux pratiquer la sounna ce jour-là alors fais un sermon concis ».
(Rapportée par Boukhari dans son Sahih n°1663)

(3) C’est à dire les compagnons du Prophète (qu’Allah les agrée tous).

Remarque : Parmi les choses qui montrent l’importance des invocations du jour de ‘arafat, il y a le fait que ce jour-là la sounna est d’accomplir les prières du dohr et du ‘asr au début du temps du dohr et que l’imam fasse un sermon concis

Cheikh ‘Otheimine a dit : « La sagesse pour laquelle le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a regroupé les prières du dohr et du ‘asr le jour de ‘Arafat est de permettre que le temps de la station à ‘Arafat et des invocations soit plus long ».
(Majmou’ Al Fatawa vol 12 p 255)

عن ابن شهاب قال : سئل عبدالله بن عمر رضي الله عنهما : كيف تصنع في الموقف يوم عرفة ؟
فقال سالم : إن كنت تريد السنة فهجر بالصلاة يوم عرفة
فقال عبدالله بن عمر رضي الله عنهما : صدق إنهم كانوا يجمعون بين الظهر والعصر في السنة
فقلت لسالم : أفعل ذلك رسول الله صلى الله عليه وسلم ؟
فقال سالم : وهل تتبعون في ذلك إلا سنته 
(رواه البخاري في صحيحه رقم ١٦٦٢)
.

D’après ‘Abdallah Ibn ‘Omar (qu’Allah les agrée lui et son père) : Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a ordonné que l’on accroche à chaque mur de la mosquée un régime de dattes (*).
(Rapporté par Ibn Hibban dans son Sahih n°3288 et authentifié par Cheikh Albani dans Al Ta’liqat Al Hissan ‘Ala Sahih Ibn Hibban n°3277, Hadith Sahih)

(*) C’est à dire pour que les pauvres puissent en manger.
(Voir Sahih Ibn Hibban vol 8 p 82)

عن عبد الله بن عمر رضي الله عنهما أن رسول الله صلى الله عليه وسلم أمر للمسجد من كل حائط بقنا 
(رواه ابن حبان في صحيحه رقم ٣٢٨٨ و صححه الشيخ الألباني في التعليقات الحسان على صحيح ابن حبان رقم ٣٢٧٧)

حكم : صحيحه

.

D’après Ibn ‘Omar (qu’Allah les agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Profitez de cette maison (*) car elle a certes été détruite deux fois et la troisième fois elle sera élevée ».
(Rapporté par Ibn Khouzeima et authentifié par cheikh Albani dans Silsila Sahiha n°1451, Hadith Isnad Sahih)

(*) C’est à dire la ka’ba, profitez-en en accomplissant le hajj, la ‘omra et en multipliant les tawaf.

عن ابن عمر رضي الله عنهما قال رسول الله صلى الله عليه وسلم : استمتعوا بهذا البيت فقد هدم مرتين ويرفع في الثالثة 
(رواه ابن خزيمة و صححه الشيخ الألباني في السلسلة الصحيحة رقم ١٤٥١)

حكم : إسناده صحيح

.

D’après Daoud Ibn Isma’il : ‘Abdallah Ibn ‘Omar (qu’Allah les agrée lui et son père) a assisté à une cérémonie funéraire à Al Awsat dans la maison de Sa’d Ibn ‘Oubada (qu’Allah l’agrée) puis il est parti en marchant vers l’endroit où habitait la tribu Bani ‘Amr Ibn ‘Awf.
Quelqu’un lui a dit : Où vas-tu ô Abou ‘Abder Rahman (1) ?
Il a dit : Je vais vers cette mosquée vers la tribu de Bani ‘Amr Ibn ‘Awf (2) car j’ai certes entendu le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) dire : « Celui qui y prie a la récompense équivalente à une ‘omra ».
(Rapporté par Ibn Hibban dans son Sahih n°1627 et authentifié par Cheikh Albani dans Al Ta’liqat Al Hissan ‘Ala Sahih Ibn Hibban vol 3 p 204, Hadith n°1625, Hadith Sahîh li Ghayrihi)

(1) Il s’agit du surnom (kounia) de ‘Abdallah Ibn ‘Omar (qu’Allah les agrée lui et son père).

(2) C’est à dire la mosquée de Qouba à Médine.

عن داود بن إسماعيل عن عبدالله بن عمر رضي الله عنهما أنه شهد جنازة بالأوساط في دار سعد بن عبادة رضي الله عنه فأقبل ماشيا إلى بني عمرو بن عوف فقيل له : أين تؤم يا أبا عبد الرحمن ؟
قال : أؤم هذا المسجد في بني عمرو بن عوف فإني سمعت رسول الله صلى الله عليه وسلم يقول : من صلى فيه كان كعدل عمرة 
(رواه ابن حبان في صحيحه رقم ١٦٢٧ و حسنه الشيخ الألباني في التعليقات الحسان على صحيح ابن حبان ج ٣ ص ۲۰٤)

حكم : صحيح لغيره

.

D’après ‘Omar Ibn Ouseid, ‘Abdallah Ibn ‘Omar (qu’Allah les agrée lui et son père) a dit : À l’époque du Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui), nous disions : -Le Prophète, Abou Bakr et ‘Omar- (1).
Il a certes été donné à ‘Ali Ibn Abi Talib (qu’Allah l’agrée) trois choses, qu’il me soit donné une seule de ces trois choses m’est plus aimé que de posséder la vie d’ici-bas et tout ce qui s’y trouve :
– le fait qu’il s’est marié avec Fatima (qu’Allah l’agrée) et elle a eu des enfants de lui (2)
– le fait que les portes aient été fermées (3)
– la troisième chose est ce qu’il s’est passé à Khaybar (4) ».
(Rapporté par Ibn Abi ‘Asim dans Kitab As Sounna n°1199 et authentifié par Cheikh Albani dans Dhilal Al Janna Fi Takhrij As Sounna, Hadith Isnad Jayyid)

(1) C’est à dire que les compagnons disaient à l’époque du Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) que les meilleurs personnes étaient le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) puis Abou Bakr (qu’Allah l’agrée) puis ‘Omar (qu’Allah l’agrée).

(2) Fatima (qu’Allah l’agrée) était la fille du Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui).

(3) C’est à dire que toutes les portes qui menaient vers la mosquée ont été fermées sur ordre du Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) sauf celle de Abou Bakr (qu’Allah l’agrée) et celle de ‘Ali Ibn Abi Talib (qu’Allah l’agrée).
(Voir Fath Al Bari 7/14)

(4) Khaybar est un lieu où il y a eu une bataille entre les musulmans et les juifs durant la septième année après l’émigration du Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) à Médine.
Lors de cette bataille, le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a informé les gens qu’il allait donner la bannière à un homme qui aime Allah et son Messager et qu’Allah et son Messager aiment et il l’a donné à ‘Ali Ibn Abi Talib (qu’Allah l’agrée).
(Voir Sahih Al Boukhari hadith n°4210)

عن عمر بن أسيد قال عبدالله بن عمر رضي الله عنهما : كنا نقول على عهد رسول الله صلى الله عليه وسلم : النبي وأبو بكر وعمر ولقد أعطي علي بن أبي طالب رضي الله عنه ثلاث خصال لأن يكون لي إحداهن أحب إلي من أن يكون لي الدنيا وما فيها : تزويجه فاطمة رضي الله عنها وولدت له وغلق الأبواب والثالثة يوم خيبر 
(رواه ابن أبي عاصم في كتاب السنة رقم ١١٩٩ و صححه الشيخ الألباني في ظلال الجنة في تخريج كتاب السنة)

حكم : إسناده جيد

.

D’après Muhammad Ibn Zayd : Lorsque ‘Abdallah Ibn ‘Omar (qu’Allah les agrée lui et son père) voyait ce que les gens préparaient pour Rajab il détestait cela, et Il dit: Jeûnez et rompez pendant ce mois.
(Rapporté par Ibn Abi Chayba dans son Mousannaf n°9854 et authentifié par Cheikh Albani dans Irwa Al Ghalil n°958, Hadith Sahih)
عن محمد بن زيد عن عبدالله بن عمر رضي الله عنهما : أنه كان إذا رأى الناس وما يعدونه لرجب كرهه وقال : صوموا منه وأفطروا 
(رواه ابن أبي شيبة في مصنفه رقم ٩٨٥٤ و صححه الشيخ الألباني في إرواء الغليل رقم ٩٥٨)

حكم : صحيح

.

D’après ‘Abdallah Ibn ‘Omar (qu’Allah les agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Celui qui laisse traîner son vêtement par orgueil Allah ne le regardera pas le jour du jugement ».
Zayd Ibn Aslam a dit: ‘Abdallah Ibn ‘Omar (qu’Allah les agrée) mentionnait que le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) l’a vu alors qu’il avait un izar neuf qui traînait alors il a dit: « Qui est cette personne? ».
J’ai dit: Je suis ‘Abdallah.
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Si tu es ‘Abdallah (*) alors lève ton izar ».
Alors je l’ai levé et il m’a dit: « Rajoute ».
Alors je l’ai encore levé jusqu’à arriver à la moitié du mollet.
Puis il s’est tourné vers Abou Bakr (qu’Allah l’agrée) et il a dit: « Celui qui laisse traîner son vêtement par orgueil Allah ne le regardera pas le jour du jugement ».
Abou Bakr (qu’Allah l’agrée) a dit: Mon izar tombe de temps en temps.
Alors le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Tu ne fais pas partie d’eux ».
(Rapporté par l’imam Ahmed dans son Mousnad n°6340 et authentifié par Cheikh Ahmed Chakir dans sa correction du Mousnad de l’imam Ahmed, Hadith Isnad Sahih)

(*) C’est à dire qu’il a informé le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) que son nom était ‘Abdallah. Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a alors insisté sur le fait que ce nom signifie serviteur d’Allah et qu’ainsi une personne qui porte ce nom doit obéir à Allah et ne pas laisser traîner son izar car Allah l’a interdit.

L’imam Ibn Hajar Al Asqalani (mort en 852 du calendrier hégirien) a dit suite à ce hadith:
« On peut comprendre de ce hadith que malgré le fait qu’Abou Bakr retenait son habit, son vêtement se relâchait lorsqu’il marchait ou bougeait et ce de manière involontaire. Quand il y prêtait attention son vêtement ne se relâchait pas car il le retenait à chaque fois ».
(Fath Al Bari 10/257)

D’après ‘Abder Rahman Ibn Abi Bakr, ‘Aicha (qu’Allah l’agrée) a dit: « Abou Bakr (qu’Allah l’agrée) était mince, son izar ne tenait pas et tombait de ses hanches ».
(Rapporté par Ibn Sa’d dans Al Tabaqat Al Koubra vol 3 p 172)


عن عبدالرحمن بن أبي بكر قالت عائشة رضي الله عنها : كان أبو بكر رضي الله عنه أحنى لا يتمسك إزاره يسترخي عن حقويه 
(رواه ابن سعد في الطبقات الكبرى ج ٣ ص ١٧٢)

.

عن عبدالله بن عمر رضي الله عنهما قال النّبي صلّى الله عليه و سلّم : من جر إزاره من خيلاء لم ينظر الله إليه يوم القيامة
قال زيد ابن أسلم : و كان عبدالله بن عمر رضي الله عنهما يحدث : أن النّبي صلّى الله عليه و سلّم رآه و عليه إزاراً يتقعقع يعني جديداً فقال : من هذا ؟
قلت : أنا عبدالله
قال النّبي صلّى الله عليه و سلّم : إن كنت عبد الله فارفع إزارك
فرفعته قال عبدالله بن عمر رضي الله عنهما : زد
فرفعته حتّى بلغ نصف السّاق
ثمّ التفت إلى أبي بكر رضي الله عنه فقال : من جر إزاره من خيلاء لم ينظر الله إليه يوم القيامة
فقال أبو بكر رضي الله عنه : إنّه يسترخي إزاري أحيانًا
فقال النّبي صلّى الله عليه و سلّم : لست منهم 
(رواه الإمام أحمد في مسنده رقم ٦٣٤٠ و صححاه الشيخ أحمد شاكر في تحقيقيه للمسند)

حكم : إسناده صحيح

.

D’après Nafi’ : Lorsque ‘Abdallah Ibn ‘Omar (qu’Allah les agrée lui et son père) récitait ce verset (1): -Le moment n’est-il pas venu pour les croyants que leurs coeurs se recueillent pour le Rappel d’Allah-, il pleurait au point d’être submergé par les pleurs.
(Rapporté par As Saraj et authentifié par l’imam Ibn Hajar dans Al Isaba Fi Tamiz Bayna Sahaba vol 6 p 300, Hadith Isnad Jayyid)

(1) Allah a dit dans la sourate Al Hadid n°57 verset 16 (traduction rapprochée du sens du verset): « Le moment n’est-il pas venu pour les croyants que leurs coeurs se recueillent pour le Rappel d’Allah et devant ce qui est descendu de la vérité ? (*) ».

(*) C’est à dire : Le moment n’est-il pas venu pour les croyants que leurs coeurs s’adoucissent et se recueillent pour le Rappel d’Allah qui est le Coran et à la vérité avec laquelle le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) est venu et qu’ils se soumettent à ses ordres et qu’ils s’écartent de ses interdits ?
Il y a dans ce verset un encouragement pour les croyants vers le fait qu’ils se recueillent pour Allah, pour Son Livre et pour la sagesse qu’Il a révélé.
Il y a également dans ce verset un encouragement pour les croyants à se rappeler l’exhortation divine et les règles de l’Islam à chaque instant et à faire leur introspection à ce propos.
(Taysir Al Karim Ar Rahman de Cheikh Sa’di p 840)

قال الله تعالى : أَلَمْ يَأْنِ لِلَّذِينَ آمَنُوا أَن تَخْشَعَ قُلُوبُهُمْ لِذِكْرِ اللَّهِ وَمَا نَزَلَ مِنَ الْحَقِّ
(سورة الحديد ١٦)

عن نافع قال : كان عبدالله بن عمر رضي الله عنهما إذا قرأ هذه الآية : ألم يأن للذين آمنوا أن تخشع قلوبهم لذكر الله يبكي حتّى يغلبه البكاء
(رواه السراج و صححه الحافظ ابن حجر في الإصابة في تمييز الصحابة ج ٦ ص ٣٠٠)

حكم : إسناده جيد

.

D’après ‘Omar Ibn Muhammad, Muhammad Ibn Zayd a dit : ‘Abdallah Ibn ‘Omar (qu’Allah les agrée lui et son père) n’a jamais mentionné le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) sans qu’il ne se mette à pleurer et il n’est jamais passé vers leur maison (1) sans qu’il ne ferme ses yeux.(2)
(Rapporté par Al Bayhaqi dans Kitab Az Zouhd et authentifié par l’imam Ibn Hajar dans Al Isaba Fi Tamiz Bayna Sahaba vol. 6 p. 299, Hadith Isnad Sahih)

(1) C’est à dire celle du Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) et de ses épouses (qu’Allah les agrée).
(2) Cela montre l’amour que les compagnons avaient pour le Prophète et leurs tristesse après sa mort

عن عمر بن محمد قال محمد بن زيد : ما ذكر عبدالله بن عمر رضي الله عنهما النّبيَ صلّى الله عليه و سلّم ولا مرّ على ربعهم إلا غمض عينيه
(رواه البيهقي في كتاب الزهد و صححه الحافظ ابن حجر في الإصابة في تمييز الصحابة ج ٦ ص ٢٩٩)

حكم : إسناده صحيح

.

D’après ‘Abdallah Ibn ‘Amr (qu’Allah les agrée lui et son père) : J’ai dit : Ô Messager d’Allah ! Quel chose va faire qu’Allah ne va pas être en colère contre moi ?
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Ne t’énerve pas (*) ».
(Rapporté par Ibn Hibban dans son Sahih n°296 et authentifié par Cheikh Albani dans Al Ta’liqat Al Hissan ‘Ala Sahih Ibn Hibban vol 1 p 343 Hadith n°296, Hadith Hasan)

(*) C’est à dire que le fait que la personne fasse des efforts sur soi et ne s’énerve pas est une chose qu’Allah aime et ainsi Il ne se met pas en colère contre la personne qui fait cela.

عن عبدالله بن عمرو رضي الله عنهما قال : قُلْتُ : يا رسولَ اللهِ ! ما يمنَعُني مِن غضَبِ اللهِ ؟
قال النّبي صلّى الله عليه و سلّم : لا تغضَبْ
(رواه ابن حبان في صحيحه رقم ٢٩٦ و حسنه الشيخ الألباني في التعليقات الحسان على صحيح ابن حبان ج ١ ص ٣٤٣)

حكم : حسن

.

D’après Ibn Omar (qu’Allah les agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Il n’y a pas une gorgée qui a une plus grande récompense auprès d’Allah qu’une gorgée d’énervement qu’un serviteur a ravalé en recherchant par cela le visage d’Allah ».
(Rapporté par Ibn Maja et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Targhib n°2752, Hadith Sahih li Ghayrihi)
عن ابن عمر رضي الله عنهما قال النبي صلى الله عليه وسلم : ما من جُرعةٍ أعظَمُ أجرًا عندَ اللهِ من جُرعةِ غيظٍ كظمَها عبدٌ ابتغاءَ وجْهِ اللهِ
(رواه ابن ماجه و صححه الشيخ الألباني في صحيح الترغيب و الترهيب رقم ٢٧٥٢) 

حكم : صحيح لغيره

.

D’après ‘Abdallah Ibn ‘Omar (qu’Allah les agrée lui et sont père), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Le combattant dans le sentier d’Allah, celui qui fait le hajj et celui qui fait la ‘omra sont les délégations d’Allah. (1)
Il les a invité et ils ont répondus, ils Lui ont demandés et Il leur a donné (2) ».
(Rapporté par Ibn Maja dans ses Sounan n°2893 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Ibn Maja, Hadith Hasan)

(1) C’est à dire qu’ils recherchent par leur voyage le fait de se rapprocher d’Allah.
(Hachiya As Sindi ‘Ala Sounan Ibn Maja)

(2) C’est à dire que leurs invocations sont exaucées.
(Charh Sounan Ibn Maja de Cheikh Al ‘Abad cours n°218)

L’imam Ibn Maja (mort en 273 du calendrier hégirien) a classé ce hadith dans ses Sounan dans le chapitre : -Le mérite de l’invocation du pèlerin-.

عن عبدالله بن عمر رضي الله عنهما قال رسول الله صلّى الله عليه و سلّم : الْغَازِي فِي سَبِيلِ اللَّهِ وَالْحَاجُّ وَالْمُعْتَمِرُ وَفْدُ اللَّهِ دَعَاهُمْ فَأَجَابُوهُ وَسَأَلُوهُ فَأَعْطَاهُمْ  
(رواه ابن ماجه في سننه رقم ٢٨٩٣ و حسنه الشيخ الألباني في صحيح ابن ماجه)

حكم : حسن

.

D’après Ibn Omar (qu’Allah les agrée), un homme a interrogé le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui): Quel est le meilleur hajj?
Le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « Celui dans lequel on lève la voix pour la talbiya (1) et dans lequel on fait couler le sang (2) »
Puis l’homme a dit: Et quel est le chemin (3) ?
Le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « La nourriture et la monture » (4)
(Rapporté par Ibn Maja et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Targhib n°1131, Hadith Hasan li Ghayrihi)

(1) La talbiya est une parole de rappel d’Allah que les pèlerins doivent beaucoup prononcer lors de leur hajj et de leur ‘omra

(2) Faire couler le sang signifie évidemment le fait d’égorger la bête qui fait partie des rites du hajj

(3) Le chemin dont parle le hadith est tiré du verset 97 de la sourate 3: « Et c’est un devoir envers Allah pour les gens de faire le hajj pour celui qui a la capacité du chemin »

(4) Le hajj est obligatoire à la personne qui ne l’a jamais accompli et qui en a la capacité physique et la capacité financière.

La capacité financière est le fait que la personne possède, en plus des dépenses qui lui sont indispensables et de celles qui lui sont obligatoires (comme subvenir aux besoins de son épouse et ses enfants par exemple), de quoi se rendre à La Mecque, de quoi pouvoir retourner ensuite chez lui et de quoi pouvoir se nourrir durant cette période.
(Voir par exemple Fatawa Al Lajna Daima vol 11 p 30)

عن ابن عمر رضي الله عنهما أن رجلا قال لرسول الله صلى الله عليه وسلم فأي الحج أفضل؟
قال رسول الله صلى الله عليه وسلم : العج والثج
قال: وما السبيل؟
قال رسول الله صلى الله عليه وسلم : الزاد والراحلة
(رواه ابن ماجه و حسنه الشيخ الألباني في صحيح الترغيب و الترهيب رقم ١١٣١)

حكم : حسن لغيره

.

D’après Abdallah Ibn ‘Amr (qu’Allah les agrée) : J’ai demandé au Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) : Qu’est-ce qui va m’éloigner de la colère d’Allah ?
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Ne te mets pas en colère ».
(Rapporté par Ahmed et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Targhib n°2747, Hadith Sahih)
عن عبدالله ابن عمرو رضي الله عنهما أنه سأل رسولَ اللهِ صلَّى اللهُ عليه وسلَّمَ ما يباعِدُني من غضبِ اللهِ عزَّ وجلَّ ؟ قال لا تغضَبْ
(رواه أحمد و صححه الشيخ الألباني في صحيح الترغيب و الترهيب رقم ٢٧٤٧)

حكم : صحيح

.

D’après Abdallah Ibn ‘Amr (qu’Allah les agrée), nous avons prié le maghreb avec le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui), certains sont repartis et d’autres sont restés. Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) est alors venu à très vive allure au point où ses genoux se sont découvert et il a dit: « Recevez la bonne nouvelle, voici votre Seigneur qui a ouvert une porte parmi les portes des cieux, il se vante de vous auprès des anges, il dit: Regardez mes serviteurs, ils ont accomplis une obligation et ils en attendent une autre (*) ».
(Rapporté par Ibn Maja dans ses Sounan n°801 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Ibn Maja, Hadith Sahih)

(*) Ce hadith montre le mérite de rester à la mosquée après une prière en attendant la prière suivante.

عن عبد الله بن عمرو رضي الله عنهما صلَّينا معَ رسولِ اللَّهِ صلَّى اللَّهُ عليهِ وسلَّمَ المغربَ فرجعَ من رجعَ وعقَّبَ من عقَّبَ فجاءَ رسولُ اللَّهِ صلَّى اللَّهُ عليهِ وسلَّمَ مُسرِعًا قد حفَزهُ النَّفسُ وقد حسرَ عن ركبتيهِ فقالَ أبشِروا هذا ربُّكم قد فتحَ بابًا من أبوابِ السَّماءِ يباهي بكمُ الملائكةَ يقولُ انظروا إلى عبادي قد قضَوا فريضةً وهم ينتظِرونَ أُخرى
(رواه ابن ماجه في سننه رقم ٨٠١ و صححه الشيخ الألباني في صحيح ابن ماجه)

حكم : صحيح

.

D’après Ibn Omar (qu’Allah les agrée), le Prophète (ﷺ) a dit: « La douceur n’a pas été donnée aux gens d’une maison sans qu’elle ne leur ai profité ».
(Rapporté par Tabarani et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Targhib n°2671, Hadith Hasan Sahih)
عن ابن عمر رضي الله عنهما قال رسول الله صلى الله عليه وسلم : ما أُعطِيَ أهلُ بيتٍ الرِّفقَ إلا نفعَهم .
(رواه الطبراني و صححه الشيخ الألباني في صحيح الترغيب و الترهيب رقم ٢٦٧١)

حكم : حسن صحيح

.

D’après Khaythama Ibn ‘Abder Rahman, ‘Abdallah Ibn ‘Amr (qu’Allah les agrée lui et son père) a dit: « Il viendra une époque pour les gens durant laquelle ils vont se rassembler et prier dans les mosquées mais parmi eux il n’y aura pas un seul croyant (*) ».
(Rapporté par Ibn Abi Chayba dans Kitab Al Iman n°101 et authentifié par Cheikh Albani dans sa correction de cet ouvrage, Hadith Isnad Mawqouf Sahih selon les conditions de Boukhari et Mouslim))

(*) C’est à dire que l’hypocrisie va se propager chez ces prieurs à cause de l’ignorance.
(Raf’ Al Ilm p 58)

عن خيثمة بن عبدالرحمن قال عبدالله بن عمرو رضي الله عنهما : يأتي على الناس زمانٌ يجتمِعون ويُصلُّون في المساجدِ وليس فيهم مؤمنٌ
(رواه ابن أبي شيبة في كتاب الإيمان رقم ١٠١ و صححه الشيخ الألباني على شرط البخاري و مسلم في تحقيق هذا الكتاب

حكم : إسناده موقوف صحيح على شرط الشيخين

.

D’après Jabir Ibn ‘Abdillah (qu’Allah les agrée), lorsque ‘Abdallah Ibn ‘Amr Ibn Haram (qu’Allah l’agrée) a été tué le jour de Ouhoud (1), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) m’a rencontré et a dit: « Ô Jabir ! Ne vais-je pas t’informer de ce qu’Allah a dit à ton père ? ».
J’ai dit: Certes Ô Messager d’Allah !
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Allah n’a parlé a absolument personne si ce n’est derrière un voile et il a parlé à ton père directement. Il a dit: Ô mon serviteur ! Demande moi et je te donne.
Il a dit: Ô Seigneur! Fais-moi vivre afin que je sois tué pour toi une seconde fois.
Le Seigneur a dit: Certes j’ai dit précédemment qu’ils ne vont pas y retourner (2).
Il a dit: Ô Seigneur! Alors transmet à ceux qui sont derrière moi.

Alors Allah a descendu le verset:
{ Ne pensez pas que ceux qui sont tués dans le sentier d’Allah sont morts. Ils sont plutôt vivants auprès de leur Seigneur et reçoivent leur subsistance }‏
(Sourate Ali Imran n°3 verset 169) ».
(Rapporté par Ibn Maja dans ses Sounan n°190 et a été authentifié par Cheikh Albani dans Sahih ibn Majah, Hadith Hasan)

(1) Ouhoud est le nom d’une montagne proche de Médine et auprès de laquelle il y a eu une grande bataille entre les musulmans et les associateurs durant la troisième année après la hijra du Messager d’Allah (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) de La Mecque vers Médine.

(2) C’est une allusion au verset 95 de la sourate Al Anbiya n°21, c’est à dire que celui qui meurt ne va pas revenir dans la vie d’ici-bas.

عن جابر بن عبدالله رضي الله عنهما لمَّا قُتِلَ عبدُ اللَّهِ بنُ عمرو بنِ حرامٍ يومَ أُحُدٍ ، لقيَني رَسولُ اللَّهِ ، فقالَ : يا جابرُ ! ألا أخبرُكَ ما قالَ اللَّهُ لأبيكَ ؟ وقالَ يَحيى في حديثِهِ فقالَ : يا جابرُ ! ما لي أراكَ مُنكَسرًا ؟ قالَ : قلتُ : يا رسولَ اللَّهِ ! استُشْهِدَ أبي وترَكَ عيالًا ودَينًا . قالَ : أفلا أبشِّرُكَ بما لقيَ اللَّهُ بِهِ أباكَ ؟ قالَ : بلَى : يا رسولَ اللَّهِ ! قالَ : ما كلَّمَ اللَّهُ أحدًا قطُّ إلَّا من وراءِ حجابٍ ، وَكَلَّمَ أباكَ كِفاحًا ، فقالَ : يا عَبدي ! تَمنَّ عليَّ أُعْطِكَ ، قالَ : يا ربِّ ! تُحييني فأُقتَلُ فيكَ ثانيةً . فقالَ الرَّبُّ سبحانَهُ : إنَّهُ سبقَ منِّي أنَّهم إليها لا يُرجعونَ . قالَ : يا ربِّ ! فأبلِغْ مَن ورائي ، قالَ : فأنزلَ اللَّهُ تعالى : وَلاَ تَحْسَبَنَّ الَّذِينَ قُتِلُوا فِي سَبِيلِ اللَّهِ أَمْوَاتًا بَلْ أَحْيَاءٌ عِنْدَ رَبِّهِمْ يُرْزَقُونَ
(رواه ابن ماجه في سننه رقم ١٩٠ . و هذا الحديث حسنه الشيخ الألباني في صحيح ابن ماجه

حكم : حسن

.

D’après ‘Abdallah Ibn ‘Omar (qu’Allah les agrée lui et son père), le Prophète (صلى الله عليه وسلم) a dit:
« Le voyageur n’est pas tenu d’assister a la prière du vendredi. »
(Rapporté par Tabarani et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Al Jami n°5405, Hadith Sahîh)

Cette personne peut accomplir la prière du vendredi comme elle peut faire la prière du Dhohr en la raccourcissant. Cependant, il y a une divergence d’opinions entre les Ulémas à propos de ce qui est le plus préférable des deux actes.

Personnellement, je vois que le fait d’assister à la prière du vendredi et les prières en groupe est préférable, tant que la personne ne soit pas en voyage constant; car dans ce cas, il est préférable pour lui d’accomplir la prière du Dhohr en groupe en la raccourcissant, vu qu’il n’y a aucun texte rapporté prouvant que le Prophète صلّى الله عليه وسلّم ou l’un des Califes bien guidés qui lui ont succédé ont accompli la prière du vendredi lors d’un voyage. D’autre part, il n’est aussi pas rapporté qu’ils ont laissé la prière en groupe que ce soit en cas de résidence; de voyage ou en cas de Djihad.
(Fatwa numéro : 48, fatwas relatives à la prière, Docteur Abou ‘Abd Al-Mou‘iz Mohamed Ali Ferkous -qu’Allah le protège-)

عن ابن عمر رضي الله عنهما قال النبي صلى الله عليه و سلم : ليس على مسافِرٍ جمعَةٌ
(رواه الطبراني و صححه الشيخ الألباني في صحيح الجامع رقم ۵۴۰۵)

حكم : صحيح

.

D’après ‘Abdallah Ibn ‘Omar (qu’Allah les agrée lui et son père), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « La hijama (1) est plus bénéfique lorsqu’elle est faite à jeun, il y a en elle une guérison et une bénédiction. Elle rajoute à la raison et à la mémorisation.
Ainsi faites la hijama avec la bénédiction d’Allah le jeudi. Et écartez vous de la hijama le mercredi, le vendredi, le samedi et le dimanche en particulier.
Et pratiquez la hijama le lundi et le mardi car c’est le jour durant lequel Allah a guéri Ayoub (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) (2) de l’épreuve alors que l’épreuve l’avait touché un mercredi.
Certes les formes de lèpre n’apparaissent que le mercredi ou la nuit du mercredi (3) ».
(Rapporté par Ibn Maja dans ses Sounan n°3487 et authentifié par Cheikh Albani dans sa Sahih Ibn Maja, Hadith Hasan)

(1) Cela consiste a appliquer une ventouse sur certaines parties du corps puis à faire de légères incisions pour faire sortir du sang. C’est ce que les gens appellent plus communément -une saignée-.
Je précise qu’il faut apprendre auprès de ceux qui ont de l’expérience dans cela et ne pas se lancer sans connaissances

(2) Il s’agit du Prophète d’Allah Ayoub (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui).

(3) C’est à dire le mardi soir car dans l’Islam la nuit précède le jour.

عن عبدالله بن عمر رضي الله عنهما قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : الحجامة على الريق أمثل ، وهي تزيد في العقل ، وتزيد في الحفظ ، وتزيد الحافظ حفظا ، فمن كان محتجما ، فيوم الخميس ، على اسم الله ، واجتنبوا الحجامة يوم الجمعة ، ويوم السبت ، ويوم الأحد ، واحتجموا يوم الاثنين ، والثلاثاء ، واجتنبوا الحجامة يوم الأربعاء ، فإنه اليوم الذي أصيب فيه أيوب بالبلاء ، وما يبدو جذام ، ولا برص إلا في يوم الأربعاء ، أو ليلة الأربعاء
(رواه ابن ماجه في سننه رقم ٣٤٨٧ و حسنه الشيخ الألباني في صحيح ابن ماجه)

حكم : حسن

.

D’après Imran Ibn Husayn (qu’Allah les agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Il n’y a pas de rouqiya si ce n’est contre le ayn ou la fièvre ».
(Rapporté par Ibn Majah dans ses Sounan n°3513 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Ibn Maja, Hadith Sahîh)
عن عمران بن حصين رضي الله عنهما قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : لا رُقيةَ إلَّا من عَينٍ ، أو حُمةٍ
(رواه ابن ماجه في سننه رقم ۳۵۱۳ و صححه الشيخ الألباني في صحيح ابن ماجه)

حكم : صحيح

.

D’après Abdallah Ibn Omar (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « N’interdisez pas à vos femmes de se rendre dans les mosquées mais leurs maisons sont meilleures pour elles ».
(Rapporté par Abou Daoud et authentifié par Cheikh Albani dans Takhrij Mishkat Al Masabih n°1020, Hadith Sahîh)
عن ابن عمر رضي الله عنهما قال رسول الله صلى الله عليه وسلم : لا تمنَعوا نساءَكم المساجِدَ، وبيوتُهنَّ خيرٌ لهنَّ
(رواه أبو داود في سننه و صححه الشيخ الألباني فيتخريج مشكاة المصابيح رقم ۱۰۲۰)

حكم : صحيح

.

D’après Abdallah Ibn ‘Amr Ibn Al Ass (qu’Allah les agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Celui qui fait le ghousl le jour du vendredi, met du parfum de sa femme si elle en possède (1), met un de ses beaux habits, puis n’enjambe pas les cous (2) des gens et ne fait pas de futilité durant l’exhortation, ceci sera pour lui une expiation de ce qu’il y a entre les deux jumu’a.
Celui qui fait des futilités et enjambe le cou elle sera pour lui le dohr (3) ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°347 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Abi Daoud, Hadith Hasan)

(1) Cette phrase ne signifie pas que l’homme doit mettre un parfum avec une odeur féminine comme il en existe aujourd’hui. Ceci est interdit pour les hommes.
À l’époque le parfum des femmes avait une très légère odeur et était très coloré contrairement aux parfums de notre époque.

Le sens de cette phrase est d’appuyer le caractère recommandé de mettre du parfum le vendredi.

L’imam Nawawi a dit: « Ce parfum est celui qui est détestable pour les hommes, c’est celui dont la couleur est apparente mais son odeur est cachée; le fait qu’il soit ici permis pour les hommes en raison de la nécessité et de l’absence d’autre parfum montre que la recommandation d’utiliser le parfum est ici très appuyée ».
(Charh Sahih Mouslim hadith n°846)

(2) C’est à dire qu’il n’enjambe pas les gens quand il est dans la mosquée.

(3) C’est à dire qu’il n’a pas la récompense du jumu’a mais celle de la prière du dohr.
(Awn Al Ma’boud ‘Ala Charh Sounan Abi Daoud)

عن عبد الله بن عمرو ابن العاص رضي الله عنهما قال رسول الله صلى الله عليه وسلم : من اغتسلَ يومَ الجمعةِ ومسَّ من طيبِ امرأتِهِ إن كانَ لَها، ولبسَ من صالحِ ثيابِهِ، ثمَّ لم يتخطَّ رقابَ النَّاسِ، ولم يلغُ عندَ الموعظةِ كانت كفَّارةً لما بينَهما، ومن لغا وتخطَّى رقابَ النَّاسِ كانت لَهُ ظُهرًا
(رواه أبو داود في سننه رقم ٣٤٧ و حسنه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : حسن

.

D’après ‘Abdallah Ibn ‘Omar (qu’Allah les agrée lui et son père), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Lorsqu’il arrive à l’un d’entre vous une affaire qu’il craint de perdre alors qu’il prie cette prière » c’est à dire le fait de regrouper deux prières (1).
(Rapporté par Nasai dans ses Sounan n°588 et authentifié par Cheikh Albani dans la Silsila Sahiha n°1370, Hadith Hasan)

(1) Lorsque quelque chose empêche le musulman de prier la prière obligatoire dans son temps, il lui est permis, de manière occasionelle, de regrouper les prières.
C’est à dire qu’il peut regrouper le dohr et le asr dans le temps d’une de ces deux prières, de même qu’il peut regrouper le maghreb et le ‘icha dans le temps d’une de ces deux prières.
Par contre la prière du sobh ne peut pas être regroupée avec une autre prière et doit être priée dans son temps.

L’imam Nawawi (mort en 676 du calendrier hégirien) a dit : « Un groupe parmi les imams a été d’avis qu’il est permis de regrouper les prières en résidence (*) en cas de besoin pour la personne qui ne prend pas cela comme une habitude ».
(Charh Sahih Mouslim, hadith n°705)

(*) C’est à dire que la personne n’est pas en voyage.

Muhammad Ibn Sirin (mort en 110 du calendrier hégirien) a dit : « Il n’y a pas de mal à regrouper entre deux prières en cas de besoin tant que la personne ne prend pas cela comme habitude ».
(Fath Al Bari de l’imam Ibn Rajab vol 4 p 271)

Remarque : Par contre il faut souligner le fait que sans excuse il n’est pas permis de regrouper les prières.

D’après Abou Qatada Al ‘Adwa, ‘Omar Ibn Al Khattab (qu’Allah l’agrée) a dit : « Fait partie des grands péchés le fait de regrouper entre les deux prières, c’est à dire sans excuse, le fait de fuir lors de la bataille et le fait de pratiquer la mutilation des cadavres ».
(Rapporté par Ibn Abi Hatim et authentifié par l’imam Ibn Kathir, voir Omdatou Tefsir vol 1 p 492)

عن عبدالله بن عمر رضي الله عنهما قال رسول الله صلّى الله عليه و سلم : إذا حضر أحدكُم الأمرُ يَخْشَى فوتهُ فليصلّ هذهِ الصلاةَ يعني الجمعُ بين الصلاتينِ
(رواه النسائي في سننه رقم ٥٨٨ و حسنه الشيخ الألباني في السلسلة الصحيحة رقم ١٣٧٠)

حكم : حسن

عن أبي قتادة العدوى قال عمر بن الخطاب رضي الله عنه : من الكَبائرِ جَمعٌ بين الصَّلاتيْنِ يَعني بغيرِ عُذرٍ والفِرارُ من الزَّحفِ والنُّهْبَةُ
(رواه ابن أبي حاتم و صححه الإمام ابن كثير كما في عمدة التفسير ج ١ ص ٤٩٢)
.

D’après ‘Abdallah Ibn ‘Omar (qu’Allah les agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « J’ai certes vu en rêve les anges prendre le pilier du livre (1) et le poser sur le Cham (2). Lorsque les troubles apparaitront la foi sera certes dans le Cham ».
(Rapporté par Ibn Asakir et authentifié par Cheikh Albani dans Takhrij Fadail Cham n°10, Hadith Sahih)

(1) Les savants disent que l’interprétation du pilier dans le rêve est la religion, la foi…
(Voir Fath Al Bari de l’imam Ibn Hajar dans l’explication du hadith n°6613)

(2) Le cham est une région qui est aujourd’hui la zone de la Palestine, la Jordanie, la Syrie…

عن عبدالله بن عمر رضي الله عنهما قال رسول الله صلى الله عليه وسلم : إني رأيتُ الملائكةَ في المنام أخذوا عمودَ الكتابِ فعمدوا به إلى الشامِ فاذا وقعتِ الفتنُ فإنَّ الإيمانَ بالشامِ
(رواه ابن عساكر و صححه الشيخ الألباني في تخريج فضائل الشام رقم ١٠)

حكم : صحيح

.

D’après Tawous, ‘Abdallah Ibn ‘Omar (qu’Allah les agrée lui et son père) a dit : « La science se compose de 3 choses : un livre qui énonce, une sounna ancienne et -je ne sais pas- (1) ».
(Rapporté par Ibn Abdel Bar dans Al Jami’ Fi Bayan Al Ilm Wa Fadlih n°1387 et authentifié par Cheikh Albani dans la Silsila Daifa vol 8 p 411, Hadith Mawqouf (2))

(1) C’est à dire le fait de dire cela lorsqu’on ne sait pas.
(2) C’est à dire que ce Hadith est élévé (authentique) jusqu’au Compagnon, et ce n’est pas une Parole du Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui)

عن طاوس قال عبدالله ابن عمر رضي الله عنهما : العلم ثلاث : كتاب ناطق و سنّة ماضية و لا أدري
(رواه ابن عبدالبر في الجامع في بيان العلم و فضله رقم ١٣٨٧ و صححه الشيخ الألباني في السلسلة الضعيفة ج ٨ ص ٤١١)

حكم : موقوف

.

D’après Nafi’, ‘Abdallah Ibn ‘Omar (qu’Allah les agrée lui et son père) a dit : « Les atours apparents (*) sont le visage et les deux mains ».
(Rapporté par Ibn Abi Chayba dans son Mousannaf n°17290 et authentifié par Ibn Hazm dans Al Mouhala vol 3 p 221 ainsi que par Cheikh Albani dans Ar Rad Al Moufhim p 132, Hadith Sahîh)

(*) Il s’agit du verset 31 de la sourate An Nour n°24 dans lequel Allah dit : « Et dis aux croyantes de baisser leurs regards, de garder leur chasteté et qu’elles ne montrent de leurs atours que ce qui est apparent ».

عن نافع قال عبدالله بن عمر رضي الله عنهما : الزينة الظاهرة : الوجه والكفان
(رواه ابن أبي شيبة في المصنف رقم ١٧٢٩٠ و صححه ابن حزم في المحلّى ج ٣ ص ٢٢١ و صححه أيضاً الشيخ الألباني في الرد المفحم ص ١٣٢)

حكم : صحيح

.

D’après ‘Abdallah Ibn ‘Omar (qu’Allah les agrée lui et son père), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Certes il y a un homme de Qouraych qui va faire du ilhad dans le haram, si ses péchés étaient pesés avec tous les péchés des hommes et des djinns ils auraient été plus lourds ».
(Rapporté par l’imam Ahmed dans son Mousnad n°21906 et authentifié par Cheikh Albani dans la Silsila Sahiha n°3108, Hadith Rijalouhou Thiqat)

Annotations

Allah a dit dans la sourate Al Hajj n°22 verset 25, concernant le Haram de La Mecque (traduction rapprochée du sens du verset) : « Et celui qui veut y commettre du ilhad (*) et de l’injustice nous lui ferons goûter un châtiment douloureux ».

قال الله تعالى عن الحرم المكي : وَمَن يُرِدْ فِيهِ بِإِلْحَادٍ بِظُلْمٍ نُذِقْهُ مِنْ عَذَابٍ أَلِيمٍ
(سورة الحج ٢٥)

(*) Le ilhad signifie ici l’ensemble des désobéissances.
(Voir Majmou Al Fatawa de cheikh Abdel Aziz Ibn Baz vol 3 p 391)

Remarque:

Ainsi les textes montrent que les péchés qui sont commis à La Mecque sont plus graves que les péchés qui sont commis dans les autres endroits.
De plus, la simple intention de commettre un péché à La Mecque suffit pour tomber sous la menace du châtiment tandis que dans les autres endroits ce n’est que lorsque le péché a été commis.

D’après Mourra, ‘Abadallah Ibn Mas’oud (qu’Allah l’agrée) a dit concernant le verset -Et celui qui veut y commettre du ilhad-: « Si un homme avait l’intention d’y commettre du ilhad alors qu’il se trouve à ‘Adan (*), Allah lui ferait certes goûter un châtiment douloureux ».
(Rapporté par Ahmed dans son Mousnad n°4071 et authentifié par l’imam Ibn Kathir dans son Tefsir p 1269, par l’imam Ibn Hajar dans Fath Al Bari 12/219 et par cheikh Ahmed Chakir dans sa correction du Mousnad 6/153)

(*) C’est une ville du Yémen.

عن مرة قال عبدالله بن مسعود رضي الله عنه في قول الله ‘ومن يرد فيه بإلحاد بظلم’ : لو أن رجلاً هم فيه بإلحاد وهو بعَدن لأذاقه الله عذابًا أليمًا
(رواه الإمام أحمد في مسنده و صححه الإمام ابن كثير في تفسيره ص ١٢٦٩ و الإمام ابن حجر في فتح الباري ١٢/٢١٩ و الشيخ أحمد شاكر في تحقيق المسند ٦/١٥٣)

L’imam Muhammad Al Amin Al Chanqiti (mort en 1393) a dit: « Celui qui a l’intention de commettre un péché à La Mecque, Allah lui fait goûter le châtiment douloureux à cause de cette intention même s’il n’a pas fait le péché, contrairement aux endroits autres que le Haram de La Mecque dans lesquels il n’y a pas de châtiment pour l’intention uniquement ».
(Adwa Al Bayan vol 5 p 63)

En conclusion, les gens qui vont partir faire le Hajj doivent faire particulièrement attention à ne pas commettre de désobéissances à La Mecque car ils y seront durant un mois sacré

عن عبدالله بن عمر رضي الله عنهما قال النبي صلى الله عليه و سلم : إنه سَيُلْحِدُ في الحرم رجلٌ من قريشٍ لو وُزِنَتْ ذنوبُه بذنوب الثَّقَلَينِ لرجَحَتْ
(رواه أحمد في مسنده رقم ٢١٩٠٦ و صححه الشيخ الألباني في السلسلة الصحيحة رقم ٣١٠٨)

حكم : إسناده رجاله ثقات

.

D’après ‘Abdallah Ibn ‘Omar (qu’Allah les agrée lui et son père), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit : « Celui qui marche avec la victime d’une injustice jusqu’à ce que son droit lui soit donné (1), Allah va affermir ses deux pieds sur le sirat (2) le jour où les pieds glisseront ».
(Rapporté par Razin Al Abdari et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Targhib n°2614, Hadith Hasan li Ghayrihi)

(1) C’est à dire qu’il lui apporte son aide jusqu’à ce que son droit lui soit donné.

(2) Il s’agit d’un pont qui sera établi au dessus de l’enfer le jour du jugement et par lequel il faut passer pour se rendre vers le paradis.
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) l’a décrit, entre autre, comme étant plus fin qu’un cheveux…
Voir le hadith : Rapporté par Al Hakim et auhentifié par Cheikh Albani dans Sahih Targhib n°3629

عن ابن عمر رضي الله عنهما قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : من مشى مع مظلوم حتى يثبت له حقه ثبت الله قدميه على الصراط يوم تزول الأقدام
(رواه رزين العبدري و حسنه الشيخ الألباني في صحيح الترغيب و الترهيب رقم ٢٦١٤)

حكم : حسن لغيره

.

D’après ‘Abdallah Ibn ‘Amr (qu’Allah les agrée lui et son père), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Je suis rentré dans le paradis et j’ai vu que la plupart de ses habitants sont des pauvres.
J’ai aperçu le feu et j’ai vu que la plupart de ses habitants sont des femmes (1).
J’ai vu trois personnes qui y étaient châtiées:
– une femme grande de Himyar qui avait attaché une chatte lui appartenant et ne la nourrissait pas. Elle ne lui donnait pas à boire et ne la laissait pas manger des bêtes de la terre. Cette chatte lui mordait le bas ventre et le derrière (2)
– j’y ai vu le frère de Bani Da’da’ qui volait les pèlerins avec son crochet et lorsqu’il était surpris il disait: C’est l’objet qui c’est accroché à mon crochet
– et celui qui a volé les deux chamelles du Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) ».
(Rapporté par Ibn Hibban et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Targhib n°2274)

(1) La cause de ceci est précisée dans d’autres ahadiths (voir par exemple Sahih Mouslim n°885) dans lesquels le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a mentionné deux choses :
– le mauvais comportement avec le mari dans le sens où le mari fait du bien à son épouse durant une longue période puis si après cela elle voit quelque chose de négatif venant de lui elle dit qu’il ne lui a jamais rien fait de bien.
– le fait de maudire beaucoup.

Ainsi il faut que les musulmanes pratiquent les bonnes actions et s’écartent des péchés en général et en particulier les deux mentionnés ci-dessus.

(2) C’est à dire qu’il a vu cette femme châtiée par cette chatte de cette manière dans le feu.

عن عبدالله بن عمرو رضي الله عنهما قال النبي صلّى الله عليه وسلّم : دخلت الجنة فرأيت أكثر أهلها الفقراء واطلعت في النار فرأيت أكثر أهلها النساء
ورأيت فيها ثلاثة يعذبون : امرأة من حمير طوالة ربطت هرة لها لم تطعمها ولم تسقها ولم تدعها تأكل من خشاش الأرض فهي تنهش قبلها ودبرها
ورأيت فيها أخا بني دعدع الذي كان يسرق الحاج بمحجنه فإذا فطن له قال إنما تعلق بمحجني
والذي سرق بدنتي رسول الله صلى الله عليه وسلم
(رواه ابن حبان و صححه الشيخ الألباني في صحيح الترغيب و الترهيب رقم ٢٢٧٤)

حكم : صحيح

.

D’après Abdallah Ibn ‘Amr (qu’Allah les agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « Celui qui lit le Coran en moins de trois jours ne l’a pas compris ».
(Rapporté par Ibn Majah dans ses Sounan n°1115 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Ibn Majah, Hadith Sahîh)
عن عبدالله بن عمرو رضي الله عنهما قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : لا يفقه من قرأ القرآن في أقل من ثلاث
(رواه ابن ماجه في سننه رقم ۱۱۱۵ و صححه الشيخ الألباني في صحيح ابن ماجه)

حكم : صحيح

.

D’après Abdallah Ibn ‘Amr Ibn Al ‘As (qu’Allah les agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Les grands péchés sont: l’association à Allah, le mauvais comportement envers les parents, tuer une âme et le serment mensonger pour prendre l’argent d’un musulman ».
(Rapporté par Al Boukhari dans son Sahih n°6675)

D’après Sa’id Ibn Joubeyr, un homme a questionné Ibn ‘Abbas (qu’Allah les agrée) : Combien y a t-il de grands péchés ? Est-ce qu’ils sont sept ?
Ibn ‘Abbas (qu’Allah les agrée) a dit : « Il sont plus proches de sept cent que de sept sauf qu’il n’y a pas de grands péchés avec la demande de pardon et il n’y a pas de petits péchés s’il est fait de manière répétée ».
(Rapporté par Ibn Jarir At Tabari dans son Tefsir n°9207 et authentifié par l’imam Ibn Mouflih Al Hanbali dans Al Adab Char’iya vol 1 p 153, Hadith Sahîh)

عن عبدالله بن عمرو بن العاص رضي الله عنهما عن النبي صلى الله عليه وسلم قال : الكبائر : الإشراك بالله وعقوق الوالدين وقتل النفس واليمين الغموس
(رواه البخاري في صحيحه رقم ٦٦٧٥)

_______________________________
عن سعيد بن جبير أنَّ رجلًا قالَ لابنِ عبَّاسٍ رضي الله عنهما : كَم الكبائرُ أسَبعٌ هي ؟
قالَ : هيَ إلى سَبعِمائةٍ أقربُ منها إلى سبعٍ غيرَ أنَّهُ لا كبيرةَ معَ استِغفارٍ ولا صغيرةَ معَ إصرارٍ
(رواه ابن جرير الطبري في تفسيره رقم ٩٢٠٧ و صححه الإمام ابن مفلح الحنبلي في كتابه الآداب الشرعية ج ١ ص ١٥٣)

حكم : إسناده صحيح

.

D’après ‘Abdallah Ibn ‘Amr (qu’Allah les agrée lui et son père) : J’ai vu le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) faire le tawaf (*) autour de la Ka’ba et disait: « Comme tu es pure, comme ton parfum est bon, comme tu es grande et comme ton caractère sacré est grand ! Je jure par Celui qui détient l’âme de Muhammad dans Sa main ! Le caractère sacré du croyant, de son argent, de son sang et du fait de ne penser de lui que du bien sont auprès d’Allah plus grand que ton caractère sacré ».
(Rapporté par Ibn Maja et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Targhib n°2441, Hadith Sahîh li Ghayrihi )

(*) Le tawaf est une adoration qui consiste à tourner sept tours autour de la Ka’ba.

عن عبد الله بن عمرو رضي الله عنهما قال : رأيتُ رسولَ اللَّهِ صلَّى اللَّهُ عليْهِ وسلَّمَ يطوفُ بالكَعبةِ ويقولُ : ما أطيبَكِ وأطيبَ ريحَكِ ما أعظمَكِ وأعظمَ حرمتَكِ
والَّذي نفسُ محمَّدٍ بيدِهِ ! لَحُرمةُ المؤمنِ أعظَمُ عندَ اللَّهِ حرمةً منْكِ مالِهِ ودمِهِ وأن نظنَّ بِهِ إلَّا خيرًا
(رواه ابن ماجه و صححه الشيخ الألباني في صحيح الترغيب و الترهيب رقم ٢٤٤١)

حكم : صحيح لغيره

.

D’après ‘Abdallah Ibn ‘Amr (qu’Allah les agrée lui et son père) : Mou’adh Ibn Jabal (qu’Allah l’agrée) a voulu voyager et ainsi il a dit: Ô Messager d’Allah! Conseille moi.
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Adore Allah et ne lui associe rien ».
Mou’adh (qu’Allah l’agrée) a dit: Ô Messager d’Allah! Rajoute moi.
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Si tu fais du mal fais du bien ensuite ».
Mou’adh (qu’Allah l’agrée) a dit: Ô Messager d’Allah! Rajoute moi.
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Sois droit et que ton comportement soit bon ».
(Rapporté par Ibn Hibban et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Targhib n°2654, Hadith Sahîh)
عن عبدالله بن عمرو رضي الله عنهما أن معاذ بن جبل رضي الله عنه أراد سفرًا فقال : يا نبي الله ! أوصني
قال النبي صلى الله عليه و سلم : اعبد الله لا تشرك به شيئًا
قال معاذ رضي الله عنه : يا نبي الله ! زدني
قال النبي صلى الله عليه و سلم : إذا أسأت فأحسن
قال معاذ رضي الله عنه : يا نبي الله ! زدني
قال النبي صلى الله عليه و سلم : استقم وليحسن خلقك
(رواه ابن حبان و حسنه الشيخ الألباني في صحيح الترغيب و الترهيب رقم ٢٦٥٤)

حكم : إسناده صحيح

.

D’après Abou Najih As Soulami, ‘Abdallah Ibn ‘Omar (qu’Allah les agrée lui et son père) a été questionné à propos du jeûne de ‘arafat. Il a dit : J’ai fais le hajj avec le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) et il ne l’a pas jeûné, avec Abou Bakr (qu’Allah l’agrée) et il ne l’a pas jeûné, avec ‘Omar (qu’Allah l’agrée) et il ne l’a pas jeûné, avec ‘Othman (qu’Allah l’agrée) et il ne l’a pas jeûné. Et moi je ne le jeûne pas, je ne l’ordonne pas et je ne l’interdis pas.
(Rapporté par Tirmidhi dans ses Sounan n°751 qui l’a authentifié et il a également été authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Tirmidhi, Hadith Sahîh)

L’imam Tirmidhi (mort en 279 du calendrier hégirien) a classé ce hadith dans le chapitre : – Le caractère détestable de jeûner le jour de ‘Arafat à ‘Arafat- et il a dit ensuite : « Ceci est l’avis de la plupart des savants : il disent qu’il est préférable de rompre le jeûne à ‘Arafat afin que la personne prenne des forces pour faire des invocations ».

عن أبي نجيح السلمي قال : سُئِلَ عبد الله ابن عمرَ رضي الله عنهما عن صومِ عرفةَ ؟ قال : حججتُ مع النبي صلى الله عليه وسلم فلم يصمهُ ومع أبي بكر فلم يصمهُ ومع عمرَ فلم يصمهُ ، ومع عثمانَ فلم يصمهُ وأنا لا أصومُهُ ولا آمرُ بِه ولا أنهَى عنهُ
(رواه الترمذي في سننه رقم ٧٥١ و حسنه و صححه الشيخ الألباني في صححه الترمذي)

حكم:إسناده صحيح

.

D’après ‘Abdallah Ibn ‘Omar (qu’Allah les agrée lui et son père), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Certes il y a un homme de Qouraych qui va faire du ilhad dans le haram, si ses péchés étaient pesés avec tous les péchés des hommes et des djinns ils auraient été plus lourds ».
(Rapporté par l’imam Ahmed dans son Mousnad n°21906 et authentifié par Cheikh Albani dans la Silsila Sahiha n°3108 Hadith Rijal Thiqat)

Remarque:

Ainsi les textes montrent que les péchés qui sont commis à La Mecque sont plus graves que les péchés qui sont commis dans les autres endroits.
De plus, la simple intention de commettre un péché à La Mecque suffit pour tomber sous la menace du châtiment tandis que dans les autres endroits ce n’est que lorsque le péché a été commis.

D’après Mourra, ‘Abadallah Ibn Mas’oud (qu’Allah l’agrée) a dit concernant le verset -Et celui qui veut y commettre du ilhad-: « Si un homme avait l’intention d’y commettre du ilhad alors qu’il se trouve à ‘Adan (*), Allah lui ferait certes goûter un châtiment douloureux ».
(Rapporté par Ahmed dans son Mousnad n°4071 et authentifié par l’imam Ibn Kathir dans son Tefsir p 1269, par l’imam Ibn Hajar dans Fath Al Bari 12/219 et par cheikh Ahmed Chakir dans sa correction du Mousnad 6/153)

(*) C’est une ville du Yémen.

عن مرة قال عبد الله بن مسعود رضي الله عنه في قول الله عز وجل ‘ومن يرد فيه بإلحاد بظلم’ : لو أن رجلا هم فيه بإلحاد وهو بعدن لأذاقه الله عز وجل عذابا أليما
(رواه الإمام أحمد في مسنده و صححه الإمام ابن كثير في تفسيره ص ١٢٦٩ و الإمام ابن حجر في فتح الباري ١٢/٢١٩ و الشيخ أحمد شاكر في تحقيق المسند ٦/١٥٣)

L’imam Muhammad Al Amin Al Chanqiti (mort en 1393) a dit: « Celui qui a l’intention de commettre un péché à La Mecque, Allah lui fait goûter le châtiment douloureux à cause de cette intention même s’il n’a pas fait le péché, contrairement aux endroits autres que le Haram de La Mecque dans lesquels il n’y a pas de châtiment pour l’intention uniquement ».
(Adwa Al Bayan vol 5 p 63)

En conclusion, les gens qui vont partir faire le Hajj doivent faire particulièrement attention à ne pas commettre de désobéissances à La Mecque car ils y seront durant un mois sacré dans un endroit sacré .

عن عبدالله بن عمر رضي الله عنهما قال النبي صلى الله عليه و سلم : إنه سَيُلْحِدُ في الحرم رجلٌ من قريشٍ لو وُزِنَتْ ذنوبُه بذنوب الثَّقَلَينِ لرجَحَتْ
(رواه أحمد في مسنده رقم ٢١٩٠٦ و صححه الشيخ الألباني في السلسلة الصحيحة رقم ٣١٠٨)

حكم:إسناده رجاله ثقات

.

D’après Nafi’, lorsque ‘Abdallah Ibn ‘Omar (qu’Allah les agrée lui et son père) sortait le jour du fitr et le jour du adha il faisait le tekbir à voix haute jusqu’à ce qu’il arrive au mousalla puis il faisait le tekbir jusqu’à ce que l’imam arrive.
(Rapporté par Daraqoutni dans ses Sounan n°1716 et authentifié par Cheikh Albani dans Irwa Al Ghalil n°650, Hadith Sahîh)
عن نافع أن ابن عمر رضي الله عنهما كان إذا غدا يوم الفطر و يوم الأضحى يجهر بالتكبير حتى يأتي المصلى ، ثم يكبر حتى يأتي الإمام
(رواه الدارقطني في سننه رقم ١٧١٦ و صححه الشيخ الألباني في إرواء الغليل رقم ٦٥٠)

حكم : صحيح

.

D’après Ibn ‘Omar (qu’Allah les agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) sortait pour le ‘id en marchant et il revenait en marchant.
(Rapporté par Ibn Maja dans ses Sounan n°1295 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Ibn Maja, Hadith Hasan)
عن بن عمر رضي الله عنهما : كان رسول الله صلى الله عليه وسلم يخرج إلى العيد ماشيا ويرجع ماشيا
(رواه ابن ماجه في سننه رقم ١٢٩٥ و حسنه الشيخ الألباني في صحيح ابن ماجه)

حكم : حسن

.

D’après Abdallah Ibn Omar (qu’Allah les agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « Il y a pas un musulman qui meurt le jour de vendredi ou la nuit du vendredi (c’est à dire la veille) sans qu’Allah le protège des fitna de la tombe ».
(Rapporté par Ahmed et authentifié par cheikh Albani dans Sahih Al Jami n°5773, Hadith Hasan)
عن عبد الله ابن عمر رضي الله عنهما قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : ما من مسلم يموت يوم الجمعة أو ليلة الجمعة إلا وقاه الله تعالى فتنة القبر
(رواه أحمد و الشيخ الألباني في صحيح الجامع رقم ۵۷۷۳)

حكم : حسن

.

D’après Abdallah Ibn Omar (qu’Allah les agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « Cherchez la nuit du destin et celui qui la cherche, qu’il la cherche la 27e nuit ».
(Rapporté par Ahmed et authentifié par cheikh Albani dans Sahih Al Jami n°2920, Hadith Sahîh)
عن عبد الله ابن عمر رضي الله عنهما قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : تحروا ليلة القدر ، فمن كان متحريها فليتحرها في ليلة سبع و عشرين
(رواه أحمد و صححه الشيخ الألباني في صحيح الجامع رقم ٢٩٢٠)

حكم : صحيح

.

D’après Abdallah Ibn Omar (qu’Allah les agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « Cherchez la nuit du destin dans les sept dernières nuits ».
(Rapporté par Mouslim n°1165)

L’imam Nawawi (mort en 676 du calendrier hégirien) a dit : « Les savants ont dit : La nuit du destin a été nommée comme ceci par rapport a ce qui est écrit pour les anges au niveau des destinées, des subsistances et des termes de vie qui auront lieu durant cette année (1).
Allah a dit : -Durant cette nuit est décidé tout ordre sage- (1) et Il a dit : -Durant cette nuit l’esprit et les anges descendent avec chaque ordre- (2).
Le sens est qu’il apparaît aux anges ce qui va avoir lieu durant cette année et il leur est ordonné d’appliquer les tâches qui leur sont confiées ».
(Charh Sahih Mouslim, hadith n°1165)

1) C’est à dire qu’il est écrit dans les feuillets des anges ce qui était auparavant écrit dans la Tablette préservée / Al Lawh Al Mahfoudh
(Voir Charh Al ‘Aqida Al Wasitiya de Cheikh Saleh Al Cheikh vol 2 p 328)

(2) C’est une traduction rapprochée du sens du verset 4 de la sourate Ad Doukhan n°44.

(3) C’est une traduction rapprochée du sens du verset 4 de la sourate Al Qadr n°97.

عن عبد الله ابن عمر رضي الله عنهما قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : تحروا ليلة القدر في السبع الأواخر
(رواه مسلم في صحيحه رقم ١١٦٥)
.

D’après ‘Abdallah Ibn ‘Omar (qu’Allah les agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Tout homme à qui vient son cousin et lui demande un surplus de bien (*) et il le lui refuse, Allah lui refuse ses faveurs le jour du jugement ».
(Rapporté par Tabarani et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Targhib n°897)

(*) C’est à dire qu’il lui reste de l’argent après avoir payé ce dont il a besoin pour lui ou pour ceux qui sont à sa charge.

عن عبد الله بن عمر رضي الله عنهما قال رسول الله صلى الله عليه وسلم : أيما رجل أتاه ابن عمه يسأله من فضله فمنعه منعه الله فضله يوم القيامة
(رواه الطبراني و حسنه الشيخ الألباني في صحيح الترغيب و الترهيب رقم ٨٩٧)
.

D’après ‘Abdallah Ibn ‘Omar (qu’Allah les agrée lui et son père), j’ai dit au Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui): Ô Messager d’Allah! Conseille moi!
Il a dit: « Adore Allah et ne lui associe rien, accomplis la prière, acquitte toi de la zakat, jeûne le ramadan, fais le hajj et la ‘omra, écoute et obéis (1) et tu as l’apparent et prend garde à ce qui est caché (2).
(Rapporté par Ibn Abi ‘Asim dans Kitab Sounna n°1070 et authentifié par Cheikh Albani dans Dhilal Al Janna Fi Takhrij Sounna n°1070, Hadith Jayyid)

(1) C’est à dire au gouverneur musulman dans tout ce qui n’est pas une désobéissance à Allah.

(2) L’imam Tahawi (mort en 321 du calendrier hégirien) a expliqué dans Charh Moushkil Al Athar (vol 7 p 83) que le sens de cela est que l’on doit se contenter vis-à-vis des autres de ce qui est apparent et ne pas chercher à découvrir ce qu’ils pourraient peut-être cacher.

عن عبدالله بن عمر رضي الله عنهما قال : يا رسول الله ! أوصني
قال : اعبد الله و لا تشرك به شيئا وأقم الصلاة وآت الزكاة وصم رمضان وحج البيت واعتمر واسمع وأطع و عليك بالعلانية وإياك والسر
(رواه ابن أبي عاصم في كتاب السنّة رقم ١٠٧٠ و صححه الشيخ الألباني في ظلال الجنة في تخريج السنة)

حكم : جيد

.

D’après ‘Abdallah Ibn ‘Omar (qu’Allah les agrée lui et son père), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Celui qui meurt alors qu’il avait un dinar ou un dirham de dette remboursera avec ses bonnes actions car il n’y aura plus de dinar et de dirham (*) ».
(Rapporté par Ibn Maja dans ses Sounan n°2414 et authentifié par Cheikh Albani dans sa Sahih Ibn Maja, Hadith Sahîh)

(*) C’est à dire que le jour du jugement il sera pris de ses bonnes actions et elles seront données à la personne qui n’a pas été remboursée dans la vie d’ici-bas.
(Voir Hachiya Sindi ‘Ala Sounan Ibn Maja)

عن عبدالله بن عمر رضي الله عنهما قال رسول الله صلى الله عليه وسلم : من مات وعليه دينار أو درهم قضي من حسناته ليس ثَمَّ دينار ولا درهم
(رواه ابن ماجه في سننه رقم ٢٤١٤ و صححه الشيخ الألباني في صحيح ابن ماجه)

حكم : صحيح

.

D’après Abou Bourda (qu’Allah l’agrée), je suis arrivé à Médine, alors ‘Abdallah Ibn ‘Omar (qu’Allah les agrée lui et son père) est venu à moi et a dit: Sais-tu pourquoi je suis venu vers toi ?
J’ai dit: Non.
Il m’a dit: J’ai entendu le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) dire: « Celui qui aimerait lier les liens de parenté avec son père alors qu’il est dans sa tombe, qu’il lie les liens avec les frères de son père (*) après sa mort », et il y avait certes entre mon père ‘Omar (qu’Allah l’agrée) et ton père de la fraternité et de l’amour et j’aime lier cela.
(Rapporté par Ibn Hibban et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Targhib n°2506, Hadith Hasan)

(*) Le sens ici est les amis du père et pas les frères de sang du père.

عن أبي بردة رضي الله عنه قال : قدمت المدينة فأتاني عبد الله بن عمر رضي الله عنهما فقال : أتدري لم أتيتك ؟
قلت : لا .
قال : سمعت رسول الله صلى الله عليه وسلم يقول : من أحب أن يصل أباه في قبره فليصل إخوان أبيه بعده . وإنه كان بين أبي عمر رضي الله عنه وبين أبيك إخاء وود فأحببت أن أصل ذاك
(رواه ابن حبان و حسنه الشيخ الألباني في صحيح الترغيب و الترهيب رقم ٢٥٠٦)

حكم :  حسن

.

D’après ‘Abdallah Ibn ‘Omar (qu’Allah les agrée lui et son père), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit : « Tout acte a une vigueur et toute vigueur a un temps déterminé (*). Celui pour qui ce temps déterminé est dans ma sounna est certes dans le bon chemin et celui pour qui ce temps déterminé est sur autre que cela est certes perdu ».
(Rapporté par Ibn Abi Asim et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Targhib n°56, Hadith Sahîh)

(*) C’est à dire que dans les premiers temps qu’une personne pratique un acte d’adoration elle le pratique avec vigueur et motivation puis généralement avec le temps ceci diminue.

عن عبدالله بن عمر رضي الله عنهما قال رسول الله صلى الله عليه وسلم : لكل عمل شرة ولكل شرة فترة فمن كانت فترته إلى سنتي فقد اهتدى ومن كانت فترته إلى غير ذلك فقد هلك
(رواه ابن أبي عاصم و صححه الشيخ الألباني في صحيح الترغيب و الترهيب رقم ٥٦)

حكم : صحيح

.

D’après ‘Imran Ibn Husayn (qu’Allah les agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit « Celui qui lit le Coran, qu’il demande à Allah par celui-ci (*) car viendront des gens qui liront le Coran et demanderont au gens par celui-ci ».
(Rapporté par Tirmidhi dans ses Sounan n°2917 et authentifié par cheikh Albani dans Sahîh Tirmidhi, Hadith Hasan)

(*) L’imam ‘Abder Raouf Al Mounawi a dit dans Fayd Al Qadir (hadith n°8956) que le sens de cela est: « qu’il invoque après avoir terminé le Coran par les invocations qui sont rapportées ou bien à chaque fois qu’il lit un verset sur la miséricorde il demande à Allah sa miséricorde, à chaque fois qu’il lit un verset sur le châtiment il demande protection contre le châtiment et ainsi de suite ».

Pour appuyer le premier sens qui a été mentionné par l’imam Mounawi il est bon de citer le récit suivant:

D’après Thabit Al Bounani, lorsque Anas Ibn Malik (qu’Allah l’agrée) terminait le Coran il rassemblait ses enfants et les gens de sa maison et il invoquait pour eux.
(Rapporté par Said Ibn Mansour dans ses Sounan n°27 et authentifié par l’imam Ibn Hajar dans Nataij Al Afkar vol 3 p 173, par l’imam Nawawi dans Al Adhkar p 88 et par Cheikh Albani dans Lafdatoul Kabad p 7)

عن عمران بن حصين رضي الله عنهما قال رسول الله صلى الله عليه وسلم : من قرأ القرآن فليسأل الله به فإنه سيجيء أقوام يقرؤون القرآن يسألون به الناس
(رواه الترمذي في سننه رقم ٢٩١٧ و حسنه و حسنه أيضاً الشيخ الألباني في صحيح الترمذي)

حكم : حسن


عن ثابت البناني قال : كان أنس بن مالك رضي الله عنه إذا ختم القرآن جمع ولده و أهل بيته و دعا لهم
(رواه سعيد ابن منصور في سننه رقم ٢٧ و صححه الحافظ ابن حجر نتائج الأفكار ج ٣ ص ١٧٣ و الإمام النووي في كتاب الأذكار ص ٨٨ و الشيخ الألباني في لفدة الكبد ص ٧)

.

D’après ‘Abdallah Ibn ‘Omar (qu’Allah les agrée lui et son père), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Certes Allah aime que l’on profite de ses facilités comme Il déteste que l’on pratique ce qu’Il a interdit ».
(Rapporté par Ahmed et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Targhib n°1059)

Et dans une autre version : « Certes Allah aime que l’on profite de ses facilités comme Il aime que l’on délaisse ce qu’Il a interdit ».
(Rapportée par Ibn Khouzeima et authentifiée par Cheikh Albani dans Sahih Targhib n°1059)

عن عبد الله ابن عمر رضي الله عنهما قال النبي صلى الله عليه وسلم : إن الله تبارك وتعالى يحب أن تؤتى رخصه كما يكره أن تؤتى معصيته
(رواه أحمد و صححه الشيخ الألباني في صحيح الترغيب و الترهيب رقم ١٠٥٩)


و في رواية أخرى : إن الله يحب أن تؤتى رخصه كما يحب أن تترك معصيته
(رواها بن خزيمة صححها الشيخ الألباني في صحيح الترغيب و الترهيب رقم ١٠٥٩)

.

D’après Abdallah Ibn Omar (qu’Allah les agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a interdit qu’un homme fasse lever son frère de l’endroit où il était assis puis il s’y assoit.
Ibn Jourayj a dit: J’ai dit à Nafi’ (le rapporteur d’après Ibn Omar): Pour le vendredi ? Il a répondu: Pour le vendredi et autre.
(Rapporté par Boukhari dans son Sahih n°911)

Rapporté également par Mouslim dans son Sahih n°2177

عن عبد الله بن عمر رضي الله عنهما نهى النبي صلى الله عليه وسلم أن يقيم الرجل أخاه من مقعده ويجلس فيه
قال ابن جريج : قلت لنافع : الجمعة ؟
قال : الجمعة وغيرها
(رواه البخاري في صحيحه رقم ٩١١)
.

D’après Ibn Omar (qu’Allah les agrée), un homme parmi les ansars est venu voir le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) et lui a dit: Ô Messager d’Allah, je suis venu t’interroger sur certaines paroles. Le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) lui a dit: « Assied toi ».
Un homme de Thaqif est venu et a dit: Ô Messager d’Allah, je suis venu t’interroger sur certaines paroles. Le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « L’ansari t’a précédé ».
L’ansari a dit: C’est certes un étranger et l’étranger a un droit ainsi commence par lui. Alors le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) s’est tourné vers le thaqafi et a dit: « Si tu veux je t’informe de ce sur quoi tu es venu m’interroger et si tu veux tu m’interroge et je te répond ».
L’homme a dit: Informe moi de ce sur quoi je suis venu t’interroger.
Le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « Tu es venu m’interroger sur l’inclinaison, la prosternation, la prière et le jeûne ».
L’homme a dit: Par celui qui t’a envoyé avec la vérité, tu n’as rien manqué de ce que j’avais à l’esprit.
Le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « Lorsque tu fais l’inclinaison pose tes mains sur tes genoux, puis écarte tes doigts, puis garde cette position jusqu’à ce que chaque membre prenne sa place. Lorsque tu te prosternes places bien ton front et ne picore pas et prie au début de la journée et à la fin ».
L’homme a dit: Ô Envoyé d’Allah, et si je prie entre ces deux moments ?
Le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « Tu es alors un prieur et jeûne chaque mois le 13, le 14 et le 15 ».
Alors le thaqafi se leva et le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) se tourna vers le ansari et il lui a dit: « Si tu veux je t’informe de ce sur quoi tu es venu m’interroger et si tu veux tu m’interroge et je te répond ».
L’homme a dit: Non ô Envoyé d’Allah, informe moi de ce sur quoi je suis venu t’interroger. Le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « Tu es venu m’interroger sur la récompense du pèlerin lorsqu’il sort de chez lui, sur sa récompense lorsqu’il stationne à arafat, sur sa récompense lorsqu’il lapide les stèles, sur sa récompense lorsqu’il rase sa tête et sur sa récompense lorsqu’il termine le dernier tawaf autour de la maison ».
L’homme dit: Ô Envoyé d’Allah, par celui qui t’a envoyé avec la vérité, tu n’as rien manqué de ce que j’avais à l’esprit.
Le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « Sa récompense lorsqu’il sort de sa maison est que sa monture ne fait pas un pas sans qu’Allah ne lui inscrive une bonne action ou ne lui efface un péché, lorsqu’il stationne à arafat alors certes Allah descend au ciel de la vie d’ici-bas et dit: Regardez mes serviteurs les cheveux décoiffés et plein de poussière, je vous prend comme témoin que je leur ai pardonné leurs péchés même si leur nombre est comme les gouttes dans le ciel ou les grains de sable d’un désert. Lorsqu’il lapide les stèles, personne ne connait sa récompense jusqu’à ce qu’il soit ressuscité le jour du jugement. Lorsqu’il rase sa tête, il a pour chaque cheveux une lumière le jour du jugement et lorsqu’il termine son dernier tawaf il sort de ses péchés comme le jour où sa mère l’a mis au monde ».
(Rapporté par Ibn Hibban et authentifié par cheikh Albani dans Sahih Targhib n°1155, Hadith Hasan)
عن ابن عمر رضي الله عنهما قال جاء رجل من الأنصار إلى النبي صلى الله عليه وسلم فقال يا رسول الله كلمات أسأل عنهن فقال صلى الله عليه وسلم اجلس وجاء رجل من ثقيف فقال يا رسول الله كلمات أسأل عنهن فقال صلى الله عليه وسلم سبقك الأنصاري فقال الأنصاري إنه رجل غريب وإن للغريب حقا فابدأ به فأقبل على الثقفي فقال إن شئت أنبأتك عما كنت تسألني عنه وإن شئت تسألني وأخبرك فقال يا رسول الله بل أجبني عما كنت أسألك قال جئت تسألني عن الركوع والسجود والصلاة والصوم فقال والذي بعثك بالحق ما أخطأت مما كان في نفسي شيئا قال فإذا ركعت فضع راحتيك على ركبتيك ثم فرج أصابعك ثم اسكن حتى يأخذ كل عضو مأخذه وإذا سجدت فمكن جبهتك ولا تنقر نقرا وصل أول النهار وآخره فقال يا نبي الله فإن أنا صليت بينهما قال فأنت إذا مصل وصم من كل شهر ثلاث عشرة وأربع عشرة وخمس عشرة فقام الثقفي ثم أقبل على الأنصاري فقال إن شئت أخبرتك عما جئت تسألني وإن شئت تسألني وأخبرك فقال لا يا نبي الله أخبرني بما جئت أسألك قال جئت تسألني عن الحاج ما له حين يخرج من بيته وما له حين يقوم بعرفات وما له حين يرمي الجمار وما له حين يحلق رأسه وما له حين يقضي آخر طواف بالبيت فقال يا نبي الله والذي بعثك بالحق ما أخطأت مما كان في نفسي شيئا قال فإن له حين يخرج من بيته أن راحلته لا تخطو خطوة إلا كتب الله بها حسنة أو حط عنه بها خطيئة فإذا وقف بعرفات فإن الله عز وجل ينزل إلى سماء الدنيا فيقول انظروا إلى عبادي شعثا غبرا اشهدوا أني قد غفرت لهم ذنوبهم وإن كانت عدد قطر السماء ورمل عالج وإذا رمى الجمار لا يدري أحد ما له حتى يتوفاه الله يوم القيامة وإذا قضى آخر طواف بالبيت خرج من ذنوبه كيوم ولدته أمه
(رواه بن حبان و حسنه الشيخ الألباني في صحيح الترغيب و الترهيب رقم ١١٥٥)
حكم : حسن
.

D’après ‘Abdallah Ibn ‘Omar (qu’Allah les agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a été interrogé sur le paradis.
Il a dit : « Celui qui rentre dans le paradis vivra dedans et ne mourra pas, il sera comblé de bienfaits et ne sera touché par aucun mal, son vêtement se n’usera pas et sa jeunesse perdurera ».
On lui a dit: Ô Messager d’Allah ! Comment sont ses constructions ?
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a répondu: « Des briques en or et des briques en argent, leurs ciments est le musc, leurs sols est le safran et leurs petits cailloux sont des perles et des rubis ».
(Rapporté par Ibn Abi Dounia et authentifié par cheikh Albani dans Sahih Targhib n°3713, Hadith Hasan li Ghayrihi)
عن عبدالله بن عمر رضي الله عنهما قال : سئل رسول الله صلى الله عليه وسلم عن الجنة فقال : من يدخل الجنة يحيى فيها لا يموت وينعم فيها لا يبأس لا تبلى ثيابه ولا يفنى شبابه
قيل : يا رسول الله ما بناؤها ؟
قال رسول الله صلى الله عليه وسلم : لبنة من ذهب ولبنة من فضة وملاطها المسك وترابها الزعفران وحصباؤها اللؤلؤ والياقوت
(رواه ابن أبي دنيا و حسنه الشيخ الألباني في صحيح الترغيب و الترهيب رقم ٣٧١٣)

حكم : حسن لغيره

.

D’après Ibn Omar (qu’Allah les agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) ne dormait pas sans que le siwak ne soit auprès de lui et lorsqu’il se réveillait il commençait par le siwak.
(Rapporté par Ahmed et authentifié par Cheikh Albani dans Silsila Sahiha n°2111)
عن ابن عمر رضي الله عنهما أن رسول الله صلى الله عليه و سلم كان لا ينام إلا و السواك عنده . فإذا استيقظ بدأ بالسواك
(رواه أحمد و صححه الشيخ الألباني في السلسلة الصحيحة رقم ٢١١١)
.

D’après Abdallah Ibn Omar (qu’Allah les agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « Prenez le sahour, ne serait-ce qu’avec une gorgée d’eau ».
(Rapporté par Ibn Hibban dans son Sahih n°3476 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Targhib n°1071, Hadith Hasan Sahîh)

Les bénéfices du sahour :

L’imam Ibn Moulaqin (mort en 804) a dit dans son ouvrage Al I’lam Bi Fawaid Omdatoul Ahkam vol 5 p 187 :
« La bénédiction présente dans le sahour comprend plusieurs choses:
– La première est qu’il est le suivi de la sounna
– La seconde est qu’il est une différenciation des Gens du Livre
– La troisième est qu’il permet de prendre des forces et d’être en forme pour le jeûne surtout pour les enfants
– La quatrième est qu’il est une cause pour faire du rappel, des invocations et d’obtenir la miséricorde car il est pris dans un moment d’exaucement
– La cinquième est qu’il peut être la cause pour faire une aumône à celui qui mendie à ce moment
– La sixième est qu’il permet de renouveler l’intention du jeûne et ainsi sortir de la divergence des savants qui imposent qu’elle soit renouvelée
– La septième est qu’il est une cause pour avoir un bon comportement car peut-être que si la personne a faim son comportement va se dégrader ».

عن عبدالله بن عمر رضي الله عنهما قال النبي صلى الله عليه و سلم : تسحروا و لو بجرعة من ماء
(رواه ابن حبان في صحيحه رقم ٣٤٧٦ و صححه الشيخ الألباني في صحيح الترغيب و الترهيب رقم ١٠٧١)

حكم : حسن صحيح

.

D’après Ibn Omar (qu’Allah les agrée), j’ai trouvé une femme qui avait été tuée durant l’une des batailles du Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui), alors le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a interdit de tuer les femmes et les enfants.
(Rapporté par Mouslim dans son Sahih n°1744)

Rapporté Boukhari dans son Sahih n°3015

عن ابن عمر رضي الله عنهما قال : وجدت امرأة مقتولة في بعض مغازي رسول الله صلى الله عليه و سلم . فنهى رسول الله صلى الله عليه و سلم عن قتل النساء و الصبيان
(رواه مسلم في صحيحه رقم ١٧٤٤)
.

D’après Ibn Omar (qu’Allah les agrée), j’ai trouvé une femme qui avait été tuée durant l’une des batailles du Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui), alors le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a interdit de tuer les femmes et les enfants.
(Rapporté par Boukhari dans son Sahih n°3015)

Rapporté Mouslim dans son Sahih n°1744

عن ابن عمر رضي الله عنهما قال : وجدت امرأة مقتولة في بعض مغازي رسول الله صلى الله عليه و سلم . فنهى رسول الله صلى الله عليه و سلم عن قتل النساء و الصبيان
(رواه البخاري في صحيحه رقم ٣٠١٥)
.

D’après Abdallah Ibn Omar (qu’Allah les agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a imposé l’aumône de la rupture du jeûne un sa’ de dattes, ou un sa’ d’orge pour le serviteur et l’homme libre, pour les hommes et les femmes, pour les vieux et les jeunes parmi les musulmans.
(Rapporté par Mouslim dans son Sahih n°984b)

(*) Rapporté également par Boukhari dans son Sahih n°1503

Remarque:

L’ensemble des ahadith du Messager d’Allah (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) et des textes de ses compagnons (qu’Allah les agrée) sur ce sujet mentionnent uniquement le fait de sortir la zakat al fitr en nourriture.

Malgré cela les savants ont divergé sur le fait qu’il soit permis ou pas de sortir la zakat al fitr autrement qu’en nourriture. La majorité des savants sont d’avis que cette zakat n’est valable qu’en nourriture uniquement tandis que l’imam Abou Hanifa et certains de ses élèves ont été d’avis qu’il est permis de la sortir en argent.

Il faut tout de même noter que certains des grands savants de l’école de Abou Hanifa ont dit que le mieux est de la sortir en nourriture afin de sortir de la divergence.

L’imam Nawawi (mort en 676) a dit dans Charh Sahih Mouslim vol 7 p 60: « La majorité des savants de la jurisprudence n’ont pas permis de sortir de l’argent et Abou Hanifa l’a permis ».

Et il dit également : « Dans ce hadith (*) le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a mentionné plusieurs denrées dont les prix sont différents et il a ordonné pour chacune des denrées de donner un sa’. Ainsi cela montre que ce qui est pris en compte est le sa’ et qu’on ne regarde pas le prix ».

(*) C’est à dire le hadith de ‘Abdallah Ibn ‘Omar qui est mentionné ci-dessus.

L’imam Al Mawsouli Al Hanafi (mort en 683) a dit dans Al Ikhtiyar Li Ta’lil Al Moukhtar vol 1 p 389 après avoir mentionné que pour lui il est permis de donner la zakat al fitr en argent: « Le plus prudent est de donner du blé afin de sortir de la divergence ».

عن عبد الله ابن عمر رضي الله عنهما قال : فرض رسول الله صلى الله عليه وسلم زكاة الفطر صاعا من تمر أو صاعا من شعير عَلَى كُلِّ
(رواه مسلم في صحيحه رقم ٩٨٤)
.

D’après Abdallah Ibn Omar (qu’Allah les agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a imposé l’aumône de la rupture du jeûne un sa’ de dattes, ou un sa’ d’orge pour le serviteur et l’homme libre, pour les hommes et les femmes, pour les vieux et les jeunes parmi les musulmans. et il a ordonné qu’elle soit donnée avant la sortie des gens pour la prière.
(Rapporté par Boukhari dans son Sahih n°1503)

Rapporté également par Mouslim dans son Sahih n°984

عن عبد الله ابن عمر رضي الله عنهما قال : فرض رسول الله صلى الله عليه وسلم زكاة الفطر صاعا من تمر أو صاعا من شعير على العبد والحر ، والذكر والأنثى ، والصغير والكبير من المسلمين وأمر بها أن تؤدى قبل خروج الناس إلى الصلاة
(رواه البخاري في صحيحه رقم ١٥٠٣ )
.

D’après ‘Abdallah Ibn ‘Omar (qu’Allah les agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « Certes Allah s’étonne vraiment de la prière en groupe (*) ».
(Rapporté par Ahmed et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Targhib n°406, Hadith Hasan)

(*) Ceci montre le très grand mérite de la prière en commun dans les mosquées. Il faut donc que le musulman y soit le plus assidu possible.

عن عبدالله ابن عمر رضي الله عنهما قال رسول الله صلى الله عليه وسلم : إن الله تبارك وتعالى ليعجب من الصلاة في الجمع
(رواه أحمد و حسنه الشيخ الألباني في صحيح الترغيب و الترهيب رقم ٤٠٦)

حكم : حسن

.

D’après Ibn Omar (qu’Allah les agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « Celui qui veut faire de la piété filiale à son père alors qu’il est dans sa tombe, qu’il lie les liens avec les frères de son père (*) après sa mort ».
(Rapporté par Ibn Hibban et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Al Jami n°5960, Hadith Sahîh)

(*) Le sens voulu ici est les amis de son père comme cela est explicité dans d’autres ahadiths.

عن ابن عمر رضي الله عنهما قال النبي صلى الله عليه و سلم : من أحب أن يصل أباه في قبره فليصل إخوان أبيه من بعده
(رواه ابن حبان و صححه الشيخ الألباني في صحيح الجامع رقم ٥٩٦٠)

حكم : صحيح

.

D’après Ibn Omar (qu’Allah les agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « -Qoul Houwa Llahou Ahad (Sourate 112)- équivaut au tiers du Coran et -Qoul ya Ayouhal Kafiroun (Sourate 109)- équivaut au quart du Coran » et le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) les lisait toutes les deux dans les deux unités de prière du fajr (*) ».
(Rapporté par Abou Ya’la et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Targhib n°583, Hadith Sahîh li Ghayrihi)

(*) C’est à dire dans la prière surérogatoire que l’on fait avant la prière obligatoire du matin.

عن ابن عمر رضي الله عنهما قال رسول الله صلى الله عليه وسلم : قل هو الله أحد تعدل ثلث القرآن و قل يا أيها الكافرون تعدل ربع القرآن . وكان يقرؤهما في ركعتي الفجر
(رواه أبو يعلى و صححه الشيخ الألباني في صحيح الترغيب و الترهيب رقم ٥٨٣)

حكم : صحيح لغيره

.

D’après ‘Abdallah Ibn ‘Omar (qu’Allah les agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a entendu un homme jurer par son père alors il a dit : « Ne jurez pas par vos pères. Celui qui jure par Allah qu’il soit véridique et celui à qui on jure par Allah qu’il s’en satisfasse et celui qui ne se satisfait pas d’Allah ne fait en rien partie d’Allah (*) ».
(Rapporté par Ibn Maja dans ses Sounan n°2101 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Ibn Maja, Hadith Sahîh)

(*) C’est à dire qu’il n’est pas une personne proche d’Allah.
(Hachiya Al Sindi ‘Ala Sounan Ibn Maja)

عن عبدالله بن عمر رضي الله عنهما قال : سمع النبي صلى الله عليه وسلم رجلا يحلف بأبيه فقال : لا تحلفوا بآبائكم من حلف بالله فليصدق ومن حلف له بالله فليرض ومن لم يرض بالله فليس من الله
(رواه ابن ماجه في سننه رقم ٢١٠١ و صححه الشيخ الألباني في صحيح ابن ماجه)

حكم : صحيح

.

D’après ‘Abdallah Ibn ‘Omar (qu’Allah les agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « Ne prie que vers une soutra (1) et ne laisse personne passer devant toi. S’il refuse alors combat le (2) car il y a avec lui un Shaytan ».
(Rapporté par Ibn Khouzeima dans son Sahih n°800 et authentifié par Cheikh Albani dans Sifat Salat vol 1 p 82)

(1) C’est une chose derrière laquelle le prieur se met pour prier.

(2) C’est à dire qu’il le repousse avec vigueur.

Il faut aussi signaler qu’il est rapporté un hadith similaire dans Sahih Al Boukhari (n°509) et dans Sahih Mouslim (n°505) dans lequel il est précisé que le fait de repousser la personne avec vigueur ne doit être fait qu’après l’avoir repoussé de manière normale.

عن عبد الله ابن عمر رضي الله عنهما قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : لا تصل إلا إلى سترة ولا تدع أحدا يمر بين يديك فإن أبى فلتقاتله فإن معه القرين
(رواه ابن خزيمة في صحيحه رقم ٨٠٠ و صححه الشيخ الألباني في صفة الصلاة ص ٨٢)
.

D’après Abdallah Ibn Omar (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « N’interdisez pas à vos femmes de se rendre dans les mosquées mais leurs maisons sont meilleures pour elles ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°567 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Abou Daoud, Hadith Sahîh)
عن ابن عمر رضي الله عنهما قال رسول الله صلى الله عليه وسلم : لا تمنعوا نساءكم المساجد وبيوتهن خير لهن
(رواه أبو داود في سننه رقم ٥٦٧ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après ‘Abdallah Ibn ‘Omar (Qu’Allah les agrée lui et son père), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Celui qui ressemble à un peuple fait partie d’eux ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°4031 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Al Jami n°6149, Hadith Sahîh)

Ce hadith a été authentifié entre autres par :
– L’imam Ibn Taymiya dans Majmou Al Fatawa 25/331
– L’imam Dhahabi dans Siyar A’lam Noubala 15/509
– L’imam Ibn Hajar dans Fath Al Bari 10/282

D’après Abou Al Moughira, ‘Abdallah Ibn ‘Amr (qu’Allah les agrée lui et son père) a dit : « Celui qui réside dans les pays des non-arabes, pratique leur nayrouz et leur mahrajan (*) et leur ressemble jusqu’à ce qu’il meurt alors qu’il est dans cette situation sera rassemblé avec eux le jour de la résurrection ».
(Rapporté par Al Bayhaqi dans Al Sounan Al Koubra n°18863 et authentifié par Cheikh Al Islam Ibn Taymiya dans Iqtida Siratal Moustaqim p 457 ainsi que par l’imam Ibn Qayim dans hkam Ahl Dhimma p 1248)

(*) Ce sont les noms de deux de leurs fêtes.

عن أبي المغيرة قال عبدالله بن عمرو رضي الله عنهما : من بنَى ببلادِ الأعاجمِ فصنع نَيروزَهم ومهرجانَهم وتشبَّهَ بهم حتَّى يموتَ وهو كذلك حُشِرَ معهم يومَ القيامةِ
(رواه البيهقي في السنن الكبرى رقم ١٨٨٦٣ و صححه شيخ الإسلام ابن تيمية في اقتضاء الصراط المستقيم ص ٤٥٧ و صححه أيضاً الإمام ابن القيم في أحكام أهل الذمة ص ١٢٤٨)


L’imam Ibn Qayim Al Djawziya (mort en 751 du calendrier hégirien) a dit dans Ahkam Ahl Dhimma p 1245
: « Il n’est pas permis au musulman d’assister aux fêtes des mécréants par consensus des gens de science. Les juristes des quatre écoles juridiques ont explicitement mentionné cela dans leurs ouvrages ».

Et il a dit à la page 441 du même ouvrage: « En ce qui concerne les félicitations pour les rites spécifiques à la mécréance alors ceci est interdit par consensus des savants.
Comme par exemple le fait de les féliciter pour leurs fêtes et leurs jeûnes en disant: – bonne fête à toi – ou – félicitation pour cette fête – ou ce genre de paroles.
Ces paroles, si la personne qui les a prononcé est sauvée de la mécréance, sont certes interdites.
Le fait de dire ces choses est comme le fait de féliciter celui qui s’est prosterné devant une croix et ceci est plus grave auprès d’Allah et le met plus en colère que de féliciter celui qui a bu de l’alcool, celui qui a tué une âme ou a pratiqué la fornication ».

L’imam Ibn Hajar Al Haytami (mort en 973 du calendrier hégirien) a dit dans Al Fatawa Al Fiqhiya Al Koubra vol 4 p 238: « Et parmi les plus mauvaises innovations le fait que les musulmans se conforment aux chrétiens dans leurs fêtes, ceci en imitant leur nourriture, en leur faisant des cadeaux ou en acceptant leurs cadeaux ».

عن عبدالله بن عمر رضي الله عنهما قال النبي صلى الله عليه و سلم: من تشبه بقوم فهو منهم
(رواه أبو داود في سننه رقم ٤٠٣١ و صححه الشيخ الألباني في صحيح الجامع رقم ۶۱۴۹ )

حكم : صحيح

.

D’après Ibn Omar (qu’Allah les agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « Une prière sans purification n’est pas acceptée de même qu’une aumône avec de l’argent volé ».
(Rapporté par Mouslim dans son Sahih n°224)
عن ابن عمر رضي الله عنهما قال النبي صلى الله عليه وسلم : لا تقبل صلاة بغير طهور ولا صدقة من غلول
(رواه مسلم في صحيحه رقم ٢٢٤)
.

D’après Souleyman Ibn Yasar, je me suis rendu auprès d’Ibn ‘Omar (qu’Allah les agrée) à Boulat (1) alors que les gens priaient.
J’ai dit: Tu ne pries pas avec eux ?
Il a répondu: Certes j’ai déjà prié et j’ai certes entendu le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) dire: « Ne priez pas une prière deux fois le même jour (2) ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°579 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Abou Daoud, Hadith Hasan Sahih)

(1) C’est un endroit à Médine.(2) C’est à dire que la personne prie une prière obligatoire puis il la prie une seconde fois comme étant la prière obligatoire.
(Awn Al Ma’boud ‘Ala Charh Sounan Abi Daoud)

عن سليمان بن يسار أتيت ابن عمر رضي الله عنهما على البلاط وهم يصلون فقلت : ألا تصلي معهم ؟
قال : قد صليت إني سمعت رسول الله صلى الله عليه وسلم يقول : لا تصلوا صلاة في يوم مرتين
(رواه أبو داود في سننه رقم ٥٧٩ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : حسن صحيح

.