» Les 30 derniers Hadiths ajoutés

Les 30 derniers Hadiths ajoutés

D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée) : Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a été interrogé : Qui sont les meilleurs des gens ?
Il a dit: « Moi et ceux qui sont avec moi (1) puis ceux qui sont sur le athar puis ceux qui sont sur le athar (2) ».
Puis c’est comme s’il avait refusé de mentionner les autres.
(Rapporté par l’imam Ahmed dans son Mousnad n°8483 et authentifié par Cheikh Albani dans la Silsila Sahiha vol 4 p 455, Hadith Isnad Hasan)

(1) C’est à dire le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) et ses compagnons (qu’Allah les agrée tous).

(2) Le terme -athar- en arabe signifie la trace.
Ainsi le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a cité, après son époque et celle de ses compagnons, deux générations des gens qui ont suivi la voie sur laquelle il était ainsi que ses compagnons.

عن أبي هريرة رضي الله عنه قال : سئل رسول الله صلى الله عليه وسلم : أي الناس خير ؟
فقال : أنا والذين معي ثم الذين على الأثر ثم الذين على الأثر
ثم كأنه رفض من بقي
(رواه الإمام أحمد في مسنده رقم ٨٤٨٣ و حسنه الشيخ الألباني في السلسلة الصحيحة ج ٤ ص ٤٥٥)

حكم : إسناده حسن

D’après ‘Abdallah Ibn ‘Amr (qu’Allah les agrée lui et son père), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Certes les âmes des croyants se rencontrent à une distance d’une journée (1) alors que l’un d’entre eux n’avait absolument jamais vu son compagnon (2) ».
(Rapporté par l’imam Ahmed dans son Mousnad n°6636 et authentifié par Cheikh Ahmed Chakir dans la correction du Mousnad, Hadith Isnad Sahih)

(1) C’est à dire les âmes des croyants après leurs morts.

(2) C’est à dire qu’ils ne s’étaient jamais vu dans la vie d’ici-bas.
(Fayd Al Qadir, hadith n°2274)

عن عبدالله بن عمرو رضي الله عنهما قال النبي صلى الله عليه و سلم : إن أرواح المؤمنين تلتقي على مسيرة يوم ما رأى أحدهم صاحبه قط
(رواه الإمام أحمد في مسنده رقم ٦٦٣٦ و صححه الشيخ أحمد شاكر في تحقيق المسند)

حكم : إسناده صحيح

D’après ‘Abdallah Ibn Mas’oud (qu’Allah l’agrée) : Le jour de Badr (1), il y avait trois personnes pour un chameau (2).
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) était avec ‘Ali (qu’Allah l’agrée) et Abou Loubaba (qu’Allah l’agrée).
Lorsque c’était le tour du Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) de marcher, ils lui disaient : Monte sur le chameau afin que nous marchions à ta place.
Alors le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) disait : « Vous n’êtes pas plus fort que moi et j’ai autant besoin de la récompense que vous ! ».
(Rapporté par l’imam Ahmed dans son Mousnad n°3965 et authentifié par Cheikh Shouayb Arnaout dans la correction du Mousnad, Hadith Isnad Hasan)

(1) Badr est un endroit proche de Médine où il y a eu une grande bataille entre les musulmans et les associateurs durant le mois de Ramadan de la deuxième année après l’émigration du Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) de La Mecque vers Médine.

(2) C’est à dire que l’un d’entre eux était sur le chameau et les deux autres marchaient et ils montaient chacun leur tour sur le chameau.

عن عبدالله بن مسعود رضي الله عنه قال : كانوا يوم بدر بين كل ثلاثة نفر بعير وكان زميل النبي صلى الله عليه وسلم علي وأبو لبابة رضي الله عنهما
وكان إذا كانت عقبة النبي صلى الله عليه وسلم قالا له : اركب حتى نمشي عنك
فيقول النبي صلى الله عليه وسلم : ما أنتما بأقوى مني وما أنا بأغنى عن الأجر منكما
(رواه الإمام أحمد في مسنده رقم ٣٩٦٥ و حسنه الشيخ شعيب الأرناؤوط في تحقيق المسند)

حكم : إسناده حسن

D’après ‘Abdallah Ibn Mas’oud (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Le jour du jugement, les gens du paradis seront répartis en cent-vingt rangs et vous serez (*) quatre-vingt de ces rangs ».
(Rapporté par l’imam Ahmed dans son Mousnad n°4328 et authentifié par par Cheikh Shouayb Arnaout dans la correction du Mousnad, Hadith Sahih Li Ghayrihi)

(*) C’est à dire les membres de la communauté du Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui).

عن عبدالله بن مسعود رضي الله عنه قال النبي صلى الله عليه و سلم : أهل الجنة يوم القيامة عشرون ومائة صف أنتم منها ثمانون صفا
(رواه الإمام أحمد في مسنده رقم ٤٣٢٨ و صححه الشيخ شعيب الأرناؤوط في تحقيق المسند)

حكم : صحيح لغيره

D’après ‘Abdallah Ibn Mas’oud (qu’Allah l’agrée) : Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a retardé la prière du ‘icha puis est sorti vers la mosquée alors que les gens attendaient la prière et il a dit : « Certes il n’y a personne parmi les gens des religions qui fait le rappel d’Allah à cette heure-ci en dehors de vous ».
Puis le verset suivant lui a été révélé : -Mais il ne sont pas tous pareils. Il est, parmi les gens du Livre, une communauté droite qui, aux heures de la nuit, récite les versets d’Allah en se prosternant-.
(Rapporté par Ibn Hibban dans son Sahih n°1530 et authentifié par Cheikh Albani dans Al Ta’liqat Al Hissan ‘Ala Sahih Ibn Hibban n°1528, Hadith Hasan)

Voici le verset:

Allah a dit dans la sourate Ali ‘Imran n°3 versets 113 à 115 (traduction rapprochée du sens des versets) : « Mais il ne sont pas tous pareils. Il est, parmi les gens du Livre, une communauté droite qui, aux heures de la nuit, récite les versets d’Allah en se prosternant.
Ils croient en Allah et au Jour dernier, ordonnent le convenable, interdisent le blâmable et concourent aux bonnes oeuvres. Ceux-là sont parmi les gens de bien.
Et quelque bien qu’ils fassent, il ne leur sera pas dénié. Car Allah connaît bien les pieux ».

قال الله تعالى : ليسوا سواء من أهل الكتاب أمة قائمة يتلون آيات الله آناء الليل وهم يسجدون / يؤمنون بالله واليوم الآخر ويأمرون بالمعروف وينهون عن المنكر ويسارعون في الخيرات وأولئك من الصالحين / وما يفعلوا من خير فلن يكفروه والله عليم بالمتقين
(سورة آل عمران ١١٣ إلى ١١٥)

عن عبدالله بن مسعود رضي الله عنه : أخر رسول الله صلى الله عليه وسلم صلاة العشاء ثم خرج إلى المسجد والناس ينتظرون الصلاة فقال : أما إنه ليس من أهل الأديان أحد يذكر الله هذه الساعة غيركم
ثم نزلت عليه : ليسوا سواء من أهل الكتاب أمة قائمة يتلون آيات الله ؛ إلى يسجدون
(رواه ابن حبان في صحيحه رقم ١٥٣٠ و صححه الشيخ الألباني في التعليقات الحسان على صحيح ابن حبان رقم ١٥٢٨)

حكم : حسن

D’après ‘Abdallah Ibn ‘Abbas (qu’Allah les agrée lui et son père) : J’étais sur une monture derrière le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) lorsqu’il m’a dit: « Ô jeune enfant ! Ne-vais-je pas t’apprendre des paroles par lesquelles Allah va te profiter ? ».
J’ai dit : Certes si.
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit : « Préserve Allah alors Il te préservera. Préserve Allah et alors tu le trouvera devant toi (1).
Fais en sorte de connaître Allah dans la facilité et Il te connaitra dans la difficulté (2).
Si tu demandes alors demande à Allah, si tu demandes protection alors demande protection à Allah.
La plume a séché sur tout ce qui allait avoir lieu (3).
Ainsi si toutes les créatures voulaient te profiter par une chose qu’Allah ne t’a pas écrite ils ne seraient pas capable de le faire.
Et s’ils voulaient te nuire par une chose qu’Allah ne t’a pas écrite ils ne seraient pas capable de le faire.
Et sache qu’il se trouve un grand bien dans le fait de patienter à ce que tu détestes.
Sache que le secours vient avec la patience.
Sache que le soulagement vient après les soucis et sache que la facilité vient après la difficulté ».
(Rapporté par l’imam Ahmed dans son Mousnad n°2803 et authentifié par par Cheikh Shouayb Arnaout dans la correction du Mousnad, Hadith Sahih)

(1) C’est à dire que si tu préserves Allah en appliquant Ses ordres, en t’écartant de Ses interdits, en rendant véridique les choses qu’Il a révélé et en l’adorant uniquement par ce qu’Il a légiféré alors Allah te préservera en te préservant dans ta religion et dans tes affaires de la vie d’ici-bas.

(2) C’est à dire que la personne qui adore Allah avec sincérité dans les moments de facilité alors Allah le préserve du mal et lui accorde Ses bienfaits dans les moments dans lesquels il est en difficulté.

(3) Cette phrase renvoi à la foi dans le destin.
Son sens est qu’Allah a écrit dans la Tablette Préservée (Al Lawh Al Mahfoudh) tout ce qui allait avoir lieu et chaque chose qui se passe se base exactement comme Allah l’a écrit.

Ces commentaires sont tirés de Fath Al Qawi Al Matin de Cheikh ‘Abdel Mouhsin Al ‘Abbad, hadith n°19.

عن عبدالله بن عباس رضي الله عنهما قال : كنت رديف النبي صلى الله عليه وسلم فقال : يا غلام ! ألا أعلمك كلمات ينفعك الله بهن
فقلت : بلى
فقال : احفظ الله يحفظك احفظ الله تجده أمامك تعرف إليه في الرخاء يعرفك في الشدة
وإذا سألت فاسأل الله وإذا استعنت فاستعن بالله قد جف القلم بما هو كائن فلو أن الخلق كلهم جميعا أرادوا أن ينفعوك بشيء لم يكتبه الله عليك لم يقدروا عليه وإن أرادوا أن يضروك بشيء لم يكتبه الله عليك لم يقدروا عليه
واعلم أن في الصبر على ما تكره خيرا كثيرا وأن النصر مع الصبر وأن الفرج مع الكرب وأن مع العسر يسرا
(رواه الإمام أحمد في مسنده رقم ٢٨٠٣ و صححه الشيخ أحمد شاكر في تحقيق المسند و صححه أيضاً الشيخ شعيب الأرناؤوط في تحقيق المسند)

حكم : صحيح

D’après ‘Abdallah Ibn ‘Abbas (qu’Allah les agrée lui et son père), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Pardonne et ainsi il te sera pardonné (*) ».
(Rapporté par l’imam Ahmed dans son Mousnad n°2233 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Targhrib n°1749, Hadith Sahih)

(*) C’est à dire : Pardonne aux créatures d’Allah qui te font du mal dans la vie d’ici-bas et Allah te pardonnera dans l’au-delà.
(Voir par exemple Fayd Al Qadir n°1037)

عن عبدالله بن عباس رضي الله عنهما قال النبي صلى الله عليه و سلم : اسمح يسمح لك
(رواه الإمام أحمد في مسنده رقم ٢٢٣٣ و صححه الشيخ الألباني في صحيح الترغيب رقم ۱۷٤۹)

حكم : صحيح

D’après Tariq Ibn Chihab, ‘Abdallah Ibn Mas’oud (qu’Allah l’agrée) a dit: « Certes l’homme commet un péché et alors il est inscrit sur son coeur un point noir.
Puis il commet un péché et alors il est inscrit sur son coeur un point noir et ceci jusqu’à ce que la couleur de son coeur soit celle d’une chèvre rabda (*) ».
(Rapporté par Ibn Abi Chayba dans Kitab Al Iman n°9 et authentifié par Cheikh Albani dans sa correction de cet ouvrage, Hadith Isnad Sahih)

(*) Ce terme arabe désigne une couleur qui est entre le noir et le gris.
Le sens est que lorsque la personne multiplie les péchés, son coeur devient de plus en plus noir jusqu’à ce qu’il soit totalement noir.
Puis, lorsque le coeur de la personne est entièrement noir, il n’accepte plus le bien et la vérité et sa seule préoccupation est de satisfaire ses envies que ce soit dans ce qui est permis ou dans ce qui est interdit.
(Voir Sahih Mouslim hadith n°144 ; Minnatoul Moun’im Charh Saih Mouslim vol 1 p 130)

عن طارق بن شهاب قال عبدالله بن مسعود رضي الله عنه : إن الرجل ليذنب الذنب فينكت في قلبه نكتة سوداء ثم يذنب الذنب فتنكت أخرى حتى يصير لون قلبه لون الشاة الربداء
(رواه ابن أبي شيبة في كتاب الإيمان رقم ٩ و صححه الشيخ الألباني في تحقيق هذا الكتاب)

حكم : إسناده صحيح

D’après ‘Omar Ibn Al Khattab (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Certes Allah vous interdit de jurer par vos pères ».
‘Omar (qu’Allah l’agrée) a dit : Je jure sur Allah que depuis que j’ai entendu cela du Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui), je n’ai pas juré de cette manière que ce soit volontairement ou en oubliant.
(Rapporté par Mouslim dans son Sahih n°1646)
عن عمر بن الخطاب رضي الله عنه قال النبي صلى الله عليه و سلم : إن الله ينهاكم أن تحلفوا بآبائكم
قال عمر رضي الله عنه : فوالله ما حلفت بها منذ سمعت النبي صلى الله عليه وسلم ذاكرا ولا آثرا
(رواه مسلم في صحيحه رقم ١٦٤٦)
D’après ‘Othman Ibn ‘Affan (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Je connais certes une parole qui, si elle est prononcée par un serviteur par son coeur en toute vérité, elle le rend interdit au feu ».
Alors ‘Omar Ibn Al khattab (qu’Allah l’agrée) a dit : Veux-tu que je t’informe quelle est cette parole ? C’est la parole de sincérité par laquelle Allah a renforcé Muhammad (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) et ses compagnons, c’est la parole de piété à propos de laquelle l’Envoyé d’Allah (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a tenté de convaincre son oncle Abou Talib au moment de la mort : l’attestation qu’il n’y a pas de divinité qui mérite d’être adorée en dehors d’Allah (*).
(Rapporté par l’imam Ahmed dans son Mousnad n°447 et authentifié par Cheikh Shouayb Arnaout dans la correction respective du Mousnad, Hadith Hadith Isnad Qawiyy)

(*) C’est à dire -La Ilaha Illa Allah-.

عن عثمان بن عفان رضي الله عنه قال النبي صلى الله عليه و سلم : إني لأعلم كلمة لا يقولها عبد حقا من قلبه إلا حرم على النار
فقال له عمر بن الخطاب رضي الله عنه : أنا أحدثك ما هي ؟
هي كلمة الإخلاص التي أعز الله بها محمدا صلى الله عليه وسلم وأصحابه وهي كلمة التقوى التي ألاص عليها نبي الله صلى الله عليه وسلم عمه أبا طالب عند الموت : شهادة أن لا إله إلا الله
(رواه الإمام أحمد في مسنده رقم ٤٤٧ و صححه أيضاً الشيخ شعيب الأرناؤوط في تحقيق المسند)

حكم : إسناده قوي

D’après Salama Ibn Al Akwa’ (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Aujourd’hui (*), le meilleur de nos cavaliers était Abou Qatada et le meilleur de ceux d’entre-nous qui étaient à pied était Salama Akwa’».
(Rapporté par l’imam Dhahabi dans Siyar A’lam Noubala et authentifié par Cheikh Shouayb Arnaout dans sa correction de Siyar A’lam An Noubala vol 2 p 449, Hadith Isnad Hasan)

(*) C’est à dire le jour de l’expédition militaire de Dhou Qarad qui a eu lieu durant la sixième année après l’émigration du Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) de La Mecque vers Médine.

عن سلمة بن الأكوع رضي الله عنه قال النبي صلى الله عليه و سلم : خير فرساننا: أبو قتادة، وخير رجالتنا: سلمة بن الأكوع.
(رواه الإمام الذهبي في سير أعلام النبلاء و حسنه الشيخ شعيب الأرناؤوط في تحقيق سير أعلام النبلاء ج ۲ ص ٤٤۹)

حكم : سنده حسن

D’après Sa’d Ibn Abi Waqqas (qu’Allah l’agrée) : Demandez protection par des paroles avec lesquelles le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) demandait protection : « Ô Allah ! Je demande protection auprès de Toi contre la lâcheté, je demande protection auprès de Toi contre l’avarice, je demande protection auprès de Toi contre le fait de retourner à l’âge le plus vil (1), je demande protection auprès de Toi contre l’épreuve de l’ici-bas (2) et contre le châtiment de la tombe » (3).
(Rapporté par Boukhari dans son Sahih n°6374)

(1) En effet lorsqu’une personne atteint l’âge de la décrépitude, elle devient dépendante de sa famille et de ceux qui sont auprès d’elle et ainsi leur cause des difficultés et leur rend les choses difficiles.
C’est pour cela que l’on demande protection contre cela.

(2) Ceci comprend l’épreuve par les guerres, par les biens, l’épreuve par les ambiguïtés, l’épreuve par les passions et la plus grande d’entre elles l’épreuve du Dajjal.
(Charh Sahih Al Boukhari de Cheikh Rajihi vol 11 p 267)

(3) En phonétique : Allahoumma Inni A’oudhou Bika Minal Joubn Wa A’oudhou Bika Minal Boukhl Wa A’oudhou Bika Min An Ouradda Ila Ardhalil ‘Oumour Wa A’oudhou Bika Min Fitnati Dounia Wa ‘Adhabil Qabr

En arabe :
اللَّهُمَّ إنِّي أَعُوذُ بِكَ مِنَ الجُبْنِ وَأَعُوذُ بِكَ مِنَ البُخْلِ وَأَعُوذُ بِكَ مِن أَنْ أُرَدَّ إِلَى أَرْذَلِ العُمُرِ وَأَعُوذُ بِكَ مِن فِتْنَةِ الدُّنْيَا وَعَذَابِ القَبْرِ

عن سعد بن أبي وقاص رضي الله عنه قال : تعوذوا بكلمات كان النبي صلى الله عليه وسلم يتعوذ بهن : اللهم إني أعوذ بك من الجبن وأعوذ بك من البخل وأعوذ بك من أن أرد إلى أرذل العمر وأعوذ بك من فتنة الدنيا وعذاب القبر
(رواه البخاري في صحيحه رقم ٦٣٧٤)
D’après Bourayda (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit : « Apprenez les sourates Al Baqara et Ali ‘Imran (1) car elles sont certes les deux éclatantes. Elles vont couvrir leurs compagnons (2) le jour de la résurrection comme deux nuages ou deux ombres ou deux groupes d’oiseaux en rang ».
(Rapporté par Al Hakim et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Targhib n°1466, Hadith Hasan Sahih)

(1) Il s’agit des sourates n°2 et n°3.

(2) Le compagnon du Coran est la personne qui, avec motivation, est toujours entrain de lui accorder de l’importance. Ceci peut-être parfois par l’apprentissage par coeur et la lecture et parfois par le fait de méditer dessus et de le mettre en pratique.
(Mir’atoul Mafatih Charh Mishkat Al Masabih de l’imam Al Moubarakfouri vol 7 p 209)

عن بريدة رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه وسلم : تعلموا البقرة وآل عمران فإنهما الزهراوان يظلان صاحبهما يوم القيامة كأنهما غمامتان أو غيايتان أو فرقان من طير صواف
(رواه الحاكم و صححه الشيخ الألباني في صحيح الترغيب و الترهيب رقم ١٤٦٦)

حكم : حسن صحيح

D’après Sa’d Ibn Abi Waqqas (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Celui qui veut humilier Qouraych (1), Allah l’humilie (2) ».
(Rapporté par Tirmidhi et authentifié par et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Al Jami n°6613, Hadith Sahih)

(1) C’est le nom de la tribu arabe de laquelle était issu le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui).

(2) Ceci peut être compris comme étant une information comme ceci a été mentionné mais également comme étant une invocation du Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) contre la personne qui a fait cette mauvaise action.

عن سعد بن أبي وقاص رضي الله عنه قال النبي صلى الله عليه و سلم : من يرد هوان قريش أهانه الله
(رواه الترمذي و صححه الشيخ الألباني في صحيح الجامع رقم ٦٦١٣)

حكم المحدث : صحيح

D’après Jabir Ibn ‘Abdillah (qu’Allah les agrée lui et son père), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Lorsque l’un d’entre vous est invité qu’il réponde à l’invitation et s’il veut il mange et s’il veut il ne mange pas ».
(Rapporté par l’imam Ahmed dans son Mousnad n°5303 et authentifié par Cheikh Shouayb Arnaout dans sa correction du Mousnad)
عن جابر بن عبد الله رضي الله عنهما قال النّبي صلّى الله عليه و سلّم : إذا دعي أحدكم فليجب فإن شاء أكل وإن شاء ترك
(رواه الإمام أحمد في مسنده رقم ٥۳۰۳ و صححه الشيخ شعيب الأرناؤوط في تحقيق المسند)
D’après Anas Ibn Malik (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Il n’y a pas deux musulmans qui se rencontrent et l’un d’entre eux prend la main du second (1) sans qu’Allah n’assiste à leurs invocations (2) et Il ne les sépare pas avant de leur avoir pardonné ».
(Rapporté par l’imam Ahmed dans son Mousnad n°12451 et authentifié par Cheikh Shouayb Arnaout dans sa correction du Mousnad, Hadith Sahih li Ghayrihi)

(1) C’est à dire qu’ils se serrent la main.

(2) C’est à dire qu’Allah exauce leurs invocations.
(Hachiya As Sindi ‘Ala Mousnad Al Imam Ahmed)

عن أنس بن مالك رضي الله عنه قال النبي صلى الله عليه و سلم : ما من مسلمين التقيا فأخذ أحدهما بيد صاحبه إلا كان حقا على الله أن يحضر دعاءهما ولا يفرق بينهما حتى يغفر لهما
(رواه الإمام أحمد في مسنده رقم ١٢٤٥١ و صححه الشيخ شعيب الأرناؤوط في تحقيق المسند)

حكم : صحيح لغيره

D’après Anas Ibn Malik (qu’Allah l’agrée) : Oum Souleym (qu’Allah l’agrée) est allée voir le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) et a dit : Ô Messager d’Allah ! Apprends moi des paroles par lesquelles je pourrais invoquer.
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit : « Tu fais dix fois le tesbih d’Allah (1), tu fais dix fois le tahmid d’Allah (2), tu fais dix fois le tekbir d’Allah (3) puis tu demandes ce dont tu as besoin et alors certes Allah dit : -Je l’ai fait, Je l’ai fait- (4) ».
(Rapporté par l’imam Ahmed dans son Mousnad n°12207 et authentifié par Cheikh Shouayb Arnaout dans sa correction du Mousnad, Hadith Isnad Sahih)

(1) C’est à dire qu’il faut dire dix fois Sobhanallah.

(2) C’est à dire qu’il faut dire dix fois Al Hamdoulilah.

(3) C’est à dire qu’il faut dire dix fois Allahou Akbar.

(4) C’est à dire que Allah a exaucé l’invocation de celui qui invoque après avoir prononcé ces formules de rappel.

عن أنس بن مالك رضي الله عنه : قال جاءت أم سليم رضي الله عنها إلى النبي صلى الله عليه و سلم فقالت : يا رسول الله ! علمني كلمات أدعو بهن
قال النبي صلى الله عليه و سلم : تسبحين الله عشرا وتحمدينه عشرا وتكبرينه عشرا ثم سلي حاجتك فإنه يقول : قد فعلت قد فعلت
(رواه الإمام أحمد في مسنده رقم ١٢٢٠٧ و حسنه الشيخ شعيب الأرناؤوط في تحقيق المسند)

حكم : إسناده حسن

D’après Anas Ibn Malik (qu’Allah l’agrée) : Le verset -afin qu’Allah te pardonne tes péchés passés et futurs- (1) a été descendu sur le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) lors de son retour de Al Houdeybiya (2).
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit : « Il a certes été descendu sur moi un verset qui m’est plus cher que tout ce qui se trouve sur la Terre » ; et il récita le verset.
Ils ont dit : Ô Messager d’Allah ! Allah t’a certes montré ce qu’Il va faire de toi mais que va t’Il faire de nous ?
Alors le verset suivant a été descendu : -Afin qu’Il fasse entrer les croyants et les croyantes dans des jardins sous lesquels coulent les ruisseaux où ils demeureront éternellement, et afin de leur effacer leurs péchés. Et cela est auprès d’Allah un immense succès- (3).
(Rapporté par Ibn Hibban dans son Sahih n°6410 et authentifié par Cheikh Albani dans Al Ta’liqat Al Hissan ‘Ala Sahih Ibn Hibban n°6376, Hadith Sahih)

(1) Il s’agit du verset n°2 de la sourate Al Fath n°48.

Allah a dit dans la sourate n°48 verset 5 (traduction rapprochée du sens du verset) : « Afin qu’Il fasse entrer les croyants et les croyantes dans des jardins sous lesquels coulent les ruisseaux où ils demeureront éternellement, et afin de leur effacer leurs péchés. Et cela est auprès d’Allah un immense succès ».

(2) Al Houdeybiya est le nom d’un puits proche de la Mecque auprès duquel le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) qui était venu avec ses compagnons pour accomplir la ‘Omra a conclu un pacte pour qu’il n’accomplissent pas la ‘Omra cette année là et qu’ils reviennent l’accomplir l’année suivante.
Le pacte a eu lieu durant le mois de Chawwal de l’an six après l’émigration du Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) de La Mecque vers Médine.

(3) Il s’agit du verset n°5 de la sourate Al Fath n°48.

عن أنس بن مالك رضي الله عنه قال : نزلت على النبي صلى الله عليه وسلم : ليغفر لك الله ما تقدم من ذنبك وما تأخر مرجعه من الحديبية
قال النبي صلى الله عليه وسلم : قد أنزلت علي آية أحب إلي مما على ظهر الأرض
فقرأها عليهم فقالوا : يا نبي الله قد بين الله لك ماذا يفعل بك فما يفعل بنا ؟
فنزل عليه : لِيُدْخِلَ الْمُؤْمِنِينَ وَالْمُؤْمِنَاتِ جَنَّاتٍ تَجْرِي مِن تَحْتِهَا الأَنْهَارُ خَالِدِينَ فِيهَا وَيُكَفِّرَ عَنْهُمْ سَيِّئَاتِهِمْ وَكَانَ ذَلِكَ عِندَ اللَّهِ فَوْزًا عَظِيمًا
(رواه ابن حبان في صحيحه رقم ٦٤١٠ و صححه الشيخ الألباني في التعليقات الحسان على صحيح ابن حبان رقم ٦٣٧٦)

حكم : صحيح

D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Le croyant est une personne qui rassemble (*) et il n’y a pas de bien dans une personne qui ne rassemble pas et qu’on ne peut appeler au rassemblement ».
(Rapporté par l’imam Ahmed dans son Mousnad n°9198 et authentifié par Cheikh Albani dans Takhrij Mishkat Al Masabih n°4925, Hadith Isnad Sahih)

(*) C’est à dire que par son bon comportement, sa bonté, le fait qu’il aime pour les autres ce qu’il aime pour lui, le croyant est une personne qui rassemble et ne divise pas.
(Hachiya Sindi ‘Ala Mousnad Ahmed)

عن أبي هريرة رضي الله عنه قال النبي صلى الله عليه و سلم : المؤمن مألف ولا خير فيمن لا يألف ولا يؤلف
(رواه الإمام أحمد في مسنده رقم ٩١٩٨ و صححه الشيخ الألباني في تخريج مشكاة المصابيح رقم ٤٩٢٥)

حكم : إسناده صحيح

D’après Anas Ibn Malik (qu’Allah l’agrée) : Il y avait un enfant sur la route lorsque le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) et avec lui un groupe de ses compagnons sont passés.
Lorsque la mère de l’enfant a vu ce groupe elle a eu peur que son fils soit blessé.
Elle a couru et l’a porté en disant : -Mon fils, mon fils !-.
Alors ils ont dit : Ô Messager d’Allah ! Celle-ci ne jetterait pas son fils dans le feu.
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit : « Non et Allah ne jetterait pas une personne qu’Il aime dans le feu ».
(Rapporté par l’imam Ahmed dans son Mousnad n°13467 et authentifié par Cheikh Shouayb Arnaout dans sa correction du Mousnad, Hadith Isnad Sahih selon les conditions de Boukhari et Mouslim)
عن أنس بن مالك رضي الله عنه قال : كان صبي على ظهر الطريق فمر النبي صلى الله عليه و سلم ومعه ناس من أصحابه
فلما رأت أم الصبي القوم خشيت أن يوطأ ابنها فسعت وحملته وقالت : ابني ابني
فقال القوم : يا رسول الله ! ما كانت هذه لتلقي ابنها في النار
فقال النبي صلى الله عليه و سلم : لا ولا يلقي الله حبيبه في النار
(رواه الإمام أحمد في مسنده رقم ١٣٤٦٧ و صححه الشيخ الألباني و صححه الشيخ شعيب الأرناؤوط في تحقيق المسند)

حكم : إسناده صحيح على شرط الشيخين

D’après Al Hassan Al Basri : ‘Aqil Ibn Abi Talib (qu’Allah l’agrée) s’est marié avec une femme de Bani Joucham alors les gens sont rentrés auprès de lui et ont dit : Bi Rafa Wal Banin ! (1)
Il a dit : Ne dites pas cela.
Ils ont dit : Que devons-nous dire ô Abou Zayd ?
Il a dit : Dites : -Qu’Allah vous bénisse et mette la bénédiction sur vous- (2), c’est certes comme cela qu’on nous ordonnait à l’époque (3).
(Rapporté par l’imam Ahmed dans son Mousnad n°1739 et authentifié par Cheikh Ahmed Chakir dans la correction respective du Mousnad, Hadith Isnad Sahih)

(1) C’est une formule de félicitation que les arabes disaient avant l’Islam à la personne qui se mariait.
Elle signifie : Que ce mariage soit dans la tranquillité et la descendance !

(2) En phonétique : Baraka Allahou Lakoum Wa Baraka ‘Alaykoum

En arabe : بَارَكَ اللهُ لَكُم وَبَارَكَ عَلَيكُم

(3) C’est à dire à l’époque du Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui).

عن الحسن البصري قال : أن عقيل بن أبي طالب رضي الله عنه تزوج امرأة من بني جشم فدخل عليه القوم فقالوا : بالرفاء والبنين
فقال : لا تفعلوا ذلك
قالوا : فما نقول يا أبا زيد ؟
قال : قولوا : بارك الله لكم وبارك عليكم إنا كذلك كنا نؤمر
(رواه الإمام أحمد في مسنده رقم ١٧٣٩ و صححه الشيخ أحمد شاكر في تحقيق المسند)

حكم : إسناده صحيح

D’après Jabir Ibn ‘Abdillah (qu’Allah les agrée lui et son père) : Nous étions avec le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) lorsque nous avons senti une odeur semblable à celle d’un cadavre en décomposition.
Alors le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit : « Savez-vous quelle est cette odeur ? C’est l’odeur de ceux qui font de la médisance sur les croyants (*) ».
(Rapporté par l’imam Ahmed dans son Mousnad n°15146 et authentifié par Cheikh Albani dans Ghayatoul Maram n°429, Hadith Hasan)

(*) La médisance est le fait de dire d’un musulman une chose qu’il n’aimerait pas entendre même si cette chose est vrai comme l’a défini le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) dans plusieurs hadiths authentiques.

Qu’est ce que la médisance ?
– Voir le Hadith suivant, rapporté par Al Khara’iti et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Al Jami n°4186, Hadith Sahîh.

عن جابر بن عبدالله رضي الله عنه قال : كنا مع النبي صلى الله عليه و سلم فارتفعت ريح جيفة منتنة
فقال النبي صلى الله عليه و سلم : أتدرون ما هذه الريح ؟ هذه ريح الذين يغتابون المؤمنين
(رواه الإمام أحمد في مسنده رقم ١٤٧٨٤ و حسنه الشيخ الألباني في غاية المرام رقم ٤٢٩)

حكم : حسن

D’après Jabir Ibn ‘Abdillah (qu’Allah les agrée lui et son père), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Il n’y a pas un musulman, une musulmane, un croyant, une croyante qui tombent malade sans qu’Allah ne leur efface une partie de leurs péchés ».
(Rapporté par l’imam Ahmed dans son Mousnad n°15297 et authentifié par Cheikh Shouayb Arnaout dans sa correction du Mousnad, Hadith Isnad Qawiyy)
عن جابر بن عبدالله رضي الله عنهما قال النبي صلى الله عليه و سلم : ما من مسلم ولا مسلمة ولا مؤمن ولا مؤمنة يمرض مرضا إلا حط الله عنه من خطاياه
(رواه الإمام أحمد في مسنده رقم ۱٥۲۹۷ و صححه الشيخ شعيب الأرناؤوط في تحقيق المسند)

حكم : إسناده قوي

D’après Abou Sa’id Al Khoudri (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Les éclairs vont se multiplier à l’approche de l’Heure au point où un homme va aller voir les gens et va dire : Qui a été foudroyé ce matin ?
Et ils vont dire : Untel et untel ont été foudroyés ».
(Rapporté par l’imam Ahmed dans son Mousnad n°11620 et authentifié par Cheikh Shouayb Arnaout dans sa correction du Mousnad, Hadith Sahih)
عن أبي سعيد الخدري رضي الله عنه قال النبي صلى الله عليه و سلم : تكثر الصواعق عند اقتراب الساعة حتى يأتي الرجل القوم فيقول : من صعق الغداة ؟
فيقولون : صعق فلان وفلان
(رواه الإمام أحمد في مسنده رقم ١١٦٢٠ و صححه الشيخ شعيب الأرناؤوط في تحقيق المسند)

حكم المحدث : صحيح

D’après ‘Ali Ibn Abi Talib (qu’Allah l’agrée) : Il nous a été dit (1), à moi et à Abou Bakr (qu’Allah l’agrée), le jour de Badr (2) : « Avec l’un d’entre-vous il y a Djibril, avec l’autre il y a Mikail et Israfil (3) est un ange immense qui assiste au combat ».
(Rapporté par l’imam Ahmed dans son Mousnad n°1257 et authentifié par Cheikh Ahmed Chakir, Hadith Isnad Sahih)

(1) C’est à dire que c’est le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) qui a dit cela.

(2) Badr est un endroit proche de Médine où il y a eu une grande bataille entre les musulmans et les associateurs durant le mois de Ramadan de la deuxième année après l’émigration du Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) de La Mecque vers Médine.

(3) Djibril et Mikail et Israfil sont trois anges.

عن علي بن أبي طالب رضي الله عنه قال : قيل لي ولأبي بكر رضي الله عنه يوم بدر : مع أحدكما جبريل ومع الآخر ميكائيل وإسرافيل ملك عظيم يشهد القتال
(رواه الإمام أحمد في مسنده رقم ١٢٥٧ و صححه الشيخ أحمد شاكر في تحقيق المسند)

حكم : إسناده صحيح

D’après Anas Ibn Malik (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Certes Allah a des serviteurs qui connaissent les gens par l’observation (*) ».
(Rapporté par Al Bazzar et authentifié par l’imam Ibn Hajar dans Moukhtasar Zawaid Al Bazzar n°2302 ainsi que par Cheikh Albani dans Sahih Al Jami n°2168, Hadith Hasan)

(*) C’est à dire qu’ils sont physionomistes et arrivent à bien cerner les gens en les observant.
(Voir Fayd Al Qadir hadith n°2349)

Ceci provient du fait que ce sont des gens rapprochés d’Allah.
En effet lorsque le coeur se rapproche d’Allah, les choses mauvaises qui l’empêchaient de connaître la vérité et de la comprendre sont coupées et ainsi plus la personne se rapproche d’Allah et plus elle sera perspicace.
(Voir Kitab Ar Rouh de l’imam Ibn Qayim Al Djawziya p 709/710)

عن أنس بن مالك رضي الله عنه قال النبي صلى الله عليه و سلم : إن لله عبادا يعرفون الناس بالتوسم
(رواه البزار و حسنه الحافظ بن حجر في مختصر زوائد البزار رقم ٢٣٠٢ و حسنه أيضاً الشيخ الألباني في صحيح الجامع رقم ٢١٦٨)

حكم : حسن

D’après Anas Ibn Malik (qu’Allah l’agrée) : Il arrivait qu’un homme se rende vers le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) et rentre dans l’Islam pour une chose de l’ici-bas qu’on allait lui donner et avant le soir l’Islam était pour lui plus aimé et plus précieux que la vie de l’ici-bas et tout ce qui s’y trouve.
(Rapporté par l’imam Ahmed dans son Mousnad n°12050 et authentifié par Cheikh Shouayb Arnaout dans sa correction du Mousnad, Hadith Isnad Sahih selon les conditions de Boukhari et Mouslim)
عن أنس بن مالك رضي الله عنه قال : كان الرجل ياتي رسول الله صلى الله عليه و سلم فيسلم لشيء يعطاه من الدنيا فلا يمسي حتى يكون الإسلام أحب اليه و أعز عليه من الدنيا وما فيها
(رواه الإمام أحمد في مسنده رقم ١٢٠٥٠ و صححه الشيخ شعيب الأرناؤوط في تحقيق المسند)

حكم : إسناده صحيح على شرط الشيخين

D’après Anas Ibn Malik (qu’Allah l’agrée) : Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) est parti pour faire ses besoins puis il est revenu vers nous apeuré et a dit : « Si je ne craignais que vous n’enterreriez pas vos morts, j’aurais demandé à Allah de vous faire entendre du châtiment des gens des tombes ce qu’Il m’a fait entendre ».
(Rapporté par l’imam Ahmed dans son Mousnad n°12096 et authentifié par Cheikh Shouayb Arnaout dans sa correction du Mousnad, Hadith Isnad Sahih)
عن أنس بن مالك رضي الله عنه قال : ذهب النبي صلى الله عليه و سلم يقضي حاجته فخرج إلينا فزعا و قال : لولا أن لا تدافنوا لسألت الله أن يسمعكم من عذاب أهل القبور ما أسمعني
(رواه الإمام أحمد في مسنده رقم ١٢٠٩٦ و صححه الشيخ شعيب الأرناؤوط في تحقيق المسند)

حكم : إسناده صحيح

D’après ‘Aicha (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) aurait dit: « Soyez propres car certes l’Islam est propre et ne rentre dans le paradis qu’une personne propre ».
(Rapporté par Ibn Hibban dans Al Marjouhin vol 3 p 77 et affaibli par Cheikh Albani dans Dai’fa Al Jami, Hadith n°1414, Hadith Mawdou)

Ce hadith a été jugé comme étant très faible par :
– L’imam Ibn Hibban dans l’ouvrage cité ci-dessus
– Cheikh Albani dans la Silsila Da’ifa vol 7 p 261/262

عن عائشة رضي الله عنها قال النبي صلى الله عليه و سلم :إن الإسلام نظيف فتنظفوا ، فإنه لا يدخل الجنة إلا نظيف
(رواه بن حبان في المجروحين ج ٣ ص ٥٧ و رواه الشيخ الألباني في ضعيف الجامع رقم ۱٤۱٤)

حكم : موضوع

D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit : « Dans l’Islam, il n’y a pas de ‘Atira ni de Far’ ».
(apporté par l’imam Ahmed dans son Mousnad n°7135 et authentifié par Cheikh Shou’ayb Arnaout dans sa correction du Mousnad, Hadith Sahih)

1. La définition du Far’ et de la ‘Atira

Le Far’ est le nom d’un sacrifice qui était pratiqué par les associateurs durant la période qui a précédé l’Islam.
Lorsqu’une de leur bête mettait bas son premier petit, ils sacrifiaient ce petit pour leurs idoles afin que cela soit une cause de bénédiction pour la mère et qu’elle mette bas ensuite de nombreux petits.
(Charh Sahih Mouslim de l’imam Nawawi hadith n°1976, Sahih Al Boukhari Ma’a Fath Al Bari 9/596)

La ‘Atira est le nom d’une bête que les associateurs sacrifiaient pour leurs idoles durant le mois de Rajab et ils versaient son sang sur leurs idoles.
Les savants sont tous d’accord à propos de cette définition.
(Charh Sahih Mouslim de l’imam Nawawi hadith n°1976, An Nihaya Fi Gharib Al Hadith de l’imam Ibn Al Athir vol 3 p 178)

2. Le jugement du Far’ et de la ‘Atira

L’objectif ici n’est pas de développer les paroles des savants à propos du jugement du Far’ et de la ‘Atira dans l’Islam mais simplement d’exposer brièvement la question afin que le lecteur puisse comprendre la suite.
Pour faire simple, il y a deux avis chez les savants à propos du jugement du Far’ et de la ‘Atira.

A. Le premier avis est que ces deux sacrifices sont abrogés et interdits dans l’Islam

Ceci est l’avis de la majorité des savants au point où certains ont dit qu’il y a un consensus sur cela.
(Voir Charh Sahih Al Boukhari de l’imam Ibn Battal vol 5 p 378 ; Al I’tibar Fi An Nasikh Wal Mansoukh de l’imam Al Hazimi p 156)

B. Le second avis est que, dans l’Islam, on donne une autre définition de ces deux sacrifices et que ainsi, ils sont légiférés et recommandés.

Voir Hadith Rapporté par Nasai dans ses Sounan n°4230 et authentifié par Cheikh Albani dans sa correction de Sounan Nasai

عن أبي هريرة رضي الله عنه قال النّبي صلّى الله عليه و سلّم : لا فرع ولا عتيرة في الإسلام
(رواه الإمام أحمد في مسنده رقم ٧١٣٥ و صححه الشيخ شعيب الرناؤوط في تحقيق المسند)

حكم: صحيح