» Les 20 derniers Hadiths ajoutés

Les 20 derniers Hadiths ajoutés

D’après Abou Waail, ‘Abdallah Ibn Mas’oud (qu’Allah l’agrée) a dit : « La personne à qui on a volé quelque chose ne cesse d’avoir de mauvaises pensées jusqu’à ce que son péché soit plus grand que celui du voleur (*) ».
(Rapporté par Boukhari dans Al Adab Al Moufrad n°1289 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Al Adab Al Moufrad n°974, Hadith Isnad Sahih )

(*) C’est à dire qu’il ne cesse de se dire : -Je pense que c’est untel qu’il m’a volé ou untel car je l’ai vu dans cet endroit…- et il fait des accusations sans preuves, de la médisance jusqu’à ce que son péché soit à l’arrivée plus grave que le péché du voleur.

عن أبي وائل قال عبدالله بن مسعود رضي الله عنه : ما يزال المسروق منه يتظنى حتى يصير أعظم من السارق
(رواه الإمام البخاري في الأدب المفرد رقم ١٢٨٩ و صححه الشيخ الألباني في صحيح الأدب المفرد رقم ٩٧٤)

حكم : إسناده صحيح

D’après Anas Ibn Malik (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit : « Si vous ne commettiez pas de péchés, j’aurais eu peur pour vous d’une chose qui est plus grave que cela: l’auto-satisfaction, l’auto-satisfaction ».
(Rapporté par Al Bazzar et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Al Jami n°5303, Hadith Hasan)

L’imam Ibn Qayim Al Jawziya (mort en 751 du calendrier hégirien) a dit : « Parmi les choses les plus bénéfiques pour le coeur, il y a le fait de méditer sur le droit d’Allah sur les serviteurs car cela va entraîner le fait que la personne va déconsidérer sa propre personne et diminuer sa valeur et cela va lui permettre de se débarrasser de l’auto-satisfaction et d’être impressionné par les bonnes actions qu’elle a pratiqué.
Cela va lui ouvrir la porte du rabaissement, de l’humilité et de la soumission devant son Seigneur et va la faire désespérer de sa propre personne.
Ainsi il va comprendre que le fait d’être sauvé n’est possible que par l’indulgence d’Allah, Son pardon et Sa miséricorde.
Certes fait partie du droit d’Allah qu’on Lui obéisse et qu’on ne Lui désobéisse pas, qu’on Le mentionne et qu’on ne L’oublie pas, qu’on Le remercie et qu’on ne mécroit pas dans Ses bienfaits.
Celui qui médite dans ce droit qui est celui de son Seigneur obtient alors la certitude qu’il ne lui a pas donné Son droit comme il aurait du le faire.
Il comprend alors qu’il ne peut être sauvé que par l’indulgence d’Allah et Son pardon et que si jamais son jugement dépend uniquement de ses oeuvres alors il est perdu.
Ceci est le raisonnement des gens qui connaissent Allah et se connaissent eux-même.
Mais si tu médites sur la situation de la majorité des gens, tu vois qu’ils sont à l’opposé de cela.
Ils regardent le droit qu’ils ont sur Allah et ne regardent pas le droit d’Allah sur eux.
Et c’est à cause de cela qu’ils ont coupé le lien entre Allah et eux et que leurs coeurs ont été privés de la connaissance d’Allah, de l’amour envers Allah, de l’envie ardente de Le rencontrer et de prendre du plaisir en faisant Son rappel.
Ceci est le degré ultime de l’ignorance de la personne envers son Seigneur et sa propre personne ».
(Ighathatou Al Lahafan vol 1 p 173)

عن أنس بن مالك رضي الله عنه قال النبي صلى الله عليه و سلم : لو لم تكونوا تذنبون لخفت عليكم ما هو أكبر من ذلك : العجب العجب
(رواه البزّار وحسّنه الشيخ الألباني في صحيح الجامع رقم ٥٣٠٣)

حكم : حسن

(1) Le tesbih est le fait de dire -Sobhanallah-.

(2) C’est à dire la mosquée Al Aqsa en Palestine.

(3) C’est à dire les gens qui avaient mis le feu à la mosquée.

Remarque n°1 : Ce texte, même s’il s’agit d’une parole d’un compagnon (qu’Allah l’agrée), a le même jugement qu’une parole prophétique car il informe d’une chose de l’invisible qui ne peut pas être connue par déduction. Ainsi, puisque ce compagnon n’a reçu aucune révélation d’Allah, il a donc forcément entendu cette chose du Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui).
(Voir Adwa Al Bayan de Cheikh Al Amine Chanqiti vol 2 p 323)

Remarque n°2 : La règle concernant les animaux est que tout animal pour lequel les textes ordonnent de le tuer ou interdisent de le tuer alors manger cet animal est interdit.
(Charh Al Mumti’ de Cheikh ‘Otheimine vol 15 p 26)

عن زرارة بن أوفى قال عبدالله بن عمرو رضي الله عنهما : لا تقتلوا الضفادع فإن نقيقها تسبيح ولا تقتلوا الخفاش فإنه لما خرب بيت المقدس قال : يا رب ! سلطني على البحر حتى أغرقهم
(رواه البيهقي في السنن الكبرى رقم ١٩٣٨٢ و صححه و صححه و الحافظ ابن حجر في التلخيص الحبير ج ٢ ص ٥٥٦)

حكم : وإن كان إسناده صحيحا، لكن عبد الله بن عمرو كان يأخذ عن الإسرائيليات

-->
D’après Zarara Ibn Awfa, ‘Abdallah Ibn ‘Amr (qu’Allah les agrée lui et son père) a dit : « Ne tuez pas les grenouilles car certes leur coassement est du tesbih (1) et ne tuez pas les chauves-souris car certes lorsque Bayt Al Maqdis (2) a été détruite, la chauve-souris a dit : Ô Seigneur ! Permets moi d’aller sur la mer afin que je les fasse se noyer (3) ».
(Rapporté par Al Bayhaqi dans As Sounan Al Koubra n°19382 qui l’a authentifié et par l’imam Ibn Hajar dans Talkhis Al Habir vol 4 p 1509, Hadith Wa in Isnadhou Sahih….)

(1) Le tesbih est le fait de dire -Sobhanallah-.

(2) C’est à dire la mosquée Al Aqsa en Palestine.

(3) C’est à dire les gens qui avaient mis le feu à la mosquée.

Remarque n°1 : Ce texte, même s’il s’agit d’une parole d’un compagnon (qu’Allah l’agrée), a le même jugement qu’une parole prophétique car il informe d’une chose de l’invisible qui ne peut pas être connue par déduction. Ainsi, puisque ce compagnon n’a reçu aucune révélation d’Allah, il a donc forcément entendu cette chose du Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui).
(Voir Adwa Al Bayan de Cheikh Al Amine Chanqiti vol 2 p 323)

Remarque n°2 : La règle concernant les animaux est que tout animal pour lequel les textes ordonnent de le tuer ou interdisent de le tuer alors manger cet animal est interdit.
(Charh Al Mumti’ de Cheikh ‘Otheimine vol 15 p 26)

عن زرارة بن أوفى قال عبدالله بن عمرو رضي الله عنهما : لا تقتلوا الضفادع فإن نقيقها تسبيح ولا تقتلوا الخفاش فإنه لما خرب بيت المقدس قال : يا رب ! سلطني على البحر حتى أغرقهم
(رواه البيهقي في السنن الكبرى رقم ١٩٣٨٢ و صححه و صححه و الحافظ ابن حجر في التلخيص الحبير ج ٢ ص ٥٥٦)

حكم : وإن كان إسناده صحيحا، لكن عبد الله بن عمرو كان يأخذ عن الإسرائيليات

D’après Al Ja’d Abi ‘Othman : Anas Ibn Malik (qu’Allah l’agrée) est passé vers nous dans la mosquée de Bani Tha’laba et a dit : Est-ce que vous avez prié ?
Nous avons dit : Oui. Et cela s’est passé pour la prière du sobh.
Alors il a ordonné à un homme de faire l’appel à la prière et l’iqama puis il a prié comme imam pour ses compagnons.
(Rapporté par Abou Ya’la dans son Mousnad n°4338 et authentifié par l’imam Ibn Hajar dans Al Matalib ‘Aliya n°425, Hadith Sahih Mawqouf)

Remarque : Si la mosquée n’a pas d’imam attitré alors il n’y a pas de mal à ce que les gens qui sont arrivés après la fin de la prière en commun prient ensemble une seconde prière en commun.

L’imam Nawawi (mort en 676 du calendrier hégirien) a dit : « S’il n’y a pas d’imam fixe dans la mosquée, alors il n’y a aucun caractère détestable dans la seconde prière en commun, dans la troisième ou plus que cela par consensus des savants ».
(Al Majmou’ vol 4 p 119/120)

Dans une autre version, Al Ja’d a dit : Anas Ibn Malik (qu’Allah l’agrée) est venu avec une vingtaine de ses jeunes employés…
(Rapportée par Al Bayhaqi dans As Sounan Al Koubra n°5015)

Et dans une troisième version, il a dit à la fin : (…) il a donc prié pour eux comme imam puis il s’est assis.
Nous lui avons posé deux coussins et il nous a rapporté de beaux hadiths du Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui). Puis il est monté sur sa monture et est parti.
(Rapporté par ‘Abder Razaq dans son Mousannaf n°3416)

Ce texte est à comprendre par le fait que Anas Ibn Malik (qu’Allah l’agrée) était en voyage et a prié dans une mosquée sur le bord du chemin dans laquelle il n’y avait pas d’imam fixe.
(Voir I’lam Al ‘Abid p 83 ; Tamam Al Minna p 156)

عن الجعد أبي عثمان قال : مر بنا أنس بن مالك رضي الله عنه في مسجد بني ثعلبة فقال : أصليتم ؟
قلنا : نعم وذاك في صلاة الصبح
فأمر رجلا فأذن وأقام ثم صلى بأصحابه
(رواه أبو يعلى في مسنده رقم ٤٣٣٨ و صححه الحافظ ابن حجر في المطالب العالية رقم ٤٢٥)

حكم : صحيح موقوف

D’après ‘Abdallah Al Bahi, ‘Aicha (qu’Allah l’agrée) a dit: « Je ne rattrapais les jours que je devais effectuer de Ramadan que durant Cha’ban (1) jusqu’à ce que le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) décède (2) ».
(Rapporté par Tirmidhi dans ses Sounan n°783 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Tirmidhi, Hadith Sahih)

(1) C’est à dire le mois qui précède le Ramadan suivant.

(2) L’imam Ibn Hajar (mort en 852 du calendrier hégirien) a dit : « Nous pouvons tirer du fait que ‘Aicha (qu’Allah l’agrée) s’efforçait de rattraper ses jours durant Cha’ban qu’il n’est pas permis de retarder le rattrapage des jours jusqu’à ce que débute un nouveau mois de Ramadan ».
(Fath Al Bari 4/191)

Ceci est l’avis de la majorité des savants.
(Voir Jawahir Al Iklil vol 1 p 148 ; Al Majmou’ Charh Al Mouhadhab vol 6 p 412 ; Al Moughni vol 4 p 400)

عن عبدالله البهي قالت عائشة رضي الله عنها : ما كنت أقضي ما يكون علي من رمضان إلا في شعبان حتى توفي رسول الله صلى الله عليه وسلم
(رواه الترمذي في سننه رقم ۷۸۳ و صححه الشيخ الألباني في صحيح الترمذي)

حكم : صحيح

D’après Jabir Ibn ‘Abdillah (qu’Allah les agrée lui et son père) : Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a vu une femme.
Il est alors rentré chez Zaynab (qu’Allah l’agrée) (1), a assouvi son besoin (2) puis est sorti et a dit : « Certes lorsque la femme vient, elle vient avec l’image d’un Chaytan (3).
Ainsi si l’un d’entre vous voit une femme qui lui plaît alors qu’il aille voir son épouse (4) car elle a certes la même chose que la femme qu’il a vu ».
(Rapporté par Tirmidhi dans ses Sounan n°1158 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Tirmidhi, Hadith Sahih)

(1) C’est à dire son épouse Zaynab Bint Jahch (qu’Allah l’agrée).

(2) C’est à dire qu’il a eu un rapport sexuel avec elle.

(3) C’est à dire qu’elle ressemble à Chaytan car elle obsède celui qui l’a vu et le pousse vers le mal.

(4) C’est à dire qu’il ait un rapport avec sa femme.

L’imam Nawawi (mort en 676 du calendrier hégirien) a dit : Ce hadith montre qu’il est recommandé, à celui qui a vu une femme qui a provoqué chez lui une envie, d’avoir un rapport avec son épouse.

(Ces commentaires sont tirés de Touhfatoul Ahwadhi)

عن جابر بن عبدالله رضي الله عنهما أن النبي صلى الله عليه وسلم رأى امرأة فدخل على زينب رضي الله عنها فقضى حاجته وخرج وقال : إن المرأة إذا أقبلت أقبلت في صورة شيطان فإذا رأى أحدكم امرأة فأعجبته فليأت أهله فإن معها مثل الذي معها
(رواه الترمذي في سننه رقم ١١٥٨ و صححه الشيخ الألباني في صحيح الترمذي )

حكم : صحيح

D’après ‘Awf Ibn Malik Al Achja’i (qu’Allah l’agrée) : J’ai entendu le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) prier sur un mort (1) et j’ai compris de sa prière sur lui (2) : « Ô Allah ! Pardonne lui et fais lui miséricorde, lave le (3) avec de la glace et lave le comme on lave le vêtement (4) ».
(Rapporté par Tirmidhi dans ses Sounan n°1025 qui l’a authentifié et il a également été authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Tirmidhi, Hadith Sahih)

(1) Voir la description de la prière sur le mort: Boukhari dans son Sahih n°1333, Mouslim dans son Sahih n°951, Tirmidhi dans ses Sounan n°1077 et cheikh Albani dans Ahkam Al Janaiz vol 1 p 155

(2) C’est à dire qu’il a entendu le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) faire cette invocation en faveur du mort dans sa prière.

(3) C’est à dire de ses péchés.

(4) En phonétique : Allahoumma Ghfir Lahou Warhamhou Waghsilhou Bil Barad Waghsilhou Kama Youghsal Ath Thawb

En arabe : اللَّهمَّ اغْفِرْ لَهُ وَارْحَمْهُ وَاغْسِلْهُ بِالْبَرَدِ كَمَا يُغْسَلُ الثَّوبُ

عن عوف بن مالك الأشجعي رضي الله عنه قال : سمعت رسول الله صلى الله عليه وسلم يصلي على ميت ففهمت من صلاته عليه : اللهم اغفر له وارحمه واغسله بالبرد كما يغسل الثوب
(رواه الترمذي في سننه رقم ١٠٢٥ و صححه و صححه أيضاً الشيخ الألباني في صحيح الترمذي)

حكم : صحيح

D’après Zayd Ibn Wahb Al Jouhani : J’étais assis auprès de ‘Omar (qu’Allah l’agrée) lorsqu’est venu auprès de lui un homme mince.
Il l’a regardé et a scruté son visage puis a dit : « Un petit récipient qui a été rempli de science ! Un petit récipient qui a été rempli de science ! (*) » ; il désignait par cela ‘Abdallah Ibn Mas’oud (qu’Allah l’agrée).
(Rapporté par Al Hakim dans son Moustadrak n°5459 qui l’a authentifié selon les conditions de Boukhari et Mouslim et l’imam Dhahabi l’a approuvé. Il a également été authentifié par Cheikh Albani dans Irwa Al Ghalil vol 7 p 280)

(*) ‘Omar (qu’Allah l’agrée) a ici fait l’éloge de la science de ‘Abdallah Ibn Mas’oud (qu’Allah l’agrée) et le fait qu’il est décrit comme un « petit » récipient est à comprendre comme étant une éloge.
(Voir Lisan Al ‘Arab au terme كنف)

عن زيد بن وهب الجهني قال : كنت جالسا عند عمر رضي الله عنه إذ جاءه رجل نحيف فجعل ينظر إليه ويتهلل وجهه ثم قال : كنيف ملئ علما كنيف ملئ علما ؛ يعنى عبدالله بن مسعود رضي الله عنه
(رواه الحاكم في المستدرك رقم ٥٤٥٩ و صححه على شرط البخاري و مسلم ووافقه الذهبي و صححه أيضاً الشيخ الألباني في إرواء الغليل ج ٧ ص ٢٨٠)
D’après Anas Ibn Malik (qu’Allah l’agrée) : Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) faisait les ablutions pour chaque prière.
‘Amr Ibn ‘Amir Al Ansari a dit : Et vous comment faisiez-vous ?
Anas (qu’Allah l’agrée) a dit : Les ablutions suffisaient à l’un d’entre nous tant qu’il n’avait pas eu de hadath. (*)
(Rapporté par Boukhari dans son Sahih n°214)

(*) C’est à dire tant qu’il n’avait pas fait une chose qui annulait les ablutions.

Ce hadith montre qu’il est recommandé, et pas obligatoire, de faire les ablutions pour chaque prière même si on est déjà en état d’ablutions.
L’imam Nawawi (mort en 676 du calendrier hégirien) a dit : « Le fait de faire les ablutions pour chaque prière est recommandé. Il y a un consensus des savants sur cela ».
(Charh Sahih Mouslim vol 3 p 103)

عن أنس بن مالك رضي الله عنه قال : كان النبي صلى الله عليه وسلم يتوضأ عند كل صلاة
قال عمرو بن عامر الأنصاري : كيف كنتم تصنعون ؟
قال أنس رضي الله عنه : يجزئ أحدنا الوضوء ما لم يحدث
(رواه البخاري في صحيحه رقم ٢١٤)
D’après Moujahid, ‘Abdallah Ibn ‘Abbas (qu’Allah les agrée lui et son père) a dit : « Si une montagne se comportait de manière injuste avec une autre montagne, alors la montagne injuste serait réduite en poussière (*) ».
(Rapporté par Boukhari dans Al Adab Al Moufrad n°588 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Al Adab Al Moufrad n°457)

(*) Ceci montre la gravité de l’injustice.
L’imam Al Boukhari (mort en 256 du calendrier hégirien) a classé ce hadith dans son ouvrage Al Adab Al Moufrad dans le chapitre sur l’injustice (chapitre n°268).

عن مجاهد قال عبدالله بن عباس رضي الله عنهما : لو أن جبلا بغى على جبل لدك الباغي
(رواه الإمام البخاري في الأدب المفرد رقم ٥٨٨ و صححه الشيخ الألباني في صحيح الأدب المفرد رقم 

حكم : صحيح

D’après ‘Abdallah Ibn Al Arqam (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Si on fait l’iqama pour la prière (1) et que l’un de vous a envie de faire ses besoins alors qu’il commence par faire ses besoins (2) ».
(Rapporté par Tirmidhi dans ses Sounan n°142 qui l’a authentifié et il a également été authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Tirmidhi, Hadith Sahih)

(1) L’iqama signifie le second appel à la prière qui est effectué juste avant le début de la prière.

(2) C’est à dire que si la personne prie dans cet état, elle va être gênée et ainsi ne pourra pas prier en étant concentrée.

Voir aussi le Hadith sur Ne pas prier en présence du repas ou lorsque l’on se retient de faire ses besoins Rapporté par Mouslim dans son Sahih n°560

عن عبدالله بن الأرقم رضي الله عنه قال النبي صلى الله عليه و سلم : إذا أقيمت الصلاة ووجد أحدكم الخلاء فليبدأ بالخلاء
(رواه الترمذي في سننه رقم ١٤٢ و صححه و صححه أيضاً الشيخ الألباني في صحيح الترمذي)

حكم : صحيح

D’après Oum Salama (qu’Allah l’agrée) : « À l’époque du Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui), les femmes qui avaient accouché s’asseyaient quarante jours (1). ».
(Rapporté par Tirmidhi dans ses Sounan n°139 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Tirmidhi, Hadith Hasan Sahih)

Et dans une autre version de ce hadith, Oum Salama (qu’Allah l’agrée) a ajouté : « Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) ne lui ordonnait pas de rattraper les prières manquées durant les lochies. (2) ».
(Rapportée par Abou Daoud dans ses Sounan n°312 et authentifiée par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Hasan)

(1) C’est à dire qu’elles ne priaient pas.

(2) Les lochies désignent l’écoulement de sang du sexe de la femme suite à son accouchement.

L’imam Tirmidhi (mort en 279 du calendrier hégirien) a dit : « Les savants parmi les compagnons du Prophète, les tabi’ins et ceux qui les ont suivi sont en consensus sur le fait que la femme qui a accouché délaisse la prière pendant une durée de quarante jours sauf si elle est pure avant cela car dans ce cas elle fait le ghousl et prie.
Par contre si elle continue de voir du sang après quarante jours alors la majorité des savants ont été d’avis qu’elle ne délaisse pas la prière après quarante jours ».
(Sounan Tirmidhi, hadith n°139)

Ainsi il y a deux situations possibles :
– si l’écoulement de sang s’arrête avant les quarante jours, la femme doit faire le ghousl et prier normalement.
– si l’écoulement de sang se poursuit après quarante jours, au bout de quarante jours la femme devra faire le ghousl et reprendre la prière.

Par contre dans ce cas, la femme devra faire les ablutions avant chaque prière et avant de faire les ablutions elle devra laver le sang et mettre un tissu ou quelque chose sur son sexe afin que le sang ne coule pas.

عن أم سلمة رضي الله عنها قالت : كانت النفساء تجلس على عهد رسول الله صلى الله عليه وسلم أربعين يوما
(رواه الترمذي في سننه رقم ١٣٩ و صححه الشيخ الألباني في صحيح الترمذي)

حكم : حسن صحيح

D’après Sa’d Ibn Abi Waqqas (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Lorsque l’un de vous crache une glaire qu’il la couvre afin qu’il ne touche pas la peau d’un croyant ou son vêtement car ceci va lui causer une gêne ».
(Rapporté par Al Bazzar et authentifié par l’imam Ibn Hajar dans Moukhtasar Zawaid Al Bazzar n°1760 ainsi que par Cheikh Albani dans Tamam Al Minna p 295, Hadith Hasan)
عن سعد بن أبي وقاص رضي الله عنه قال النبي صلى الله عليه و سلم : إذا تنخم أحدكم فليغيب نخامته أن تصيب جلد مؤمن أو ثوبه فتؤذيه
(رواه البزار و حسنه الحافظ بن حجر في مختصر زوائد البزار رقم ١٧٦٠ و حسنه أيضاً الشيخ الألباني في تمام المنة ص ٢٩٥)

حكم : حسن

D’après ‘Abdallah Ibn Mas’oud (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Certes Allah a fait de toute la vie d’ici-bas une chose qui n’a que très peu de valeur et ce qu’il reste de la vie d’ici-bas n’est que comme une petite partie sans valeur d’une chose n’ayant, à la base, pas de valeur.
L’exemple de ce qui reste de la vie d’ici-bas est celui du Thaghb » ; c’est à dire un petit bassin d’eau duquel on a bu ce qu’il y avait comme bonne eau et dont il ne reste qu’un petit peu d’eau mélangé à de la terre.
(Rapporté par Al Hakim dans son Moustadrak n°7985 qui l’a authentifié et l’imam Dhahabi l’a approuvé. Il a également été authentifié par Cheikh Albani dans la Silsila Sahiha n°1625, Hadith Isnad Hasan)
عن عبدالله بن مسعود رضي الله عنه قال النبي صلى الله عليه و سلم : إن الله جعل الدنيا كلها قليلا وما بقي منها إلا القليل من القليل ومثل ما بقي منها كالثغب يعني الغدير شرب صفوه و بقي كدره
(رواه الحاكم في المستدرك رقم ٧٩٨٥ و صححه ووافقه الذهبي و حسنه الشيخ الألباني في السلسلة الصحيحة رقم ١٦٢٥)

حكم : إسناده حسن

D’après ‘Oqba Ibn ‘Amir (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Prenez garde au fait de rentrer auprès des femmes ».
Un homme parmi les ansars (1) a dit : Ô Messager d’Allah ! Que dis-tu à propos du hamou (2) ?
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Le hamou est la mort (3) ».
(Rapporté par Mouslim dans son Sahih n°2172)

(1) Les ansars sont les compagnons du Prophète (qu’Allah les agrée tous) qui étaient originaires de Médine.

(2) Le hamou signifie les proches hommes de l’époux autres que ses enfants et ses ancêtres comme par exemple le frère de l’époux ou son cousin.
(Charh Sahih Mouslim de l’imam Nawawi)

(3) C’est à dire que la peur le concernant doit être forte.
En effet, du fait qu’il y a un lien de parenté entre lui et l’époux, il peut rentrer dans la maison sans réprobation des autres et il risque de se produire une situation dans laquelle il est seul avec l’épouse ce qui peut mener vers l’acte interdit.
(Minnatoul Moun’im Charh Sahih Mouslim)

عن عقبة بن عامر رضي الله عنه قال النبي صلى الله عليه و سلم : إياكم والدخول على النساء
فقال رجل من الأنصار : يا رسول الله ! أفرأيت الحمو ؟
قال النبي صلى الله عليه و سلم : الحمو الموت
(رواه مسلم في صحيحه رقم ٢١٧٢)
D’après Marathd Ibn ‘Abdillah Al Yazni : Lorsque Malik Ibn Houbeyra (qu’Allah l’agrée) priait sur un défunt et qu’il n’y avait pas beaucoup de monde qui assistait à la prière, il divisait les gens en trois parties (1) puis disait : Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Celui sur qui prient trois rangs il lui est obligatoire (2) ».
(Rapporté par Tirmidhi dans ses Sounan n°1028 qui l’a authentifié et il a également été authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Tirmidhi, Hadith Hasan)

(1) C’est à dire en trois rangs.
(2) C’est à dire le paradis.
(Voir Touhfatoul Ahwadhi)

عن مرثد بن عبدالله اليزني قال : كان مالك بن هبيرة رضي الله عنه إذا صلى على جنازة فتقال الناس عليها جزأهم ثلاثة أجزاء ثم قال : قال رسول الله صلى الله عليه وسلم : من صلى عليه ثلاثة صفوف فقد أوجب
(رواه الترمذي في سننه رقم ١٠٢٨ و حسنه و حسنه أيضاً الشيخ الألباني في صحيح الترمذي)

حكم : حسن

D’après ‘Abdallah Ibn Mass’oud (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Si deux hommes qui sont rentrés dans l’Islam s’écartent l’un de l’autre 1). Alors certes un des deux est sorti de l’Islam jusqu’à ce qu’il revienne » c’est à dire celui qui est injuste des deux.
(Rapporté par Al Bazar et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Targhib n°2765, Hadith Sahih)

(1) C’est à dire qu’ils s’écartent l’un de l’autre sans qu’il n’y ai une raison valable pour cela au regard de la législation islamique.

(2) C’est à dire que celui des deux qui est injuste et qui est la cause de cette brouille est sorti du comportement et de la ligne de conduite voulue par l’Islam qui est que les croyants doivent s’aimer les uns les autres, doivent être soudés et s’entraider dans le bien.
Ainsi celui des deux qui est injuste a commis un grand péché mais le sens du hadith n’est pas qu’il est devenu un mécréant.
(Voir Az Zawajir ‘An Iqtiraf Al Kabair, Al Kabira n°276 à 278)

عن عبد الله بن مسعود رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه وسلم : لو أن رجلين دخلا في الإسلام فاهتجروا ؛ لكان أحدهما خارجا من الإسلام حتى يرجع . يعني الظالم منهما .
(رواه البزار و صححه الشيخ الألباني في صحيح الترغيب و الترهيب رقم ٢٧٦٥)

حكم : صحيح

D’après Tariq Ibn ‘Abdillah Al Mouharibi (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Lorsque tu veux cracher alors ne crache pas sur ta droite (1) mais plutôt sur ta gauche si ta gauche est libre (2) mais si elle n’est pas libre alors sous ton pied ».
(Rapporté par Al Bazzar et authentifié par l’imam Ibn Hajar dans Moukhtasar Zawaid Al Bazzar n°1761 ainsi que par Cheikh Albani dans Sahih Al Jami n°312, Hadith Sahih)

(1) Il y a sur la droite l’ange qui écrit les bonnes actions de la personne.
Sur la gauche, il se trouve également un ange, celui qui écrit les mauvaises actions mais celui qui écrit les bonnes actions est le plus noble des deux.

(2) C’est à dire s’il n’y a personne à ta gauche.

(Voir Fayd Al Qadir, hadith n°415)

عن طارق بن عبدالله المحاربي رضي الله عنه قال النبي صلى الله عليه و سلم : إذا أردت أن تبزق فلا تبزق عن يمينك ولكن عن يسارك إن كان فارغا فإن لم يكن فارغا فتحت قدمك
(رواه البزار و صححه الحافظ بن حجر في مختصر زوائد البزار رقم ١٧٦١ و صححه أيضاً الشيخ الألباني في صحيح الجامع رقم ٣١٢)

حكم : صحيح

D’après Abou Sa’id (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Ô Allah ! Exauce à Sa’id lorsqu’il t’invoque (*) »
(Rapporté par Tirmidhi dans ses Sounan n°3751 qui l’a authentifié et il a également été authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Tirmidhi, Hadith Sahih)

(*) Cela montre le mérite du compagnon Sa’d Ibn Abi Waqqas (qu’Allah l’agrée) de qui les invocations étaient exaucées.

عن سعد، أن رسول الله صلى الله عليه وسلم قال ‏ »‏ اللهم استجب لسعد إذا دعاك ‏ »
(رواه الترمذي في سننه رقم ۳۷٥۱ و حسنه و صححه الشيخ الألباني في صحيح الترمذي)

حكم : صحيح

D’après ‘Orwa, ‘Aicha (qu’Allah l’agrée) a dit : Lorsque j’ai vu que le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) était de bonne humeur, j’ai dit : Ô Messager d’Allah ! Invoque Allah pour moi.
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit : « Ô Allah ! Pardonne à ‘Aicha ses péchés précédents et futurs, ses péchés cachés et ses péchés apparents ».
Alors ‘Aicha (qu’Allah l’agrée) a rigolé jusqu’à ce que sa tête tombe dans le giron du Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) tellement elle riait.
Alors le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit : « Est-ce que mon invocation te fait plaisir ? ».
Elle a dit : Et comment est-ce que ton invocation pourrait ne pas me faire plaisir ?
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit : « Je jure par Allah que c’est certes l’invocation que je fais en faveur de ma communauté dans chaque prière ».
(Rapporté par Al Bazzar et authentifié par l’imam Ibn Hajar dans Moukhtasar Zawaid Al Bazzar n°2005 ainsi que par Cheikh Albani dans la Silsila Sahiha vol 5 p 324 Hadith n°2254, Hadith Isnad Hasan)
عن عروة عن عائشة رضي الله عنها أنها قالت : لما رأيت من النبي صلى الله عليه وسلم طيب النفس
قلت : يا رسول الله ! ادع الله لي
قال النبي صلى الله عليه وسلم : اللهم اغفر لعائشة ما تقدم من ذنبها وما تأخر وما أسرت وما أعلنت
فضحكت عائشة رضي الله عنها حتى سقط رأسها في حجر رسول الله صلى الله عليه وسلم من الضحك
فقال النبي صلى الله عليه وسلم : أيسرك دعائي ؟
فقالت : ومالي لا يسرني دعاؤك
فقال النبي صلى الله عليه وسلم : والله إنها لدعوتي لأمتي في كل صلاة
(رواه البزار و صححه الحافظ بن حجر في مختصر زوائد البزار رقم ٢٠٠٥ و صححه أيضاً الشيخ الألباني في السلسلة الصحيحة ج ٥ ص ٣٢٤)

حكم : إسناده حسن