Abou Bakr [53 / 142 Hadiths ]


D’après Abou Qatada Al Ansari (qu’Allah l’agrée) : Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) est sorti une nuit et a vu Abou Bakr (qu’Allah l’agrée) qui priait (*) en baissant sa voix.
Il passa également près de ‘Omar (qu’Allah l’agrée) qui priait en levant sa voix.
Lorsqu’ils se sont regroupés tous les deux auprès du Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui), il a dit : « Ô Abou Bakr ! Je suis passé près de toi alors que tu priais et tu baissais ta voix ».
Abou Bakr (qu’Allah l’agrée) a dit : J’ai certes fais entendre Celui avec qui je m’entretenais, ô Messager d’Allah ! (2)
Et il a dit à ‘Omar (qu’Allah l’agrée) : « Je suis passé près de toi alors que tu priais en levant ta voix ».
‘Omar (qu’Allah l’agrée) a dit : Ô Messager d’Allah ! Je réveille celui qui somnole et je repousse Chaytan.
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit : « Ô Abou Bakr ! Lève un petit peu ta voix ».
Et il a dit à ‘Omar (qu’Allah l’agrée) : « Baisse un petit peu ta voix ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°1329 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Sahih)

(1) C’est à dire qu’il effectuait la prière surérogatoire de nuit.

(2) C’est à dire qu’Allah a parfaitement entendu sa récitation.

عن أبي قتادة الأنصاري رضي الله عنه أنّ النّبيَّ صلّى الله عليه وسلّم خرج ليلة فإذا هو بأبي بكر رضي الله عنه يصلّي يخفض من صوته ومرّ بعمر بن الخطاب رضي الله عنه وهو يصلّي رافعًا صوته
فلمّا اجتمعا عند النّبي صلّى الله عليه وسلّم قال : يا أبا بكر ! مررت بك وأنت تصلّي تخفض صوتك
قال أبو بكر رضي الله عنه : قد أسمعت من ناجيت يا رسول اللهِ
وقال لعمر رضي الله عنه : مررت بك وأنت تصلي رافعًا صوتك
فقال : يا رسول اللهِ ! أوقظ الوسنان وأطرد الشيطان
فقال النّبي صلّى الله عليه وسلّم : يا أبا بكر ! ارفع من صوتك شيئًا
وقال لعمر رضي الله عنه : اخفض من صوتك شيئًا
(رواه أبو داود في سننه رقم ١٣٢٩ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après Mouslim Ibn Abi Bakra : Mon père disait après la prière : « Ô Allah ! Je te demande protection contre la mécréance, contre la pauvreté et contre le châtiment de la tombe » (*) et ainsi je disais cela moi aussi.
Alors mon père m’a dit : Ô mon fils ! De qui as-tu appris cela ?
J’ai dit : De toi !
Il a dit : Certes le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) disait cela après la prière.
(Rapporté par Nasai dans ses Sounan n°1346 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Nasai, Hadith Isnad Sahih)

(*) En phonétique : Allahoumma Inni A’oudhou Bika Minal Koufr Wal Faqr Wa ‘Adhabil Qabr

En arabe : اللَّهُمَّ إِنِّي أَعُوذُ بِكَ مِنَ الكُفْرِ وَالفَقْرِ وَعَذَابِ القَبْرِ 

عن مسلم بن أبي بكرة قال : كان أبي يقول في دبر الصلاة : اللهم إني أعوذ بك من الكفر والفقر وعذاب القبر فكنت أقولههن . فقال أبي : أي بني ! عمن أخذت هذا ؟
قلت : عنك !
قال : إن رسول الله صلى الله عليه وسلم كان يقولهن في دبر الصلاة 
(رواه النسائي في سننه رقم ١٣٤٦ و صححه الشيخ الألباني في صحيح النسائي )

حكم :إسناده صحيح

.

D’après Abou Rafi’ (qu’Allah l’agrée) : Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a emprunté (1) à un homme un jeune chameau.
Par la suite des chameaux de l’aumône lui ont été amenés et il m’a ordonné de rendre à cet homme son jeune chameau.
Je suis retourné vers lui et j’ai dit : Je n’ai trouvé parmi ces chameaux que des beaux chameaux âgés (2).
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit : « Donnes-en un à cet homme, certes les meilleurs des serviteurs d’Allah sont ceux d’entre eux qui sont les meilleurs lorsqu’ils rendent une dette (3) ».
(Rapporté par Mouslim dans son Sahih n°1600)

(1) C’est à dire que cet emprunt était une dette et il devait donc rendre à cet homme une bête équivalente.

(2) C’est à dire des chameaux d’une valeur supérieure à celui qui avait été donné au départ.

(3) Ce hadith montre qu’il est recommandé, lorsque l’on rend une dette, de donner un bien d’une valeur supérieure ou une somme d’argent supérieure à ce qui a été emprunté au départ.
Par contre, il est interdit que le débiteur et le créancier se mettent d’accord sur ceci au moment du prêt car ceci est de l’usure interdite.
Ceci doit être de l’initiative du débiteur uniquement.

عن أبي رافع رضي الله عنه أنَّ رسولَ اللهِ صلَّى اللهُ عليهِ وسلَّمَ استسلفَ من رجلٍ بِكرًا
فقدَمِتْ عليهِ إبلٌ من إبلِ الصدقةِ فأمر أبا رافعٍ رضي الله عنه أن يَقضي الرجلُ بكرهٍ
فرجع إليهِ أبو رافعٍ رضي الله عنه فقال : لم أجد فيها إلاّ خيارًا رباعيًّا
فقال رسول اللهِ صلَّى اللهُ عليهِ وسلَّمَ : أعطِه إياهُ فإنَّ خيرَ عبادِ اللهِ أحسنُهم قضاءً
.

D’après ‘Orwa Ibn Zoubeyr : Asma Bint Abi Bakr (Qu’Allah les agrée elle et son père) sortait l’aumône de rupture du jeûne à l’époque du Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) pour sa famille, le libre et l’esclave, en donnant deux moud de blé, ou un sa’ de dattes en utilisant le moud ou le sa’ avec lesquels ils mesuraient.
(Rapporté par Tahawi et Ahmed et authentifié par Cheikh Albani dans Tamam Al Mina p 387, Hadith Isnad Sahih selon les conditions de Boukhari et Mouslim)

– Le sa’ et le moud sont des unités de mesure.
– Le sa’ correspond à 4 moud.
– Le moud quant à lui à la quantité que l’on peut mettre dans les deux mains lorsqu’elles sont rassemblées.

Remarque:

L’ensemble des hadiths du Messager d’Allah (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) et des textes de ses compagnons (qu’Allah les agrée) sur ce sujet mentionnent uniquement le fait de sortir la zakat al fitr en nourriture.

Malgré cela les savants ont divergé sur le fait qu’il soit permis ou pas de sortir la zakat al fitr autrement qu’en nourriture. La majorité des savants sont d’avis que cette zakat n’est valable qu’en nourriture uniquement tandis que l’imam Abou Hanifa et certains de ses élèves ont été d’avis qu’il est permis de la sortir en argent.

Il faut tout de même noter que certains des grands savants de l’école de Abou Hanifa ont dit que le mieux est de la sortir en nourriture afin de sortir de la divergence.

L’imam Nawawi (mort en 676 du calendrier hégirien) a dit dans Charh Sahih Mouslim vol 7 p 60: « La majorité des savants de la jurisprudence n’ont pas permis de sortir de l’argent et Abou Hanifa l’a permis ».

Et il dit également : « Dans ce hadith (*) le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a mentionné plusieurs denrées dont les prix sont différents et il a ordonné pour chacune des denrées de donner un sa’. Ainsi cela montre que ce qui est pris en compte est le sa’ et qu’on ne regarde pas le prix ».

(*) C’est à dire le hadith de ‘Abdallah Ibn ‘Omar (Rapporté par Boukhari dans son Sahih n°1503 et Mouslim dans son Sahih n°984)

L’imam Al Mawsouli Al Hanafi (mort en 683 du calendrier hégirien) a dit dans Al Ikhtiyar Li Ta’lil Al Moukhtar vol 1 p 389 après avoir mentionné que pour lui il est permis de donner la zakat al fitr en argent: « Le plus prudent est de donner du blé afin de sortir de la divergence ».

عن عروة بن الزبير أن أسماء بنت أبي بكر رضي الله عنهما كانت تخرج على عهد رسول الله صلى الله عليه وسلم عن أهلها الحر منهم والمملوك مدين من حنطة أو صاعا من تمر بالمد أو بالصاع الذي يقتاتون به
(رواه الطحاوي و أحمد و صححه الشيخ الألباني في تمام المنة ص ٣٨٧)

حكم : إسناده صحيح على شرط الشيخين

.

D’après Abou Bakra (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Il y a deux mois qui ne sont pas réduits, ce sont deux mois de ‘id : Ramadan et Dhoul Hijja (*) ».
(Rapporté par Mouslim dans son Sahih n°1089)

(*) L’imam Nawawi (mort en 676 du calendirer hégirien) a expliqué que le sens de ce hadith est que même si le mois est réduit dans le sens où il compte vingt-neuf jours et pas trente jours alors la récompense liée à ce mois n’est pas réduite.
(Charh Sahih Mouslim)

عن أبي بكرة رضي الله عنه قال النّبي صلّى الله عليه و سلّم : شهرانِ لا ينْقُصَانِ شهرَا عيدٍ : رمضانُ وذو الحَجَّةِ
(رواه مسلم في صحيحه رقم ١٠٨٩)
.

D’après Abou Bakra (qu’Allah l’agrée), un homme a fait les éloges d’un autre auprès du Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) qui a dit alors: « Malheur à toi, tu as tranché la gorge de ton compagnon » il a répété cela plusieurs fois puis a dit: « Si l’un d’entre vous doit vraiment faire des éloges qu’il dise: Je pense qu’il est comme cela et comme cela si il voit qu’il est vraiment comme ceci et c’est Allah qui le juge, je ne vante le mérite de personne auprès d’Allah ».
(Rapporté par l’imam Boukhari dans Al Adab Al Moufrad et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Al Adab Al Moufrad n°253, Hadith Sahih)
عن أبي بكرة رضي الله عنه أن رجلا أثنى على صاحب له عند رسول الله صلى الله عليه و سلم فقال : ويحكَ قطَعتَ عُنُقَ صاحِبِك ، يقولُه مِرارًا إن كانَ أحدُكُم مادِحًا لا مَحالةَ ، فليقُل : أحسَبُ كَذا و كَذا إن كان يَرى أنَّهُ كذلِك و حَسيبُه اللهُ ، و لا يُزَكِّي على اللهِ أحدًا
(رواه البخاري في الأدب المفرد و صححه الشيخ الألباني في صحيح الأدب المفرد رقم ٢٥٣)

حكم : صحيح

.

D’après Cha’bi, Omar (qu’Allah l’agrée) a dit: « On ne va pas m’apporter un homme qui dit que je suis meilleur que Abou Bakr (qu’Allah l’agrée) sans que je ne le frappe de 40 coups de fouet ».
(Rapportés par Ibn Kathir dans Mousnad Al Farouq vol 2 p 522, Hadith Isnad Jayyid)
عن الشعبي ، قال عمر رضي الله عنه : لا أُوتَى برجلٍ فضَّلني على أبي بكرٍ رضِي اللهُ عنه إلَّا جلدتُه أربعين
(رواهما ابن كثير في مسند الفاروق ص ٥٢٢ و صحح إسنادهما)

حكم : إسناده جيد

.

D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée) : Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) était sur la montagne Hira (1) avec Abou Bakr, ‘Omar, ‘Othman, ‘Ali, Talha et Zoubayr (qu’Allah les agrée tous) lorsqu’un rocher a bougé .
Alors le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Ne bouge pas. Il n’y a sur toi qu’un prophète, un véridique ou un martyr (2) ».
(Rapporté par Mouslim dans son Sahih n°2417)

(1) C’est une montagne à proximité de La Mecque.

(2) Le véridique est Abou Bakr (qu’Allah l’agrée) et ‘Omar, ‘Othmane, ‘Ali, Talha et Zoubayr (qu’Allah les agrée) sont tous morts en martyr.

عن أبي هريرة رضي الله عنه أنَّ رسولَ اللهِ صلَّى اللهُ عليهِ وسلَّمَ كان على حراءٍ هو وأبو بكرٍ وعمرَ وعثمانَ وعليَّ وطلحةَ والزبيرَ رضي الله عنهم فتحركت الصخرةُ
فقال رسولُ اللهِ صلَّى اللهُ عليهِ وسلَّمَ : اهدأ فما عليك إلا نبيٌّ أو صِدِّيقٌ أو شهيدٌ
(رواه مسلم في صحيحه رقم ٢٤١٧)
.

D’après Abou ‘Ousayb (qu’Allah l’agrée), une nuit le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) est sorti et passa près de moi. Alors il m’a appelé et je suis sorti vers lui. Puis il passa près de Abou Bakr (qu’Allah l’agrée) qu’il a appelé alors il est sorti vers lui. Ensuite il passa vers Omar (qu’Allah l’agrée) qu’il a appelé alors il est sorti vers lui.
Puis le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) est parti jusqu’à rentrer dans le jardin de l’un des ansars (*) et il lui a dit: « Donne nous à manger ».
L’ansari est venu avec un régime de dattes qu’il a posé. Alors le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) et ses compagnons ont mangé puis il demanda de l’eau fraîche et a bu puis il a dit: « Vous serez certes interrogés sur cela le jour du jugement ».
Omar (qu’Allah l’agrée) a saisi le régime de dattes et l’a frappé sur le sol jusqu’à ce que les fruits s’éparpillent devant le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) puis il a dit: Ô Messager d’Allah ! Serons-nous vraiment interrogés sur cela le jour du jugement ?
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Oui, sauf sur trois choses : un tissu pour couvrir la nudité, du pain pour apaiser la faim et un trou pour se protéger du chaud et du froid ».
(Rapporté par Ahmed et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Targhib n°3221, Hadith Hasan)

(*) Ce sont les habitants de Médine.

عن أبي عسيب رضي الله عنه قال خرج رسول الله صلى الله عليه وسلم ليلا فمر بي فدعاني فخرجت إليه ثم مر بأبي بكر رضي الله عنه فدعاه فخرج إليه ثم مر بعمر رضي الله عنه فدعاه فخرج إليه فانطلق حتى دخل حائطا لبعض الأنصار فقال لصاحب الحائط: أطعمنا فجاء بعذق فوضعه فأكل رسول الله صلى الله عليه وسلم وأصحابه ثم دعا بماء بارد فشرب فقال: لتسألن عن هذا يوم القيامة قال فأخذ عمر رضي الله عنه العذق فضرب به الأرض حتى تناثر البسر قبل رسول الله صلى الله عليه وسلم ثم قال: يا رسول الله إنا لمسؤولون عن هذا يوم القيامة؟ قال: نعم إلا من ثلاث خرقة كف بها عورته أو كسرة سد بها جوعته أو جحر يدخل فيه من الحر والقر
(رواه أحمد و حسنه الشيخ الألباني في صحيح الترغيب و الترهيب رقم ٣٢٢١)

حكم : حسن

.

D’après Abou Bakra (qu’Allah l’agrée) : Un homme a fait les éloges d’un autre auprès du Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) alors il a dit: « Malheur à toi! Tu as coupé le cou de ton compagnon, tu as coupé le cou de ton compagnon » il a répété cela plusieurs fois.
Puis il a dit: « Celui d’entre vous qui fait les éloges de son frère, qu’il dise: -Je pense qu’untel est comme cela, c’est Allah qui est son juge et je ne fait les éloges de personne auprès d’Allah. Je pense qu’il est comme cela et comme cela- s’il sait cela de son frère ».(*)
(Rapporté par Boukhari dans son Sahih n°2662)

(*) Le fait de garder une certaine réserve lorsque l’on fait les éloges de quelqu’un

عن أبي بكرة رضي الله عنه قال : أَثْنَى رَجُلٌ عَلَى رَجُلٍ عِنْدَ النَّبِيِّ صَلَّى اللَّهُ عَلَيْهِ وَسَلَّمَ فَقَالَ وَيْلَكَ قَطَعْتَ عُنُقَ صَاحِبِكَ قَطَعْتَ عُنُقَ صَاحِبِكَ مِرَارًا ثُمَّ قَالَ مَنْ كَانَ مِنْكُمْ مَادِحًا أَخَاهُ لَا مَحَالَةَ فَلْيَقُلْ أَحْسِبُ فُلَانًا وَاللَّهُ حَسِيبُهُ وَلَا أُزَكِّي عَلَى اللَّهِ أَحَدًا أَحْسِبُهُ كَذَا وَكَذَا إِنْ كَانَ يَعْلَمُ ذَلِكَ مِنْهُ
(رواه البخاري في صحيحه رقم ٢٦٦٢)
.

D’après Al Bara Ibn Azib (qu’Allah l’agrée), je suis rentré avec Abou Bakr (qu’Allah l’agrée) lorsqu’il venait d’arriver à Médine alors il trouva sa fille Aicha allongée car elle était touchée par la fièvre. Abou Bakr est allé vers elle et lui a dit: Comment vas-tu ma petite fille? Et il l’embrassa sur la joue.
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°5222 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Sahih)
عن البراء بن عازب رضي الله عنه دخلت مع أبي بكر أول ما قدم المدينة . فإذا عائشة ابنته مضجعة قد أصابتها حمى . فأتاها أبو بكر فقال لها : كيف أنت يا بنية ؟ وقبل خدها
(رواه أبو داود في سننه رقم ٥٢٢٢ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

Selon Abou Bakrah (Qu’Allah l’agrée) : « Lorsqu’une chose rendait le Prophète (ﷺ) heureux, ou qu’une chose qui rend heureux (tout le monde) arrivait, il tombait prosterné en remerciement à Allah تَبَارَكَ وَتَعَالَى (Tabaraka wa ta’ala). »
(Rapporté par Ibn Majah dans ses Sounan n° 1394 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Ibn Majah, Hadith Hasan)

حدثنا مخلد بن خالد حدثنا أبو عاصم عن أبي بكرة بكار بن عبد العزيز أخبرني أبي عبد العزيز عن أبي بكرة عن النبي صلى الله عليه وسلم أنه كانَ إذا أتاهُ أمرٌ يسرُّهُ أو بشِّرَ بِه خرَّ ساجدًا شُكرًا للَّهِ تبارَك وتعالى.
(رواه ابن ماجه في سننه رقم ۱۳۹۴ صححه الشيخ الألباني في صحيح ابن ماجه )

حكم : حسن

.

D’après Abou Bakr Al Siddiq (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Multipliez les prières sur moi car certes Allah a confié à un ange la mission d’être près de ma tombe et lorsqu’une personne de ma communauté prie sur moi, cet ange me dit: Ô Muhammad! Certes untel le fils d’untel vient de prier sur toi ».
(Rapporté par Al Daylami et authentifié par Cheikh Albani dans la Silsila Sahiha n°1530, Hadith Hasan Li Chawahid)
عن أبي بكر الصديق رضي الله عنه قال النّبي صلّى الله عليه و سلّم : أكْثِرُوا الصلاةَ عليَّ ، فإنَّ اللهَ وكَّلَ بي ملَكًا عند قبري ، فإذا صلَّى عليَّ رجلٌ من أُمَّتِي قال لي ذلك المَلَكُ : يا محمدُ إنَّ فلانَ بنَ فلانٍ صلَّى عليك الساعةَ
(رواه الديلمي و حسنه الشيخ الألباني في السلسلة الصحيحة رقم ١٥٣٠)

حكم : حسن لشواهده

.

D’après Abou Bakra (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Si les gens des cieux et de la terre se rassemblaient pour tuer un musulman, Allah les précipiterait tous dans le feu en les traînant sur leurs visages ».
(Rapporté par Tabarani et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Targhib n°2443, Hadith Sahîh li Ghayrihi)
عن أبي بكرة رضي الله عنه قال النّبي صلّى الله عليه و سلّم : لَوْ أنَّ أهلَ السمواتِ والأرضِ اجْتَمَعُوا على قَتْلِ مسلمٍ ؛ لكَبَّهَمُ اللهُ جَمِيعًا على وُجُوهِهِمْ في النارِ
(رواه الطبراني و صححه الشيخ الألباني في صحيح الترغيب و الترهيب رقم ٢٤٤٣)

حكم : صحيح لغيره

.

D’après Fatima Bint Al Moundhir : « Nous couvrions nos visages alors que nous étions en ihram et nous étions avec Asma Bint Abi Bakr (qu’Allah les agrée elle et son père) ».
(Rapporté par l’imam Malik dans son Mouwata n°787 et authentifié par Cheikh Albani dans Irwa Al Ghalil n°1023, 4/212, Hadith Sahîh)

L’imam Al Qadi ‘Iyad (mort en 544 du calendrier hégirien) a dit : « Les savants ont dit qu’il n’est pas obligatoire à la femme de cacher son visage sur son chemin mais cela est une sounna qui lui est recommandée ».
(Voir Al Rad Al Moufhim p 120)

L’imam Ibn Hajar (mort en 852 du calendrier hégirien) a dit : « L’habitude des femmes, que ce soit à l’époque ou plus récemment, a toujours été de cacher leurs visages devant les hommes étrangers ».
(Fath Al Bari 9/324)

عن فاطمة بنت المنذر قالت : كنّا نُخَمِّر وجوهنا ونحن محرمات و نحن مع أسماء بتن أبي بكر الصديق رضي الله عنهما
(رواه الإمام مالك في الموطأ رقم ٧٨٧ و صححه الشيخ الألباني في إرواء الغليل رقم ١٠٢٣)

حكم : صحيح

.

D’après Abou Bakr Ibn Hafs : ‘Abdallah Ibn ‘Omar (qu’Allah les agrée lui et son père) ne mangeait pas un repas sans qu’il y ait un orphelin à sa table.
(Rapporté par Boukhari dans Al Adab Al Moufrad n°136 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Al Adab Al Moufrad n°102, Hadith Sahîh)
عن أبي بكر بن حفص أنَّ عبدالله بن عمر رضي الله عنهما كان لا يأكلُ طعامًا إلَّا وعلى خِوَانِهِ يَتِيمٌ
( رواه الإمام البخاري في الأدب المفرد رقم ١٣٦ و صححه الشيخ الألباني في صحيح الأدب المفرد رقم ١٠٢)

حكم : صحيح الإسناد

.

D’après Ibn Houbaych : Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui), qui était entre Abou Bakr (qu’Allah l’agrée) et ‘Omar (qu’Allah l’agrée), est entré dans la mosquée alors que ‘Abdallah Ibn Mas’oud (qu’Allah l’agrée) priait une prière dans laquelle il récitait la sourate An Nissa (1).
Il s’est arrêté à cent versets et a commencé à invoquer alors qu’il était debout en train de prier.
Alors le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Demande il te sera donné ! Demande il te sera donné! ».
Puis il a dit: « Celui qui veut réciter le Coran exactement comme il a été descendu, qu’il le récite comme le récite Ibn Oummi ‘Abd (2) ».
Au matin, Abou Bakr (qu’Allah l’agrée) s’est rendu vers lui pour lui annoncer la bonne nouvelle et il lui a dit: Qu’as-tu demandé à Allah hier ?
‘Abdallah Ibn Mas’oud (qu’Allah l’agrée) a dit : J’ai dit : Ô Allah ! Je te demande une foi qui ne part pas, un bienfait qui ne périt pas et la compagnie de Muhammad (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) au plus haut degré du paradis éternel.
Puis ‘Omar (qu’Allah l’agrée) est venu et il lui a été dit: Certes Abou Bakr (qu’Allah l’agrée) t’a précédé.
Alors ‘Omar (qu’Allah l’agrée) a dit: Qu’Allah fasse miséricorde à Abou Bakr ! Je n’ai absolument jamais voulu le dépasser dans un bien sans que ce ne soit lui qui me dépasse (3).
(Rapporté par Ahmed et authentifié par Cheikh Albani dans la Silsila Sahiha n°2301, Hadith Sahîh)

(1) Il s’agit de la sourate n°4.

(2) Il s’agit du surnom de ‘Abdallah Ibn Mas’oud (qu’Allah l’agrée).
Cette parole du Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) montre le mérite de ‘Abdallah Ibn Mas’oud (qu’Allah l’agrée) et sa science à propos du Livre d’Allah.
L’imam Ibn Maja (mort en 273 du calendrier hégirien) a classé ce hadith dans ses Sounan (n°138) sous le chapitre : -Les mérites de ‘Abdallah Ibn Mas’oud-.

(3) Ceci nous montre que le fait d’annoncer une bonne nouvelle à un musulman est un acte de bien qu’il faut donc s’efforcer de pratiquer.

عن ابن حبيش قال : دخل رسول الله صلّى الله عليه وسلّم المسجد و هو بين أبي بكر رضي الله عنه و عمر رضي الله عنه و إذا عبدالله بن مسعود رضي الله عنه يصلّي و إذا هو يقرأ النساء
فانتهى إلى رأس المائة فجعل عبدالله بن مسعود رضي الله عنه يدعو و هو قائم يصلي
فقال النبي صلّى الله عليه وسلّم : اسأل تعطه اسأل تعطه
ثم قال : من أحب أن يقرأ القرآن غضًا كما أُنزل فليقرأه على قراءة ابن أم عبد
فلما أصبح غدا إليه أبو بكر رضي الله عنه ليبشره و قال له : ما سألت الله البارحة ؟
قال عبدالله بن مسعود رضي الله عنه : قلت : اللهم إني أسألك إيمانًا لا يرتد و نعيمًا لا ينفد و مرافقة محمد في أعلى جنة الخلد
ثم جاء عمر رضي الله عنه فقيل له : إن أبا بكر قد سبقك !
قال عمر رضي الله عنه : يرحم الله أبا بكر ! ما سبقته إلى خير قط إلا سبقني إليه
(رواه أحمد و حسنه الشيخ الألباني في السلسلة الصحيحة رقم ٢٣٠١)

حكم : إسناده حسن

.

D’après Asma Bint Abi Bakr (qu’Allah les agrée elle et son père), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Celle d’entre vous qui croit en Allah et au jour dernier qu’elle ne lève pas sa tête avant que les hommes ne relèvent leurs têtes de crainte qu’elle ne voit les parties intimes des hommes (*) ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°851 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Abi Daoud, Hadith Sahîh)

(*) À l’époque les gens étaient très pauvres et beaucoup d’hommes ne possédaient pas des vêtements qui leur permettent de bien se cacher.
Ainsi dans la prière en commun les femmes ne devaient lever leurs têtes de la prosternation qu’une fois que les hommes se sont assis de crainte qu’elles ne voient une chose qu’elles ne devraient pas voir.Ce hadith est donc une incitation et un encouragement pour la femme qui croit en Allah et au jour dernier de s’éloigner des situations dans lesquelles elles pourraient voir la nudité des gens.
(Charh Sounan Abi Daoud de cheikh Al ‘Abad cours n°110)

Remarque : Ce hadith concerne les femmes mais le jugement est strictement identique en ce qui concerne les hommes.

Allah a ordonné aux croyants, comme aux croyantes, de baisser leurs regards et leur a interdit de regarder la nudité des gens.
(Voir Taysir Al Karim Ar Rahman Fi Tefsir Kalam Al Mannan de Cheikh Sa’di p 566)

Allah a dit dans la sourate An Nour n°24 versets 30 et 31 (traduction approchée du sens du verset) : « Dis aux croyants de baisser leurs regards et de préserver leurs sexes, ceci est plus pur pour eux. Certes Allah est Connaisseur de ce qu’ils font.
Et dis aux croyantes de baisser leurs regards et de préserver leurs sexes ».

قال الله تعالى : قل للمؤمنين يغضوا من أبصارهم ويحفظوا فروجهم ذلك أزكى لهم إنّ الله خبير بما يصنعون وقل للمؤمنات يغضضن من أبصارهنّ ويحفظن فروجهنّ
(سورة النور ٣٠ و ٣١)
عن أسماء بنت أبي بكر رضي الله عنهما قال النّبي صلّى الله عليه و سلّم : من كان منكنّ يؤمنّ بالله واليوم الآخر فلا ترفع رأسها حتّى يرفع الرّجال رءوسهم كراهية أن يرين من عورات الرّجال
(رواه أبو داود في سننه رقم ٨٥١ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

D’après Abou Bakr As Siddiq (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit : « Sort et fais l’annonce aux gens que celui qui atteste de -La Ilaha Illa Allah- le paradis lui est obligatoire ».
(Rapporté par Abou Ya’la et authentifié par Cheikh Albani dans Silsila Sahiha n°1135, Hadith Isnad Sahîh)

L’imam ‘Abder Rahman Ibn Hassan Al Cheikh (mort en 1285) a dit : Celui qui atteste de -La Ilaha Illa Allah- est celui qui prononce cette parole en connaissant son sens et en agissant par ce qu’elle induit que ce soit dans son for intérieur comme dans ses actes extérieurs. Ainsi il faut forcément pour les deux attestations de foi la science, la certitude et agir par ce qu’elles induisent comme Allah a dit: -Sache qu’il n’y a pas d’autre divinité qui mérite d’être adorée par justice si ce n’est Allah- [Sourate Muhammad verset 19] et il a dit également: -Sauf ceux qui attestent de la vérité alors qu’ils savent- [Sourate Zoukhrouf n°43 verset 86].
Par contre le fait de prononcer cette parole sans comprendre son sens, sans en avoir la certitude et sans mettre en pratique ce qu’elle induit comme désaveu de l’association, comme sincérité dans les paroles et les actes (la parole du coeur et de la langue et les actes du coeur et des membres) alors ceci ne profite en rien par consensus.
(Fath Al Majid p 44)

Cheikh Al Islam Ibn Taymiya (mort en 728) a dit : « Celui qui croit que le simple fait que la personne prononce l’attestation de foi la fait rentrer dans le paradis et l’empêche de rentrer dans le feu est égaré et est en contradiction avec le Coran, la Sounna et le consensus des croyants ».
(Al Fatawa Al Koubra 2 p 377)

عن أبي بكر الصديق رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : اخرج فناد في الناس : من شهد أن لا إله إلا الله وجبت له الجنة
(رواه أبو يعلى و صححه الشيخ الألباني في السلسلة الصحيحة رقم ١١٣٥)

حكم : إسناده صحيح بنحوه

.

D’après Houdhail Ibn Charhbil, ‘Omar Ibn Al Khatab (qu’Allah l’agrée) a dit: « Si la foi de Abou Bakr (qu’Allah l’agrée) était pesée (*) avec la foi de tous les gens de la terre, sa foi aurait été plus lourde que la leur ».
(Rapporté par Al Bayhaqi dans Chou’ab Al Iman n°35 et authentifié par Cheikh Albani dans la Silsila Daifa n°6343, Hadith Munkar)

(*) C’est à dire dans une balance avec deux plateaux.

عن هذيل بن شرحبيل قال عمر بن الخطاب رضي الله عنه : لو وزن إيمان أبي بكر بإيمان أهل الأرض لرجح بهم
(رواه البيهقي في شعب الإيمان رقم ٣٥ و صححه الشيخ الألباني في السلسلة الضعيفة رقم ۶۳۴۳)

حكم : منكر

.

D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Qui d’entre vous jeûne aujourd’hui ? ».
Abou Bakr (qu’Allah l’agrée) a dit: Moi.
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) dit ensuite: « Qui d’entre vous a suivi un convoi funéraire aujourd’hui ? ».
Abou Bakr (qu’Allah l’agrée) a dit: Moi.
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) dit ensuite: « Qui d’entre vous a nourri un pauvre aujourd’hui ? ».
Abou Bakr (qu’Allah l’agrée) a dit: Moi.
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) dit ensuite: « Lequel d’entre vous a rendu visite à un malade aujourd’hui ? ».
Abou Bakr (qu’Allah l’agrée) a dit: Moi.
Alors le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Ces choses ne se rassemblent pas chez une personne sans qu’elle n’entre dans le paradis ».
(Rapporté par Mouslim dans son Sahih n°1028)
عن أبي هريرة رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : من أصبح منكم اليوم صائما ؟
قال أبو بكر رضي الله عنه : أنا
قال : فمن تبع منكم اليوم جنازة ؟
قال أبو بكر رضي الله عنه : أنا
قال : فمن أطعم منكم اليوم مسكينا ؟
قال أبو بكر رضي الله عنه : أنا
قال : فمن عاد منكم اليوم مريضا ؟
قال أبو بكر رضي الله عنه : أنا
فقال رسول الله صلى الله عليه وسلم : ما اجتمعن في امرئ ، إلا دخل الجنة
(رواه مسلم في صحيحه رقم ١٠٢٨)
.

D’après Abou Bakr (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Il m’a été donné 70 000 personnes de ma communauté qui vont rentrer dans le paradis sans jugement. Leurs visages sont comme la pleine lune et leurs coeurs sont comme le coeur d’un seul homme. J’ai demandé à mon Seigneur qu’il m’en rajoute alors il m’a rajouté avec chacun 70 000 personnes ».
(Rapporté par Ahmed et authentifié par Cheikh Albani dans Silsila Sahiha n°1484, Hadith Sahih Bi Majmou’ Tariq)
عن أبي بكر رضي الله عنه قال النبي صلى الله عليه و سلم : أعطيت سبعين ألفا من أمتي يدخلون الجنة بغير حساب وجوههم كالقمر ليلة البدر قلوبهم على قلب رجل واحد . فاستزدت ربي عز و جل فزادني مع كل واحد سبعين ألفا
(رواه أحمد و صححه الشيخ الألباني في السلسلة الصحيحة رقم ١٤٨٤)

حكم : صحيح بمجموع طرقه

.

D’après Amir Ibn Said, Abou Bakr Al Siddiq (qu’Allah l’agrée) a dit concernant le verset – Pour ceux qui ont agis en bienfaisance il y a la belle récompense et un rajout- [Sourate Younous n°10 verset 26] : « Il s’agit du regard vers le visage d’Allah ».
(Rapporté par Ibn Abi Asim dans son ouvrage Al Sounna n°473 et authentifié par Cheikh Albani dans Dhilal Al Janna Fi Takhrij As Sounna n°473, Hadith Sahîh Mawqouf)
عن عامر بن سعد عن أبي بكر الصديق رضي الله عنه في قوله تعالى : ‘ للذين أحسنوا الحسنى و زيادة ‘ قال : النظر إلى وجه الله تعالى
(رواه ابن أبي عاصم في كتاب السنة رقم ٤٧٣ و صححه الشيخ الألباني في ظلال الجنة في تخريج السنة)

حكم : صحيح موقوف

.

D’après Anas Ibn Malik (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Jibril est venu à moi alors qu’il avait dans sa main un miroir blanc sur lequel il y avait un point noir.
Je lui ai dit: Qu’est ce que cela ô Jibril ?
Il a dit: Ceci est le vendredi que ton Seigneur te présente afin qu’il soit un ‘id pour toi, pour ton peuple et à ceux qui viennent après toi. Ainsi tu seras le premier et les juifs et les chrétiens seront après toi.
Je lui ai dit: Qu’avons nous dans ce jour ?
Jibril a répondu: Il y a dans ce jour du bien pour vous. Il y a dedans une heure durant laquelle personne n’invoque son Seigneur pour un bien dont il a une part sans qu’il ne le lui accorde, si il n’en a aucune part alors il lui est préparé ce qui est plus grand que ce qu’il a demandé. Durant cette heure personne ne demande protection contre un mal qui lui était écrit sans qu’il soit protégé de ce mal et si il demande protection contre un mal qui ne lui était pas écrit alors il est protégé d’un mal qui est plus grand.
J’ai dit: Quel est ce point noir dessus ?
Jibril a répondu: Ceci est l’heure qui a lieu le vendredi (1). Il est auprès de nous le meilleur des jours et nous l’appelons dans l’au-delà le jour du supplément.
J’ai dit: Pourquoi est-ce que vous l’appelez le jour du supplément?
Jibril a répondu: Certes ton Seigneur a pris dans le paradis une vallée qui est plus parfumée que le musc blanc et lorsque viendra le jour du vendredi il descendra depuis ‘Illiyin (2) en étant au dessus de son koursi (3). Puis il disposera autour de son trône des minbars de lumière et les prophètes viendront et s’assiéront dessus. Puis il disposera autour des minbars des sièges en or et les véridiques et les martyrs s’assiéront dessus. Puis les gens du paradis viendront et s’assiéront sur la dune. Alors leur Seigneur se dévoilera à eux jusqu’à ce qu’ils regardent son visage (4) et il dira: Je suis celui qui a tenu ma promesse envers vous, j’ai complété sur vous mon bienfait, ceci est le lieu de ma générosité alors demandez moi !
Alors ils demanderont sa satisfaction. Allah dira: Ma satisfaction vous a rendu permise ma maison et vous a permis d’atteindre ma générosité.
Ensuite ils viendront demander jusqu’à terminer tous leurs souhaits et c’est alors qu’il leur sera ouvert ce qu’aucun oeil n’a vu, ce qu’aucune oreille n’a entendue et qu’aucun coeur humain n’a imaginé jusqu’au moment où les gens vont retourner le jour du vendredi.
Puis le Seigneur s’élèvera en étant au dessus de son koursi et les véridiques et les martyrs s’élèveront avec lui. Alors les gens des appartements retourneront à leurs appartements comme des perles blanches exemptes de fissures et de défauts, ou comme des rubis rouges ou des émeraudes vertes dont sont faites les chambres et les portes. Leurs rivières coulent dedans, leurs fruits y descendent et ils ont dedans leurs épouses et leurs servants. Rien ne leur sera plus cher que le jour du vendredi dans lequel il augmentent en noblesse et durant lequel il regardent davantage le visage d’Allah. C’est pour cela qu’il est appelé le jour du supplément ».
(Rapporté par Ibn Abi Dounia, Tabarani dans « Al-Awsat » et Al Bazar et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Targhrib n°3761, Hadith Hasan li Ghayrihi)

Et authentifié entre autres par:
– L’imam Al Moundhiri dans Al Targhib Wa Al Tarhib, voir Sahih Targhib vol 3 p 526
– L’imam Dhahabi dans Al Oulou n°30
– L’imam Ibn Qayim dans Zaad Al Maad vol 1 p 396
– L’imam Ibn Taymiya dans Majmou Al Fatawa 6/411.

Le cheikh Hafith Hakami a dit dans Ma’arij Al Qaboul vol 1 p 319 concernant ce hadith: « C’est un grand hadith ayant une immense valeur que les imams de la sounna ont rapportés et acceptés ».

(1) Ceci est une allusion au fait que cette heure durant le vendredi est courte, comme dans le Hadith Suivant:

D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a mentionné le jour du vendredi et a dit: « Il y a dedans une heure durant laquelle aucun serviteur musulman n’est debout en train de prier et demande quelque chose à Allah sans qu’Allah ne lui donne cette chose » et il a fait signe de sa main pour montrer qu’elle est courte.
(Rapporté par Boukhari dans son Sahih n°935 et Mouslim dans son Sahih n°852)

(2) Ibn Kathir a dit dans son tefsir vol 4 p 3057: « Ce qui est apparent est que le mot Illiyin est tiré du mot العلو». Ce mot signifie en arabe être élevé, être au dessus.

(3) Allah a mentionné son koursi dans le Coran (sourate Baqara n°2 verset 255) en disant: – Son koursi englobe les cieux et la terre -.

عن أنس بن مالك رضي الله عنه قال النبي صلى الله عليه و سلم : آتاني جبريل عليه السلام وفي يده مرآة بيضاء ، فيها نكتة سوداء ؛ فقلت : ما هذه يا جبريل ؟ قال : هذه الجمعة يعرضها عليك ربك لتكون لك عيدا ولقومك من بعدك ، تكون أنت الأول ، وتكون اليهود والنصارى من بعدك قال : ما لنا فيها ؟ قال فيها خير لكم ، فيها ساعة من دعا ربه فيها بخير هو له قسم إلا أعطاه إياه ، أو ليس له بقسم إلا ادخر له ما هو أعظم منه ، أو تعوذ فيها من شر هو عليه مكتوب ؛ إلا أعاذه ، أو ليس عليه مكتوب ؛ إلا أعاذه من أعظم منه قلت : ما هذه النكتة السوداء فيها ؟ قال : هذه الساعة تقوم يوم الجمعة ، وهو سيد الأيام عندنا ونحن ندعوه في الآخرة يوم المزيد قال : قلت : لم تدعونه يوم المزيد ؟ قال : إن ربك عز وجل اتخذ في الجنة واديا أفيح من مسك أبيض فإذا كان يوم الجمعة نزل تبارك وتعالى من عليين على كرسيه ، ثم حف الكرسي بمنابر من نور ، وجاء النبيون حتى يجلسوا عليها ، ثم حف المنابر بكراسي من ذهب ، ثم جاء الصديقون والشهداء ، حتى يجلسوا عليها ، ثم يجيء أهل الجنة حتى يجلسوا على الكثيب ، فيتجلى لهم ربهم تبارك وتعالى حتى ينظر إلى وجهه ، وهو يقول : أنا الذي صدقتكم وعدي ، وأتممت عليكم نعمتي ، هذا محل كرامتي ، فسلوني ؛ فيسألونه الرضا ، فيقول عز وجل : رضائي أحلكم داري ، وأنالكم كرامتي ، فسلوني ؛ فيسألونه حتى تنتهي رغبتهم فيفتح لهم عند ذلك ما لا عين رأت ولا أذن سمعت ، ولا خطر على قلب بشر إلى مقدار منصرف الناس يوم الجمعة ، ثم يصعد الرب تبارك وتعالى على كرسيه ، فيصعد معه الشهداء والصديقون – أحسبه قال – ويرجع أهل الغرف إلى غرفهم دره بيضاء ، لا فصم فيها ولا وصم أو ياقوتة حمراء ، أو زبرجدة خضراء ، منها غرفها وأبوابها مطردة فيها أنهارها ، متدلية فيها ثمارها ، فيها أزواجها وخدمها ، فليسوا إلى شيء أحوج منهم إلى يوم الجمعة ليزدادوا فيه كرامة ، وليزدادوا فيه نظرا إلى وجهه تبارك وتعالى ، ولذلك دعي ( يوم المزيد )
(رواه ابن أبي الدنيا، والطبراني في « الأوسط » و صححه الشيخ الألباني في الترغيب والترهيب رقم ۳۷۶۱)

حكم : حسن لغيره

.

D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Celui qui dépense deux choses (1) dans le sentier d’Allah sera appelé par les portes du paradis: Ô serviteur d’Allah! Ceci est bien.
Celui qui fait partie des gens de la prière sera appelé par la porte de la prière, celui qui fait partie des gens du djihad (2) sera appelé par la porte du djihad, celui qui fait partie des gens du jeûne sera appelé par la porte Ar Rayan (3) et celui qui faisait partie des gens de l’aumône sera appelé par la porte de l’aumône ».
Abou Bakr (qu’Allah l’agrée) a dit: Par mon père et ma mère ô Messager d’Allah! Il n’y a aucun mal pour celui qui est appelé par ces portes. Mais y a-t-il des gens qui seront appelés par toutes ces portes?
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Oui et j’espère que tu feras partie d’eux ».
(Rapporté par Boukhari dans son Sahih n°1897)

(1) C’est à dire deux choses de même type comme deux dinars, deux chamelles…

(2)Le djihad signifie le fait de faire des efforts à la fois par la parole, la main, les biens et la plume afin de combattre le nafs (la partie de la personne qui la pousse vers le mal), les pécheurs, les innovateurs, les hypocrites et les mécréants dans le but que la parole d’Allah soit la plus haute.
(voir Zad Al Ma’ad de l’imam Ibn Qayim Am Djawziya vol 3 à partir de la page 9)

Ceci est le sens général du mot djihad. Dans le hadith ce qui est voulu est le combat contre les mécréants.
(voir Al Mouqadimat Al Moumahidat de l’imam Ibn Rouchd Al Maliki vol 1 p 342)

Je précise et j’insiste sur le fait que le djihad, comme les autres adorations, ont des conditions à respecter et des règles qui lui sont précises afin qu’il soit agrée et pas détesté par Allah.
(voir Ar Rad Ala Al Akhnai de cheikh Al Islam Ibn Taymiya p 607)

Je précise également que le fait de tuer des mécréants dans des attentats comme cela se passe à notre époque ne fait ni partie de l’Islam ni partie du djihad
(Voir Bi Ayi Aqlin Wa Din Yakoun Al Tadmir Jihadan de cheikh Abdel Mouhsin Al Abad)

(3) En arabe le mot Al Rayan / الرَّيَّان signifie le contraire d’une personne qui est assoiffée.

عن أبي هريرة رضي الله عنه قال النبي صلى الله عليه و سلم : مَن أَنفَقَ زوجَينِ في سبيلِ اللهِ نودِيَ من أبوابِ الجنةِ : يا عبدَ اللهِ هذا خيرٌ . فمَن كان من أهلِ الصلاةِ دُعِيَ من بابِ الصلاةِ ومَن كان من أهلِ الجهادِ دُعِيَ من بابِ الجهادِ ومَن كان من أهلِ الصيامِ دُعِيَ من بابِ الرَّيَّانِ ومَن كان من أهلِ الصدقةِ دُعِيَ من بابِ الصدقةِ .
فقال أبو بكرٍ رضي الله عنه : بأبي وأمي يا رسولَ اللهِ ما على مَن دُعِيَ من تلك الأبوابِ من ضرورةٍ . فهل يُدْعَى أحد من تلك الأبوابِ كلِّها ؟
قال النبي صلى الله عليه و سلم : نعم وأرجو أن تكونَ منهم
(رواه البخاري في صحيحه رقم ١٨٩٧)
.

D’après Abou Bakra (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit « Il n’y a aucun péché dont Allah est plus proche d’avancer le châtiment à son auteur dans l’ici-bas, avec ce qu’il lui prépare dans l’au-delà, que le baghi (*) et le fait de couper les liens de parenté ».
(Rapporté par Tirmidhi dans ses Sounan n°2511 qui l’a authentifié et il a également été authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Tirmidhi, Hadith Sahîh)

(*) Les savants ont plusieurs avis sur l’explication de ce terme. Certains disent qu’il signifie l’injustice et le fait de faire du mal aux créatures.
(Hachia Ala Sounan Ibn Maja de l’imam Sindi)
D’autres disent qu’il désigne la révolte contre les gouverneurs.
(Touhfatoul Ahwadhi de l’imam Moubarakafouri).

عن أبي بكرة رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : ما من ذنب أجدر أن يعجل الله لصاحبه العقوبة في الدنيا مع ما يدخر له في الآخرة من البغي وقطيعة الرحم
(رواه الترمذي في سننه رقم ٢٥١١ و صححه و صححه أيضاً الشيخ الألباني في صحيح الترمذي)

حكم : صحيح

.

D’après Abou Bakra (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Il n’y a aucun péché dont Allah est plus proche d’avancer le châtiment à son auteur, avec ce qu’il lui prépare dans l’au-delà, que le baghi (*), le fait de couper les liens de parenté, la trahison et le mensonge.
Et certes l’acte de piété dont la récompense est la plus rapide est le fait de lier les liens de parenté au point où même si les gens d’une maison sont désobéissants, leurs richesses vont augmenter et leur nombre va croître s’ils lient leurs liens de parenté ».
(Rapporté par Tabarani et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Targhib n°2537, Hasan li Ghayrihi)

(*) C’est à dire l’adversité envers les autres et leur nuire que ce soit au niveau de leurs personnes, de leurs biens ou de leur honneur.

عن أبي بكرة رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : ما من ذنب أجدر أن يعجل الله لصاحبه العقوبة في الدنيا مع ما يدخر له في الآخرة من البغي وقطيعة الرحم والخيانة والكذب وإن أعجل البر ثوابا لصلة الرحم حتى إن أهل البيت ليكونون فجرة فتنمو أموالهم ويكثر عددهم إذا تواصلوا
(رواه الطبراني و حسنه الشيخ الألباني في صحيح الترغيب و الترهيب رقم ٢٥٣٧

حكم : حسن لغيره

.

D’après Abou Bakra (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Certes le temps est revenu comme le jour où Allah a créé les cieux et la terre. L’année est composée de douze mois dont quatre sont sacrés, trois sont à la suite: Dhoul Qa’da, Dhoul Hijja et Mouharam et Rajab Moudar qui est entre Joumada et Cha’ban ».
(Rapporté par Al Boukhari dans son Sahih n°4662)

Ce Hadith est l’explication du Verset suivant:

Allah a dit dans la sourate Tawba (n°9) dans le verset 36: « Certes le nombre des mois auprès d’Allah est de douze dans son livre depuis le jour où il a créé les cieux et la terre, parmi eux quatre sont sacrés. Telle est la religion de droiture. Durant ceux-ci ne faites pas d’injustice envers vos propres personnes ».

قال الله تعالى : إن عدة الشهور عند الله اثنا عشر شهرا في كتاب الله يوم خلق السماوات والأرض منها أربعة حرم ذلك الدين القيم فلا تظلموا فيهن أنفسكم
(سورة التوبة ٣٦)

La gravité des péchés durant ces mois :
L’imam Ibn Jarir Tabari a rapporté, avec une chaîne de transmission authentique dans son tefsir (vol 14 p 238, n°16698) concernant l’explication du verset, que le tabi’i Qatada a dit: « Certes l’injustice durant les mois sacrés est plus grave en terme de faute et de péché par rapport à l’injustice à un autre moment, même si l’injustice est grave dans tous les cas ».

قال قتادة رحمه الله : إن الظلم في الأشهر الحرم أعظم خطيئة و وزراً من الظلم فيما سواها و إن كان الظلم على كل حال عظيماً
(رواه ابن جرير الطبري في تفسيره رقم ١٦٦٩٨ ج ١٤ ص ٢٣٨)
عن أبي بكرة رضي الله عنه قال النبي صلى الله عليه و سلم : إنَّ الزمانَ قد استدارَ كهيئتِه يومَ خلقَ اللهُ السماواتِ والأرضَ ، السنةُ اثنا عشرَ شهرًا ، منها أربعةٌ حرمٌ ، ثلاثٌ متوالياتٌ : ذو القَعدةِ وذو الحَجةِ والمحرمُ ، ورجبُ مضرَ الذي بين جُمادى وشعبانَ
(رواه البخاري في صحيحه رقم ٤٦٦٢)
.

D’après Abou Bakra (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit : « Ne vais-je pas vous informer des plus grands des grands péchés ? ».
Nous avons dit: Certes ô Messager d’Allah !
Il a dit: « L’association à Allah, le mauvais comportement avec les parents ». Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) était appuyé alors il s’est assis et a dit: « Certes la fausse parole et le faux témoignage, certes la fausse parole et le faux témoignage ».
il ne cessa de répéter cela au point où nous nous dîmes: « Qu’il plaise à Allah qu’il se taise! ».
(Rapporté par Boukhari dans son Sahih n°5976)
عن أبي بكرة رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : ‏ »‏ أَلاَ أُنَبِّئُكُمْ بِأَكْبَرِ الْكَبَائِرِ ‏ »‏‏.‏ قُلْنَا بَلَى يَا رَسُولَ اللَّهِ‏.‏ قَالَ ‏ »‏ الإِشْرَاكُ بِاللَّهِ، وَعُقُوقُ الْوَالِدَيْنِ ‏ »‏‏.‏ وَكَانَ مُتَّكِئًا فَجَلَسَ فَقَالَ ‏ »‏ أَلاَ وَقَوْلُ الزُّورِ وَشَهَادَةُ الزُّورِ، أَلاَ وَقَوْلُ الزُّورِ وَشَهَادَةُ الزُّورِ ‏ »‏‏.‏ فَمَا زَالَ يَقُولُهَا حَتَّى قُلْتُ لاَ يَسْكُتُ‏.
(رواه البخاري في صحيحه رقم ٥٩٧٦)
.

D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée) : Un homme a insulté Abou Bakr (qu’Allah l’agrée) alors que le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) était assis.
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) s’est alors étonné et a souri.
Lorsque l’homme a abusé, Abou Bakr (qu’Allah l’agrée) lui a répondu sur certaines de ses paroles alors le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) s’est énervé et s’est levé.
Abou Bakr (qu’Allah l’agrée) l’a rattrapé et lui a dit: Ô Messager d’Allah! Il m’insultait alors que tu étais assis et lorsque que je lui ai répliqué certaines de ses paroles tu t’es énervé et tu t’es levé.
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Il y avait avec toi un ange qui répliquait pour toi et lorsque tu lui as répondu sur certaines de ses paroles alors le Chaytan est venu et il ne convient pas que je m’assois avec le Chaytan.
Ô Abou Bakr! Trois choses sont certes vérité:
– il n’y a aucun serviteur qui subit une injustice à laquelle il patiente pour Allah sans que cette injustice ne soit une cause pour qu’Allah affermisse son secours envers lui
– aucun homme n’a ouvert une porte de cadeau en voulant par cela lier les liens de parenté sans qu’Allah n’augmente ses biens pour cela
– et aucun homme n’a ouvert une porte de mendicité en voulant par cela s’enrichir sans qu’Allah n’augmente sa pauvreté ».
(Rapporté par Ahmed et authentifié par Cheikh Albani dans la Silsila Sahiha n°2231, Hadith Isnad Jayyid)
عن أبي هريرة رضي الله عنه قال : أن رجلاً شتم أبا بكر رضي الله عنه والنبي صلّى الله عليه وسلم جالس
فجعل النبي صلى الله عليه وسلم يعجب ويبتسم
فلما أكثر رد عليه بعض قوله فغضب النبي صلّى الله عليه وسلم وقام
فلحقه أبو بكر رضي الله عنه فقال : يا رسول الله ! كان يشتمني وأنت جالس فلما رددت عليه بعض قوله غضبت وقمت
قال النبي صلّى الله عليه وسلم : إنه كان معك ملك يرد عنك فلما رددت عليه بعض قوله وقع الشيطان فلم أكن لأقعد مع الشيطان . يا أبا بكر ! ثلاث كلهنّ حق : ما من عبد ظلم بمظلمة فيغضي عنها لله إلا أعز الله بها نصره
وما فتح رجل باب عطية يريد بها صلة إلا زاده الله بها كثرة
وما فتح رجل باب مسألة يريد بها كثرة إلا زاده الله بها قلة
(رواه أحمد و صححه الشيخ الألباني في السلسلة الصحيحة رقم ٢٢٣١)

حكم : إسناده جيد

.

D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Quel bon homme est Abou Bakr, quel bon homme est ‘Omar, quel bon homme est Abou ‘Oubeida Ibn Al Jarah, quel bon homme est Ousayd Ibn Houdayr, quel bon homme est Thabit Ibn Qays Ibn Chamas, quel bon homme est Mou’adh Ibn Jabal, quel bon homme est Mou’adh Ibn ‘Amr Ibn Al Jamouh, quel bon homme est Souhayl Ibn Bayda ».
(Rapporté par Tirmidhi et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Al Jami n°6770, Hadith Sahîh)
عن أبي هريرة رضي الله عنه قال النبي صلى الله عليه و سلم : نعم الرجل أبو بكر نعم الرجل عمر نعم الرجل أبو عبيدة بن الجراح نعم الرجل أسيد بن حضير نعم الرجل ثابت ابن قيس بن شماس نعم الرجل معاذ بن جبل نعم الرجل معاذ بن عمرو ابن الجموح نعم الرجل سهيل ابن بيضاء
(رواه الترمذي و صححه الشيخ الألباني في صحيح الجامع رقم ٦٧٧٠)

حكم : صحيح

.

Selon lui aussi (Abou Hurayra), le Messager d’Allah (ﷺ) a dit; «Le premier groupe d’hommes qui entreront au Paradis auront la splendeur de la pleine lune. Ceux qui, les suivront auront l’éclat de la plus brillante étoile du firmament. Ils n’ont ni urine, ni défécation, ni salive, ni morve. Leurs peignes seront d’or. Leur sueur aura l’odeur du musc. Leur encens sera le costus (riche racine d’Arabie et de l’Inde qui dégage en brûlant un parfum suave et très apprécié en Orient). Leurs épouses seront les Houris aux beaux yeux. Ils auront tous l’aspect d’un même homme, à l’image de leur père Adam: il s’élance dans le ciel avec une stature de soixante coudées».
(UNANIMEMENT RECONNU AUTHENTIQUE)

Dans une autre version d’Al Boukhâri et Mouslim: « Leur vaisselle y sera d’or, leur sueur de musc. Chacun d’eux aura deux épouses tellement belles qu’on voit la mœlle des os de leurs jambes de derrière la chair. Nul désaccord entre eux et nulle haine. Leurs cœurs seront comme celui d’un seul homme. Ils ne font que répéter « SoubhanalLah » (gloire et pureté à Allah) au début du jour et à sa fin ».
(Ryad As Salihine Hadith n°1882, Rapporté par Mouslim)

وعنه قال‏:‏ قال رسول الله صلى الله عليه وسلم ‏ « ‏أول زمرة يدخلون الجنة على صورة القمر ليلة البدر، ثم الذين يلونهم على أشد كوكب دري في السماء إضاءة، لا يبولون ولا يتغوطون، ولا يتفلون، ولا يتمخطون، أمشاطهم الذهب، وريحهم المسك، ومجامرهم الألوة -عود الطيب- أزواجهم الحورالعين، على خلق رجل واحد، على صورة أبيهم آدم ستون ذراعاً في السماء‏ »‏ ‏(‏‏(‏متفق عليه‏)‏‏)‏‏.‏
وفي رواية للبخاري ومسلم‏:‏ آنيتهم فيها الذهب، ورشحهم المسك، ولكل واحد منهم زوجتان يرى مخ ساقهما من وراء اللحم من الحسن، لا اختلاف بينهم ، ولا تباغض‏:‏ قلوبهم قلب رجل واحد، يسبحون الله بكرة وعشياً‏.
(رياض الصالحين رقم ۱۸۸۲)
.

D’après Abou Najih As Soulami, ‘Abdallah Ibn ‘Omar (qu’Allah les agrée lui et son père) a été questionné à propos du jeûne de ‘arafat. Il a dit : J’ai fais le hajj avec le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) et il ne l’a pas jeûné, avec Abou Bakr (qu’Allah l’agrée) et il ne l’a pas jeûné, avec ‘Omar (qu’Allah l’agrée) et il ne l’a pas jeûné, avec ‘Othman (qu’Allah l’agrée) et il ne l’a pas jeûné. Et moi je ne le jeûne pas, je ne l’ordonne pas et je ne l’interdis pas.
(Rapporté par Tirmidhi dans ses Sounan n°751 qui l’a authentifié et il a également été authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Tirmidhi, Hadith Sahîh)

L’imam Tirmidhi (mort en 279 du calendrier hégirien) a classé ce hadith dans le chapitre : – Le caractère détestable de jeûner le jour de ‘Arafat à ‘Arafat- et il a dit ensuite : « Ceci est l’avis de la plupart des savants : il disent qu’il est préférable de rompre le jeûne à ‘Arafat afin que la personne prenne des forces pour faire des invocations ».

عن أبي نجيح السلمي قال : سُئِلَ عبد الله ابن عمرَ رضي الله عنهما عن صومِ عرفةَ ؟ قال : حججتُ مع النبي صلى الله عليه وسلم فلم يصمهُ ومع أبي بكر فلم يصمهُ ومع عمرَ فلم يصمهُ ، ومع عثمانَ فلم يصمهُ وأنا لا أصومُهُ ولا آمرُ بِه ولا أنهَى عنهُ
(رواه الترمذي في سننه رقم ٧٥١ و حسنه و صححه الشيخ الألباني في صححه الترمذي)

حكم:إسناده صحيح

.

D’après Abou ‘Aqrab Al Bakri Al Kinani (qu’Allah l’agrée) : J’ai questionné le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) sur le jeûne. Il a dit : « Jeûne un jour dans le mois ».
J’ai dit : Ô Messager d’Allah ! Rajoute moi, rajoute moi !
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit : « Tu dis : Ô Messager d’Allah ! Rajoute moi, rajoute moi ! Deux jours chaque mois ».
J’ai dit : Ô Messager d’Allah ! Rajoute moi, rajoute moi ! Je sens que je suis fort.
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit : « Rajoute moi, rajoute moi ! Je sens que je suis fort (*) ».
Alors il s’est tu au point où j’ai cru qu’il allait me repousser et il a dit : « Jeûne trois jours chaque mois ».
(Rapporté par Nasai dans ses Sounan n°2433 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Nasai)

(*) C’est à dire qu’il pensait être assez fort pour pouvoir jeûner plus que cela.

عن أبي عقرب البكري الكناني رضي الله عنه قال : سألت رسول الله صلى الله عليه و سلم عن الصوم فقال : صُم يومًا منَ الشَّهر
قلتُ: يا رسولَ اللَّهِ ! زِدني زِدني !
قالَ : تقولُ يا رسولَ اللَّهِ زِدني زِدني ! يومينِ من كلِّ شَهْرٍ
قُلتُ : يا رسولَ اللَّهِ زِدني زِدني إنِّي أجدُني قويًّا
فقالَ : زِدني زِدني أجدُني قويًّا .
فسَكَتَ رسولُ اللَّهِ حتَّى ظننتُ أنَّهُ ليردُّني قالَ : صُم ثلاثةَ أيَّامٍ من كلِّ شَهْرٍ
(رواه النسائي في سننه رقم ٢٤٣٣ و صححه الشيخ الألباني في صحيح النسائي)

حكم : صحيح

.

D’après ‘Ali Ibn Abi Talib (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Abou Bakr et ‘Omar sont les deux meilleurs hommes du paradis parmi les premiers et les derniers en dehors des Prophètes et des Envoyés ».
(Rapporté par Tirmidhi et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Al Jami n°51, Hadith Sahîh)

Le sens du hadith est que Abou Bakr et ‘Omar (qu’Allah les agrées ainsi que tous les compagnons du Prophète) sont les deux meilleurs des gens du paradis toutes communautés confondues en dehors des Envoyés et des Prophètes.

عن علي بن أبي طالب رضي الله عنه قال النبي صلى الله عليه و سلم : أبو بكر و عمر سيدا كهول أهل الجنة من الأولين و الآخرين إلا النبيين و المرسلين
(رواه الترمذي و صححه الشيخ الألباني في صحيح الجامع رقم ٥١)

حكم : صحيح

.

D’après Abou Bakra (qu’Allah l’agrée), un homme a dit: Ô Messager d’Allah! Quel est le meilleur des hommes?
Le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « Celui dont la vie est longue et les actions sont bonnes »
L’homme a dit: Et quel est le plus mauvais des hommes?
Le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « Celui dont la vie est longue et les actions sont mauvaises »
(Rapporté par Tirmidhi dans ses Sounan n°2330 qui l’a authentifié et il a également été authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh tirmidhi, Hadith Sahîh li Ghayrihi)
عن أبي بكرة رضي الله عنه أن رجلا قال يا رسول الله أي الناس خير؟ قال من طال عمره وحسن عمله . قال : فأي الناس شر ؟ قال : من طال عمره وساء عمله
(رواه الترمذي في سننه رقم ٢٣٣٠ و صححه و صححه أيضاً الشيخ الألباني في صحيح الترمذي)

حكم : صحيح لغيره

.

D’après ‘Aicha (qu’Allah l’agrée), j’ai dit au Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui): Ô Messager d’Allah! Certes la vierge a honte de parler. Le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « Son silence est son approbation ».
(Rapporté par Abou Daoud et authentifié par cheikh Albani dans Sahih Abou Daoud n°2094, Hadith Sahîh)
عن عائشة رضي الله عنها قالت : يا رسول الله إن البكر تستحي أن تتكلم . قال النبي صلى الله عليه و سلم : سكاتها إقرارها
(رواه أبو داود و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود رقم ۲۰۹۴)

حكم : صحيح

.

D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « On ne marie pas la femme qui a déjà connu le mariage sans lui demander son ordre et on ne marie pas la femme vierge sans lui avoir demandé la permission ».
Ils ont dit: Ô Messager d’Allah! Comment est sa permission ?
Le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « Le fait qu’elle se taise (*) ».
(Rapporté par Mouslim dans son Sahih n°1419)

Rapporté également par Boukhari dans son Sahih n°5136

(*) Il y a une différence qui est faite entre la femme vierge et celle qui a déjà été mariée au niveau de la manière dont elle exprime son consentement pour le mariage.
En effet la femme vierge a beaucoup de pudeur dans ce domaine ainsi son silence suffit à comprendre son approbation si elle a honte de parler, tandis que la femme qui a déjà été mariée a plus l’habitude de ce genre de chose et ainsi il faut forcément qu’elle donne clairement son approbation.

عن أبي هريرة رضي الله عنه قال النبي صلى الله عليه و سلم : لا تنكح الأيم حتى تستأمر ولا تنكح البكر حتى تستأذن . قالوا : يا رسول الله ، وكيف إذنها ؟ قال : أن تسكت
(رواه مسلم في صحيحه رقم ١٤١٩)
.

D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « On ne marie pas la femme qui a déjà connu le mariage sans lui demander son ordre (1) et on ne marie pas la femme vierge sans lui avoir demandé la permission ».
Ils ont dit: Ô Messager d’Allah! Comment est sa permission ?
Le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « Le fait qu’elle se taise (2) ».
(Rapporté par Boukhari dans son Sahih n°5136)

Rapporté également par Mouslim dans son Sahih n°1419

(1) C’est à dire son approbation

(2) Il y a une différence qui est faite entre la femme vierge et celle qui a déjà été mariée au niveau de la manière dont elle exprime son consentement pour le mariage.
En effet la femme vierge a beaucoup de pudeur dans ce domaine ainsi son silence suffit à comprendre son approbation si elle a honte de parler, tandis que la femme qui a déjà été mariée a plus l’habitude de ce genre de chose et ainsi il faut forcément qu’elle donne clairement son approbation.

عن أبي هريرة رضي الله عنه قال النبي صلى الله عليه و سلم : لا تنكح الأيم حتى تستأمر ولا تنكح البكر حتى تستأذن . قالوا : يا رسول الله ، وكيف إذنها ؟ قال : أن تسكت
(رواه البخاري في صحيحه رقم ٥١٣٦)
.

D’après Asma Bint Abi Bakr (qu’Allah les agrée elle et son père), j’ai entendu le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) mentionner le lotus de la limite (1), il a dit: « Un cavalier peut avancer dans l’ombre de ses branches durant 100 ans. Il y a dans son ombre des lits en or et ses fruits sont comme des jarres ».
(Rapporté par Tirmidhi dans ses Sounan n°2541 qui l’a authentifié et il a également été authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Targhib Wa Tarhib n°3727, Hadith Hasan li Ghayrihi)

(1) L’imam Nawawi a dit dans Charh Sahih Mouslim concernant le lotus de la limite: « Ibn ‘Abbas (qu’Allah les agrée lui et son père), les savants du tefsir et d’autres ont dit que cet arbre a été nommé ainsi car c’est à lui que s’arrête la science des anges et personnes ne l’a dépassé sauf le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) ».

عن أسماء بنت أبي بكر رضي الله عنهما قالت : سمعت رسول الله صلى الله عليه وسلم وذكر سدرة المنتهى فقال : يسير الراكب في ظل الفنن منها مائة سنة فيها فراش الذهب كأن ثمارها القلال
(رواه الترمذي في سننه رقم ٢٥٤١ و صححه و حسنه الشيخ الألباني في صحيح الترغيب و الترهيب رقم ٣٧٢٧)

حكم : حسن لغيره

.

D’après Abder Rahman Ibn Awf (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « Abou Bakr (qu’Allah l’agrée) est dans le paradis, Omar (qu’Allah l’agrée) est dans le paradis, Othmane (qu’Allah l’agrée) est dans le paradis, Ali (qu’Allah l’agrée) est dans le paradis, Talha (qu’Allah l’agrée) est dans le paradis, Zubayr (qu’Allah l’agrée) est dans le paradis, Abder Rahman Ibn Awf (qu’Allah l’agrée) est dans le paradis, Sa’d Ibn Abi Waqas (qu’Allah l’agrée) est dans le paradis, Said Ibn Zayd (qu’Allah l’agrée) est dans le paradis, Abou Oubeida Ibn Al Jarah (qu’Allah l’agrée) est dans le paradis ».
(Rapporté par Tirmidhi n°3747 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Tirmidhi, Hadith Sahîh)
عن عبدالرحمن بن عوف رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : أبو بكر في الجنة وعمر في الجنة وعثمان في الجنة وعلي في الجنة وطلحة في الجنة والزبير في الجنة وعبد الرحمن بن عوف في الجنة وسعد بن أبي وقاص في الجنة وسعيد بن زيد في الجنة وأبو عبيدة بن الجراح في الجنة
(رواه الترمذي في سننه رقم ٣٧٤٧ و صححه الشيخ الألباني في صحيح الترمذي)

حكم :صحيح

.

D’après Abou Dhar (qu’Allah l’agrée), je suis parti chercher le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) dans certaines palmeraies de Médine et je l’ai trouvé assis et je lui ai passé le salam. Il avait des petites pierres posées devant lui alors il les a prises dans sa main et elles se sont mises à faire du tesbih (*) dans sa main puis il les a posées par terre et elle se sont tus.
Ensuite il les a prises et les a posées dans la main de Abou Bakr (qu’Allah l’agrée) et elles ont fait du tesbih dans la main d’Abou Bakr (qu’Allah l’agrée).
Puis il les a reprises et les a posées par terre et elles se sont tus.
Puis il les a prises et les a posées dans la main de ‘Omar (qu’Allah l’agrée) et elles ont fait du tesbih dans la main de ‘Omar (qu’Allah l’agrée).
Puis il les a reprises et les a posées par terre et elles se sont tus.
Puis il les a prises et les a posées dans la main de ‘Othman (qu’Allah l’agrée) et elles ont fait du tesbih dans la main de ‘Othman (qu’Allah l’agrée).
Puis il les a reprises et les a posées par terre et elles se sont tus.
(Rapporté par Ibn Abi ‘Asim dans Kitab Sounna n°1146 et authentifié par Cheikh Albani dans Dhilal Al Janna Fi Takhrij Sounna n°1146, Hadith Sahîh)

(*) C’est à dire le fait de dire Sobhanallah.

عن أبي ذر رضي الله عنه قال: إني انطلقت التمس رسول الله في بعض حوائط المدينة فإذا رسول الله قاعد فأقبلت إليه و سلمت عليه و حصيات موضوعة بين يديه فأخذهن في يده فسبحن في يده ثم فوضعهن في الأرض فسكتن ثم أخذهن فوضعهن في يد أبي بكر فسبحن في يده ثم أخذهن فوضعهن في الأرض فخرسن ثم أخذهن فوضعهن في يد عمر فسبحن في يده ثم أخذهن فوضعهن في الأرض فخرسن ثم أخذهن فوضعهن في يد عثمان فسبحن ثم أخذهن فوضعهن في الأرض فخرسن
(رواه ابن أبي عاصم في كتاب السنة رقم ١١٤٦ و صححه الشيخ لألباني في ظلال الجنة في تخريج السنة)

حكم : صحيح

.

D’après ‘Aicha (qu’Allah l’agrée), Asma bint Abi Bakr (qu’Allah l’agrée) est rentrée auprès du Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) alors qu’elle portait un vêtement léger. Le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) s’est alors détourné d’elle et a dit: « Ô Asma ! Certes lorsque la femme atteint l’âge des menstrues, il convient que l’on voit d’elle une chose que cela et cela » et il a montré son visage et ses deux mains.
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°4104 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih al Jami n°7847 et par Cheikh Shouayb Arnaout dans sa correction de Sounan Abi Daoud vol 6 p 198, Hadith Hasan)

Rapporté également par Cheikh Albani dans sa correction de Sounan Abi Daoud n°4104

عن عائشة رضي الله عنها أن أسماء بنت أبي بكر دخلت على رسول الله صلى الله عليه وسلم وعليها ثياب رقاق فأعرض عنها رسول الله صلى الله عليه وسلم وقال : يا أسماء ! إن المرأة إذا بلغت المحيض لم يصلح أن يرى منها شيءٌ إلا هذا و هذا . وأشار إلى وجهه وكفيه
(رواه أبو داود في سننه رقم ٤١٠٤ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود و حسنه الشيخ شعيب الأرناؤوط في تحقيقه لسنن أبي داود ج ٦ ص ١٩٨)

حكم : حسن

.

D’après ‘Aicha (qu’Allah l’agrée), Asma bint Abi Bakr (qu’Allah l’agrée) est rentrée auprès du Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) alors qu’elle portait un vêtement léger. Le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) s’est alors détourné d’elle et a dit: « Ô Asma ! Certes lorsque la femme atteint l’âge des menstrues, il convient que l’on voit d’elle que cela et cela » et il a montré son visage et ses deux mains.
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°4104 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Abi Daoud et par Cheikh Shouayb Arnaout dans sa correction de Sounan Abi Daoud vol 6 p 198, Hadith Sahîh)

(*) Rapporté également par Cheikh Albani dans Sahih al Jami n°7847

Annotations

La majorité des savants sont d’avis qu’il est permis à la femme musulmane de montrer son visage et ses mains et que ceci ne fait pas partie du tabarouj interdit.

L’imam Ibn Rouchd (mort en 595 du calendrier hégirien) a dit : « L’avis de la majorité des savants est que tout le corps de la femme est une ‘awra (*) à l’exception du visage et des mains ».
(Bidayatoul Moujtahid Wa Nihayatoul Mouqtasid vol 1 p 224)

(*) C’est à dire une nudité qu’elle devra cacher devant les hommes qui lui sont étrangers.

L’imam Ibn Houbayra (mort en 560 du calendrier hégirien) a dit : « Les savants ont divergé à propos de la ‘awra de la femme et des parties de son corps comprises dans la ‘awra.

Abou Hanifa a dit : La femme toute entière est une ‘awra à l’exception de son visage, de ses mains et de ses pieds. Et il a également été rapporté de lui que les pieds de la femme font partie de la ‘awra.

Malik et Chafi’i ont dit : La femme toute entière est une ‘awra à l’exception de son visage et de ses mains. Ceci est également l’avis de Ahmed dans une des deux versions qui sont rapportées de lui.

L’autre version qui est rapportée de Ahmedest que la femme est toute entière une ‘awra sauf son visage uniquement.

Cette version de Ahmed est celle qui est répandue et c’est celle choisie par Al Khiraqi (*) ».
(Al Ifsah ‘An Ma’ani As Sihah 1/118)

(*) Il convient de préciser qu’il y a une troisième version qui est rapportée de l’imam Ahmed Ibn Hanbal selon laquelle tout le corps de la femme est une ‘awra même ses ongles.
(Ar Rad Al Moufhim p 30)

عن عائشة رضي الله عنها أن أسماء بنت أبي بكر دخلت على رسول الله صلى الله عليه وسلم وعليها ثياب رقاق فأعرض عنها رسول الله صلى الله عليه وسلم وقال : يا أسماء ! إن المرأة إذا بلغت المحيض لم يصلح أن يرى منها إلا هذا و هذا . وأشار إلى وجهه وكفيه
(رواه أبو داود في سننه رقم ٤١٠٤ و صححه الشيخ الألباني فيصحيح أبي داود و حسنه الشيخ شعيب الأرناؤوط في تحقيقه لسنن أبي داود ج ٦ ص ١٩٨)

حكم : صحيح

.

D’après Anas ibn Malik (qu’Allah l’agrée), qu’Abou Bakr (qu’Allah l’agrée) a rapporté ainsi: Je voyais les pieds des polythéistes très proche de nous lorsque nous étions dans la grotte, j’ai dit au Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui): Si l’un d’entre eux regardait sous ses pieds il nous verrait. Alors le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « Que penses-tu ô Abou Bakr de deux personnes dont Allah est le troisième ».
(Rapporté par Mouslim dans son Sahih n°2381)

Rapporté également par Boukhari dans son Sahih n°3653

Ce verset et ce hadith mentionnent l’histoire du Messager d’Allah (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) et de Abou Bakr lorsqu’ils sont partis de La Mecque pour se rendre à Médine. Les mécréants les cherchaient et ils se sont cachés dans une grotte.

Il y a dans ces deux textes un grand mérite de Abou Bakr (qu’Allah l’agrée) et le fait qu’il est meilleur que les compagnons de Moussa.

En effet, Allah a dit dans l’histoire de Moussa qui avançait avec son peuple vers la mer et que les troupes de Pharaon étaient derrière eux: « Au lever du soleil ils les poursuivirent. Puis quand les deux groupes se sont vus les compagnons de Moussa ont dit: Nous allons certes être rejoints. Il a dit: Certes non! Il y a avec moi mon Seigneur qui va me guider ».
(Sourate Chou’ara n°26 verset 60 à 62)

عن أَنَسُ بْنُ مَالِكٍ، أَنَّ أبي بكر الصديق، حَدَّثَهُ قَالَ نَظَرْتُ إِلَى أَقْدَامِ الْمُشْرِكِينَ عَلَى رُءُوسِنَا وَنَحْنُ فِي الْغَارِ فَقُلْتُ يَا رَسُولَ اللَّهِ لَوْ أَنَّ أَحَدَهُمْ نَظَرَ إِلَى قَدَمَيْهِ أَبْصَرَنَا تَحْتَ قَدَمَيْهِ فَقَالَ ‏ « ‏ يَا أَبَا بَكْرٍ مَا ظَنُّكَ بِاثْنَيْنِ اللَّهُ ثَالِثُهُمَا ‏ »‏
(رواه مسلم في صحيحه رقم ٢٣٨١)
.

D’après Abou Bakr (qu’Allah l’agrée), j’ai dit au Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) alors que nous étions dans la grotte: Si l’un d’entre eux regardait sous ses pieds il nous verrait. Alors le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « Que penses-tu ô Abou Bakr de deux personnes dont Allah est le troisième ».
(Rapporté par Boukhari dans son Sahih n°3653)

Rapporté également par Mouslim dans son Sahih n°2381

Ce verset et ce hadith mentionnent l’histoire du Messager d’Allah (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) et de Abou Bakr lorsqu’ils sont partis de La Mecque pour se rendre à Médine. Les mécréants les cherchaient et ils se sont cachés dans une grotte.

Il y a dans ces deux textes un grand mérite de Abou Bakr (qu’Allah l’agrée) et le fait qu’il est meilleur que les compagnons de Moussa.

En effet, Allah a dit dans l’histoire de Moussa qui avançait avec son peuple vers la mer et que les troupes de Pharaon étaient derrière eux: « Au lever du soleil ils les poursuivirent. Puis quand les deux groupes se sont vus les compagnons de Moussa ont dit: Nous allons certes être rejoints. Il a dit: Certes non! Il y a avec moi mon Seigneur qui va me guider ».
(Sourate Chou’ara n°26 verset 60 à 62)

Ainsi dans la situation de difficulté alors qu’il était avec ses compagnons Moussa a dit: « Il y a avec moi mon Seigneur » tandis que dans la même situation le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) qui était avec Abou Bakr a dit: « certes Allah est avec nous ».

Remarque n°1: Il est rapporté plusieurs ahadiths sur le fait qu’une araignée aurait tissée sa toile à l’entrée de la grotte ce qui aurait trompé les qouraych en leur faisant croire que le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) et Abou Bakr n’étaient pas dedans mais tous ces ahadiths sont faibles et non authentiques.

Cheikh Albani a dit: « Sache qu’il n’y a aucun hadith authentique au sujet de l’araignée de la grotte ».
(Silsila Daifa n°1189)

Remarque n°2: Il ne faut absolument pas comprendre de ces textes que Allah est physiquement avec ses créatures. Allah est au dessus de son trône et le sens de ces textes est qu’il est avec eux en les protégeant et en les secourant.

عن أبي بكر الصديق رضي الله عنه : قلت للنبي صلى الله عليه وسلم وأنا في الغار : لو أن أحدهم نظر تحت قدميه لأبصرنا . فقال : ما ظنك يا أبا بكر باثنين الله ثالثهما
(رواه البخاري في صحيحه رقم ٣٦٥٣)
.

D’après Anas Ibn Malik (qu’Allah l’agrée) : J’ai prié avec le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui), avec Abou Bakr (qu’Allah l’agrée) et avec ‘Omar (qu’Allah l’agrée) et ils ne disaient pas -Bismillah Rahmani Rahim- à voix haute.
(Rapporté par Ahmed et authentifié par Cheikh Albani dans Asl Sifat Salat vol 1 p 279)
عن أنس بن مالك رضي الله عنه قال : صليتُ مع رسولِ اللهِ صلَّى اللهُ عليه وسلم ومع أبي بكرٍ ومع عمرَ فلم يجهَروا ب بِسْمِ اللهِ الرَّحْمَنِ الرَّحِيمِ
(رواه أحمد و صححه الشيخ الألباني في أصل صفة الصلاة ج ١ ص ٢٧٩)
.

D’après ‘Aicha (qu’Allah l’agrée): Une nuit la famille de Abou Bakr (qu’Allah l’agrée) nous a envoyé de la viande de brebis. Je la tenais et le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) la coupait.
On lui dit: Vous faisiez cela sans avoir de lampe ?
‘Aicha (qu’Allah l’agrée) a répondu: Si nous avions eu de la graisse pour la lampe nous l’aurions mangée (*).
(Rapporté par Tabarani et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Targhib n°3276, Hadith Sahîh)

(*) Ceci nous montre la pauvreté dans laquelle vivait le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) et sa famille.

عن عائشة رضي الله عنها قالت : أرسل إلينا آل أبي بكر رضي الله عنه بقائمة شاة ليلا فأمسكت وقطع النبي صلى الله عليه وسلم .
قيل لها : هذا على غير مصباح ؟
قالت : لو كان عندنا دهن مصباح لأكلناه
(رواه الطبراني و صححه الشيخ الألباني في صحيح الترغيب و الترهيب رقم ٣٢٧٦)

حكم : صحيح

.

D’après ‘Abder Rahman Ibn Abi Bakr (qu’Allah les agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Certes l’exemple du serviteur croyant qui est touché par la température et la fièvre est celui du fer que l’on rentre dans le feu, ceci fait partir ses impuretés et ce qu’il y a de bon en lui reste (*) ».
(Rapporté par Al Hakim et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Targhib n°3439, Hadith Hasan Sahîh)

(*) C’est à dire que ces choses font partir les péchés du croyant et laissent ses bonnes actions.

عن عبدالرحمن بن أبي بكر رضي الله عنهما قال رسول الله صلى الله عليه وسلم : إنما مثل العبد المؤمن حين يصيبه الوعك والحمى كحديدة تدخل النار فيذهب خبثها ويبقى طيبها
(رواه الحاكم و صححه الشيخ الألباني في صحيح الترغيب و الترهيب رقم ٣٤٣٩)

حكم : حسن صحيح

.

D’après Abou Bakr (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « Il n’y a pas un homme qui commet un péché puis se lève, se purifie et prie puis il demande pardon à Allah sans qu’Allah ne lui pardonne » puis il a récité ce verset: { Ceux qui lorsqu’ils commettent une turpitude ou ont été injustes envers leurs propres personne se rappellent d’Allah… }
(Rapporté par Tirmidhi dans ses Sounan n°406 qui l’a authentifié et il a également été authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Tirmidhi, Hadith Hasan)

(*) Il s’agit du verset 135 de la sourate Ali ‘Imran n°3

L’imam Ibn Kathir (mort en 774 du calendrier hégirien) a dit : « Il est très recommandé de faire les ablutions et de prier deux unités de prière lors du repentir ».
(Omdatou Tefsir vol 1 p 417)

عن أبي بكر رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : ما من رجل يذنب ذنبا ثم يقوم فيتطهر ثم يصلي ثم يستغفر الله إلا غفر الله له ثم قرأ هذه الآية : { والذين إذا فعلوا فاحشة أو ظلموا أنفسهم ذكروا الله } إلى آخر الآية
(رواه الترمذي في سننه رقم ٤٠٦ و حسنه و حسنه أيضاً الشيخ الألباني في صحيح الترمذي)

حكم : حسن

.

D’après Mohamed Ibn Al Hanafiya (*), j’ai dit à mon père (qu’Allah l’agrée): Quelle personne est la meilleure après le Messager d’Allah (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) ? Il a répondu: Abou Bakr. J’ai dit: Puis qui ? Il a dit: Omar. Et j’ai craint qu’il ne dise Othman. J’ai dit: Puis toi ? Il a répondu: Je ne suis qu’un homme parmi les musulmans.
(Rapporté par l’imam Boukhari dans son Sahih n°3671)

(*) Mohamed Ibn Al Hanafiya est un des fils de Ali Ibn Abi Talib (qu’Allah l’agrée).

عن محمد ابن الحنفية قال : قلت لأبي : أي الناس خير بعد رسول الله صلى الله عليه وسلم ؟ قال : أبو بكر . قلت : ثم من ؟ قال : ثم عمر . وخشيت أن يقول عثمان ، قلت : ثم أنت ؟ قال : ما أنا إلا رجل من المسلمين
(رواه البخاري في صحيحه رقم ٣٦٧١)
.

D’après Ibn Omar (qu’Allah les agrée), nous disions alors que le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) était vivant : « Les meilleurs de la communauté du Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) après lui sont Abou Bakr puis Omar puis Othman ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°4628 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Sahîh)
عن بن عمر رضي الله عنهما قال : كنا نقول ورسول الله صلى الله عليه وسلم حي : أفضل أمة النبي صلى الله عليه وسلم بعده أبو بكر ثم عمر ثم عثمان
(رواه أبو داود في سننه رقم ٤٦٢٨ و صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود)

حكم : صحيح

.

Selon Abou Bakrah (Qu’Allah l’agrée) : « Lorsqu’une chose rendait le Prophète (ﷺ) heureux, ou qu’une chose qui rend heureux (tout le monde) arrivait, il tombait prosterné en remerciement à Allah (ta’ala). »

(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n° 2774 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Sahîh)

حدثنا مخلد بن خالد حدثنا أبو عاصم عن أبي بكرة بكار بن عبد العزيز أخبرني أبي عبد العزيز عن أبي بكرة عن النبي صلى الله عليه وسلم أنه كان إذا جاءه أمر سرور أو بشر به خر ساجدا شاكرا لله.
(رواه أبي داود في سننه رقم ۲۷۷۴ صححه الشيخ الألباني في صحيح أبي داود )

حكم : صحيح

.