» Les 30 derniers Hadiths ajoutés

Les 30 derniers Hadiths ajoutés

D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Lorsqu’Allah a créé Adam et a insufflé l’âme en lui, Adam a éternué et a dit: – El Hamdoulilah – .
Il a loué Allah par Sa permission et son Seigneur lui a dit: – Yarhamouka Allah – ô Adam. Va vers ces anges qui sont assis et dit: – As Salam ‘Alaykoum – .
Ils ont dit: – Wa ‘Alayka Salam Wa Rahmatoulah – .
Puis il est retourné vers son Seigneur qui a dit: Certes ceci est ta salutation et la salutation de tes enfants entre eux.
Puis, alors que Ses deux mains étaient fermées, Allah lui a dit: Choisis celle que tu veux.
Il a dit: Je choisis la Main droite de mon Seigneur et ces deux mains sont droites (1) et bénies.
Ensuite Il l’a ouvert et il s’y trouvait Adam et sa descendance.
Adam a dit: Ô Seigneur! Qui sont ceux-là?
Il a dit: Ceux-ci sont ta descendance.
Chaque personne avait son terme de vie écrit entre ses deux yeux. Parmi eux, il y a avait un homme qui était le plus illuminé d’entre eux ou parmi les plus illuminés.
Adam a dit: Ô Seigneur! Qui est celui-ci?
Il a dit: C’est ton fils Daoud (2), Je lui ai écrit quarante ans.
Adam a dit: Ô Seigneur! Rajoute lui de la vie!
Allah a dit: Cette durée est ce qui lui a été décrété.
Adam a dit: Ô Seigneur! Je lui donne soixante années de mon âge.
Allah a dit: Toi et ta demande êtes liés ». (3)
Ensuite le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Puis on lui a fait habiter le paradis le temps qu’Allah a voulu, puis on l’en a fait descendre et Adam comptait pour sa propre personne (4).
L’ange de la mort est venu à lui mais Adam lui a dit: Tu t’es certes empressé! Il m’a certes été décrété mille ans.
L’ange de la mort a dit: Certes ! Mais tu as donné soixante ans à ton fils Daoud.
Adam nia et sa descendance nia. Adam oublia et sa descendance oublia.
Ainsi, depuis ce jour, il a été ordonné d’écrire et de prendre des témoins (5) ».
(Rapporté par Tirmidhi dans ses Sounan n°3368 qui l’a authentifié et il a également été authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Tirmidhi, Hadith Hasan Sahih)

(1) C’est à dire qu’il n’y pas une main ayant une imperfection par rapport à l’autre comme c’est le cas chez l’être humain.

(2) C’est à dire le prophète d’Allah Daoud (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui).

(3) C’est à dire qu’Allah a accepté sa demande.

(4) C’est à dire qu’il comptait le temps qui lui restait à vivre.

(5) C’est à dire dans les affaires du quotidien.

عن أبي هريرة رضي الله عنه قال النبي صلى الله عليه و سلم : لما خلق الله آدم ونفخ فيه الروح عطس فقال : الحمد لله فحمد الله بإذنه فقال له ربه : يرحمك الله يا آدم اذهب إلى أولئك الملائكة إلى ملأ منهم جلوس فقل : السلام عليكم
قالوا: وعليك السلام ورحمة الله
ثم رجع إلى ربه قال : إن هذه تحيتك وتحية بنيك بينهم
فقال الله له ويداه مقبوضتان: اختر أيهما شئت ؟
قال : اخترت يمين ربي وكلتا يدي ربي يمين مباركة ثم بسطها فإذا فيها آدم وذريته فقال : أي رب ما هؤلاء ؟
فقال : هؤلاء ذريتك فإذا كل إنسان مكتوب عمره بين عينيه فإذا فيهم رجل أضوؤهم أو من أضوئهم قال : يا رب من هذا ؟
قال : هذا ابنك داود قد كتبت له عمر أربعين سنة
قال : يا رب ! زده في عمره
قال : ذاك الذي كتب له
قال : أي رب فإني قد جعلت له من عمري ستين سنة
قال : أنت وذاك
قال : ثم أسكن الجنة ما شاء الله ثم أهبط منها فكان آدم يعد لنفسه فأتاه ملك الموت فقال له آدم : قد عجلت قد كتب لي ألف سنة
قال : بلى ولكنك جعلت لابنك داود ستين سنة فجحد فجحدت ذريته ونسي فنسيت ذريته
قال : فمن يومئذ أمر بالكتاب والشهود
(رواه الترمذي في سننه رقم ٣٣٦٨ و حسنه و صححه أيضاً الشيخ الألباني في صحيح الترمذي)

حكم : حَسَنٌ صَحِيحٌ

D’après Anas Ibn Malik (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Je vous avais interdit de visiter les tombes, certes maintenant visitez les car la visite des tombes permet d’adoucir le coeur, de faire pleurer l’oeil et de se rappeler l’au-delà.
Et ne dites pas de houjr (*) ».
(Rapporté par Al Hakim et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Al Jami n°4584, Hadith Sahih)

(*) Au départ, le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) avait interdit de visiter les tombes car les gens n’étaient rentrés que récemment dans l’Islam et avant cela il était possible que lors de la visite des tombes ils prononcent des paroles fausses d’association à Allah.
Puis lorsque l’Islam et la croyance de l’unicité d’Allah se sont durablement installés dans leurs coeurs, le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) leur a permis de visiter les tombes mais il a pris la précaution de leur rappeler de ne dire aucune parole fausse et interdite.
(Voir Al Majmou’ Charh Al Mouhadhab de l’imam Nawawi vol 5 p 285)

عن أنس بن مالك رضي الله عنه قال النبي صلى الله عليه و سلم : كنت نهيتكم عن زيارة القبور ألا فزوروها فإنها ترق القلب و تدمع العين وتذكر الآخرة ولا تقولوا هجرا
(رواه الحاكم و صححه الشيخ الألباني في صحيح الجامع رقم ٤٥٨٤)

حكم : صحيح

D’après ‘Abdallah Ibn ‘Abbas (qu’Allah les agrée lui et son père) : J’étais sur une monture derrière le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) lorsqu’il m’a dit: « Ô jeune enfant ! Ne vais-je pas t’apprendre des paroles par lesquelles Allah va te profiter ?
J’ai dit : Certes si.
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit : « Préserve Allah alors Il te préservera. Préserve Allah et alors tu Le trouvera devant toi (1).
Fais en sorte de connaître Allah dans la facilité et Il te connaitra dans la difficulté (2).
Si tu demandes alors demande à Allah, si tu demandes protection alors demande protection à Allah.
La plume a séché sur tout ce qui allait avoir lieu (3) ainsi si toutes les créatures voulaient te profiter par une chose qu’Allah ne t’a pas écrite ils ne seraient pas capable de le faire.
Et s’ils voulaient te nuire par une chose qu’Allah ne t’a pas écrite ils ne seraient pas capable de le faire.
Et sache qu’il se trouve un grand bien dans le fait de patienter à ce que tu détestes, sache que le secours vient avec la patience, sache que le soulagement vient après les soucis et sache que la facilité vient après la difficulté ».
(Rapporté par l’imam Ahmed dans son Mousnad n°2803 et authentifié par Cheikh Shouayb Arnaout dans la correction du Mousnad, Hadith Sahih)

(1) C’est à dire que si tu préserves Allah en appliquant ses ordres, en t’écartant de ses interdits, en rendant véridique les choses qu’Il a révélé et en l’adorant uniquement par ce qu’Il a légiféré alors Allah te préservera en préservant dans ta religion et dans tes affaires de la vie d’ici-bas.

(2) C’est à dire que la personne qui adore Allah avec sincérité dans les moments de facilité alors Allah le préserve du mal et lui accorde ses bienfaits dans les moments dans lesquels il est en difficulté.

(3) Cette phrase renvoi à la foi dans le destin.
Son sens est qu’Allah a écrit dans la Tablette Préservée (Al Lawh Al Mahfoudh) tout ce qui allait avoir lieu et chaque chose qui se passe se base exactement comme Allah l’a écrit.
Voir le lien suivant : La foi dans Al-Lawh al-Mahfoûdh

(Ces commentaires sont tirés de Fath Al Qawi Al Matin de Cheikh Abdel Mouhsin Al ‘Abbad)

عن عبدالله بن عباس رضي الله عنهما قال : كنت رديف النبي صلى الله عليه وسلم فقال : يا غلام ! ألا أعلمك كلمات ينفعك الله بهن
فقلت : بلى
فقال : احفظ الله يحفظك احفظ الله تجده أمامك تعرف إليه في الرخاء يعرفك في الشدة
وإذا سألت فاسأل الله وإذا استعنت فاستعن بالله قد جف القلم بما هو كائن فلو أن الخلق كلهم جميعا أرادوا أن ينفعوك بشيء لم يكتبه الله عليك لم يقدروا عليه وإن أرادوا أن يضروك بشيء لم يكتبه الله عليك لم يقدروا عليه
واعلم أن في الصبر على ما تكره خيرا كثيرا وأن النصر مع الصبر وأن الفرج مع الكرب وأن مع العسر يسرا
(رواه الإمام أحمد في مسنده رقم ٢٨٠٣ و صححه الشيخ أحمد شاكر في تحقيق المسند و صححه أيضاً الشيخ شعيب الأرناؤوط في تحقيق المسند)

حكم : صحيح

D’après Al Moughira Ibn Chou’ba (qu’Allah l’agrée) : Nous étions avec le groupe de cavaliers du Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) et j’avais avec moi un récipient.
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) est allé faire ses besoins puis il est revenu et je suis allé à sa rencontre avec le récipient.
Je lui ai versé de l’eau (1) et il a lavé ses mains, son visage puis il a voulu sortir ses bras alors qu’il portait une tunique en laine.
Il s’agissait d’une tunique romaine avec les manches serrées (2) et ainsi il n’a pas pu sortir ses bras et les a fait passer par dessous la tunique.
Puis je me suis baissé vers les chaussons (3) pour les lui retirer mais il m’a dit : « Laisse les chaussons car j’ai rentré mes pieds dedans alors qu’ils étaient purs » et alors il a essuyé dessus.
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°151 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Sahih)

(1) C’est à dire que le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a fait les ablutions.

(2) Les romains étaient des chrétiens et malgré cela, le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a mis une de leur tunique car ce type de tunique ne leur était pas spécifique.

(3) C’est à dire des chaussons en cuir.

Remarque : Il est important que comprendre que ce qui est interdit au musulman est de pratiquer des paroles, des actes, des comportements qui sont spécifiques aux non-musulmans et par lesquels on peut les différencier des autres personnes.

Par contre, les choses qui sont communes à la communauté musulmane et aux autres communautés ne sont pas interdites.
(Voir Sifat Salat Kitab Al Oum de Cheikh Albani p 150)

Prenons l’exemple du vêtement pour illustrer cela.
Il est, par exemple, interdit à un musulman de porter une soutane avec un col blanc comme le font les prêtres chrétiens ou de porter un chapeau et de longues frisettes comme le font les juifs.
Mais porter une veste ou un bonnet etc … est permis car ce sont des vêtements que tout le monde porte quelle que soit l’appartenance religieuse de la personne.

عن المغيرة بن شعبة رضي الله عنه قال : كنا مع رسول الله صلى الله عليه وسلم في ركبه ومعي إداوة فخرج لحاجته ثم أقبل فتلقيته بالإداوة فأفرغت عليه فغسل كفيه ووجهه ثم أراد أن يخرج ذراعيه وعليه جبة من صوف من جباب الروم ضيقة الكمين فضاقت فادرعهما ادراعا ثم أهويت إلى الخفين لأنزعهما فقال لي : دع الخفين فإني أدخلت القدمين الخفين وهما طاهرتان فمسح عليهما
(رواه أبو داود في سننه رقم ١٥١ و صححه الشيخ الألباني في تحقيق سنن أبي داود)

حكم : صحيح

D’après ‘Abdallah Ibn ‘Amr (qu’Allah les agrée lui et son père) : Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) m’a vu alors que je portais deux habits teints en rouge alors il a dit: « Certes cela fait partie des vêtements des mécréants ainsi ne les porte pas (*) ».
(Rapporté par Mouslim dans son Sahih n°2077)

(*) C’est à dire que le vêtement qu’il portait était un vêtement spécifique aux mécréants, comme un de leurs signes distinctifs.
(Minnatoul Moun’im Charh Sahih Mouslim vol 3 p 394)

عن عبدالله بن عمرو رضي الله عنهما قال : رأني رسول الله صلى الله عليه وسلم وعلي ثوبين معصفرين فقال : إن هذه من ثياب الكفار فلا تلبسها
(رواه مسلم في صحيحه رقم ٢٠٧٧)
D’après ‘Abdallah Ibn ‘Abbas (qu’Allah les agrée lui et son père), le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « Le lahd (1) est pour nous (2) et le chaq (3) est pour les autres que nous (4) ».
(Rapporté par Tirmidhi dans ses Sounan n°1045 qui l’a authentifié et il a également été authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Tirmidhi, Hadith Sahih)

(1) Le lahd est le fait de creuser une place pour le mort sur le côté de la tombe qui est le plus proche de la qibla. Le mort y est placé sur son côté droit en face de la qibla. Puis on referme le creux dans lequel le mort a été placé en mettant derrière son dos des briques, des planches de bois ou autre.
Puis on remplit la tombe de terre.

(2) C’est à dire les musulmans.

(3) Le chaq est le fait de creuser une place pour le mort au milieu de la tombe. On met sur les extrémités des briques. Le mort est placé dans le creux sur son côté droit en face de la qibla.
On referme le creux avec des briques ou autre chose en les levant légèrement afin qu’elles ne touchent pas le mort puis on remplis la tombe de terre.

(4) C’est à dire les juifs et les chrétiens.

Ce hadith et d’autres hadiths montrent que le lahd est meilleur que le chaq.
(Charh Sounan Nasai de Cheikh Mohamed Ibn Ali Ibn Adam Al Etiopi vol 19 à partir de la page 350)

عن عبدالله بن عباس رضي الله عنهما قال النبي صلى الله عليه و سلم : اللحد لنا والشق لغيرنا
(رواه الترمذي في سننه رقم ١٠٤٥ و حسنه و صححه الشيخ الألباني في صحيح الترمذي)

حكم:صحيح

D’après ‘Abdallah Ibn ‘Abbas (qu’Allah les agrée lui et son père) : Lorsqu’il est arrivé à Médine, le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a trouvé les juifs qui jeûnaient le jour de ‘Achoura et il leur a dit : « Quel est ce jour que vous jeûnez ? ».
Ils ont dit : Ce jour est un grand jour ! C’est dans ce jour qu’Allah a sauvé Moussa (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) et son peuple et qu’Il a noyé Pharaon et son peuple. Ainsi Moussa (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) l’a jeûné en remerciement et donc nous le jeûnons.
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit : « Nous sommes plus en droit de Moussa (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) que vous ».
Et alors il a jeûné ce jour et a ordonné de le jeûner.
(Rapporté par Mouslim dans son Sahih n°1130)

Dans ce hadith, le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit aux juifs qui prétendent suivre Moïse / Moussa (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) que les musulmans sont plus en droit qu’eux dans le suivi de ce prophète d’Allah.

C’est à dire que les musulmans sont plus en droit de Moussa (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) que les juifs dans le sens où les musulmans suivent réellement Moussa (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) et sont en parfait accord avec lui au niveau de la croyance et des fondements de la religion.
De plus, les musulmans rendent véridique la Thora, le Livre qu’Allah lui a révélé tandis qu’eux l’ont modifié et en ont changé les règles.
(Charh Sahih Mouslim de Cheikh Al Etiopi vol 21 p 205)

De plus, de la même manière que le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit aux juifs que les musulmans sont plus en droit de Moussa (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) qu’eux, il a également dit dans un autre hadith que lui et sa communauté sont le plus en droit de Jésus Fils de Marie / ‘Issa Ibn Maryam (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) que les chrétiens qui prétendent le suivre.

عن عبدالله بن عباس رضي الله عنهما أن رسول الله صلى الله عليه و سلم قدم المدينة فوجد اليهود صياما يوم عاشوراء فقال لهم : ما هذا اليوم الذي تصومونه ؟
فقالوا : هذا يوم عظيم ! أنجى الله فيه موسى وقومه وغرق فرعون وقومه فصامه موسى شكرا فنحن نصومه
فقال رسول الله صلى الله عليه وسلم : فنحن أحق وأولى بموسى منكم
فصامه رسول الله صلى الله عليه وسلم وأمر بصيامه
(رواه مسلم في صحيحه رقم ١١٣٠)
D’après Jabir Ibn Abdillah (qu’Allah les agrée lui et Son père), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Celui qui reçoit un bienfait et le mentionne l’aura certes remercié et s’il le cache il l’aura certes mécru ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°4814 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Sahih)

(*) La mécréance désigne ici l’ingratitude vis-à-vis du bienfait et pas la mécréance en Allah et son Messager (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui).

• Le serviteur doit remercier Allah par sa langue en prononçant le fait que le bienfait vient d’Allah et en Le louant et en faisant Ses éloges pour le lui avoir accordé.
(Al Fatawa Sa’diya p 65)

• Le serviteur doit remercier Allah par ses actes en Lui obéissant, en utilisant le bienfait qui lui a été accordé uniquement dans Son obéissance et en faisant apparaître sur lui les effets de ce bienfait.
Par exemple : Une personne à qui Allah a accordé beaucoup d’argent doit porter de beaux habits, doit manger de bonnes nourritures etc…
(Charh Moukhtasar Tahrir de Cheikh ‘Otheimine p 247, Charh Boulough Al Maram de Cheikh Saleh Al Fawzan vol 1 p 292)

D’après ‘Amr Ibn Chou’ayb, d’après son père, d’après son grand père (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit : « Mangez, buvez et faites l’aumône sans qu’il n’y ai dans cela de l’orgueil ou du gaspillage car certes Allah aime voir l’effet de Son bienfait sur Ses serviteurs ».
(Rapporté par Ibn Abi Dounia dans Kitab Ach Choukr n°51 et authentifié par l’imam Ibn Hajar dans Al Amali Al Moutlaqa p 32)

عن جابر بن عبدالله رضي الله عنهما قال النبي صلى الله عليه و سلم : من أبلى بلاء فذكره فقد شكره وإن كتمه فقد كفره
(رواه أبو داود في سننه رقم ٤٨١٤ و صححه الشيخ الألباني في تحقيق سنن أبي داود)

حكم : صحيح

D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée) : À l’époque, on priait la prière du ‘icha avec le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui).
Lorsqu’il se prosternait Al Hassan et Al Housseyn (qu’Allah les agrée tous les deux) (1) montaient sur son dos.
Lorsqu’il relevait sa tête il les attrapait derrière lui et les posait doucement.
Et lorsqu’il recommençait eux aussi recommençaient. (2)
Lorsque le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a terminé la prière, il les a posé sur ses cuisses, un de chaque côté.
Je suis allé vers le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) et je lui ai dit: Ô Messager d’Allah! Est-ce que je les ramène chez leur mère? (3)
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Non ».
Alors il y eut un éclair de lumière et le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Rentrez chez votre mère ».
Alors ils ont marché dans la lumière jusqu’à ce qu’ils rentrent chez leur mère. (4)
(Rapporté par Al Hakim et authentifié par Cheikh Albani dans la Silsila Sahiha n°3325, hadith Isnad Sahih)

(1) Ce sont les petits fils du Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui).

(2) C’est à dire que lorsque le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) se prosternait de nouveau alors ils remontaient sur son dos.

(3) Ceci a eu lieu après la prière du icha, dans la nuit noire, et Abou Houreira (qu’Allah l’agrée) a donc voulu ramener chez eux Al Hassan et Al Housseyn (qu’Allah les agrée tous les deux) chez leur mère, Fatima (qu’Allah l’agrée) car ils étaient encore petits.

(4) Ce hadith montre donc un miracle du Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) puisqu’un éclair de lumière est apparu et a suivi et éclairé ses petits-fils jusqu’à ce qu’ils arrivent chez eux.

عن أبي هريرة رضي الله عنه قال : كنا نصلي مع رسول الله صلى الله عليه وسلم العشاء
فإذا سجد وثب الحسن والحسين رضي الله عنهما على ظهره وإذا رفع رأسه أخذهما بيده من خلفه أخذا رفيقا فوضعهما وضعا رفيقا فإذا عاد عادا
فلما صلى وضعهما على فخذيه واحدا ههنا وواحدا ههنا
قال أبو هريرة رضي الله عنه : فجئته فقلت : يا رسول الله ! ألا أذهب بهما إلى أمهما ؟
قال رسول الله صلى الله عليه وسلم : لا
فبرقت برقة فقال : الحقا بأمكما
فما زالا يمشيان في ضوئها حتى دخلا إلى أمهما
(رواه الحاكم و حسنه الشيخ الألباني في السلسلة الصحيحة رقم ٣٣٢٥)

حكم : صحيح الإسناد

D’après ‘Abdallah Ibn ‘Abbas (qu’Allah les agrée lui et son père) : Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a regardé la Ka’ba (1) et il a dit: « Quelle bonne maison tu es ! Comme ton importance est grande ! Comme ton caractère sacré est grand !
Mais certes le croyant est plus sacré auprès d’Allah que toi.
Certes Allah a interdit te concernant une seule chose (2) et Il a interdit concernant le croyant trois choses: son sang, son argent et d’avoir des mauvaises pensées le concernant ».
(Rapporté par Al Bayhaqi et authentifié par Cheikh Albani dans la Silsila Sahiha n°3420, Hadith Hasan)

(1) C’est à dire la construction qui est au centre de la mosquée Al Haram à La Mecque.

(2) Il s’agit du ilhad dans la zone du Haram de La Mecque.
Voir aussi Hadith authentifié par Cheikh Albani dans la Silsila Sahiha n°3108.

عن عبدالله بن عباس رضي الله عنهما قال : لما نظر رسول الله صلى الله عليه و سلم إلى الكعبة قال : مرحبا بك من بيت ما أعظمك وأعظم حرمتك !
و للمؤمن أعظم حرمة عند الله منك
إن الله حرم منك واحدة و حرم من المؤمن ثلاثا : دمه و ماله و أن يظن به ظن سوء
(رواه البيهقي و حسنه الشيخ الألباني في السلسلة الصحيحة رقم ٣٤٢٠)

حكم : حسن

D’après Safiya bint Chayba, Oum Salama (qu’Allah l’agrée) a dit : « Lorsqu’a été révélé le verset : – de rapprocher d’elles leurs jalabib – (1) , les femmes des Ansars (2) sont sorties et c’est comme si elles avaient des corbeaux sur la tête à cause de leurs vêtements (3) ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°4101 et authentifié par Cheikh Albani dans sa Sahih Abi Daoud, hadith Sahih)

(1) Il s’agit de la traduction rapprochée d’une partie du sens du verset 59 de la sourate Al Ahzab n°33 : Ô Prophète! Dis à tes épouses, à tes filles et aux femmes des croyants de rapprocher d’elles leurs jalabib.

Il a été mentionné précédemment dans l’explication de ce verset que te terme – jalabib – est le pluriel de – jilbab – et le jilbab est un vêtement ample que porte la femme et qui couvre sa tête et tout son corps ou la plupart de son corps.
(Voir Tefsir Sourate Al Ahzab de Cheikh ‘Otheimine p 485)

(2) Les Ansars sont les compagnons du Prophète (qu’Allah les agrée tous) qui étaient originaires de Médine.

(3) C’est à dire qu’elles portaient des voiles noirs qui, par leur couleur, faisait penser à celle des corbeaux.
(‘Awn Al ma’boud Charh Sounan Abi Daoud)

Le sens voulu par ce texte est le fait de mettre en évidence qu’àprès la révélation de ce verset, les musulmanes se sont empressées d’obéir à leur Seigneur et de se couvrir.
(Charh Sounan Abi Daoud de Cheikh Al ‘Abad, cours n°460)

عن عن صفية بنت شيبة قالت أم سلمة رضي الله عنهما : لمّا نزلت يدنين عليهن من جلابيبهن خرج نساء الأنصار كأنّ على رءوسهن الغربان من الأكسية
(رواه أبو داود في سننه رقم ٤١٠١ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

D’après ‘Ata Ibn Abi Rabah, ‘Abdallah Ibn ‘Abbas (qu’Allah les agrée) m’a dit : Ne vais-je pas te montrer une femme parmi les gens du paradis ?
‘Ata a dit : Certes oui.
Il a dit : Cette femme noire est allé vers le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) et a dit : Certes je fais des crises d’épilepsie et alors je me découvre. Invoque Allah pour moi.
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit : « Si tu veux tu patientes et tu auras le paradis et si tu veux j’invoque Allah pour qu’Il te guérisse ».
Elle a dit : Je patiente mais alors je vais me découvrir. Invoque Allah pour que je ne me découvre pas.
Alors le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a invoqué pour elle.
(Rapporté par Mouslim dans son Sahih n°2576)

Ce hadith montre à quel point les femmes étaient pudiques à l’époque du Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui).
La chose que cette femme craignait le plus était qu’elle découvre une partie de son corps malgré le fait qu’elle ne faisait pas cela volontairement. C’est à cause de la maladie qu’elle faisait ceci.
(Voir Bahjatou Nathirin Charh Riyad Salihin vol 1 p 96)

عن عطاء بن أبي رباح قال : قال لي عبدالله بن عباس رضي الله عنهما : ألا أريك امرأة من أهل الجنة ؟
قلت : بلى
قال : هذه المرأة السوداء أتت النبي صلى الله عليه وسلم فقالت : إني أصرع وإني أتكشف فادع الله لي
قال النبي صلى الله عليه و سلم : إن شئت صبرت ولك الجنة وإن شئت دعوت الله أن يعافيك
فقالت : أصبر فإني أتكشف فادع الله أن لا أتكشف . فدعا لها النبي صلى الله عليه و سلم
(رواه مسلم في صحيحه رقم ٢٥٧٦)
D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « La richesse n’est pas d’avoir beaucoup de biens, mais la richesse est la richesse de l’âme ».
(Rapporté par Al Boukhari dans son Sahih n°6446)
عن أبي هريرة رضي الله عنه عن النبي صلى الله عليه وسلم قال : ليس الغنى عن كثرة العرض ولكن الغنى غنى النفس
(رواه البخاري في صحيحه رقم ٦٤٤٦)
D’après ‘Imran Ibn Houssayn (qu’Allah les agrée lui et son père), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Ce dont j’ai le plus peur pour vous après ma mort est chaque hypocrite ayant la langue savante (*) ».
(Rapporté par Tabarani et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Targhib Wa Tarhib n°132)

(*) L’hypocrisie désigne le fait que chez une personne il y ait une différence entre ce qui est apparent et ce qui est caché.
C’est pour cela, qu’à la base, dans les textes de l’Islam, l’hypocrite désigne une personne qui montre en apparence son appartenance à l’Islam mais qui est mécréante en son for intérieur.
Dans ce hadith, l’hypocrite désigne une personne éloquente qui appelle les gens vers l’Islam en cherchant par cela à profiter d’avantages mondains comme les avantages financiers ou la renommée.
Une personne appelle les gens à obéir à Allah et à se rapprocher de Lui alors que pour sa part il s’éloigne d’Allah.
Il met en évidence les défauts des gens alors que lui commet des actes pires que les leurs.
En apparence, il montre aux gens qu’il est un adorateur alors qu’il commet des actes particulièrement graves lorsqu’Allah est le seul à le voir.
(Fayd Al Qadir, hadith n°2191)

عن عمران بن حصين رضي الله عنهما قال رسول الله صلّى الله عليه و سلّم : إنّ أخوف ما أخاف عليكم بعدي كلّ منافق عليم اللسان
(رواه الطبراني و صححه الشيخ الألباني في صحيح الترغيب و الترهيب رقم ١٣٢)
D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée) ; Un homme s’est rendu auprès du Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) et s’est plaint de la dureté de son coeur.
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) lui a dit: « Si tu veux que ton coeur s’adoucisse alors nourrit le pauvre et frotte la tête de l’orphelin (*) ».
(Rapporté par Ahmed et authentifié par Cheikh Albani dans la Silsila Sahiha n°854, Hadith Isnad Sahih)

(*) C’est une métaphore dont le sens est : Sois bon avec l’orphelin, occupe toi de lui, éduque le…

عن أبي هريرة رضي الله عنه أنّ رجلاً شكا إلى رسول الله صلّى الله عليه وسلّم قسوة قلبه فقال له : إن أردت تليين قلبك فأطعم المسكين و امسح رأس اليتيم
(رواه أحمد و صححه الشيخ الألباني في السلسلة الصحيحة رقم ٨٥٤)

حكم المحدث : صحيح الإسناد

D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Celui qui mendie auprès des gens afin d’augmenter sa richesse, il est en réalité entrain de demander des braises. (1)
Alors qu’il demande peu ou beaucoup ». (2)
(Rapporté par Mouslim dans son Sahih n°1041)

(1) Certains savants ont dit que c’est une image pour montrer que cet acte sera la cause pour qu’il soit puni dans le feu.
D’autres savants ont dit que cela est à comprendre dans le sens apparent et que ces biens qu’il récolte seront changés en braises dans l’au-delà par lesquelles il sera châtié.
(Charh Sahih Mouslim de Cheikh Al Etiopi vol 19 p 642)

(2) C’est à dire : qu’il demande peu ou beaucoup et qu’il regarde ce que cela va lui causer comme châtiment.
Cette phrase est à comprendre comme une menace de laquelle on comprend l’interdiction de mendier avec l’intention d’augmenter sa richesse.
(Minnatoul Moun’im Charh Sahih Mouslim vol 2 p 118)

عن أبي هريرة رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : من سأل الناس تكثرا فإنما يسأل جمرا فليستقل أو ليستكثر
(رواه مسلم في صحيحه رقم ١٠٤١)
D’après ‘Abdallah Ibn ‘Omar (qu’Allah les agrée lui et son père), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Celui qui achète une nourriture, qu’il ne la vende pas avant d’en avoir pris possession ».
(Rapporté par Boukhari dans son Sahih n°2133)

Si la marchandise vendue est de la nourriture alors les textes de la Sounna et le consensus des savants montrent qu’il n’est pas permis à l’acheteur de la vendre avant d’en avoir pris possession.

عن عبدالله بن عمر رضي الله عنهما قال النّبي صلّى الله عليه و سلّم : من ابتاع طعامًا فلا يبعه حتّى يقبضه
(رواه البخاري في صحيحه رقم ٢١٣٣)
D’après ‘Abdallah Ibn Mou’awiya (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Il y a trois choses, celui qui les pratique aura goûté à la saveur de la foi:
– celui qui adore Allah seul car il n’y a aucune divinité qui mérite d’être adorée en dehors de Lui
– celui qui donne la zakat sur ses biens de bon coeur chaque année
Il ne donne pas la bête vieille, celle qui ne vaut rien ou celle qui est malade mais plutôt dans la moyenne de vos biens car certes Allah ne vous demande pas le meilleur de vos biens ni ne vous ordonne de donner le plus mauvais de vos biens. (1)
– celui qui purifie son âme ».
Un homme a dit : Qu’est-ce que la purification de l’âme ?
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « C’est à dire que la personne sache qu’Allah est avec elle où qu’elle soit (2) ».
(Rapporté par Tabarani dans Al Mou’jam Al Saghir vol 1 p 201 et authentifié par Cheikh Albani dans la Silsila Sahiha vol 3 p 38)

(1) Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a donc prit l’exemple de la zakat sur les animaux que possède la personne pour illustrer le fait de donner la zakat de bon coeur.

(2) C’est à dire que la personne sache, qu’à chaque instant, Allah qui est au dessus de Son Trône est avec elle par Sa science, qu’Il entend et voit tout.

D’après ‘Abdallah Ibn Nafi’, l’imam Malik Ibn Anas (mort en 179 du calendrier hégirien) a dit : Allah est au dessus du ciel et Sa science est en tout endroit. Il n’y a aucun endroit dans lequel Sa science ne soit pas présente.
(Rapporté par Abou Daoud dans Masail Al Imam Ahmed n°1699 et authentifié par Cheikh Albani dans Moukhtasar Al Oulou n°130)

D’après Yousouf Ibn Moussa : Une personne questionna l’imam Ahmed Ibn Hanbal (mort en 241 du calendrier hégirien): Allah est au dessus du septième ciel, au dessus de Son trône. Il n’est pas mélangé à sa création et Sa puissance et Sa science sont en tout endroit ?
Ce à quoi il répondit : Oui, Il est au dessus du trône et il n’y a aucun endroit dans lequel Sa science ne soit pas présente.
(Rapporté par Al Lalaka’i dans Charh Ousoul I’tiqad Ahl Sounna n°674 et authentifié par Cheikh Albani dans Moukhtasar Al Oulou n°226)

عن عبدالله بن معاوية رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه وسلم : ثلاث من فعلهن فقد ذاق طعم الإيمان : من عبد الله وحده بأنه لا إله إلا هو وأعطى زكاة ماله طيبة بها نفسه في كل عام ولم يعط الهرمة ولا الدرنة ولا المريضة ولكن من أوسط أموالكم فإن الله لم يسألكم خيرها ولم يأمركم بشرها وزكى نفسه
فقال رجل : وما تزكية النفس ؟
فقال رسول الله صلى الله عليه وسلم : أن يعلم أن الله معه حيث كان
(رواه الطبراني في المعجم الصغير ج ١ ص ٢٠١ و صححه الشيخ الألباني في السلسلة الصحيحة ج ٣ ص ٣٨)
D’après Anas Ibn Malik (qu’Allah l’agrée) : J’étais en train de servir à Abou Talha, Abou ‘Oubeida, Ka’b et Souhayl Ibn Bayda (qu’Allah les agrée tous) du nabidh (1) qui avait été fabriqué avec des dattes sèches et des dattes pas encore mûres.
Alors quelqu’un a appelé en disant : Certes les boissons alcoolisées ont été interdites ! (2)
Je jure par Allah ! Ils n’ont pas attendu de savoir si cette information était véridique ou erronée et ils ont dit : Renverse la boisson ô Anas !
Alors je l’ai renversé et je jure par Allah que la boisson alcoolisée n’est pas retournée vers leurs têtes jusqu’à ce qu’ils rencontrent Allah. (3)
(Rapporté par Ibn Hibban dans son Sahih n°5363 et authentifié par Cheikh Albani dans Al Ta’liqat Al Hissan ‘Ala Sahih Ibn Hibban n°5339, Hadith Sahih)

(1) C’est le nom d’une boisson alcoolisée.

(2) C’est à dire que les boissons alcoolisées, qui étaient au départ permises, venaient d’être interdites par Allah.

(3) C’est à dire qu’ils n’ont plus bu de boissons alcoolisées qui causent l’ébriété chez celui qui les consomment jusqu’à ce qu’ils meurent.

عن أنس بن مالك رضي الله عنه قال : كنت أسقي أبا طلحة وأبا عبيدة وكعبا وسهيل بن بيضاء رضي الله عنهم نبيذ التمر والبسر فإذا مناد ينادي : ألا إن الخمر قد حرمت
فوالله ما انتظروا أن يعلموا أحقا أم باطلا فقالوا : اكفأ يا أنس !
فكفأته فوالله ما رجعت إلى رؤوسهم حتى لقوا الله
(رواه ابن حبان في صحيحه رقم ٥٣٦٣ و صححه الشيخ الألباني في التعليقات الحسان على صحيح ابن حبان رقم ٥٣٣٩)

حكم : صحيح

D’après ‘Adi Ibn Hatim (qu’Allah l’agrée) : J’ai dit : Ô Messager d’Allah ! Certes mon père liait les liens de parenté et il faisait telle et telle chose (1). Obtient-il une récompense pour cela ?
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Certes ton père a cherché quelque chose (2) et il l’a obtenu (3) ».
(Rapporté par Ahmed et authentifié par Cheikh Shouayb Arnaout dans sa correction du Mousnad n°19386, Hadith Hasan)

(1) C’est à dire que son père qui est mort pratiquait des actes de bien.

(2) C’est à dire qu’il cherchait le fait que les gens parlent de lui en bien.

(3) C’est à dire que les gens ont fait ses éloges mais il n’obtient auprès d’Allah aucune récompense.

(Voir Hachiya As Sindi ‘Ala Mousnad Ahmed, hadith n°7874)

Il y a trois conditions pour que les bonnes actions soient valables et récompensées auprès d’Allah : le fait que la personne soit croyante, le fait que l’action soit pratiquée avec la seule intention de se rapprocher d’Allah et le fait que l’acte soit conforme à la législation islamique.

Ces trois points ont été détaillés sur le lien suivant : Les conditions de validité des
bonnes actions

عن عدي بن حاتم رضي الله عنه قال : قلت : يا رسول الله ! إن أبي كان يصل الرحم ويفعل ويفعل فهل له في ذلك يعني من أجر ؟
قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : إن أباك طلب أمرا فأصابه
(رواه أحمد و صححه و حسنه الشيخ شعيب الأرناؤوط في تحقيق المسند رقم ۱۹۳۸٦)

حكم : حسن

D’après Hakim Ibn Hizam (qu’Allah l’agrée) : J’ai dit : Ô Messager d’Allah ! Un homme vient à moi et veux m’acheter une marchandise que je n’ai pas. Alors je vais lui acheter la marchandise pour lui dans le marché (1).
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Ne vends pas ce que tu n’as pas (2) ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°3503 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Sahih)(1) C’est à dire qu’il conclu la vente avec l’homme puis il va au marché pour acheter la marchandise qu’il lui a vendu.

(2) L’imam Ibn Al Houmam Al Hanafi (mort en 861 du calendrier hégirien) a dit : « Concernant l’interdiction de vendre ce que la personne n’a pas, le sens voulu est, par consensus des savants, l’interdiction de vendre ce que la personne ne possède pas ».
(Fath Al Qadir vol 6 p 310)

Au sujet de L’interdiction de vendre une chose dont nous n’avons pas la propriété : Bay’ Ma La Yamlik

De manière générale, la base dans la législation islamique est que tous les types de vente sont permis à l’exception de ceux qui contiennent de l’injustice et de ceux qui conduisent à des désaccords et des disputes.
(Charh Ousoul Al Ahkam de Cheikh Souleyman Ruheili, cours n°3 à partir de 7m30)

Le fait de vendre une chose dont nous n’avons pas la propriété est une forme de vente qui peut mener vers des désaccords et des disputes.

– Voici un exemple de ce type de vente :

Sofiane a un magasin de téléphone portable.
Un client veut lui acheter le dernier modèle d’iphone qu’il souhaiterait acheter 500 euros.
Sofiane n’a pas ce modèle en stock mais il sait que son fournisseur en a et qu’il les vend à 450 euros.
Ainsi, il se met d’accord avec l’acheteur sur le prix de 500 euros.
Il se fait payer et dis à l’acheteur qu’il peut venir chercher le téléphone le lendemain.
Alors il va chez le fournisseur et achète le téléphone à 450 euros.
Il a gagné 50 euros de bénéfice et donne le téléphone à l’acheteur le lendemain.

Cette vente est interdite et n’est pas valable.

Sofiane doit dire à l’acheteur que, pour l’instant, il n’a pas le téléphone mais qu’il peut revenir le lendemain.
Alors il va chez le fournisseur et lui achète le téléphone.
Puis le lendemain, il le vend à l’acheteur.

– Les preuves que cette vente est interdite et pas valable

La Sounna et le consensus des savants montrent l’interdiction de cette vente. (Voir Hadith Sahih Abi Daoud ci-dessus)

Le consensus des savants :

L’imam Ibn ‘Abdel Bar (mort en 463 du calendrier hégirien) a dit : « Parmi les bases sur lesquelles les savants sont en consensus, il y a l’interdiction de vendre une chose inconnue, l’interdiction de la vente d’incertitude / Gharar, l’interdiction de vendre ce que tu ne possèdes pas… ».
(Al Tamhid vol 14 p 216)

L’imam Ibn Qoudama Al Maqdisi (mort en 620 du calendrier hégirien) a dit : « Il n’est pas permis de vendre une chose que l’on ne possède pas pour ensuite partir, l’acheter et la donner à l’acheteur.
Il n’y a qu’une seule version sur cela et c’est l’avis de Chafi’i et nous ne connaissons personne ayant divergé sur cela car le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit : -Ne vends pas ce que tu n’as pas- ».
(Al Moughni vol 6 p 296)

– La sagesse voulue par cette interdiction

Les savants des quatre écoles juridiques ont mentionné que le fait que la marchandise vendue soit la propriété du vendeur est une des conditions de la vente.
Sans cette condition, la vente n’est pas valable.
(Al Fiqh ‘Alal Madhaib Al Arba’a de l’imam Al Jazari vol 2 p 148)

La sagesse derrière cela est que, si la marchandise vendue n’est pas la propriété du vendeur, alors il n’est pas certain de pouvoir la donner à l’acheteur et ce type d’incertitude entraîne des différents et des conflits que la législation islamique veut éviter.

L’imam Ibn Qayim (mort en 751 du calendrier hégirien) a dit : « La parole du Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) : -Ne vends pas ce que tu n’as pas- est conforme à son interdiction de la vente dans laquelle il se trouve une incertitude / Gharar.
En effet, lorsqu’une personne vend ce qu’elle ne possède pas, elle ne peut pas avoir la certitude de pouvoir l’obtenir ensuite.
Il est possible qu’elle l’obtienne comme il est possible qu’elle ne l’obtienne pas et ceci est une incertitude / Gharar ».
(Tahdhib As Sounan vol 9 p 411)

عن حكيم بن حزام رضي الله عنه قال : قالت : يا رسول الله ! يأتيني الرجل فيريد منّي البيع ليس عندي أفأبتاعه له من السوق ؟
فقال رسول الله صلّى الله عليه و سلّم : لا تبع ما ليس عندك
(رواه أبو داود في سننه رقم ٣٥٠٣ و صححه الشيخ الألباني في تحقيق سنن أبي داود)

حكم : صحيح

D’après Ibn Abi Moulayka : Nous nous sommes assis auprès de ‘Abdallah Ibn ‘Amr (qu’Allah les agrée lui et son père) dans le hijr (1) alors il a dit : « Pleurez ! Et si vous n’y arrivez pas alors efforcez vous de pleurer ! Si vous connaissiez la science (2), l’un d’entre vous aurait prié jusqu’à ce que son dos se casse et il aurait pleuré jusqu’à ne plus avoir de voix ».
(Rapporté par Al Hakim dans Al Moustadrak n°8786 qui l’a authentifié selon les conditions de Boukhari et Mouslim et l’imam Dhahabi l’a approuvé. Il a également été authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Targhib n°3328, Hadith Sahih Mawqouf)

(1) Il s’agit de l’endroit qui se trouve entre le Ka’ba et le muret qui est construit en arc de cercle à côté d’elle.

(2) C’est à dire : Si vous aviez connaissance de ce qui se trouve comme châtiment dans la tombe et dans l’au-delà pour les gens désobéissants.

عن ابن أبي مليكة قال : جلسنا إلى عبدالله بن عمرو رضي الله عنهما في الحجر فقال : ابكوا فإن لم تجدوا بكاء فتباكوا ولو تعلموا العلم لصلى أحدكم حتى ينكسر ظهره ولبكى حتى ينقطع صوته
(رواه الحاكم في المستدرك رقم ٨٧٨٦ و صححه على شرط البخاري و مسلم و أقره الذهبي و صححه الشيخ الألباني في صحيح الترغيب رقم ٣٣٢٨)

حكم : صحيح موقوفا

D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Un homme qui n’avait fait absolument aucun bien prêtait aux gens (1) et il disait à son envoyé (2) : Prends ce qui est facile (3) et laisse ce qui est difficile et passe dessus (4) ainsi peut-être qu’Allah passera sur nos péchés.

Lorsqu’il est mort, Allah lui a dit : Est-ce que tu as fait quelque chose de bien ?

Il répondit : Non si ce n’est que j’avais un jeune employé et je prêtais aux gens. Ainsi lorsque je l’envoyais pour récupérer les dettes, je lui disais : Prends ce qui est facile et laisse ce qui est difficile et passe dessus ainsi peut-être qu’Allah passera sur nos péchés.

Allah a dit : Je t’ai certes pardonné ».

(Rapporté par Nasai dans ses Sounan n°4694 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Nasai, Hadith Hasan Sahih)

(1) C’est à dire qu’il vendait et accordait des délais de paiement.

(2) C’est à dire à la personne qu’il envoyait pour récupérer les dettes des gens.

(3) C’est à dire : Prends ce que la personne endettée peut donner.

(4) C’est à dire : N’insiste pas concernant ce qu’il ne peut pas donner.

(Charh Sounan Nasai de Cheikh Al Etiopi vol 35 p 310)

عن أبي هريرة رضي الله عنه قال النّبي صلّى الله عليه و سلّم : إن رجلاً لم يعمل خيرًا قطُّ وكان يُدايِنُ النّاسَ فيقولُ لرسولِه : خذ ما تَيسَّرَ واتركْ ما عَسُرَ وتَجاوزْ لعلّ اللهَ أن يتجاوزَ عنّا

فلمّا هلك قال اللهُ له : هل عَمِلتَ خيرًا قطُّ ؟

قال : لا إلاّ أنّه كان لي غلامٌ وكنتُ أُداينُ النّاسَ فإذا بعثتُه ليتقاضى قلتُ له : خذ ما تَيسَّرَ واترك ما عَسُرَ وتجاوزْ لعلّ اللهَ يتجاوزُ عنّا

قال اللهُ : قد تجاوزتُ عنك

((رواه النسائي في سننه رقم ٤٦٩٤ و صححه الشيخ الألباني في تحقيق سنن النسائي)

حكم :حسن صحيح

D’après Wail Ibn Houjr (qu’Allah l’agrée) : J’ai prié avec le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui). Il faisait le salam (*) en disant à sa droite : – As Salam ‘Alaykoum Wa Rahmatoulahi Wa Barakatouh – et à sa gauche : – As Salam ‘Alaykoum Wa Rahmatoulah – .
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°997 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Sahih)

(*) C’est à dire pour clôturer sa prière.

عن وائل بن حجر رضي الله عنه قال : صليت مع النبي صلى الله عليه وسلم فكان يسلم عن يمينه : السلام عليكم ورحمة الله وبركاته وعن شماله : السلام عليكم ورحمة الله
(رواه أبو داود في سننه رقم ٩٩٧ و صححه الشيخ الألباني في تحقيق سنن أبي داود)

حكم : صحيح

D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Certes un homme a dit à son frère : Allah ne va pas te pardonner !
Alors il lui a été dit : C’est plutôt toi qu’Allah ne va pas pardonner ! ».
(Rapporté par Abou Bakr Ibn Abi Chayba et authentifié par l’imam Ibn Hajar dans Al Matalib Al ‘Aliya n°2938, Hadith Sahih)
عن أبي هريرة رضي الله عنه عن النبي صلى الله عليه و سلم قال : إن رجلا قال لأخيه : لا يغفر الله لك
فقيل له : بل لك لا يغفر الله
(رواه أبو بكر بن أبي شيبة و صححه الحافظ بن حجر في المطالب العالية رقم ٢٩٣٨)

حكم : صحيح

D’après Jabir Ibn ‘Abdillah (qu’Allah les agrée lui et son père) : Le jour de Ouhoud (1) on a amené la dépouille de mon père (2) qui avait été mutillée.
J’ai voulu lever le vêtement mais mon peuple me l’a interdit.
J’ai voulu le lever de nouveau mais mon peuple me l’a interdit.
Alors le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) l’a levé ou a ordonné qu’il soit levé et il a entendu une femme pleurer.
Il a dit : « Qui est-ce ? ».
Ils ont dit : La fille de ‘Amr ou sa soeur. (3)
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit : « Et pourquoi est-ce que tu pleures ?!
Les anges n’ont cessé que le couvrir avec leurs ailes jusqu’à ce qu’il soit élevé (4) ».
(Rapporté par Mouslim dans son Sahih n°2471)

(1) Ouhoud est le nom d’une montagne proche de Médine et auprès de laquelle il y a eu une grande bataille entre les musulmans et les associateurs durant la troisième année après l’émigration du Messager d’Allah (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) de La Mecque vers Médine.

(2) Il s’agit de ‘Abdallah Ibn Haram (qu’Allah l’agrée) qui est mort en martyr lors de la bataille de Ouhoud.

(3) C’est à dire la sœur de ‘Abdallah Ibn Haram (qu’Allah l’agrée) ou sa tante.

(4) C’est à dire qu’il a été honoré par les anges qui se sont rassemblés et empressés auprès de lui afin de faire monter son âme.

(Voir Minnatoul Moun’im Charh Sahih Mouslim 4 p 124)

عن جابر بن عبدالله رضي الله عنهما قال : لمّا كان يومُ أحدٍ جيءَ بأبي مُسْجًى وقد مُثِّلَ بهِ
فأردتُ أن أرفعَ الثّوبَ فنهاني قومي ثمّ أردتُ أن أرفعَ الثّوبَ فنهاني قومي
فرفعَه رسولُ اللهِ صلَّى اللهُ عليهِ وسلَّمَ أو أمر بهِ فرُفِعَ فسمع صوتَ باكيةٍ
فقال رسولُ اللهِ صلَّى اللهُ عليهِ وسلَّمَ : من هذه ؟
فقالوا : بنتُ عمرو أو أختُ عمرو
فقال رسولُ اللهِ صلَّى اللهُ عليهِ وسلَّمَ : ولم تَبكي ؟ فما زالت الملائكةُ تُظِلُّه بأجنحتِها حتّى رُفِعَ
(رواه مسلم في صحيحه رقم ٢٤٧١)
D’après Abou Barza Al Aslami (qu’Allah l’agrée) : J’ai dit : Ô Messager d’Allah ! Montre moi une oeuvre qui va me profiter.
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Enlève ce qui est gênant (*) du chemin des musulmans ».
(Rapporté par Abou Bakr Ibn Abi Chayba et authentifié par Cheikh Albani dans la Silsila Sahiha n°2373, Hadith Isnad Sahih)

(*) C’est à dire une pierre, une branche ou autre chose qui gêne le passage des gens sur le chemin.

عن أبي برزة الأسلمي رضي الله عنه قال : قلت : يا رسول الله ! دلني على عمل أنتفع به
قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : نح الأذى عن طريق المسلمين
(رواه أبو بكر ابن أبي شيبة و صححه الشيخ الألباني في السلسلة الصحيحة رقم ٢٣٧٣)

حكم : إسناده صحيح

D’après Anas Ibn Malik (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a rencontré Abou Dhar (qu’Allah l’agrée) et lui a dit: « Ô Abou Dhar! Ne vais-je pas te montrer deux choses qui sont plus légères sur le dos et plus lourdes dans la balance qu’autre qu’elles ? ». (1)
Abou Dhar (qu’Allah l’agrée) a dit: Certes ô Messager d’Allah !
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Je te recommande le bon comportement (2) et de rester silencieux longtemps (3) car je jure par Celui qui détient mon âme dans Sa main : les créatures n’ont pas oeuvré par des œuvres comme celles-ci (4) ».
(Rapporté par Abou Ya’la et authentifié par Cheikh Albani dans la Silsila Sahiha n°1938, Hadith Hasan)

(1) C’est à dire que ces deux choses sont plus faciles à pratiquer et sont plus lourdes dans la balance dans laquelle seront pesés les actes le jour du jugement que d’autres bonnes actions.

(2) La définition générale du bon comportement est celle qui a été donné par le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) : c’est le fait de se comporter avec les gens de la manière que l’on aime qu’ils se comportent avec nous.
(Voir le sermon du vendredi de Cheikh ‘Abder Razaq Al Badr du 08/06/1424 ; Sahih Mouslim hadith n°1844)

(3) C’est à dire de rester beaucoup silencieux car le silence permet d’éviter les péchés qui sont commis par la langue.

(4) C’est à dire par des bonnes actions qui soient meilleures que celles-ci.

عن أنس بن مالك رضي الله عنه قال : لقي رسول الله صلى الله عليه وسلم أبا ذر رضي الله عنه فقال : يا أبا ذر ! ألا أدلك على خصلتين هما أخف على الظهر وأثقل في الميزان من غيرهما ؟
قال : بلى يا رسول الله !
قال رسول الله صلى الله عليه وسلم : عليك بحسن الخلق وطول الصمت فوالذي نفسي بيده ما عمل الخلائق بمثلهما
(رواه أبو يعلى و حسنه الشيخ الألباني في السلسلة الصحيحة رقم ١٩٣٨)

حكم : حسن

D’après ‘Abder Rahman Ibn Chibl (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Certes les commerçants sont les désobéissants ! ».
Quelqu’un a dit: Ô Messager d’Allah ! Allah n’a t-il pas autorisé la vente?
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Si, mais lorsqu’ils parlent ils mentent et ils jurent et ainsi ils sont pécheurs ».
(Rapporté par Ahmed et authentifié par Cheikh Albani dans la Silsila Sahiha n°366, Hadith Sahih)
عن عبدالرحمن بن شبل رضي الله عنه قال النبي صلى الله عليه و سلم : إن التجار هم الفجار
قيل : يا رسول الله ! أو ليس قد أحل الله البيع ؟
قال النبي صلى الله عليه و سلم : بلى و لكنهم يحدثون فيكذبون و يحلفون فيأثمون
(رواه أحمد و صححه الشيخ الألباني في السلسلة الصحيحة رقم ٣٦٦)

حكم : إسناده صحيح

D’après Anas Ibn Malik (qu’Allah l’agrée) : Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) nous a fait un sermon dans lequel il a mentionné l’usure et a explicité sa gravité.
Il a dit: « Un dirham d’usure que l’homme prend est un péché plus grave auprès d’Allah que trente six fornications;
Et certes la plus grave des formes d’usures est de porter atteinte à l’honneur d’un homme musulman ».
(Rapporté par Ibn Abi Dounia et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Targhib n°1856, Hadith Sahih li Ghayrihi)
عن أنس بن مالك رضي الله عنه قال : خطبنا رسول الله صلى الله عليه وسلم فذكر أمر الربا وعظم شأنه وقال : إن الدرهم يصيبه الرجل من الربا أعظم عند الله في الخطيئة من ست وثلاثين زنية يزنيها الرجل وإن أربى الربا عرض الرجل المسلم
(رواه ابن أبي الدنيا و صححه الشيخ الألباني في صحيح الترغيب و الترهيب رقم ١٨٥٦)

حكم : صحيح لغيره