Al-Moughîra Ibn Chou’ba [9 / 130 Hadiths ]


D’après Mou’awiya Ibn Abi Sofiane (qu’Allah les agrée lui et son père), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Certes les actes ne sont que comme des récipients.
Si ce qu’il y a en bas est bon alors ce qu’il y a en haut sera bon et si ce qu’il y a en bas n’est pas bon alors ce qu’il y a en haut ne sera pas bon (*) ».
(Rapporté par Ibn Maja dans ses Sounan n°4199 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Ibn Maja, Hadith Sahîh)

(*) L’imam ‘Abder Raouf Al Mounawi (mort en 1031 du calendrier hégirien) a expliqué que les actes sont comme un récipient qui contient un liquide.
Les actes apparents sont comme ce qui est sur le dessus du récipient et les actes intérieurs sont ce qui est au fond du récipient.
Ainsi le sens est que s’il y a de la sincérité envers Allah dans le coeur de celui qui oeuvre alors ceci va se traduire sur l’apparence de son acte et inversement s’il y a dans le coeur de la personne de l’ostentation.
(Fayd Al Qadir, hadith n°2320)

D’autres savants ont expliqué le hadith en disant que les actes de la personne durant sa vie sont semblables à ce qui est en bas du récipient et les actes par lesquels la personne termine sa vie sont comme ce qui est sur le dessus du récipient.
Ainsi Allah ne va permettre à la personne de terminer sa vie avec de bonnes actions que si auparavant la personne a oeuvré dans le bien.
(Hachiya As Sindi ‘Ala Sounan Ibn Maja)

عن معاوية بن أبي سفيان رضي الله عنهما قال النّبي صلّي الله عليه و وسلم : إنّما الأعمال كالوِعَاء إذا طَاب أسفله طاب أعلاه وإذا فسد أسفله فسد أعلاه
(رواه ابن ماجه في سننه رقم ٤١٩٩ و صححه الشيخ الألباني في صحيح ابن ماجه)

حكم : صحيح

.

D’après Mou’àwiya (رضي الله عنه) rapporte: « J’ai entendu le Messager d’Allah (ﷺ) dire: « Le jour de la résurrection ce sera les Muezzins (Ceux qui appellent à la prière) qui auront le cou le plus long le jour de la résurrection. . » [Mouslim].
(Ryad As Salihine Hadith n°1034)
وعن معاوية رضي الله عنه قال‏:‏ سمعت رسول الله صلى الله عليه وسلم يقول‏:‏ ‏« المُؤَذِّنون أطولُ الناسِ أعناقًا يومَ القيامةِ‏ »‏ ‏(‏‏(‏رواه مسلم‏)‏‏)‏‏.‏
(رياض الصالحين رقم ۱۰۳۴)
.

D’après Mu’awiya ibn ‘Abi Sufyān (qu’Allah les agrées) que Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit « de ne pas lier une prière à une autre sans avoir parlé ou sans être sorti (*) ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°1129 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Al Jami n°7478, Hadith Sahîh)

(*) Le fait de différencier les adorations les unes des autres est parmi les objectifs de cette noble législation.

عن معاوية بن أبي سفيان رضي الله عنهما قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : لا تُوصِلْ صلاةً بصلاةٍ حتى تتكلمَ أو تخرجَ
(رواه أبي داود في سننه رقم ۱۱۲۹ و صححه الشيخ الألباني في صحيح الجامع رقم ۵)

حكم : صحيح

.

D’après Mou’awiya Ibn Jahima, Jahima (qu’Allah l’agrée) s’est rendu auprès du Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) et a dit: Ô Messager d’Allah ! Je veux partir faire la guerre et je suis venu te demander ton avis.
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « As-tu une mère ? ».
Il a dit: Oui.
Alors le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Accroches toi à elle car le paradis est proche de son pied ».
(Rapporté par Nasai dans ses Sounan n°3104 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Nasai, Hadith Hasan Sahîh)
عن معاوية بن جاهمة أن جاهمة رضي الله عنه جاء إلى النبي صلى الله عليه وسلم فقال : يا رسول الله ! أردت أن أغزو وقد جئت أستشيرك .
فقال النبي صلى الله عليه وسلم : هل لك من أم ؟
قال: نعم
قال النبي صلى الله عليه وسلم : فالزمها فإن الجنة عند رجلها
(رواه النسائي في سننه رقم ٣١٠٤ و صححه الشيخ الألباني في صحيح النسائي)

حكم : حسن صحيح

.

D’après Mou’awiya Ibn Abi Sofiane (qu’Allah les agrée lui et son père), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Cherchez la nuit du destin dans la dernière nuit du mois de Ramadan ».
(Rapporté par Ibn Nasr Al Marwazi dans Moukhtasar Qiyam Al Leyl p 253 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Al Jami n°1238, Hadith Sahîh)
عن معاوية بن أبي سفيان رضي الله عنهما قال النبي صلّى الله عليه و سلّم : الْتمِسوا ليلةَ القدرِ آخرَ ليلةٍ مِن رمضانَ
(رواه ابن نصر المروزي في مختصر قيام الليل ص ٢٥٣ و صححه الشيخ الألباني في صحيح الجامع رقم ١٢٣٨)

حكم : صحيح

.

D’après Mouawiya Al Qouchayri (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Il y a dans le paradis une mer d’eau, une mer de lait, une mer de miel, une mer de vin puis ensuite les fleuves prennent leurs sources d’elles ».
(Rapporté par Al Bayhaqi et authentifié par cheikh Albani dans Sahih Targhib n°3722, Hadith Hasan)
عن معاوية القشيري رضي الله عنه قال النبي صلى الله عليه وسلم : في الجنة بحر للماء وبحر للبن وبحر للعسل وبحر للخمر ثم تشقق الأنهار منها بعد
(رواه البيهقي و حسنه الشيخ الألباني في صحيح الترغيب و الترهيب رقم ٣٧٢٢)

حكم : حسن

.

D’après Mou’awiya Ibn Hayda (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Il y a trois personnes dont les yeux ne verront pas le feu (1): un oeil qui a monté la garde dans le sentier d’Allah, un oeil qui a pleuré par crainte d’Allah et un oeil qui s’est abstenu des interdits d’Allah (2) ».
(Rapporté par Tabarani et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Targhib n°3326, Hadith Hasan li Ghayrihi)

(1) C’est à dire le jour de la résurrection comme ceci est mentionné dans une autre version de ce hadith.
Le sens est que ces trois types de personnes seront très éloignés du feu et donc très proches du paradis

(2) C’est à dire qu’il n’a pas regardé ce qu’Allah lui a interdit de regarder.

(Voir Fayd Al Qadir, hadith n°3518)

عن معاوية بن حيدة رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه وسلم : ثلاثة لا ترى أعينهم النار : عين حرست في سبيل الله و عين بكت من خشية الله و عين كفت عن محارم الله
(رواه الطبراني و حسنه الشيخ الألباني في صحيح الترغيب و الترهيب رقم ٣٣٢٦)

حكم : حسن لغيره

.

D’après Maymoun Ibn Mahran, Mouawiya (qu’Allah l’agrée) a demandé Oum Darda (qu’Allah l’agrée) en mariage. Elle a refusé de se marier avec lui et a dit: J’ai entendu Abou Darda (qu’Allah l’agrée) dire qu’il a entendu le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) dire: « La femme est pour le dernier de ses maris » et je ne veux pas remplacer Abou Darda ».
(Rapporté par Abou Chaykh et authentifié par Cheikh Albani dans Silsila Sahiha n°1281, Hadith « Isnad rijal thaqif »)

Pour aider à comprendre ce hadith, il faut savoir que Oum Darda était donc l’épouse de Abou Darda. Mouawiya l’a demandé en mariage après la mort de son mari et elle a refusé car le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a informé qu’une femme qui a été mariée à plusieurs hommes sera dans le paradis l’épouse de son dernier mari.

Remarque : Par contre il ne convient pas que la femme prenne comme engagement envers son mari de ne pas se marier après lui s’il venait à décéder.
comme dans le Hadith rapporté par Tabarani et authentifié par Cheikh Albani dans la Silsila Sahiha n°608

(*) « Isnad rijal thaqif » Dans la chaine de transmission du Hadith: « les hommes sont dignes de confiance »

عن ميمون بن مهران قال : خطب معاوية أم درداء فأبت أن تزوجه و قالت : سمعت أبا درداء يقول : قال النبي صلى الله عليه و سلم: المرأة لآخر أزواجها . و لست أريد بأبي درداء بدلاً
(رواه أبو الشيخ و صححه الشيخ الألباني في السلسلة الصحيحة رقم ١٢٨١)

حكم : إسناده رجاله ثقات

.

D’après Iyas Ibn Abi Ramla Al Chami, j’ai vu Mou’awiya Ibn Abi Sofiane (qu’Allah les agrée) demander à Zayd Ibn Arqam (qu’Allah l’agrée): Est-ce que tu as assisté avec le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) à deux ‘id qui sont tombés le même jour (*) ?
Il a dit: Oui.
Mou’awiya Ibn Abi Sofiane (qu’Allah l’agrée) a dit: Comment a t-il fait ?
Zayd Ibn Arqam (qu’Allah l’agrée) a dit: Il a prié la prière du ‘id puis il a accordé une facilité pour le joumou’a et il a dit: « Celui qui veut prier qu’il prie ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°1070 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Abi Daoud, Hadith Sahîh)

(*) C’est à dire le ‘id qui tombe un vendredi.

Cheikh Al Islam ibn Taymiya (mort en 728) a dit: « L’avis juste est que celui qui a assisté au ‘id n’est pas tenu d’assister au joumou’a mais l’imam doit tout de même prier le joumou’a afin qu’y assistent ceux qui le souhaitent et ceux qui n’ont pas assisté au ‘id. Ceci est ce qui est rapporté du Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) et de ses compagnons (qu’Allah les agrée) comme ‘Omar, ‘Othmane, Ibn Mas’oud, Ibn ‘Abbas, Ibn Zoubayr et d’autres et il n’y a pas de divergence connue entre les compagnons du Prophète (qu’Allah les agrée) sur cela ».
(Majmou’ Al Fatawa 24/211)

Cheikh ‘Abdallah Al Bassam a dit: « Le terme -facilité- dans le hadith de Zayd Ibn Arqam (qu’Allah l’agrée) (*) montre que ce qui est préférable est d’assister au joumou’a ».
(Tawdih Al Ahkam vol 2 p 596)

Cheikh Saleh Al Fawzan a dit: « Si la personne prie la prière du ‘id avec l’imam alors il n’est pas tenu d’assister au joumou’a mais s’il y assiste alors ceci est préférable ».
(Tashil Al Ilmam vol 2 p 533)

عن إياس بن أبي رملة الشامي شهدت معاوية بن أبي سفيان رضي الله عنهما وهو يسأل زيد بن أرقم رضي الله عنه قال : أشهدت مع رسول اللهِ صلى الله عليه وسلم عيدين اجتمعا في يوم ؟
قال : نعم
قال : فكيف صنع ؟
قال : صلى العيد ثم رخص في الجمعة فقال من شاء أن يصلي فليصل
(رواه أبو داود في سننه رقم ١٠٧٠ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.