» Les 30 derniers Hadiths ajoutés

Les 30 derniers Hadiths ajoutés

D’après Yazid Ibn Marthad, le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « De la même manière que l’arbre épineux ne donne pas comme fruit du raisin, les pieux ne seront pas au même niveau que les désobéissants.
Ainsi, prenez le chemin que vous voulez et en fonction du chemin que vous aurez pris, vous serez avec les gens de ce chemin ». (*)
(Rapporté par Abou Nou’aym et authentifié par Cheikh Albani dans la Silsila Sahiha n°2046, Hadith Hasan Li Chawahid)

(*) Le sens du hadith est que la personne qui commet des mauvaises actions alors sa rétribution ne pourra pas être bonne et elle sera avec les désobéissants comme elle.
Par contre, à l’inverse, celui qui pratique les bonnes actions aura la récompense de ses actes et sera avec les pieux comme lui.
Chacun doit donc choisir la voie qu’il décide de prendre.
(Voir Fayd Al Qadir, hadith n°6408)

عن يزيد بن مرثد قال النبي صلى الله عليه وسلم : كما لا يجتني من الشوك العنب كذلك لا ينزل الأبرار منازل الفجار فاسلكوا أي طريق شئتم فأي طريق سلكتم وردتم على أهله
(رواه أبو نعيم وحسنه الشيخ الألباني في السلسلة الصحيحة رقم ٢٠٤٦)

حكم : حسن لشواهده

D’après ‘Aicha (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Celui qui satisfait Allah au dépend de la colère des gens, Allah lui suffit vis-à-vis des gens.
Et celui qui met Allah en colère pour obtenir la satisfaction des gens, Allah le confie aux gens ». (*)
(Rapporté par ‘Abd Ibn Houmayd et authentifié par Cheikh Albani dans la Silsila Sahiha n°2311, Hadith Sahih)

(*) C’est-à-dire qu’Allah ne le protège pas et laisse les gens être injustes avec lui.
(Voir Touhfatoul Ahwdhi Charh Sounan Tirmidhi, hadith n°2414)

عن عائشة رضي الله عنها قال النبي صلى الله عليه وسلم : من أرضى الله بسخط الناس كفاه الله الناس و من أسخط الله برضى الناس وكله الله إلى الناس
(رواه عبد ابن حميد وصححه الشيخ الألباني في السلسلة الصحيحة رقم ٢٣١١)

حكم : صحيح

D’après Mou’awiya Ibn Hida Al Qouchayri (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Vous serez certes appelés le jour de la résurrection alors que vos bouches seront comme si elles avaient été fermées par un bouchon (*) puis la première partie du corps qui va s’exprimer pour l’un d’entre vous sera certes sa cuisse et sa main ».
(Rapporté par Ahmed et authentifié par Cheikh Albani dans la Silsila Sahiha n°2713, Hadith Dhakara lahou chahidan)

(*) Le terme arabe utilisé est Al Fidam / الفدام
Ce terme désigne ce qui sert à fermer les récipients afin de préserver la boisson qui se trouve dedans.
Le sens de ceci est qu’ils seront empêchés de parler avec leurs bouches jusqu’à ce que leurs membres parlent et c’est pour cela que cette situation a été comparée à la présence d’un bouchon.
(Al Nihaya Fi Gharib Al Hadith de l’imam Ibn Al Athir vol 3 p 421)

عن معاوية بن حيدة القشيري رضي الله عنه قال النبي صلى الله عليه وسلم : إنكم مدعوون يوم القيامة مفدمة أفواهكم بالفدام ثم إن أول ما يبين عن أحدكم لفخذه وكفه
(رواه أحمد وحسنه الشيخ الألباني في السلسلة الصحيحة رقم ٢٧١٣)

حكم : ذكر له شاهد

D’après Abou Darda (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Celui qui vient (1) avec cinq actes en ayant eu la foi entrera dans le paradis :
– celui qui est assidu aux cinq prières avec leurs ablutions, leurs inclinaisons, leurs prosternations et en respectant leurs temps
– celui qui jeûne le Ramadan
– celui qui fait le hajj vers la Maison (2) s’il en a la capacité
– celui qui s’acquite de la zakat de bon coeur
– celui qui s’acquitte du dépôt ». (3)
Quelqu’un a dit : Ô Messager d’Allah ! Qu’est-ce que le fait de s’acquitter du dépôt ?
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Le ghousl de la janaba (4). Allah n’a pas confié d’autre dépôt que cela au niveau de sa religion ».
(Rapporté par Tabarani et authentifié par l’imam Al Haythami dans Majma’ Az Zawaid n°140 et par Cheikh Albani dans Sahih Taghrib Wa Tarhib n°369, Hadith Hasan)

(1) C’est à dire le jour de la résurrection.
(2) C’est à dire la Ka’ba qui se trouve dans la mosquée Al Haram à La Mecque.
(3) Le sens du dépôt ici est un acte d’adoration et d’obéissance à Allah.
(‘Awn Al Ma’boud, hadith n°429)
(4) C’est à dire le lavage, les grandes ablutions par exemple suite à un rapport sexuel.

عن أبي الدرداء رضي الله عنه قال النبي صلى الله عليه وسلم : خمس من جاء بهن مع إيمان دخل الجنة : من حافظ على الصلوات الخمس على وضوئهن وركوعهن وسجودهن ومواقيتهن وصام رمضان وحج البيت إن أستطاع إليه سبيلا وأعطى الزكاة طيبة بها نفسه وأدى الأمانة
قيل : يا نبي الله ! وما أداء الأمانة ؟
قال النبي صلى الله عليه وسلم : الغسل من الجنابة إن الله لم يأمن ابن آدم على شيء من دينه غيرها
(رواه الطبراني وصححه الإمام الهيثمي في مجمع الزوائد رقم ١٤٠ وحسنه الشيخ الألباني في صحيح الترغيب والترهيب رقم ٣٦٩)

حكم : حسن

D’après ‘Abdallah Ibn Qourt (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Le meilleur des jours auprès d’Allah est le jour du sacrifice et le jour du qar ». (*)
(Rapporté par Ibn Hibban dans son Sahih n°2811 et authentifié par Cheikh Shouayb Arnaout dans sa correction de Sahih Ibn Hibban, Hadith Isnad Sahih)

(*) Le jour du sacrifice est le jour du ‘id et le jour du qar est le lendemain, le onzième jour du mois de Dhoul Hijja.
(Voir ‘Awn Al Ma’boud hadith n°1765)

Le sens de ce hadith est que le jour du qar est le meilleur des jour après le ‘id mais il n’est pas meilleur que les neuf jours avant le ‘id.
(Voir Al Tanwir Charh Al Jami’ Sahih de l’imam San’ani vol 2 p 585)

عن عبدالله بن قرط رضي الله عنه قال النبي صلى الله عليه وسلم : أفضل الأيام عند الله يوم النحر ويوم القر
(رواه ابن حبان في صحيحه رقم ٢٨١١ وصححه الشيخ شعيب الأرناؤوط في تحقيق صحيح ابن حبان)

حكم : إسناده صحيح

D’après Anas Ibn Malik (qu’Allah l’agrée): Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a fait le qounout pendant un mois.
Il maudissait les tribus de Ra’l, de Dhakwan et de ‘Oussaya qui avaient désobéi à Allah et Son Messager. (*)
(Rapporté par Mouslim dans son Sahih n°677h)

(*) Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) avaient envoyé des gens à ces tribus pour les appeler vers l’Islam mais celles-ci refusèrent de se convertir et tuèrent les émissaires.

عن أنس بن مالك رضي الله عنه أن النبي صلى الله عليه وسلم قنت شهرا يلعن رعلا وذكوان وعصية عصوا الله ورسوله
(رواه ومسلم في صحيحه رقم ٦٧٧ )
D’après Oussama Ibn Zayd (qu’Allah les agrée lui et son père) : Une fille du Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a envoyé quelqu’un dire au Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) que son fils (1) est entrain de mourir donc il faut qu’il vienne.
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) lui a envoyé comme réponse qu’il faut lui passer le salam et lui dire: « Certes c’est à Allah qu’appartient ce qu’Il a pris. C’est à Lui qu’appartient ce qu’Il a donné et chacun a, auprès de Lui, un terme de vie déterminé.
Ainsi patiente et recherche par cela la récompense d’Allah ». (2)
Elle a renvoyé quelqu’un pour informer qu’elle a juré qu’il devait venir alors il s’est levé et il y avait avec lui: Sa’d Ibn Oubada, Mou’adh Ibn Jabal, Oubay Ibn Ka’b, Zayd Ibn Thabit et d’autres hommes (qu’Allah les agrée tous).
L’enfant a été levé vers le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) alors qu’il tremblait comme l’eau tremble dans son récipient. (3)
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) s’est alors mis à pleurer et Sa’d (qu’Allah l’agrée) lui a dit: Ô Messager d’Allah! Qu’est-ce que ceci? (4)
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Ceci est une miséricorde qu’Allah met dans les coeurs de Ses serviteurs et certes ce n’est qu’aux miséricordieux parmi Ses serviteurs qu’Allah fait miséricorde ».
(Rapporté par Boukhari dans son Sahih n°1284)

(1) Si cette fille du Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) est Zaynab (qu’Allah l’agrée) alors son fils est ‘Ali Ibn Abi Al ‘Ass Ibn Rabi’.
Et si cette fille est Rouqaya (qu’Allah l’agrée) alors son fils est ‘Abdallah Ibn ‘Othman Ibn ‘Affan.
Ils sont tous les deux morts durant la vie du Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui).
(Minnatoul Moun’im Charh Sahih Mouslim vol 2 p 47)

(2) En phonétique: Inna Lillahi Ma Akhadh Wa Lahou Ma A’ta Wa Koulloun ‘Indahou Bi Ajalin Mousamma Faltasbir Wal Tahtasib

En arabe:
إنَّ للهِ مَا أَخَذَ وَلَهُ مَا أَعْطَى وَكُلٌّ عِنْدَهُ بِأَجَلٍ مُسَمًّى فَلْتَصْبِرْ وَلْتَحْتَسِبْ
(3) C’est-à-dire qu’il avait des convulsions.

(4) C’est-à-dire que Sa’d (qu’Allah l’agrée) croyait que tous les pleurs lors des décès étaient interdits et ainsi il a pensé que le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) avait oublié et a voulu lui rappeler cela.
(Minnatoul Moun’im Charh Sahih Mouslim vol 2 p 47)

عن أسامة بن زيد رضي الله عنهما قال : أرسلت ابنة النبي صلى الله عليه وسلم إليه : إن ابنا لي قبض فائتنا
فأرسل يقرىء السلام ويقول : إن لله ما أخذ وله ما أعطى وكل عنده بأجل مسمى فلتصبر ولتحتسب
فأرسلت إليه تقسم عليه ليأتينها فقام ومعه : سعد بن عبادة ومعاذ بن جبل وأبي بن كعب وزيد بن ثابت ورجال رضي الله عنهم
فرفع إلى رسول الله صلى الله عليه وسلم الصبي ونفسه تتقعقع كأنها شن ففاضت عيناه
فقال سعد رضي الله عنه : يا رسول الله ! ما هذا ؟
فقال رسول الله صلى الله عليه وسلم : هذه رحمة جعلها الله في قلوب عباده وإنما يرحم الله من عباده الرحماء
(رواه البخاري في صحيحه رقم ١٢٨٤)
D’après ‘Abdallah Ibn ‘Omar (qu’Allah les agrée lui et son père), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Il n’y a pas de jours qui soient plus grands auprès d’Allah et dans lesquels Il aime plus les bonnes actions que ces dix jours.
Ainsi durant ces dix jours multipliez le tahlil, le tekbir et le tahmid ». (*)
(Rapporté par l’imam Ahmed dans son Mousnad n°5646 et authentifié par Cheikh Shouayb Arnaout dans leurs corrections respectives du Mousnad, Hadith Sahih)

(*) Le tahlil est le fait de dire -La Ilaha Illa Allah-.
Le tekbir est le fait de dire -Allahou Akbar-.
Le tahmid est le fait de dire -El Hamdoulilah-.

عن عبدالله بن عمر رضي الله عنهما قال النبي صلى الله عليه وسلم : ما من أيام أعظم عند الله ولا أحب إليه من العمل فيهن من هذه الأيام العشر فأكثروا فيهن من التهليل والتكبير والتحميد
(رواه الإمام أحمد في مسنده رقم ٥٦٤٦ وصححه الشيخ شعيب الأرناؤوط في تحقيق المسند)

حكم : صحيح

D’après ‘Abdallah Ibn ‘Omar (qu’Allah les agrée lui et son père), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Mangez ensemble et ne vous divisez pas car certes la nourriture d’une personne suffit pour deux et la nourriture de deux personnes suffit pour quatre ».
(Rapporté par Tabarani et authentifié par Cheikh Albani dans la Silsila Sahiha n°2691, Hadith Qawiy bi majmou’ turuqihi, Hasan ‘ala al-aqal)
عن عبدالله بن عمر رضي الله عنهما قال النبي صلى الله عليه وسلم : كلوا جميعا ولا تتفرقوا فإن طعام الواحد يكفي الاثنين وطعام الاثنين يكفي الأربعة
(رواه الطبراني وحسنه الشيخ الألباني في السلسلة الصحيحة رقم ٢٦٩١)

حكم : قوي بمجموع طرقه , حسن على الأقل

D’après Abou ‘Abder Rahman Al Jouhani (qu’Allah l’agrée) : Nous étions auprès du Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) lorsque deux cavaliers sont arrivés.
L’un d’eux s’est approché du Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) pour lui prêter serment d’allégeance.
Lorsqu’il a pris sa main, il a dit: Ô Messager d’Allah! Vois-tu la personne qui t’a vu et a alors cru en toi, t’a rendu véridique et t’a suivi. Qu’y a t-il pour elle ?
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Touba (*) pour elle ».
Alors l’homme a frotté sa main sur celle du Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) et s’est éloigné.
Ensuite, l’autre est venu et a pris la main du Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) pour lui prêter serment d’allégeance.
Il a dit: Ô Messager d’Allah! Vois-tu la personne qui a cru en toi, t’a rendu véridique et t’a suivi mais elle ne t’a pas vu. Qu’y a t-il pour elle ?
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Touba pour elle et encore Touba pour elle et encore Touba pour elle ».
(Rapporté par Ahmed et authentifié par Cheikh Albani dans la Silsila Sahiha n°3432, Hadith Isnad Hasan)

(*) Il y a deux avis chez les savants sur l’explication du mot – Touba – .
Certains disent qu’il désigne du bien en abondance tandis que d’autres disent qu’il s’agit d’un arbre dans le paradis ce qui sous-entend son entrée dans le paradis.

عن أبي عبد الرحمن الجهني رضي الله عنه قال : بينا نحن عند رسول الله صلى الله عليه وسلم طلع راكبان فدنا إليه أحدهما ليبايعه
فلما أخذ بيده قال : يا رسول الله ! أرأيت من رآك فآمن بك وصدقك واتبعك ماذا له ؟
قال رسول الله صلى الله عليه وسلم : طوبى له
فمسح على يده فانصرف ثم أقبل الآخر حتى أخذ بيده ليبايعه قال : يا رسول الله ! أرأيت من آمن بك وصدقك واتبعك ولم يرك ؟
قال رسول الله صلى الله عليه وسلم : طوبى له ثم طوبى له ثم طوبى له
(رواه أحمد وحسنه الإمام الهيثمي في مجمع الزوائد رقم ١٦٣٥٧ وحسنه أيضاً الشيخ الألباني في السلسلة الصحيحة رقم ٣٤٣٢)

حكم : إسناده حسن

D’après ‘Abdallah Ibn Bousr (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit me concernant: « Cet enfant va vivre un siècle ».
Ziyad (1) a dit : Et il a vécu cent ans. (2)
(Rapporté par Boukhari dans Al Tarikh Al Kabir vol 1 p 323 et authentifié par Cheikh Albani dans la Silsila Sahiha n°2660)

(1) Ziyad est la personne qui a rapporté ce hadith de ‘Abdallah Ibn Bousr (qu’Allah l’agrée).

(2) C’est-à-dire que le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a annoncé à l’avance que ce compagnon, qui n’était encore qu’un enfant, allait vivre un siècle et les choses se sont déroulées comme l’avait annoncé le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui).
Ceci est une preuve de la véracité de sa prophétie.

عن عبدالله بن بسر رضي الله عنه قال لي النبي صلى الله عليه وسلم : يعيش هذا الغلام قرنا
قال زياد : فعاش مائة سنة
(رواه البخاري في التاريخ الكبير ج ١ ص ٣٢٣ وصححه الشيخ الألباني في السلسلة الصحيحة رقم ٢٦٦٠)
D’après ‘Omar Ibn Al Khattab (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Celui qui voit une personne qui est éprouvée (1) et dit (2) : – Toute les louanges sont pour Allah qui m’a préservé de ce par quoi tu es éprouvé et m’a vraiment favorisé à beaucoup de Ses créatures – (3) sera préservé de ce mal ».
(Rapporté par Tirmidhi dans ses Sounan n°3431 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Tirmidhi, Hadith Hasan)

(1) Ceci comprend toutes les choses par lesquelles la personne peut être éprouvée au niveau de son corps (une maladie, un handicap, un défaut etc.) ou de sa religion (un péché, une innovation, la mécréance).
(Touhfatoul Ahwadhi Charh Sounan Tirmidhi)

(2) Les savants ont dit qu’il convient de prononcer cette invocation à voix basse afin que la personne éprouvée ne l’entende pas car cela pourrait l’attrister.
Par contre dans le cas où il s’agit d’une personne éprouvée par une forme de désobéissance à Allah, si cela n’entraine aucun méfait, il est possible de dire cette invocation à voix haute par réprobation de ce péché.
(Fayd Al Qadir, hadith n°8686)

(3) En phonétique : El Hamdouliliahi Ladhi ‘Afaani Mimma Btalaaka Bihi Wa Faddalani ‘Ala Kathirin Mimman Khalaqa Tafdiilan

En arabe :
الْحَمْدُ لِلَّهِ الَّذِي عَافَانِي مِمَّا ابْتَلَاكَ بِهِ وَفَضَّلَنِي عَلَى كَثِيرٍ مِمَّنْ خَلَقَ تَفْضِيلًا

عن عمر بن الخطاب رضي الله عنه قال النبي صلى الله عليه وسلم : من رأى صاحب بلاء فقال : الحمد لله الذي عافاني مما ابتلاك به وفضلني على كثير ممن خلق تفضيلا إلا عوفي من ذلك البلاء
(رواه الترمذي في سننه رقم ٣٤٣١ وحسنه الشيخ الألباني في صحيح الترمذي)

حكم : حسن

D’après ‘Abdallah Ibn ‘Abbas (qu’Allah les agrée lui et son père), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Celui qui possède une terre qu’il veut vendre, qu’il la propose à son voisin ». (*)
(Rapporté par Ibn Maja dans ses Sounan n°2493 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Ibn Maja, Hadith Sahih Li Ghayrihi)

(*) C’est-à-dire que si on veut vendre une terre, il convient de proposer à son voisin de l’acheter s’il le souhaite.
Ceci fait partie du bon voisinage vers lequel appelle l’Islam.
(Charh Sounan Ibn Maja de Cheikh Al ‘Abbad, cours n°180)

عن عبدالله بن عباس رضي الله عنهما قال النبي صلى الله عليه وسلم : من كان له أرض وأراد بيعها فليعرضها على جاره
(رواه ابن ماجه في سننه رقم ٢٤٩٣ وصححه الشيخ الألباني في صحيح ابن ماجه)

حكم : صحيح لغيره

D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Celui qui a des rapports avec les femmes par l’anus a certes mécru ». (*)
(Rapporté par Tabarani et authentifié par Cheikh Albani dans la Silsila Sahiha n°3378, Hadith Lahou Chahid Qawi)

(*) Le sens de la mécréance ici n’est pas la mécréance en Allah qui fait sortir la personne de l’Islam mais le hadith montre que cela fait partie des grands péchés.

عن أبي هريرة رضي الله عنه قال النبي صلى الله عليه وسلم : من أتى النساء في أعجازهن فقد كفر
(رواه الطبراني وحسنه الشيخ الألباني في السلسلة الصحيحة رقم ٣٣٧٨)

حكم : له شاهد قوي

D’après Abou Sa’id Al Khoudri (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Certes Chaytan a dit: Par Ta puissance ô Seigneur! Je ne cesserai d’égarer Tes serviteurs (1) tant que leurs âmes seront dans leurs corps. (2)
Alors le Seigneur a dit: Par Ma puissance et Ma grandeur! Je ne cesserai de leur pardonner tant qu’ils Me demanderont pardon ». (3)
(Rapporté par Ahmed et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Al Jami n°1650)

(1) C’est-à-dire par tous les moyens possibles.

(2) C’est-à-dire tant qu’ils ne seront pas morts.

(3) C’est-à-dire tant qu’ils se repentiront.
(Fayd Al Qadir, hadith n°2025)

عن أبي سعيد الخدري رضي الله عنه قال النبي صلى الله عليه وسلم : إن الشيطان قال : وعزتك يا رب ! لا أبرح أغوي عبادك ما دامت أرواحهم في أجسادهم
فقال الرب : وعزتي وجلالي ! لا أزال أغفر لهم ما استغفروني
(رواه أحمد وحسنه الشيخ الألباني في صحيح الجامع رقم ١٦٥٠)

حكم : حسن

D’après Fadala Ibn ‘Oubeid (qu’Allah l’agrée) : Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) priait comme imam et des gens tombaient par terre car ils ne pouvaient plus se tenir debout dans la prière à cause de la faim et de la faiblesse dont ils souffraient.
Ces gens faisaient partie des gens de Souffa. (1)
Au point où les bédouins (2) disaient : Certes ceux-là sont possédés !
Lorsque le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) terminait la prière, il se rendait vers eux et disait : « Si vous saviez ce que vous aurez auprès d’Allah (3), vous auriez aimé être encore plus pauvre et miséreux ».
(Rapporté par Tirmidhi dans ses Sounan n°2368 qui l’a authentifié et il a également été authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Tirmidhi, Hadith Sahih)

(1) Il s’agit des compagnons qui étaient très pauvres et vivaient dans la mosquée.

(2) C’est-à-dire des gens qui habitaient dans la campagne et n’étaient que de passage et ainsi ils ne connaissaient pas la situation de ces pauvres.

(3) C’est-à-dire comme récompense.

عن فضالة بن عبيد رضي الله عنه قال : كان رسول الله صلى الله عليه وسلم إذا صلى بالناس خر رجال من قامتهم في الصلاة لما بهم من الخصاصة وهم من أصحاب الصفة حتى يقول الأعراب : إن هؤلاء مجانين
فإذا قضى رسول الله صلى الله عليه وسلم الصلاة انصرف إليهم فقال : لو تعلمون ما لكم عند الله لأحببتم لو أنكم تزدادون حاجة وفاقة
(رواه الترمذي في سننه رقم ٢٣٦٨ وصححه وصححه أيضاً الشيخ الألباني في تحقيق سنن الترمذي)

حكم : صحيح

D’après ‘Abdallah Ibn ‘Abbas (qu’Allah les agrée lui et son père), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Certes lorsqu’Allah interdit une chose, Il interdit son prix ». (*)
(Rapporté par Ahmed et authentifié par Cheikh Albani dans Ghayatoul Maram n°318, Hadith Sahih)

(*) C’est-à-dire d’en faire le commerce.
Ainsi, la législation islamique interdit de faire le commerce de toute chose qu’il est interdit à la personne d’utiliser ou de consommer.

عن عبدالله بن عباس رضي الله عنهما قال النبي صلى الله عليه وسلم : إن الله إذا حرم شيئا حرم ثمنه
(رواه أحمد وصححه الشيخ الألباني في غاية المرام رقم ٣١٨)

حكم : صحيح

D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée): Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) n’a absolument jamais critiqué un plat.
S’il en avait envie, il le mangeait sinon il le délaissait.
(Rapporté par Boukhari dans son Sahih n°3563)
عن أبي هريرة رضي الله عنه قال : ما عاب النبي صلى الله عليه وسلم طعاما قط إن اشتهاه أكله و إلا تركه
(رواه البخاري في صحيحه رقم ٣٥٦٣ ومسلم في صحيحه رقم ٢٠٦٤)
D’après Mou’awiya Ibn Qoura, Qoura Ibn Iyas (qu’Allah l’agrée) a dit : « À l’époque du Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui), on nous interdisait de faire les rangs entre les piliers (1) et on nous faisait nous écarter de cela avec insistance ». (2)
(Rapporté par Ibn Maja dans ses Sounan n°1002 et authentifié par Cheikh Albani dans Tamam Al Minna p 296, Hadith Sahih li Ghayrihi)

(1) C’est-à-dire les rangs des prieurs durant la prière en commun entre les piliers de la mosquée.

(2) À la base, il ne faut pas faire les rangs entre les piliers de la mosquée car si c’est le cas les piliers vont couper les rangs.
Par contre, dans le cas où les gens sont nombreux et que la mosquée est pleine, il n’y a pas de mal à cela.
(Voir Majmou’ Al Fatawa de Cheikh ‘Otheimine vol 13 p 34)

عن معاوية بن قرة قال قرة بن إياس رضي الله عنه : كنا ننهى أن نصف بين السواري على عهد رسول الله صلى الله عليه وسلم ونطرد عنها طردا
(رواه بن ماجه في سننه رقم ١٠٠٢ و صححه الشيخ الألباني في تمام المنة ص ٢٩٦)

حكم : صحيح لغيره

D’après ‘Abdallah Ibn ‘Omar (qu’Allah les agrée lui et son père), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Celui qui dit – La Ilaha Illa Allah – entre dans le paradis ». (*)
(Rapporté par Al Bazzar et authentifié par Cheikh Albani dans la Silsila Sahiha n°2344, Hadith Sahîh Rijal Thiqat)

(*) Il ne faut pas comprendre de ce hadith qu’il suffit de prononcer cette parole pour entrer dans le paradis.
Cette récompense concerne celui qui prononce cette parole tout en comprenant son sens, en ayant la croyance conforme à son sens et agissant conformément à ce sens.

D’après Sa’id Ibn Ramana : On a dit à Wahb Ibn Mounabih (mort en 110 du calendrier hégirien): Est-ce que – La Ilaha Illa Allah – n’est pas la clé du paradis ?
Il a dit: « Certes si ! Mais il n’y a aucune clé qui n’a pas de dents.
Celui qui se rend à la porte avec une clé qui a les dents alors la porte s’ouvre pour lui mais celui qui se rend à la porte sans avoir de dents sur sa clé la porte ne s’ouvre pas pour lui ».
(Rapporté par Abou Nou’aym dans Hiliatoul Awliya vol 4 p 66 et authentifié par l’imam Ibn Hajar dans Al Matalib Al ‘Aliya n°2893 vol 12 p 334)

Cheikh Saleh Al Fawzan a dit: « Le sens de la parole de Wahb Ibn Mounabih est que si tu viens avec – La Ilaha Illa Allah – en connaissant son sens et en oeuvrant par ce qu’elle signifie alors le paradis sera ouvert pour toi.
Par contre, si tu viens avec les mots seulement, sans comprendre le sens et sans avoir oeuvré alors la parole – La Ilaha Illa Allah – ne te profitera pas et le paradis ne sera pas ouvert pour toi ».
(Cours intitulé – Fiqh Al Waqi’ Wa Tajdid Al Khitab Dini – à 1h11)

عن سعيد بن رمانة قيل لوهب بن منبه : أليس مفتاح الجنة لا إله إلا الله ؟
قال : بلى ولكن ليس من مفتاح إلاّ وله أسنان فمن أتى الباب بأسنانه فُتِح له ومن لم يأت الباب بأسنانه لم يفتح له
(رواه أبو نعيم في حلية الأولياء ج ٤ ص ٦٦ وحسنه الحافظ ابن حجر في المطالب العالية رقم ٢٨٩٣ ج ١٢ ص ٣٣٤)

عن عبدالله بن عمر رضي الله عنهما قال النّبي صلّى الله عليه وسلّم : من قال : لا إله إلاّ الله دخل الجنّة
(رواه البزار وصححه الشيخ الألباني في السلسلة الصحيحة رقم ٢٣٤٤)

حكم : صحيح رجاله ثقات

D’après ‘Ata Ibn Yassar : Un homme s’est rendu vers ‘Abdallah Ibn ‘Abbas (qu’Allah les agrée lui et son père) et a dit: J’ai demandé une femme en mariage mais elle a refusé de se marier avec moi. Ensuite un autre que moi l’a demandée en mariage et elle a voulu se marier avec lui.
Alors j’ai été pris de jalousie et je l’ai tuée (1). Est-ce que je peux me repentir ?
‘Abdallah Ibn ‘Abbas (qu’Allah les agrée lui et son père) lui a dit: « Est-ce que ta mère est vivante ? ».
Il a dit: Non
‘Abdallah Ibn ‘Abbas (qu’Allah les agrée lui et son père) a dit: « Repens toi à Allah (2) et rapproche toi de Lui autant que tu le peux ». (3)
‘Ata Ibn Yassar a dit: Je suis allé questionné ‘Abdallah Ibn ‘Abbas (qu’Allah les agrée lui et son père) : Pourquoi lui as-tu a demandé si sa mère était vivante ?
‘Abdallah Ibn ‘Abbas (qu’Allah les agrée lui et son père) a dit: « Certes je ne connais aucun acte qui rapproche plus d’Allah que le bon comportement avec la mère ».
(Rapporté par Boukhari dans Al Adab Al Moufrad n°4 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Al Adab Al Moufrad, Hadith Sahih)

(1) Le meurtre fait partie des plus graves péchés.

(2) Les conditions essentielles pour un repentir valide incluent la sincérité, l’arrêt du péché, le regret, la ferme intention de ne pas recommencer, et le repentir avant la mort. En cas de péché impliquant une autre personne, il est nécessaire de réparer l’injustice commise.

(3) C’est-à-dire : Pratique autant de bonnes actions que tu peux.

عن عطاء بن يسار عن عبدالله بن عباس رضي الله عنهما أنه أتاه رجل فقال : إني خطبت امرأة فأبت أن تنكحني وخطبها غيري فأحبت أن تنكحه فغرت عليها فقتلتها فهل لي من توبة ؟
قال عبدالله بن عباس رضي الله عنهما : أمك حية ؟
قال : لا
قال عبدالله بن عباس رضي الله عنهما : تب إلى الله وتقرب إليه ما استطعت
قال عطاء بن يسار : فذهبت فسألت عبدالله بن عباس رضي الله عنهما : لم سألته عن حياة أمه ؟
فقال : إني لا أعلم عملا أقرب إلى الله من بر الوالدة
(رواه البخاري في الأدب المفرد رقم ٤ وصححه الشيخ الألباني في صحيح الأدب المفرد)

حكم : صحيح

D’après ‘Ali Ibn Abi Talib (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Il suffit à un groupe lorsqu’il passe que l’un de ses membres passe le salam.
Et il suffit à ceux qui sont assis que l’un d’entre eux réponde ». (*)
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°5210 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Sahih)

(*) C’est-à-dire qu’il est suffisant, lorsque deux groupes de personnes se rencontrent, qu’une seule personne du premier groupe passe le salam. Toutes les personnes de ce groupe ne sont pas tenues de passer le salam.
Et de la même manière, il est suffisant qu’une seule personne du second groupe réponde au salam et toutes les personnes de ce second groupe ne sont pas tenues de répondre.
Par contre le fait que tous les membres du premier groupe passent le salam et que tous ceux du deuxième groupe répondent est meilleur.
(Voir ‘Awn Al Ma’boud Bi Charh Sounan Abi Daoud)

عن علي بن أبي طالب رضي الله عنه قال النبي صلى الله عليه وسلم : يجزئ عن الجماعة إذا مروا أن يسلم أحدهم ويجزئ عن الجلوس أن يرد أحدهم
(رواه أبو داود في سننه رقم ٥٢١٠ وصححه الشيخ الألباني في تحقيق سنن أبي داود)

حكم : صحيح

D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée): Lorsque le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a relevé sa tête dans la dernière unité de la prière, il a dit: « Ô Allah ! Sauve Al Walid Ibn Al Walid, Salama Ibn Hicham, ‘Ayyach Ibn Abi Rabi’a et les faibles musulmans à La Mecque.
Ô Allah ! Fais que Ton châtiment soit dur contre la tribu de Moudar et fais s’abattre sur eux des années de difficultés comme les années de difficultés de Youssouf ». (*)
(Rapporté par Boukhari dans son Sahih n°6200)

(*) Dans l’histoire de Youssouf, dans le Coran, il est mentionné que son peuple serait touché par sept années de difficultés.

عن أبي هريرة رضي الله عنه قال : لما رفع رسول الله صلى الله عليه وسلم رأسه من آخر ركعة قال: اللهم أنج الوليد بن الوليد وسلمة بن هشام وعياش بن أبي ربيعة، والمستضعفين من المسلمين بمكة اللهم اشدد وطأتك على مضر واجعل عليهم سنين كسني يوسف
(رواه البخاري في صحيحه رقم ٦٢٠٠ واللفظ لابن خزيمة في صحيحه رقم ٦١٥)
D’après Abou Oumama Al Bahili (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Celui qui lave un mort et le couvre (1), Allah le couvre des péchés (2).
Et celui qui lui met son linceul, Allah l’habillera de satin ». (3)
(Rapporté par Ibn Bachran et authentifié par Cheikh Albani dans la Silsila Sahiha n°2353, Hadith Lahou Chahid Qawi)

(1) C’est-à-dire qu’il couvre sa ‘awra (la partie du corps qui ne doit être dévoilée qu’à son conjoint) lorsqu’il le lave et qu’il ne dévoile pas ce qu’il aurait pu voir comme défaut sur le corps du défunt
(Fayd Al Qadir, hadith n°8877)

(2) C’est-à-dire qu’Il lui pardonne ses péchés.

(3) C’est-à-dire le jour de la résurrection.

عن أبي أمامة الباهلي رضي الله عنه قال النبي صلى الله عليه وسلم : من غسل ميتا فستره ستره الله من الذنوب ومن كفن مسلما كساه الله من السندس
(رواه ابن بشران وحسنه الشيخ الألباني في السلسلة الصحيحة رقم ٢٣٥٣)

حكم : ذكر له طرقا ثم قال وللحديث شاهد قوي

D’après ‘Omar Ibn Al Khattab (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Celui qui voit une personne qui est éprouvée (1) et dit (2) : – Toute les louanges sont pour Allah qui m’a préservé de ce par quoi tu es éprouvé et m’a vraiment favorisé à beaucoup de Ses créatures – (3) sera préservé de ce mal ».
(Rapporté par Tirmidhi dans ses Sounan n°3431 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Tirmidhi, Hadith Hasan)

(1) Ceci comprend toutes les choses par lesquelles la personne peut être éprouvée au niveau de son corps (une maladie, un handicap, un défaut etc.) ou de sa religion (un péché, une innovation, la mécréance).
(Touhfatoul Ahwadhi Charh Sounan Tirmidhi)

(2) Les savants ont dit qu’il convient de prononcer cette invocation à voix basse afin que la personne éprouvée ne l’entende pas car cela pourrait l’attrister.
Par contre dans le cas où il s’agit d’une personne éprouvée par une forme de désobéissance à Allah, si cela n’entraine aucun méfait, il est possible de dire cette invocation à voix haute par réprobation de ce péché.
(Fayd Al Qadir, hadith n°8686)

(3) En phonétique : El Hamdouliliahi Ladhi ‘Afaani Mimma Btalaaka Bihi Wa Faddalani ‘Ala Kathirin Mimman Khalaqa Tafdiilan

En arabe :
الْحَمْدُ لِلَّهِ الَّذِي عَافَانِي مِمَّا ابْتَلَاكَ بِهِ وَفَضَّلَنِي عَلَى كَثِيرٍ مِمَّنْ خَلَقَ تَفْضِيلًا

عن عمر بن الخطاب رضي الله عنه قال النبي صلى الله عليه وسلم : من رأى صاحب بلاء فقال : الحمد لله الذي عافاني مما ابتلاك به وفضلني على كثير ممن خلق تفضيلا إلا عوفي من ذلك البلاء
(رواه الترمذي في سننه رقم ٣٤٣١ وحسنه الشيخ الألباني في تحقيق سنن الترمذي)

حكم : حسن

D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « L’Heure n’aura pas lieu jusqu’à ce qu’un homme passe vers la tombe d’un autre homme et dise: – Malheur à moi ! Si seulement j’étais à sa place – .
Il ne dira pas cela par amour de la rencontre d’Allah ». (*)
(Rapporté par Ahmed et authentifié par Cheikh Albani dans la Silsila Sahiha n°578, Hadith Isnad Sahîh selon les Condition de Mouslim)

(*) Le sens du hadith est qu’il ne va pas souhaiter la mort par religiosité, pour se rapprocher d’Allah et car il aime Sa rencontre mais à cause de ce qui l’aura touché comme malheurs et épreuves dans les affaires de sa vie d’ici-bas.
(Voir la Silsila Sahiha de Cheikh Albani vol 2 p 121)

عن أبي هريرة رضي الله عنه قال النّبي صلّى الله عليه وسلّم : لا تقوم السّاعة حتّى يمرّ الرّجل بقبر الرّجل فيقول : ياليتني مكانه
ما به حب لقاء الله
(رواه أحمد وصححه الشيخ الألباني في السلسلة الصحيحة رقم ٥٧٨)

حكم : إسناده صحيح على شرط مسلم

D’après ‘Aicha (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Lorsque l’un de vous mange, qu’il mentionne le nom d’Allah au début du repas. (1)
S’il oublie de prononcer le nom d’Allah au début du repas qu’il dise: – Au nom d’Allah au début et à la fin – ». (2)
(Rapporté par Abou Daoud et authentifié par Cheikh Albani dans Irwa Al Ghalil n°1965, Hadith Sahih)

(1) C’est-à-dire qu’il dise : – Bismillah – .

(2) En phonétique: Bismillah Awwalahou Wa Akhirahou

En arabe: بِسْمِ اللَّهِ أَوَّلَهُ وَآخِرَهُ

عن عائشة رضي الله عنها قال النبي صلى الله عليه وسلم : إذا أكل أحدكم فليذكر اسم الله في أوله
فإن نسي أن يذكر الله في أوله فليقل : بسم الله أوله وآخره
(رواه أبو داود وصححه الشيخ الألباني في الغليل رقم ١٨٢)

حكم : صحيح

D’après Abou Oumama Al Bahili (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Celui qui dit cent fois après la prière du matin sans avoir déplié ses pieds (1): – Il n’y a pas de divinité méritant d’être adorée en dehors d’Allah sans associé, à Lui la royauté et à Lui la louange. C’est Lui qui fait vivre et mourir, le bien se trouve dans Sa main et Il est puissant sur toute chose – (2) sera, ce jour-là, celui des habitants de la Terre qui aura fait la meilleure oeuvre sauf une personne qui a dit comme lui ou à rajouté à ce qu’il a dit ».
(Rapporté par Tabarani et authentifié par Cheikh Albani dans la Silsila Sahiha n°2664, Hadith fī isnadihi Abu Ghalib Hasan al-ḥadith wa mithlahu Adam ibn al-Ḥakam (3))

(1) C’est-à-dire qu’il reste dans la position dans laquelle il était à la fin de la prière.

(2) En phonétique: La Ilaha Illa Allah Wahdahou La Charika Lah, Lahoul Moulk Wa Lahoul Hamd Youhyi Wa Youmit Biyadihil Kheyr Wa Houwa ‘Ala Koulli Chay In Qadir

(3) Jugement du Hadith : Dans sa chaîne de transmission, Abu Ghulib a un Hadith considéré comme bon (ḥasan), et il en est de même pour Adam ibn al-Ḥakam.

En arabe:
لاَ إِلَهَ إِلاَّ الله وَحْدَهُ لاَ شَرِيكَ لَهُ لَهُ المُلْكُ وَلَهُ الحَمْدُ يُحْيِي وَيُمِيت بِيَدِهِ الخَير وَهُوَ عَلَى كُلِّ شَيءٍ قَدِير

عن أبي أمامة الباهلي رضي الله عنه قال النبي صلى الله عليه وسلم : من قال في دبر صلاة الغداة : لا إله إلا الله وحده لا شريك له له الملك وله الحمد يحيي ويميت بيده الخير وهو على كل شيء قدير مئة مرة و هو ثان رجليه كان يومئذ أفضل أهل الأرض عملا إلا من قال مثل ما قال أو زاد على ما قال
(رواه الطبراني وحسنه الشيخ الألباني في السلسلة الصحيحة رقم ٢٦٦٤)

D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Je jure par Celui qui détient mon âme dans Sa main ! Le jour de la résurrection, vous allez certes vous disputer sur toute chose (1) au point où même deux chèvres qui se seront mis des coups de corne vont se disputer ». (2)
(Rapporté par Abou Ya’la et authentifié par l’imam Al Haythami dans Majma’ Az Zawaid n°18327 ainsi que par Cheikh Albani dans Sahih Al Taghrib Wa Tarhib n°3604, Hadith Sahih li Ghayrihi)

(1) C’est-à-dire que vous allez demander que la justice soit rendue par Allah à propos de tous les litiges et injustices qui ont eu lieu durant la vie d’ici-bas.

(2) C’est-à-dire que les animaux vont être ressuscités et le talion sera appliqué pour les injustices qu’ils se sont faits les uns aux autres.
(Voir Sahih Mouslim, hadith n°2582)

Ainsi, si la situation sera celle-ci concernant des animaux qui n’avaient pas de raison dans la vie d’ici-bas et qui n’étaient pas concernés par les ordres et les interdits d’Allah, qu’en sera t-il pour les êtres humains dôtés de raison ?!
(Charh Sahih Mouslim de Cheikh El Etiopi vol 40 p 578)

عن أبي هريرة رضي الله عنه قال النبي صلى الله عليه وسلم : والذي نفسي بيده ليختصمن كل شيء يوم القيامة حتى الشاتان فيما انتطحتا
(رواه أبو يعلى وحسنه الإمام الهيثمي في مجمع الزوائد رقم ١٨٣٢٧ وصححه الشيخ الألباني في صحيح الترغيب والترهيب رقم ٣٦٠٤)

حكم : صحيح لغيره

D’après ‘Abdallah Ibn ‘Amr (qu’Allah les agrée lui et son père) : Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) nous a informé qu’un roi parmi les Bani Isra’il a capturé un homme et lui a donné le choix entre le fait de boire de l’alcool, de tuer un enfant, de pratiquer la fornication ou de manger de la viande de porc et s’il refuse alors ils le tuent.
Il a choisi de boire le vin et lorsqu’il l’a bu, il a fait toutes les choses qu’ils voulaient de lui. (1)
Alors le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) nous a dit: « Toute personne qui boit de l’alcool alors aucune prière n’est acceptée de lui durant quarante nuits. (2)
Personne ne meurt avec quoi que soit de l’alcool dans son ventre sans que le paradis ne lui soit interdit (3) et s’il meurt dans les quarante jours il meurt d’une mort pré-islamique ». (4)
(Rapporté par Tabarani et authentifié par Cheikh Albani dans la Silsila Sahiha n°2695, Hadith Sahih)

(1) C’est-à-dire qu’une fois ivre, il a fait tous les péchés qui ont été cités.

(2) C’est-à-dire que la personne doit obligatoirement prier les prières obligatoires mais celles-ci ne lui rapporteront aucune récompense durant cette période à cause de la gravité du péché commis.

(3) C’est-à-dire que si la personne boit de l’alcool en jugeant cela comme étant permis elle est alors devenue mécréante et le paradis lui est définitivement interdit.
Et si elle boit de l’alcool tout en reconnaissant son caractère interdit alors le paradis lui est interdit de manière temporaire et une fois qu’elle aura été châtiée pour son péché, elle pourra entrer dans le paradis.
(Voir Charh Sahih Mouslim de Cheikh Al Etiopi vol 3 p 365)

(4) C’est-à-dire qu’il ressemble aux mécréants de la période pré-islamique dans le fait que, durant cette période, ses prières ne sont pas acceptées par Allah de la même manière qu’Il n’accepte pas les adorations des associateurs.
(Voir Charh Sounan Nasai de Cheikh Al Etiopi vol 40 p 286)

عن عبدالله بن عمرو رضي الله عنهما أن النبي صلى الله عليه و سلم أخبرنا إن ملكا من بني إسرائيل أخذ رجلا فخيره بين أن يشرب الخمر أو يقتل صبيا أو يزني أو يأكل لحم الخنزير أو يقتلوه إن أبى
فاختار أن يشرب الخمر وإنه لما شربها لم يمتنع من شيء أرادوه منه
وقال لنا النبي صلى الله عليه وسلم حينئذ : ما من أحد يشربها فتقبل له صلاة أربعين ليلة ولا يموت و في مثانته منها شيء إلا حرمت عليه الجنة وإن مات في الأربعين مات ميتة جاهلية
(رواه الطبراني و صححه الشيخ الألباني في السلسلة الصحيحة رقم ٢٦٩٥)

حكم : صحيح